Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

I. Formes urbaines, cultures et modes de vie

La fabrication des villes au quotidien. Espaces marchands, espaces festifs et formes de citadinité

Michèle de la Pradelle

Texte intégral

  • 1 Michèle de La Pradelle était anthropologue, directeur d’études à l’EHESS (GTMS), elle est décédée (...)

1Note portant sur l'auteur1

ÉTUDIER LA VILLE À TRAVERS LES ESPACES MARCHANDS

2Cette recherche, dirigée par Michèle de La Pradelle et menée avec Sophie Corbillé, se propose d’étudier, dans une perspective anthropologique, différentes situations d’échange marchand. Elle s’appuie sur deux enquêtes. L’une menée par Anne-Laure Amsellem dans le centre-ville de Saint-Denis, l’autre par Caroline de Saint-Pierre dans le centre commercial de Cergy-Pontoise. En outre, des matériaux recueillis en partie par Lionel Rolland ont permis d’amorcer une réflexion sur le magasin Ikéa-Paris Nord.

3Étudier d’un point de vue anthropologique l’échange marchand, c’est considérer que celui-ci, contrairement à l’évidence « économiste », n’est jamais seulement une transaction économique. C’est aussi un rapport social, si ténu et éphémère soit-il, et le lieu où il se déroule n’est pas réductible à un espace institutionnel où se rencontrent des agents économiques. L’échange marchand génère des « effets de société » révélateurs des transformations qui affectent le monde urbain : nouvelles formes de sociabilité, manières inédites d’articuler le privé et le public, volonté de produire à tout prix du « local » et de « l’entre soi »... Il est à ce titre déterminant dans ce qu’on peut appeler la fabrication sociale et symbolique de la ville.

UNE ANTHROPOLOGIE DES SITUATIONS D’ÉCHANGE MARCHAND

4Cette recherche a été menée selon une perspective déjà mise en œuvre dans d’autres travaux qui considèrent que la connaissance anthropologique est d’ordre descriptif (plus qu’interprétatif), que son objet principal est de rendre compte des actions humaines dans une situation que l’anthropologue s’est donné comme champ d’observation et dans laquelle il se trouve impliqué.

5Étudier en anthropologue une situation d’échange marchand, c’est donc décrire ce qui se passe concrètement entre les acteurs et montrer comment leur conduite est fonction du jeu des multiples relations qui s’entrecroisent en ce lieu. Il ne s’agit pas de traiter les comportements observés comme autant de données objectives au service d’un savoir global, économique ou sociologique, mais de rendre compte de la manière dont les acteurs agissent dans une situation donnée et de reconstruire les logiques implicites qu’ils suivent.

6Cette démarche est un exercice qui n’a pas du tout la même perspective (ni les mêmes moyens ni les mêmes méthodes) que le genre de travaux qui sont le propre d’une sociologie de la consommation. Celle-ci s’efforce en effet d’analyser le comportement d’un agent abstrait, le consommateur, alors que l’anthropologue, pour sa part, est confronté à des situations concrètes. Il a affaire à des individus qui, même pris dans un espace fonctionnel institué et organisé précisément pour qu’on s’y comporte en consommateur, ne sont jamais réductibles à la fonction de consommateur, d’incarnation locale de la demande, à laquelle on aimerait les assimiler.

COMMERCES À SAINT-DENIS

7L’enquête d’Anne-Laure Amsellem porte sur les différentes formes de commerce du centre-ville de Saint-Denis : grande surface (Carrefour), marché et boutiques. Dans son département, Saint-Denis se démarque des autres communes par sa longue histoire et par la célébrité que lui a conféré le Stade de France. Mais ce que vantent d’abord les habitants, c’est l’ampleur et la diversité de l’activité marchande.

8L’activité marchande est d’abord convoquée pour s’affranchir de Paris mais aussi pour éloigner l’image négative associée à la périphérie nord-est de la capitale dans un contexte où la précarité est une menace très présente dans la vie des habitants.

9Par exemple, on fait du marché un patrimoine vivant qui témoigne de la splendeur passée de la cité. Quant au centre commercial c’est la preuve tangible que le monde moderne est présent au cœur de Saint-Denis. C’est aussi une ville « métissée » que l’on fabrique à travers la diversité de l’offre commerciale. Les habitants bâtissent autour du commerce local l’image d’une ville, qui, à l’instar du Barbès décrit par Emmanuelle Lallement [Lallement, 1999], est une sorte d’îlot où se déploie une vie sociale pacifiée, une cité où les différences, en particulier ethniques, ne sont pas les stigmates qu’elles peuvent être ailleurs. Le commerce n’éradique pas pour autant les différences.

10Reste que cette enquête montre comment une situation d’échange marchand, parce qu’elle permet à chacun de se doter d’une identité partagée avec d’autres et derrière laquelle s’estompent provisoirement les autres appartenances, est l’occasion d’une expérience fondamentale dans une société où ce sont les processus de différenciation qui régissent les relations.

11À Saint-Denis, le marché mais aussi les boutiques sont largement ouverts sur l’extérieur et proposent des produits de toutes provenances et à tous les prix. Il s’agit là, aussi bien de la part des commerçants que des autorités locales, de favoriser la consommation des personnes à faibles revenus. L’enquête montre en fait comment les habitants tirent partie de l’accessibilité du commerce local pour se définir pleinement comme consommateurs et s’ériger ainsi en acteurs sociaux. C’est là aussi une autre manière de se distinguer de ceux qui se trouvent exclus du monde de la consommation.

LE CENTRE COMMERCIAL DES TROIS FONTAINES À CERGY-PONTOISE

12La recherche de Caroline de Saint-Pierre a porté sur un centre commercial situé à 30 kilomètres de Paris, dans la ville nouvelle de Cergy-Pontoise. Le Centre Commercial des Trois Fontaines a été construit en 1973 dans ce qui allait être le centre d’une ville qui commençait tout juste à s’édifier ; à l’époque, il faisait partie des tous premiers centres commerciaux de la région parisienne. Maintenant, trente ans après, il accueille entre 15 et 40 000 personnes par jour.

13Caroline de Saint-Pierre a cherché dans cette étude à confronter le projet des aménageurs tel qu’il s’est matérialisé et a évolué dans le temps au regard d’usages ordinaires de citadins qui fréquentent régulièrement ce centre.

14Son positionnement consiste d’abord à ne pas l’étudier comme un univers détaché de ce qui l’entoure, mais de le replacer dans le contexte qui est le sien : le centre commercial entre dans un projet d’aménagement plus global qui est celui de la ville nouvelle. Ce centre commercial avait pour particularité d’être localisé, non pas en périphérie, comme cela se faisait à l’époque, mais en centre ville, pour faire de ce centre commercial un véritable morceau d’espace urbain à travers l’implantation de commerces mais également de services, de cabinet médical, de crèches, de bureaux, ou d’espaces de loisirs (cinémas, bowling, restaurants, cafés).

15Elle a donc appréhendé la production de cet espace à la fois dans une dimension synchronique par rapport au territoire alentour et en le comparant avec d’autres espaces de ce type qui se construisent à ce moment-là ailleurs ; et dans une dimension diachronique, c’est-à-dire en prenant en compte l’évolution du site et de son environnement, les changements de commerces, de gestion et de fréquentation au fur et à mesure des années et de l’évolution de la ville.

16Son positionnement consiste aussi à entrer dans les détails des pratiques des usagers en ne se limitant pas à une observation extérieure des modes de fréquentation, parcours et interactions, mais en s’intéressant à la vision et aux points de vue des individus ; ce qui se traduit concrètement par l’accompagnement des enquêtés dans leurs achats et dans leurs déambulations, en leur demandant de commenter leurs pratiques et en complétant par la suite par des entretiens.

17Il est ainsi possible de rattacher cette situation de fréquentation du centre commercial à leurs autres fréquentations d’espace, qu’ils soient ou non des espaces marchands, et de replacer ces pratiques dans des trajectoires individuelles. Cette activité est donc resituée et prend sens par rapport à d’autres secteurs de la vie de l’individu. Cela permet d’obtenir toute une gamme de visions et de pratiques contextualisées. Avec cette méthode, on sort du stéréotype de l’individu « usager du centre commercial » réduit à une dimension unique.

18Il se dégage de l’étude du centre commercial des Trois Fontaines que c’est un espace où on peut se livrer à toutes sortes d’activités : faire ses courses – petites ou grandes –, déambuler, prendre un café, être au milieu de la foule, sortir de l’interconnaissance des équipements du quartier, de sa petite commune ou de son chez-soi. On y vient pour rencontrer des connaissances ou en faire de nouvelles, pour draguer également. Enfin, on peut s’y rendre spécifiquement pour des événements qui se tiennent là chaque année (journées d’information pour les étudiants, pour l’emploi, l’euro, les impôts, la prévention routière, ainsi que certaines manifestations festives...).

19Il ressort également que dans cet espace, on vit un temps qui peut être considéré par les enquêtés comme celui de la liberté, par rapport à la contrainte des tâches ménagères ou salariales, par exemple pour des femmes qui y vont à l’heure de la pause, ou par rapport au contrôle du quartier, pour des jeunes. Pour ces derniers, c’est à la fois un moment d’aventure où l’on fait des rencontres, notamment avec l’autre sexe et un moment de découverte de nouvelles technologies. C’est le lieu où l’on acquiert un savoir sur les produits, et où l’on met à l’épreuve ses compétences de consommateur averti. Pour des retraités, c’est un moment où l’on sort de son chez soi et de sa solitude pour être dans le monde.

20Il apparaît que pour un même individu, le centre commercial joue un rôle différent au fur et à mesure de son cycle de vie. On constate qu’existent des temps et des modes de fréquentation distincts : y aller quand il y a du monde ou pas, seul ou à plusieurs, de façon régulière ou occasionnelle... Ce qui donne d’ailleurs au centre des ambiances très différentes selon les jours de la semaine, les horaires, les périodes de l’année.

21Enfin, il se dégage également de cette enquête que les habitués ont développé une grande familiarité qui leur fait vivre les Trois Fontaines comme un véritable morceau de ville. Ils manifestent un attachement en parlant du lieu comme d’une personne, de son évolution plus ou moins appréciée. Les changements des commerces sont d’ailleurs couramment institués en repère d’une histoire individuelle.

22Ce lieu peut également être vécu comme une véritable scène publique où il est légitime d’exposer et de confronter des particularismes liés à son âge, son genre, son univers culturel et social. Le centre commercial peut aussi être présenté comme un haut-lieu de la ville et comparé aux autres endroits où l’on va se promener à Cergy-Pontoise (Port-Cergy, l’Axe Majeur, les bords de l’Oise ou les Étangs).

23La description de ces processus « d’apprivoisement » de l’espace à travers des itinéraires personnalisés, et des pratiques très diversifiées, montre comment un centre commercial peut être produit en un morceau de ville aux significations bien plus riches que le seul principe de fonctionnalité.

IKÉA PARIS-NORD

24L’enquête sur le magasin IKÉA Paris-Nord, magasin spécialisé dans la vente d’objets destinés à l’aménagement et à la décoration de l’espace domestique, a permis de dégager deux logiques qui régissent cette situation d’échange marchand.

251. L’espace commercial est traité comme un espace de loisir, tant par ceux qui ont mis en place le dispositif que par ceux qui le fréquentent. Tout est fait pour effacer la transaction marchande.

26Dans l’espace « L’Exposition », les marchandises sont exposées comme autant d’objets intimes du chez soi et les objets sont disposés sans artefact (live) tels qu’ils le sont habituellement dans les appartements et les maisons. Différentes procédures participent à leur singularisation alors qu’ils sont produits en série : on les personnalise en affichant le nom d’un propriétaire ; on leur offre le statut d’œuvre d’art en mettant en évidence la signature du designer.

27Dans cet espace où se succèdent bureau, chambre, cuisine, etc., on ne s’adresse pas tant à des clients qu’à des familles qu’on accompagne dans les différentes étapes de leur biographie. L’observation des clients montre qu’ils le construisent comme un lieu d’excursion pour familles et couples. Ils le traitent en fait sur le mode d’un parc à thèmes qui serait consacré à la maison.

28Au sous-sol, qui se présente comme un vaste entrepôt – c’est le monde industriel qui est convoqué dans l’aménagement –, c’est le bricoleur qui est convoqué : chacun choisit son kit pour fabriquer son meuble.

29Ce n’est qu’après avoir traversé l’espace plantes vertes qu’on aperçoit la rangée de caisses : c’est là que se fait la transaction marchande.

302. On aime à parler d’IKÉA, des objets proposés, de ce que chacun en fait, mais aussi de l’univers IKÉA.

31Ils sont nombreux, parmi ceux qui s’y rendent, à s’en faire les experts, à revêtir pour l’occasion l’habit du spécialiste en marketing. Sur cette base on fabrique un entre-soi, une sorte de « club de consommateurs », avertis et consentants, auquel les membres participeraient sur la base d’un contrat tacite qui déborde de loin le cadre strict du magasin.

VALORISATION

Communications

32La Pradelle Michèle (de), (2000), « La fabrication des villes au quotidien. Espaces marchands, espaces festifs et formes de citadinité », présentation de la recherche, Réunion du groupement scientifique du CNRS consacrée au commerce français et européen.

33La Pradelle Michèle (de), (2000), « La fabrication des villes au quotidien. Espaces marchands, espaces festifs et formes de citadinité », présentation de la recherche, Réunion de la Commission des activités commerciales de l’Association des géographes français.

34La Pradelle Michèle (de), (2001), « Les enjeux identitaires des espaces marchands », Colloque international Commerces et requalifications des territoires sensibles, CNRS et Commission des activités commerciales de l’Association des géographes français, Limoges.

35La Pradelle Michèle (de), (2002), « L’anthropologie et le centre commercial », Colloque Le centre commercial entre mise en scène et consommation, ENS-Lyon et CNRS.

36La Pradelle Michèle (de), (2002), « Public space and Exchange », Conférence Fieldwork in Contemporary Society, LeRoy Neiman Center, Université de Californie à Los Angeles (UCLA).

37La Pradelle Michèle (de), (2002), « Décrire en anthropologue des situations d’échange marchand », Conférence du CERMOC-CNRS (Centre de Recherche sur le Moyen-Orient Contemporain), Beyrouth, Liban.

38La Pradelle Michèle (de), (2003), « Anthropologie comparée des situations d’échanges marchands », présentation de la recherche ACI-Ville au Séminaire de Michèle de La Pradelle, Anthropologie des situations d’échange marchand, EHESS.

39La Pradelle Michèle (de), (2003), « Ethnologie économique des espaces marchands », Séminaire de sociologie économique, organisé par Pierre-Paul Zalio, Antoine Bernard de Raymond, Gilles Bastin et Claude Didry, ENS Cachan.

Publications

40La Pradelle Michèle (de), (2001), « Espaces publics, espaces marchands. Du marché forain au centre commercial », dans Ghorra-Gobin Cynthia (dir.), Réinventer le sens de la ville : les espaces publics à l’heure globale, Paris, L’Harmattan.

41La Pradelle Michèle (de), (2005), « Les enjeux identitaires des espaces marchands », dans Actes du colloque international Commerces et requalifications des territoires sensibles.

42Pour toute correspondance, s’adresser à Sophie Corbillé
mailto:Corbille2002@yahoo.fr
Laios – Ehess
54, boulevard Raspail
75006 Paris

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Lallement Emmanuelle, (1999), Au marché des différences… Barbès ou la mise en scène d’une société multiculturelle. Ethnologie d’un espace marchand parisien, thèse de doctorat sous la direction de Jean Bazin, EHESS.

Notes

1 Michèle de La Pradelle était anthropologue, directeur d’études à l’EHESS (GTMS), elle est décédée en décembre 2004.

Auteur

Responsable scientifique

Équipe : Anne-Laure Amsellem (doctorante à l’EHESS), Sophie Corbillé (allocataire à l’EHESS), Lionel Rolland (doctorant à l’EHESS) et Caroline de Saint-Pierre (anthropologue, GTMS – CNRS/EHESS).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable