Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

II. Cohésion sociale et citoyenneté

Les jeunes des quartiers sensibles dans les politiques de la ville et les politiques sociales1

Cyprien Avenel

Texte intégral

  • 1 Recherche financée au titre d’un Contrat Jeune Chercheur.
  • 2 Sociologue, enseignant à Sciences Po Paris, chargé de mission à la Caisse Nationale des Allocation (...)

1Note portant sur l’auteur2

2Mesurer la mobilisation des collectivités locales et, plus généralement, l’ampleur des politiques publiques dans les quartiers « sensibles » et apprécier concrètement les effets des mécanismes mis en œuvre à partir du « point de vue » des jeunes qui en bénéficient : tels sont les enjeux de ce travail.

3S’interroger sur les politiques de la ville et le travail social dans les quartiers « sensibles » suppose de mettre au jour leurs modes de réception et d’utilisation par les jeunes concernés ainsi que la perception des démarches accompagnant ces aides.

4En effet, si on souhaite connaître l’impact du mode d’intervention public, il importe de prendre en compte l’opinion des individus, leurs représentations et les significations qu’ils donnent des aides dont ils bénéficient.

5Quelles sont les relations engagées entre les jeunes et les institutions locales ? Quelle est la nature du « contrat » entre les individus et la collectivité à travers les politiques d’insertion notamment ? Les politiques de la ville ne sont-elles pas un indicateur privilégié pour comprendre comment se forme un type de relation aux collectivités locales, et plus généralement au politique ?

MÉTHODOLOGIE

6Ce travail se fonde sur différents types de matériau.

7Il repose sur une étude qualitative menée entre 1996 et 1999 dans un quartier sensible de l’agglomération bordelaise. Cette étude s’appuie sur une centaine d’entretiens semi-directifs menés auprès des jeunes (tous garçons) et des acteurs institutionnels locaux. Ces entretiens ont été complétés d’observations de type ethnographique sur le site.

8Ce travail se fonde aussi sur un bilan des principales recherches sociologiques, y compris la « littérature grise », sur le rapport des habitants des quartiers sensibles aux institutions locales.

  • 3 L’enquête INSEE « Vie de Quartier » est la partie variable de l’enquête « Permanente sur les Condi (...)

9Enfin, ce travail s’articule également – mais partiellement à ce jour – avec l’exploitation d’une enquête quantitative réalisée pour le compte de la CNAF. Il s’agit de l’enquête « Vie de quartier » conduite par l’INSEE3.

10L’appartenance de ces jeunes à un quartier « sensible » stigmatisé est une dimension importante à souligner. En effet, le sentiment de vivre dans un quartier ayant mauvaise réputation est très fort dans tous les sites de la politique de la ville. Cette mauvaise réputation altère de façon non négligeable la perception des politiques sociales mais aussi l’image de soi.

11Par ailleurs, l’avantage de la méthode qualitative utilisée dans ce travail est de faire ressortir les dimensions « subjectives » du rapport aux institutions sociales. Mais cette manière de procéder révèle des limites. Cette étude n’informe pas nécessairement les situations objectives, contrairement à l’enquête « Vie de quartier ».

12Enfin, les notions de « jeunesse » et de « quartier », mal définies, doivent se décliner au pluriel parce qu’elles renvoient d’une part à une population hétérogène, et d’autre part à la grande diversité des quartiers « sensibles ». Cependant, cette hétérogénéité des situations ne doit pas non plus conduire à sous-estimer les traits communs. Par-delà les spécificités locales, apparaissent bien des constantes sociales et des problèmes souvent similaires.

PRINCIPAUX RÉSULTATS

13La plupart des travaux soulignent la forte présence des institutions publiques dans les quartiers. Les « zones urbaines sensibles » (ZUS) sont mieux dotées que les autres quartiers en équipements collectifs. De plus, le système d’aide et d’action sociales et la redistribution monétaire fournissent aux familles et à leurs enfants une part importante, parfois exclusive, de leurs revenus. La vie collective est régulièrement enchâssée dans des zones d’éducation prioritaire et elle est encadrée par le travail social et des dispositifs variés de prévention de la délinquance, des mesures d’insertion professionnelle, de l’animation sociale et culturelle, etc. Le principe d’une politique de la ville consacrant l’introduction de mesures de discrimination positive s’est finalement imposé. Son application implique une mobilisation accrue des collectivités locales.

14Pourtant, les jeunes en proie à des difficultés sociales se sentent plus ou moins abandonnés. Plus généralement, l’enquête « Vie de quartier » met au jour un paradoxe : malgré davantage d’équipements publics dans les zones urbaines sensibles, ils sont peu fréquentés par les habitants. Tel est le constat paradoxal qui s’impose avec brutalité et qui s’observe dans nombre des quartiers. Malgré un foisonnement d’initiatives, les politiques publiques achoppent sur le problème de l’emploi et apparaissent souvent opaques. Elles sont moins vécues comme pourvoyeuses d’un tremplin citoyen que comme aménageant l’exclusion.

15Dès lors, ce travail consiste à mettre au jour et à analyser les rapports de dépendance qui se mettent en place dans les quartiers « sensibles ».

16L’hypothèse développée est notamment la suivante : les problèmes de la ségrégation se construisent, au moins partiellement, dans la relation des jeunes aux interventions publiques et à leurs modes de fonctionnement.

