Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

I. Formes urbaines, cultures et modes de vie

Introduction

Gérard Baudin et Jean-Louis Fabiani

Texte intégral

  • 1 Sociologue, École d’Architecture de la Ville et des Territoires, Marne-la-Vallée, chercheur au Lab (...)

1Note portant sur l’auteur1

  • 2 Sociologue, directeur d’études à l’EHESS, membre de l’UMR CNRS/Ministère de la Culture 2558 LAHIC.

2Note portant sur l’auteur2

3Nous voudrions préalablement vous livrer ce que l’on pourrait appeler le mode d’emploi de ce qui va être exposé maintenant.

4Un premier point semble important à souligner : pour nous, il ne s’agit en aucun cas de juger ou d’évaluer les recherches présentées. Cela se fait dans d’autres lieux et dans d’autres dispositifs institutionnels clairement identifiés. L’exercice auquel nous nous livrons vise à rendre compte des échanges qui ont eu lieu pendant ces journées, dans le cadre de cet atelier.

5Autant que faire se peut, nous ne citerons pas de noms de chercheurs ni, a priori, les recherches qui ont été présentées. Si c’est ponctuellement le cas, cela ne signifie pas que celles qui ne sont pas mentionnées étaient moins importantes ou moins intéressantes : c’est la totalité des travaux présentés qui a permis l’émergence de questions et a été à l’origine de débats.

6Ainsi que d’autres rapporteurs l’ont déclaré, notre atelier a permis la communication de recherches très diverses, voire éclatées, concernant tant les thèmes qu’elles abordaient, que l’approche et la discipline à laquelle elles se rapportaient, leur état d’avancement et leur type.

7Ainsi, des disciplines comme la géographie, l’économie, l’anthropologie, la sociologie, la psychologie sociale, la philosophie… ont été mobilisées. Certains travaux en étaient à leur commencement, d’autres faisaient suite à des investigations entreprises depuis des années.

8Enfin, ces recherches avaient des caractères divers, certaines s’approchant de l’expertise, d’autres étaient plus classiques, une recherche-action nous a également été présentée.

9Partant du principe que nous n’avions pas à justifier l’intitulé de cet atelier, pas plus que nous l’abordions en ayant à l’esprit, a priori, une synthèse et des axes de regroupements des recherches, nous vous présenterons les travaux de notre atelier à partir de deux registres d’interrogations (expression à notre avis préférable à la notion de thématique puisque plus représentative de notre perspective). Puis, nous vous soumettrons quelques réflexions d’ordre méthodologique et épistémologique sous-jacentes aux débats. Enfin, nous vous proposerons quelques interrogations prospectives pouvant constituer des possibles prolongements de l’ACIV.

10Il faut remarquer qu’au-delà des disparités disciplinaires quant à la construction de l’objet, les échelles pertinentes et les modes de traitement des données, l’intercompréhension dominait entre des traditions de recherche bien différentes.

11Ainsi, nous nous interrogerons à la fin de notre compte rendu sur la question de l’interdisciplinarité, mais il valait la peine, en introduisant ce rapport, de souligner la façon dont nous coexistons dans la capacité de comprendre la pluralité des approches de la question urbaine, même si nous parvenons très rarement à définir les contours d’une approche véritablement intégrée.

12On peut donc constater d’entrée le caractère très résistant du modèle disciplinaire, sa robustesse pourrait-on dire : il n’est pas question de le déplorer ou de s’en féliciter, mais il est notable que des équipes très multidisciplinaires se réduisent en cours de route, parfois jusqu’à une approche monodisciplinaire.

13Nous avons aussi constaté, au-delà de la diversité des approches, l’intérêt pour la dimension transnationale des faits urbains, mais aussi la disparition étonnante de certains objets qui ont fait longtemps le miel des analyses urbaines, par exemple le mode de vie et les classes sociales, où d’une manière plus générale, les collectifs.

DEUX REGISTRES D’INTERROGATIONS

IDENTITÉ ET TERRITOIRE

14Les différents exposés et discussions nous ont suggéré une question simple voire simpliste : dans quel monde vivons-nous, comment l’utilise-t-on ? Plus précisément : est-ce que les notions de territoire et d’identité ont le même sens qu’il y a quelques années, si toutefois elles ont encore un sens et quels sont éventuellement les rapports que ces notions entretiennent entre elles aujourd’hui ?

Identité…

15Pour ce qui est de l’identité et pour être rigoureux, il faut noter que cette notion n’a pas été abordée en tant que telle au cours de ces journées. Il a été question d’appartenance et, qui plus est, d’appartenances au pluriel, de la multiplicité des appartenances.

16Comme nous le savons, il existe des signes dont on pourrait dire qu’ils nous collent à la peau, jusqu’à devenir des stigmates. Au-delà de ceux-ci, il en est d’autres qu’on peut emporter ou non : ce sont les papiers d’identité, les cartes bancaires, les cartes d’abonnements, de sécurité sociale, etc. qui nous lient à des mondes différents et nous y projettent. C’est aussi le cas du téléphone portable qui vaut adresse pour nombre de personnes sans papiers.

17Certains signes d’appartenance sont aussi relatifs : il constituent une référence et ont une signification limitée dans l’espace. C’est par exemple le cas des accents dont les déclinaisons peuvent nous identifier dans un espace restreint, décryptables seulement par des personnes proches, mitoyennes, limitrophes…

…Territoire…

18Pour ce qui est du territoire, l’atelier a abordé cette notion par la mobilité, la migration, les nouvelles technologies d’information et de communication. Si l’on pouvait synthétiser nos débats à ce propos, il semblerait que certains territoires aient changé de nature, dans leur perception, dans leur configuration.

19Ainsi, le territoire étatique apparaîtrait moins lisible, moins matériellement concret. Par exemple, pour le migrant, ce territoire continue d’exister mais son bornage est informatique. Ce qui ne signifie pas qu’il soit virtuel au sens où il n’aurait pas d’effets mais, désormais, ces effets seraient peut-être différents.

20D’un autre côté, le local, la commune, ou la ville apparaîtrait comme plus lisible, plus visible, plus prégnante en tant qu’espace marqué certes physiquement mais aussi socialement puisque c’est là qu’on voit davantage autrui. Ainsi, l’espace physiquement voire socialement identifiable et repérable relèverait davantage du local, particulièrement depuis les lois de décentralisation et les nombreux guichets qu’il accueille.

… Et leurs (nouveaux ?) rapports

21Ceci brièvement exposé, deux questions émergent, pour complexifier cette dichotomie sommaire.

22Comment le local crée-t-il des cercles d’appartenance ? Est-ce qu’il existe un continuum entre le corps et l’espace, les espaces fréquentés, potentiellement ou réellement, ou est-ce qu’il y a rupture ?

23Nous appartenons à différents espaces et les différents dispositifs institutionnels nous assujettissent suivant leurs propres catégories qui renvoient chacune à des périmètres, à des territoires différents qui s’emboîtent. Alors, comment les individus ou les groupes font-ils avec ces emboîtements, comment les agencent-ils dans leur vie quotidienne et quelles ressources constituent-ils pour la définition de leur identité ?

24À ce propos, le migrant serait peut-être un cas limite, un cas extrême pour comprendre et expliquer ces processus. Ainsi, à la notion de trajectoire se substituerait la notion de « traçabilité migratoire »… Mais est-ce si nouveau quand, en référence aux travaux de Gérard Noiriel, on sait qu’à la fin du xixe siècle, le migrant était expédié de son pays d’origine vers des usines situées en France, avec des relais, des contrôles, au point qu’on pouvait l’assimiler à un colis postal, un paquet suivi…

À propos des formes urbaines

25L’intitulé de l’atelier mentionnait les « formes urbaines ». Il en a été peu question, au moins explicitement. Reste que malgré les impacts qui seraient dûs aux NTIC, on s’aperçoit finalement que le centre possède toujours autant d’attractivité et que la forme même de la ville n’en semble pas notablement affectée. Ainsi, il a été constaté que l’installation des fibres optiques suivait les tracés des réseaux déjà existants (routes, autoroutes, voies ferrées).

26De plus, dans ce débat implicite sur les formes urbaines, transparaît une opposition où la morphologie serait parée d’inférences dépassant le cadre matériel : à la ville compacte, dense européenne, territoire d’accueil et de production d’une mixité sociale et fonctionnelle, s’opposerait une ville étalée et ségréguée.

