Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

I. Formes urbaines, cultures et modes de vie

Les NTIC : l’éclairage de la pragmatique de la communication*

Samuel Bordreuil

Texte intégral

  • * Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.
  • 1 Sociologue, directeur de recherche au CNRS, directeur de l’UMR 6127 « Laboratoire Méditerranéen de (...)

1Note portant sur l’auteur1

PRÉALABLES

2Avant de rendre compte, et ici de manière succincte, du parcours accompli, il n’est pas inutile de rappeler le cadre dans lequel s’inscrivait notre proposition, et le titre singulier au nom duquel nous avons été convié à répondre à « l’appel à propositions » de l’ACI Ville.

3Le cadre d’ensemble était celui de l’étude de l’impact spatial des NTIC et de leurs usages. Et, c’est au titre de « non spécialiste » de l’analyse des nouvelles technologies, et sans doute pour la promesse du « regard autre » que cela laissait espérer, que nous avons répondu.

4Cette promesse d’un regard autre, et puisque nous y étions autorisés, nous l’avons monnayée dans une sorte de « licence » que nous nous sommes accordée à ne pas chercher à dresser la carte des « nouveaux usages » des NTIC (sans cesse en renouvellement comme on sait) et à nous lancer dans un jeu d’anticipation des retombées spatiales de ces nouveaux usages. Affaire de compétences, d’abord, et puis aussi de moyens : dans la défriche des nouveaux usages, il nous a paru que les opérateurs de la net économie ou des NTIC en général étaient nettement mieux équipés, et avaient de fortes raisons de l’être (bien plus puissantes que l’intérêt scientifique).

5D’où une focale d’attention qu’on dira transversale, privilégiant les usages déjà relativement établis (le « mobile » en espace public, les courriels, les chats et autres forums...), mais en les approchant moins en termes de ce qu’ils permettent de faire de nouveau, que de ce qu’ils « nous font faire » du simple fait que l’on s’en sert, et, pour ainsi dire latéralement à leurs visées instrumentales.

6On s’est recommandé alors d’un précédent épistémologique célèbre, celui de la théorie des « actes de langage », et de sa distinction entre fonctions perlocutoires et illocutoires, et on a fléché l’attention, nolens volens, vers les cadres situationnels ou les coordonnées pragmatiques des nouvelles communications. De même qu’une énonciation installe – émet des prétentions implicites en tous cas à installer – les communicants dans un relationnel défini, de même l’usage en contexte des NTIC installe les communicants dans un espace relationnel spécifiable. En particulier, et en contraste avec toute approche sous-tendue par la perspective d’un comparatif des outils de communication et de leurs performances (par exemple ce qu’on peut faire dans le virtuel et pas dans le réel et vice versa), on a préféré partir du fait que les communications, fussent-elles virtuelles, s’encochent dans des environnements souvent déjà tramés par des engagements communicationnels (réels aussi bien que virtuels).

7Si bien que, si nous avons mis au centre de notre exploration des considérations spatiales, ce n’est, au final, pas du tout en termes d’impact que nous avons posé le problème.

8L’idée d’impact emporte en effet avec elle celle d’une surface sur laquelle s’impriment des effets qui « tombent de haut » (ou bien alors les mots n’ont plus de sens). Au contraire on a été attentif à ce qu’on pourrait appeler des effets de montage d’activités, inhérents aux nouveaux pluriels de communications, et à l’injonction de savoir les conjuguer, lesquels peuvent bien ne rien changer au contexte physique dans lesquels ils s’effectuent, mais renouvellent de manière intensive les effets de contrainte (ou d’opportunité) de nos espaces de plongement.

9Pour rendre plus concret ce déplacement, on prendra appui sur une analyse courte et incisive d’un chercheur japonais concernant la géographie de l’usage des « mobiles » par les adolescents japonais [Mizuko, 2001]. Ce sera l’occasion de rappeler que notre programme n’était pas un programme de recherches, mais bien plutôt un programme de lectures théoriques et de séminaires autour de ces lectures, pour les rendre plus productives.

