Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

I. Formes urbaines, cultures et modes de vie

Villes et hospitalité. Les municipalités et leurs étrangers

Anne Gotman et Louis Assier-Andrieu

Texte intégral

  • 1 Sociologue, directrice de recherche au CNRS-CERLIS.

1Note portant sur l’auteur1

  • 2 Anthropologue et juriste, chargé de recherche au CNRS.

2Note portant sur l’auteur2

3L’action de recherche soutenue par l’ACIV est venue en complément des travaux entrepris dans le cadre du programme « Villes et hospitalité » porté par le Plan Urbanisme Construction Architecture (Ministère de l’Équipement, des Transports et du Logement) et la Fondation Maison des Sciences de l’Homme, qui a débuté en 1996 et se termine aujourd’hui par la publication d’un ouvrage collectif [Gotman, Assier-Andrieu, 2004] et la tenue d’un colloque international [L’hospitalité à l’œuvre : desseins et dérives, 2004].

4Le programme « Villes et hospitalité » avait pour objectif d’explorer les potentialités heuristiques et pratiques de la notion d’hospitalité dans un contexte sociopolitique où la question sociale était essentiellement pensée en termes d’exclusion. À l’appui de ce décentrement, nous faisions l’hypothèse que l’emprunt d’une notion anthropologique dépassant le cadre des sociétés modernes technocratiques permettrait d’apercevoir les mécanismes plus généraux à l’œuvre dans un rapport social dont les ressorts n’étaient pas uniquement politiques et économiques, et embrassaient les logiques de subjectivation et d’interactions décelables dans toutes les situations impliquant des accueillants et des accueillis, une communauté établie et des nouveaux venus ou, pour reprendre les termes de Norbert Elias et John L. Scotson, les established et les outsiders [Elias, Scotson, 1997].

5Les treize recherches menées dans le cadre de ce programme sur les politiques municipales de différentes villes françaises et étrangères concernaient en effet aussi bien l’accueil des réfugiés, des étrangers, des immigrants, des nomades, que des personnes sans domicile fixe, les unes arrivantes, les autres installées. Les politiques municipales ont par ailleurs été abordées d’amont en aval, de la construction juridique et administrative des catégories d’appartenance (résidence, domicile, citoyenneté...) à la mise en place de dispositifs locaux visant à organiser et encadrer la présence des populations visées sur le territoire municipal (équipements, politiques sociales et culturelles, contrats locaux...).

APPORTS DE LA RECHERCHE

LA MUNICIPALITÉ, AGENT DE LA COHÉSION SOCIALE

6Dans une société urbanisée où la séparation entre ville et campagne tend à s’estomper, l’usage administratif identifie « la ville » à la commune et à la municipalité. Celle-ci se définit alors « par l’existence d’une administration investie d’un ensemble de responsabilités fixées par la loi et la réglementation, mais politiquement responsable de beaucoup plus, et d’abord, ce que n’écrit aucun texte, de la cohésion sociale : comprenons d’un niveau acceptable d’entente entre les habitants, et de la pacification des conflits dès qu’ils prennent, derrière les affrontements quotidiens entre les individus et les familles, une dimension sociale collective » [Maurice Aymard, dans Gotman et Assier-Andrieu 2004, préface].

7Dans un contexte d’accélération de la division internationale du travail, de remise en cause du salariat comme horizon stabilisé des modes de vie et d’accroissement des inégalités, la pression des outsiders – immigrés ou de condition précaire – sur la réalité et les représentations de la cohésion sociale ne peut, en toute hypothèse, que s’accroître, et mettre au défi les collectivités locales, dont les municipalités, de garantir la cohésion sociale, soit en se démarquant des réglementations étatiques qui encadrent leur pouvoir de décision, soit, au contraire, en se retranchant derrière la lettre du texte. À titre d’exemple, on peut se demander comment les maires se saisiront des nouvelles dispositions inscrites dans la loi du 26 novembre 2003 sur la maîtrise de l’immigration et le séjour des étrangers, qui les habilitent désormais non seulement à agréer les accueillants mais à juger de l’intégration des étrangers [art. 2 et art. 10].

