Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

I. Formes urbaines, cultures et modes de vie

L’usage du téléphone portable par les migrants en situation précaire1

Dana Diminescu

Texte intégral

  • 1 Recherche menée dans le cadre du programme NTIC, modes de vie, espaces et temporalités de la vie u (...)
  • 2 Sociologue, chargée de recherche à l’ENST, dirige le Groupe d’Études sur l’Usage des Technologies (...)

1Note portant sur l’auteur2

ÉVOLUTIONS DE LA MIGRATION

2Tous les observateurs des déplacements de population du xxe siècle indiquent un changement considérable dans l’évolution des migrations internationales.

3Les premières réflexions attribuent ce changement à la crise de la tradition industrielle qui a débuté au milieu des années soixante-dix et à la vocation des migrants à suivre le monde et à s’adapter à la « modernité avancée ». Elle est vue comme le symptôme d’un scepticisme grandissant à l’égard des politiques officielles gérant les flux migratoires post-fordistes, et d’une prolifération de solutions d’intégration et des parcours migratoires individuels et non-institutionnalisés. Corrélativement, elle témoigne de la capacité accrue des populations en mouvement à mettre en scène leurs propres projets et à relativiser le rôle régulateur, de plus en plus ambigu, d’un « État inerte ».

4Mais le courant majoritaire des analystes, qui parle d’un « changement radical » dans l’histoire des migrations, se concentre surtout sur la mondialisation des flux migratoires. D’une part il est invoqué un changement d’échelle (masse de population et fréquences des déplacements, diversité sociale, densité des échanges et prolifération des réseaux migrants) dans les mouvements de peuples, d’autre part est mis en avant l’impact des nouvelles technologies d’information et de communication (TIC) dans le monde global (inclusif dans les sociétés de migrants).

5Les années quatre-vingt-dix, donc, voient avec la mondialisation le concept de migration évoluer, alors que les phénomènes de mobilité et de communication se complexifient.

TÉLÉPHONE PORTABLE ET MIGRATION

6On s’est proposé d’ethnographier l’usage du téléphone portable par les migrants d’origine différente, vivant dans un environnement précaire, d’appréhender leurs modes d’acquisition de l’équipement mobile et les manières dont celui-ci s’insère dans ce milieu, ainsi que d’en analyser les effets sur les pratiques migratoires. Nous sommes arrivés à un premier décryptage de la problématique issue de l’articulation entre les pratiques de mobilité des migrants et les usages des technologies de l’information et de la communication (TIC).

7Dans un contexte dans lequel les spécialistes des TIC s’intéressent peu aux trajectoires des précaires et ceux qui s’intéressent aux migrants n’appréhendent en général la modernité que comme une cause supplémentaire de déracinement, partant de cette première lecture sur l’impact des TIC dans le monde migrant, nous espérons, dans une perspective de long terme, construire un nouvel objet de recherche dans le champ des études sur les migrations.

L’OUTIL INDISPENSABLE DU LIEN

8Dans un premier temps cette recherche nous a permis de saisir la gestion interactive susceptible de relancer le débat sur l’intégration/l’exclusion des migrants, et plus largement d’explorer la spécificité du médium communicationnel dans la maintenance des liens entre les migrants (d’origine différente), leur famille, et la société d’accueil. Malgré les prospectives qui avaient fondé sur les télétechnologies l’espoir d’une réduction des déplacements, en réalité, celle-ci ont permis une amélioration de la qualité et de la rapidité des services rendus, mais pas du tout – sauf rares exceptions – une réduction des déplacements. Cette observation prend une valeur significative quand il s’agit d’un milieu migrant et d’un contexte politique généralement défavorable à l’immigration.

9Le contexte actuel de politique migratoire européenne a favorisé la promotion de migrants « en situation irrégulière » en marge de l’État de droit et de l’État social. Condamnés par les lois anti-immigration, ces migrants (dont la présence n’a cessé d’augmenter) ne pouvant fournir aucun justificatif d’appartenance à une entreprise ni même à un espace local de résidence, se sont montrés particulièrement habiles à l’usage du téléphone portable mais aussi de l’Internet. Qu’il s’agisse d’immigrés sans papiers, en difficulté depuis longtemps en Occident, ou de migrants clandestins et pendulaires venus récemment de l’Est européen ou encore, de commerçants « à la valise » opérant dans les bazars plus ou moins informels d’une Europe sans frontière, l’équipement mobile s’est avéré indispensable pour ces gens dans les pays de destination (un outil indispensable pour trouver du travail) ainsi que pour le maintien du lien familial à distance. Ces migrants, qu’ils soient Philippins, Chinois ou Mexicains, Roumains ou Africains, souvent à l’origine de l’implantation du téléphone portable chez eux, sont devenus également les porteurs anonymes du développement local, dans les aires les plus dépourvues de moyens de communication.

OUTIL STRATÉGIQUE DE MOBILISATION

10Dans le creuset des mouvements de sans-papiers, la dimension stratégique du téléphone portable a commencé à fonctionner en France une fois que le syndicat Sud-PTT a apporté son aide et doté les délégués du mouvement de sans-papiers d’un téléphone portable, à la place des talkie-walkies utilisés dans la coordination traditionnelle des manifestations de rue. Au-delà de l’aspect organisationnel, cet instrument est devenu le médium par lequel plusieurs négociations avec les pouvoirs publics ont eu lieu, et par lequel le contact avec la presse est demeuré ouvert.

11Depuis, l’usage du téléphone portable s’est généralisé parmi les sans-papiers. En effet, même si leur coordination nationale, dépourvue d’un local, répond toujours à un numéro de mobile et que l’organisation des manifestations se fait en activant les réseaux des cellulaires des délégués des sans-papiers, l’usage de l’équipement mobile est devenu une pratique courante chez les migrants, le numéro de portable faisant office d’adresse anonyme. À la différence des pratiques spécifiques du début du mouvement des sans-papiers, lorsque les rares machines étaient connectées à l’espace public et concentrées entre les mains des porte-parole et des délégués qui instrumentalisaient leur lutte à la lumière des caméras, l’usage massif du téléphone portable à caractère individuel a réorienté le champ communicationnel vers l’espace domestique et le marché du travail. Cela a favorisé la clandestinité, prolongée sous forme de comportements migratoires différents et discrets, dans une logique d’accommodation à la société d’accueil et d’intégration par le bas.

LOCALISATION PRÉCAIRE ET COMMUNICATIONS COMMUNAUTAIRES

12C’est suite au flux de population arrivé après 1989 de l’Est, et notamment de Roumanie, que l’on assiste dans les années quatre-vingt-dix, dans toute l’Europe, à un retour des squats, des bidonvilles, des caravanes, et plus généralement à un réinvestissement du logement insalubre souvent loué clandestinement. Cette situation, générée par la crise de la politique migratoire des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix n’est pas pour autant une redite du moment des bidonvilles de Nanterre dans les années soixante.

13Maison abandonnée, foyer de jour, logement collectif loué clandestinement, hôtel « une demi-étoile », église, centre de rétention, carcasse de vieille voiture, hutte rudimentaire, tous ces espaces dépourvus d’un équipement de communication fixe ont cessé d’être des espaces isolés, des no man’s land communicationnels, au moment de l’arrivée du téléphone mobile dans le monde migrant. Son détachement par rapport à une prise de branchement et l’avantage de capter et d’émettre n’importe où sur le territoire sont devenus de précieux atouts pour un monde itinérant, pénalisé par une localisation précaire et une invisibilité institutionnelle.

14Pourtant, l’introduction, la propagation en masse et, implicitement, l’usage individuel du téléphone portable, sont restés longtemps assez timides. Considéré comme un outil cher et susceptible de laisser des traces de leur présence irrégulière, il ne s’est introduit que lentement dans la vie quotidienne et privée des migrants, à la différence du téléphone mobile à fonction communautaire, qui lui, a eu une belle carrière. À la fin des années quatre-vingt-dix, chaque squat s’est en effet doté d’un cellulaire. Il fonctionnait comme un téléphone dans un régime semi-public : chaque habitant pouvait être appelé de l’extérieur, et la boîte vocale était devenue la boîte postale de tout le squat.

RUSES MIGRANTES

15Soumis à l’impératif de parler beaucoup et fréquemment à la famille restée à la maison tout en étant contraints par les coûts élevés des communications internationales, les migrants « chassaient » toute situation avantageuse dans les systèmes communicationnels, fixes ou mobiles.

16Promotions, passage aux messages écrits, et in extremis exploitation des failles dans le réseau, sont recherchés avec zèle pour satisfaire la compulsion de la proximité et sont à l’origine de la production d’une co-existence au moins intermittente, utile et nécessaire à la maintenance des relations familiales et communautaires. Les migrants d’en bas ont bénéficié des innovations techniques de la communication et ont su les manipuler au même titre que les citoyens de plein droit des pays développés.

17Ainsi, adoptant la plupart des pratiques « spatio-temporelles » et de communication contemporaines, les migrants ont développé des tactiques d’intégration dans les sociétés d’accueil et de combat pour la survie communautaire sur une autre base.

LE CAS DES ROUMAINS D’OAS

18Dans le cadre de notre recherche nous avons mené en outre une enquête approfondie sur l’usage du téléphone portable par les migrants roumains d’Oas, une région rurale du nord de la Roumanie. Nous avons pu montrer comment cette population connue en France pour la diffusion des journaux de rue (Le Réverbère, L’Itinérant, Le Sans Abris) s’est appropriée et a su adapter les supports portables de la communication a son besoin. Les femmes d’Oas ont été les premières à expérimenter le passage de l’espace public (la vente de journaux) à l’espace domestique en utilisant le support d’un équipement mobile. Grâce au téléphone portable elles quittent les rues pour travailler dans les maisons. « La permanence », devant les supermarchés ou devant La Poste, là où elles vendaient habituellement les journaux, a été remplacée par une délégation de présence à la boîte vocale d’un cellulaire. Le répondeur, ce secrétariat du pauvre, conduit les usagers à rationaliser leurs contacts et à se comporter comme des « pros » de la communication, indépendamment de leur statut de sans papiers. Désormais, le recrutement pour un travail domestique se fait par téléphone mobile, offert dans la majorité des cas par « leur Français ».

19La rationalisation des pratiques du téléphone portable se dessine clairement à travers quelques règles de base dans l’usage et la manipulation par le groupe de migrants roumains : 1 – l’utiliser comme adresse (répondeur inclus) ; 2 – chercher à tout moment à exploiter les failles dans le fonctionnement des opérateurs pour parler le plus longtemps possible pour le moins cher possible ; 3 – équiper d’un téléphone portable les membres de la famille restés au pays également ; 4 – décoder le téléphone pour qu’il fonctionne aussi bien en France que dans leur pays, quel que soit l’opérateur.

CONCLUSION

20Le téléphone mobile a apporté un assouplissement incontestable des contraintes spécifiques rencontrées par une population migrante sans papiers et souvent sans domicile fixe. Son accès généralisé est devenu particulièrement significatif. Dans les sociétés d’accueil, ce support technique a généré l’apparition de différents mécanismes d’intégration sociale spontanés, multiples et individuels qui ont suppléé d’une manière informelle au dispositif de l’intégration institutionnelle.

21D’autre part, grâce aux systèmes mobiles, ces personnes qui se trouvent loin de leur famille ont non seulement réussi à rester en contact périodiquement avec leur environnement d’origine, mais aussi ont pu contribuer aux décisions et participer à distance aux événements familiaux.

22Les questions d’intégration – qui préoccupent aussi bien les autorités que le monde académique – devront être reconsidérées dans le contexte spécifique de cette réalité : s’assimiler à un monde parallèle, résister, s’adapter et finalement réussir là où les politiques migratoires ne leur faisaient pas de place. Hier : immigrer et couper les racines ; aujourd’hui : circuler et garder le contact. Cette évolution semble marquer un nouvel âge dans l’histoire des migrations.

VALORISATION

  • Crée en février 2003 à la MSH le Groupe d’Étude sur l’Usage des TIC dans les migrations. Ce réseau est devenu un centre permanent de recherche à la MSH de Paris, dont l’objectif scientifique est d’observer, de conserver des données, de mener des recherches et d’organiser des séminaires sur l’impact des TIC dans le champ des migrations.
  • Coordonne à la MSH le séminaire TIC/Migrations.
  • Partenariat avec l’INA (archivage du web, sujet migratoire).
  • Participation au projet Bibliomail.

