Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

II. Cohésion sociale et citoyenneté

NTIC et espaces urbains dans l’Orient arabe

Christine Delpal et Franck Mermier

Texte intégral

  • 1 Anthropologue, doctorante à l’EHESS, chercheuse associée au GREMMO (Maison de l’Orient de Lyon) et (...)

1Note portant sur l’auteur1

  • 2 Anthropologue, chargé de recherche au CNRS.

2Note portant sur l’auteur2

3Le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) n’a pas seulement bouleversé la configuration du paysage médiatique dans le monde arabe. Il a aussi suscité de nouvelles pratiques sociales accompagnant de nouveaux modes de consommation et de sociabilité.

4Au sein du monde arabe, le Liban occupe historiquement une position singulière comme lieu privilégié d’intermédiation entre les pays arabes et les pays occidentaux. Ce rôle se révèle notamment dans le secteur médiatique où les professionnels libanais ont participé de manière éminente dans son évolution et dans son processus de régionalisation. Les recherches présentées ici ont pris pour cadre d’observation la ville de Beyrouth. Elles visent à analyser tout autant les modalités des recompositions territoriales induites par les NTIC, que les formes de sociabilité, étudiées dans leur contexte urbain, qu’elles ont pu susciter ou imprégner.

5Chacun des États de la région a vu sa politique en matière de médias défiée par la transnationalisation des échanges, l’universalisation de leur déréglementation et la croissance de la part des opérateurs privés dans l’industrie des TIC et dans l’industrie culturelle liée aux nouveaux médias.

6La connexion de la population au Web mondial lui donnant accès à une information délocalisée, suscite la création de communautés imaginées dans le cyberspace, dans lesquelles les émigrés trouvent leur place.

7La progression rapide des utilisateurs de l’Internet, ou des chaînes satellitaires comme instance de médiation entre les institutions étatiques et la société avec ses groupes d’intérêt, ses croyances, ses organisations pose la question de la place de chacune de ses instances dans la régulation de l’espace public et de l’ordre public.

8Au Proche-Orient, dans le domaine de l’information et de la communication, les États ont pratiqué plutôt une réglementation autoritaire, laissant peu de place aux acteurs privés, à l’exception du Liban où le paysage médiatique actuel est tributaire à la fois des nouveaux équilibres politiques suscités par les accords de Taëf et d’une tradition de laisser-faire en matière économique. Les marchés noirs de branchement utilisant divers moyens pour optimiser la bande passante, ou la réception satellitaire s’épanouissent au désavantage de la qualité et de la sécurité de la connexion, exploitant le partage du territoire comme ressource sur laquelle exercer son contrôle. Les ruses et les détournements associés à l’usage du téléphone portable révèlent la créativité de pratiques qui s’ajustent à des ressources inégalement accessibles.

9Ici plus qu’ailleurs la politique de l’État est mouvante en termes de réglementation/déréglementation. Les réglementations sont provisoires et suspendues à des logiques qui se jouent en partie à l’échelle mondiale, notamment celles de l’innovation technologique, des choix d’investissement et de la place des opérateurs privés.

10À cet effet, les thèmes d’investigation choisis ont porté sur les cybercafés comme nouveaux lieux de sociabilité de la jeunesse (Christine Delpal), sur les modes de diffusion illégale des chaînes satellitaires (Guillaume Boudisseau), sur les usages du téléphone portable (Jean-Charles Depaule) et sur l’émergence des librairies en ligne (Franck Mermier).

LES CHAÎNES SATELLITAIRES AU LIBAN, UNE NOUVELLE TECHNOLOGIE ILLÉGALE : STRATÉGIES D’ACTEURS ET LOGIQUES TERRITORIALES

11Guillaume Boudisseau analyse comment la piraterie du commerce des chaînes satellites a pris des proportions considérables au Liban : plus de 1 100 opérateurs illégaux, plus de 720 000 foyers connectés soit plus de 78 % de la population libanaise.

12Ce commerce illicite consiste à la revente par l’intermédiaire de sociétés illégales et sans autorisation, à des clients, de programmes diffusés sur le satellite auxquels elles sont, elles-mêmes, abonnées auprès de fournisseurs légaux.

13Ce phénomène s’inscrit dans un cadre favorable puisque la piraterie occupe une grande place dans le paysage des nouvelles technologies au Liban. La libre circulation de logiciels, DVD, cassettes et CD de musique piratés, l’existence illégale de cybercafés et de centres de téléphonie internationale et le piratage de l’électricité sont également des infractions courantes dans le pays.

14La recherche a pour objectif de comprendre comment la piraterie de cette nouvelle technologie s’est mise en place et perdure depuis plusieurs années.

15Les acteurs de ce système sont structurés et organisés suivant un subtil partage du territoire qui est défendu avec force. L’espace urbain devient un enjeu économique. Ce commerce loin d’être seulement géré par de petits distributeurs de quartier, est contrôlé par de véritables réseaux bénéficiant de relations et d’appuis politiques, notamment au sein de l’État Libanais.

16De plus, le développement des chaînes satellitaires a entraîné des différenciations territoriales. Chaque territoire obéit à des logiques et à des règles distinctes que ce soit à travers le choix des programmes et la question de la censure. L’essor de cette nouvelle technologie s’avère un parfait indicateur de la diversité des espaces urbains et de l’hétérogénéité des structures sociales.

17Le commerce illégal des chaînes satellitaires entraîne un jeu d’acteurs complexe (opérateurs légaux, redistributeurs illégaux, acteurs publics, avocats des compagnies internationales du cinéma et autorités religieuses). Il ne s’agit plus uniquement d’un problème juridique dans lequel la loi doit être respectée. L’existence et le maintien de cette piraterie au Liban reflètent parfaitement un grave problème de légitimité de l’état qui reste paralysé par des pouvoirs et des autorités parallèles.

LES USAGES SOCIAUX DU TÉLÉPHONE PORTABLE

18Jean-Charles Depaule analyse les usages sociaux du téléphone portable qui a été introduit au Liban en 1994 et qui y est appelé cellulaire.

19L’observation des changements dans les pratiques quotidiennes provoqués par ce mode de communication à distance, « nomade » et personnel, et de la capacité que les formes de sociabilité existantes ont de l’intégrer, met au jour quelques paradoxes apparents et quelques ambivalences.

20On constate d’abord que, entre bijou et arme, il a pris « naturellement » place dans une panoplie de marqueurs masculins et féminins portatifs (chapelet, porte-clé de voiture, briquet...), tout en donnant lieu à des adaptations ou à l’invention de gestes, de rituels et de convenances, y compris de formes de mensonge, en continuité ou non avec les critères convenus de la « politesse ».

Fig. 1 – Au café, Zghorta, avril 2003.

21Surtout, son usage est synonyme d’une individualisation des interactions verbales. Moyen de contrôle, des parents sur leurs enfants, leurs filles en particulier, ou d’un conjoint sur l’autre..., il est aussi l’instrument d’une autonomie, garantie par le fait même que le lien – sans fil – ne soit pas coupé.

22Enfin, et cet aspect n’est pas le moindre, le caractère très onéreux du cellulaire surdétermine l’ensemble des comportements. Il suscite toute sorte de calculs, d’adaptations, d’astuces, et en particulier l’usage systématique de « l’appel en absence » ou missed call, ainsi désigné dans le parler libanais : non seulement il dépose une trace, mais son signal sonore (un coup, deux coup...) est souvent utilisé comme un bref message codé.

LES NTIC ET L’ÉDITION ARABE AU MOYEN-ORIENT : LA PLACE ET LE RÔLE DE BEYROUTH DANS LA CONSTITUTION D’UN MARCHÉ VIRTUEL DU LIVRE

23Franck Mermier analyse les conséquences de l’émergence de librairies en ligne dans la création de nouveaux espaces de diffusion du livre arabe.

24Sa recherche a été centrée sur Beyrouth où se concentrent les principales librairies en ligne généralistes du monde arabe du fait du rôle prééminent de la ville dans la production du livre arabe.

25Ainsi, un des effets majeurs de l’innovation technologique constituée par les NTIC aura été l’émergence d’un marché virtuel qui suscite de nouvelles territorialisations du commerce du livre et de nouvelles opportunités d’échange économique et culturel au sein du monde arabe et entre celui-ci et ses diasporas.

26La présentation de plusieurs entreprises libanaises spécialisées dans l’édition de livres électroniques mais plus particulièrement dans le commerce électronique de livres et, parfois, d’autres produits (audio-visuels, artistiques, artisanaux...) a permis de saisir à la fois les supports sociaux et professionnels de ce type d’entreprise et, de manière plus indicative, la répartition géographique de la clientèle.

27Hors du Liban, les deux grandes polarités géographiques où se retrouve le plus grand nombre de consommateurs de produits culturels proposés par les librairies en ligne sont l’Amérique du Nord et les pays du Golfe. Outre leur contribution à l’extension du marché du livre arabe, ces sites Internet, spécialisés dans la vente de produits culturels, participent aussi de la constitution d’un « marché de la nostalgie », indicateur de modernité, qui se nourrit notamment des incertitudes identitaires suscitées par la mondialisation.

LES CYBERCAFÉS DE BEYROUTH, TERRITOIRES ET SOCIABILITÉS DE LA JEUNESSE

28Christine Delpal analyse les conditions et les logiques d’émergence des cybercafés apparus à Beyrouth depuis 1996, non pas pour mesurer la diffusion de l’Internet, mais plutôt pour rendre compte des formes de sociabilité qui peuvent être induites par une technologie, suscitant elle-même de nouvelles ressources spatiales et sociales.

29Elle situe cette étude dans le contexte du monde arabe où le cybercafé a fait l’objet d’un engouement manifeste tout en soulevant de nombreux enjeux tant socio-politiques que réglementaires.

30Les cybercafés sont aujourd’hui plus de deux cents, dans le paysage urbain du Grand Beyrouth, présentant diverses configurations spatiales (type bistro, boite de nuit, cabines...) qui répondent à des logiques différenciées d’usage. Les modalités de gestion de la visibilité en sont un paramètre distinctif. Leur répartition spatiale est marquée par une double dynamique de dispersion dans l’ensemble des quartiers de Beyrouth et de concentration dans certains secteurs centraux.

Fig. 2 – Le cybercafé Al Salam dans le camp palestinien de Chatila à Beyrouth.

31Ces lieux hybrides – puisqu’ils offrent la co-présence physique propre à tout lieu public ainsi que des relations médiatisées par l’Internet – agissent sur la reproduction et la transformation des lieux collectifs de rencontre (modalités d’accès, de contrôle, de regroupement) dans la ville et sur les formes de communication qui y prennent généralement place.

32Aujourd’hui à Beyrouth, les individus utilisent les possibilités offertes par les cybercafés dans la construction de leurs relations sociales et les intègrent à leur vie quotidienne, tout autant dans un espace local, de proximité que dans un espace plus élargi, l’utilisant tout autant comme support de liens forts (familles diasporiques) que de liens faibles (première prise de contact, exploration d’autres univers).

33Le public des cybercafés se recrute majoritairement au sein de la jeunesse. Il n’est donc pas surprenant que le jeu en réseau et l’interaction en ligne en constituent les usages principaux. Christine Delpal analyse, à Beyrouth, les pratiques observées dans les cybercafés, en relation avec l’autonomisation croissante d’une culture de la jeunesse qui n’est pas pour autant déconnectée des cadres sociaux du contexte libanais, avec ses contraintes et ses désirs spécifiques.

VALORISATION

34Mermier Franck (dir.), Mondialisation et nouveaux médias dans l’espace arabe, Maisonneuve & Larose, Paris.

35mailto:cdelpal@free.fr
Maison de l’Orient Méditerranéen

7, rue Raulin
60007 Lyon
Tél. : 04 72 71 58 43

36mailto:franckmermier@yahoo.fr
Institut Français du Proche-Orient

Espace des Lettres – rue de Damas
BP 11-1424
Beyrouth – Liban
Tél. : 00 961 1 420 291

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Anderson Benedict, (1983), Imagined communities. Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Londres, Verso.

Appadurai Arjun, (2001), Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot.

Badie Bertrand, (1995), La fin des territoires, Paris, PUF.

Bardin Laurence, (2002), « Du téléphone fixe au portable. Un quart de siècle de relations interpersonnelles médiatisées en France », Cahiers internationaux de sociologie, vol. CXII, pp. 97-122.

Boudisseau Guillaume, (2001), Espaces commerciaux, centralités et logiques d’acteurs à Beyrouth, les cas de Hamra et de Verdun, thèse de géographie, Tours.

Castells Manuel, (1998), L’ère de l’information. La société en réseaux, Paris, Fayard.

Castells Manuel, (2000), La galaxie Internet, Paris, Fayard.

Chartier Roger, Roche Daniel, (1974), « Le livre. Un changement de perspective », dans Le Goff Jacques, Nora Pierre (dir.), Faire de l’histoire. III – Nouveaux objets, Paris, Gallimard, Folio, pp. 156-184.

Eickelman Dale F., Anderson Jon W., (1997), « Print, Islam, and the Prospects for Civic Pluralism : New Religious Writings and their Audiences », Journal of Islamic Studies, vol. 8, n° 1, pp. 43-62.

El Gody A. M., (2000), « The rule of cybercafés in developping Internet Literacy in Egypt », dans Gher A. L., Amin H., Civic Discourse and Digital Age communication in the Middle East, Stamford, Connecticut, Ed. Ablex Publishing Corporan.

Elias N., (1996), Du temps, Paris, Fayard.

Fabian J., (1983), Time and the other. How anthropology makes his object, New York, Columbia University Press.

FeatherstonE Mike, (1991), Consumer Culture and Postmodernism, Londres, Sage.

Giddens A., (1990), Les conséquences de la modernité, Fayard.

Goffman E., (1974), Les rites d’interaction, Paris, Éditions de Minuit,.

Gonzalez-Quijano Yves, Taha Mohamed, (2001), Internet et l’offre d’information au Liban, Beyrouth, Document du CERMOC n° 11.

Goody Jack, (1986), La logique de l’écriture : aux origines des sociétés humaines, Paris, Armand Colin.

Guérault J.-P., Pierrot A. (collab.), (2001), Le monde du livre en question. Au commencement était la lettre..., Arles, Actes Sud.

Hannerz Ulf, (1996), Transnational Connections. Culture, people, places, Londres, Routledge.

Jamous Raymond, (1994), « Politesse et sincérité dans le monde arabe », dans Besnier Jean et al., Politesse et sincérité, Paris, Le Seuil, pp. 25-31.

Laplanche J., Pontalis J.-B., (1997), Vocabulaire de la psychanalyse, Paris, PUF.

Naba René, (1998), « Les médias libanais face aux défis du xxie siècle », Les Cahiers de l’Orient, n° 52, pp. 49-59.

Raulin Anne, (1987), « Où s’approvisionne la culture », dans Gutwirth Jacques, Pétonnet Colette (dir.), Chemins de la ville. Enquêtes ethnologiques, Paris, Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, pp. 103-121.

Raux É., (2002), « Le jeu du chat et de la souris dans un cybercafé parisien », Socio-anthropologie, Paris, n° 11, pp. 13-30.

Review of Information and Communication Technology and Development, ESCWA, n° 1, 2003.

Rivière Carole-Anne, (2000), « Les réseaux de sociabilité téléphonique », Revue française de sociologie, vol. 41, n° 4, pp. 685-717.

Roy Olivier, (2002), L’Islam mondialisé, Paris, Seuil.

Sfez Lucien, (1998), Critique de la communication, Paris, Seuil.

Tolédo A. (de), (2002), L’incidence des nouvelles technologies sur la présence du livre français à l’étranger, Rapport d’étude, Paris, France Édition.

Toussaint Yves, (1992), « La parole électronique, du minitel aux nouvelles machines à communiquer », Esprit, novembre 1992, pp. 127-139.

Notes

1 Anthropologue, doctorante à l’EHESS, chercheuse associée au GREMMO (Maison de l’Orient de Lyon) et photographe.

2 Anthropologue, chargé de recherche au CNRS.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Au café, Zghorta, avril 2003.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1165/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Légende Fig. 2 – Le cybercafé Al Salam dans le camp palestinien de Chatila à Beyrouth.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1165/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 596k

Auteurs

Responsables scientifiques

Responsables scientifiques

Équipe : Guillaume Boudisseau (géographe, associé à l’Institut Français du Proche-Orient), Christine Delpal, Jean-Charles Depaule (anthropologue, directeur de recherche au CNRS, Laboratoire d’Anthropologie Urbaine), Franck Mermier.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540