8Face à cet enjeu, qu’avons-nous observé ?

9L’asymétrie, soit encore l’inégalité, qui est à l’œuvre dans les rapports entre les autorités en place (le « nous ») et les candidats à l’intégration (le « eux »), et qui se manifeste aussi bien dans la définition des règles et des normes de l’appartenance que dans l’« aménagement » de la place faite aux outsiders. Cette inégalité, caractéristique des rapports instruits par l’hospitalité mais néanmoins modulable et ici accusée, prend la double forme de l’affirmation des prérogatives de l’accueillant et du renforcement de la « dette » des accueillis.

10Tandis que la collectivité en place s’autorise de son droit à définir les règles de la cohésion sociale pour décider des critères d’appartenance et sélectionner ses membres, l’injonction d’intégration à laquelle sont soumis les nouveaux venus relève d’une réciprocité qui puise dans un tout autre registre que le droit, l’une et l’autre réunies dans la fameuse rhétorique des droits et des devoirs.

11L’intégration, de fait, serait la forme différée du contre-don attendu de l’immigré qui s’installe. De l’étranger accueilli qui ne retourne pas dans son pays d’origine, il est attendu une forme de réciprocité qui, ne pouvant être donnée sous forme d’hospitalité, devra se réaliser sur place, sous la forme d’une adhésion pleine et entière à la société d’accueil. « Présence déplacée dans tous les sens du terme » [Sayad, 1999, p. 401], l’immigré, qui a ouvert une brèche dans les référents de la société d’accueil et troublé la perfection mythique de son ordre, devra y souscrire sans réserve, pour en consolider l’intégrité.

12Posant l’intégration comme condition et comme limite de l’immigration, la collectivité en place s’efforcera alors de maintenir des droits d’entrée élevés et de gérer les conflits internes générés par la présence d’une population pauvre et souvent immigrée vivant en « quartiers » ou en « cités » – désignation éminemment territorialisante – en multipliant les plans (scolaires, sociaux, culturels...) d’accueil, d’insertion, de contrôle..., en fait d’intégration différée. C’est, de fait, dans la suspicion permanente que les nouveaux venus ne défèrent pas à leur part d’obligations mutuelles que repose, sans aucun doute, la cause la plus fondamentale de la défiance envers l’étranger et plus généralement envers la mobilité collective.

NOMMER, ORDONNER, TERRITORIALISER

13Il est dans la « pensée d’État », et, à un degré moindre, dans celle des collectivités territoriales qui le découpent, d’identifier leurs membres et pour cela de les qualifier juridiquement, l’appartenance étant aujourd’hui principalement définie par le droit. L’identification des membres d’une entité est d’entrée de jeu liée à une problématique spécifique et déterminée par elle.

14Chaque domaine de compétence identifie sa population pour ses besoins propres, la police pour contrôler la mobilité des individus, les politiques sociales pour identifier leurs ayants droits, les collectivités territoriales pour exercer les prérogatives qui sont les leurs. Ainsi, le droit social, qui est à l’origine de la création des populations cibles, crée autant de sous-populations que de mesures spécifiques à leur endroit.

15L’appartenance, qui se décline à de multiples niveaux et à différents degrés, n’est pas décidée in abstracto mais toujours en fonction de problèmes particuliers et de contextes précis, d’où les emboîtements, les superpositions et parfois les incohérences de catégories décidées par une pluralité d’acteurs, guidés par diverses opportunités.

16C’est donc de cette opération d’identification que les pouvoirs municipaux vont se servir en premier lieu pour déterminer leurs ressortissants et « ayants droit ». Ils disposent pour cela d’une série de moyens.

17Ils peuvent, en premier lieu, adopter des critères plus ou moins sélectifs du statut de « résidant », et ainsi leur réserver le bénéfice de la politique sociale locale. Dans la lutte concurrentielle à laquelle se livrent les municipalités pour attirer et fidéliser des populations choisies, cette politique, en « déclassant » les résidants temporaires logés en foyers, en hôtels meublés ou de tourisme, en centres d’accueil, en résidence universitaire, – ou encore en famille « s’ils ne sont pas apparentés en ligne directe », comme c’est la règle dans la ville de Nanterre –, peut ainsi non seulement contribuer à réduire les charges sociales des ressortissants, mais les assurer de la « mutualité » des droits ainsi acquis. C’est à cette même logique que répondent des limitations tacitement imposées à la demande de logement social, celle-ci conditionnée, par exemple, par une certaine ancienneté de résidence ou par le fait de travailler dans la commune, soit en faisant valoir l’existence d’un « lien avec la commune ». Par des raccourcis de procédure, les logiques de guichet et l’arbitraire de décisions accueillantes aux pratiques dérogatoires, la gestion de proximité du peuplement communal, sous couvert de la mutualité des engagements, peut ainsi faire le lit d’une hospitalité clientéliste.

18Les municipalités peuvent également discuter la frontière entre leur domaine de compétence et celui de l’État dans l’accueil de la solidarité nationale, en arguant de la non appartenance de populations déclarées sans feu ni lieu. Les personnes sans domicile fixe, réputées « ni d’ici ni d’ailleurs », comme l’affirme un élu de Nanterre, et plus encore les gens du voyage à qui la loi Besson réserve des aires d’accueil incombant désormais obligatoirement aux communes de plus de 5 000 habitants, sont ainsi volontiers considérés par les municipalités comme des « extra-territoriaux », des « ressortissants de l’État », voire relevant du domaine de l’humanitaire, et font l’objet de stratégies de déclassement résidentiel variées, à commencer par le choix de réserver, par exemple, les aires d’accueil, aux gens du voyage les plus sédentaires et installés de longue date dans la commune, au détriment des caravanes de passage. C’est à une même logique d’extra-territorialisation que répondent les politiques municipales de cantonnement des demandeurs d’asile qui, telles les zones d’attente nationales, hors sol, destinées à déjouer le droit du seuil, espèrent dissocier la présence physique sur le territoire du droit à la demande d’asile. Mais cette fois, en plein accord avec les instances nationales. Ainsi en va-t-il du système irlandais de pension complète dans des structures hôtelières privées accréditées par l’État et dispersées en dehors de la capitale qui en théorie dispense les demandeurs d’asile de tout échange avec les instances locales. Mais là comme à Sangatte, la contradiction de cette prise en charge extra-territorialisée éclate par le frottement avec le territoire municipal, sous le coup de l’action offensive des riverains qui somme l’État de libérer la municipalité d’une population sans droit à être là, sinon sur le territoire national. Si, pour les demandeurs d’asile, c’est l’effet non prévu de la localisation qui fait éclater l’aporie d’une implantation conçue pour être isolée de tout commerce avec le « pays », pour les gens du voyage, la défiance est suffisamment ancrée pour que soit substitué à l’accueil municipal un « service national des aires d’accueil ».

SÉGRÉGATION ET INTÉGRATION DIFFÉRÉE

19Il y a quelques décennies, pensés en « travailleurs », les migrants et surtout leurs descendants sont aujourd’hui pensés en « jeunes des banlieues », toujours à part, ailleurs. Hier leur logement était invisibilisé, intersticiel, ou encore « sauvage », aujourd’hui, il les qualifie, ou plutôt les « résume ».

