Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

I. Formes urbaines, cultures et modes de vie

Les nouvelles typologies architecturales des équipements hôteliers en france*1

Teresa Cristina Vilan

Texto completo

  • * Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.
  • 1 Recherche financée au titre d’un Contrat Jeune Chercheur. Cette étude était, au départ, menée en c (...)
  • 2 Architecte, docteur en urbanisme.

1Note portant sur l’auteur2

OBJET ET PROBLÉMATIQUE

2Les chaînes hôtelières sont aujourd’hui très présentes en France. Statistiquement, l’hôtellerie reste l’affaire des petits propriétaires familiaux, qui possèdent 42 % des chambres en 1998, part qui passe à 57 % au début 2001 et même 61 % si l’on y ajoute les indépendants franchisés. Toutefois, avec une plus grande capacité d’hébergement par hôtel et des stratégies de développement performantes, le nombre de chambres appartenant à des chaînes intégrées n’a cessé d’augmenter à la fin du xxe siècle, même si leur vitesse de croissance vis-à-vis des hôteliers indépendants et volontaires semble se réduire pour l’année 1999-2000.

3Avec une attention tournée d’abord vers la rentabilité de leur activité, les chaînes intégrées fonctionnent comme des véritables « usines » à hébergement, rationalisant l’offre hôtelière. Elles couvrent désormais une offre élargie, contrôlant la production hôtelière, la commercialisation des chambres (les divers points de vente comme tours opérateurs et agences de tourisme), le transport (en association avec des compagnies aériennes et ferroviaires) ou encore les attractions (dans le cas des parcs de loisirs). Elles conçoivent leurs prestations comme des véritables « produits hôteliers », les adaptant à des clientèles cibles.

4En introduisant dans le marché hôtelier de l’après-guerre de nouveaux modes de fonctionnement, les chaînes intégrées ont bousculé le comportement des entreprises familiales, et remis en cause l’objet même de leurs prestations, qu’est la chambre d’hôtel. Ainsi, elles introduisent et répandent des changements dans la conception et le mode de fonctionnement des hôtels, établissant des nouvelles références et faisant évoluer leur programme architectural. Elles peuvent ainsi imposer d’autres modèles et forger des nouveaux paramètres architecturaux.

5L’analyse de l’architecture hôtelière fait défaut et cela va de pair avec la rareté d’études portant sur l’architecture privée en France. La commande privée, responsable pour 70 % de la construction, est le parent pauvre de la recherche architecturale et urbaine. Architecture de commanditaires privés, les bâtiments hôteliers recourent également à différentes stratégies commerciales dans l’aménagement des hôtels. Servir la marque, pour mieux vendre, mais en rationalisant les coûts de la construction sont les préoccupations qui orientent la conception des bâtiments et déterminent ses caractéristiques constructives et esthétiques, tout comme leur intégration urbaine.

6Cette architecture hôtelière, privée et commerciale, a évolué en fonction de la demande comme des contraintes économiques, législatives et réglementaires. Ainsi, dans les années soixante-dix, la standardisation des pièces constituait un élément positif de différenciation d’un hôtel par rapport à l’hétérogénéité de l’offre existante. Dans leur promotion, les enseignes mettaient l’accent sur la « modernité » des chambres et la fonctionnalité des espaces. Elles rassuraient les clients en leur proposant des chambres identiques, équipées, dans tous les hôtels de la chaîne, en France comme à l’étranger.

7Une telle tendance avait aussi son expression géographique dans la mesure où les chaînes intégrées se développaient sur le territoire français selon une logique de réseau : les bâtiments restaient proches des nœuds de transport, mais détachés des territoires environnants. Leur accessibilité, en rapport avec le développement des moyens de transports, ferroviaires ou routiers selon l’époque, contribuait à forger cette image d’équipement « contemporain ».

8Pendant ces dernières décennies les chaînes réinvestissent les centres-ville, en même temps qu’elles semblent enfin s’intéresser à l’ancrage local de leurs bâtiments hôteliers. On peut alors se demander si les chaînes n’ont pas parallèlement remis en question leurs processus constructifs pour s’intéresser à mieux connaître les répercussions de ce changement de logique sur leur architecture.

