Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

II. Cohésion sociale et citoyenneté

Citoyenneté, engagements publics et espaces urbains

Christophe Daum et Numa Murard

Texte intégral

  • 1 Maître de conférences en sociologie à l’Université de Rouen, membre de l’Unité de Recherche Migrat (...)

1Note portant sur l’auteur1

  • 2 Professeur de sociologie à l’Université Paris VII – Denis Diderot, membre du Centre de Sociologie (...)

2Note portant sur l’auteur2

3Rappelons que notre projet scientifique consistait à articuler la critique des usages de la notion de citoyenneté avec l’analyse des formes d’engagement dans l’espace public autour de trois grandes thématiques, qui nous semblent constituer autant d’enjeux contemporains de la citoyenneté, telle que celle-ci se travaille et se réinterprète dans les pratiques contemporaines :

  1. l’engagement public et l’espace urbain ;
  2. l’ethnicisation des rapports sociaux, le rapport au populaire et à l’Altérité ;
  3. le clientélisme, dans la relation aux politiques publiques et au pouvoir local.

4C’est certainement au niveau des relations sociales et politiques de proximité, telles que les favorisent les diverses interpellations et injonctions à l’œuvre à l’échelle municipale, que des formes nouvelles d’engagements dans l’espace public sont repérables.

5Pour identifier et éclairer ces processus, nous nous proposions :

  1. de constituer un corpus permettant d’interroger de façon critique la notion de citoyenneté ;
  2. de conduire une enquête empirique principalement orientée sur les réseaux associatifs et leurs rapports avec les politiques municipales ou globales.

LA DYNAMIQUE DES USAGES

6L’articulation de la critique des usages et de l’analyse des formes de l’engagement public fait ressortir une dynamique caractérisée par un double mouvement. Les usages étatiques et institutionnels, ceux des politiques publiques, sont « descendants ». La citoyenneté n’est pas utilisée dans son sens originaire et juridico-politique – qualité de citoyen, qui donne droit à la participation politique –, mais confondue avec des notions connexes, civisme et civilité. Elle est rabattue, de l’espace public politique ou s’exprimait ce sens originaire, vers des espaces intermédiaires, le quartier, l’école, l’association, sous la forme d’une injonction à participer, voire d’une injonction à respecter l’ordre social, injonction qui renvoie au final à la sphère domestique, familiale, à la vie privée. À l’inverse, et de façon schématique, l’engagement public se présente comme un mouvement par lequel on se dégage de ses appartenances, de son être social, pour se manifester en citoyen, dans ces mêmes espaces intermédiaires, voire même dans l’espace public politique.

7Le travail de recherche met en évidence plusieurs objets, moments et caractéristiques des points de rencontre, d’opposition ou de cristallisation de ces deux mouvements. Pour donner un premier exemple, la recherche sur Pessac à partir de l’observation des « repas de quartier », montre qu’une conception très sommaire de la cohésion sociale par la collectivité locale et ses partenaires vide de contenu cette nouvelle figure du citoyen qu’est l’habitant. L’offre de participation, la promotion de « la vie citoyenne pour tous », se réduisent à un droit de cité circonscrit, limité au quartier, à une injonction au savoir-vivre ensemble sans heurts, sur le modèle idéalisé du village urbain. Mais à ce détournement du sens originaire de la citoyenneté, rabattu sur le quartier, répond le détournement de l’action par ceux qui organisent matériellement les choses sur le terrain. Ils (ou plutôt elles) instrumentalisent l’action dans un but de promotion sociale, par exemple, ou pour fuir le quartier, ou pour asseoir une légitimité militante, ou pour tenter d’établir l’égalité dans les rapports de sexe, etc.

8Ce modèle de l’instrumentation réciproque n’implique pas que les acteurs donnent un sens identique à la situation. La discordance est au contraire flagrante dans le cas où l’une des parties défend un projet directement politique. Ainsi, dans le cas du Kollectif de Bondy qui renvoie aux dernières élections municipales, les militants impliqués perdent leur crédibilité dès lors qu’ils sont perçus comme des médiateurs au service d’une injonction à participer ou à s’impliquer dont le seul horizon est de réussir à obtenir ce à quoi on a de toutes façons déjà droit, par exemple la considération que l’on doit aux gens ordinaires. Dans ce groupe de jeunes adultes engagés politiquement, la défiance à l’égard des institutions est telle que c’est le modèle du contrat, dans son ensemble, qui est rejeté, au profit d’un modèle du serment, de la parole donnée en public, avec les déboires qui s’ensuivent inévitablement dès lors que les enjeux s’accentuent et que cette parole n’est pas respectée. C’est également en ce sens que l’on peut comprendre leur demande de proximité, comme une demande d’égalité, une demande faite à l’interlocuteur d’aller au-delà des apparences qui lui font ranger les espaces urbains et leurs habitants dans des catégories pré-établies, « quartiers sensibles », « jeunes de banlieue », etc.

9Au modèle de l’instrumentation réciproque, on peut opposer celui de l’instrumentation unilatérale. Dans le cas de la banlieue sud de Paris les « comités d’initiative citoyenne » semblent de prime abord n’être rien de plus qu’une tentative d’enrayer l’hémorragie électorale qui atteint en ces lieux le communisme municipal, en particulier dans les quartiers où l’opposition peut s’appuyer sur un réseau associatif diversifié et inventif. Sous la démocratie participative, la démocratie représentative conserve tous ses droits. L’observation du fonctionnement des bureaux de vote montre la mobilisation des réseaux ethniques et des réseaux de clientèle et démontre que la citoyenneté ne se résume pas à la participation électorale mais continue à y trouver sa cérémonie et sa sanction principale. La démocratie directe, participative ou locale peut être tout à fait a-réflexive, inconsciente ou volontairement ignorante de ses propres enjeux, comme on le voit dans l’exemple de Montreuil. S’y déroule, dans le conseil de quartier, une concertation sur la circulation urbaine dont l’enjeu central, celui des « commerces ethniques » et des habitants qui s’y achalandent ou les gèrent, est ignoré, à peine évoqué à la marge, comme si la question n’avait aucun rapport avec le sujet. La question de l’ethnicité révèle une spécialisation, une sérialisation de l’espace public, qui ne coïncide pas avec l’espace urbain même lorsqu’on y traite d’une question urbaine comme celle de la circulation. Les commerçants « français » et le commerce « français » sont bien là, dans l’espace public ouvert par la concertation. Mais le commerce « ethnique » a mystérieusement et merveilleusement disparu.

10C’est également le modèle de l’instrumentation unilatérale qui ressort de nos analyses des usages de la citoyenneté dans l’éducation nationale. Avec un peu de retard sur les politiques de la ville mais en lien direct avec leur développement, les politiques éducatives se saisissent de la notion de citoyenneté au milieu des années 1990. L’analyse des occurrences de la citoyenneté dans les lois, les décrets et les circulaires de l’éducation nationale permet de montrer comment l’école confère un sens spécifique au modèle du citoyen et en multiplie les usages discursifs et pratiques. Il s’agit bien d’une construction, vérifiable dans son évolution. La transformation des anciens « comités d’environnement social » en « comités d’éducation à la santé et à la citoyenneté » (1998) permet de faire le lien entre pathologie et incivilité, d’une part, et, d’autre part, éducation civique et morale. Contemporaine de la loi sur les exclusions, cette inflexion ne signale pas seulement la confusion, généralisée, entre citoyenneté, civisme et civilité, mais également sa focalisation sur l’échec scolaire et surtout ses manifestations comportementales. Particulièrement forte dans les filières professionnelles, cette injonction à la citoyenneté est reliée, dans les dernières années, au souci d’associer les parents, qui révèle aussi l’exigence d’une parentalité adéquate au projet.

11L’instrumentation des sociabilités par l’éducation nationale est également manifeste dans l’exemple d’Évreux où, parallèlement aux emplois-jeunes ordinaires, sont recrutés des « emplois-jeunes citoyens » affectés aux zones labellisées « violence scolaire ». Sur le terrain des établissements scolaires et de leurs autorités de tutelle immédiates, l’impensé de la citoyenneté atteint des niveaux records. La citoyenneté désigne une qualification professionnelle particulière, une relation de service dotée d’une qualité spécifique, celle de déjouer la violence scolaire, qui la distingue en théorie des relations de service ordinaires confiées aux emplois-jeunes ordinaires. Dans la répartition du travail, rien ne distingue ces emplois-jeunes des autres aides-éducateurs. Mais leur nom de citoyen les affecte au traitement de la violence scolaire.

UNE FICTION EFFICACE

12Caractériser la citoyenneté comme fiction efficace permet d’établir une correspondance entre la sociologie des usages, dont nous venons de donner quelques exemples, et l’histoire ou la philosophie (politique) du concept. Une seconde partie de notre travail s’attache à éclaircir cette correspondance.

13Ainsi, pour prendre le niveau le plus général, un regard critique sur l’un des textes de référence de Dominique Schnapper [Schnapper, 1994] amène à l’hypothèse que la citoyenneté est fiction de communauté et que l’inflation des recours à cette notion signale, sinon un manque de communauté, du moins une perte d’efficacité.

14Or les travaux empiriques que nous avons menés mettent en évidence le fait que l’efficacité du recours à la citoyenneté repose justement sur sa dépolitisation. Au lieu de désigner le lien politique caractéristique de la communauté politique, la citoyenneté se veut lien social et s’abîme dans le travail, l’habitation ou même « la vie ». Suite à son instrumentation par la municipalité, la « boutique de la citoyenneté » de Montreuil a été dans un premier temps désertée, n’existant qu’en tant que local pour l’association « Le chiffon rouge pour l’emploi ». Le quartier de Pessac, où règne l’habitant, cette nouvelle figure du citoyen, est sommé de « se mettre à table », mais tout le travail interpartenarial et citoyen aboutit à un repas de 60 convives (pour 4 000 habitants) qui n’ont pas besoin de manger ensemble pour cohabiter en bonne civilité, et ne répond pas vraiment à la question lancinante de savoir si les filles peuvent également investir le centre socioculturel ou s’il est réservé aux garçons. Dans les conseils de quartier du Bas-Montreuil, on parle du bruit, du désordre et de la saleté qui règnent sur le marché aux puces, pour ne pas parler des pauvres et des étrangers qui incarnent ces nuisances, ni non plus parler avec eux.

15Les usages de la citoyenneté dans l’éducation nationale se caractérisent également par la dépolitisation. On peut ainsi montrer que la production législative et réglementaire de discours et de mesures sur la citoyenneté a pour objet, non de former des citoyens, mais de répondre à une massification de l’enseignement qui ravive brutalement l’antique contradiction entre éducation et instruction et confronte l’école à ses « exclus de l’intérieur ». Les établissements scolaires observés pendant la période des élections de 2002 se sont bien gardés de relayer les émotions politiques ressenties, y compris dans le primaire, après le 21 avril, et n’ont pas vu le rapport avec la citoyenneté, la violence et leurs emplois-jeunes citoyens.

16On peut donc douter que les usages de la citoyenneté dans les politiques publiques constituent un terrain favorable à l’expression politique. À partir d’une comparaison entre le Kollectif de Bondy et la trajectoire des Motivé(e)s de Toulouse, on peut au contraire mettre en évidence une double disjonction du social et du politique. Dans le cas toulousain, les leaders du mouvement ont eu la capacité de rester autonomes par rapport aux partis engagés dans la compétition électorale, mais ils n’ont pas fait de percée électorale dans les quartiers populaires. À une échelle plus modeste, le Kollectif de Bondy a réussi à engranger les votes des quartiers populaires, en s’appuyant sur un mouvement social (la grève des éboueurs), mais il a été instrumentalisé dans la compétition entre les partis pour la conquête de la mairie. Un professionnel de la politique s’étant emparé du Kollectif, a réécrit le texte du tract préparé par ce groupe, en remplaçant « les menaces sur les fondements de la vie » par « les menaces sur les fondements de la citoyenneté ».

17La critique lexicologique des usages a une portée limitée. Pour pratiquer cette critique, nous nous en tenons à la lettre, à des définitions claires et bien distinctes de la citoyenneté, du civisme ou de la civilité. mais nous sommes obligés de constater, empiriquement, que ces plans sont mélangés et que ce mélange reflète l’esprit de la citoyenneté. Ainsi, dans une observation que nous avons menée dans une pharmacie du quartier Montorgueil, nous voyons que l’exposition de soi dans l’espace public est régulée par des formes de civilité, par exemple la règle qui enjoint de détourner le regard lorsqu’un client, demandeur d’un diagnostic, expose une partie de son corps. Et la civilité de la pharmacienne est aussi reliée à ses manifestations de civisme, lorsqu’elle assume des rôles qui outrepassent les limites de son commerce, rôles occasionnels « altruistes », qui ont une portée morale sinon politique, par exemple lorsqu’elle soigne sur place des travailleurs des ateliers clandestins de couture, au lieu de les envoyer à l’hôpital où ils risquent d’affronter un refus de soins ou d’être incriminés.

