Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

II. Cohésion sociale et citoyenneté

Le traitement multimédiatique d’un risque pour la santé. Etude d’un cas : le problème des gaz d’échappement*1

Mathieu Jahnich

Texte intégral

  • * Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.
  • 1 Thèse de doctorat sous la direction de Daniel Raichvarg (professeur Université de Bourgogne) et de (...)
  • 2 Docteur en didactique des sciences et des techniques, chercheur en sciences de l’information et de (...)

1Note portant sur l’auteur2

2Au cours de ce travail de thèse, j’ai cherché à analyser les liens entre les représentations et les pratiques des citoyens et les discours qui circulent dans l’espace public médiatique.

3C’est le cas de la pollution atmosphérique en milieu urbain qui a été choisi. La pollution atmosphérique est un problème de santé publique dont la population se dit préoccupée. Cette pollution en milieu urbain est en grande partie due aux transports routiers : pour la diminuer, des modifications de comportement sont indispensables.

4Une meilleure compréhension des articulations entre les discours médiatiques et les perceptions/dispositions de la population était donc nécessaire.

5Notre corpus était double, un corpus médiatique et un corpus d’entretiens :

  • Le corpus médiatique était constitué de plus de 1 500 documents diffusés en France durant l’année 2000 : articles de la presse nationale et régionale, émissions de télévision et de radio, documents édités par les institutions, les industriels et les associations.
  • Cinquante entretiens semi-directifs ont par ailleurs été réalisés en juillet 2002 sur les trottoirs de différentes villes d’Île-de-France. Il ne s’agit pas d’un échantillon représentatif de la population francilienne ; la variété des lieux de sondages (boulevard, rue piétonne, parking de centre commercial...) et des villes (Paris, Bobigny, Saint-Denis, Cergy, Vélizy...) a simplement permis de diversifier les profils des personnes interrogées.

6La thèse est structurée en trois parties : l’analyse des caractéristiques du traitement médiatique, l’analyse des perceptions et des pratiques et enfin, le rapprochement entre les représentations des individus et les discours circulant dans les médias.

FIGURES D’ÉMISSION

7Ce chapitre a pour but d’analyser plusieurs caractéristiques du traitement médiatique, plusieurs figures d’émission en matière de pollution de l’air.

8Partant du corpus médiatique, je voulais tout d’abord savoir quels étaient les aspects du problème de la pollution de l’air qui étaient abordés dans les médias. Une analyse de contenu thématique des différents documents a donc été conduite. Le débat public est structuré autour de trois grandes catégories : les causes de la pollution, ses effets sur l’Homme et l’Environnement et les moyens de lutte.

9Je souhaitais ensuite identifier les différents acteurs qui apparaissent dans le débat public soit en intervenant à la télévision, à la radio ou dans la presse, soit en éditant directement des brochures ou des affiches. Six catégories d’acteurs ont été construites : les acteurs institutionnels, les industriels, les scientifiques, les associations, les gens ordinaires et, enfin, les journalistes, les rédacteurs… qui sont au centre du dispositif médiatique.

10Partant des variations temporelles du niveau de pollution (dues notamment aux conditions météorologiques), je voulais étudier les variations temporelles de l’intensité du traitement médiatique et l’éventuelle corrélation entre les deux. Les variations sur l’année 2000 du nombre de documents (articles, reportages…) diffusés chaque jour par la presse, la télévision et la radio montre que l’intensité du traitement médiatique varie en dent de scie. La comparaison entre les deux courbes montre que certains pics de pollution sont accompagnés de pics d’information (alertes médiatiques) mais que ce n’est pas toujours le cas (silence médiatique).

FIGURES DE RÉCEPTION

11L’exploitation du corpus d’entretiens s’est faite selon deux objectifs : analyser les perceptions de la pollution de l’air et les regards portés par les Franciliens sur les moyens de lutte et sur l’action individuelle.

12Dans les entretiens la pollution atmosphérique apparaît en tête des pré-occupations de santé : la pollution est le risque le plus cité par les Franciliens interrogés quand il s’agit d’évoquer les risques pour la santé, largement devant le tabac et l’alimentation. Presque tous les Franciliens interrogés estiment que la pollution a des effets néfastes sur la santé, cependant, la plupart des personnes rencontrées ne ressentent pas personnellement les effets de la pollution sur leur santé et en sont réduits à constater ces effets sur leurs proches, à rechercher avec leurs yeux et leur nez tout signe de pollution.

13Différentes pistes pour lutter contre la pollution sont évoquées : partant du constat que les voitures polluent, l’idée souvent proposée est de poursuivre la baisse des émissions de chaque véhicule. Cependant, certains pensent que ces efforts sont insuffisants : il faut inciter l’automobiliste à laisser sa voiture au garage. En ce qui concerne l’action individuelle, l’analyse du discours des personnes interrogées montre que la pratique de l’automobile est très souvent automatique, empêchant de ce fait la réflexion à propos de l’adéquation du mode de déplacement à chaque trajet. Rares sont les personnes qui expliquent choisir leur moyen de transport en fonction du lieu de déplacement.

