Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

I. Formes urbaines, cultures et modes de vie

La portabilité des réseaux d’appartenance. Pour une théorie de l’habitèle

Dominique Boullier

Texte intégral

  • 1 Professeur en sciences de l’information et de la communication, directeur du Laboratoire des Usage (...)

1Note portant sur l’auteur1

UNE THÉORIE DE L’HABITÈLE

2Notre travail de terrain vise à documenter une théorie de l’« habitèle » pour penser les mutations anthropologiques créées par la portabilité généralisée de nos « ancres matérielles » dans des réseaux sociaux et dans des appartenances (nos téléphones comme objets transitionnels, de même que nos cartes diverses comme terminaux d’accès à nos milieux, porteurs d’informations, mobilisables en permanence dans l’espace public).

3Nous nous situons dans plusieurs traditions de recherches : anthropologie culturelle et cognitive (les appartenances sont distribuées sur des artefacts tout comme la cognition, Hutchins), interactionnisme (espace urbain, sociabilité, Goffman), théorie des réseaux sociaux (Mitchell, Granovetter, Rogers), théories du support (Goody, Olson), psychanalyse (la relation à l’objet, Lacan, Winnicott, Tisseron).

4« Habitèle » étend les concepts d’habit, d’habitat, d’habitacle, et touche à notre capacité générale d’appareiller notre identité sociale, notre statut de sujet (Gagnepain).

5Les choix techniques et politiques liés notamment à la régulation des espaces publics numérisés, sur réseau ou en présence, doivent s’appuyer sur une compréhension profonde de ce qui change quand on porte avec soi tous ses réseaux d’appartenance. Les enjeux d’accessibilité réservée de certains espaces ou dispositifs par cartes, par codes, par paiements, font partie de ces frontières réelles qui dépendent des informations stockées dans des supports portables (cas notamment du transport). Les améliorations ergonomiques de cette portabilité généralisée et l’innovation de services liés aux appartenances (tendance aux « communautés ») ne sauraient se passer d’une théorie de ce type.

HYPOTHÈSE CENTRALE

6Les dispositifs portables les plus visibles (téléphones) changent les régimes de régulation des espaces publics en permettant l’exploitation de toutes nos appartenances. La portabilité de nos marqueurs d’appartenances était pourtant présente dans d’autres dispositifs beaucoup plus anciens (papiers d’identité) mais aussi en développement à travers les cartes (numériques ou non) et autres dispositifs d’accès, porteurs d’information personnalisées. De même que nous avons su équiper notre statut social de multiples peaux, que sont l’habit, l’habitat et l’habitacle, chacun avec des fonctions différentes mais toujours appareillage du sujet au plus près de son corps, de même sommes-nous en cours d’équipement permanent de nos réseaux d’appartenance (jusqu’aux couplages corporels par greffe qui se profilent).

7Ce sont les enjeux de ce couplage entre nos corps et nos réseaux d’appartenance par la médiation des techniques numériques que nous voulons penser. Les fonctions de « distinction » repérées dans le vêtement (ou dans les premiers portables) ne sont pas au centre de nos recherches, ce ne sont pas les signes des appartenances mais bien les supports matériels de la connexion à ces appartenances qui nous importent.

TROIS AXES DE TRAVAIL ET TROIS MÉTHODES DIFFÉRENTES

  1. Historique. Mise en perspective des différentes technologies de l’identité portable (papiers, permis, cartes bancaires, portables..., portefeuilles, sacs à main, etc.).
  2. Anthropologique. Les modes d’appartenance contemporains, les supports des attachements. « Être membre de », posséder plusieurs statuts en même temps (client, citoyen, habitant, etc.), entre communautés et réseaux, les marques matérielles portables, leur gestion et leur force propre, à partir d’un inventaire commenté des contenus de sacs à main et de portefeuilles, filmés et analysés, au plus près des objets.
  3. Sociologique et spatial. Les espaces contrôlés dans la ville, la gestion des accès, les cartes différenciées d’un espace urbain selon que l’on est suréquipé et porteurs de droits d’accès étendus ou au contraire supposé sans papiers (étude sur carte à partir des objets portés, entre deux groupes de personnes selon ces profils extrêmes).

QUELQUES RÉSULTATS NOTABLES

8Le nomadisme contemporain ne saurait être comparé aux régimes précédents de nomadisme caractérisés par les anthropologues ou aux modes de déplacements des populations dans l’Europe rurale des siècles précédents. La construction progressive et réciproque d’un individu et d’un État avec sa machine administrative se traduisent dans le développement constant d’objets marqueurs des liens d’assujettissement individuel durable (papiers), et des liens avec son environnement d’appartenance (clés). Les extensions du pouvoir d’agir que sont les portables et les cartes ne sont pas de ce point de vue une rupture.

9Cependant, des styles fort différents apparaissent : le fonctionnel s’associe plus ou moins au rituel, le préventif s’oppose au léger. Ces styles d’habitèle sont reliés à des modes de traitement des attachements différents ou à des circonstances différentes d’exercice de la mobilité (ex. : les personnes sédentaires dans leur travail comme dans leur vie quotidienne n’ont pas les mêmes soucis que les pendulaires ou les vrais nomades).

10La description des espaces de référence pratiqués dans la ville accentue ces oppositions. Les plus équipés en matériels de liaison constante portables sont pourtant ceux qui possèdent de vrais centres de référence, relativement réduits, habituels et bien installés. Les sans papiers, que nous pensions en difficulté d’accès, possèdent en fait de nombreuses ressources pour contourner ces barrières, à l’aide de leur « français », qui tient lieu de passeur pour toutes les démarches : ils peuvent de ce fait, exploiter beaucoup plus intensivement les outils portables (téléphones mais même cartes bancaires) dans un espace de référence qui n’a plus rien à voir car il est à la fois plus vaste et plus incertain.

11Cette habitèle n’est plus seulement une extension de la personne au-delà d’un territoire et d’appartenances de référence comme pour les suréquipés, elle devient la condition même du maintien du statut de personne, notamment lorsque l’habitat est trop précaire pour constituer la base subjective d’un centre.

VALORISATION

Publications

12Boullier Dominique, (1999), L’urbanité numérique. Essai sur la troisième ville en 2100, Paris, L’Harmattan.

13Boullier Dominique, (2002), « Objets communicants, avez-vous donc une âme ? Enjeux anthropologiques », Les Cahiers du Numérique, vol. 4, n° 3.

14Boullier Dominique, (2004), « Portables en tous genres et prises sur le monde », Consommation et société.

Communication

15Boullier Dominique, (2001), « Le statut anthropologique des objets communicants », Colloque SOC’2001, Grenoble, octobre 2001.

16mailto:dominique.boullier@utc.fr
Connaissance, Organisation et Systèmes Techniques

(Costech) – EA 2223
Université de Technologie de Compiègne
Centre Pierre Guillaumat
60200 Compiègne
Tél. : 03 44 23 43 65

Bibliographie

RÉFÉRENCE

Gagnepain Jean, (1994), Leçons d’introduction à la théorie de la médiation, Louvain-la-Neuve, Peeters, Anthropo-logiques, n° 5, collection « BCILL ».

Notes

1 Professeur en sciences de l’information et de la communication, directeur du Laboratoire des Usages en Technologies d’Information Numérique, Cité des Sciences (LUTIN UMS CNRS 2809).

Auteur

Responsable scientifique

Avec Frédéric Audren et Dana Diminescu.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540