18En conclusion, la critique des usages a donc une portée relative, par rapport au débat le plus général sur la question, mais cette portée nous paraît appréciable pour une sociologie des politiques publiques. De même, ce n’est pas parce que règne le clientélisme que l’acte de voter n’a plus d’importance, ni parce que l’école fait la sourde oreille que les émotions politiques ont disparu. Le modèle instrumental de la citoyenneté se heurte déjà et se heurtera de plus en plus, selon nous, soit à une très grande indifférence, soit à des aspirations en sens contraire et plus probablement à ces deux manifestations en même temps.

VALORISATION

Communication et organisations d’événements scientifiques

19Murard Numa, Daum Christophe, (2002), Participation à la table ronde Observer la ville, Université de Paris 7, septembre 2002.

20Table ronde Ville, ethnicité et engagements publics, URMIS, 10 mai 2004.

21Organisation de deux journées d’études :

22Islam et engagement public, 24 octobre 2003, avec des interventions de Nilüfer Göle (EHESS) et Saïd Bouamama (IFAR) ;

23Les mouvements sociaux et les nouvelles formes d’engagement public, 30 janvier 2004, avec des interventions de François Brun (Centre d’études de l’emploi) et Lilian Mathieu (CNRS).

Thèses

24Palomarès Élise, (2003), Les paradoxes de la préférence locale. Engagements collectifs et action publique à l’épreuve de l’ethnicisation des rapports sociaux. Montreuil Seine-Saint-Denis, thèse de doctorat, soutenue en décembre 2003 à l’Université Paris 7.

25Rabaud Aude, (2003), Le souci du voisinage. Organisation politique et associative de la vie locale et formes ordinaires de l’échange dans un grand ensemble, thèse de doctorat, soutenue en décembre 2003 à l’Université Paris-VII.

Rapports

26Murard Numa, Daum Christophe, (2003), Citoyenneté, engagements publics et espaces urbains, Rapport intermédiaire de recherche pour l’ACI ville, URMIS et CSPRP, janvier 2003.

27Ce document peut être communiqué sous forme électronique sur simple demande à l’Urmis (mailto:urmis@paris7.jussieu.fr).

28Un ouvrage regroupant, entre autres, les interventions des chercheurs des deux journées d’études du 24 octobre 2003 et du 30 janvier 2004 va paraître.

29mailto:daum@paris7.jussieu.fr
Unité de Recherches Migrations et Société (URMIS)

UMR 7032 (Paris 7, Paris 8, Nice-Sophia Antipollis, CNRS)
Université Paris VII
Case postale 7101
2, place Jussieu
75005 Paris
Tél. : 01 44 27 53 86

30mailto:urmis@paris7.jussieu.fr (Numa Murard)
Centre de sociologie des pratiques et des représentations politiques
(C.S.P.R.P), Équipe d’accueil
Université Denis Diderot – Paris 7
Tour Centrale, 6ème étage, casier 7027
2, place Jussieu
75251 Paris Cedex 05
Tél. : 01 44 27 56 66

Bibliographie

RÉFÉRENCE

Schnapper Dominique, (1994), La communauté des citoyens, Paris, Gallimard, 228 p.

Notes

1 Maître de conférences en sociologie à l’Université de Rouen, membre de l’Unité de Recherche Migrations et Sociétés.

2 Professeur de sociologie à l’Université Paris VII – Denis Diderot, membre du Centre de Sociologie des Pratiques et Représentations Politiques.

Auteurs

Responsables scientifiques

Responsables scientifiques

Équipe de recherche : Pierre Aussage (doctorant, Paris 7), Sophie Lamotte (doctorante, Paris 7), Annick Madec (Université de Brest), Élise Palomarès (Université de Villetaneuse), Alexandre Piettre (doctorant, Paris 7), Bruno Proth (équipe Source, Paris 8), Aude Rabaud (Université du Havre). Recherche menée entre juin 2002 et janvier 2004.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable