Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

I. Formes urbaines, cultures et modes de vie

Moscou : espaces, lieux et monuments d’une révolution urbaine 1991-2002

Ewa Bérard

Texte intégral

  • 1 Chargée de recherche au CNRS, Laboratoire Transferts Culturels (UMR 8547 CNRS/ENS).

1Note portant sur l’auteur1

ORIENTATIONS MÉTHODOLOGIQUES

2Deux axes de recherche ont été retenus :

  • Identité urbaine/patrimoine : le concept de « patrimoine » désignant ici le tissu urbain et le bâti hérités de l’époque soviétique, voire de soixante-dix ans de nationalisation totale du sol et de l’immobilier. La privatisation signifie un bouleversement profond du patrimoine, mais également de l’identité urbaine de ses usagers.
  • Espace privé/espace public : étude de nouvelles formes de propriété et d’appropriation de l’espace.

3Trois sites ont été sélectionnés :

  1. La rue de Tver – artère principale du centre ville modernisée dans les années trente.
  2. La cité-jardin Sokol, construite dans les années vingt aux abords immédiats du centre ville.
  3. Le quartier Perovo/Novogireevo, grands ensembles construits dans la périphérie dans les années soixante-dix.

4L’échantillonnage des entretiens portait sur dix foyers par site. Chaque entretien est accompagné des repérages photographiques de l’appartement et de l’environnement extérieur proche. Le questionnaire aborde les thèmes du changement au sein de l’habitat, du quartier et de la ville, ainsi que les trajectoires sociales et résidentielles. Entre février 2000 et juin 2001, avec deux missions sur le terrain, nous avons réalisé 31 entretiens semi-directifs, dont la durée varie entre trente minutes et plusieurs heures. Les entretiens ont été transcrits en russe (846 pages) avec un résumé en français.

STRUCTURE URBAINE

5Pour étudier l’évolution de la forme urbaine de Moscou et la question de la permanence vs rupture, nous avons commencé par définir les caractéristiques de Moscou, ville socialiste. Puis nous avons analysé les changements et leurs marquages physiques et symboliques dans l’espace.

6Le schéma général de développement de Moscou de 2020 accuse toutes les caractéristiques de la permanence : avec un nouvel anneau autoroutier et la réhabilitation du centre, la structure radioconcentrique de la ville est clairement réaffirmée.

7En revanche, les transformations actuelles se manifestent clairement dans le tissu urbain et dans la requalification des espaces « privés » et « publics ». Bien que la propriété privée du sol n’ait pas encore été rétablie à Moscou, la pratique d’appropriation des espaces semi-publics (cours, paliers) est générale. Elle se traduit par la fermeture de la ville de l’intérieur, avec l’élévation de clôtures et autres marques de délimitations. De nouvelles fonctions (commerces et bureaux) ont entraîné la suroccupation des constructions existantes par le fractionnement de l’espace et par l’invasion des sous-sols. L’explosion du parc automobile vient renforcer la fonction circulatoire des rues en même temps qu’elle bouleverse l’usage des cours.

8Tous ces phénomènes se retrouvent pour les trois terrains observés avec quelques variantes : la fermeture des cours et la densification par l’intérieur sont plus fortement marquées au centre qu’à la périphérie, du fait du prix du terrain et de l’existence de la forme urbaine de l’îlot. C’est également au centre que la parcelle est de nouveau revendiquée en tant qu’échelle d’intervention urbaine. Ces changements se retrouvent de manière plus insidieuse sur le terrain spécifique de la cité-jardin Sokol, classée site historique : la fermeture des espaces s’y traduit par l’opacification des clôtures, et la densification par le changement du COS avec les nouvelles constructions.

PRIVATISATION DES LOGEMENTS

9Le lancement du programme de privatisation des logements au début des années quatre-vingt-dix a connu à Moscou un succès mitigé. Une bonne partie des personnes qui se sont vu allouer leur logement à l’époque soviétique, continuait à y résider en 2000 en tant que locataires, bien qu’elles aient eu la possibilité de devenir gratuitement propriétaires de ce logement. Entre-temps, la libération du marché immobilier a donné à ces logements une valeur marchande certaine. Comment expliquer leurs réticences ? Cette question a été envisagée en relation avec nos interrogations sur les modes d’appropriation de l’espace du logement par ses occupants.

