Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

II. Cohésion sociale et citoyenneté

Migration, territoires diasporiques et politiques identitaires : Bengalis musulmans entre Banglatown (Londres) et Sylhet (Bangladesh)*1

David Garbin

Texte intégral

  • * Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.
  • 1 Thèse de doctorat de géographie, sous la direction de Michel Lussault (professeur de géographie) e (...)
  • 2 Docteur en géographie, chargé de recherche au Centre for the Research on Nationalism, Ethnicity an (...)

1Note portant sur l’auteur2

OBJET ET PROBLÉMATIQUE

2Les multiples dynamiques – sociales, économiques, politiques, etc. – inhérentes aux processus migratoires ou post-migratoires (c’est-à-dire la présence de populations immigrées ou « d’origine immigrée » dans les métropoles occidentales) ont été, depuis quelques années, appréhendées sous l’angle de conceptualisations telles que « communautés transnationales » ou « diaspora », des catégorisations théoriques ayant principalement pour finalité de rompre avec les visions unilinéaires (rattachées par exemple au couple immigration-intégration), souvent jugées réductrices dans le contexte « contemporain » de mondialisation des flux.

3On interroge ici la permanence ou la réactivation de réseaux dans un espace transnational, circulatoire, multipolaire, souvent en mettant l’accent sur la fluidité et la recomposition des appartenances ; des référents qui défient les catégorisations homogénéisantes ou essentialistes. Le recours au vocable de l’« entre-deux » (in-between) et surtout à celui de l’» hybridité » témoigne de cette cristallisation identitaire de la « condition diasporique », dans le sens de la multiplicité, de la fluidité et du métissage, c’est-à-dire au-delà à la fois d’une problématique de l’exil, de l’attachement à une « origine » réelle ou (ré)imaginée ou au-delà de la mobilisation d’appartenances culturelles ou politiques substantialisées (des deux côtés de la frontière ethnique/identitaire).

4Ces grilles d’analyse m’ont été utiles pour élaborer un cadre de problématisation adapté à l’étude d’un groupe migrant spécifique, les Bengalis musulmans originaires de Sylhet (région rurale au nord-est du Bangladesh) et concentrés dans l’East End de Londres, dans l’arrondissement de Tower Hamlets, une commune parmi les plus défavorisées de Grande-Bretagne, située en marge du centre financier international de la City of London.

5Dans un souci d’enrichir le corpus des études existantes sur les Bangladeshis de Londres qui ont peu pris en compte les deux pôles du continuum migratoire, mais aussi afin d’affiner le questionnement scientifique sur les dynamiques socio-anthropologiques rattachées à la transnationalité, j’ai fait fonctionner l’articulation entre migration, politiques identitaires et territorialisations diasporiques selon plusieurs échelles.

6J’ai découpé différents niveaux d’observation, à la fois au desh (le territoire d’origine) et au bidesh (le territoire « étranger »), en ayant pour préoccupation majeure de relier les référents identitaires au domaine des pratiques, de réintroduire une dimension spatiale avec un regard sur les dialectiques local/global, tout en réfléchissant aux enjeux de statut et de pouvoir souvent occultés dans les travaux récents sur le déploiement transnational des groupes migrants.

RECOMPOSITION DES RÉCIPROCITÉS

7La problématique des liens matériels et symboliques entre desh et bidesh a d’abord été envisagée sous l’angle de la « recomposition des réciprocités », c’est-à-dire à travers un examen des changements, continuités et discontinuités relationnelles inscrites dans la temporalité du processus migratoire.

8Pour la plupart des familles immigrées sylheties la reproduction des structures domestiques tend désormais à s’effectuer à Londres car le poids des contraintes financières au bidesh induit une remise en question des transferts d’argent réguliers ou la cession de la terre cultivable (zommi), marqueur fort de statut dans les hiérarchisations sociales au Bangladesh.

9Néanmoins, pour une catégorie spécifique de probashis (« expatriés ») la maintenance ou la réactivation des réseaux transnationaux à l’échelle domestique ou villageoise est considérée comme une ressource cruciale en termes d’accumulation de l’izzat (prestige/honneur). La recherche d’un lien fort avec l’» origine » combinée à des stratégies de circulations, de division du travail, d’indivision foncière, d’investissements urbains et de flux financiers dans l’espace transnational est alors un phénomène saillant chez ceux qui cherchent à « ancrer » ou à légitimer une respectabilité communautaire « ici » et « là-bas ».

