Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

I. Formes urbaines, cultures et modes de vie

Les relations entre les migrations résidentielles internes et les dynamiques de développement des territoires dans les villes et les régions françaises aujourd’hui*1

Sophie Gonnard

Texte intégral

  • * Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.
  • 1 Thèse de doctorat sous la direction de Laurent DAVEZIES.
  • 2 Doctorante en aménagement de l’espace et urbanisme.

1Note portant sur l’auteur2

CONTEXTE

2La population est une variable régulièrement utilisée afin de caractériser le dynamisme des territoires. Il s’agit même d’un indicateur privilégié car il est considéré comme un indicateur synthétique. « De toutes les variables qui caractérisent une région, la population est une des plus robustes, des mieux connues et aussi des plus structurantes pour l’ensemble des activités et évolutions régionales » [Commissariat Général du Plan, 1984].

3Traditionnellement, on associe aux territoires les plus développés les dynamiques démographiques les plus fortes et les soldes migratoires les plus élevés. On considère que la population migre des territoires les moins développés pour se diriger vers les pôles de croissance de l’emploi industriel et tertiaire [Puig, 1981]. Cette représentation repose sur les modèles migratoires développés en économie régionale et urbaine. Elle permettait assez bien d’expliquer les flux migratoires dans les années cinquante-soixante des zones rurales vers les grandes villes et les régions les plus développées. Ces dernières avaient besoin de main d’œuvre et elles offraient des salaires plus élevés.

4Aujourd’hui, cette association entre croissance démographique et croissance économique dans les villes et les régions françaises n’apparaît plus de mise. Depuis le milieu des années soixante-dix, les actifs sont plus nombreux à quitter la région Île-de-France qu’à s’y installer alors que la région demeure la plus productive de France (la région concentrait en 1999 plus de 28 % du Produit Intérieur Brut français alors qu’elle ne représente que 19 % de la population française). Au contraire, la région Languedoc-Roussillon qui a un des taux de chômage les plus élevés et qui est une des moins riches est la région la plus attractive de France.

5Ces résultats laissent penser que la population ne s’oriente plus vers les territoires les plus développés et que les modèles migratoires en économie régionale et urbaine ne sont plus valides. Ainsi, Aydalot écrivait « il paraît clair que nous n’avons plus de théorie explicative des migrations » [Aydalot, 1985, p. 207].

OBJET ET PROBLÉMATIQUE

6Dans le cadre de cette thèse, il s’agit d’interroger cette représentation traditionnelle du lien entre les migrations résidentielles en France et les dynamiques de développement dans les villes et les régions françaises. Elle renvoie à un contexte particulier où les mêmes territoires concentraient tous les avantages : il y avait coïncidence entre les régions riches, les régions en croissance et les régions à faible chômage. Aujourd’hui, cette grille de lecture s’avère inadaptée pour comprendre comment se redistribue la population par rapport aux dynamiques de développement des territoires.

7D’une part, la notion de développement des territoires doit être définie plus précisément car ce ne sont plus nécessairement les territoires qui créent le plus de valeur ajoutée qui créent le plus d’emplois. Si on constate une concentration de la croissance économique dans les grandes métropoles, les villes moyennes et les zones rurales ont connu entre 1990 et 1999 une croissance de leur emploi supérieure à la moyenne nationale [Davezies, 2003]. Il s’agit donc de voir comment se positionnent les migrations résidentielles dans ce contexte de dissociation entre la géographie de la valeur ajoutée et la géographie de l’emploi.

8D’autre part, les migrants jouent eux-mêmes un rôle sur l’économie des territoires qui les accueillent. Pendant longtemps, on a lu la relation entre les dynamiques démographiques et les dynamiques économiques des territoires dans un seul sens en considérant que c’étaient les conditions économiques des territoires qui influençaient les migrations. Les migrants ne viennent pas uniquement avec leur capacité de travail mais aussi avec leur pouvoir d’achat. Ils alimentent ainsi la demande locale et participent au développement des emplois dans le secteur des services aux ménages. Cette lecture à double sens de la relation entre les migrations résidentielles et les dynamiques de développement permet en outre d’intégrer dans l’analyse d’autres populations que les actifs. Les retraités par exemple ne s’installent pas dans un territoire pour ses avantages en termes de salaire ou d’emploi mais davantage par rapport à son cadre de vie.

MÉTHODOLOGIE ET RÉSULTATS

9Afin de questionner cette représentation traditionnelle, les migrations résidentielles internes en France de la période récente sont décomposées selon les différentes catégories de population pour comprendre comment chacune de ces catégories se répartit sur le territoire français. Le solde migratoire de chaque région est le résultat de multiples échanges qui répondent à des logiques de localisation différentes. Ce travail porte à la fois sur les migrations des actifs et celles des inactifs à partir des données du recensement général de la population de 1999 principalement. Les études ne portent généralement que sur les migrations des actifs. Or aujourd’hui, les actifs ne représentent plus que 62 % des hommes de 15 ans et plus contre 78 % en 1962.

10Les actifs représentent la catégorie de population qui est la plus censée se localiser en fonction des facteurs liés aux marchés du travail, le salaire et l’emploi principalement. Le travail consiste à regarder d’une part à un niveau agrégé comment se redistribuent les différents types d’actifs par rapport à la répartition géographique des opportunités économiques. D’autre part, il s’agit d’analyser à un niveau microéconomique la relation entre les migrations des actifs et leur salaire. Aujourd’hui, les différences de salaires entre les régions françaises tiennent surtout à des différences de qualifications et de secteurs d’activité [INSEE, 1997]. L’objectif de l’analyse est de savoir si, à un niveau individuel, les actifs qui migrent voient leur salaire augmenter ou non.

11Les retraités migrent davantage en fonction de facteurs extra-économiques liés au cadre de vie et à la famille. Leurs migrations conduisent non seulement à une redistribution géographique de la population mais elles entraînent aussi une redistribution géographique de revenu. Elles permettent à des territoires qui perdent des actifs de bénéficier de solde migratoire positif. Ainsi, l’excédent migratoire des régions Auvergne et Bourgogne provient en grande partie des migrations des retraités.

12Ces arrivées de retraités permettent de maintenir le revenu régional au même niveau. En effet, les ménages de retraités disposent aujourd’hui en moyenne d’un niveau de vie qui est proche de celui des actifs. Le système de retraite par répartition leur permet de percevoir une pension de retraite quelle que soit leur région de résidence. Les retraités sont une des seules catégories de population qui migre avec leur revenu.

13Les migrations de retraités induisent ainsi un transfert de revenu entre les territoires. Ce revenu supplémentaire permet d’alimenter la demande locale et il génère des emplois. Les départs importants des retraités franciliens pénalisent ainsi fortement l’Île-de-France car ils représentent une perte de revenu pour la région. Les retraités franciliens représentent 44 % des retraités qui ont migré en France métropolitaine entre 1990 et 1999. Ces migrations profitent à des régions moins productives comme le Languedoc-Roussillon ou les régions de l’ouest de la France. Plus particulièrement ce sont les territoires à fortes aménités naturelles qui bénéficient de ces migrations comme les zones littorales ou la Savoie.

VALORISATION

14Gonnard S., (2004), « La ressource territoriale : un avantage résidentiel porteur de développement des territoires. Le cas des migrations des retraités », Colloque La notion de ressource territoriale du CERMOSEM, Mirabel, 14-15 octobre 2004.

15mailto:gonnard@univ-paris12.fr
mailto:gonnard@yahoo.fr
Centre de recherche sur l’espace, les transports,

l’environnement et les institutions locales (CRETEIL)
Institut d’Urbanisme de Paris – Université Paris XII
80, avenue du Général de Gaulle
94010 Créteil Cedex
Tél. : 01 45 17 71 50
Site Internet : http://www.univ-paris12.fr/​~creteil

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Aydalot P., (1985), Économie régionale et urbaine, Paris, Economica, 487 p.

Commissariat Général du Plan, (1984), Disparités spatiales. Préparation du IXe Plan 1984-1988, Paris, La Documentation Française, 167 p.

Davezies L., (2003), « Le développement territorial : une France à plusieurs vitesses ou le lièvre et la tortue ? », Inter-Régions, n° 249.

INSEE, (1997), « Les salaires régionaux et départementaux en 1995 », Insee Première, n° 556.

Puig J.-P., (1981), « La migration régionale de la population active », Annales de l’Insee, n° 44, pp. 41-78.

Notes

1 Thèse de doctorat sous la direction de Laurent DAVEZIES.

2 Doctorante en aménagement de l’espace et urbanisme.

Notes de fin

* Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.

Auteur

Allocataire de recherche

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540