Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

I. Formes urbaines, cultures et modes de vie

Les formes des villes européennes vues du ciel. Une contribution de l’image CORINE Land cover à la comparaison morphologique des grandes villes d’europe occidentale1

Marianne Guérois

Texte intégral

  • 1 Thèse de doctorat de l’Université de Paris 1, dirigée par Denise Pumain, soutenue le 16 décembre 2 (...)
  • 2 Géographe, maître de conférences en géographie à l’Université Paris XII Val-de-Marne.

1Note portant sur l’auteur2

EN AMONT DU DÉBAT SUR LA VILLE COMPACTE, LES BASES D’UNE COMPARAISON EUROPÉENNE

2La question de la forme urbaine s’est affirmée depuis une dizaine d’années comme une priorité des réflexions sur le devenir des villes européennes. Cet intérêt croissant pour les modalités de l’emprise physique des villes a été soutenu par le succès de la notion de développement urbain durable, à travers la valorisation d’un modèle de ville compacte.

3La promotion de ce modèle est cependant loin de faire l’unanimité et suscite un débat vigoureux sur l’évaluation des conséquences écologiques, économiques ou sociales de l’étalement urbain. Ces incertitudes appellent la réalisation d’un bilan des bouleversements produits et alimentent une demande croissante pour la confrontation des expériences de « villes durables » à travers l’Europe, qui devrait permettre aux villes de se situer sur des échelles d’évaluation comparables.

4Or ce bilan, largement engagé dans des cadres nationaux, reste fragmentaire et souffre d’un manque de repères homogènes à l’échelle européenne. Si la diversité des formes de villes européennes est souvent évoquée, elle n’est pratiquement jamais étayée par des mesures ou des classements reproductibles, appuyés sur des critères bien explicités.

5Tout en s’inscrivant dans cette vaste entreprise de comparaison des effets de l’étalement urbain, notre recherche privilégie une approche morphologique, à partir d’un large échantillon de villes (les plus grandes de sept pays d’Europe occidentale, soit au total entre une quarantaine et une centaine, selon les analyses). L’objectif est de classer ces villes sur plusieurs échelles de compacité afin de comparer, à l’échelle de la tache urbaine, l’importance de l’espace consommé par le bâti et sa configuration spatiale. La question sous-jacente est celle de la mise en valeur de facteurs généraux de différenciation des formes, relatifs à la taille des villes, à leur appartenance nationale ou à leur insertion dans différents systèmes de peuplement régionaux.

6Ces analyses se sont appuyées sur un choix méthodologique particulier puisque les connaissances habituellement fondées sur la comparaison des populations urbaines dans des cadres statistiques locaux ont été enrichies par l’image des surfaces bâties restituée par la base européenne CORINE Land cover (version de 1990, seule disponible à ce jour).

7Les principaux résultats de cette recherche sont présentés à travers deux cadres d’analyse qui ont suscité des approches complémentaires de la compacité urbaine : d’abord dans le cadre des agglomérations de bâti continu, qui reste le moins difficile à mettre en œuvre pour une comparaison internationale et renvoie à une image relativement traditionnelle de la ville européenne, puis dans le périmètre élargi d’aires urbanisées, qui intègrent les formes émergentes des zones périurbaines liées à la diffusion de l’automobile.

LES AGGLOMÉRATIONS SUR UNE DOUBLE ÉCHELLE DE COMPACITÉ : EMPRISE ET EMPREINTE SPATIALES

8Les agglomérations ont dans un premier temps été qualifiées en fonction de leur emprise spatiale absolue (superficie) et relative (densité de population). Ces mesures « nettes », ajustées directement à la distribution des espaces bâtis, permettent d’apprécier la notion d’emprise spatiale de manière plus réaliste que les mesures ajustées aux limites de mailles administratives locales très hétérogènes.

9Imparfaitement éclairée par les inégalités de poids démographique, la variation de l’intensité d’occupation du sol d’une ville à l’autre a pu être éclairée par l’importance d’un contraste nord-sud qui oppose les peuplements dispersés des villes d’Europe du nord-ouest aux villes plus compactes d’Europe méditerranéenne. Néanmoins, cette structure forte doit être nuancée par l’existence de niveaux d’emprise spatiale plus homogènes dans certains contextes nationaux, comme en témoigne la forte compacité de la plupart des agglomérations néerlandaises.

10Par ailleurs, l’influence des contextes régionaux de peuplement et de la topographie locale a pu être ponctuellement valorisée ou relativisée à partir de ce premier classement.

11Cette approche a été complétée par une comparaison de la configuration spatiale des agglomérations. Face aux questions d’accessibilité au centre et de contact entre espaces bâtis et non bâtis, trois critères morphologiques ont été retenus pour décrire les taches urbaines observées : un degré d’élongation, un degré de digitation, qui traduit l’importance des extensions radiales de bâti et un degré d’indentation du contour qui, à une échelle plus fine, reflète la complexité du contact entre espaces bâtis et non bâtis.

12Plusieurs indices de forme ont ainsi servi de support à une classification des tâches urbaines distinguant six grands types de formes, des plus indentées et digitées (telles Milan, Stuttgart ou Barcelone) aux plus compactes (telles Nantes, Amsterdam ou Rome).

13La confrontation de ces configurations avec le classement issu des mesures d’emprise spatiale a démontré toute la pertinence d’une double approche de la compacité morphologique puisque les mesures quantitatives et qualitatives se complètent bien plus qu’elles ne se recouvrent, les agglomérations les plus denses étant par exemple souvent associées aux morphologies les plus linéaires, digitées et indentées.

LES FORMES DU CHAMP URBAIN DANS LA VILLE DIFFUSE : GRADIENTS CENTRE-PÉRIPHÉRIE ET EMPRISE POTENTIELLE DE BÂTI

14Dans le périmètre élargi d’aires urbanisées, c’est d’abord la manière dont varie l’emprise du bâti en fonction de la distance au centre qui a été éprouvée et confrontée aux structures de gradient centre-périphérie maintes fois modélisées à partir des densités de population.

15Malgré plus de trente ans d’un étalement urbain sans précédent, toutes les villes présentent, au-delà d’une zone très saturée en terrains artificialisés près de leur centre, un gradient de dilution des surfaces bâties qui témoigne de la puissance organisatrice de la centralité urbaine et de l’importance du facteur d’accessibilité au centre dans la distribution des espaces investis par les constructions.

16Ce gradient se décompose en deux régimes linéaires de dilution des densités bâties, l’un très fortement contrasté à proximité du centre, dans un périmètre semblable à celui du bâti continu des agglomérations, l’autre beaucoup moins différencié dans les espaces périurbains où les inégalités d’accessibilité selon la distance au centre ne se manifestent plus par des différences aussi prononcées. Cette dualité peut être interprétée comme l’expression de deux phases distinctes de l’extension des villes, l’une façonnée par l’histoire européenne sur plusieurs siècles, l’autre par la diffusion plus récente de l’automobile, et appelle la conduite d’études à plusieurs dates pour voir dans quelle mesure le point d’inflexion entre les deux gradients se déplace au cours du temps, reflétant l’intégration progressive des périphéries dans le champ d’influence urbaine de plus forte intensité.

17Enfin, dans quatre grandes régions urbaines, l’application d’un lissage par calcul de potentiel à la distribution du bâti a permis de mesurer en tout lieu une emprise potentielle du bâti, qui renvoie une image de la pression variable exercée par les zones bâties sur leur environnement. Comparés aux gradients, qui offrent une description synthétique mais réduite à la seule dimension de la distance au centre, les lissages ont abouti à une représentation plus qualitative de ces formes en ajoutant à l’extension en plan du bâti une texture qui restitue la forme du contexte de peuplement, tenant compte de la présence d’autres zones bâties dans un certain voisinage.

18De plus, la variation de la portée des voisinages a permis de faire ressortir la structure hiérarchique du peuplement à différentes échelles. Plusieurs contextes de peuplement ont ainsi été mis en valeur par la distinction de structures morphologiques plutôt monocentriques ou polycentriques.

CONCLUSION

19Il est d’autant plus important de poursuivre l’exploration des possibilités offertes par la base CORINE Land cover que la première actualisation décennale de cette base doit être diffusée dans les mois à venir. C’est dans cette direction qu’a été explicitement orientée cette recherche, à travers la définition d’indicateurs de forme suffisamment robustes pour être reconduits à des dates ultérieures. En amont des débats sur la forme urbaine, la mise en évidence et le respect de la diversité géographique restent en soi des étapes nécessaires, tant pour la compréhension de formes urbaines élaborées au cours d’histoires longues et très diversement contraintes, que pour l’élaboration de politiques adaptées aux conditions locales à partir de normes et de processus qui paraissent aujourd’hui gagner en généralité.

VALORISATION

Publications

20Dumas E., Guérois M., (2001), « Une grille de lecture pour l’analyse des formes du peuplement en Europe. L’apport d’une méthode de lissage par potentiels », Revue internationale de Géomatique, vol. 11, n° 3-4, pp. 405-421.

21Guérois M., (2003), « Les formes des villes européennes vues du ciel », dans Mattei M.-F., Pumain D., Données Urbaines 4, Paris, Anthropos, pp. 411-425.

22Guérois M., (2003), Les Formes des villes européennes vues du ciel. Une contribution de l’image CORINE Land cover à la comparaison morphologique des grandes villes d’Europe occidentale, thèse de doctorat nouveau régime, Université Paris 1, 306 p. [http://tel.ccsd.cnrs.fr/​documents/​archives0/​00/​00/​43/​03/​index_fr.html].

23Guérois M., Paulus F., (2002), « Commune centre, agglomération, aire urbaine : quelle pertinence pour l’étude des villes ? », Cybergeo, n° 212, 18 p.

24Guérois M., Pumain D., (2001), Urban sprawl in France (1950-2000), Milan, Franco Angeli, 101 p.

Communications

25Dumas E., Guérois M., (2001), « A smoothing method for the analysis of settlement patterns in Europe », 12th European Theoritical and Quantitative Geographical Colloquium, Saint-Valéry-en-Caux, 6-9 septembre 2001.

26Dumas E., Guérois M., (2002), « Comment représenter les formes du peuplement en Europe ? Une méthode de lissage appliquée à l’espace transfrontalier franco-belge », Poster au Festival International de Géographie de Saint-Dié, Salon de la géomatique.

27Guérois M, Paulus F., (2001), « Commune centre, agglomération, aire urbaine : quelle pertinence pour l’étude des villes ? », Conférence au Salon du Géo-événement, Paris, 24 avril 2001.

28GuéroiS M., (2001), « Urban sprawl in France : a review », Colloque International From the sprawling to the vintaging city, Turin, 15 novembre 2001.

29Guérois M., (2003), « The Shape of west European cities from above », 13th European Theoretical and Quantitative Geographical Colloquium, Lucca, 9 septembre 2003.

30Guérois M., (2004), « Les formes des villes européennes vues du ciel », Séminaire du Centre d’Analyse et de Mathématique Sociales, EHESS, 10 février 2004, Paris.

31mailto:guerois@parisgeo.cnrs.fr
Géographie-cités, UMR 8504

13, rue du Four
75006 Paris
Tél. : 01 40 46 40 00
http://www.parisgeo.cnrs.fr

Notes

1 Thèse de doctorat de l’Université de Paris 1, dirigée par Denise Pumain, soutenue le 16 décembre 2003.

2 Géographe, maître de conférences en géographie à l’Université Paris XII Val-de-Marne.

Auteur

Allocataire de recherche

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540