Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

I. Formes urbaines, cultures et modes de vie

Ville et tourisme. Visite, événementiel et urbanité1

Georges Cazes et Jean-Didier Urbain

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Note portant sur l’auteur2

Texte intégral

  • 1 Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.

1Cette étude s’inscrit dans le cadre d’une recherche conduite collectivement sur un front pluridisciplinaire (sociologues et anthropologues, géographes et aménageurs, économistes, etc.) sous la double responsabilité de Jean-Didier Urbain et Georges Cazes.

2Deux pistes de recherche pour aborder cette nouvelle et délicate problématique ont été développées. D’une part, l’analyse critique de documents publicitaires urbains sous la direction de Georges Cazes. D’autre part, une approche sémiologique de la ville comme parcours et comme discours sous la direction de Jean-Didier Urbain.

LA MISE EN TOURISME DES VILLES. ANALYSE DU DISCOURS PUBLICITAIRE DANS LES PRINCIPALES VILLES FRANÇAISES

3La mise en tourisme de l’espace urbain comme cadre potentiel de séjours prolongés, ne peut se limiter à la seule valorisation de ses patrimoines habituels, permanents ou non, que sont son paysage et son histoire, son urbanisme, son architecture et ses monuments, ses musées, son artisanat, ses animations coutumières (marchés, places, jardins ou transports en commun) ou ses grands événements (festivals, foires, salons, carnavals ou congrès). Même si elles y contribuent en suscitant des « pèlerinages » religieux ou culturels ou des rassemblements, ces attractions, aussi nombreuses soient-elles, restent pour le visiteur de l’ordre de la consommation ponctuelle ou de passage et ne peuvent suffire à développer une pratique touristique de la cité inscrite dans la durée : celle du long séjour. C’est ainsi que le touriste des villes est le plus souvent un visiteur fugace et infidèle.

4La mise en exergue de ces patrimoines en publicité, puis en situation sous de multiples formes – guides, cartes, annonces... – a un effet second, négatif, sur la représentation et la consommation touristiques de la ville. Par un excès de codification, cette valorisation « classique » tend en effet à figer la ville dans son contenu. À enclore son intérêt dans un capital de curiosités et de manifestations qui, quant à son exploration par le touriste, peuvent la réduire à un « produit fini » en forme de répertoire mêlant décors, spectacles et trajets arrêtés par des règles fixes de décodage : de déplacement et d’observation, saturant sa découverte.

5Cette codification publicitaire de la ville focalise, prédétermine son emploi touristique et du point de vue du touriste borne sa découverte et son vécu. Cette publicité oriente, ferme la ville, uniformisant sa perception en la codant trop. Elle la programme, la décline en une panoplie d’itinéraires ne laissant guère de place au final à la « dérive » : à l’errance, au hasard, à l’aléa, à l’improvisation, au détour, à l’égarement ou à la pause, aux possibles, à des vécus alternatifs, mais aussi au temps.

6L’image promotionnelle tend à convertir la découverte en une série de reconnaissances : une activité touristique spéculaire inscrite dans un système préétabli de points et de lignes : une carte, un plan d’exploration, qui se traduit in situ par une circulation rapide, voire accélérée, jalonnée d’étapes convenues, de vues annoncées et de lieux listés : objets, situations et faits attendus reliés par des passages conseillés. Résultat ? « À trop vouloir en faire, écrit Pierre Sansot, le touriste culturel ne retient pas grand chose ». Pourquoi ? Parce qu’il est incité par ce codage à une consommation sans perte de temps structurée par un programme de visite efficace qui lui assure de « ne pas passer à côté de l’essentiel ».

7Avec le surcodage, en ce qu’il fait écho à la publicité, opérationnalisant la rhétorique de l’essentiel, aussi grande et riche soit-elle, trop signalisée, trop balisée, anticipée et circonscrite par un modèle de représentation et un mode d’emploi la ville devient une sorte de « magasin pittoresque » : un miroir ou une vitrine de symboles, de sites, de lieux ou d’événements à consommer prescriptivement. Ainsi fonctionnalisée, la ville s’appauvrit en se simplifiant.

8Ceci ne dispense en aucune manière de prendre en considération cette autre dimension touristique de l’espace urbain : esthétique, au sens étymologique de « sentir ».

CODAGES ET DÉCODAGES DE LA VILLE TOURISTIQUE. APPROCHE SÉMIOLOGIQUE DE LA VILLE COMME PARCOURS ET COMME DISCOURS

9Entre la permanence plus ou moins éparse (et fréquentée) de son capital matériel et la discontinuité temporelle de son capital événementiel, entre l’archive et la fête, pourrait-on dire, la ville existe aussi dans une autre dimension et convie à une pratique touristique différente de l’espace urbain. Plus intégrée, plus interactive, à l’écart des grands rites exploratoires, ce qui la suscite est la découverte d’un autre capital : une ambiance, un quotidien, une réalité du détail, la vie citadine ordinaire, ses rythmes et ses méandres, qui participe non moins de son identité ou de sa singularité culturelle. On s’enfonce et on s’y mêle dans cette ville.

10Il s’agit donc, en plus du matériel et de l’événementiel, d’un troisième patrimoine : le patrimoine sensoriel de la ville – proxémique, olfactif, micro-topographique, voire tactile, non panoramique et interne, qui relève du quotidien – un patrimoine peu ou non exploité et qui pourtant attire ou pourrait attirer le visiteur en tant qu’il propose des expériences d’exploration, de parcours, de sociabilité, de modes de vie différents.

11Ce troisième patrimoine, propice à l’exercice du tourisme diffus, mêlé à la vie urbaine, qui renvoie à la ville vécue comme mystère, comme énigme à déchiffrer et modèle socio-culturel à investir et à partager, est le limon d’une autre attractivité.

12La stratégie exploratoire de la génération alternative de touristes « des profondeurs » est, pour filer le parallèle mythologique, celle de Thésée, voyageur qui s’aventure dans le labyrinthe et triomphe de ses pièges grâce au fil d’Ariane. Mais quel fil d’Ariane alors ? Quel guide pour ce touriste, qui s’aventure sur ce mode dans la « jungle » de la ville, en marge de ses points culminants et à l’écart de ses circuits conseillés ?

VALORISATION

13Urbain Jean-Didier (2005), « Le tourisme et la ville. Vers la conquête de nouveaux patrimoines ? », Colloque Villes et urbanités (dir. Patrick Baudry), Université Michel-de-Montaigne/Bordeaux-III et Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, Bordeaux, mars 2003.

14Urbain Jean-Didier (2004), « La mise en désir touristique de la ville : nouveaux discours, nouveaux parcours », Séminaire de Michèle de la Pradelle, MSH/EHESS, Paris, janvier 2004.

15Georges Cazes
(à la retraite, s’adresser à
Françoise POTIER : potier@inrets.fr)
INRETS
2, avenue Malleret Joinville
94114 Arcueil
Tél. : 01 47 40 72 56

16jean-didier.urbain@wanadoo.fr
37, rue Claude Bernard
75005 Paris
Tél. : 01 43 36 21 89

Notes

1 Professeur de géographie émérite, Université de Paris I.

2 Spécialiste des sciences du langage, professeur de sémiologie de la culture et d’anthropologie sociale à l’Université de Versailles/Saint-Quentin-en-Yvelines.

Notes de fin

1 Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540