Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

II. Cohésion sociale et citoyenneté

Mise en image et mise en critique de la Côte d’Azur. Modes d’articulation du local et du global dans les dynamiques d’identité urbaine

Paul Cuturello et Christian Rinaudo

Texte intégral

  • 1 Sociologue, ingénieur CNRS, SOLIIS-URMIS (CNRS 7032).

1Note portant sur l’auteur1

  • 2 Sociologue, maître de conférences, SOLIIS-URMIS (CNRS 7032).

2Note portant sur l’auteur2

REPRÉSENTATIONS DE L’IDENTITÉ LOCALE

3Cette recherche porte sur la question des représentations que les villes donnent à voir de leur histoire, de leur patrimoine et de leur territoire à travers leurs discours sur « l’identité locale ». Elle propose de retracer la construction et les recompositions de l’image de Nice et de la « Côte d’Azur » comme lieu de destination touristique, ainsi que l’émergence et les activités des mouvements critiques qui se sont organisés, en réaction à cette image, pour affirmer des définitions alternatives de la ville.

4Constatant dans de nombreuses régions du monde un développement croissant des signifiants identitaires localisés, le point de départ de notre réflexion a consisté à se demander si la nouvelle conscience globale ne créait pas les conditions d’émergence de formes de localisation et de localisme qui ne pouvaient être réduites à un simple phénomène de résurgence des identités communautaires. L’importance qu’accordent aujourd’hui les collectivités locales aux politiques d’image, la manière dont elles s’engagent dans des entreprises de marketing territorial, mais aussi l’émergence ici et là de nouvelles figures d’« entrepreneurs d’identités locales » engagées dans la défense-fabrication du patrimoine nous ont amené à repenser l’articulation entre le « local » et le « global » et à problématiser la question des discours sur l’identité des villes dans le contexte de globalisation des échanges qui caractérise les sociétés contemporaines.

CONTEXTE NIÇOIS

5De ce point de vue, la réalisation d’une étude empirique menée à Nice, une des premières villes touristiques mondialement connue, présente un intérêt particulier. Avec l’invention du label « Côte d’Azur » intervenue à la fin du xixe siècle, cette ville est traversée depuis cette période par des débats sur la localité décrits aujourd’hui comme une conséquence de la mondialisation. L’enquête a été menée entre janvier 2000 et décembre 2001, au moment où venait de s’ouvrir dans la ville un squat artistique hébergeant de nombreuses associations investies dans différents domaines (arts plastiques, arts de la rue, économie solidaire, initiatives citoyennes, activités socioculturelles, etc.). En quelques mois seulement, cet espace s’est imposé non seulement comme un lieu de création artistique et culturelle qui organise de nombreuses manifestations dans la ville (« carnavals indépendants », fêtes et repas de rue...), mais également comme un lieu de centralité d’une contestation sociale et politique orientée vers une redéfinition « anti-touristique » et « anti-Côte d’Azur » de la ville. Au cours de l’enquête, un travail d’observation participante a été réalisé auprès des acteurs impliqués dans la gestion de cet espace. Des entretiens ont également été menés auprès de personnes investies dans les activités culturelles, artistiques et touristiques de la ville et un intérêt particulier a été porté sur la mise en scène de la ville par la municipalité à partir de l’analyse de son site internet.

RÉSULTATS

HISTOIRE DES IDENTITÉS NIÇOISES

6Cette recherche a montré comment les discours sur l’identité de Nice s’inscrivent depuis la fin du xixe siècle dans une tension entre une appartenance « nissarde » localiste classique entretenue par des associations à visée traditionaliste, et une dimension « cosmopolite » liée à l’invention de la Côte d’Azur comme lieu de villégiature d’hiver pour l’aristocratie mondiale et reconvertie au cours du xxe siècle en un lieu de destination privilégiée du nouveau tourisme d’été. Après la seconde guerre mondiale, les hivernants ont en effet laissé la place au tourisme estival, ce qui n’a pas été sans conséquence sur les discours identitaires.