USAGE ADOLESCENT DES TÉLÉCOMMUNICATIONS AU JAPON ET GÉOGRAPHIE DES ESPACES DISCIPLINAIRES

10Le cadre du quotidien adolescent et japonais est sans surprise. Il y a d’un coté l’espace domestique, qui sépare les amis (élèves) au moment même où ils ont une fenêtre temporelle de communication ouverte, et de l’autre l’espace de la classe, dans lequel ils sont à portée les uns des autres, mais interdits de communication. Cette scansion décrit bien la nervure spatiotemporelle de la vie sociale des adolescents, entre collège et foyer.

11Le mobile, comme outil dans une économie relationnelle, va être « mis en usage », en fonction des contraintes qu’érigent les emplacements interactionnels dans lesquels il est utilisé. Les différentes « fonctions » de l’outil vont être explorées, exploitées, pour composer avec les contraintes émises par le contexte.

12On aura recours à la fonction SMS dans les contextes qui exigent de la discrétion sonore. Quant à l’usage vocal, l’étude montre que pour parler à la personne contactée, on peut, soit passer par le fixe, soit par le portable, bien que celui-ci soit plus cher.

13Une des propriétés du portable c’est évidemment son caractère personnel. Lequel garantit (en principe) la confidentialité des messages échangés. Mais il fait plus que cela : ce n’est pas simplement le contenu qui est confidentiel, c’est le trafic lui même, et ceux qui le fréquentent. Passer par le fixe, c’est s’exposer à ce qu’un tiers soit mis au courant d’un désir de communication émanant d’un individu identifiable en direction d’un autre. Quand cette prise d’information n’a pas de conséquence négative, alors le fixe est privilégié (il est moins cher).

14Ce qui est en jeu ici, c’est la géographie du contrôle parental et professoral. Et l’autonomie de communication et de relations des adolescents vis-à-vis de ce contrôle, non moins que le caractère évasif de cet univers communicationnel. Et, du coup, cet évasif là, suppose de la part des tuteurs une réorientation de leurs lignes d’attention « invasives ».

15La géographie du contrôle professoral devra s’appuyer sur d’autres « censeurs » que ceux qui se contentent d’enregistrer le silence ou pas. En cas de silence, il faudra ajouter une couche d’enquête, visuelle par exemple, et attentive à contrôler une autre carte, non celle des bruits, mais celle que compose la présence régulière des portables posés sur la table (les élèves mettent en avant la fonction horaire du mobile, pour en justifier la présence).

16Quant aux tuteurs parentaux, le contrôle des « fréquentations » voit son aire d’exercice singulièrement élargie. Le « ver est dans le fruit ». Le dehors est dedans, et sans être passé, ni par le seuil de la porte d’entrée, ni par celui du téléphone fixe, comme « standard de la maison ». De fait, la présentation de Mizuko s’ouvre sur une scène mettant aux prises deux sœurs, en pyjama dans leur chambre à coucher, et téléphonant à leurs petits amis. Il est une heure du matin, et comme dit l’auteur c’est prime time pour ce genre de communication non agrée : les parents dorment.

17On ne nie donc pas que les NTIC aient un « impact spatial ». Mais ici, les maisons ne bougent pas, les collèges non plus, et les collégiens font la navette… En revanche, et en tous lieux, et bien qu’ils ne changent pas, changent les coordonnées pragmatiques des interactions ; en tous lieux l’espace change de qualités : on dirait, intensives. C’est, dans cet exemple, toute la géographie des espaces disciplinaires et le déploiement de ses cartographies attentives qui se trouvent mises à l’épreuve.

USAGES PERVASIFS DES TÉLÉCOMMUNICATIONS

  • 3 Ligne qui est explorée par Christian Licoppe que nous avons associé aux travaux de notre séminaire (...)

18Il y a une autre ligne d’analyse qu’on peut ajouter à propos du papier de Mizuko3. La bascule entre l’usage sonore ou SMS du mobile, si elle est fonction du contexte, est aussi fonction de la dimension d’acte de langage que suppose toute énonciation, c’est-à-dire fonction de la « situation » que crée cet énoncé. En substance, le SMS est souvent utilisé pour sa propriété qu’on n’y tombera pas séance tenante sur le correspondant. D’un point de vue performatif il signifie qu’on ne cherche pas à « joindre » ce correspondant, c’est-à-dire à établir une situation de communication réciproque à consommation immédiate. Et cela émet comme message implicite et en toute réciprocité, que celui-ci est libre de répondre ou de ne pas répondre.

19On « laisse un mot », qui n’est ni appel à communication, ni demande de réaction immédiate mais qui implicite un « quand tu auras le temps ». D’où, et si on lit bien le texte, une dimension de « chronique » de ces messages. On note en passant des « choses qui passent », comme passant « dans une tête », et adressées à une autre « tête », et sans doute pour qu’elle agisse de même.

20En revanche si le SMS se conclut sur une question, alors différer la réponse peut être inconvenant. Bref, de même qu’il y a une « net-étiquette », il y a une « mobilétiquette », une « cellétiquette »...

21Ainsi, les nouveaux usages « pervasifs » des NTIC n’affranchissent pas leurs usagers de contraintes civiles ; bien plutôt ils en ajoutent, ou en tout cas démultiplient les registres dans lesquelles elles se rendent sensibles. On y trouverait une traduction micro analytique des aphorismes de Mac Luhan : « le medium est le message », au sens où le message n’est que la partie centrale d’un type de « contact », d’un type de « phasage » (question/réponse, avis/appel de contre avis ; « chronique »...). Et « le message est massage », au sens où le contact fait tact, ou pas. Froisse ou bien caresse. Fronce ou bien lisse.

PERLOCUTION/ILLOCUTION : VOYAGE D’UNE OPPOSITION

22À vrai dire nous ne doutions pas de la pertinence analytique d’une approche pragmatique qui analyse « au plus près » les cadres de ces actes qui permettent d’être en contact « au plus loin ».

23Ne doutions pas de la pertinence d’analyses qui replacent l’usage des NTIC dans leurs emplacements interactionnels, aussi bien pour saisir ce que ces usages déplaçaient dans ces emplacements, que ce que ces emplacements supposaient de contraintes, ou signifiaient et sélectionnaient comme opportunités dans ces usages.

24Un bilan provisoire qu’on peut tirer de notre exploration de la littérature concernée est cependant que l’exportation de l’opposition entre le « perlocutoire » et « l’illocutoire » qui nous a servi de « Sésame » a relativement mal supporté le voyage au pays des nouvelles technologies et, conséquemment, que pour la sauver il fallait la faire jouer à distance du modèle des actes de langage, bref la métaboliser. On espère alors que cet effort est susceptible de faire signe vers de nouvelles pistes de recherche.

25Il y a, tout d’abord quelque chose de « limpide », voire de « cristallin » dans l’opposition perlocutoire/illocutoire telle que la déclare la théorie des actes de langage.

26La force de clarification de la théorie est très relative au fait que les locuteurs ordinaires accomplissent leurs fonctions performatives pour ainsi dire à l’aveugle à travers leurs énonciations : ils prennent bien soin de leurs visées de sens, cherchant à atteindre des objectifs pratiques à travers les significations qu’ils avancent, et laissent à l’arrière plan ce qu’ils installent de facto comme encarts relationnels. À vrai dire les conditions de félicité de l’échange affleurent à la conscience quand le trouble s’installe à leur propos. Mais on est dans ce cas sur une scène plus goffmanienne, attentive à extraire de l’embarras les lignes structurantes des interactions.

27Or le paysage de l’usage des nouvelles technologies, en tout cas quand elles s’installent, est un tel territoire mouvant : comme on le dit des sables. On cherche bien à faire des choses au moyen des nouvelles communications, mais ce qu’on risque de faire du simple fait qu’on communique, et l’attention notamment aux incidences négatives dans les « positions de parole », est relativement vive. Les étiquettes, si l’on veut, sont objets d’attentions, voire d’élaborations.

28L’exemple le plus délicat (à tous les sens du terme) est celui du chat aimanté en séduction : y froisser une attente, c’est courir le risque de l’interruption du dialogue sans autre forme de procès : l’autre déserte, sa présence est immédiatement révocable, et ainsi n’offre pas le point d’appui (la captivité ?) que la co-présence garantirait – l’espace-temps d’une procédure correctrice, réparatrice dans le langage goffmanien. On ne peut donc y prendre le risque du passage en force, ou de l’affrontement, et bien sûr on a toute latitude pour ne pas entrer dans l’interaction avec « l’hypothèse de travail » qu’on y est voué.

  • 4 Pour autant qu’on veut prolonger l’échange. Si tel n’est pas le cas, il y a bien sûr la possibilit (...)

29Claire Duport, menant des observations sur l’usage par les jeunes des quartiers du dispositif multimédia de la Friche de la Belle de Mai, marque ainsi l’écart qui se creuse entre l’espace interactionnel et gendered des cités, et celui des coursives anonymes du chat. Et, en tout cas pour cet exemple, c’est la co-présence relationnelle qui apparaît comme un moins par rapport aux situations virtuelles, dont le plus est qu’on y est obligé d’y mettre les formes, et d’y aiguiser son sens civil4.

PRAGMATIQUES DES USAGES

30Plus généralement, ce qu’on fait, de manière non intentionnelle – on dira incidemment – peut toujours être « réalisé », repris, et motiver une enquête latérale, qui s’intercale et dont l’objet est la maîtrise d’effets latéraux indésirables ou bien la découverte d’autres, eux plus désirables. On pourrait même proposer que le contrôle et surtout l’exploration d’effets sociables adjacents est un des nerfs du développement des usages. Bref que les découvertes de nouvelles « applications » procèdent de calculs pratiques sur les implications adjacentes des usages.

31On est alors au cœur d’une intelligence pragmatique des usages, mais, le paradoxe est que cette intelligence est trouvée comme déjà là, dans les pratiques, et qu’elle rend vaine et prétentieuse la position du sociologue qui saurait mieux que les acteurs faire ces calculs d’implications.

32Une manière d’éviter cet écueil est en quelque sorte de « monter en sociologie ». C’est-à-dire d’élargir ce qu’on entend par « emplacement interactionnel », en étirant la portée des implications latérales de l’usage des NTIC. Tout en restant sensible à la dimension de « proximité », il faut alors saisir que les usages s’encochent dans des mondes sociaux, des « chaînes de coopération » préalables, qui déterminent les enjeux de ces usages, et on peut le faire en travaillant à la comparaison, non pas entre types de communication, mais de mondes à mondes, et « traversés » par les mêmes dispositifs technologiques, pour voir comment ils sont diversement bougés par les encoches des nouvelles technologies.

33La pragmatique des NTIC, montre alors que les effets sont toujours relatifs à ce sur quoi ils font effet. Que les épreuves que leurs usages apportent dans des systèmes de coopération dépendent de ces systèmes, bref qu’il ne saurait y avoir, comme disent Slater et Miller, un « objet Internet » [Miller, Slater, 2000].

34On a tenté de faire saillir ce thème, ainsi que la portée heuristique de cette approche transversale dans un dernier séminaire, ceci dans quatre domaines distincts :

  1. Les mondes de l’art, dans lequel le « débarquement » des NTIC diffracte dans des problématisations nouvelles en faisceau, lesquelles interrogent aussi bien l’éventail des langages créatifs (les artistes du code ?), que les formes de coopération « entre collègues », que les espaces dévolus à l’appréciation des œuvres, et que la géographie institutionnelle des mondes de l’art (contribution de Peter Sinclair).
  2. Les mondes de la migration, qui sélectionnent et accentuent des propriétés des NTIC qui ont moins de pertinence dans d’autres mondes : prime aux adresses nomades attenantes aux réseaux pour les « sans adresse fixe », aussi bien que reconfiguration de la « visagéïté » diasporique grâce au net et à ses sites (contribution de Dana Diminescu).
  3. Le domaine de l’action culturelle (la Friche de la Belle de Mai), dans lequel l’insertion du multimédia connecté au réseau, et parce qu’il rend possible un « décollage territorial », réouvre la question des modes d’ancrages territoriaux de la diffusion culturelle et pousse à l’expérimentation de nouveaux dispositifs conjuguant, pour reprendre une formule anglaise, du high tech avec du high touch (contribution de Emmanuel Vergès et Claire Duport).
  4. Le domaine des relations domestiques qui permet de mettre en évidence les compétences de doigté qui s’acquièrent dans le dosage de l’utilisation des claviers des nouvelles lutheries relationnelles, et ceci en fonction des exigences rituelles propres aux « échanges confirmatifs » et notamment à leurs tempos propres (contribution de Christian Licoppe).

35À chaque fois, le message est le même : pour comprendre la différence apportée, il faut commencer par la rapporter aux univers sociaux dans lesquels elle se produit. Tautologie ? Jeu à somme nulle ? Non pas : plutôt une fonction d’analyseur, qui permet de se servir de l’irruption des NTIC comme sonde pour clarifier les structures des mondes sociaux dans lesquels ils font leur niche.

VALORISATION

36Bordreuil Samuel, (2003) « À l’orée du monde, le monde », Conférence dans le cadre des journées Transimages 2 Mobilités, Synesthesies.com et MSH Paris (sous la direction de Dana Diminescu et Anne-Marie Morice), 2 décembre 2003, [Texte accessible sur le site de synesthesie.com/mobilités et sur les archives audiovisuelles du site de la MSH Paris].

37Bordreuil Samuel, (2004), « Les espaces de la musique numérique, nécessité ou contingence », Conférence et organisation des débats pour les journées Territoires Électroniques, CEDC et Collectif BIOMIX, Fondation Vasarely, Aix-en-Provence, 26-30 mai 2004.

38mailto:Bordreuil@mmsh.univ-aix.fr
LAMES – UMR 6127 du CNRS

MMSH d’Aix-en-Provence
5, rue du Château de l’Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence Cedex 2
Tél. : 04 42 52 41 24

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Licoppe Christian, Smoreda Zbigniew, (février 2003), « La petite musique du lien : Vers une pragmatique de la sociabilité médiatisée », France Telecom R&D. Accessible sur le site http://unesco.bell.uqam.ca/activites/2003.html

Miller Daniel, Slater Don, (2000), The Internet : an ethnographic approach, Oxford NYC, Berg.

Mizuko Ito, (2001), « Mobile phones, japanese youth and the re-placement of social contact », communication présentée au Meeting annuel de la SSSS (Society for the Social Studies of Science), Boston, USA.

Notes

1 Sociologue, directeur de recherche au CNRS, directeur de l’UMR 6127 « Laboratoire Méditerranéen de Sociologie » (LAMES), Aix-en-Provence.

3 Ligne qui est explorée par Christian Licoppe que nous avons associé aux travaux de notre séminaire. Cf. Licoppe, Smoreda, 2003.

4 Pour autant qu’on veut prolonger l’échange. Si tel n’est pas le cas, il y a bien sûr la possibilité du flaming, « d’incendier l’autre », qui est d’autant plus praticable qu’elle expose à moins de complications éventuelles que dans l’espace de la co-présence.

Notes de fin

* Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.

Auteur

Responsable scientifique

Personnes ayant collaboré à cette recherche : Dana Diminescu (MSH Paris), Claire Duport (LAMES, MMSH Aix-en-Provence), Isaac Joseph (Université Paris-X Nanterre, décédé en février 2004), Christian Licoppe (ENST, Paris), Peter Sinclair (École d’art d’Aix-en-Provence), Emmanuel Vergès (ECM, Friche de la Belle de Mai, Marseille).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540