Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

II. Cohésion sociale et citoyenneté

Une politique urbaine de santé publique. Les débuts de la lutte contre le saturnisme infantile en France

Didier Fassin et Anne-Jeanne Naudé

Texte intégral

  • 1 Anthropologue et sociologue, professeur à l’Université de Paris 13 et directeur d’études à l’EHESS (...)

1Note portant sur l’auteur1

  • 2 Doctorante en sociologie à l’EHESS, thèse sous la direction de Didier Fassin, membre du Centre de (...)

2Note portant sur l’auteur2

PROBLÉMATIQUE

3Au regard de la place croissante qu’a prise la santé publique dans le gouvernement des villes au cours des dernières décennies, et parallèlement, de la traduction dans le langage sanitaire de nombre de problèmes sociaux, la lutte contre le saturnisme infantile constitue un exemple remarquable. L’intoxication par le plomb des enfants en bas-âge, dont les complications peuvent aller jusqu’à des séquelles neurologiques graves et parfois même la mort, est liée, on le sait aujourd’hui, à une contamination par les peintures de poussière au plomb, ingérées ou inhalées, dont l’existence correspond toujours à un habitat ancien et dégradé. Connue en Amérique du Nord depuis le début de ce siècle et objet de santé publique prioritaire depuis les années soixante-dix, elle a longtemps été ignorée en France. C’est à Paris en 1985, puis en Seine-Saint-Denis à partir de 1989, que le problème a été découvert, donnant lieu à des enquêtes épidémiologiques, des interventions médicales, puis l’inscription de mesures sur l’habitat dans la loi sur l’exclusion de 1998.

4À partir de l’étude historique de l’apparition et de la prise en charge du saturnisme infantile, la recherche s’efforce de saisir empiriquement la façon dont se constitue un problème de santé publique urbaine et comment il est mis sur l’agenda politique, depuis l’échelon le plus local de l’îlot dans lequel ont été découverts les premiers cas, jusqu’à l’échelle nationale, avec son inscription dans la loi de lutte contre les exclusions.

5L’hypothèse de travail qui sous-tend la recherche est que le saturnisme, bien loin de l’évidence immédiate qui le pose d’emblée comme un fait allant de soi, résulte d’un double phénomène de production et de construction sociales. Il n’est pas seulement une réalité biologique (l’accumulation de plomb dans les tissus secondaires, l’exposition à un risque), mais le produit de politiques de l’immigration et de politiques de l’habitat qui conduisent à soumettre certaines catégories de populations à un danger environnemental. Il n’est pas un problème admis comme tel par les responsables sanitaires (et justifiant une politique de prévention), il est l’objet d’une lutte pour connaître et faire reconnaître à la fois son existence, sa gravité et son origine, lutte dans laquelle s’affrontent des groupes, des intérêts, des valeurs et des cultures.

6Finalement, il s’agit de comprendre la manière dont une question sociale en rapport avec l’habitat dégradé et le traitement de l’immigration trouve une traduction dans l’espace public sous la forme d’un problème sanitaire, ce que nous avons proposé de qualifier dans un double mouvement de sanitarisation du social et de politisation de la santé. L’objet est donc de produire une anthropologie politique d’une épidémie liée à un phénomène environnemental et déterminée par les inégalités sociales face au logement.

MÉTHODOLOGIE

7Une revue d’ensemble approfondie de la littérature nationale et internationale sur le saturnisme infantile qui inclut aussi bien la littérature grise émanant de diverses institutions, organismes et associations que les sources bibliographiques à proprement dites dans les domaines médical, épidémiologique, sociologique et anthropologique.

8La conduite d’une trentaine d’entretiens qualitatifs enregistrés avec les acteurs impliqués à Paris, à des titres divers, dans les actions contre le saturnisme. Paris étant la ville où les premiers cas ont été découverts et les premières enquêtes réalisées, nous avons notamment rencontré les premiers acteurs confrontés au problème : professionnels de la santé et de l’hygiène publique locales (médecins, infirmières, puéricultrices, assistantes sociales) ; membres d’associations (MSF, MS, MDM, DAL, Gisti, HSD) ; professionnels des services départementaux et de l’État (DASETA, DRASSIF, DGS, Service du logement de la Mairie de Paris, Préfecture, Ministère du logement).

ANALYSE

9La « découverte » du saturnisme infantile en 1985 à Paris n’est pas allée de soi. Les connaissances accumulées sur la pathologie et la toxicité des peintures au plomb, bien avant cette date en France et à l’étranger ; l’ampleur avérée et la prise en charge effective du problème dans certains pays anglo-saxons ainsi que l’existence de cas d’intoxication similaires en France avant 1985, montrent qu’une approche critique ne peut se satisfaire du découpage chronologique marquant l’apparition du saturnisme infantile comme objet de santé publique en France, tel qu’il est spontanément opéré par les acteurs eux-mêmes, qui circonscrit l’existence du problème sanitaire à un « après 1985 ».

10L’analyse du début de l’histoire du saturnisme en France permet d’observer un travail de construction sociale pour faire exister le problème. En suivant les étapes de l’émergence du problème du saturnisme comme objet de santé publique lié à l’environnement, nous rendons compte des modalités de la participation et du rôle des différents acteurs dans le processus de mobilisation pour faire reconnaître le problème du saturnisme comme relevant de la santé et comme devant être inscrit à l’agenda politique.

11On observe, de 1985 à 1990, une mobilisation progressive de différents « mondes sociaux » au sein du domaine de la santé pour une prise en charge essentiellement sanitaire et sociale de la pathologie. Nous prêtons une attention particulière aux instruments et aux tactiques utilisés, notamment au rôle primordial de l’épidémiologie dans l’administration de la preuve. En effet, en 1985, tout se passe comme si finalement « tout repartait à zéro », aucun lien n’est fait au départ avec la somme des connaissances acquises ni avec l’expérience américaine. Il va s’agir pour les médecins de la santé et de l’hygiène publique locales qui se sont mobilisés, non seulement d’attester l’existence et l’étendue de la pathologie mais aussi de prouver que les peintures au plomb sont bien responsables des intoxications et de montrer le rattachement à l’habitat insalubre, alors que ces éléments étaient connus et avaient déjà été démontrés. On a donc affaire à une véritable « réinvention » d’un problème de santé publique.

12À la fin des années quatre-vingt, toutes les conditions semblent réunies pour que le saturnisme infantile émerge comme problème de santé publique national et pourtant ce programme ne se réalise pas. Plusieurs années vont être encore nécessaires pour vaincre les résistances à la reconnaissance du problème. En invoquant l’origine culturelle éventuelle de l’épidémie, le rattachement de la pathologie à l’habitat insalubre est mis en cause, le saturnisme infantile n’est pas simplement et directement identifié comme une maladie environnementale liée aux conditions de logement. Puisque ne semblent concernées que des familles étrangères, et presque toutes africaines, il faut rechercher les pratiques culturelles qui leur seraient spécifiques, contribuant ainsi à la « culturalisation » de la maladie.

13Ainsi, le fait que la maladie affecte quasi exclusivement des populations immigrées détermine le type d’inscription dans l’espace et l’action publics. La faiblesse de l’enjeu politique que représentent les conditions de vie des immigrés retarde l’action publique locale, ou permet tout du moins une certaine inertie, et ne déclenche pas d’emblée une mobilisation générale. En outre, l’incertitude quant à l’ampleur du phénomène, d’autant que l’origine géographique de la majeure partie de la population touchée pourrait expliquer la spécificité « culturelle » prétendue du problème, permet de conforter la thèse des cas isolés. Dans ce contexte, on observe une résistance à la reconnaissance du problème et à sa prise en charge au niveau des services du logement qui conduit à une situation de blocage.

14Au-delà de l’analyse de cette construction, il s’agit de lui donner sens et de comprendre notamment pourquoi la santé publique apparaît souvent comme le seul langage dans lequel il est encore possible de traiter du social.

15Nous utilisons le terme de bio-légitimité pour désigner la reconnaissance que les sociétés contemporaines accordent au corps malade et au corps souffrant. Quand il n’est pas possible de débattre des conditions de vie et d’habitat des immigrés mais quand, dans le même temps, ces questions redeviennent formulables sur la base de taux de plombémie élevés ou de risque d’atteinte neurologique, on peut envisager que le simple maintien de la vie physique sert de soubassement au politique.

VALORISATION

Publications

16Fassin D., (2001), « Les scènes locales de l’hygiénisme contemporain. La lutte contre le saturnisme infantile, une bio-politique à la française », dans Bourdelais P. (dir.), Les Hygiénistes. Enjeux, modèles et pratiques, Paris, Belin, pp. 447-465.

17Fassin D., (2003), « Naissance de la santé publique. Deux descriptions du saturnisme infantile à Paris (1987-1989) », Genèses, n° 53, pp. 139-153.

18Fassin D., (2004), « Public health as culture. The social construction of the childhood lead poisoning epidemic in France », dans Shaw M., Smith G.D. (Ed.), Culture of health, culture of illness, Oxford, Oxford University Press.

19Fassin D., Naudé A.-J., (2004), « Plumbism reinvented. The early times of childhood lead poisoning in France 1985-1990 », American Journal of Public Health.

20Naudé A.-J., (2000), « La construction d’une politique locale de santé publique : le saturnisme dans un espace communal », Alinéa, décembre, n° 11, pp. 19-31.

21Naudé A.-J., (2000), « Le saturnisme, une maladie sociale de l’immigration », Hommes et migrations, mai-juin, n° 1225, pp. 13-22.

Communications et interventions

22Diverses interventions dans le cadre de séminaires et de réunions d’équipe au Centre de recherche sur les enjeux en santé publique (CRESP), Université Paris XIII/INSERM.

23Fassin D., Naudé A.-J., (2002), « Les artisans-militants de l’épidémiologie locale, inventeurs du saturnisme en France (1985-2000) », Poster au 25eCongrès de l’ADELF (Association des Épidémiologistes de Langue Française), 18-20 septembre 2002.

24Naudé A.-J., (2000), « L’approche sociologique du saturnisme infantile », intervention dans le cadre d’un enseignement général du Professeur Didier Fassin, Problèmes sanitaires contemporains (AES 2e année) – Paris XIII – novembre 2000.

25Naudé A.-J., (2000), « Le saturnisme, un mal social de l’immigration », communication dans le cadre de la Journée d’étude Immigration et santé, le traitement de la différence, organisée par l’URMIS, le CRESP et la revue Hommes et Migrations, IRESCO, 15 mai 2000.

26Naudé A.-J., (2002), « Saturnisme et traitement de l’insalubrité : la ré-invention d’une politique de santé publique », intervention au séminaire du Professeur Didier Fassin, Gouverner des populations, produire des sujets, EHESS, 20 février 2002.

27Naudé A.-J., (2003), « The social construction of a public health issue : the case of children lead poisoning », communication à la Conférence Internationale sur la Santé et le Développement Durable, Université de Nijmegen, Pays-Bas, 31 mars-1er avril 2003.

28mailto:didier.fassin@ehess.fr
mailto:ajnaude@mshparisnord.org
Centre de Recherche sur les Enjeux contemporains en Santé Publique

CRESP – Unité Mixte Inserm (E0341)
Université Paris 13/École des Hautes Études en Sciences Sociales
Université Paris 13
UFR Santé Médecine Biologie Humaine
74, rue Marcel Cachin
93017 Bobigny
Tél. : 01 48 38 77 75
Site : http://www.inserm.fr/​cresp

Notes

1 Anthropologue et sociologue, professeur à l’Université de Paris 13 et directeur d’études à l’EHESS, directeur du Centre de Recherche sur les Enjeux Contemporains en Santé Publique (CRESP/U 723 INSERM – Université Paris 13 – EHESS).

2 Doctorante en sociologie à l’EHESS, thèse sous la direction de Didier Fassin, membre du Centre de Recherche sur les Enjeux Contemporains en Santé Publique (CRESP).

Auteurs

Responsables scientifiques

Responsables scientifiques

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540