7Désormais, la promotion de Nice ne passe plus, comme c’était le cas auparavant, par une négation du local et de l’autochtonie. Elle s’exprime au contraire par la valorisation d’une histoire locale et par un processus de patrimonialisation d’objets ou de monuments considérés jusque-là comme ordinaires, par la réhabilitation de certains lieux de la ville qui vont devenir des sites culturels à préserver et à admirer dans le cadre d’une mise en tourisme de la ville. Or, cette instrumentalisation de l’identité locale va engendrer une reformulation de la critique. Celle-ci passe alors d’une dénonciation du cosmopolitisme des colonies d’hivernants initiées à la fin du xixe siècle à une mise en cause contemporaine de la mercantilisation qui transforme le particularisme local en produit touristique, ce qui va à son tour donner naissance à une nouvelle tension entre une posture critique que nous avons appelée « traditionaliste », et une autre qui va se développer avec le renouveau contemporain de la critique « artiste » et qui prendra ici la forme d’un mouvement « anti-Côte d’Azur ».

POSTURE CRITIQUE TRADITIONALISTE

8D’un côté, la réaction qui s’est d’abord développée contre la « société cosmopolite » de la Côte d’Azur a entraîné une position de fermeture identitaire. Elle opère une distinction entre une identité « pour soi » (supposée réelle et authentique) et une identité « pour les touristes » (dénoncée comme factice et inauthentique) et par là même entretient la frontière entre les membres de la « société locale » (qu’on les appelle les « vrais Niçois », les « Niçois de souche » ou les « Nissarts ») et la « société cosmopolite » des touristes de passage.

  • 3 Nice-Matin du 16 février 2000, « Nice, le carnaval dans la tourmente identitaire ? ».

9Cette position « traditionaliste », comme on a pu l’analyser, est récemment réapparue sur le devant de la scène publique lors du Carnaval 2000 à propos de « l’affaire Sergueï » et de la « fronde nissarde » qu’elle a suscitée de la part des associations traditionalistes qui reprochaient au maquettiste à qui avait été donnée la charge de la réalisation de cette manifestation d’être « un Parisien », à savoir, comme cela a été rapporté dans la presse locale, quelqu’un qui, « par essence, ne connaît rien à nos traditions festives, pour concevoir notre carnaval3 ».

MOUVEMENT ARTISTE ANTI-CÔTE D’AZUR

10De l’autre côté, la posture impulsée par la critique « artistes » de la Côte d’Azur ne repose pas sur une opposition entre les « vrais Niçois » et les « autres », mais sur une conception de l’identité locale qui place au premier plan le fait d’être pensée comme une « production originale » et non comme un « produit marchand ». En ce sens, l’identité y est définie comme une réalisation auto-produite en rupture avec les institutions qui cherchent à fabriquer une image dans le cadre d’une logique marchande, et dont les « carnavals indépendants » apparus en 1995 sont l’expression la plus emblématique.

11En se distinguant à la fois du localisme classique producteur de frontières territorialisées de l’identité – ce que nous avons appelé le local essentialisé – et de la mise en scène du territoire dictée par le marché de l’authenticité et de la spécificité – que nous avons ici dénommé le local instrumentalisé –, ce troisième registre de discours identitaire tente de faire de la ville le lieu de production d’une pensée alternative, d’un local imaginé, même si, comme nous avons pu le montrer, cet imaginaire repose sur une représentation elle aussi idéalisée de la ville et de son « peuple ».

ARTICULATION LOCAL/GLOBAL

12Ainsi avons-nous pu dégager sur la base de ces différents discours identitaires, autant de modes d’articulation du « global » et du « local » :une logique de protection du « local » contre le « global » ;une autre visant à faire du « local » un produit culturel mondialisé ;et une troisième qui, dans la lignée du mot d’ordre Think globaly, act localy consiste à concevoir le « local » comme un terrain d’actions et de revendications dont la portée et les enjeux se veulent être « globaux ». Bien que concurrentes et reposant sur des registres distincts de justification, ces positions ne sont pas moins en interrelation en ce qu’elles se nourrissent l’une et l’autre des mêmes apports sémantiques plus ou moins anciens ou tout nouvellement inventés qui alimentent un fonds commun de discours sur l’identité locale et qui, en circulant, se solidifient et se sédimentent dans les représentations et dans la matérialité même de la ville.