Colloques et journée d’études

23Méthodologie spécifique au terrain virtuel, Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 5 décembre 2003.

24La sortie du net : Autour du projet livre Bibliomail, Bibliothèque de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 30 mars 2004.

25Pour un observatoire de l’usage des TICs dans les migrations, INA, 5 avril 2004.

Dossiers coordonnés dans des revues scientifiques

26Dossier : « migrations.com », Hommes et migrations, n° 1240/ nov-déc 2002.

27Dossier : « Migrations et TICs : questions d’archivage », Migrance, n° 25-26, novembre 2004.

Articles

28Diminescu Dana, (2002), « Les migrations à l’âge de nouvelles technologies », Hommes et Migrations, n° 1240, pp. 6-9.

29Diminescu Dana, (2002), « L’usage du téléphone portable par les migrants en situation précaire », Hommes et Migrations, n° 1240, pp. 66-81.

30Diminescu Dana, (2003), « Le mobile des migrants roumains », Sciences Humaines, numéro spécial, n° 2, pp. 60-62.

31Diminescu Dana, (2004), « La traçabilité migratoire », Après demain.

32Diminescu Dana, (2004), « Mobilités et liens : l’impact des TIC dans le monde migrant », Revue française des affaires sociales.

33Diminescu Dana, (2004), « Le migrant dans un système global des mobilités », dans Allemand S., Ascher F. (dir.), Actes du colloque « Le sens du mouvement », Cerisy.

Communications

34Diminescu Dana, (2003), « Les diasporas et le net, ou l’identité dans un monde en réseau », Université d’été de la communication, Hourtin.

35Diminescu Dana, (2003), « Les territoires numériques : usages des TICs dans la diaspora », 4èmes Rencontres de St-Laurent-de-Neste Modèles émergents de territoires numériques.

36Diminescu Dana, (2003), « Mobilités et TIC » dans le cadre du séminaire Les NTIC à l’épreuve des espaces de déploiement de leurs usages, LAMES, MMSH Aix-en-Provence.

37Diminescu Dana, (2004), « La traçabilité migratoire », Séminaire Pour un observatoire de l’usage des TICs dans les migrations, INA.

38mailto:dana@msh-paris.fr
Maison des Sciences de l’Homme

54, boulevard Raspail
75006 Paris
Tél. : 01 49 54 26 09

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Calogirou Claire, André Nathalie, (1997), « Les usages sociaux du téléphone dans les famille d’origine immigrés », Réseaux, n° 82-83, pp. 169-187.

Cissé Madjiguène, (1998), Parole de sans-papiers, Paris, Éditions La Dispute.

Diminescu Dana, (2001), « L’installation dans la mobilité : les savoirs-faire migratoires des Roumains », Migrations Société, vol. 13, n° 74, pp. 107-117.

Diminescu Dana, (2001), « Le système D contre les frontières informatiques », Hommes et Migrations, n° 1230, pp. 28-34.

Gournay Chantal (DE), (1994), « En attendant les nomades. Téléphonie mobile et modes de vie », Réseaux, n° 65.

Name diffusion, « Je suis une sans-papiers : Madjiguène Cissé, porte-parole des sans-papiers de Saint-Bernard », Politique la Revue, Synestésie, n°6 [http://www.synesthesie.com].

Pasquier Dominique, (2001), « La famille, c’est un manque. Enquêtes sur les nouveaux usages de la téléphonie dans les familles immigrées », Réseaux, n° 107, septembre, pp. 183-207.

Péraldi Michel, (2001), Cabas et containers, Paris, Maisonneuve & Larose.

Portes Alejandro (Ed.), (1995), The economic sociology of immigration, RSF, New York, pp. 128-165.

Tarrius Alain, Missaoui Lamia, (1994), « Entre sédentarité et nomadisme. Le savoir-communiquer des migrants », Réseaux, n° 65, pp. 59-71.

Notes

1 Recherche menée dans le cadre du programme NTIC, modes de vie, espaces et temporalités de la vie urbaine.

2 Sociologue, chargée de recherche à l’ENST, dirige le Groupe d’Études sur l’Usage des Technologies de l’Information et de la Communication dans les Migrations (MSH – Paris).

Auteur

Responsable scientifique

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540