Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

I. Formes urbaines, cultures et modes de vie

Vivre et habiter dans une ville au naturel. L’agglomération rouennaise : terrain d’expérience et modèle

Wandrille Hucy et Nicole Mathieu

Texte intégral

  • 1 Professeur agrégé, docteur en géographie, chercheur associé au LADYSS (UMR CNRS-Paris I).

1Note portant sur l’auteur1

  • 2 Géographe, directeur de recherche émérite au CNRS (UMR LADYSS).

2Note portant sur l’auteur2

3S’appuyant sur le constat d’une crise des représentations de la ville – « la ville mal aimée » – [Blanc, Mathieu, 1996 ; Salomon, 2003] et de ses modes de régulation [Guermond, Mathieu, 2005], l’objectif de la recherche est de répondre à une question qui donne sens à son titre : y a-t’il un rapport entre les propriétés naturelles et environnementales d’une ville et le bien-être de ses habitants ? Comment analyser et mesurer les processus d’appropriation ou de non appropriation des milieux intra-urbains ? Comment les urbains envisagent et peuvent construire un milieu de vie durable ? En somme, que signifie vivre et habiter la ville au naturel ?

4Dès lors l’hypothèse à tester se définit en ces termes : la prise en compte des dimensions naturelles et matérielles de la ville, en produisant des connaissances scientifiques tant sur les dynamiques biophysiques « objectives » que sur les cultures de la nature des « sujets » citadins supposées à la base des pratiques habitantes, peut contribuer à une meilleure compréhension de ce qui fait la valeur des lieux et des milieux, leur plus ou moins bonne habitabilité.

5Cette hypothèse implique une interrogation équivalente du problème par les disciplines des sciences physiques et du vivant d’une part, et des sciences sociales, de l’autre [Robic, Mathieu, 2001].

6Le resserrement sur la géographie et l’architecture de notre équipe de recherche a conduit à recentrer la problématique sur une hypothèse plus restreinte : la ville est une mosaïque de milieux de vie, et ce qui définit l’habitabilité d’un milieu urbain tient à la fois à ses propriétés « du dehors » (l’espace public, la forme urbaine, les qualités matérielles et sensibles produites par son histoire), et aux représentations et aux stratégies pratiques des habitants interrogées depuis « le dedans » de leur habitat [Mathieu, Hucy et al., 2004]. L’exploration de la pertinence du concept de « mode d’habiter » comme évaluateur du bien-être et de la durabilité, du double point de vue des individus habitant et des espaces habités, est devenu centrale.

7L’objet de cette recherche consiste donc à tenter :

  1. d’identifier et de qualifier le système dynamique des interactions sociétés/natures spécifiques des milieux de vie de la ville contemporaine post-industrielle par une recherche exploratoire sur les relations entre les « natures » (plutôt que les formes urbaines) d’une ville régionale (Rouen), et les représentations et les pratiques habitantes de cette naturalité (les « modes d’habiter » plutôt que les modes de vie) ;
  2. de les articuler aux deux échelles d’analyse appréhendées : l’ensemble spatial complexe de l’agglomération de Rouen et trois micro quartiers (« La gare », « Le temps perdu », « La zone verte ») choisis comme archétypes des milieux de vie intra urbains de cet espace urbain.

MÉTHODOLOGIE

8La méthodologie se caractérise par la mobilisation parallèle et croisée :

  1. de l’analyse spatiale quantitative et modélisatrice (construction de données « natures » géoréférencées, introduction dans un Sig, traitements cartographiques, modélisation) réalisée à l’échelle de l’agglomération [Hucy, 2002] ;
  2. d’une méthode d’analyse quasi anthropologique des habitants des trois micro quartiers (observation flottante, entretiens non directifs répétés) qui a débouché sur un outil que nous avons dénommé « biographies résidentielles » ou « récits de lieux de vie » [Mathieu, Hucy et al., 2004] ;
  3. enfin, de l’analyse « sensiographique » des architectes (parcours pédestre) qui ont affiné à cette occasion une méthodologie expérimentée dans d’autres villes [Drôles de Trames, 2002].

RÉSULTATS

9Du fait de son caractère exploratoire et pluridisciplinaire rendu possible par le financement de l’ACIV, la recherche a eu des résultats ressentis originaux et positifs pour les géographes comme pour les architectes : avancées théoriques du côté de la géographie, changement de paradigme d’action du côté des architectes, apport théorique et fonctionnel de la pratique interdisciplinaire pour tous. De cet ensemble de résultats souvent innovants, ne seront présentés ici que les plus saillants aux deux niveaux d’analyse : l’échelle de l’agglomération ; l’échelle des sites et des individus habitants.

À L’ÉCHELLE DE L’AGGLOMÉRATION DE ROUEN

Dans tout espace urbain il n’y a pas une mais plusieurs natures

10En réinvestissant la notion de nature pour en faire un concept opérationnel pour la recherche urbaine et, plus largement, pour l’analyse des interactions société/nature, nous avons déconstruit l’idée de « nature en ville » non seulement en rompant avec l’idée de la « bienfaisante nature » (espaces verts, parcs et pelouses), mais aussi en identifiant, par un effort théorique, les différentes catégories de nature qui pouvaient être décrites dans l’agglomération rouennaise.

11La ville est le lieu de l’artificialité. Pourtant la distinction entre nature et artifice y est indécidable. L’artificialisation de la nature répond à la naturalisation des artifices. Toute matérialité, que ce soit un objet ou un phénomène, qu’il soit vivant ou non, est un élément naturel. Il comprend nécessairement artificialité et naturalité, et ce d’autant plus en milieu urbain. Il nous a fallu, pour la « mesurer », définir des degrés ou des niveaux d’intersections entre ces deux pôles. C’est à partir de ces catégories de nature que nous avons pu définir des indicateurs pour nous permettre de mesurer la répartition et la quantité d’éléments naturels présents dans l’espace urbain.

12Trois catégories de nature ont été distinguées :

  1. La « nature Sauvage » est une nature exempte de toute influence humaine. Dans un milieu où l’homme domine jusqu’à la forme et la structure de l’environnement, cette catégorie est, dans les représentations dominantes, absente de l’espace urbain. Pourtant, elle est identifiable si l’on considère que le caractère sauvage est conditionné, non pas par une « virginité » au sens propre, mais plutôt par le fait que ni l’existence, ni la localisation de ces éléments naturels ne sont subordonnés à une activité anthropique volontaire (ou non). On peut citer comme appartenant à cette catégorie, le site, la météorologie ou les espèces endogènes et conquérantes.
  2. La « nature Domestique » est définie par les éléments qui sont soumis à l’usage et au vouloir de l’homme à travers les choix, la sélection ou le dressage des espèces et des objets. Les exemples types sont les animaux domestiques et les plantes d’ornement, mais cela peut aussi être les cours d’eau endigués, etc.
  3. La « nature de l’Artefact » est une catégorie de nature plus spécifique à l’espace urbain. Ce sont des phénomènes ou des objets qui ne peuvent être qu’en raison de l’association entre éléments naturels et éléments artificiels ou synthétiques. Leur existence est généralement le produit d’un surdéveloppement de l’artificialité. Les cas les plus extrêmes sont ces catastrophes que l’on dit « naturelles » (inondations urbaines, chutes de neige et circulation...) mais c’est aussi la pollution atmosphérique, les infestations de parasites (cafards) ou la dégradation des matériaux de construction.

Catégories de nature

Catégories de nature

Fig. 1 – Les catégories de nature.

13Au-delà de l’outil de mesure, ces cartographies ouvrent sur une nouvelle géographie interne de la ville, débarrassée des lissages induits par les découpages administratifs, sociaux ou fonctionnalistes, offrant de nouvelles perspectives pour comprendre la complexité de l’espace intra urbain. L’espace urbain est donc un ensemble de « milieux » qui s’organise de manière non pas autonome mais en interaction, en superposition ou en réaction avec les structures artificielles et sociales connues. La combinaison particulière dans un espace et un temps donné d’objets et de phénomènes appartenant à ces trois catégories de nature forme ce que nous avons appelé des « substrats naturels » dont la répartition offre une nouvelle représentation (image) « objective » de l’espace urbain et intra urbain.

Fig. 2 – Les indicateurs de nature.

Une mosaïque de milieux intégrée à la structuration spatiale générale

14Paradoxalement, à l’échelle de l’agglomération, décrire la ville dans sa naturalité ne modifie pas son organisation spatiale dans une structuration géographique classique (centre, périphérie, zones sous le vent, zones industrielles...), à l’exception d’une nouvelle forme en lanière mais qui peut aussi s’apparenter à un simple gradient. Ainsi, la coïncidence entre organisation sociale et organisation naturelle serait la preuve d’une co-localisation des inégalités sociales et écologiques.

15Mais la complexification de l’analyse par les « catégories de nature » débouche sur une interprétation plus complexe. Ainsi, si les populations les plus pauvres sont plus exposées à la pollution atmosphérique, ce sont elles qui disposent (en termes absolus) des plus grandes surfaces végétalisées.

16En fait, c’est à l’échelle micro que la mesure et la cartographie des indicateurs révèlent une structuration « éclatée » en une mosaïque de micro milieux de l’ensemble de l’agglomération mais aussi de chaque sous-ensemble du système spatial intra-urbain antérieurement identifié. On observe en effet de nombreuses discontinuités à l’intérieur des formes spatiales classiques non seulement lorsque l’on cartographie les seuls éléments et substrats naturels, mais aussi lorsque l’on confronte ces données avec les indicateurs de nature.

17Objectivement, dans leurs interactions et leur combinaison, sociétés et natures s’organisent de manière (micro- ?) fragmentée. Ces résultats tendent à montrer la réalité de milieux que même l’artificialité ne saurait unifier. Il n’y a pas un milieu urbain mais des milieux intra urbains, dont la structuration globale ne serait pas perceptible à l’échelle des habitants.

Fig. 3 – Structures spatiales.

À L’ÉCHELLE DES MICRO-SITES ET DES HABITANTS

18Le croisement des points de vue des architectes (évaluation des formes du « dehors », parcours sensibles...) et des géographes (récits de lieux de vie depuis le « dedans ») dans les trois sites a fourni les bases indispensables pour tester la pertinence du concept de « mode d’habiter », tant du côté de la qualité des lieux habités que de celui des comportements « écologiques » des habitants.

Habitat pavillonnaire, habitat social, une durabilité non déterminée

19Les trois micro-sites sont en fait des types génériques de milieux intra-urbains (grand ensemble, immeubles de villes, pavillonnaire). On les retrouve en effet dans l’autre programme du Ladyss qui a été mené en parallèle à Paris [Mathieu et al., 2004]. Les architectes ont construit une méthode d’évaluation nouvelle de la durabilité d’un quartier non seulement parce qu’il est appréhendé comme un ensemble dans lequel les « natures » et leurs dynamiques sont présentes mais aussi parce que les formes « du dehors » sont regardées depuis le dedans.

Fig. 4 – Les micro-sites.

20Après application, ils considèrent que le seul micro quartier pour lequel on peut faire l’hypothèse d’acceptabilité sociale à long terme, dans son articulation avec les milieux environnants, est « La zone verte », grand ensemble construit dans les années cinquante par M. Lods selon les principes de la Charte d’Athènes et qui, aujourd’hui pourtant dévalorisé dans les discours, est « transformable », en fonction de ses propriétés de mobilité (mutation) internes et externes.

Vers une théorisation des comportements écologiques des citadins

21À partir de l’analyse des pratiques et des représentations de la nature des habitants de ces trois sites nous avons pu distinguer quatre grands types de modes d’habiter la ville du point de vue des habitants. Ils sont caractérisés par des degrés de « conscience écologique » et de « sensibilité » aux lieux et milieux urbains, par des stratégies pour réduire l’écart entre habitat rêvé et habitat réel, stratégies mentales qui agissent sur les comportements et pratiques des individus-habitant et ont un effet environnemental dont ils ont plus ou moins la conscience d’une responsabilité.

  • 4 Ce type regroupe des personnes qui, en général, n’ont pas eu le libre choix ni de leur logement ni (...)
  • 5 Cela peut paraître évident, mais, pour certains, l’espace urbain n’est qu’un lieu qui maximise les (...)
  • 6 La particularité des personnes qui appartiennent à ce type est de se focaliser, dans le milieu urb (...)
  • 7 Sans que l’on puisse parler d’éco-citoyen, puisqu’il n’y a pas nécessairement de dimension militan (...)

22Ces types s’organisent selon le schéma suivant : 1) le réfugié, fait de son logement une cellule protégée contre un environnement extérieur considéré comme hostile4 ; 2) le fonctionnaliste ou le calculateur, fait de la ville un espace ultra fonctionnel5 ; 3) le phobique idéaliste ou « l’idylle naturelle »6 ; 4) enfin, le dernier type est l’habitant éco-sensible7.

Fig. 5 – Typologie des modes d’habiter.

23En fait, globalement, peu de personnes semblent véritablement considérer la ville comme un milieu vivable durablement pour l’homme d’autant plus que sa densité est importante. En tout cas, dans l’état actuel de leur milieu de vie. Au travers des rapports à la nature, à la matérialité, la durabilité des milieux urbains transparaît sans cesse, tant sous la forme de références à un héritage, que dans la projection d’un environnement idéal ou, au contraire, « déshumanisant ». La nécessité qu’ont les citadins de s’approprier la matière de leur environnement mais aussi de s’inscrire dans sa dynamique naturelle revient sans cesse. Qu’elle soit niée, effacée, idéalisée ou bien comprise, elle est au cœur des processus de qualification et d’appropriation des milieux (géographiques) intra-urbains, de la construction d’une durabilité qui vienne des habitants.

CONCLUSION

24En conclusion, soulignons les effets positifs que chaque discipline a exercée sur l’autre. Traditionnellement l’architecture est proche de la géographie : la formation comprend des plages communes, nombreux sont les concepts partagés, les architectes comme les géographes empruntent des connaissances et des savoir-faire des uns et des autres. Mais dans cette recherche il y a eu travail discuté, réparti et construit en commun, ce qui a eu des conséquences pour les avancées communes mais aussi pour la conception future du travail de chacun des partenaires.

25C’est d’ailleurs sur la finalité et la finalisation de la recherche que les résultats sont sans doute les plus novateurs.

VALORISATION

Publications

26Deffontaines Jean-Pierre, Mathieu Nicole, (2002), « Le territoire face à l’enjeu du développement durable », Natures Sciences Sociétés, n° 4, [éditorial].

27Hucy Wandrille, (2003), « La nature dans la ville et les modes d’habiter l’espace urbain ; expérimentation sur l’agglomération rouennaise – thèse de doctorat », Strates, n° 11, pp. 315-317.

28Hucy Wandrille, (2004), « Proposition for a new spatial approach of urban areas ; materiality of town and environment of (human) urban beings », dans Cybergéo, Annales du 12th European Colloquium on Quantitative and Theoretical Geography.

29Hucy Wandrille, (2004), « De l’objectivation à la modélisation des modes d’habiter ; de l’habitant au système habitat », chapitre de l’ouvrage collectif dulaboratoire MTG, Éditions Hermès, responsable de publication : Guermond Yves.

30Hucy Wandrille, (2004), « La nature dans les milieux urbains, une matérialité incontournable pourtant effacée des champs de l’idéel », Annales Géopoint 2002, Université d’Avignon, Groupe Dupont.

31Hucy Wandrille, (2004), « Vivre et habiter une ville au naturel, une recherche interdisciplinaire entre géographes et architectes », dans Guermond Yves, Mathieu Nicole (dir.), De l’écologie urbaine à la ville durable, INRA éditions, collection « Indisciplines ».

32Mathieu Nicole (dir.), (2000), La nature dans la ville, Éd. Centre National de la Documentation Pédagogique, collection « Texte et Documents pour la Classe (TDC) », n° 795, 1er-15 mai, pp. 6-17.

33Mathieu Nicole, (2000), « Des représentations et pratiques de la nature aux cultures de la nature chez les citadins : question générale et étude de cas », BAGF, n° 2, pp. 162-174.

34Mathieu Nicole, (2003), « Instruire le concept de développement durable pour dépasser la contradiction Protection/Développement », dans Romero Christine (sous la direction de), Campagnes et société. Fonctions et usages des campagnes françaises. Actes du colloque Le devenir de l’agriculture et des espaces ruraux, 7 et 8 décembre 2001, Châteauroux, Presses Universitaires d’Orléans, collection du CEDETE, pp. 279-286.

35Mathieu Nicole, Morel-Brochet Annabelle, (2001), « Essai sur l’habiter : le rural à l’épreuve de la mobilité », dans Dynamique rurale, Environnement et Stratégies spatiales, Montpellier, Publications de l’Université Paul Valéry, pp. 467-475.

36Mathieu Nicole, Vivien Franck-Dominique, (2002), « Lire Les temps de l’environnement : mode d’emploi et pistes méthodologiques », Natures Sciences Sociétés, n° 1, pp. 70-77.

Communications

37Hucy Wandrille, (2002), « La nature dans les milieux urbains, une matérialité incontournable pourtant effacée des champs de l’idéel », Géopoint 2002, Université d’Avignon, Groupe Dupont, 30 et 31 mai 2002.

38Hucy Wandrille, (2004), « Quelles formes pour la ville durable ? Formes et valeurs des milieux urbains », Géopoint 2004, Avignon, juin 2004.

39Hucy Wandrille, Guermond Yves, Mathieu Nicole, (2001), « Quartiers de Paris et de Rouen du point de vue du développement durable », XIIe journées scientifiques de la société d’écologie humaine, Université de Provence, Marseille, 29 et 30 novembre 2001.

40Hucy Wandrille, Mathieu Nicole, (1999), « Nature in town : what criteria to introduce in the GIS of Rouen ? », 11th European Colloquium on Quantitative and Theoretical Geography, Durham, Angleterre, 3-7 septembre 1999.

41Hucy Wandrille, Mathieu Nicole, (2001), « Proposition for a new spatial approach of urban areas : materiality of town and environment of (human) urban beings », 12th European Colloquium on Quantitative and Theoretical Geography, St-Valery en Caux, 11-12 septembre 2001.

42mailto:wandrille.hucy@free.fr
mailto:mathieu@univ-paris1.fr
Laboratoire Dynamiques sociales et recomposition des espaces

(Ladyss) UMR 7533
CNRS/Universités Paris 1, 7, 8, 10
191, rue Saint-Jacques
75005 Paris
Tél. : 01 44 32 14 23

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Blanc N., Mathieu N., (1996), « Repenser l’effacement de la nature dans la ville », Le courrier du CNRS, « La Ville », mai, pp. 105-107.

Drôles De Trames, (2002), Analyse « sensiographique » d’un déplacement pédestre quotidien dans trois microsites urbains, notice méthodologique, Paris, 10 p.

Guermond Y., Mathieu N., (2004), Qu’est-ce que la ville durable ? Du politique au scientifique, Paris, collection « Indisciplines ».

Hucy W., (2002), La nature dans la ville et les modes d’habiter l’espace urbain ; expérimentation sur l’agglomération rouennaise, thèse de géographie, Université de Rouen, sous la direction de Nicole Mathieu et d’Yves Guermond.

Mathieu N., Morel-Brochet A., Blanc N., Gajewski P., Grésillon L., Hebert F., Hucy W., Raymond R., (2004), « Habiter le dedans et le dehors : la maison ou l’Eden rêvé et recréé », Strates, n° 11, pp. 267-288.

Robic M.-C., Mathieu N., (2001), « Géographie et durabilité : redéployer une expérience et mobiliser de nouveaux savoir-faire », dans Jollivet Marcel (dir.), Le développement durable, de l’utopie au concept : de nouveaux chantiers pour la recherche, Paris, Amsterdam, New York, Elsevier, pp. 167-190.

Salomon Cavin J., (2003), Représentations anti-urbaines et aménagement du territoire en Suisse. La ville : perpétuelle mal-aimée ?, thèse de géographie, École Polytechnique Fédérale de Lausanne, 258 p.

Notes

1 Professeur agrégé, docteur en géographie, chercheur associé au LADYSS (UMR CNRS-Paris I).

2 Géographe, directeur de recherche émérite au CNRS (UMR LADYSS).

4 Ce type regroupe des personnes qui, en général, n’ont pas eu le libre choix ni de leur logement ni de sa localisation (appartement en HLM). Il y a tout d’abord un rejet de cette forme de logement qui, selon les cas, va s’étendre au quartier, aux autres habitants qui ne partagent pas le même mode de vie, et enfin, à la ville. Celle-ci est considérée comme une source de maux matérialisée dans ses constructions, ses artifices. Dans les pratiques, cela se traduit par une minimisation des rapports avec le milieu englobant. De fait, le milieu de vie va donc se réduire au seul logement, voire à une seule pièce. Cela ne se traduira pas nécessairement pas une réelle appropriation de cet espace mais plutôt par sa fermeture. On a aussi une idéalisation angélique de la nature (une nature sauvage) qui est projetée sur les espaces ruraux ou, parfois de manière extrême, sur un ou des animaux domestiques.

5 Cela peut paraître évident, mais, pour certains, l’espace urbain n’est qu’un lieu qui maximise les fonctionnalités et l’accès aux services. Moins qu’un milieu, c’est un endroit qui permet de vivre le mieux possible. Il ne se réduit donc pas au seul logement mais va pouvoir s’apparenter à tous les lieux du quotidien. On doit ici parler d’espace vital plus que de milieu de vie. Bien que plus prononcé dans les modes d’habiter de la gent masculine, ce type de rapport concerne aussi des femmes. Il est peut être possible de l’expliquer en supposant que la définition des lieux ne se fait pas en fonction de leur appropriation matérielle mais fonctionnaliste, il se traduit en effet par une quasi-absence de la naturalité dans les discours. Elle n’est pas niée, elle est effacée.

6 La particularité des personnes qui appartiennent à ce type est de se focaliser, dans le milieu urbain, sur les nuisances des natures de l’artefact ou des natures domestiques et de ne relever dans les espaces non urbains (mer, montagne, campagne où ils ont soit un pied à terre soit des habitudes), que les bienfaits des natures sauvages et toujours domestiques. Il n’y a pas de connotation mauvaise de l’environnement urbain mais ce n’est pas sa naturalité qui prime, plutôt sa fonctionnalité. Pourtant ces personnes aspirent à plus de nature, une nature qu’ils vont aller chercher à l’extérieur de la ville. Un peu comme un paradis perdu. Il n’y a pas d’angélisme non plus mais plutôt une conscience aiguë d’une certaine inadéquation à moyen et long terme de l’humain qu’ils sont aux conditions biotiques que leur offre le milieu urbain.

7 Sans que l’on puisse parler d’éco-citoyen, puisqu’il n’y a pas nécessairement de dimension militante dans cette manière d’habiter le milieu, les individus de cette catégorie montrent un intérêt, une sensibilité, aux dynamiques naturelles de leur environnement. Cela peut se traduire par des actions d’améliorations ou de préservation mais aussi, le plus souvent, par une simple conformation ou observation, dans le mode d’habiter, des phénomènes, des processus et des éléments naturels qui construisent leur milieu de vie. Cette modalité des rapports à la nature et aux milieux urbains est caractéristique, parmi le panel des personnes interrogées, des femmes n’exerçant pas d’activité professionnelle et qui sont propriétaires de leur logement.

Table des illustrations

Titre Catégories de nature
Légende Fig. 1 – Les catégories de nature.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1123/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Fig. 2 – Les indicateurs de nature.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1123/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 867k
Légende Fig. 3 – Structures spatiales.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1123/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 594k
Légende Fig. 4 – Les micro-sites.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1123/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 751k
Légende Fig. 5 – Typologie des modes d’habiter.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1123/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 305k

Auteurs

Responsables scientifiques

Responsables scientifiques

Autres membres de l’équipe : Thierry Mazellier et Henri Raynaud, Architectes, Cabinet d’architectes Drôles de Trames.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540