20Des « colonies » ou « villages nègres », comme on les appelait parfois, et des bidonvilles aux sociétés HLM contrôlées par les instances départementales, municipales et étatiques, l’intégration dans le marché du logement requiert à la fois ruse et complaisance. Face aux enquêtes d’honorabilité et de solvabilité communément pratiquées, les immigrés partent le plus souvent avec un handicap. Lorsqu’en revanche, il s’agit de remplir des programmes pléthoriques boudés par des résidants désormais éligibles au projet pavillonnaire, ceux-ci sont promis au devenir de « quartiers ».

21Ainsi, par un biais ou par un autre, perdure la ségrégation des familles immigrées à qui reviennent, in fine, les mauvaises places, délaissées ou désertées par les résidants mieux pourvus, désireux de rester « entre eux ».

22Le droit universalise l’infériorisation et la sous-estimation des manières d’être de l’autre – communautés, étrangers, populations spécifiques – formant un « fatras de coutumes » que la commune, pour redéfinir le contrat social, va s’efforcer d’ordonner à partir de ses propres composantes.

23Parmi elles, vient en premier lieu la famille, premier atome de sociabilité. La commune, qui agit en cela comme l’État en réduction, va ainsi scruter la qualité familiale des nouveaux venus. Célibataires, ils sont logés en foyer, ces derniers, on l’a vu, éventuellement non comptabilisés comme résidants. Le relogement des familles expulsées des bidonvilles passe, quant à lui, par les cités de transit, sas d’éducation obligatoire à l’habiter, quand toutefois les municipalités, qui n’ont pas réussi à déclasser leurs habitants en « étrangers », n’ont pu réduire leur éligibilité à rester sur leur territoire. Plus tard, la structure familiale sera « attaquée » par un autre bord, les « jeunes », qui constituent un groupe « à intégrer ». Dans les logements HLM de la périphérie montréalaise, ce sont également les femmes isolées qui seront visées par les différents programmes d’accueil et d’insertion des immigrants mis en place par la Ville et le Ministère québécois des Relations avec les Citoyens et de l’Immigration.

24La commune s’identifie également à une communauté de résidence, dont les citoyens peuvent se prévaloir dès lors qu’ils endossent les devoirs et les responsabilités qu’impliquent sa gestion et le maintien des valeurs fondatrices de l’État. C’est en vertu de ce principe – étayé notamment sur le précédent révolutionnaire de la Constitution de 1793 – que s’est forgée la notion de « citoyenneté de résidence » défendue par certaines municipalités pour légitimer le vote des étrangers. Étendue à tous les scrutins, cette citoyenneté de résidence se substituerait à la citoyenneté nationale pour ne reconnaître qu’une communauté transnationale de citoyens légitimés à participer au destin politique du pays dès lors qu’ils y ont élu résidence. Restreinte aux scrutins locaux, cette revendication entend plus modestement résoudre la question du vote des résidants non européens privés de participation politique en dépit d’une installation de plus en plus prolongée.

25Certaines expériences montrent néanmoins que la promotion de cette citoyenneté « de seconde zone », « orpheline » ou « de consolation » fondée sur des associations nationalitaires contribue, parmi d’autres éléments, à la décrédibilisation d’une instance aux pouvoirs politiques par ailleurs limités. Elles illustrent, en outre, le mode de participation de prédilection que les édiles locaux réclament des populations « à intégrer » : l’association comme forme de vie civique, mais plus largement, l’association à la gestion du quartier, de l’habitat, de l’immeuble, comme preuve de participation à la vie locale et comme mode d’acquisition de la citoyenneté. Sur le plan de la participation au pouvoir culturel, les « immigrés », distingués des « étrangers » (cadres, étudiants, tous dotés...) n’obtiendront pas non plus, pour leurs associations déclassées dans le secteur « social », le soutien et la visibilité réservés aux activités « culturelles » à vocation nationale et internationale.

REFUS DE VISIBILITÉ D’UN CÔTÉ, PROCÈS DE VISIBILITÉ DE L’AUTRE

26Maintenus en dette d’hospitalité, les immigrés sont également tenus à la discrétion attendue de l’hôte. De là vient que toute demande adressée aux instances d’aide ou de gestion est considérée comme déplacée, et, s’agissant de demandes spécifiques comme les lieux de culte, traduite en termes de volonté d’affirmation ou de stratégie de « visibilisation ».

27L’histoire des différentes vagues d’immigration montre que la demande de lieux de culte intervient à une période précise, celle du passage de l’immigration de travail à l’immigration familiale, de l’abandon des illusions du maintien de la place « au pays » et de la résolution à l’installation dans le pays d’accueil – la sortie, en somme, du régime d’hospitalité. Cet indice d’intégration se retourne alors, paradoxalement, en son contraire, et se heurte à des pressions adverses, invitations à réduire des prétentions inconsidérées. Invisible, l’islam en chambre est toléré, et si l’on fait droit à sa demande de mosquée, c’est non pas en centre ville, mais dans l’une de ces « infirmeries urbaines de la République », selon l’expression d’Olivier Piron, entre voie ferrée, ZUP et zone d’activités, en marge de quartiers eux-mêmes en marge de la ville.

28Et si à Berlin, la reconnaissance d’une « communauté religieuse islamique », arrachée par voie de justice à la ville, ouvre la possibilité de donner des cours de religion islamique dans les écoles publiques berlinoises, cet accès au droit de cité risque d’être compromis par la modification du statut de la religion dans la cité dont l’enseignement serait obligatoire et davantage contrôlé. De même, la ville de Montréal, jadis ouverte aux demandes de lieux de culte, s’est dotée de moyens réglementaires renforcés pour restreindre leur autorisation, voire bloquer toute nouvelle construction, en invoquant des raisons foncières (rareté des terrains), économiques (exonération fiscale pénalisante), environnementales (qualité médiocre des constructions), et sociales (nuisances liées à un afflux de public, pouvoir attractif sur l’installation de nouveaux immigrés).

29Tous arguments qui convergent vers l’axiome de la neutralité de l’espace public, condition de son inclusivité, que les églises chrétiennes vont dès lors devoir s’appliquer à elles-mêmes. À Berlin, à Montréal comme en France, on voit ainsi se profiler une même ligne de conduite, ou de fuite, qui, pour neutraliser l’intégration religieuse des immigrés, resserre l’encadrement du religieux en général, que ce soit pour l’intégrer davantage ou, au contraire, réduire son emprise. Le droit de cité des immigrés est à ce prix.

REMARQUES DE CONCLUSION

30À la lumière de ce rapide parcours, deux questions, étroitement liées, semblent devoir désormais être posées avec urgence, qui toutes deux font consensus : la démocratie de proximité, comme « sphère de justice », lorsqu’elle légitime la communauté à reconnaître, à choisir ses compagnons et associés ; et la globalisation derrière laquelle se profile, de fait, la question infiniment plus redoutable de l’appartenance aux multiples visages que peut revêtir la globalité.

VALORISATION

Colloques et actes

31Gotman Anne, Decouflé André-Clément (dir.), (2000), Villes et hospitalité. Les politiques et les pratiques de l’accueil des immigrés, Paris, 5-6 mai 1999, Paris, Maison des Sciences de l’Homme – Direction de la Population et des Migrations – PUCA, Série « Document de travail ».

32Gotman Anne, Assier-Andrieu Louis (dir.), (2000), Villes et hospitalité. Légiférer sur les « gens du voyage » : les communes et la République, Perpignan, 15-16 octobre 1999, Paris, Maison des Sciences de l’Homme – PUCA – ICRESS, Série « Document de travail ».

33Gotman Anne, El Ghozi Laurent (dir.), (2001), Villes et hospitalité. La commune et « ses » étrangers, Nanterre, 19-20 octobre 2000, Paris, Maison des Sciences de l’Homme – PUCA, Série « Document de travail ».

34Gotman Anne (dir.), (2001), Villes et hospitalité. La commune et ses minorités, Pessac, 5-6 avril 2001, Paris, Maison des Sciences de l’Homme – PUCA, Série « Document de travail ».

Colloque (organisation)

35L’hospitalité à l’œuvre : desseins et dérives, Paris, Reid Hall, 19 février 2004, MSH-PUCA.

Publications

36Gotman Anne, (2001), « L’hospitalité, élément de reconstruction de l’identité municipale : le cas de la ville de Bertinoro », dans Montandon Alain (dir.), L’hospitalité : signes et rites, Presses Universitaires Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, pp. 51-71.

37Gotman Anne, (2001), Le sens de l’hospitalité. Essai sur les fondements sociaux de l’accueil de l’autre, Paris, PUF.

38Gotman Anne, (2002), « Barrières urbaines, politiques publiques et usages de l’hospitalité », Annales de la recherche urbaine, n° 94, pp. 7-17.

39Gotman Anne, (2003), « L’hospitalité, une place oubliée ? », dans Ségaud M., Brun J., Driant J.-C. (dir.), Dictionnaire de l’Habitat et du Logement, Paris, Armand Colin, pp. 233-238.

40Gotman Anne, (2003), « Héritage et société : une relation troublante », dans Dumont Jean-Noël (dir.), Serres Michel (avec la participation de), Transmettre, Lyon, Le Collège Supérieur, pp. 151-164.

41Gotman Anne, (2003), « Urbanisation, installation du paysage et logiques de la réception », dans Montandon Alain (dir.), Hospitalités archaïques et modernes, Moscou.

42Gotman Anne, Pizzati Caiani A., (2003), Utopologia delle città multiculturali, Milan, Franco Angeli, [traduction de : « L’hospitalité », Communication, n° 65, Le Seuil, 1997].

43Gotman Anne, (2004), « France contemporaine : un bricolage post-moderne », dans Montandon Alain (dir.), Le livre de l’hospitalité, Paris, Bayard, pp. 101-113.

44Gotman Anne, (2004), « Marcel Mauss : une saison sacrée de la vie sociale », dans Montandon Alain (dir.), Le livre de l’hospitalité, Paris, Bayard, pp. 65-79.

45Gotman Anne, (2004), « L’hospitalité façonnée par le droit. La loi Besson sur l’accueil et l’habitat des gens du voyage », dans Gotman A. (dir.), Assier-Andrieu L. (collab.), Villes et Hospitalité. Les municipalités et leurs « étrangers », Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, pp. 199-235.

46Gotman Anne (dir.), Assier-Andrieu Louis (collab.), (2004), Villes et hospitalité. Les municipalités et leurs « étrangers », Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 496 p.

47mailto:gotman@msh-paris.fr
CERLIS (UMR 8070)

CNRS – Université de Paris V
45, rue des Saints-Pères
75270 Paris Cedex 06
Tél. : 01 42 86 33 55

48mailto:fbarbry@univ-montp1.fr (Louis Assier-Andrieu
CEPEL (UMR 5112)
CNRS – Université de Montpellier 1
39, rue de l’Université
34060 Montpellier Cedex 2
Tél. : 04 67 61 54 60

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Elias Norbert, Scotson John L., (1997), Logiques de l’exclusion, Paris, Fayard.

Gotman Anne (dir.), (1997), « L’Hospitalité », Communications, n° 65, Paris, Seuil.

Gotman Anne, Aymard Maurice (dir.), (1997a), Villes et hospitalité : textes du séminaire 1995-1996, Paris, Maison des Sciences de l’Homme – PCA, Série « Document de travail », mars 1997.

Sayad Abdelmalek, (1999), La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré. Paris, Seuil.

Notes

1 Sociologue, directrice de recherche au CNRS-CERLIS.

2 Anthropologue et juriste, chargé de recherche au CNRS.

Auteurs

Responsables scientifiques

Responsables scientifiques

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540