10Quant aux jeunes British Bangladeshis leurs pratiques sont peu orientées vers des logiques d’izzat et d’accumulation de capitaux symboliques au desh. Cette question des pratiques, de l’investissement social, économique ou politique à Sylhet, ne peut pas être en fait dissociée d’une problématique des appartenances : le desh, qui pour les primo-migrants et les morubbis (« anciens ») à Londres est toujours un référent symbolique essentiel – même pour ceux qui ont « pris leurs distances » ou redéfini les frontières de la « famille élargie » – n’est plus en définitive qu’un élément parmi d’autres dans un paysage identitaire, pluriel, composite, où s’entremêlent et se recomposent les appartenances « Sylheti », « Bangladeshi », « Muslim », « Asian », « East Ender », « British », « Londoner », etc.

RITUELS ET TERRITOIRES SACRALISÉS EN DIASPORA

11Une étude des rituels et des territoires sacralisés en diaspora rattachés aux logiques du dhormo (ordre social et moral religieux) a complété cette réflexion sur les dynamiques d’appartenance et la renégociation des liens desh-bidesh.

12Le processus de transition morale, c’est-à-dire la reconstitution d’un univers de sens qui implique un déplacement des « relations valorisées » du pays d’origine vers le pays d’installation (avec la remise en question du « mythe du retour »), s’accompagne d’une islamisation des espaces à Tower Hamlets, c’est-à-dire le développement des structures religieuses (mosquées, écoles coraniques, associations de jeunes musulmans) et l’affirmation croissante d’un rôle social et communautaire des élites religieuses, surtout celles de la grande mosquée d’East London, une des plus importantes de Grande-Bretagne.

13Ces élites religieuses et ces militants d’associations musulmanes s’efforcent de construire un cadre de pratiques « authentiques » et adab (fidèles aux principes définis dans le Coran et les Hadiths) ancré en Grande-Bretagne en opposant l’islam villageois (gramer islam), considéré comme « rétrograde » et « syncrétique », à la fraternité positive, universelle et émancipatrice de l’umma.

14Dans leurs stratégies de transmission identitaire et d’affirmation collective ils doivent néanmoins faire face à une réappropriation de la « tradition » religieuse dans le sens d’un mode de vie urbain et hybride chez les jeunes British Bangladeshis ainsi qu’à une persistance de la sacralisation du desh. Par exemple, nombre de familles envoient de l’argent au village pour que soit effectué en leur nom le sacrifice de l’Eid ul Adha (réinstaurant ainsi une continuité symbolique avec l’espace d’origine), transfèrent le corps d’un défunt au village ou choisissent un conjoint au village pour une fille et surtout un fils.

TENSIONS INTRA-COMMUNAUTAIRES

15En outre, la sphère desh-bidesh de la communauté morale du dhormo reste importante pour les élites circulantes et les probashis impliqués dans la politique transnationale, car la nouvelle respectabilité religieuse liée aux ressources financières ou aux envois d’argent est un vecteur puissant d’affirmation du statut au niveau local et en même temps permet de formuler un contre-récit face aux critiques qui portent sur l’allochtonie ou l’illégitimité de la mobilité sociale des migrants ou des familles de migrants à Sylhet.

16À Tower Hamlets, les tensions observables au niveau politique donnent elles aussi à penser une pluralité de références d’appartenance, mobilisées dans l’espace public, souvent en négociant le cadre multiculturel stato-national dominant.

17La concurrence entre, d’un côté, les acteurs associatifs et conseillers municipaux laïques et, de l’autre, les élites religieuses de la mosquée d’East London est rattachée à des luttes pour la représentation communautaire légitime à Tower Hamlets. Cependant elle renvoie aussi à une réinterprétation des tensions liées à la guerre d’indépendance du Bangladesh en 1971 (sous le joug pakistanais depuis 1948) et à ses développements ultérieurs. Les militants et les élus laïques puisent ainsi depuis les années quatre-vingt dans le vivier des valeurs culturelles bengalies et nationalistes associées à la « Guerre de Libération » (Muktojuddho) pour définir un projet éducatif en Grande-Bretagne face aux initiatives des acteurs religieux de la mosquée d’East London, proches du Jamaat i Islami (parti islamiste dans la coalition au pouvoir au Bangladesh et allié des Pakistanais pendant la guerre d’indépendance).

18Ce clivage majeur, qui articule politiques identitaires et dynamiques historico-diasporiques, se projette sur l’espace local dans un contexte de changements urbains (pression foncière de la City, gentrification des maisons géorgiennes) et de régénération du quartier : création d’un « Banglatown » qui valorise les « restaurants indiens » de l’enclave ethnique avec pour objectif d’attirer les touristes (à l’image du Chinatown de Soho) ou organisation de melas et de festivals de rue du côté des laïques, pendant que les acteurs religieux sont engagés dans un projet d’extension de la mosquée d’East London ou développent leur assise institutionnelle par le biais du travail social (lutte contre la drogue, la délinquance, l’échec scolaire) combiné au dawa.