VALORISATION

Publications

13Cuturello Paul, (2002), « Cosmopolitisme et identité locale. Touristes hivernants et société locale sur la Côte d’Azur au début du xxe siècle », Cahiers de l’URMIS, n° 8, pp. 29-38.

14Cuturello Paul, Rinaudo Christian, (2005), « Mise en image et mise en critique de la Côte d’Azur. Synthèse de recherche », Faire savoir – Sciences humaines et sociétés en région PACA, n° 5.

15Rinaudo Christian, (2000), « Fêtes de rue, enfants d’immigrés et identité locale. Enquête dans la région niçoise », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 16, n° 2, pp. 43-57.

16Rinaudo Christian, (2005), « La tradition carnavalesque niçoise. Du passéisme à l’invention délibérée », dans Dimitrijevic D. (dir.), Fabrication de traditions, invention de modernités, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Communications

17Cuturello Paul, Rinaudo Christian, (2000), « Jeux et enjeux des définitions de et dans la ville », Séminaire de Michel Agier La ville :appropriations, détournements, définitions, EHESS, Marseille, mai 2000.

18Cuturello Paul, Rinaudo Christian, (2000), Colloque Les traditions inventées. Bilan et perspectives d’un paradigme, Urmis-Soliis Nice, 18-20 mai 2000.

19Cuturello Paul, Rinaudo Christian, (2001), « “Identité niçoise” :produit marchand ou production interculturelle », et coordination du symposium Le multiculturalisme à l’épreuve des identités locales, VIIIe Congrès international de l’ARIC, Lausanne, juillet 2001.

20Cuturello Paul, Rinaudo Christian, (2001), « Carnivals on French Riviera. Producing, Contesting and Reformulating the Meaning of Locality », communication au Culture of Cities Institute (sous la direction d’Alan BLUM), dans la session de travail intitulée « City Rhythms and Intensities », Toronto, juin 2001.

21Cuturello Paul, Rinaudo Christian, (2001), « Fêtes de rue et identités locales alternatives », Deuxième Congrès européen Sciences de l’Homme et Sociétés organisé par Cultures en Mouvement :Différences dans la civilisation, Cannes, juillet 2001.

22Cuturello Paul, Rinaudo Christian, (2001), « Identité locale et cosmopolitisme », Table ronde sur le cosmopolitisme, URMIS-SOLIIS et CMMC, Université de Nice Sophia-Antipolis, mai 2001.

Prolongements de la recherche

23Participation de C. Rinaudo au programme (2003-2005) Identités et mobilités :les sociétés régionales dans les nouveaux contextes politiques et migratoires. Une comparaison entre le Mexique et la Colombie, piloté par l’IRD (Odile Hoffman) pour développer des recherches (en collaboration avec E. Cunin, IRD) sur la construction touristique des identités raciales à Carthagène (Colombie).

24Participation à l’atelier de recherche exploratoire mené dans le cadre de l’ACI « Terrains, Techniques, Théories » intitulé « Comment la ville se fait :urbanité et vies citadines » (coordination :E. Dorier-Apprill et P. Gervais-Lambony). Dans ce cadre, participation au séminaire La mise en scène touristique et festive de la ville :Nice et Cartagena (C. Rinaudo et E. Cunin), 14 mai 2004.

25mailto:cuturell@unice.fr
mailto:rinaudo@unice.fr
Unité de recherche migrations et société (URMIS)

UMR CNRS 7032
Pôle universitaire Saint-Jean d’Angely
24, avenue des Diables Bleus
06357 Nice Cedex 4
Tél. :04 92 00 11 76

Notes

1 Sociologue, ingénieur CNRS, SOLIIS-URMIS (CNRS 7032).

2 Sociologue, maître de conférences, SOLIIS-URMIS (CNRS 7032).

3 Nice-Matin du 16 février 2000, « Nice, le carnaval dans la tourmente identitaire ? ».

Auteurs

Responsables scientifiques

Responsables scientifiques

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540