MÉTHODOLOGIE ET TERRAIN

9Pour tenter de voir s’il existe véritablement une évolution de l’architecture hôtelière, nous nous intéressons aux typologies des hôtels de chaîne en France et à leur répartition en milieu urbain à partir du cas de Strasbourg.

10Nous reprenons l’évolution des typologies des principales enseignes, et leurs caractéristiques majeures. Il s’agit de comprendre si, de la même manière que dans les années soixante/soixante-dix, l’architecture des chaînes hôtelières a été très influencée par les acquis du mouvement moderne architectural. De nos jours, les facteurs relatifs à la qualité du cadre de vie et l’intégration urbaine et environnementale de ces bâtiments constitueraient des nouveaux paramètres de conception architecturale.

RÉSULTATS

L’ÉVOLUTION DES CHAÎNES HÔTELIÈRES SUR LE TERRITOIRE FRANÇAIS

11Leur développement accéléré depuis l’après-guerre correspondait à un effort de la part des pouvoirs publics pour développer le tourisme dans le pays. Afin d’améliorer la qualité et augmenter la quantité des chambres existantes, et suivant une réflexion amorcée par des associations actives dès le début du siècle, le modèle de l’hôtellerie nord-américain est importé, et avec lui les premières chaînes hôtelières qui viennent s’installer en France.

12Dans un contexte d’accroissement des mobilités, ces chaînes américaines, implantées à la proximité des nœuds de réseaux de transports, aériens puis terrestres, proposent des grands hôtels aux chambres identiques au confort moderne. Cette solution à « l’américaine » est reprise par les premières chaînes hôtelières françaises.

13Les premières catégories visées ont été celles des hôtels quatre étoiles et trois étoiles. Elles ont progressivement investi les catégories inférieures. Des solutions originales et innovantes sont proposées pour les hôtels de catégories de confort inférieur ; cependant, les aides publiques à la faveur de l’hôtellerie aboutissent à une croissance effrénée du nombre d’hôtels et d’enseignes, qui reproduisent les modèles à succès en vigueur sans s’attacher à renouveler leur concept.

14La loi Raffarin de 1996 vient réguler ce marché qui a connu depuis une forte concentration en faveur des groupes économiques plus puissants. Les contraintes économiques et administratives ont eu pour effet la disparition des nombreuses enseignes qui n’ont pas su faire face au développement des acteurs principaux de ce marché. En outre, elles ont favorisé l’expansion de la franchise hôtelière et l’affirmation des chaînes plus fortes, en défaveur des propriétaires familiaux. Au fur et à mesure de l’encombrement du marché national, les chaînes françaises ont poursuivi leur développement à l’étranger.

15Aujourd’hui, avec un parc hôtelier parfois vieux de plusieurs décennies, les chaînes choisissent de rajeunir leur parc et de réhabiliter les bâtiments hôteliers. Certaines, qui ont grandi trop vite par rachats et franchises, préfèrent revoir leur fonctionnement et cibler leurs produits – dont l’hébergement – en fonction des clientèles recherchées. Elles investissent l’idée « d’ancrage local » pour mettre en valeur la diversité de leurs bâtiments. Cette spécificité des lieux et de l’architecture mise en avant à cette occasion correspond aux souhaits d’une catégorie de leur clientèle.

ÉVOLUTION RÉCENTE DE L’ARCHITECTURE HÔTELIÈRE EN MILIEU URBAIN. LE CAS DE STRASBOURG

16Depuis les années soixante Strasbourg a fortement accru sa capacité hôtelière. Aujourd’hui, l’offre en centre-ville est proche de la saturation, même si la ville possède un nombre de chambres par hôtel supérieur à la moyenne nationale.

17La croissance périphérique des grandes villes, l’extension des zones urbanisées en tache d’huile et la banalisation de l’automobile présageaient des villes à l’américaine. Cependant, les pouvoirs publics se sont engagés à maintenir l’attractivité du centre-ville, en encourageant les populations à revenir vers le centre. Différentes mesures concernant l’habitat, l’accueil des équipements commerciaux, les moyens de transports ont favorisé un renouveau des centres-ville. Or, les pouvoirs publics ne disposent pas aujourd’hui de moyens très étendus pour orienter la forme et l’aspect de ces implantations dont celles des chaînes hôtelières, et influencer ainsi leur évolution architecturale.

18Les membres du C.D.E.C. du Bas-Rhin réfléchissent surtout à la pertinence des nouveaux équipements hôteliers au regard du taux de remplissage des hôtels déjà existants : ils s’abstiennent de porter un jugement concernant l’architecture des nouveaux bâtiments. Comme les services de la ville, ils peuvent éventuellement faire des remarques sur des aspects précis comme le volume, la couleur ou l’accessibilité.

19L’architecte des bâtiments de France, autre « rempart » public intervenant préalablement à la délivrance des permis de construire, se trouve souvent limité dans son action par des critères historiques, législatifs ou par des arguments esthétiques paraissant parfois très subjectifs dans les négociations avec les cabinets d’architecture et les bureaux d’études en charge des projets. Les projets peuvent être ainsi l’objet de négociations pendant les phases d’études mais les modifications interviendront surtout sur des aspects « mineurs » du projet.

20Il arrive que de nouveaux paramètres de jugement de ces réalisations soient introduits, cette fois-ci par les chaînes elles-mêmes, pour des raisons économiques en réponse à l’attente de la clientèle. Les concepteurs d’hôtels (architectes et bureaux d’étude) travaillent en étroite collaboration avec les services commerciaux et marketing des chaînes, quand ils n’intègrent pas des services d’architecture à l’intérieur même des entreprises hôtelières. Dans les deux cas, la réalisation des projets de nouveaux hôtels obéit, outre aux impératifs techniques, à des logiques internes à la chaîne, établies à partir des études fines de marché. Cette logique s’impose également au réaménagement des hôtels existants.

Bibliografía

RÉFÉRENCES

Ouvrages

Alicot L., (1998), Enjeux et bilan du tourisme urbain. Quelques expériences significatives de villes françaises, thèse de doctorat en géographie, Université Paris I.

Bertho-Lavenir C., (1999), La roue et le stylo. Comment nous sommes devenus touristes, Paris, Odile Jacob, 438 p.

Cazes G., Potier F., (1998), Le tourisme et la ville : expériences européennes, Paris, L’Harmattan, 200 p.

Club des Maîtres d’Ouvrage d’Opérations Complexes, (1996), L’aménageur urbain face à la crise de la ville, Paris, Éditions de l’Aube, 254 p.

Lazzaroti O., (1995), Les loisirs à la conquête des espaces périurbains, Paris, L’Harmattan, 319 p.

Michaud J.-L., (1995), Les institutions du tourisme, Paris, P.U.F., collection « Que-sais-je ? », 128 p.

Nacher Y., (1990), Architecture & Images d’entreprises. Nouvelles identités, Liège, Institut Français d’Architecture, Mardaga Éditeur, 158 p.

Walter M. (org.), (1984), Palaces et grands hôtels d’Europe, Flammarion, 272 p.

Périodiques

Architecture Intérieur Crée, (1996), n° 270 « Hôtellerie an 2000, mondialisation et personnalisation ».

Architecture Intérieur Crée, (1997), n° 275-276 « Le Commerce et la Périphérie ».

Cahier Espaces, n° 32, 34, 39, 41, 45, 55, 59, 61.

Revue Espaces, n° 145, 148, 150, 157.

Techniques et Architecture, (1983), n° 346.

mailto:teresabeyer@free.fr
28, rue de Molsheim
67000 Strasbourg
Tél. : 08 70 72 22 27

Notas

1 Recherche financée au titre d’un Contrat Jeune Chercheur. Cette étude était, au départ, menée en collaboration avec l’Institut d’Urbanisme de Paris (Université Paris XII – Val de Marne) et l’École Nationale Supérieure des Arts et Industrie de Strasbourg (ENSAIS – INSA).

2 Architecte, docteur en urbanisme.

Notas finales

* Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.

Autor

Responsable scientifique

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540