Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

II. Cohésion sociale et citoyenneté

Médiateur social. Dynamiques de construction d’une pratique1

Fabienne Barthélémy

Texte intégral

  • 1 Thèse de doctorat intitulée Analyse sociologique des pratiques locales de médiation : comment se s (...)
  • 2 Doctorante en sociologie au Centre de Sociologie des Organisations (CSO/CNRS/FNSP) et ATER en soci (...)

1Note portant sur l’auteur2

2Les travailleurs sociaux classiques ne sont plus aujourd’hui les seuls praticiens du champ. En France, le programme « nouveaux services – emplois-jeunes » a institué localement un nouveau type d’opérateurs du lien social, communément appelés « médiateurs sociaux ». Ces intervenants font preuve de compétences incorporées, qui font corps avec leur personnalité (expérience, parcours de vie) dont la nature et le statut posent question, à plus forte raison quand il s’agit pour eux de prendre place auprès d’une communauté professionnelle régie par des règles déontologiques fortes.

3En effet, ces acteurs n’ont pas le profil classique des travailleurs sociaux. Leur entrée dans la vie professionnelle, liée à l’obtention d’un emploi aidé, ne tient pas à l’acquisition du titre de « travailleur social » délivré par l’une des écoles spécifiques aux professions sociales. Or, ce titre a valeur de garde-fou dans cette communauté professionnelle : il autorise le partage du secret professionnel entre pairs, garantit la qualité de la prestation et protège contre les éventuelles velléités d’un non-professionnel. Ces nouveaux intervenants heurtent donc de plein fouet une sphère d’intervention fortement codifiée. En d’autres termes, l’émergence de ces fonctions de proximité pose la question de la transformation des conditions d’exercice de l’intervention sociale : si un jeune bénéficiaire d’un emploi aidé peut accomplir des actes à consonance sociale sans être diplômé, quelle est la plus-value des prestations délivrées par un professionnel formé ? Inversement, un acteur qui émerge en marge des normes qui règlent la communauté professionnelle qu’il côtoie est-il en mesure de se doter d’une légitimité nécessaire à l’exercice de son activité ?

PROBLÉMATIQUE ET TERRAINS D’ENQUÊTE

  • 3 Les termes de « client » et de « personne aidée » sont ici équivalents.

4On ne peut donc analyser la manière dont les porteurs de ces nouvelles fonctions construisent leur pratique sans les intégrer dans les réseaux de relations dans lesquels ils s’enchevêtrent [Abbott, 1988]. Il est particulièrement intéressant de s’interroger sur la manière dont le jeune médiateur construit sa pratique professionnelle et sur le rôle que jouent ses environnements – la structure d’appartenance, les professionnels du champ et le « client »3 – dans la construction de son service et de ses pratiques. Comme le dit Jacques Ion, « face à ce nouveau concurrent, il s’agit pour les groupes professionnels de protéger leur zone de compétences et pour lui d’inventer son métier par ajustements progressifs » [Ion, 1984]. L’objectif de la thèse est donc de mettre au jour ces mécanismes.

5Afin d’analyser cette question, nous avons fait le choix d’une analyse monographique et comparative de trois initiatives locales hétérogènes. Pour chaque terrain, la démarche méthodologique a consisté à conduire à la fois une quarantaine d’entretiens semi-directifs auprès des acteurs pertinents et une série d’observations des médiateurs en situation de travail. L’analyse de contenu a notamment permis de reconstruire des cas mettant en scène à la fois les pratiques et la structuration des rapports entre les intervenants et leurs interlocuteurs.

6La thèse s’appuie sur trois enquêtes empiriques. Nous nous appuierons ici sur le premier travail de terrain mené dans une commune de 20 000 habitants localisée en Basse-Normandie auprès d’une équipe de six médiateurs municipaux employés en CDD au titre d’un emploi-jeune. Le réseau local de prise en charge sociale est organisé essentiellement autour de deux services sociaux, l’un municipal (Centre Communal d’Action Sociale – CCAS), l’autre départemental (Service Social Départemental – SSD).