27Mais plutôt que de s’interroger sur les formes urbaines proprement dites, les réflexions de l’atelier suggèrent qu’il faut davantage approcher ce thème par la valeur qui est accordée à ces formes, par leurs représentations sociales. Ainsi, les changements d’occupation sociale, la récupération de ces formes, le remodelage semblent être des approches plus pertinentes pour appréhender les processus à l’œuvre. Il s’agirait donc plutôt de requalification, de reconversion que de véritables mutations morphologiques. À l’origine de ces transformations, on trouve certes les NTIC (réhabilitation de bâtiments, nouvelles constructions dans des tissus qui ne sont pas toujours périphériques ou créés de toutes pièces...) mais également les activités culturelles (lofts, squats d’artistes) qui préfigureraient des transformations progressives tant sociales que spatiales, qui n’affecteraient pas brutalement les villes.

28Pour clore ces réflexions, ce réagencement des territoires et leurs rapports avec les processus de construction d’identité pourraient être déclinés, du point de vue de l’individu ou des groupes, suivant une échelle allant d’un ancrage aux territoires de nature mythique et finalement temporaire à une errance généralisée.

CULTURES

29Si la notion de culture entendue au sens de cadre organisateur de l’analyse (au sens où l’on peut parler de « cultures urbaines » de formes différentes) n’est pas vraiment présente, les objets culturels traversent l’ensemble de la réflexion. Les villes contemporaines sont appréhendées à partir de phénomènes culturels qu’on ne peut pas réduire mais que l’on peut organiser à partir du fil conducteur que constitue la production de la valeur.

30Plutôt que des rapports, les chercheurs tendent à analyser des processus, parmi lesquels ceux de la particularisation et de la constitution de formes superposées de mémoire collective urbaine peuvent être particulièrement distingués. Cinq points nous ont paru particulièrement forts dans la discussion.

Le patrimoine comme arme urbaine

31La question de la valeur urbaine connaît un indicateur synthétique efficace et universel : le prix du mètre carré, qui permet de diviser et de qualifier rapidement l’espace urbain. Les économistes se sont ainsi interrogés sur l’effet des opérations de rénovation. Si les effets existent, ils ne sont pas pour autant directs et linéaires, et peuvent porter sur des zones adjacentes, ce qui souligne le caractère parfois paradoxal d’opérations volontaristes.

32Mais l’inscription des groupes dans la ville a aussi un versant non monétaire, celui de la revendication patrimoniale. Celle-ci est plutôt l’arme des non-possédants, si l’on entend par patrimoine la reconnaissance sociale et institutionnelle de la validité historique de formes urbaines traditionnelles, qui leur permette de résister aux menaces du temps, particulièrement du temps économique : l’ancrage historique est pour certains locataires des cités-jardins ou les habitants du quartier de Sokol à Moscou dépourvus de ressources monétaires un moyen de résister à des mouvements de transformation de l’organisation urbaine impulsés par des individus et des groupes mieux dotés en capital économique. Il reste à évaluer la capacité de résistance ou d’innovation qu’impliquent ces formes de résistance patrimoniale, notamment dans les cas où le combat est particulièrement inégal, comme à Moscou.

33La production de relations sociales telle que les anthropologues l’analysent dans le cadre du marché de Saint-Denis ou du centre commercial de Cergy-Pontoise peut être considérée comme une activité patrimoniale coproduite qui constitue l’échange marchand dans un espace symbolique spécifique. Même des catastrophes, comme un tremblement de terre, peuvent être l’occasion de développer des stratégies patrimoniales.

34Il reste à s’interroger sur ceux qui ne sont ni propriétaires ni locataires, et qui n’ont pas à l’évidence la mémoire du lieu : les migrants qui en retour de l’absence de ressources économiques, spatiales et patrimoniales, n’en développent pas moins une série de compétences immatérielles qui peuvent avoir des effets sur l’organisation urbaine. Les sans-papier s’opposent sous ce rapport aux chauffeurs de taxi, attachés, peut-être fictivement, à un patrimoine culturel parisien où ils imaginent avoir circulé en liberté, et qui développent une véritable hostilité à l’égard des innovations technologiques qui accentuent le maillage et le quadrillage de leurs activités. Le passé parisien est ici mobilisé dans un mal-être bien présent.

À la recherche de la grandeur verte ?

35Comment estimer la valeur d’une forme particulière de patrimoine dans la ville ? La question de la « grandeur verte » a occupé les présentations d’économistes et de géographes attachés, avec des moyens très différents, à sortir des évaluations subjectives qui donnent du prix à la verdure : parfois les arbres cachent la forêt d’autres variables (la division sociale de l’espace, la recherche d’une sécurité imaginée). C’est à une définition acceptable par tous de la valeur verte qu’on s’est attaché, même s’il reste du chemin à parcourir pour parvenir à un accord sur ce qui est « naturel » dans l’espace urbain, ou sur la division du vert public et du vert privé, ou enfin du vert bourgeois et du vert des pauvres.

Le mouvement des enclosures urbaines

36La division de l’espace peut s’accommoder du flou des transitions et d’une forme de continuum urbain, mais elle prend parfois des formes plus objectivantes. En confrontant l’analyse des gated communities de Los Angeles, sorte de caricature de la fermeture sociale et sécuritaire de l’espace et les formes de densification par occupation « clôturante » de l’espace urbain moscovite, on peut contribuer à l’analyse des phénomènes de transformations par fermeture et usages spécifiques de l’espace qui sont autant de formes de privatisation de la ville. On perçoit sans peine à quel point ces stratégies urbaines sécessionnistes s’appuient sur une intense prédation privée des ressources publiques et sur l’intensification de la ségrégation économique et sociale.

Public/privé : où en est-on ?

37Les recherches présentées conduisent donc à s’interroger sur les recompositions des frontières public/privé.

38En quoi l’état contemporain des villes permet t’il de fournir des points de vue sur la persistance ou le déclin inéluctable des formes publiques de vie sociale ?

39Les notions d’espace public (pour autant que celle-ci soit vraiment pertinente, à condition qu’on ne la spatialise pas trop) ou celle d’intérêt public se trouvent mise à l’épreuve dans toutes les recompositions contemporaines des configurations urbaines. Elles posent aussi, en creux, la question de la démocratie.

Dynamiques de l’événement

40Les discussions ont été stimulées par l’analyse d’un tremblement de terre. On s’est interrogé sur la dynamique propre de l’événement. Sans reprendre les vieilles querelles sur les relations entre structures et occurrences singulières, on a été conduit à se demander comment rendre compte de la pluralité des constructions sociales de l’événement dans un contexte singulier et sur les opportunités stratégiques qu’offre dans l’espace urbain la disruption significative du cours ordinaire des choses.

REMARQUES ÉPISTÉMOLOGIQUES ET MÉTHODOLOGIQUES

L’INTERDISCIPLINARITÉ

41La question de l’interdisciplinarité, maintes fois évoquée et particulièrement saillante dans la recherche urbaine, s’est posée dans notre atelier de manière évidente. En effet, pour reprendre ce qui vient d’être dit, de nombreuses recherches ont exploré le « vert » : vert au sens de marques repérables géographiquement, vert quantifiable en superficie dans un département pour expliquer la variation des prix fonciers, vert au sens de variable expliquant le vert politique (le vote écologiste), vert décliné suivant ses modes d’appréhension et de représentation, etc. Et nous avons pu constater, certes la complémentarité de ces différentes approches, mais aussi la difficulté de les mettre en relation pour pouvoir cumuler leurs résultats.

42Un problème crucial semble important à résoudre : il s’agit, si possible, de poser clairement les fondements spécifiques de chaque discipline et les hypothèses retenues dans les limites de chacune d’elle lors de l’investigation. Ainsi, il faudrait s’interroger à partir du point de vue de géographes quand ils déclarent que « représentation vaut réalité » ; de même, il convient de dégager aussi explicitement que possible le modèle sociétal sous-jacent et les conduites prêtées aux individus dans les approches économiques.

43Lié à ce qui précède, c’est bien de la saisie de la réalité dont il est question. Outre qu’elle semble fondamentalement irréductible, se pose la question de savoir, en écho à une quête d’assurance, si toute action, tout processus peut être modélisable, au risque, pour reprendre une dichotomie désormais classique, de confondre, de transformer une logique pratique en une logique logique.

LES TEMPORALITÉS

44On évoque souvent les temporalités urbaines… Mais il convient aussi, dans le cadre de cette action incitative de s’emparer d’une question importante qui s’est dégagée des débats de l’atelier. Il s’agit des rapports, des décalages, des « dyschronies » entre le temps de la recherche et celui de l’objet qu’elle est censée saisir et analyser, le (ou les) temps de la ville, du monde.

45Cette interrogation permet de poser en des termes explicites et peut-être heuristiques la question de la demande sociale et institutionnelle, de la sollicitation de la recherche. Elle permet également de réfléchir sur les spécificités propres à chaque discipline, tant dans leur fondement que dans les méthodes qu’elles mobilisent. Est-ce si dommageable, pour le dire en termes simples, que la recherche ne réagisse pas aux injonctions pressantes du politique et qu’elles ne livrent pas toujours des résultats immédiatement transformables et utilisables ? Il y a des effets de mode...

46Et peut-être que ce décalage dans le temps (et entre demande et résultat) permet de replacer les termes d’une sollicitation sur une plus longue durée, de distinguer entre des processus profonds, structurels et « l’écume des jours ».

DÉCALAGES ENCORE

47Le décalage entre les préoccupations de l’ACIV et celles des sessions plénières et des multiples ateliers organisés à l’occasion du premier congrès de l’association française de sociologie est remarquable. Les sujets de ces sessions sont évocateurs : « Où va le capitalisme français ? », « École et inégalités », « La protection sociale », « Le populaire et le politique », « Classes sociales et individu »…

48Il ne s’agit pas ici de juger de la pertinence comparée de ces préoccupations, formulées dans des contextes totalement différents, mais simplement de noter, en écho avec la question des temporalités posée précédemment, qu’il conviendrait d’adopter une posture plus réflexive. Le déficit de réflexivité n’épargne aucun champ – d’ailleurs, des chercheurs ont assumé leur responsabilité dans la diffusion de notions comme celle de « visibilité » (des immigrés) auprès des élus locaux – mais on ne peut reprendre à notre compte sans examen critique des pseudo-concepts comme celui de « bobos ».

QUESTIONS PROSPECTIVES

49Deux perspectives peuvent être dégagées, mais là encore rien n’est fixé.

  • La première est celle de la prise en compte progressive de la dimension transnationale des questions urbaines entendues dans leur dimension anthropologique. Si les recherches restent le plus souvent prises dans un cadre national qui fournit le registre explicatif pour une bonne part (le rapport particulier des Russes à la propriété, l’habitus misonéiste du taxi parisien), il est clair que l’internationalisation d’un certain nombre de pratiques sociales peut donner prise à des enquêtes renouvelées. On pense en particulier aux logiques d’appropriation différenciées que peut inciter l’implantation progressive d’une enseigne comme Ikea dans l’espace européen. Mais il y aurait bien d’autres pistes, suscitées par l’observation des migrants qui contribuent, avec leurs ressources propres, à la requalification de l’espace européen.
  • La seconde est celle de la notion d’intégration. Que signifie-t-elle à l’aune des observations recueillies dans cet atelier sur les rapports de l’identité et du territoire, des nouvelles cultures patrimoniales, de la fermeture croissante d’un certain type d’espace ou de la recomposition de l’articulation public/privé ? Dans un univers marqué par la problématique de la gestion des incertitudes (contre les problématiques anciennes de la planification et même de la prévision), cette question doit faire l’objet d’une approche renouvelée et inventive.

50mailto:Gerard.Baudin@univ-paris8.fr
Laboratoire TMU – UMR CNRS 7136
Institut Français d’Urbanisme
4, rue A. Nobel
Cité Descartes
77420 Champs-sur-Marne
Tél. : 01 64 68 49 68

51mailto:fabiani.jean-louis@wanadoo.fr
EHESS

54, boulevard Raspail
75006 Paris

Notes

1 Sociologue, École d’Architecture de la Ville et des Territoires, Marne-la-Vallée, chercheur au Laboratoire Théorie des Mutations Urbaines (LTMU).

2 Sociologue, directeur d’études à l’EHESS, membre de l’UMR CNRS/Ministère de la Culture 2558 LAHIC.

Auteurs

Rapporteurs

Rapporteurs

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540