Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

I. Formes urbaines, cultures et modes de vie

Marseille au filtre d’un quartier : la plaine. Étude sociolinguistique d’un quartier dans sa ville

Louis-Jean Calvet

Texte intégral

  • 1 Professeur de linguistique à l’Université de Provence.

1Note portant sur l’auteur1

2Afin de mieux comprendre les dynamiques socio-langagières à l’œuvre à Marseille, l’équipe de recherche s’est donnée pour objectif d’analyser la ville au filtre d’un quartier, La Plaine.

3Le choix de ce quartier n’est pas dû au hasard : situé non loin du centre-ville, il est traversé par différentes populations et par divers réseaux sociaux au fil de la journée. Il comprend aussi de nombreuses associations, des bars et des cafés, des salles de spectacle, des commerces, ainsi qu’un grand marché qui attire à lui des Marseillais venus de toute la ville.

4Au moment de l’enquête, le quartier était sur le point d’être modifié par plusieurs décisions de la mairie, des modifications de l’espace urbain qui ont bien sûr suscité de nombreux discours que nous avons recueillis auprès de ses usagers.

5Après avoir replacé le quartier dans son contexte historique, géographique et social, nous avons articulé plusieurs études toutes appuyées sur des enquêtes de terrain mêlant observation, observation participante, entretiens, questionnaires, enregistrements, relevés de données sur l’environnement graphique (enseignes, affiches, tracts, tags...), etc.

IMAGES, REPRÉSENTATIONS ET TOPONYMES DU QUARTIER

6Le premier et principal volet de l’étude s’est attaché à étudier l’image du quartier et de ses représentations.

7En fait, en nous appuyant sur des travaux de sociologie, de géographie et de sociolinguistique urbaines [Calvet, 1994 ; Bulot, 1999 ; Bulot, Tsekos, 1999], nous avons interrogé la notion de quartier car La Plaine n’est pas un quartier officiel au point de vue administratif. C’est donc à partir des différentes verbalisations des représentations des usagers du quartier que nous avons pu reconstituer l’existence d’un territoire à géométrie variable constitué de plusieurs sous-territoires, selon l’activité des individus ou des réseaux sociaux.

8La Plaine possède aussi différents toponymes ; officiellement construit autour de la « place Jean-Jaurès », le quartier s’appelle traditionnellement « la Plaine » pour l’ensemble des Marseillais même si ce toponyme n’englobe pas le même espace pour tous : limité à la place pour certains, il comprend un vaste ensemble de rues pour les uns et il inclut deux « quartiers » avoisinants pour d’autres (Notre-Dame du Mont et le Cours Julien).

9L’étude des images du quartier en diachronie et en synchronie nous a permis de voir à quel point celui-ci était au centre de tensions identitaires, entre ceux qui le perçoivent comme un « quartier-village » et d’autres, au contraire, comme un quartier « alternatif », entre ceux qui le voient en développement et d’autres qui le voient en déclin, etc.

ÉTUDE SOCIOLINGUISTIQUE DU MARCHÉ

10Le deuxième chapitre constitue une étude sociolinguistique du grand marché qui se tient trois fois par semaine sur la place Jean-Jaurès.

11Nous avons étudié les interactions entre marchands et clients, les cris des vendeurs, la façon de nommer la monnaie (en anciens et en nouveaux francs, en « francs » ou en « balles », etc.), la présence des langues à différents degrés, l’occurrence des accents de la ville et les représentations sociales du marché, perçu tantôt comme un lieu mal famé et tantôt comme un espace de sociabilité prisé de certaines catégories de Marseillais.

12Ce marché favorise l’image du quartier comme celui d’un espace où les langues de Marseille se donnent à entendre.

LE RÉSEAU OCCITAN

13Dans le troisième chapitre, Ursula Nagy rend compte de son enquête au sein du réseau occitan de la Plaine.

14En effet, le quartier est le centre de convergence de plusieurs associations impliquées dans la défense et la promotion des langues minoritaires en général et de l’occitan en particulier. À partir d’une vingtaine d’entretiens et d’une expérience d’observation participante, U. Nagy analyse les différents discours des acteurs, leurs motivations, leurs parcours, les dimensions politiques de leurs engagements, leurs revendications, mais aussi leur inscription dans le quartier et dans ses réseaux sociaux, puisque ces militants ou sympathisants sont généralement membres d’autres associations relatives au quartier.

15Il s’avère que ce mouvement occitan est particulièrement ancré dans le quartier, notamment depuis l’installation d’une association dans des locaux bien visibles depuis la rue, ce qui a permis une certaine institutionnalisation de l’occitan au sein de l’espace urbain. De plus, de nombreux groupes qui chantent en occitan se produisent régulièrement dans les salles du quartier.

16Toutefois, cette inscription d’une langue dans un milieu urbain spécifique ne va pas sans problème. En effet, si le glossonyme occitan est majoritairement employé par les militants et les sympathisants du quartier, il demeure encore très minoritaire à Marseille puisque les Marseillais nomment majoritairement leur langue régionale « provençal » (voire « patois »). De plus, la pratique de la langue n’a guère évolué malgré les nombreuses initiatives des associations ; tout au plus une certaine sensibilité a été accrue.

17Ce réseau semble ainsi s’inscrire dans une logique de territorialisation ou d’inscription symbolique d’une langue qui n’est toutefois pas reconnue sous cette forme et sous ce nom dans le reste de la ville. La question renvoie aux conflits opposant les « occitanistes » aux « provençalistes » [voir Gasquet-Cyrus, 2001, pour une analyse complémentaire du provençal à la Plaine].

LA PLAINE DANS LA CONFIGURATION SOCIOLINGUISTIQUE DE MARSEILLE

18Le quatrième chapitre propose d’étudier la Plaine dans la configuration sociolinguistique de Marseille.

19N. Binisti et M. Gasquet-Cyrus sont partis des discours des informateurs sur les « accents » marseillais pour voir comment se dessine une véritable configuration sociolinguistique inscrite dans l’espace urbain, appuyée sur des représentations sociales et des territoires.

20En premier lieu, les enquêteurs ont pu constater que contrairement à d’autres quartiers, la Plaine ne se voyait pas attribuer un accent marseillais spécifique, puisque l’on y rencontre et que l’on y perçoit des Marseillais de différents horizons.

21En revanche, ils ont pu dessiner la configuration sociolinguistique globale de la ville, dans laquelle les Marseillais distinguent :

  • un accent « authentique » localisé dans les quartiers de l’Estaque ou sur le Vieux-Port et fortement influencé par l’imaginaire pagnolesque ;
  • un accent de la bourgeoisie marseillaise oscillant entre la présence d’une « pointe d’accent » marseillais et l’absence de celui-ci dans des catégories sociales aisées résidant en centre ville ou dans les quartiers sud ;
  • un accent « quartiers Nord », donc géographiquement localisé, mais qui correspond à un profil plus général de « jeunes des cités », essentiellement d’origine maghrébine, même si au niveau des pratiques cet « accent » s’entend en d’autres endroits.

22La Plaine ne figure donc pas dans ces représentations socio-langagières, ce qui est étonnant lorsqu’on sait que le quartier est associé à des représentations sociales bien marquées, quoiqu’antagonistes (insécure vs convivial, jeune vs vieux, etc.).

23En fait, considéré comme un espace de « mélange » et perçu en tant que quartier de passage, la Plaine ne se voit attribuer aucune représentation linguistique spécifique et se pose ainsi comme un quartier neutralisé au sein de la configuration sociolinguistique générale de la ville. Cette dernière a été étudiée dans Binisti et Gasquet-Cyrus [2001, 2003].

LA PLAINE : UN QUARTIER TYPIQUE ?

24Le dernier chapitre du rapport tente de synthétiser les différents enseignements des chapitres précédents et des enquêtes de différentes natures afin de répondre à la question : « Est-ce que la Plaine est un quartier typique ? ».

25La Plaine apparaît typique de plusieurs dimensions de Marseille bien distinctes et parfois opposées : la Plaine est typique, par endroits, du côté pagnolesque et populaire de Marseille, mais elle est également typique du côté multiculturel de la ville (très développé ces dernières années), tout en endossant parfois l’image d’un quartier d’intellectuels et de petits-bourgeois.

26Cette conciliation des inconciliables trouve peut-être son explication dans la perception de la Plaine comme un quartier typiquement urbain qui s’ancrerait dans la mémoire marseillaise tout en laissant la porte ouverte à d’autres populations et à d’autres imaginaires. C’est ce mélange singulier et les normes qui le définissent qui en font un quartier alternatif, ni tout à fait au centre, ni tout à fait en marge de la ville.

CONCLUSION

27Finalement, l’image du quartier a pu nous renseigner en creux sur l’image des autres quartiers de la ville puisqu’il y a une négociation ininterrompue des valeurs des quartiers, désignés comme « authentiques », « populaires », « traditionnels », « branchés », « chauds », « alternatifs », etc.

28Le filtre du « réseau de réseaux » de la Plaine nous a permis de saisir avec assez de finesse la situation sociolinguistique globale de Marseille, et plus généralement de comprendre les discours et les tensions identitaires qui se jouent quotidiennement dans la ville, à la recherche d’une modernité qui a du mal à oublier son patrimoine.

29Si ces mots sont souvent galvaudés, notamment dans leur association, ils se sont finalement révélés significatifs de la situation de ce quartier dans sa ville, dont un auteur local disait qu’il était « une ville dans la ville ».

VALORISATION

30Binisti Nathalie, Gasquet-Cyrus Médéric, (2003), « Les accents de Marseille », dans Billiez J., Robillard D. (DE) (dir.), « Français : variations, représentations, pratiques », Cahiers du Français contemporain, n° 8, Lyon, ENS Éditions, pp. 107-129.

31Gasquet-Cyrus Médéric, (2001), « Étude sociolinguistique d’un quartier : le provençal (occitan) à la Plaine (Marseille) », dans Bulot T., Bauvois C., Blanchet P., Cahiers de Sociolinguistique, Rennes, n° 6, Presses Universitaires de Rennes, pp. 48-63.

32Giacomi Karine, Binisti Nathalie, Assef Christelle, Gasquet-Cyrus Médéric, (2003), « Les voix de Marseille », Cahiers de l’Institut de Linguistique de Louvain, vol. 29, 1/2, Actes du colloque France, pays de contacts de langues, Tours, Université François Rabelais, novembre 2000, pp. 151-164.

33mailto:louis-jean.calvet@wanadoo.fr
Équipe « Marseille, les voix d’une ville »

Institut de la Francophonie
Université de Provence
Faculté des Lettres et Sciences Humaines
29, avenue Robert Schuman
13621 Aix-en-Provence Cedex 1
Tél. : 04 42 95 35 54/52

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Binisti Nathalie, Gasquet-Cyrus Médéric, (2001), Le français de Marseille : description sociolinguistique, Rapport de recherche remis à la Délégation Générale à la Langue Française (DGLF), Observatoire des pratiques linguistiques en France, inédit, 248 pages.

Bulot Thierry, (1999), « La production de l’espace urbain à Rouen : mise en mots de la ville urbanisée », dans Bulot T. (dir.), Tsekos N., Langue urbaine et identité (Langue et urbanisation à Rouen, Venise, Berlin, Athènes et Mons), Paris, L’Harmattan, pp. 41-70.

Bulot Thierry, Tsekos Nicolas, (1999), « L’urbanisation linguistique et la mise en mots des identités urbaines », dans Bulot T. (dir.), Tsekos N., Langue urbaine et identité (Langue et urbanisation à Rouen, Venise, Berlin, Athènes et Mons), Paris, L’Harmattan, pp. 19-34.

Calvet Louis-Jean, (1994), Les voix de la ville. Introduction à la sociolinguistique urbaine, Paris, Payot, collection « Essais ».

Notes

1 Professeur de linguistique à l’Université de Provence.

Auteur

Responsable scientifique

Équipe de recherche : Médéric Gasquet-Cyrus (doctorant), Nathalie Binisti (doctorante), Karine Giacomi (doctorante), Ursula Nagy (doctorante), Louis-Jean Calvet (professeur).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540