PREMIER CONSTAT

7L’insertion sur un territoire semble vouée à l’échec si elle ne se fait pas en négociation avec les professionnels locaux. En d’autres termes, pour s’ancrer, il faut ajuster son mode d’intervention aux données et aux exigences des acteurs du territoire.

8L’équipe étudiée a dû recomposer son activité principale car elle ne lui permettait pas de trouver une légitimité suffisante pour se stabiliser sur le territoire.

9Les débuts de l’équipe sont marqués par une période de flou – quant aux tâches concrètes à accomplir – et par des relations locales tendues, principalement avec les assistants sociaux des deux services, qui opposent des résistances à ces agents non formés et non stabilisés. L’activité de l’équipe est alors de « circuler dans les quartiers » et participe d’une présence dissuasive auprès de jeunes éléments perturbateurs. Mais progressivement, l’activité évolue vers un travail à consonance sociale dont le support devient la visite au domicile de personnes identifiées comme fragiles (toxicomanes, personnes isolées). Il s’agit alors de délivrer à la population une prestation sociale personnalisée co-construite par le médiateur et la personne aidée. Le médiateur est amené à accomplir une multitude de tâches destinées à améliorer la situation de son interlocuteur. Mais l’équipe devient progressivement également prestataire de service à destination des professionnels locaux qui viennent à contacter fréquemment les médiateurs.

10Les tensions entre travailleurs sociaux et médiateurs tendent à s’estomper pour laisser place à de multiples interactions : les AS des deux services de la ville (CCAS et SSD) contactent régulièrement l’équipe pour lui demander d’assurer de « petites tâches », comme une aide au classement de documents administratifs, un accompagnement physique, « des choses quotidiennes, concrètes, de la vie de tous les jours » (assistante de service social – AS) qu’elles disent ne plus avoir le temps d’assurer compte tenu de l’accroissement des tâches administratives dans leur métier. Elles reconnaissent aux médiateurs une expertise qu’elles vont elles-mêmes mobiliser : leur aptitude à nouer une relation de proximité avec la population. Elles tirent profit de leur plus grande disponibilité et de leur contact auprès des habitants, se disant « plus dans les tâches administratives, financières, des tâches définies ». En témoigne le récit de cette déléguée aux tutelles : « ils ont tout organisé et j’ai pu me reposer sur eux, ils ont vidé le logement, acheté de nouveaux meubles, aménagé l’appartement, et ils ont continué à suivre la personne. Il y a eu aussi la mise en place d’une aide ménagère et pour que la personne s’habitue un peu, ils sont restés les jours où elle venait. Tout ce côté humain, c’est eux ». À cela s’ajoute une division du travail entre assistants de service social municipal et médiateurs qui s’apparente au processus de transfert des tâches considérées comme les plus humbles aux fonctions les moins qualifiées, mis au jour par Hughes [1996]. Ce sont les médiateurs qui accomplissent des actes au domicile de personnes suivies par l’assistante sociale.

  • 4 La fin annoncée des contrats emplois-jeunes crée une incertitude majeure pour l’équipe.

11L’encadrant, travailleur social de formation, joue un rôle clé dans ce processus de recomposition de l’activité et de développement de réseaux de relations pour l’équipe. Dans un contexte où il devient urgent de se constituer une zone de compétences sur le marché local de l’intervention sociale afin de stabiliser sa place4, l’encadrant orchestre alors la négociation d’une légitimité auprès de la communauté professionnelle d’où il est lui-même issu. Le statut de travailleur social assure alors une base minimale de coopération car il garantit le partage d’une vulgate et d’une déontologie communes.

DEUXIÈME CONSTAT

12Développer de nouvelles pratiques signifie également inventer les espaces de pertinence de ces pratiques. En d’autres termes, il s’agit de créer une nouvelle manière de poser un problème et des nouvelles manières de le traiter.

13L’encadrant amorce une théorisation des pratiques qui vise à stabiliser une zone d’expertise : il présente l’équipe comme « une police positive » qui existe parce « qu’il y a des dysfonctionnements institutionnels dans d’autres services », qui « va là où personne ne va », « avec tout le côté on débarque par accident, mais ce n’est jamais par accident ». Il opère comme agent rationalisateur et orchestre alors une dynamique de conquête d’une légitimité, auprès des élus locaux et des professionnels locaux, avec la construction d’un besoin – la difficulté pour les autres professionnels à être sur le terrain – et l’élaboration d’une réponse proposée par l’équipe – la délivrance d’une prestation au public et aux professionnels.

14Pour conclure, si la compétence d’être soi permet l’entrée au poste de médiateur, elle se révèle insuffisante quand il s’agit de se stabiliser aux côtés de professionnels formés. C’est donc localement, dans une multiplicité d’interactions et de jeux de négociations que ces agents construisent leur position afin de faire valoir la plus-value apportée par leur intervention.

VALORISATION

Publications

15Barthélémy Fabienne, (2002), « De nouvelles modalités de gestion du lien social : les pratiques locales de médiation », Action concertée incitative ville (ACI-Ville), Tours, pp.18-22.

16Barthélémy Fabienne, (2004), « Médiateur social. Dynamiques de fabrication d’une pratique professionnelle », Esprit Critique, n° 1, numéro spécial « La médiation sociale ».

17Barthélémy Fabienne, BASTARD Benoît, Cardia-Vonèche Laura, (2004), « Peut-on décréter le partenariat entre les Institutions en charge de la famille ? Le cas des Réseaux d’écoute, d’appui et d’accompagnement des parents », Recherches Familiales, UNAF, n° 1.

18Bastard Benoît, Cardia-Vonèche Laura, avec la participation de Fabienne Barthélémy et Sébastien Doutreligne, (2003), Peut-on décréter le partenariat ? La mise en place des Réseaux d’écoute, d’appui et d’accompagnement des parents, Paris, Centre de Sociologie des Organisations.

Communications

19Barthélémy Fabienne, (2002), « De nouvelles modalités de gestion du lien social : les pratiques locales de médiation », Séminaire des allocataires de thèse, Action Concertée Incitative Ville (ACI-Ville), Tours.

20Barthélémy Fabienne, (2004), « Médiateur social, une pratique à construire », Colloque Les journées de la Recherche sociale, « Les jeunes en difficultés. Leur place dans les politiques publiques et dans la cité », CNAM, Paris, 27-28 janvier 2004.

21Barthélémy Fabienne, (2004), « Médiateur social. Dynamiques de fabrication d’une position singulière », Séminaire au Centre de Sociologie des Organisations, 6 février 2004.

22Barthélémy Fabienne, (2004), « New work forms to solve social problems in France », Conference Changing Welfare states in Europe, University of Chicago, 28-29th may 2004.

23mailto:barthel2@yahoo.f
Centre de Sociologie des Organisations
19, rue Amélie
75007 Paris
Tél. : 01 40 62 65 70
http://www.cso.edu

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Abbott Andrew, (1988), The system of professions. An essay on the division of expert labor, Chicago, The University of Chicago Press.

Hughes E. C., (1996), Le regard sociologique : essais choisis, Paris, Éditions de l’EHESS.

Ion Jacques, (1984, 1987), Les travailleurs sociaux, Paris, La Découverte.

Notes

1 Thèse de doctorat intitulée Analyse sociologique des pratiques locales de médiation : comment se structure une fonction émergente au contact des professions « établies » du travail social ?, sous la direction de Benoît Bastard, directeur de recherche au CNRS.

2 Doctorante en sociologie au Centre de Sociologie des Organisations (CSO/CNRS/FNSP) et ATER en sociologie à l’Université de Paris XII-Val-de-Marne.

3 Les termes de « client » et de « personne aidée » sont ici équivalents.

4 La fin annoncée des contrats emplois-jeunes crée une incertitude majeure pour l’équipe.

Auteur

Allocataire de recherche

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540