17Par exemple, certaines violences juvéniles ne sont pas directement liées aux indicateurs de la marginalité d’un quartier mais peuvent être mises en relation avec les modalités du travail institutionnel et les actions concrètes menées sur le terrain. Il semble donc moins nécessaire d’engager l’étude vers l’idée de désorganisation sociale, que de s’interroger sur la nature du rapport des individus aux institutions.

18Ce travail se décline en trois axes.

19Le premier axe analyse les conditions locales de la participation des jeunes à l’action collective et aux équipements de quartier dans le cadre de la mise en œuvre de la politique de la ville.

20Comment parvient-on à transformer la ségrégation et la stigmatisation en logique de mobilisation ? En même temps, les institutions locales ont tendance à vouloir encadrer, voire contrôler les formes de la mobilisation. Un rapport de tutelle administrative et morale se met dès lors en place, qui alimente un rapport de méfiance réciproque entre jeunes et institutions. L’architecture des aides est par ailleurs d’une telle complexité administrative que certains jeunes se sentent contraints à être pris en charge par les travailleurs sociaux de terrain pour en bénéficier. Ces situations engendrent un vif sentiment de dépendance.

21Le deuxième axe étudie la relation des jeunes au travail social et aux aides plus individualisées.

22Les dispositifs sociaux engendrent des effets contradictoires. Ils véhiculent une promesse d’intégration mais sans pouvoir garantir sa réalisation. Quand les uns parviennent à franchir un palier, les autres basculent plus loin encore dans le huis-clos de la cité. Les politiques sociales mettent en place des rapports de dépendance dans la mesure où elles se heurtent à des situations de chômage récurrent entre deux emplois précaires. La crédibilité des institutions en est affectée.

23Souvent mise en avant, la critique des limites des interventions institutionnelles masque d’autres processus. Les dispositifs d’insertion drainent tout d’abord chaque année un nombre non négligeable de jeunes en difficulté. Ensuite, la remise en question d’une institution externe permet dans certains cas aux jeunes de faire l’économie de l’analyse de leurs propres maladresses.

24En fait, les jeunes se présentent comme des « clients » non dépourvus de tactique, mais ils s’efforcent en même temps d’échapper à la conception pédagogique de l’intervention. Cependant, le principe individualisé de l’intervention engendre des effets désolidarisant dès lors que les jeunes se perçoivent rivaux les uns par rapport aux autres et éprouvent sans cesse un sentiment d’injustice.

25Le troisième axe tire des conclusions provisoires et ouvre des pistes de recherche.

26Une question qu’on peut se poser est la suivante : dans quelle mesure les politiques publiques anti-ségrégatives parviennent-elles à lutter contre la logique de « ghettoïsation », ou au contraire renforcent-elles bien involontairement les mécanismes de ségrégation, et rendent alors les individus concernés plus dépendants encore à l’égard des dispositifs d’assistance ?

27En même temps, l’observation des trajectoires révèle des processus d’individualisation et des devenirs différents pour tous ces jeunes. Des approfondissements par enquêtes de terrain, combinant les méthodes quantitatives et qualitatives, demeurent nécessaires si l’on veut savoir comment ceux-ci parviennent à tirer ou non leur épingle du jeu.

VALORISATION

28Avenel C., (2000), « A familia ambigua. O caso dos moradores dos suburbios populares de Bordeaux », dans Singly F. (DE), Ehlers Peixoto C., Cicchelli V. (dir.), Familia e individualização, Rio de Janeiro, Editora Fundaçao Getulio Vargas, pp. 30-48.

29Avenel C., (2000), « Les jeunes hommes et le territoire dans un quartier de grands ensembles », Lien Social et Politiques, n° 43, pp. 143-154.

30Avenel C., (2001), « Rapports sociaux et quartiers sensibles », dans Bassand M., Joye D., Kaufmann V. (dir.), Les enjeux de la sociologie urbaine, Lausanne, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, pp. 137-158.

31Avenel C., (2002), « Le travail social à travers les pratiques d’attribution des aides financières », Recherches et Prévisions, n° 67, pp. 3-19.

32Avenel C., (2002), « Les territoires de la ville entre mixité et ségrégation », Informations Sociales, n° 104.

33Avenel C., (2003), « La relation aux aides sociales du point de vue des familles bénéficiaires », Recherches et Prévisions, n° 72.

34Avenel C., (2003), « Quelle démarche d’évaluation pour le travail social ? », Informations Sociales, n° 110.

35Avenel C., (2004), « Les jeunes des quartiers urbains dits sensibles. Débats et enjeux de la recherche », dans Cicchelli-Pugeault C., Cicchelli V., Ragi T. (coord.), Les jeunes : ce que nous savons, Paris, Presses Universitaires de France, collection « Sciences sociales et sociétés ».

36Avenel C., Cicchelli V., (2001), « Les familles maghrébines en France », Confluences Méditerranée, n° 39, pp. 67-80.

37mailto:cyprien.avenel@cnaf.cnafmail.fr
Caisse Nationale des Allocations Familiales

Direction des statistiques, des études et de la recherche
32, avenue de la Sibelle
75685 Paris Cedex 14
Tél. : 01 45 65 57 40

Notes

1 Recherche financée au titre d’un Contrat Jeune Chercheur.

2 Sociologue, enseignant à Sciences Po Paris, chargé de mission à la Caisse Nationale des Allocations Familiales (CNAF).

3 L’enquête INSEE « Vie de Quartier » est la partie variable de l’enquête « Permanente sur les Conditions de Vie des ménages » (PCV) de janvier 2001. Cependant, on l’utilisera ici beaucoup plus pour des données de cadrage que comme support fondamental de la recherche.

Auteur

Responsable scientifique

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540