Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

I. Formes urbaines, cultures et modes de vie

Cités-jardins en Île-de-France : lieux, identités, enjeux. La question politique des patrimoines urbains

Ginette Baty-Tornikian

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

OBJET ET PROBLÉMATIQUE

1Cette recherche analyse les développements, les aménagements et la réactualisation d’un modèle urbain apparu à l’aube de la science urbaine, à la charnière des xixe et xxe siècles. Notre objet d’étude se focalise sur des morceaux de ville, les territoires que sont les cités-jardins [Roncayolo, 1990, pp. 207-217].

  • 3 L’exposition universelle de 1900 à Paris est le premier lieu de diffusion internationale du concept (...)

2La diffusion de ce modèle3 a montré de par le monde et en France même, sa souplesse et ses capacités à être interprété et réapproprié selon les territoires et les acteurs de la vie urbaine. L’analyse fine de l’actualité politique, sociale et urbanistique, locale, dans sa relation à ces microcosmes « idéal-typiques », emblèmes de la vie sociale (illustration 1) des classes populaires, fait apparaître, dans la Région Parisienne, le rôle social des systèmes spatiaux mis en place il y a près de trois générations.

Illustration 1 – La Maison pour tous (actuellement cinéma Jean Vigo) compose toujours avec le jardin public le centre de la cité-jardins de Gennevilliers.

3Notre projet de recherche étudie tout particulièrement, par l’intermédiaire de « lieux » spécifiques, les constitutions des identités locales tant individuelles que collectives. Au fur et à mesure que les enjeux énoncés qui dépendent des projets de société subissent des transformations, nous voyons les stratégies des acteurs et des entrepreneurs de la ville [Weber, 1986] se développer.

4Parallèlement aux grandes mutations urbaines, les choix et les enjeux locaux s’affirment, créant ainsi des types d’identités locales par affinité, association, opposition, par réaffirmation des appartenances et des généalogies ou par effacement, destruction, rénovation, allant jusqu’aux déconstructions et aux reconstructions tant du bâti que des discours. À ce jeu, les maîtres d’ouvrage sont discrets, ce sont les politiques qui s’affirment.

5C’est ici que l’histoire de l’habitat social a son actualité, dans l’espace de la ville, dans le temps de la ville, et dans la construction de l’identité locale.

RÔLES ET REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS

6Le rôle et les représentations des acteurs politiques, économiques et technocratiques dans la gestion du logement social conçu comme patrimoine sont au centre des débats. C’est donc à travers l’étude des modalités concrètes d’actions de ces acteurs sur le lieu des cités-jardins qu’il nous a été possible de comprendre les mécanismes qui enclenchent les réhabilitations ou les rénovations (illustrations 2.1 et 2.2).

7Celles-ci ne se limitent pas à des « grilles techniques » à l’échelle des quartiers. Elles mettent en jeu des groupes sociaux locaux allant de quelques dizaines à quelques milliers d’habitants qui doivent individuellement et collectivement repenser leur cadre de vie.

  • 4 La réhabilitation de la cité-jardin du Chemin Vert à Reims a été exemplaire tant dans le domaine de (...)

8Nous avons pu observer que, sans la mise en place de système de concertation entre habitants, maîtres d’ouvrage et élus lors des projets de réhabilitation, aucune conscience de soi comme être social ne peut s’établir4.

ASSOCIATIONS D’HABITANTS ET CONSTRUCTION DE LA MÉMOIRE

9À l’échelle des associations d’habitants, la construction de la « mémoire », le respect de l’histoire, est l’un des constituants de l’intégration sociale. C’est en partant de cette conscience que les habitants utilisent les moyens de participation dont ils disposent. Les associations d’habitants sont des acteurs à part entière de l’action publique, donc de l’action citoyenne dans les processus de réhabilitation.

10Pourtant, les structures associatives sont elles aussi susceptibles d’être investies comme lieu de stratégies et d’alliances et ont un rôle non négligeable quand l’une des instances de socialisation par excellence, le cadre urbain, se redéfinit. Elles sont un des partenaires dans la synergie sociale locale qui produit des formes de recomposition de la sociabilité et d’affiliations collectives au sein de la cité.

11La perception d’un monde de plus en plus global n’empêche pas les hommes de construire avec attention leur voisinage, leur quartier, leur espace de référence. Ce sont des lieux qui, par leur topologie et par leur dynamique, appellent à la constitution ou au renforcement de réseaux locaux.

12Bien que les liens entre cités-jardins à l’échelle de l’agglomération parisienne ne soient plus du tout d’actualité, une relève culturelle établit la mémoire de cette épopée urbaine à l’échelle humaine : leur architecture les place sur le chemin des « Journées Nationales du patrimoine » ; un musée dédié aux cités-jardins est en cours d’élaboration à Suresnes, les écoles prennent leur cité-jardin comme sujet (Pré-Saint-Gervais, Champigny-sur-Marne, Stains, Suresnes...).

Illustrations 2.1 et 2.2 – Stains : la cité-jardin et le grand ensemble sont deux figures urbaines qui, dans le choix de la réhabilitation, construiront le centre-ville.

ÉLUS, INTERCOMMUNALITÉ ET ISOLATIONNISME

13Auparavant, ces cités-jardins formaient un système, un réseau au sein duquel les maires concernés, appartenant à la même mouvance politique, se connaissaient et partageaient une même vision du développement urbain à grande échelle. Actuellement, une nouvelle construction de la conscience territoriale locale s’y est substituée.

14L’une des préoccupations majeures des maires s’inscrit dans la réorganisation de la gestion locale et son articulation à une autre échelle territoriale. Une partie d’entre eux adhère activement à des groupes de travail générés par l’intercommunalité et y engagent leur commune, tels les maires de Cachan, de Champigny-sur-Marne, de Gennevilliers. Ceux qui organisent leur « isolationnisme », comme le maire de Drancy, le construisent sciemment, tandis que le maire de Stains, réélu, a intégré la communauté d’agglomération de Plaine-Commune et a engagé le processus global de la réhabilitation de sa cité-jardin.

RECOMPOSITION DE L’ESPACE PUBLIC

15Les réformes politiques et structurelles des régions, la localisation des responsabilités, la mise en place de réseaux horizontaux ayant à s’articuler avec la verticalité de l’État, ont abouti à plusieurs formes d’intercommunalité, mais elles n’ont pas résolu tous les problèmes. On se trouve aujourd’hui confronté à la superposition de nouveaux territoires dans un cadre institutionnel de plus en plus inadapté et au renforcement continu de l’identité et de la gestion locale.

16Cela donne l’impression d’une politique locale à deux vitesses. Un décalage se crée entre le citoyen, qui appartient à un monde de voisinage, de quartier dans son territoire communal et sa région, et l’élu, qui évolue dans un monde qu’il doit construire. Au fur et à mesure que la ville s’étend, l’espace public [Habermas, 1986], le territoire politique se fragmente et se recompose.

17Un foisonnement législatif démarre à partir de 1982 avec les lois de décentralisation et le renforcement des pouvoirs du Maire en matière d’urbanisme, et se prolonge avec les textes relatifs à l’intercommunalité (1999-2000). Dans un même temps, l’obligation de lisibilité des politiques locales énoncée dès 1992 renforce la démocratie participative, avec pour conséquence indirecte, mais prégnante, la démultiplication croissante des acteurs et des intervenants dans la prise de décision en matière d’aménagement urbain (nouveaux projets ou réhabilitations), une imbrication des stratégies et par effet boomerang, la nécessité absolue de parvenir à une coordination, à des ajustements et à des consensus.

18Le nouveau contexte législatif n’a pas stabilisé les relations entre les différents acteurs de la ville ; la recomposition de la mégapole se constitue dans des rapports souvent conflictuels entre une démocratie représentative et une démocratie participative qui émerge actuellement de la société civile.

MUTATIONS DU MONDE POLITIQUE LOCAL

19C’est en nous situant à la micro-échelle du quartier, que nous avons dû appréhender les mutations du monde politique local. La transformation de la gestion des territoires s’établit autant sur les échelles de voisinages, de quartiers, de communes que de « villes-mondes » (illustration 3).

20Les territoires des grandes villes sont des terrains qui portent et expriment les paradoxes et les contradictions du local et du national : la constitution de plus en plus rapide de communautés urbaines apparaît comme une réponse, une réadaptation aux régions, à l’Europe et à la globalisation ce qui n’annihile pas pour autant la vitalité, voire le renforcement des identités territoriales locales existantes.

21À travers ces nouveaux découpages de territoires et les relations intercommunales qu’ils induisent, se joue une autre perception de la citoyenneté, une autre acception des réseaux de communication, une autre pratique de la démocratie locale.

Illustration 3 – La Butte Rouge, interface entre le bois de Verrières et la Nationale, protège son intimité par la réorganisation de ses jardins familiaux.

22Ceci ne résout pas pour autant la qualité de vie sociale offerte ou non dans les ensembles d’habitation. Et c’est pourtant cette question qui est actuellement déterminante pour décider d’une politique de « réhabilitation – patrimonialisation » d’un ensemble urbain ou de sa destruction [Villechaise, 1997 ; citée dans Ascher et Godard, 1999, p. 172].

CONCLUSION

23À enjeu économique égal, les choix politiques ne s’appuient plus systématiquement sur des critères de confort matériel, pour l’architecture urbaine du xxe siècle. La pérennité des édifications produites par l’urbanisation sociale du début du xxe siècle dépend actuellement de leur adéquation morphologique à la vie sociale – espaces publics de qualité, différenciés et hiérarchisés – et de leur adéquation à des constructions d’identités territoriales.

VALORISATION

Publications

Baty-Tornikian Ginette, (2003), « Ebenezer Howard et la généalogie du concept de cités-jardins », dans La cité-jardin : une histoire ancienne, une idée d’avenir, Actes du colloque européen du Foyer Rémois, Reims, 21 et 22 septembre 2000, Les Cahiers de l’APIC n° 3, collection « Patrimoine Ressources ».

Baty-Tornikian Ginette, (2004), « Ebenezer Howard à la naissance de l’urbanisme social », Urbanisme.

Baty-Tornikian Ginette, (2004), « La diffusion des idées de cités-jardins en France à travers l’exposition universelle de 1900 », « Les cités-jardins en France dans deux projets de développement urbain : politique patronale et politique publique » et « La constitution de patrimoines urbains dans la région parisienne », dans Actes du colloque franco-japonais de Fukuoka Les cités-jardins : patrimoines et développements d’agglomérations au Japon et en France, 26-28 novembre 2003, Université Impériale du Kyushu (Japon), Ambassade de France/Institut franco-japonais de Fukuoka.

Baty-Tornikian Ginette, (à paraître), Cités-jardins en Île-de-France : Lieux, identités, enjeux. La question politique des patrimoines urbains, Éditions Recherches-IPRAUS, collection « Questionnements ».

Communications

Baty-Tornikian Ginette, (2000), Série de 12 émissions de télévision de Monique ELEB L’habitat aujourd’hui, sur : les cités-jardins, appropriations, identités et pratiques de l’habitat et de la nature, ARTE, 28 octobre, 4 novembre, 18 novembre, 3 décembre 2000 (rediffusions régulières).

Baty-Tornikian Ginette, (2002), Émission de radio de Victoria MAN, entretien sur La nature dans la ville et la civilité, l’exemple des cités-jardins de l’agglomération parisienne, Radio Aligre, 28 janvier 2002.

Baty-Tornikian Ginette, (2003), Émission de télévision sur La gestion urbaine de l’habitat social et des cités-jardins dans le cadre d’une réflexion sur les attributions données aux politiques locales dans le développement de la régionalisation, Info Sénat, enregistrée le 12 novembre 2003.

Baty-Tornikian Ginette, (2003-2004), Cours de DPEA, École d’architecture de Paris-Belleville, Les cités-jardins, entre politique patrimoniale et mémoire sociale.

Baty-Tornikian Ginette, Sellali Amina, (2003-2004), Participation au séminaire d’histoire dirigé par Annie Fourcaut Paris et les banlieues. Pour une histoire partagée, Ville de Paris/Centre d’histoire sociale du xxe siècle/UMR 8058 du CNRS.

ginette.baty-tornikian@paris-belleville.archi.fr
IPRAUS, UMR-CNRS 7136
78-80, rue de Rébeval
75019 Paris
Tél. : 01 53 38 50 51/55

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Habermas Jürgen, (1986), L’espace public, contribution à une archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot.

Roncayolo Marcel, (1990), La ville et ses territoires, Paris, Gallimard, Folio Essais.

Villechaise Agnès, (1997), « La banlieue sans qualités. Absence d’identité collectives dans les grands ensembles », Revue Française de Sociologie, tome XXXVIII, n° 2, pp. 351-374 ; citée dans ASCHER François, GODARD Francis, (1999), « Vers une troisième solidarité », Esprit, n° 11, pp. 172.

Weber Max, (1986), La Ville, Paris, Aubier.

Notes

3 L’exposition universelle de 1900 à Paris est le premier lieu de diffusion internationale du concept de Ebenezer Howard.

4 La réhabilitation de la cité-jardin du Chemin Vert à Reims a été exemplaire tant dans le domaine de la concertation que dans le respect de l’art social qui y a été pratiqué.

1 Sociologue, maître-assistante, École d’Architecture de Paris-Belleville, chercheur, Laboratoire de l’Institut Parisien de Recherche Architecture Urbanistique et Société (UMR 7543 CNRS).

Table des illustrations

Légende Illustration 1 – La Maison pour tous (actuellement cinéma Jean Vigo) compose toujours avec le jardin public le centre de la cité-jardins de Gennevilliers.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1095/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Légende Illustration 2.1
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1095/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Illustration 2.2
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1095/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Légende Illustration 3 – La Butte Rouge, interface entre le bois de Verrières et la Nationale, protège son intimité par la réorganisation de ses jardins familiaux.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1095/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 695k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable