Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

I. Formes urbaines, cultures et modes de vie

Les lieux de la nouvelle économie urbaine. Territoires et urbanisme des TIC

Bruno Moriset

Texte intégral

  • 1 Géographe, maître de conférences – HDR, Laboratoire de Géographie – CRGA et UMR CNRS 5600.

1Note portant sur l’auteur1

2Ce travail se situe dans la continuité de nos précédentes recherches sur les activités liées à la dite « nouvelle économie », soit en milieu rural [Moriset, 2003a], soit en milieu métropolitain [Moriset, 2001 ; 2003b].

3Parmi les grands débats de la géographie économique contemporaine, figure la question des rapports entre le local et le global, entre dispersion et agglomération [Storper, 1997]. Les TIC, réputées effacer les distances, s’inscrivent complètement dans ces problématiques. Or, tant les recherches empiriques que nous avons réalisé, que l’ensemble de la littérature scientifique, montrent que, au contraire, la prise en compte par l’entreprise des caractères de l’espace géographique contribue à la construction d’un territoire économique – et donc social – plus que jamais différencié.

4À l’échelle « macro » (continents, pays, régions) la plupart des auteurs ont observé, et souvent dénoncé, les clivages croissants entre « gagnants » et « perdants » de la nouvelle économie, de la métropolisation et de la mondialisation, clivages qui aboutissent à la création d’une économie « d’archipel » [Veltz, 1996].

5Le concept est également valable à l’échelle micro. Une des hypothèses de travail du présent projet était le renforcement des inégalités endogènes aux aires métropolitaines, constituant ce que Graham et Marvin [2001] appellent un « urbanisme éclaté ».

6Aux deux échelles, il s’agissait de comprendre comment la mise en œuvre d’une nouvelle économie, en partie assise sur les TIC, entraîne la concentration des activités les plus valorisantes et des individus les plus qualifiés, soit du fait de facteurs techniques (inégale desserte par les réseaux à haut débit par exemple), soit du fait des externalités positives, marchandes ou non marchandes, qui favorisent les phénomènes d’agglomérations.

7Les TIC ont provoqué, effectivement, « de nouveaux modes d’organisation du travail » dans les entreprises. Elle occupent une place centrale dans les réorganisations vers un modèle post-fordiste, où le concept dominant est celui de flexibilité (juste à temps, streamlining, mass customization, lean management). Avec la généralisation de l’externalisation, la frontière entre production industrielle et services devient floue. La production devient un processus informationnel, dans lequel producteur, fournisseurs et clients fonctionnent en réseau, en utilisant massivement les technologies de l’information, structurées en plateformes interdépendantes (voir l’organisation de Dell, n° 1 mondial de la micro-informatique).

8De fait, on a assisté durant la dernière décennie à une explosion des services liés à l’intelligence économique : communication multimédia, commerce et marketing électronique, relation client, gestion de bases de données et des procédés de production, télécommunications...

9Ces métiers sont soumis à des tendances organisationnelles, et territoriales, contradictoires. D’une part, on assiste à des phénomènes d’intégration, sous la forme de fournisseurs de solutions globales, qui, à partir d’un métier de base (consulting, télécommunications, informatique), ont investi une partie variable de la palette des activités (Accenture, IBM Global Services, Cap Gemini-Ernst & Young, France Télécom, Oracle, etc.). D’autre part, la sous-traitance a donné naissance à d’innombrables marchés de niche, investis par des entreprises de toute taille.

10Les configurations spatiales qui en résultent sont extrêmement différentes. Si les gros intégrateurs restent, pour la plupart, cantonnés dans les métropoles de premier et de second rang, les sous-traitants sont présents partout, y compris sous la forme de télétravailleurs ruraux.

11Deux faits géographiques marquants se sont dégagés de l’analyse.

12Le premier est que la territorialisation de ces activités à l’échelle urbaine aboutit à la naissance de « noyaux durs », reliés les uns aux autres par des infrastructures de communication (réseaux à haut débit, et le cas échéant, voies rapides urbaines), dont l’intégration dans le tissu économique et social encadrant est faible. À Marseille, on notera le triangle formé par le technopôle de Château-Gombert, la zone franche de Saumaty Séon, et les pôles d’affaire du périmètre Euroméditerranée (Joliette, St-Charles, Belle de Mai).À Lyon, l’avenir de l’économie de l’information se dessine nettement dans le quartier de Vaise et à la Porte des Alpes (on pourrait aussi mentionner les opérations en cours dans la banlieue nord de Paris, St-Denis, Aubervilliers).

13Le second point est que les activités liées aux TIC participent d’une façon significative aux processus de renouvellement urbain, qu’il s’agisse d’opération ponctuelles de rénovation ou de réhabilitation d’immeubles anciens, ou bien de programmes d’aménagement de plus grande ampleur, comme le chantier Euroméditerranée à Marseille. Si la rénovation d’immeubles anciens est souvent privilégiée, ce n’est pas tant pour des raisons de prix, que pour une question de délais. En France, comme aux États-Unis, on ne compte plus les usines, les manufactures, les entrepôts, transformés en bureaux, data center ou centres d’appel (à Marseille, centre de tri postal, domaine Cuoq, manufacture des tabacs, docks de la Joliette). L’analyse de ce phénomène a fait l’objet d’importants développements dans deux articles, consacrés aux data centers, centres de co-location et d’hébergement, et à la géographie des centres d’appel [Moriset, 2003 ; Moriset et Bonnet, 2004].

L’ÉMERGENCE DE POLITIQUES PUBLIQUES DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE CENTRÉES SUR LES TIC : RÉSEAUX ET SYSTÈMES D’ACTEURS

14Les technologies d’information sont devenues un des axes privilégiés de la politique économique des collectivités, et ce pour différentes raisons :

  • Les TIC sont connotées modernes, et le traitement de faveur dont elles font l’objet est en phase avec les utopies médiatiques qu’elles supportent (la montée d’une économie informationnelle, d’une économie du savoir, avec le déclin corrélatif de l’industrie).
  • L’accueil d’entreprises de services liés aux TIC est supposé avoir des effets d’entraînement, dans le cadre de ce que M. Storper [op. cit.] appelle une learning economy.
  • Les infrastructures de télécommunication sont devenues un outil de développement local à la mode, surfant sur le mythe de la « fracture numérique », bien que leurs effets « dynamisants » n’aient jamais été démontrés, sinon par défaut.
  • Tout au long de la dernière décennie, les TIC ont constitué un secteur en forte croissance.

15Nos rencontres avec les entreprises et les institutionnels en charge du secteur, ont été riches en enseignements sur l’émergence d’un système des acteurs locaux des TIC, où le public et le privé s’entremêlent d’une façon complexe et parfois opaque, souvent au grand dam des entreprises elles-mêmes, comme le montre le taux élevé d’insatisfaction des sociétés lyonnaises de l’Internet vis-à-vis des actions institutionnelles locales (Lyon Infocité, Lyon Millénaire 3, mission NTIC de la CCI, Novalink, Novacité, E-Trophées, ADERLY, etc.). À Aix-Marseille, on peut également noter la présence de plusieurs acteurs qui conduisent des politiques de promotion, de développement et d’aménagement liées aux TIC, dont les attributions ne sont pas toujours parfaitement définies : Direction du Développement Économique et des Affaires Internationales (DDEAI) de la Communauté Urbaine de Marseille-Provence-Métropole, Marseille Innovation, Euroméditerranée, Agence d’urbanisme de l’Agglomération Marseillaise (AGAM), CCI Marseille-Provence, la SAEM Marseille Aménagement, Provence promotion.

16Quatre types d’intervention ont attiré l’attention :

  • L’immobilier : dans un contexte de croissance rapide, surtout avant 2001, alors que les entreprises privilégient de plus en plus la location, la mise à disposition de locaux en blanc prêts à l’emploi est devenu un facteur majeur d’attractivité, notamment pour les centres d’hébergement et centres d’appel. À Marseille, la livraison des premières tranches du projet Euroméditerranée est intervenue in extremis alors que le stock de locaux neufs propres à ce genre d’activités était pratiquement épuisé.
  • Les infrastructures de télécommunication : la plupart des métropoles, mais aussi de nombreuses villes moyennes, ont ou vont déployer des boucles locales métropolitaines (MAN), en profitant des évolutions en cours de la législation, qui leur accorde quasiment des compétences d’opérateur (article L 1425-1 du CGCT, débattu devant le Parlement en décembre 2003).
  • La formation : le facteur humain étant le premier atout des territoires dans ces nouveaux métiers, plusieurs collectivités ont mis en place des formations dédiées, en phase avec les activités dominantes de la nouvelle économie qu’elles accueillent. Ainsi, les formations offertes par l’Institut des Applications Avancées de l’Internet (IAAI) à Marseille sont centrées sur des points forts de la cité phocéenne : applications logistiques, commerce électronique, ingénierie des contenus. Mais l’outil de formation concerne aussi des formations de plus modeste niveau, comme celles relatives à l’emploi dans les centres d’appel : licences professionnelles de superviseur à Montpellier, à Lyon.
  • La création de plateformes électroniques publiques ou para-publiques, destinées au marketing des territoires et à la mise en réseau des acteurs, comme le Cyber-site de Saint-Étienne, ou la communauté virtuelle Grenoble Ecobiz, mise en place par la CCI Grenoble-Isère.

17Ce genre d’initiative renvoie à la spatialité des activités liées aux TIC : alors que les entreprises sont confrontées à des logiques de plus en plus multiscalaires, les acteurs publics peinent à définir et à structurer la territorialité de leurs actions.

VALORISATION

Publications

18Moriset B., Bonnet N., (2004), « La géographie des centres d’appel en France », Annales de Géographie.

19Moriset B., (2003), « Les forteresses de l’économie numérique. Des immeubles intelligents aux hôtels de télécommunications », Géocarrefour, vol. 78, n° 4.

Communications

20Lafaurie S., (2003), « Les territoires de l’économie numérique à Marseille », Printemps de la Géographie, Journées annuelles du Comité National Français de Géographie, Lyon, 2-4 juin 2003.

21Moriset B., (2003), « La nouvelle économie dans la ville : les centres d’hébergement et de co-location », Séminaire Entreprises et territoires, UMR 5600 Environnement – Ville – Société, Lyon, 7 février 2003.

22mailto:moriset@univ-lyon3.fr
Centre de Recherche en Géographie et Aménagement

&
UMR 5600 Environnement – Ville – Société
Université Jean Moulin – Lyon 3
18, rue Chevreul
69007 Lyon
Tél. : 04 78 78 74 19

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Graham S., Marvin S., (2001), Splintering Urbanism : Networked Infrastructures, Technological Mobilities and the Urban Condition, London, Routledge, 400 p.

Moriset B., (2001), La nouvelle économie dans la ville. Les entreprises de l’Internet dans l’agglomération lyonnaise, Rapport d’étude pour la Communauté Urbaine de Lyon, 120 p.

Moriset B., (2003a), « Rural enterprises in the business intelligence sector : utopia or real development opportunity ? », Netcom, vol. 17, n° 1-2, pp. 3-22.

Moriset B., (2003b), « The New Economy in the City. Emergence and location factors of internet-based companies in the metropolitan area of Lyon – France », Urban Studies, vol. 40, n° 11, pp. 2165-2186.

Price Waterhouse Coppers & Nynma, (2000), New-York New Media Industry Survey. Opportunities and challenge of NY’s emerging CyberIndustry, 52 p.

Storper M., (1997), The Regional World. Territorial Developments in a Global Economy, New York, Guilford Press, 338 p.

Veltz P., (1996), Mondialisation, villes et territoires : l’économie d’archipel, Paris, PUF, 264 p.

Notes

1 Géographe, maître de conférences – HDR, Laboratoire de Géographie – CRGA et UMR CNRS 5600.

Auteur

Responsable scientifique

Avec : Sacha Lafaurie (doctorant, Centre de Recherche en Géographie et Aménagement et UMR 5600 Université Jean Moulin – Lyon 3).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540