14Ces deux analyses m’ont permis de faire émerger plusieurs facteurs qui caractérisent les dispositions des Franciliens en matière d’action individuelle, les différents freins ou moteurs qui peuvent les pousser à se mobiliser contre la pollution de l’air et à adopter tel ou tel comportement. Plusieurs profils de personnes se disant prêtes ou non à réduire leur vitesse en cas de pic de pollution ont été construits. Certaines personnes, par exemple, ne ralentissent pas parce qu’elles aiment la vitesse et que c’est inutile, voire dangereux, de ralentir ; d’autres, ne sont pas convaincues de l’efficacité de la mesure mais ralentissent quand même, parce que c’est amendable ; etc.

INTERACTIONS

15Les entretiens menés ne constituent pas une étude en réception immédiate de documents médias, il est cependant possible d’analyser leurs traces dans le discours sur la pollution de l’air. L’objectif de ce chapitre est d’apporter des éléments sur ce que l’on pourrait appeler la réception au long cours ainsi que, réciproquement, sur la constitution de l’environnement social où évoluent les médias.

16Des rapprochements entre le discours médiatique et le contenu des entretiens ont ainsi été mis en évidence en termes de vocabulaire employé (« indice Atmo », « pic de pollution », catégories de personnes dites sensibles), de thèmes abordés (les carburants, la circulation alternée, les effets planétaires de la pollution) et d’images évoquées (automobile et pollution, fumées noires, enfants dans les poussettes).

RECOMMANDATIONS

17Financée par l’Action Concertée Incitative Ville du Ministère de la Recherche, l’objectif du dernier chapitre de la thèse est de proposer des recommandations sur la communication autour de la pollution, comme celle relative à l’adaptation des conseils sanitaires aux contraintes de la vie active.

18Les entretiens mettent en évidence l’opposition fréquente entre les conseils sanitaires et la vie professionnelle (ou scolaire pour les enfants). En outre, les conseils sanitaires ne sont que trop rarement relayés par les médias lors des alertes médiatiques (contrairement aux conséquences pratiques pour les automobilistes). Est-il possible pour une personne vulnérable de devoir choisir entre sa santé et son emploi un jour de pic de pollution ? Ne faudrait-il pas être plus précis dans les conseils pour tenir compte des réalités de la vie quotidienne ?

VALORISATION

19Jahnich Mathieu, (2003), Le traitement multimédiatique d’un risque pour la santé. Étude d’un cas : le problème des gaz d’échappement, thèse de doctorat de l’ENS de Cachan soutenue le 22 septembre 2003 (mention très honorable), 2 tomes, 950 p.

20Jahnich Mathieu, (2004), « Pollution de l’air : traitement médiatique et perceptions », dans Actes du Colloque International « La publicisation de la science », Grenoble, Gresec/Institut de la communication et des médias, 24, 25 et 26 mars 2004, Grenoble, pp. 77-81.

21mailto:jahnich@club-internet.fr
UMR « Sciences, Techniques, Éducation, Formation »

ENS Cachan – INRP
61, avenue du Président Wilson
94235 Cachan Cedex
Tél. : 01 47 40 76 09

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Academie des SciencesConseil pour les Applications de l’Academie des Sciences, (1999), Pollution atmosphérique due aux transports et santé publique, Paris, Éditions Tec & Doc, 196 p.

Bélisle Claire, Bianchi Jean, Jourdan Robert, (1999), Pratiques médiatiques. Cinquante mots-clés, Paris, CNRS Éditions, collection « CNRS Communication », 428 p.

Centre Interprofessionnel Technique d’Étude de la Pollution Atmospherique (CITEPA), (2002), Inventaire des émissions de polluants atmosphériques en France – Séries sectorielles et analyses étendues, Paris, 204 p.

Cheveigné Suzanne (de), (2000), L’environnement dans les journaux télévisés. Médiateurs et visions du monde, Paris, CNRS Éditions, collection « CNRS Communication », 164 p.

Dab William, Roussel Isabelle, (2001), L’air et la ville. Les nouveaux visages de la pollution atmosphérique, Paris, Hachette Littératures, 222 p.

Haut Comité de la Santé Publique – Ministère de l’Emploi et de la Solidarité, (2000), Politiques publiques, pollution atmosphérique et santé. Poursuivre la réduction des risques, Rennes, Éditions de l’École Nationale de Santé Publique, 280 p.

Slovic Paul, (2000), The Perception of Risk, London, Earthscan, 474 p.

Notes

1 Thèse de doctorat sous la direction de Daniel Raichvarg (professeur Université de Bourgogne) et de Marc Poumadère (professeur associé à l’ENS Cachan). Soutenue le 22 septembre 2003 à l’ENS de Cachan (mention très honorable).

2 Docteur en didactique des sciences et des techniques, chercheur en sciences de l’information et de la communication, chercheur associé au Laboratoire « Communication et Politique » du CNRS.

Notes de fin

* Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.

Auteur

Allocataire de recherche

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540