Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

I. Formes urbaines, cultures et modes de vie

Vers l’esthétisation des dynamiques de métropolisation ? Les pratiques culturelles off : éléments de revalorisation des quartiers métropolitains1

Elsa Vivant

Texte intégral

  • 1 Thèse de doctorat en études urbaines, urbanisme et aménagement, sous la direction de François Asch (...)
  • 2 Doctorante en urbanisme, ATER à l’Institut Français d’Urbanisme (IFU).

1Note portant sur l’auteur2

2Dans quelles mesures les pratiques culturelles alternatives ou off, peuvent-elles participer au développement des grandes métropoles, comme cela a été démontré pour la culture institutionnelle, ou in ?

UN NOUVEAU RAPPORT DE LA SOCIÉTÉ À LA CULTURE

3Les rapports entre la société urbaine contemporaine et l’art et la culture sont aujourd’hui soumis à trois évolutions fondamentales.

4D’abord, les individus seraient de plus en plus confrontés à l’art et à la culture : comme spectateurs ou comme producteurs mais aussi comme consommateurs. Cette massification du rapport à l’art provoque une redéfinition permanente des frontières distinctives. Parallèlement se développent des comportement consuméristes et réflexifs par rapport aux biens culturels : le choix de consommer tel ou tel bien ou activité culturelle est un choix réflexif, constitutif de l’identité que se construit l’individu [Lash, Urry, 1994].

5Cela nous amène à la seconde rupture : la prise en compte de la culture dans les politiques publiques [Bianchini, Parkinson, 1993]. D’une part, la culture est une activité économique de plus en plus importante dans l’économie urbaine [Scott, 1999]. D’autre part, la culture est un élément de l’image de marque des villes, concrétisé à la fois par la construction de grands équipements culturels et par l’organisation de grands événements. Ces événements sont à la fois des vecteurs d’image de marque, des événements touristiques, et peuvent aussi, parfois, être catalyseurs de véritables projets urbains ou de territoires.

6La troisième grande rupture est la montée en puissance de l’innovation et de la créativité comme nouveau paradigme. L’innovation, la créativité et la recherche deviennent les ressorts du développement économique des territoires. Richard Florida a mis en évidence une corrélation entre l’installation d’entreprises high tech et la présence de la bohème et de milieux « artistes » [Florida, 2002, p. 55]. Cette coprésence de différentes formes d’innovation lui permet d’avancer l’idée de l’émergence d’une nouvelle classe sociale dont la particularité est d’avoir un travail créatif : la creative class. La créativité sous toutes ses formes devient un enjeu essentiel pour le développement urbain.

UN NOUVEAU CADRE SÉMANTIQUE : LE IN ET LE OFF

7Cette importance donnée à la création et à l’innovation amène à s’interroger sur la dynamique de la création. Que ce soit dans le cadre de la création artistique, de l’innovation scientifique ou de l’invention technologique, la remise en cause permanente et perpétuelle des paradigmes existants est le ressort de l’innovation et de l’art contemporain.

8En s’inspirant du mode de fonctionnement des festivals, nous avons développé un schéma sémantique explicitant ce mouvement perpétuel et systémique de la création : in/off. Le in serait programmé et le off opportuniste et spontané ; le in s’enrichirait par l’existence du off où, par une plus grande liberté, pourraient se produire les innovations ; le off aurait besoin du in pour justifier son existence, trouver une légitimité. Peu à peu, le off prendrait le dessus sur le in, voire deviendrait in ; et dans le même temps, se développerait un off du off.

9Par pratiques culturelles off ou alternatives ou underground, nous considérons des pratiques qui ont en commun d’être peu ou pas prises en compte par l’institution culturelle et de ne pas avoir une place claire dans le marché des biens culturels. Elles sont aussi souvent marquées par une très grande précarité économique, matérielle, et juridique.

10Suivant la démarche de Boris Grésillon sur les lieux de la culture à Berlin [Grésillon, 2002], nous considèrerons le cas particulier des squats d’artistes. En effet, d’une certaine manière, les squats d’artistes sont l’inscription physique dans l’espace urbain de pratiques artistiques off. Ils sont à la fois des lieux off de la culture et des lieux de la culture off. Ainsi, nous postulons que les squats d’artistes peuvent nous permettre d’analyser, comprendre et appréhender différemment les mutations urbaines et notamment le rôle de la culture dans le développement urbain.

