Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

II. Cohésion sociale et citoyenneté

Introduction

Yankel Fijalkow et Ghislaine Garin-Ferraz

Texte intégral

  • 1 Sociologue et géographe, maître de conférences à l’Université Paris VII, en délégation au CNRS.

1Note portant sur l’auteur1

  • 2 Urbaniste, créatrice et responsable de la société Cité +.

2Note portant sur l’auteur2

DU FLOU DE LA THÉMATIQUE COLLECTIVE À UNE INTERDISCIPLINARITÉ IMPLICITE

3Les travaux proposés autour de la question « Cohésion sociale et citoyenneté » ont été regroupés pour les besoins de l’exercice en plusieurs sous-thèmes aux frontières floues. Ils concernaient autant la définition de la citoyenneté au regard des politiques publiques que la compréhension des phénomènes de ségrégation et d’inégalités dans les villes, l’exercice de la démocratie participative, la médiation, les questions d’identités urbaines, la santé, les nouveaux modes de sociabilité suscités ou non par les NTIC.

4La distribution géographique des recherches révélait aussi un large éventail. Les villes et les quartiers français (l’agglomération de Bordeaux, Paris et sa région notamment), d’autres villes européennes (tels Londres, Sheffield, Berlin, Athènes, Copenhague, Madrid), une cité africaine (Dar El Salaam en Tanzanie), Beyrouth au Liban, étaient à l’honneur.

5La grande variété des disciplines et des méthodes représentées (sociologie, géographie, histoire, urbanisme, anthropologie, médecine ; études quantitatives, qualitatives, fondées sur l’exploitation de documents ou d’enquêtes de trajectoires) ont suscité peu de débats peut-être en raison d’une interdisciplinarité implicite.

6Néanmoins, deux questions saillantes ont agité les chercheurs : les limites de la notion de citoyenneté et la constitution des pouvoirs.

LES LIMITES DE LA NOTION DE CITOYENNETÉ

7Si l’exclusion sociale se double souvent d’une exclusion politique, assiste-t-on à l’émergence de nouvelles formes de citoyenneté ? Les espaces de référence (école, famille, institutions) ont-ils changé ? La « mondialisation » ou même « l’alter-mondialisation » transforment-elles les codes de la citoyenneté et conduisent-elles vers une forme de citoyenneté mondiale ?

ÉCOLE, FAMILLE, ENTOURAGE, INSTITUTIONS SOCIALES : DES LIEUX DE TENSION

8Lieu de socialisation initiale par excellence, creuset de la société contemporaine, l’école constitue un espace d’enquête privilégié. Agnès van Zanten et Marco Oberti ont montré les relations entre le marché scolaire et la classification socio-professionnelle des communes des Hauts-de-Seine. S’il est avéré que les communes les plus favorisées offrent la plus grande diversité scolaire, publique et privée, on constate aussi, grâce à l’indicateur de la scolarisation hors commune, des mécanismes d’évitement de certaines écoles « populaires » ou non. Ces résultats statistiques qui démontrent les stratégies scolaires des différents milieux sociaux (couches moyennes, catégories populaires et élevées) ont été étudiés localement par la dynamique locale des groupes sociaux face à l’école : stratégies de colonisation des parents de couches moyennes, rôle des associations de parents d’élèves, conduisant à une mise en correspondance entre le quartier et l’école.

9Or justement, c’est de l’école dont souffrent les quartiers défavorisés, indique Didier Lapeyronnie, selon lequel on assiste depuis vingt ans à la formation (il reconnaît lui-même que le terme est un peu provocateur) de « ghettos ». La situation sociale s’y est aggravée ces dernières années, les quartiers se fermant sur eux-mêmes. L’école est accaparée par les couches moyennes en quartier populaire, ce qui développe chez les classes populaires un sentiment de frustration et de mise à distance. Cet espace fermé permet de garder une dignité. L’ordre social local est dominé, d’une part par une cohabitation passive avec les classes moyennes, d’autre part par les difficultés de positionnement des jeunes issus de l’immigration : « mériter la famille, mais ne pas la trahir par son ascension sociale ». Le choix de l’échec est donc rationnel pour les garçons regroupés dans des lieux d’affirmation de leur identité. Les filles relevant d’une logique de sur-conformité sociale éviteraient plutôt certains espaces les identifiant trop. Ainsi se construirait « une enclave qui vous protège et une culture qui vous handicape ».

10Ces résultats montrent que les études sur les relations entre la famille et l’espace urbain seraient sans doute à revisiter en y intégrant le genre. À ce titre les éclairages apportés par Éva Lelièvre dans le cadre des enquêtes longitudinales relatives à l’entourage des personnes de 50-70 ans illustrent l’élargissement des relations entre Paris, la province et l’étranger.

11Mais si l’école et la famille-entourage travaillent la notion de cohésion sociale, le rôle des institutions sociales vis-à-vis des jeunes s’avère aussi important. Ainsi, la contradiction entre le suréquipement des Zones Urbaines Sensibles (ZUS) et leur faible utilisation, permet-elle à Cyprien Avenel de revisiter les relations difficiles des institutions avec des jeunes lassés d’être des leaders positifs, se sentant « plus serviables que servis », heurtés par l’opacité des politiques sociales attachées essentiellement à racheter la paix sociale à coup de prestations.

12Cette recherche fait écho au débat sur la médiation et les emplois-jeunes (Florence Aigrot et Fabienne Barthélémy). Ici, la « compétence d’être soi » (être enfant d’immigré, être de couleur...) révèlerait une qualification particulière.

L’IDENTITÉ LOCALE À L’ÉPOQUE DE LA MONDIALISATION : UNE FRAGMENTATION URBAINE ?

13Si le monde est de plus en plus représenté comme global, on assiste aussi à une nouvelle formulation de l’identité locale. Les images que les villes donnent à voir d’elles-mêmes, constituent, tel le cas de la ville de Nice (Paul Cuturello et Christian Rinaudo), un terrain privilégié. Pour renouer avec le local, les actions de valorisation de l’histoire locale, de réhabilitation et de patrimonialisation mettent en jeu des groupes attachés à faire prévaloir leurs vues sur l’usage de l’espace public et la démocratie locale.

14Ces logiques contrastent avec celles d’auto-enfermement résidentiel, de sécurisation et de contrôle de l’espace urbain dont témoignent les gated communities en France, aux États-Unis et au Canada, étudiées par l’équipe de François Madoré.

15Y a-t-il donc « sécession » ?

16Pour Edmond Préteceille, le réseau de chercheurs européens (Athènes, Berlin, Copenhague, Londres, Madrid, Paris) auquel il a participé met en évidence des processus souvent proches : des couches supérieures plus nombreuses et plus riches, des couches moyennes plus nombreuses et une baisse relative ou absolue des couches populaires. Il n’y a donc ni sécession ni polarisation, mais des modèles de villes à étudier par la mise en relation des modèles productifs, des modèles de welfare, y compris dans la mobilisation des ressources familiales et des modes de production du logement.

17Ces résultats font écho à la question du saturnisme exposée par Didier Fassin. À partir du traitement d’une maladie touchant des pauvres et des exclus dans les villes – le saturnisme – on assiste à un cas, rare en France, de construction d’une politique nationale à partir d’une politique locale. Le saturnisme atteint les enfants de familles pauvres, très souvent issues de l’Afrique sub-saharienne (plus de 95 % des cas), habitant des logements vétustes, le plus souvent privés, de Paris, Lyon et de la Seine-Saint-Denis. Elle concerne une population sous-prolétarisée, obligée d’accepter des logements privés dégradés et onéreux, redevables donc d’un mode de production particulier de la ville. De la reconnaissance de quelques cas de saturnisme infantile en 1985, on est passé à plus de 150 000 cas quelques années plus tard. Après une tentative de « culturalisation » de la maladie par les pouvoirs publics, le phénomène est entré dans la catégorie de problème de santé publique nationale. Ainsi la production d’un problème de santé publique renvoie-t-elle à la question des classements sociaux implicites opérés par les politiques et leurs experts.

LA FORMATION DE POUVOIRS

18Une seconde problématique s’est attachée à envisager la cohésion sociale sous deux angles différents : celui de l’individu citoyen et médiateur et celui des collectifs appelés à participer.

DÉCONSTRUIRE ET RECONSTRUIRE LA NOTION DE CITOYENNETÉ

19Les usages dans le discours public du concept de citoyenneté a été étudié par l’équipe regroupée autour de Numa Murard dans six terrains différents. Si l’engagement public se présente comme un mouvement par lequel on se dégage de ses appartenances, de son être social, pour se manifester en citoyen, l’inversion de sens contemporaine, restreignant le terme à la civilité et la norme, conduit à faire porter le soupçon sur les « jeunes des quartiers populaires » et à dépolitiser la notion. Ainsi « une ethnographie de la citoyenneté » montrerait l’instrumentalisation de la notion et les formes de résistances à l’inégalité des pauvres et des étrangers.

20À une autre échelle, Catherine Neveu s’est attachée à décrire la formation de la citoyenneté européenne en observant des réseaux et des groupes de travail œuvrant dans la sphère internationale. Après avoir fait remarquer que pas plus le mot citoyenneté que citizenship ne sont présents dans la banque de données Europa, elle note dans ces réseaux, une persistance de la remise en scène des stéréotypes nationaux.

21Entre ces communications, la question lancinante des modes de fabrication de la citoyenneté, qui renvoient certainement à des modèles différents selon la position des agents sociaux, met en question le modèle Durkheimien de la cohésion sociale.

LE SOUPÇON À L’ÉGARD DE LA PARTICIPATION

22Si pour Marie-Hélène Bacqué et Yves Sintomer la participation ressemble plus à un spectacle, les choses importantes se décidant ailleurs, la vogue de celle-ci constitue une source de réflexion. Leur typologie de dispositifs participatifs fait apparaître des registres de justification fonctionnels, sociaux et politiques. Les cas étudiés semblent montrer l’amorce d’un tournant communicationnel de la démocratie participative, et une professionalisation plutôt qu’une démocratisation.

23Mais la participation s’inscrit aussi dans une histoire comme le montrent Pierrick Cézanne-Bert, Étienne Ballan et Jean-Michel Fourniau. Nice, Toulon et Marseille ont instauré dès les années vingt des modes de consultation et de participation qui ont connu une longévité diverse, et des articulations avec le pouvoir représentatif. L’échelle de la représentativité, « le quartier » donne lieu, lui, à des appréciations différentes selon le rôle que le pouvoir municipal leur laisse ou leur fait jouer. Mais si les politiques clientélaires n’ont plus rien à distribuer, la rétribution des conseils ne pourra se faire que sur la base du symbolique : la relation et le sentiment de proximité.

24C’est là un enjeu particulièrement étudié par l’équipe d’Agnès Villechaise-Dupont et Sandrine Rui dans leur étude sur les facteurs de démocratisation des villes de l’agglomération bordelaise, s’interrogeant sur les enjeux soulevés et la raison de la participation. Pour ces dernières, le bilan de la participation n’est pas totalement négatif, même si l’équipe montre de manière convaincante que les classes moyennes ont la capacité de produire des espaces alternatifs à la participation organisée par les municipalités (cafés débats, recours en contentieux), au contraire des classes populaires.

25En définitive, le thème de la participation renvoie à trois questions générales, importantes pour une lecture transversale de ces recherches sur la cohésion sociale et la citoyenneté :

  • La question de l’apparition des thèmes nationaux à l’intérieur de logiques transnationales. Ainsi les phénomènes de décentrement des politiques locales relèvent parfois de logiques semblables : en France comme au Brésil, la fin de politiques clientèlaires ou la lutte contre la corruption a certainement été un facteur favorable à la participation.
  • Les liens entre les politiques et les « filtres » administratifs et techniques. Que sait-on des effets de la complexification des procédures administratives locales qui, peut-être, expliquerait le tropisme des élus pour la proximité et la montée vers l’éthique qui accompagne nombre de démarches participatives lorsque leur enjeu est devenu insaisissable ?
  • Les modes de production de l’intérêt collectif et leur justification intégrant des processus holistiques ou interactionnistes. Il s’agirait ici d’interroger les valeurs implicites de la notion de participation, et de comprendre les fondements du pré-requis de compétence accordé à l’habitant, l’usager, le client, au nom d’un « savoir » lié à son identité même.

26Ces questions renvoient à celle des grilles de lecture des sciences humaines et sociales qui participent à la construction des problèmes, de l’intérêt et des actions publiques.

27mailto:cy.fijalkow@wanadoo.fr
Université Paris 7

UFR GHSS
2, place Jussieu
75005 Paris

28mailto:cite.plus@wanadoo.fr
Cité+

5, rue Louis Pasteur
92100 Boulogne-Billancourt
Tél. : 01 49 09 08 86

Notes

1 Sociologue et géographe, maître de conférences à l’Université Paris VII, en délégation au CNRS.

2 Urbaniste, créatrice et responsable de la société Cité +.

Auteurs

Rapporteurs

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540