10Plusieurs sources ont été utilisées pour étudier les comportements des Moscovites : entretiens, documents législatifs (la privatisation des logements et la réforme des services aux immeubles), données statistiques du recensement de 1989 et du micro-recensement de 1994.

11Les premières conclusions soulignent que la notion de propriété privée du logement reste étrangère aux Moscovites. L’appropriation de leur espace est peu corrélée avec le statut du logement, d’autant que les dépenses dévolues au logement ne sont pas vraiment affectées par le statut d’occupation (locataire/propriétaire) ; les règles d’occupation et de transmission n’ont pas changé et font du logement un bien transmissible, sous certaines conditions, y compris pour des personnes qui n’en sont pas propriétaires ; enfin, la confiance dans l’intangibilité du titre de propriété ne semble pas être partagée par tous.

L’IMAGE DE L’HABITAT ET L’EXPRESSION DE L’INDIVIDUALISATION

12Au cours de ces dix dernières années, les Moscovites ont élaboré une nouvelle vision du lieu de vie domestique, des nouvelles pratiques d’aménagement et des travaux.

13La consommation des produits d’entretien et des matériaux de construction est montée en flèche. Les nouvelles possibilités techniques procurent un sentiment de liberté : il est désormais possible de modifier les caractéristiques de l’habitation, de se rapprocher d’une certaine norme, identifiée comme occidentale, de modifier les conditions soviétiques de logement. L’intimité de la vie privée et familiale retrouve ses repères et cherche à les renforcer (digicodes, portes blindées), non sans provoquer un repli sur l’univers domestique au détriment de la vie urbaine. Les notions de propriété privée, de patrimoine, de même que celles de consumérisme et de confort, sont en train d’acquérir une acceptation positive.

ÉTUDE D’UN QUARTIER : LA CITÉ-JARDIN DE SOKOL

14La cité-jardin des années vingt relève plus, du moins dans sa réalisation pragmatique, de l’aubaine pour membres de l’intelligentsia que d’un projet réellement social, dans un contexte juridique très favorable (NEP), permettant la construction de maisons individuelles. Le classement en 1979 de cette cité conçue comme expérimentale et temporaire, l’érige en patrimoine.

15Aujourd’hui, ce patrimoine s’entend au sens collectif, mais aussi, avec la possibilité nouvelle de privatiser, au sens individuel. Tandis que des « nouveaux Russes » s’installent dans le quartier, instaurant un mode de vie relevant du « tout-privé », les anciens habitants, majoritairement « nouveaux pauvres » jouent la carte de la commémoration et de la gestion collectives de la cité, espérant ainsi échapper à la logique de monétarisation de leurs maisons, qui leur est inaccessible.

16Ce faisant, ils sont amenés à réactiver un mode de vie promouvant collectivisme et transparence, ainsi qu’à sélectionner les objets de la commémoration. Il leur faut se patrimonialiser eux-mêmes autant que leurs maisons et que leurs jardins, ce qui suppose d’oublier (ou du moins d’omettre de commémorer collectivement) les sombres épisodes ayant affecté l’homogénéité sociale originelle du quartier. Cette entreprise d’enchantement de leur propre histoire, qui mobilise ancienneté des lignages et discours de la tradition, permet aussi d’enchanter le présent, de maintenir ou de réhabiliter des notabilités soviétiques, des statuts économiques et sociaux très fragilisés.

CONCLUSIONS

17Travailler sur les évolutions urbaines post-soviétiques suppose de faire état des lieux à la période soviétique, ce qui reste très difficile (problèmes d’accès aux sources, notamment aux plans). Tout est à faire.

18Nous pensons néanmoins avoir bien formulé les questions centrales, qui donnent accès à un très grand nombre de modifications de la société russe contemporaine : à travers la fabrication de la ville par les professionnels et par les habitants se jouent aussi les reconstructions des identités individuelles et des statuts sociaux (nouvelles ségrégations...) ; les rapports de pouvoir se fondent sur les nouvelles règles économiques mais aussi sur le plan symbolique, etc.

19Les entretiens sont à analyser à la lumière des trajectoires sociales et résidentielles individuelles et des enjeux collectifs à l’échelle micro-locale. Se dessine en même temps une image collective plus ou moins consensuelle de ce que devrait être la capitale et des comportements qui devraient en être bannis (constructions sauvages, vociférations contre les « Caucasiens » qui tiennent le commerce de rue, sculptures de Tsereteli...). De même, l’investissement (dans tous les sens du terme) sur le logement marque une adhésion, non dépourvue d’ambivalences, au modèle mythique de l’occident moderne « civilisé », pour reprendre la terminologie indigène.

VALORISATION

20Azarova Ekaterina, (2001), « La “question du logement”, l’appartement communautaire et la privatisation de l’habitat à Moscou », Revue d’études comparative Est-Ouest, vol. 32, n° 4.

21Azarova Ekaterina, (2002), « Moscou. Construire dans le contexte historique », Parpaings, janvier, n° 29.

22Azarova Ekaterina, (2003), Appartement communautaire. Un type d’habitat, un système de mœurs et une image caractéristique du monde soviétique. Le cas de Moscou, thèse de doctorat sous la direction de Jean-Louis Cohen. Soutenue le 12 novembre 2003 à l’école d’Architecture Paris-Belleville, mention très honorable avec félicitations du jury.

23Carton De Grammont Sarah, (2001), « Construction du politique et fabrication du patrimoine dans un quartier de Moscou : le Soviet d’autogestion de la cité-jardin “Sokol” », Revue d’Études Comparatives Est-Ouest, vol. 32, décembre, n° 4, pp. 91-123.

24Carton De Grammont Sarah, (2002), « Moscou est un grand village », Annales de la recherche urbaine, n° 94, décembre, pp. 33-35.

25Essaian Élisabeth, (2000), « Moscou, 65 ans après la reconstruction », Diagonal, mai-juin, n° 143, pp. 12-16.

26Essaian Élisabeth, (2000), Le rapport à la ville existante dans le Plan Général de la Reconstruction de Moscou de 1935 à travers l’exemple de la reconstruction de la rue Gorki, [mémoire de DEA, 1997], Nantes, Ville Recherche Diffusion.

27Essaian Élisabeth, (2001), « Emprunt des modèles urbains et de l’expérience en matière d’aménagement des villes dans la formation et la réalisation du Plan Général de la Reconstruction de Moscou de 1935 », dans La ville et les citoyens en Russie au xxe siècle, Actes du colloque, St-Pétersbourg, pp. 32-43.

28Essaian Élisabeth, (2001), « L’Amérique des architectes russes et soviétiques : miroir et projections des ambitions urbaines 1876-1953 », Espaces et sociétés, n° 107, pp. 37-64.

29Essaian Élisabeth, (2002), « Il piano generale di ricostruzione di Mosca del 1935 e la trasformazione del centro storico », Storia Urbana, n° 101, pp. 51-75.

30Essaian Élisabeth, (2004), « L’architecture et la ville du “réalisme socialiste” : de la projection idéale au pragmatisme de la réalisation », dans Realism(s) in European and American Architecture and Urban Design (1930-1960), Milan, Éditions Donzelli.

31Essaian Élisabeth, (2005), Journée d’étude Ville socialiste, EHESS.

32mailto:ewa.berard@ens.fr
UMR 8547 CNRS-ENS
45, rue d’Ulm
75005 Paris
Tél. : 01 44 32 20 94

Notes

1 Chargée de recherche au CNRS, Laboratoire Transferts Culturels (UMR 8547 CNRS/ENS).

Auteur

Responsable scientifique

Équipe : Katerina Azarova, Ewa Bérard, Élisabeth Essaïan, Nathalie Moine, Sarah Carton De Grammont, Vlada Traven.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540