TROIS AXES DE RECHERCHE

11Trois principales modalités d’intégration de la culture aux dynamiques urbaines ont été mises en évidence. Pour chacune d’elles, nous avons décliné notre hypothèse principale pour montrer l’applicabilité des théories au cas des squats d’artistes.

LES LIEUX OFF : CATALYSEUR DE GENTRIFICATION ?

12La gentrification est un processus par lequel les quartiers pauvres et populaires des centres-villes sont réinvestis (et revalorisés) par de nouveaux habitants appartenant aux classes moyennes supérieures. La plupart des auteurs s’accordent pour dire que la gentrification est un processus en trois phases, dans lequel l’artiste apparaît souvent comme un pionnier et un catalyseur de la gentrification. Cependant, ce processus n’est pas sans impacts négatifs, notamment par les nombreux délogements des habitants « originels », issus de catégories plus populaires.

13Par ce travail de recherche, nous souhaitons mettre en évidence que la présence de squats d’artistes peut être un élément de redécouverte d’un quartier, participer au développement d’un imaginaire créatif et artiste dans un quartier ; et parfois permettre l’enclenchement du processus de gentrification.

14Nous réalisons une analyse de données statistiques : à la fois à partir de données INSEE et à l’aide des données sur le marché immobilier de la Chambre des Notaires de Paris. Nous effectuons aussi des enquêtes auprès d’agents immobiliers. Cela nous permet d’analyser la perception, par des acteurs centraux du marché immobilier, de la présence d’artistes dans un quartier. Ils ne sont pas considérés comme des acteurs (ou plutôt en tant qu’acteurs) de ce marché, mais plutôt comme des informateurs, des outils d’analyse.

LES LIEUX OFF : OBJET TOURISTIQUE ?

15Le tourisme urbain est un secteur économique de plus en plus important pour les villes, grâce au développement des voyages de courts séjours et du tourisme d’affaires. La culture est un élément déterminant pour le développement de ce secteur. Si le touriste urbain est friand de visites culturelles, il est aussi curieux d’expériences non-ordinaires, et cherche l’altérité (comme d’autres cherchent l’exotisme dans des destinations lointaines). En ce sens, nous postulons que les pratiques culturelles et les lieux off correspondent aux attentes du « regard touristique » [Urry, 1995, p. 133]. Il s’agira de montrer que les lieux off peuvent être des attractions touristiques et sont des étapes du parcours du touriste dans la ville ; l’existence d’un milieu créatif off participant à la construction d’un imaginaire de la ville. Mais la figure du touriste dans les métropoles évolue : le touriste peut être le citadin lui-même qui pose un regard touristique sur sa propre ville.

16Nous proposons d’analyser l’objet touristique à travers les guides de voyage. Très peu d’études considèrent le guide de voyage comme partie prenante du champ touristique. Cependant, en le sélectionnant, l’interprétant puis l’évaluant, le guide de voyage construit l’image et le sens d’un lieu, et le rend potentiellement touristique.

LA CULTURE OFF : ÉLÉMENT DE REGÉNÉRATION URBAINE ?

17On peut rappeler que la programmation d’un nouvel équipement culturel au sein d’un projet urbain est de plus en plus fréquente ; ils en deviennent les symboles (musée Guggenheim de Bilbao, Opéra House de Sydney...) [Bianchini, Parkinson, 1993]. Nous proposons que cet équipement culturel peut être un lieu off, qu’un lieu off peut, au même titre qu’un grand équipement culturel in, donner du sens à un nouveau quartier urbain. Si de tels lieux sont difficilement planifiables (au vue des caractéristiques propres au off), des lieux off existants peuvent être pris en compte, associés puis intégrés au projet, au lieu d’être détruits.

18À partir d’entretiens et de la consultation de documents de projet, nous chercherons à comprendre comment un lieu off a finalement été intégré à un projet urbain, après avoir été initialement voué à être détruit, à partir du cas des Frigos dans le cadre de la ZAC Seine Rive Gauche à Paris.

19Un des objectifs de cette thèse est de mettre en évidence l’importance du off pour les villes. Mais au-delà, il s’agit pour une urbaniste de réfléchir à ce qui fait « ville », à l’émergence de l’urbanité et du sentiment d’appartenance à une communauté citadine. Il est en effet paradoxal pour des professionnels de l’urbain de concevoir que l’urbanité apparaît là où on ne l’a pas planifiée. Sentiment d’impuissance ou aveu d’humilité d’admettre que les espaces en friches, les lieux off, les lieux non planifiés sont les lieux de l’émergence de nouvelles dynamiques urbaines.

VALORISATION

Publications

20Vivant E., (2003), « Les squats d’artistes : éléments de requalification des quartiers métropolitains ? », dans Action Concertée Incitative Ville, Paris, Ministère de la Recherche – ACIV, pp. 190-194.

21Vivant E., (2003), « Ville, culture in et culture off », dans Bourdin A. (dir.), La société urbaine du xxie siècle, Rapport, LTMU, IAURIF, pp. 55-64.

Colloques et séminaires

22Vivant E., (2002), « Les squats d’artistes : éléments d’analyse d’une urbanité contemporaine », Séminaire Jeunes Chercheurs de l’ACI Ville, Maison des Sciences de l’Homme, Tours, 24 octobre 2002.

23Vivant E., (2002), « Ville, culture in et culture off », Séminaire de réflexion sur l’avenir de l’Île-de-France, Paris, Laboratoire Théories des Mutations Urbaines, Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région Île-de-France, 19 décembre 2002.

24Vivant E., (2003), « Les pratiques culturelles off dans les processus de développement urbain », Colloque Le social et le culturel : approches théoriques et méthodologiques, Ifrane (Maroc), Association Internationale de Sociologie, 14 novembre 2003.

25VIVANT E., (2004), « La gentrification : analyseur de la ville globale ? », Colloque Habiter la ville globale, Laboratoire Théories des Mutations Urbaines, Institut Français d’Urbanisme, Champs-sur-Marne, 17 mars 2004.

26Vivant E., (2004), « Les squats d’artistes : analyseur des mutations urbaines contemporaines ? », Colloque Vides et latences. Le squat d’artistes : un objet, deux approches, Ipraus, Paris, 12 mars 2004.

27Vivant E., (2004), « An Anthropological look on a gentryfying neighborhood. The Case of Sainte Marthe Square, Paris », Séminaire du département d’Anthropologie, University of Witswatersrand, Johannesbourg (Afrique du Sud), 29 avril 2004.

28Vivant E., (2005), « Les pratiques culturelles off : symboles du cosmopolitisme métropolitain », Congrès de l’Association Internationale des Sociologues de Langue Française, Tours, 5-9 juillet 2004.

29mailto:elsa.vivant@univ-paris8.fr
Laboratoire Théories des Mutations Urbaines UMR 7136

Institut Français d’Urbanisme – Université Paris 8
4, rue Nobel
Cité Descartes
77420 Champs-sur-Marne
Tél. : 01 64 68 91 62

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Bianchini F., Parkinson M., (1993), Cultural policy and urban regeneration : the West European experience, Manchester, Manchester University Press.

Florida Richard L., (2002), The rise of creative class : and how it’s transforming work, leisure, community and everyday life, New York, Basic Books, 404 p.

Grésillon B., (2002), Berlin, Métropole culturelle, Paris, Belin, collection « Mappemonde ».

Lash S., Urry J., (1994), Economies of signs and space, London, Sage.

Scott A. J., (1999), « L’économie culturelle des villes », Géographie, Économie, Société, vol. 1, n° 1, p. 25.

Urry J., (1995), Consuming Places, London, Routledge.

Notes

1 Thèse de doctorat en études urbaines, urbanisme et aménagement, sous la direction de François Ascher. Soutenance prévue pour l’hiver 2006.

2 Doctorante en urbanisme, ATER à l’Institut Français d’Urbanisme (IFU).

Auteur

Allocataire de recherche

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540