19Enfin, à ce champ des luttes intra-communautaires se superpose celui structuré autour de l’économie en réseaux, des pratiques de mobilité et un savoir-circuler (et faire circuler). Au sein de ce champ, on peut délimiter plusieurs espaces de pratiques étroitement interdépendants, un espace d’investissement politique transnational, un espace des réseaux économiques, commerçants et financiers et un espace structuré autour du « développement » du desh.

20L’étude a porté ici plus particulièrement sur les branches britanniques des partis politiques bangladeshis (Awami League, BNP), sur les comités de développement et sur les élites circulantes.

CONCLUSION

21En définitive, que ce soit au niveau domestique/villageois ou au niveau politique, nous sommes confrontés à une pluralité des logiques de la diaspora, ce qui nous oblige à envisager les pratiques et les référents symboliques sous l’angle des articulations complexes entre sphère « communautaire » du local et déploiement global, inscrites dans la temporalité migratoire et qui négocient ou transcendent les frontières instituées et instituantes des formations stato-nationales.

VALORISATION

Communications

22Eade J., Garbin D., (2001), « Changing narratives of violence, struggle and resistance : Bangladeshis and the competition for resources in the global city », Conférence Global and local cultural interfaces in the context of self-determination movements, Université d’Oxford, Grande-Bretagne, 28-29 septembre 2001.

23Garbin D., (2002), « Enclave ethnique, réseaux transnationaux et ville globale », Journées d’étude La ville : un objet sociologique et anthropologique ?, Université de Tours, 14-15 mai 2002.

24Garbin D., (2002), « From transnational to translocal : migration, space and power », Conférence The European City in Transition : Urbanism and Globalization, Université Bauhaus, Weimar, Allemagne, 8-9 novembre 2002.

25Garbin D., (2002), « Global gram, global sohor : transnational networks and narratives of local development », Conférence Bangladeshis in Britain, change and choices, configurations and perspectives, London Guildhall University, Londres, Grande-Bretagne, 24-25 mai 2002.

26Garbin D., (2004), « Islam en diaspora et territoires de la migration. Le cas des Bengalis musulmans entre Londres et Sylhet (Bangladesh) », Conférence Migrations internationales de retour dans la perspective des pays du Sud, CEPED/POPINTER, Paris, France, 5-6 avril 2004.

27Garbin D., Fremeaux I., (2001), « Nation, islam et “Banglatown” : Politiques transnationales et territoires identitaires des Bangladeshis de l’East End de Londres », Colloque Représentations de l’environnement et construction des territoires : dialogue des disciplines, Université de Poitiers, 11-12 octobre 2001.

28Garbin D., Fremeaux I., (2001), « New politics of urban cultural dynamics : are “real geography” and development strategies at odds ? », Colloque The European city in transition : Consumption and the post-industrial city, Université Bauhaus, Weimar, Allemagne, 14-15 décembre 2001.

Publications

29Eade J., Fremeaux I., Garbin D., (2002), « The political construction of diasporic communities in the global city », dans Gilbert P. (Ed.), Imagined Londons, Albany, State University of New York Press.

30Eade J., Garbin D., (2002), « Changing narratives of violence, struggle and resistance : Bangladeshis and the competition for resources in the global city », Oxford Development Studies, n° 30.

31Garbin D., (2001), « Politiques identitaires musulmanes et représentation communautaire bengali dans l’East End de Londres », Journal des Anthropologues, n° 87.

32Garbin D., (2002), « “Bideshi Taka” : argent, migration et politiques transnationales entre “Banglatown” (Londres) et Sylhet (Bangladesh) », Journal des Anthropologues, n° 88-89.

33Garbin D., Fremeaux I., (2002), « “Community”, multi-culturalism and the diasporic negotiation of space and identity in the East End of London », dans Eckart F., Hassenpflug D. (Ed.), Consumption and the post-industrial city, Franckfort, Peter Lang.

34mailto:davidgarbin@yahoo.com
Visiting post-doctoral research fellow

Centre for the Study of Migration
Queen Mary University of London, Grande-Bretagne
Laboratoire de rattachement en France :
Centre de recherche Ville Société Territoire
UMR 6173 CITERES (ancienne EA 2111)
Parc Grandmont
37200 Tours
Tél. : 02 47 36 73 20

Notes

1 Thèse de doctorat de géographie, sous la direction de Michel Lussault (professeur de géographie) et la co-direction de Françoise Bourdarias (maître de conférences en sociologie), soutenue le 25 février 2004, à l’Université François Rabelais de Tours.

2 Docteur en géographie, chargé de recherche au Centre for the Research on Nationalism, Ethnicity and Multiculturalism (CRONEM), University of Surrey, Grande-Bretagne.

Notes de fin

* Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.

Auteur

Allocataire de recherche

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable