Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

II. Cohésion sociale et citoyenneté

Santé, inégalités et ruptures sociales dans les métropoles du monde

Jean-Marie Firdion

Texte intégral

  • 1 Sociologue, chargé de recherche à l’INED.

1Note portant sur l’auteur1

PROGRAMME SANTÉ, INÉGALITÉS ET RUPTURES SOCIALES

2Le programme de recherche « Santé, Inégalités et Ruptures Sociales » (SIRS) a bénéficié du soutien de l’ACI-Ville pour la tenue d’un colloque en novembre 2000, à l’UNESCO, intitulé Les mégapoles face au défi des nouvelles inégalités. Ce colloque a constitué une première étape du programme de recherche SIRS. Des chercheurs et des décideurs de différents pays ont en effet présenté et confronté leurs analyses sur les inégalités socio-économiques et socio-territoriales, l’affaiblissement des liens sociaux et les problèmes d’exclusion, les inégalités de santé ainsi que sur les formes de solidarité en milieu urbain.

  • 3 Le programme SIRS est mené en collaboration avec des chercheurs relevant de plusieurs institutions (...)

3Ce programme porte à ce jour sur six villes : Abidjan, Antananarivo, New York, Paris, São Paulo et Varsovie. Il est conduit dans un réseau pluridisciplinaire qui réunit sociologues, démographes, économistes, épidémiologistes et chercheurs en santé publique, travaillant sur l’une ou l’autre des villes étudiées3.

4L’hypothèse de départ est que les inégalités socio-économiques inscrites dans le territoire des métropoles se traduisent par des problèmes spécifiques de santé et de ruptures sociales des résidants, risquant de plus de conduire, au niveau collectif, à une dégradation de la sécurité sanitaire et de la cohésion sociale.

RUPTURES DES LIENS SOCIAUX…

5En Île-de-France comme dans les grandes métropoles du monde, de nombreuses personnes connaissent des difficultés dans plusieurs domaines à la fois : l’emploi (le chômage et la précarité de l’emploi étant des facteurs majeurs, depuis longtemps étudiés, de vulnérabilité sociale et sanitaire), mais aussi les conditions de vie au sens général, les ressources culturelles, l’intégration sociale et la participation sociale, ainsi que le bien-être et la santé. Ces constats sont à étudier au regard de l’accroissement des inégalités entre territoires et des processus de relégation et de polarisation sociale. En outre, l’appartenance à un quartier défavorisé peut constituer un handicap supplémentaire pour l’insertion et la santé des individus – que ce soit en raison de facteurs matériels, tels qu’un environnement dégradé ou l’éloignement des pôles d’emploi, ou en raison des expériences vécues, par exemple l’intériorisation de l’image négative du quartier ou les conséquences du labelling sur la dégradation de l’image de soi. De ce point de vue, il nous semble intéressant d’étudier l’influence de l’environnement résidentiel (qu’il soit favorisé ou défavorisé) sur la situation sociale, la santé et le recours aux soins des personnes en situation de vulnérabilité.

6D’une manière générale, les difficultés rencontrées sur le plan social et le plan sanitaire sont d’autant plus problématiques que les formes traditionnelles de sociabilité et d’entraide s’affaiblissent. Lorsque les liens sociaux se distendent, le risque s’accroît d’être confronté à un enchaînement d’adversités et de ruptures sociales qui se renforcent mutuellement. Ces processus s’opposent à l’intégration au système social : ils se traduisent concrètement par l’absence de réciprocité dans les rapports sociaux, par une remise en question de la complémentarité des individus et une disqualification sociale au sens du refoulement des personnes à la marge de la société où elles ont une forte probabilité de se sentir inutiles.

7Nous distinguons trois grands types de liens sociaux susceptibles de faire l’objet de ruptures : le lien de filiation, qui correspond au lien de l’individu avec la « famille d’orientation », c’est-à-dire celle qui permet à l’enfant de faire ses premiers apprentissages sociaux ; le lien d’intégration, qui relève de la socialisation secondaire dans le cadre de groupes divers et d’institutions ; enfin, le lien de citoyenneté, qui renvoie aux liens directs et indirects avec l’État.

…ET LEURS IMPACTS SUR LA SANTÉ

8L’un des objectifs de notre recherche est précisément d’analyser comment des ruptures affectant ces liens sociaux sont susceptibles de s’enchaîner et de s’inscrire dans un processus de cumul de difficultés sociales, économiques et sanitaires. Il s’agit en particulier d’analyser en quoi les ruptures sociales ont un impact péjoratif sur le bien-être et la santé mentale et physique (plus particulièrement sur la santé ressentie, les attentes et les comportements relatifs à la santé ainsi que les recours ou les non recours aux soins). Conjointement, nous entendons tenir compte des stratégies d’adaptation et les facteurs de résistance, aussi bien individuels que collectifs (au niveau des personnes, des ménages, des regroupements associatifs par exemple, parallèlement aux politiques publiques).

9Pour cela, les enquêtes socio-épidémiologiques que nous réalisons portent non seulement sur des situations objectivées mais également sur la manière dont elles sont vécues subjectivement par les individus.

10Dans sa perspective de comparaison internationale, notre programme de recherche permettra d’analyser les formes de vulnérabilité sociale et leurs effets sur la santé en tenant compte de la structure sociale (plus ou moins fortes inégalités notamment), des caractéristiques de l’économie et du marché de l’emploi, des modes d’intervention des pouvoirs publics et du rôle des solidarités familiales et communautaires.

MÉTHODOLOGIE

11Dans chacune des villes, une enquête par questionnaire, administré en face-à-face, est menée auprès d’un échantillon de 3 000 ménages. À Antananarivo, l’enquête a été réalisée au printemps 2003 ; l’enquête sur Varsovie s’est achevée en mars 2004.

12En Île-de-France, nous avons mené en 2001 une pré-enquête dans cinq Zones Urbaines Sensibles (avec le soutien de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale). Elle a confirmé l’intérêt d’analyser les ruptures sociales et des variables « psychosociales » (selon la terminologie des épidémiologistes) pour la compréhension des difficultés sociales – ainsi que pour le renouvellement de l’approche des inégalités de santé. Pour ne citer qu’un exemple, le risque de renoncer à des soins pour raisons financières s’avère lié (en analyse multivariée) non seulement aux facteurs socioéconomiques « classiquement » étudiés, mais aussi aux attitudes de l’individu à l’égard de la santé, ainsi qu’au nombre de ruptures sociales qu’il a connu dans sa vie ou encore à l’estime de soi.

13À l’automne 2003, une autre enquête a été réalisée dans les quartiers relevant de la politique de la ville du XXe arrondissement de Paris (avec le soutien de la Mission Ville de la Préfecture de Paris). Elle a porté sur un échantillon représentatif de 1 000 personnes résidant dans ces quartiers, que ce soit en ménage ordinaire, en foyer de travailleurs ou en hôtel meublé.

14À partir de ces travaux, nous poursuivons actuellement notre recherche non plus uniquement dans des quartiers défavorisés mais sur l’ensemble de la population francilienne. Cela nous permettra d’analyser les liens entre santé, inégalités et ruptures sociales sur l’ensemble du continuum social et spatial de la région. Nous nous appuierons pour cela sur une enquête auprès d’une cohorte de 3 000 personnes, dont le premier passage est prévu à l’automne 2004.

VALORISATION

Publications

15Chauvin P., Parizot I. (dir.), (2004), États de santé et recours aux soins des personnes vulnérables, Paris, Éditions INSERM.

16Parizot I., Chauvin P., Firdion J.-M., Paugam S., (2004), « Santé, inégalités et ruptures sociales dans les zones urbaines sensibles d’Île-de-France », dans Les travaux de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale 2003-2004, Paris, La Documentation Française, pp. 367-412.

17Parizot I., Chauvin P., Paugam S., Firdion J.-M. (dir.), (2002), Les mégapoles face au défi des nouvelles inégalités, Paris, Flammarion Médecine-Sciences.

Événements

18Quatre conférences internationales ont été organisées directement au sein du programme SIRS :

  • Colloque international Les mégapoles face au défi des nouvelles inégalités. Mondialisation, santé, exclusion et ruptures sociales, Unesco, Paris, novembre 2000.
  • Colloque international Inégalités et ruptures sociales dans les métropoles contemporaines, PUC-SP, São Paulo, novembre 2001.
  • Colloque international Inégalités et pauvreté dans les grandes villes du monde, Académie Polonaise des Sciences, Varsovie, septembre 2002.
  • International workshop on social exclusion, inequality and health, Brown University, Providence, June 2003.

19L’équipe française du programme SIRS organise depuis 2002, au sein du réseau « Santé, Inégalités et Ruptures Sociales en Île-de-France » (Réseau régional de santé publique soutenu par l’Inserm), des séminaires mensuels. Le contenu des interventions et des débats sont retranscrits et mis en ligne sur le site Internet du programme (http://www.u444.jussieu.fr/​sirs).

Communications

20Les résultats des enquêtes menées ont fait l’objet (en plus des interventions dans les colloques et les séminaires organisés par l’équipe) de communications dans des colloques de recherche ainsi que dans des colloques plus généralistes. Notamment :

  • World Congress of Epidemiology, International Epidemiological Association, Montreal, August 2002.
  • Colloque L’exclusion : sens et contresens, LATSIS, Université de Genève, octobre 2002.
  • Rencontres de la Mission d’Information sur la Pauvreté et l’Exclusion Sociale en Île-de-France (MIPES), novembre 2002.
  • Colloque Femmes en situation de précarité, organisé par la Préfecture et la DDASS de Haute-Savoie, Annecy, février 2003.
  • International workshop on Social ties and health, Paris, Credes, mai 2003.
  • Colloque Santé et précarité : l’évolution des déterminants, Centre Régional d’Éducation pour la Santé, Aix-en-Provence, octobre 2003.
  • Congress of the European Epidemiology Federation, Tolède, octobre 2003.
  • Journées des économistes français de la santé, Approches économiques des inégalités de santé, Credes, Paris, juin 2004.

21mailto:firdion@ined.fr
Institut National d’Études Démographiques (INED)

133, boulevard Davout
75020 Paris
Tél. : 01 40 56 20 34

Notes

1 Sociologue, chargé de recherche à l’INED.

3 Le programme SIRS est mené en collaboration avec des chercheurs relevant de plusieurs institutions : en France, l’INSERM U444, le LASMAS (CNRS/EHESS) et l’INED ; à Madagascar, l’IRD et l’INSTAT ; en Pologne, l’Académie Polonaise des Sciences, aux États-Unis, Columbia University et Brown University ; au Brésil, la Pontificade Universidade Católica de São Paulo ; enfin, en Côte d’Ivoire, l’Université d’Abidjan.

Auteur

Responsable scientifique

Avec la collaboration de Pierre Chauvin (INSERM), Isabelle Parizot (INSERM), et Serge Paugam (LASMAS).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540