Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

I. Formes urbaines, cultures et modes de vie

Sociologie du tremblement de terre d’assise (Italie, 26 septembre 1997)1

Claire Juillard

Texte intégral

  • 1 Thèse de doctorat sous la direction de Christian Topalov, soutenance prévue pour octobre ou novemb (...)
  • 2 Doctorante en sociologie, CSU/EHESS.

1Note portant sur l’auteur2

2La thèse porte sur le tremblement de terre survenu à Assise (Italie Centrale) le 26 septembre 1997. Contre une tendance de la recherche reléguant la catastrophe au rang d’analyseur, la thèse considère à la fois l’événement et ce que les acteurs en font. Elle repose sur deux idées principalement : la première, selon laquelle il n’y a pas que la terre qui tremble à l’occasion d’un tremblement de terre (l’analyse consiste à observer des « mondes » et leurs « tremblements ») ; la seconde, selon laquelle ce n’est pas le même espace qui tremble selon les acteurs (l’analyse considère la variété des cartographies et des chronologies du tremblement de terre).

3L’organisation de la thèse épouse une lecture de l’événement attentive à ce qui a fait catastrophe à Assise : le « tremblement de terre d’Assise » s’est construit autour des importants dégâts essuyés par la basilique de Saint-François. La catastrophe réunit les ingrédients d’un drame parfait : atteinte au patrimoine, connotation symbolique et religieuse (le statut d’Assise au regard de l’histoire du christianisme a donné lieu à interprétations à la suite du tremblement de terre) et mort (quatre personnes représentant le triste sort des familles sinistrées ont péri sous les décombres de la basilique).

4Ce triptyque catastrophique désigne trois mondes examinés respectivement dans les deuxième, troisième et quatrième chapitres de la thèse.

LE MONDE DE LA RESTAURATION

5Le second chapitre porte sur le chantier de restauration de la basilique de Saint-François d’Assise et considère un « monde », celui de la restauration, traversé par des débats techniques, des querelles d’historiens d’art, des conflits opposant institutions et disciplines, des réformes sur le métier de restaurateur et des transformations sur les conditions de chantiers qui, réalisés dans des temps toujours plus brefs, comptent sans cesse davantage de personnes. Le chapitre définit les pourtours et les enjeux d’un monde étranger aux soubresauts de la ville d’Assise. Il explore un à-côté défini par son inscription dans des débats internationaux et dans de puissants réseaux translocaux marqués notamment par l’institution du Patrimoine mondial de l’humanité. Celle-ci a accordé son classement à l’ensemble de la ville en décembre 2000, soit à quelques semaines de la clôture du Jubilée dont l’inauguration avait auparavant précipité les temps de la reconstruction de la basilique.

COMMUNAUTÉS RELIGIEUSES

6Le troisième chapitre porte sur les communautés religieuses à la suite du tremblement de terre. Plus précisément, il examine le sort de plusieurs communautés de femmes cloîtrées ayant quitté la ville à la suite du séisme. Il reconstitue les conditions du départ ainsi que les modifications dans l’organisation quotidienne et la liturgie induites par la cohabitation avec d’autres communautés, parfois masculines. Il considère les mouvements internes aux groupes : les ruptures de vœux précipitées par l’événement et les arrivées de nouvelles recrues parfois favorisées par l’« exil » (les communautés sont parfois revenues à Assise accompagnées de jeunes filles rencontrées dans leur village d’accueil ou trouvées parmi leurs hôtes). Le chapitre accorde enfin une attention toute particulière aux travaux de reconstruction des monastères. Ceux-ci ont tous représenté l’occasion d’améliorations toutefois limitées à l’essentiel selon une conception, certes toute relative, de la pauvreté que la précarité induite par le tremblement de terre a été l’occasion de revisiter.

FAMILLES SINISTRÉES

7Le quatrième chapitre porte sur les familles sinistrées. Il interroge la façon dont le tremblement de terre s’inscrit dans les trajectoires résidentielles et patrimoniales de personnes ayant dû quitter leur toit. Il repose sur une série de questions : que disent les déplacements des familles de la catastrophe et de ce qu’elles en font ? Du territoire sur lequel ils se dessinent et de sa structuration ? Des familles d’Assise et de leur organisation ? De leurs réseaux et de leurs ressources ? De ce qui tremble… et ne tremble pas ?

8L’enquête réalisée permet de suivre le sort des familles sinistrées, à l’échelle de la population qu’elles composent (862 familles) ainsi que sous l’angle de trajectoires singulières reconstituées par entretien. Si le faible recul du temps ne permet pas de dire si la catastrophe a véritablement eu une incidence sur le long cours des trajectoires des familles, plusieurs données peuvent être soumises à cet égard ici en guise de pistes de recherche : 1) plus de 70 % des sinistrés se sont déplacés sur le territoire municipal d’Assise (seul 3 % ont quitté la région) ; 2) parmi les 30 % dont les services de la ville prévoient qu’ils abandonneront définitivement leur habitation, l’immense majorité a quitté le centre historique agrippé aux pentes du Mont Subasio pour ses extensions en plaine, accentuant une tendance préexistant au tremblement de terre consistant au dépeuplement de la vieille ville.

9Dans la plupart des cas cependant, le tremblement de terre ne marque qu’une parenthèse. Il contraint au déménagement provisoire mais trouve une compensation dans l’opportunité de renforcer et de restaurer des maisons souvent mal entretenues. Certains sont tentés de le résumer à l’immense opération de valorisation du patrimoine bâti d’Assise. Ils minimisent en ceci la catastrophe, la rapportant à une manne qu’il convient d’associer à la nature du « tremblement de terre d’Assise » définie d’abord par sa portée médiatique.

LA CATASTROPHE ET LA SCIENCE

10En marge de l’événement représenté par le « tremblement de terre d’Assise », la science a également investi la catastrophe. Le premier chapitre de la thèse lui est consacré. Il analyse la production née de la catastrophe sous l’impulsion de chercheurs en sciences humaines mais aussi de sismologues, de géologues, de géophysiciens et d’autres spécialistes rangés du côté des sciences dites dures.

11L’écriture du chapitre répond à deux exigences : développer un regard réflexif sur ma propre entreprise à l’aune de la littérature dans laquelle elle s’inscrit de par son objet ; rendre grâce à la pluralité des acceptions d’un événement à l’évidence trompeuse.

12Sur les sciences humaines, l’enquête donne lieu à l’exploration d’un domaine multiforme défini par sa dispersion. Elle est l’occasion de constater combien rares sont ceux qui ont organisé leur carrière autour de l’étude de tremblements de terre ou d’autres catastrophes. Au contraire, les chercheurs ont tendance à s’improviser catastrophologues, happés par un événement qui le plus souvent a fait frémir leur environnement personnel. Du côté des sciences dites dures, le chapitre s’attarde sur la variation des mesures et des cartographies du tremblement de terre ainsi que sur les nombreuses reformulations de zoning qui, forts de données scientifiques mises à jour, concourent à l’administration du territoire.

RECONSTRUCTION

13Il faudra reconstituer la genèse de chacune de ces quatre enquêtes délibérément diverses. Celle-ci trouve son principe dans le thème de la reconstruction : si la reconstruction d’Assise ne fait pas l’objet d’un chapitre à part entière comme prévu initialement, elle compte parmi les fils conducteurs de la thèse. Ainsi mon travail porte sur plusieurs aspects de la reconstruction d’Assise et, faisant varier les échelles d’observation, sur l’inscription du tremblement de terre dans le temps long de la fabrique du patrimoine, de la ville et du territoire.

VALORISATION

Publications

14Juillard Claire, (2005), « Le tremblement de terre d’Assise (Italie, 26 septembre 1997) ou l’écriture d’un triptyque catastrophique », Actes du Programme « Risques urbains », Institut français d’études anatoliennes – Ministère des affaires étrangères, Paris, Éditions Anthropos.

Communications

15Juillard Claire, (2001), « Après le tremblement de terre, la reconstruction. Le cas d’Assise (Italie, 1997...). Diversité de l’objet et risque généraliste », Séminaire de Christian Topalov, Espace et sciences sociales : pratique de la recherche, EHESS (Paris), le 20 mars 2001.

16Juillard Claire, (2001), « Le “tremblement de terre d’Assise” (Italie, 1997...) : perspectives de recherche sociologique », Rencontre du programme Risques urbains, Institut d’études anatoliennes (Istanbul), le 27 février 2001.

17Juillard Claire, (2002), « Le “tremblement de terre d’Assise” ou l’écriture d’une catastrophe plurielle », Séminaire de Francis Chateauraynaud, Sociologie pragmatique des transformations, EHESS (Paris), le 24 mai 2002.

18Juillard Claire, (2002), « Le tremblement de terre des sciences sociales et humaines. Introduction au cas italien », Séminaire du groupe « Risques » du laboratoire RIVES, ENTPE (Lyon), le 8 avril 2002.

19Juillard Claire, (2002), « Sociologie d’un tremblement de terre. Le cas d’Assise, Italie, 26-septembre 1997-... », Séminaire de Gérard Mauger, Méthodes de recherche qualitative, CSE/MSH (Paris), le 24 janvier 2002.

20Juillard Claire, (2002), « Sociologie d’une catastrophe naturelle. Le cas du tremblement de terre d’Assise (Italie, 26 septembre 1997) », Séminaire de l’ACI-Ville, Tours, le 24 octobre 2002.

21Juillard Claire, (2002), « Villes et catastrophes naturelles. Autour du cas d’Assise (Italie, 1997-...) », Colloque Risques en ville, Festival international de la ville de Créteil, le 20 septembre 2002.

22Juillard Claire, (2003), « Enquêter sur des familles. Les familles sinistrées d’Assise », discutant : Paul-André Rosental, Séminaire de Christian Topalov, Espace et sciences sociales : pratique de la recherche, EHESS (Paris), le 20 mai 2003.

23Juillard Claire, (2003), « Le rapport enquêteur-enquêté-enquête. Autour de quelques situations d’enquête », Séminaire des doctorants du CSU, le 23 janvier 2003.

24Juillard Claire, (2004), « Des familles face à la catastrophe : le tremblement de terre d’Assise (Italie, 26 septembre 1997) et les trajectoires résidentielles et patrimoniales de familles sinistrées », Congrès de l’Association Française de Sociologie, Réseau « Parcours de vie et dynamiques sociales », Villetaneuse, le 25 février 2004.

25Juillard Claire, (2004), « Enquêter sur des familles sinistrées d’Assise. Problèmes de méthode », Séminaire des doctorants du CSU, le 28 janvier 2004.

26Juillard Claire, (2004), « Questions de méthode : comment aborder le risque et la catastrophe en SHS ? », avec Violaine Girard, Julien Langumier et Françoise Zonabend, séminaire du groupe « Risques » du laboratoire RIVES, ENTPE (Lyon), le 21 avril 2004.

27mailto:claire.juillard@iresco.fr
Cultures et sociétés urbaines (CSU) – UMR 7112

59-61, rue Pouchet
75849 Paris Cedex 17
Tél. : 01 40 25 11 33

Notes

1 Thèse de doctorat sous la direction de Christian Topalov, soutenance prévue pour octobre ou novembre 2005.

2 Doctorante en sociologie, CSU/EHESS.

Auteur

Allocataire de recherche

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable