Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

I. Formes urbaines, cultures et modes de vie

L’expérience esthétique ordinaire de l’architecture. Parcours en espace public

Jean-François Augoyard

Texte intégral

  • 1 Philosophe, urbaniste, musicologue, directeur de recherche au CNRS (DR1). Directeur adjoint de l’U (...)

1Note portant sur l’auteur1

INTENTIONS

2De nombreux travaux en sciences sociales et en architecture ont abordé la morphologie urbaine depuis trente ans mais essentiellement par la collecte d’observations savantes et, moins fréquemment, par l’observation des représentations et des pratiques ordinaires.

3En revanche, aucun travail n’a été fait sur la perception in situ de l’architecture et encore moins sur la dimension esthétique susceptible d’intervenir dans cette perception, les théories d’esthétique architecturale ne pouvant remplacer l’enquête auprès des citadins, des habitants et des usagers. Le récent développement de réflexions sur la réception esthétique de l’architecture ne concerne, hélas, que la culture savante, l’habitant et le citadin ne méritant apparemment qu’une sociologie de l’usage.

4L’intention générale de cette recherche est d’envisager la perception ordinaire de l’architecture comme une expérience esthétique incluant une dimension active. Nous cherchons à savoir comment la perception et les conduites construisent une dimension esthétique du divers architectural.

MÉTHODE, CORPUS ET ANALYSE

5Sur un corpus de formes architecturales appréhendées comme séquences perceptives de parcours en espace public, la méthode d’enquête associe trois instruments complémentaires : l’enquête ethnographique urbaine pluridisciplinaire, l’entretien semi-directif préparatoire, le parcours architectural commenté.

6Les sites d’observation ont été choisis en fonction de trois contraintes : les genres de tissus urbains et d’édifices, les cultures locales, la prégnance des images architecturales associées aux villes.

7L’enquête préparatoire visait essentiellement à choisir le nombre, la nature et la taille des sites dans lesquels se déroulerait l’enquête principale sur les perceptions esthétiques des citadins. En l’absence de tout modèle préalable, il a fallu discuter au sein de l’équipe des très nombreux critères de choix et de faisabilité. En plus de la prise de connaissance approfondie des tissus pressentis, nous avons veillé à nous entourer d’un maximum d’informations provenant de sources soit historiques, soit urbanistiques, soit sociodémographiques et socio-professionnelles mais aussi provenant d’informateurs privilégiés.

8Le travail de cette première enquête s’est déroulé comme suit.

  1. Parcours urbains exploratoires et travail en groupe sur cartes et documents iconographiques. Hypothèses sur huit à dix parcours par ville : Grenoble (image architecturale faible), Montpellier (image forte), Paris.
  2. Choix d’informateurs susceptibles de bien connaître l’espace, l’histoire, la politique, la sociologie et la culture de ces villes.
  3. Enquêtes réputationnelles auprès de trente personnes (urbanistes, architectes, sociologues, acteurs de la culture du secteur privé ou public).
  4. Comparaison des choix des informateurs avec nos hypothèses. Pour chaque ville, nous avons essayé autant que possible de concevoir une variété de parcours qui déclinent les différences suivantes : homogénéité/hétérogénéité morphologique, intersection de voirie importante/« village », permanence versus patrimonialisation ou rénovation.
  5. Analyse en détail des quatre parcours retenus dans chaque ville : campagne vidéographique et photographique et raisonnement du découpage formel des parcours en tronçons élémentaires (pour la facilité de classement et de manipulation des données).

9L’ensemble de ces données constitue le premier tome du compte rendu de recherche qui sert de référence et de ressource d’informations lors de la lecture du second tome consignant l’enquête sur les perceptions esthétiques et l’analyse.

10L’enquête principale visait à recueillir la relation de l’expérience esthétique des citadins sur le site même de la perception ordinaire.

11Les trajets retenus – d’environ vingt-cinq minutes et en sens unique – ont été parcourus tout en enregistrant les propos tenus. La consigne initiale était volontairement large : dans le cadre d’un travail sur l’environnement urbain, le parcourant avait à faire découvrir son quartier et à dire ce qu’il ressentait quant à l’architecture et aux ambiances. La consigne finale poussait à exprimer les souhaits et les idées de modification, d’amélioration, d’embellissement. Les relances ont eu pour objet de faire préciser une remarque trop elliptique et d’inciter à verbaliser ce qui restait gestuel ou enfoui dans l’expérience pré-réflexive.

12Après transcription, un premier dépouillement a été opéré par les enquêteurs selon cinq rubriques hypothétiques qui, dans un second temps, ont été les catégories dont le contenu a été validé et précisé par l’analyse de contenu transversale. La substance en est la suivante :

  1. Fonction-usage. Sous ce titre sont regroupées toutes les notations concernant les usages quotidiens triviaux et les fonctions urbaines ordinaires.
  2. Architecture et facteurs d’ambiance. Cette rubrique regroupe toutes les descriptions sur la morphologie apparente des bâtiments et des espaces publics (ornementation et signalétique comprises) ainsi que toutes les indications incluant les données physiques des ambiances : son, lumière, odeurs, chaleur-vent, densités et texture de matériau, aspect de la végétation.
  3. Sensations et sentiment d’ambiance. C’est la part sentie et ressentie concernant soit les composantes sensibles (esthétiques) de l’ambiance, soit le sentiment global de l’ambiance. Le sentiment d’ambiance peut être informé par la morphologie spatiale de quatre façons : par les formes, par le matériau, par le rapport de la corporéité à l’échelle spatiale et par ce sentiment de « l’être dans » : sentiment d’être au centre ou en périphérie, d’être enclavé ou non. Avec la notion de paysage, c’est l’organisation esthétique de l’atmosphère d’un lieu qui est mise en valeur : structure, composition, configurations et agencements. Césures, distorsions, degré d’ouverture ou de fermeture, diversité ou monotonie, cycles saisonniers et climatiques rythment ainsi l’alternance des atmosphères urbaines.
  4. Traits de la vie sociale. Les quatre façons de regrouper les expressions sur la présence sociale dans une atmosphère urbaine sont : les genres de citadins évoqués, les activités socio-économiques dominantes, le sentiment de densité ou de vacuité, les rythmes sociaux gérant des climats urbains différents. En quelques situations d’ambiance, le sens du lieu est absorbé fortement ou complètement par la prégnance d’un objet-signe ou icône architecturale. Enfin, nous avons regroupé dans les « modalités d’être diffuses » ce qui touche aux deux tropismes fondamentaux du vivant attraction/répulsion, selon trois régimes : aise/malaise, insouciance/vigilance, sentiment de sécurité/sentiment d’insécurité.
  5. Jugement esthétique. On regroupe dans cette entrée tout énoncé évaluant des formes ou des ambiances selon une appréciation positive ou négative qui engage le goût, suppose un champ de références catégoriel et tend à s’affirmer sur un mode universel (indiscutable). L’analyse a permis de dégager, en sus du modèle canonique – objet-appréciation-valeur-attributs –, six autres formes de jugements esthétiques pratiqués quotidiennement.

13On notera que l’expérience esthétique stricto sensu n’a pas été isolée des dimensions qui font partie intégrante de la perception architecturale. Si l’expérience esthétique existe bien sur le fond d’une suspension des autres genres d’expériences, c’est-à-dire avec le type d’attention qui lui est propre, les autres modalités (usage, données physiques) peuvent toujours en constituer l’horizon, le contexte ou le matériau.

RÉSULTATS

14Conduite comme un travail exploratoire, cette recherche finit par montrer la possibilité, jusque-là hypothétique, de mettre au jour et d’étudier méthodiquement une réelle compétence esthétique ordinaire qui engage la sensibilité pratique et non seulement le jugement de goût. Elle éprouve ensuite des techniques d’observation et d’enquête viables mais susceptibles d’amélioration et de réagencement.

15Ouverts et provisoires, les résultats dégagent un ensemble de constantes et de tendances dans la réception actuelle et non savante de l’architecture abordée à partir de l’espace public ou « l’entre-bâtiments » [Zevi, 1976]. Il resterait donc à explorer l’autre part de l’architecture : l’intérieur, le dedans.

16En fin de compte, l’expérience esthétique non savante de l’architecture et des formes urbaines se décline selon deux grands registres : celui d’une configuration esthésique et souvent pré-réflexive du divers perceptible dans l’espace construit et celui d’une construction de représentations passant par sept variétés de jugements de goût. Plus précisément, on voit trois processus remarquables par lesquels l’attitude esthétique ordinaire est opérante.

17Le premier tient à l’existence d’offrandes esthétiques ouvertes à deux grands genres de saisie pratique, soit elles interagissent avec des conduites perceptives, réactions ou actions immédiatement liées à la situation concrète, soit elles entrent en résonance avec des représentations mémorielles et, surtout, imaginaires.

18Déployé en quatre modalités de passage d’un état dans un autre, le deuxième processus, celui d’artiation ou d’esthétisation est presque le symétrique du premier. Il répond aux questions : comment quelque chose devient artistique et, plus généralement (donc pour les objets non réputés d’emblée artistiques), comment quelque chose devient esthétique ou inesthétique (car le processus inverse existe : désartiations et désesthétisations) ?

19On relève enfin, un ensemble de conduites de recherche et de compulsion ou, au contraire, d’évitement et de fuite, directement liées au ressenti ou à l’appréciation esthétique. Ces « effets esthétiques » [Sulzer, 1767] très efficaces montrent bien que la dimension esthétique n’est pas seulement de l’ordre de la représentation judicatoire (dont l’attribut académique de « désintéressement » est à revoir sérieusement) mais aussi du sentiment chevillé à la perception (le juger primitif) et de la pratique. C’est bien en ce sens qu’il faut comprendre le déplacement vers la notion d’expérience esthétique que nous avons voulu opérer.

VALORISATION

20Augoyard Jean-François, (2003), « Déambulation et ambiances urbaines », communication à la Séance publique du séminaire national Quelle qualité de vi(ll)e pour demain ? Produits, services, parcours, ambiances adaptés aux rythmes et modes de vie actuels, DATAR et Communauté Urbaine de Nancy, Nancy, décembre 2003.

21Augoyard Jean-François, (2004), « L’esperienza estetica quotidiana dell’Architettura », Conférence d’ouverture au Colloque inaugural européen ARCH/ART Progetto di spazi sensoriali in contesti territoriali, Torino, Castello Valentino, 27 mars 2004.

22mailto:jean-francois.augoyard@grenoble.archi.fr
Centre de recherche sur l’espace sonore et l’environnement urbain (CRESSON)
UMR 1563 « Ambiances architecturales et urbaine »
CNRS/Ministère de la Culture et de la Communication.
École d’Architecture de Grenoble
BP 2636
38036 Grenoble Cedex 02
Tél. : 04 76 63 83 36

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Sulzer Johanne Georg, (1767), Nouvelle théorie des plaisirs. Voir Deloche Bernard, (2002), « Aux sources de la théorie de la réception, l’esthétique de Johanne Georg Sulzer », Cahiers thématiques architecture, histoire/conception. La réception de l’architecture, Lille, Éd. de l’École d’Architecture de Lille, Diff. Paris, J.M. Place.

Zevi Bruno, (1976), Apprendre à voir l’architecture, Paris, Éd. de Minuit, Première édition : 1951.

Notes

1 Philosophe, urbaniste, musicologue, directeur de recherche au CNRS (DR1). Directeur adjoint de l’UMR « Ambiances architecturales et urbaines » (UMR 1563 CNRS/Ministère de la Culture). Membre du Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’Environnement Urbain (CRESSON) à l’École d’Architecture de Grenoble.

Auteur

Responsable scientifique

Avec Martine Leroux, Catherine Aventin, Erwan Augoyard.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540