Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

II. Cohésion sociale et citoyenneté

Comment mesurer l’attractivité des lieux ? Éléments de théorie et de méthode appliqués à la métropole berlinoise1

Élisabeth Dury

Texte intégral

  • 1 Thèse de doctorat sous la direction de Jacques Lévy
  • 2 Doctorante en géographie.

1Note portant sur l’auteur2

PROBLÉMATIQUE

2La ville fascine et offre à ses habitants autant qu’à ses visiteurs des services et des possibilités qu’ils ne trouveraient pas ailleurs. Pourtant, quel que soit l’angle par lequel elle est abordée, l’attractivité de la ville demeure l’une des propriétés de l’espace les plus difficiles à expliciter, et a fortiori à évaluer, sans doute parce qu’elle est immédiatement sensible à l’individu.

3Si les géographes se sont peu à peu détournés de la thématique de l’attractivité (quelle que soit l’échelle de travail) ce concept connaît en revanche depuis environ une dizaine d’année un regain de popularité dans les sphères de l’aménagement du territoire. C’est d’ailleurs dans ce domaine que les avancées ont été les plus marquantes dans un but opérationnel et de mesure. Il est à noter également que l’actualité de la notion ne faiblit pas tant dans le discours politique (évoquant l’attractivité du territoire national) que dans les campagnes publicitaires et de marketing pour des produits de consommation courante (depuis cinq ans). Fort de cette variété des emplois et de l’enrichissement des significations du terme, on peut donc se demander si le relatif désintérêt géographique pour l’analyse des mécanismes de l’attractivité est fondé ou s’il provient de l’inadéquation des moyens mis en œuvre avec l’objet scientifique étudié. Le renouvellement de la problématique en géographie par le biais de la mise en place d’une grille de lecture de l’espace adéquate serait-il à même de saisir cet insaisissable ?

4Il est aisé d’admettre qu’une ville est constituée d’un ensemble de lieux fortement attractifs et de lieux faiblement attractifs. La difficulté réside dans leur différenciation par la mesure. Dès lors la problématique de mon travail de recherche consiste à se demander comment, dans un ensemble hétérogène qu’est une ville, coexistent des lieux de forte attractivité et des lieux de faible attractivité. Ainsi, le questionnement porte davantage sur l’articulation de l’espace hétérogène qu’est une ville du point de vue de l’attractivité, que sur l’hétérogénéité en elle-même de cet espace. L’étude d’une telle notion présente donc un double intérêt en ce sens qu’elle permet, d’une part de revitaliser et de clarifier un concept de géographie afin d’en prouver les finalités opérationnelles et, d’autre part, d’envisager un thème qui frôle l’enjeu de société, à savoir le champ de l’aménagement du territoire dont il n’est plus mystère qu’il soit éminemment politique.

OBJECTIFS ET MÉTHODE

5Mes objectifs relèvent donc de plusieurs ordres. Les premiers sont d’ordre théorique. En effet, préciser le concept est un enjeu majeur de mon travail. Pour ce faire, je repars des orientations identifiées par l’économie spatiale, qui à mon sens sont les plus fructueuses, afin d’étayer la distinction souvent périlleuse entre attraction et attractivité, et en marge le rapport entre l’attractivité et des notions que l’on peut qualifier de « satellites ». En outre, je m’attache à travailler sur l’attractivité des lieux en tant qu’ils fonctionnent en système, ce qui ouvre ainsi de nouvelles perspectives quant à l’identification d’un rapport entre attractivité des lieux et forme urbaine.

6Mes seconds objectifs sont d’ordre méthodologique. En accord avec les démarches entreprises par les aménageurs, il me semble que l’intérêt du concept réside essentiellement, si ce n’est exclusivement, dans l’évaluation. C’est pourquoi je m’attache à construire un outil dont la particularité consiste à mesurer l’attractivité globale d’un lieu rompant ainsi avec les fréquentes évaluations de l’attractivité commerciale (au service notamment du géomarketing) ou de l’attractivité résidentielle. Cette démarche systémique se concrétise par l’agrégat d’indicateurs simples dont sont prises en considération les interactions. Chacun des termes de cette somme résulte lui-même de la prise en compte d’une liste de paramètres aussi variés que le prix du mètre carré (dans la composante « attractivité résidentielle ») ou le ratio entre la surface commerciale et le nombre de clients (dans la composante « attractivité commerciale ») ou bien encore l’accessibilité. À des indicateurs quantitatifs viennent s’ajouter des indicateurs qualitatifs (critères environnementaux, image du lieu) ; la gageure de la conception d’un tel instrument de mesure découlant de la nécessité de toujours maintenir en position centrale le lieu à l’origine du processus d’attractivité. Cela implique donc des choix parmi lesquels on peut citer l’exclusion de certaines données : par exemple la fréquentation.

7Les instruments de mesure ont la singularité d’appartenir simultanément à deux mondes, celui du relatif et de l’expérience, celui de l’absolu et de la théorie ; ils facilitent le passage de l’un à l’autre. Ils permettent ainsi d’éviter de se réclamer de la théorie quand il est seulement question de logique ou d’une généralisation inconsciente à partir d’exemples connus. C’est pourquoi mon troisième objectif est relatif à la connaissance du fonctionnement de la métropole berlinoise. Dans cette optique, il convient à présent de préciser le double statut de Berlin dans ma recherche.

EXPÉRIMENTATION ET PISTES DE RECHERCHE

8Il s’agit en premier lieu d’un exemple. En effet, correspond à ce terrain l’application d’un instrument de mesure de l’attractivité afin d’en tester l’efficience. Pourquoi l’exemple berlinois ? Ce choix s’inscrit d’abord dans la continuité de mes travaux de recherche depuis la maîtrise. Ensuite, Berlin présente une particularité structurelle : née de la réunion de Berlin Est et de Berlin Ouest, deux villes conçues totalement différemment, l’hétérogénéité de cette métropole toute récente est un fait. Choisir l’exemple berlinois m’a donc semblé être l’occasion de vérifier s’il existe une organisation spatiale différente entre partie ouest et partie est de la ville à l’échelle des lieux fortement et faiblement attractifs et si elle est encore perceptible. Dès lors, cette interrogation sur l’articulation et la dynamique de l’espace berlinois permet de focaliser plus particulièrement sur les lieux périphériques en tant qu’ils participent ou non à l’éclatement de la ville.

9Enfin, la métropole berlinoise sert de référentiel au sein de ma recherche. Les résultats obtenus pour Berlin ne seront pas généralisables à l’ensemble des cas d’études possibles, d’où ma volonté de proposer ici avant toute chose une méthode de mesure de l’attractivité. La méthode est reproductible, les conclusions éventuellement opposables en raison des spécificités de chaque terrain d’étude.

10Le choix de l’échelle métropolitaine signifie que les lieux d’étude sont majoritairement situés dans le Land berlinois mais également dans le Land brandebourgeois (dans lequel le premier est inclus) au sein d’une couronne de cinquante kilomètres (Engerer Verflechtungsraum). Par souci d’efficacité, les modalités de choix des lieux d’expérimentation sont indépendantes de la connaissance préalable que je peux en avoir. En d’autres termes, pour prétendre à la reproductibilité de ma démarche, les lieux étudiés ne sont pas choisis suivant leur attractivité présupposée ni d’ailleurs de manière exclusive dans les limites du Land de Berlin. Je procède à l’analyse successive des lieux en excluant toute coupe ou segmentation dans l’espace. Une fois ces mesures faites, des contrastes d’attractivité, des superpositions d’influences, des solutions de continuité, etc., apparaissent dans l’espace berlinois. En effet, un niveau d’attractivité équivalent (isoattractivité) en différents lieux détermine alors selon mes hypothèses de départ, l’appartenance à une seule entité spatiale. Inversement, les solutions de continuité éventuelles me permettent de circonscrire l’aire métropolitaine.

11Ces travaux ont vocation à être prolongés ultérieurement par le calcul du différentiel entre attractivité et attraction et participent du projet qui me tient à cœur de créer un système expert permettant de systématiser la démarche et de traiter des masses de données toujours plus importantes.

VALORISATION

12Dury Élisabeth, (2001), « Vers un nouveau Berlin », dans Gervais-Lambony M-A (dir.), Les très grandes villes du monde, Paris, Atlande, pp. 129-134.

13Dury Élisabeth, (2004) « L’attractivité ou les tribulations d’un concept en géographie », communication présentée lors des Journées Jeunes Chercheurs de l’AGE, Nancy, le 31 janvier 2004.

14Dury Élisabeth, (2004), « Berlin ou l’expérience des limites », TIGR, Institut de Géographie, Reims, vol. 29, n° 113/114, 1er semestre. [Responsables du numéro D. Dabrowsky-Sangodeyi et É. Dury].

15Dury Élisabeth, (2004), « Nouvelles territorialités berlinoises », Colloque Après les frontières, avec la frontière : quelles territorialités transfrontalières ?, Grenoble, 2-3 juin 2004.

16DURY Élisabeth, (2005), « L’attractivité : quelle pertinence en géographie ? », 7èmes Rencontres ThéoQuant, ThéMA, Besançon, 26-28 janvier 2005.

17Dury Élisabeth, (2005), « Figures de la mobilité à Berlin – entre inertie et innovation », dans Amilhat-Szary A.-L., Fourny-Kobert M.-C. (dir.), Après les frontières, avec la frontière. Renouvellement ou reproduction des territorialités frontalières au sein de l’Europe ?, Paris, Éditions de l’Aube.

18mailto:Elisabeth.dury@wanadoo.fr
EA HABITER

Département de Géographie – UFR LSH
57, rue P. Taittinger
51096 Reims Cedex
Tél. : 03 26 91 36 81/82

Notes

1 Thèse de doctorat sous la direction de Jacques Lévy

2 Doctorante en géographie.

Auteur

Allocataire de recherche

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540