Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

L’action concertée incitative ville

Marie-Flore Mattei et Jean-Marc Rennes

Texte intégral

  • 1 Ingénieur des travaux publics de l’État.

1Note portant sur l’auteur1

  • 2 Ingénieur d’études, CNRS.

2Note portant sur l’auteur2

3S’inscrivant dans les priorités du gouvernement en matière de recherche définies par le Comité interministériel de la recherche scientifique et technologique du 1er juin 1999, l’Action Concertée Incitative Ville (ACIV) a été créée cette même année afin de contribuer à mieux comprendre les enjeux urbains contemporains, les transformations en cours et d’anticiper les évolutions futures.

4Transformation des liens sociaux, développement des inégalités, avenir des centres-villes et des périphéries, modes de vie et qualité de la vie, gestion des ressources et de l’environnement, usages des technologies et services urbains, fiabilité des systèmes techniques, développement économique, autant de questions sociales et politiques, technologiques et économiques qui méritaient d’être appréhendées dans le court terme et dans une perspective à long terme.

5Destinée à promouvoir une recherche fondamentale et pluridisciplinaire, l’ACIV visait à renouveler l’approche scientifique des grandes questions posées à notre société et à ouvrir des perspectives aux différents acteurs urbains. Elle prenait en compte la capitalisation scientifique des six années d’existence (1992-1998) du Programme Interdisciplinaire de Recherche sur la ville (PIR-Villes du CNRS) et devait se développer dans la concertation avec d’autres programmes incitatifs (par exemple le PUCA du Ministère de l’Équipement ou la DATAR). Il s’agissait également d’encourager l’innovation et l’accès des jeunes à la recherche. Le croisement de disciplines différentes était sollicité, tout particulièrement entre les sciences humaines et sociales (histoire, géographie, sociologie…) et les sciences et les techniques de l’urbain (climatologie, eau, énergie, réseaux…). Les approches comparatives aux échelles européenne et internationale étaient vivement souhaitées. Le programme s’appuyait sur diverses modalités d’incitation : appels à propositions largement ouverts ou plus focalisés, soutien à des pôles ou à des réseaux, contrats « jeunes chercheurs » et allocations de thèse, actions de valorisation.

  • 3 Ingénieur des Ponts et Chaussées, direction de la technologie.
  • 4 Sociologue, directeur de recherche au CNRS.
  • 5 Historien, professeur des universités.

6En quatre ans, trois directeurs se sont succédés : de 1999 à 2000 Élisabeth Dupont-Kerland3, de 2000 à 2001 Francis Godard4, puis à partir de 2001 Rémi Baudouï5. L’équipe quant à elle était constituée de deux chargés de mission Marie-Flore Mattei et Jean-Marc Rennes, assurant le suivi scientifique des équipes financées, et de Michèle Guillemot, qui assumait la gestion administrative et financière.

  • 6 François Ascher, professeur à l’Institut Français d’Urbanisme, Université de Paris VIII ; Gérard A (...)

7Un Conseil Scientifique présidé par François Ascher et composé de dix-neuf membres6 aux appartenances disciplinaires très diverses, avait pour rôle de définir les grandes orientations scientifiques, de siéger en tant que jury de sélection tant pour les appels d’offres que pour l’attribution des bourses de doctorat.

8L’ACIV a bénéficié, pendant ses cinq années d’activité, d’un budget cumulé d’un peu plus de quarante millions de francs.

APPEL À PROPOSITIONS 1999

9En 1999, le premier appel à propositions, intitulé « La ville, enjeux de société et questions scientifiques » portait sur des thématiques assez larges mais se saisissant également de domaines peu explorés. Quatre thèmes le structuraient.

DYNAMIQUES URBAINES ET MUTATIONS SOCIALES

10L’accent était mis sur trois sous-thèmes.

11Le premier, Modifications d’échelles et recomposition des systèmes territoriaux, incitait à l’analyse de l’articulation entre les différents principes de découpage des territoires urbains, à l’appréhension des dynamiques territoriales telles que les processus de développement ou de déclin des villes ou les facteurs d’attractivité des espaces urbains.

12En découlaient des interrogations sur le mode de gouvernement des villes : quels sont les territoires pertinents pour l’action publique, comment s’organisent la coopération et la solidarité entre les différentes échelles territoriales ? Quelles sont les représentations spécifiques des différentes catégories d’acteurs soumis à la transformation institutionnelle de leur cadre d’action ?

13Pour le second, Cohésion sociale et citoyenneté, l’interrogation a porté principalement sur le renouvellement de la notion de citoyenneté et de ses formes d’expression ainsi que sur l’émergence de nouvelles pratiques collectives. Il s’agissait aussi d’analyser la manière dont la participation des citoyens et des usagers réinterroge la représentation politique, les modes de légitimation des décisions publiques. Afin d’apporter une contribution à l’évaluation des politiques urbaines, et de la « politique de la ville », la mise au point d’indicateurs d’inégalité était également sollicitée.

14Le troisième, Formes urbaines et modes de vie, était centré sur l’organisation des espaces-temps des citadins découlant de la désynchronisation liée aux nouveaux modes d’organisation du travail et aux nouvelles mobilités.

VILLES ET TECHNOLOGIES

15Le souhait dans ce domaine était d’aller au-delà des analyses courantes d’impact des technologies sur la société en s’interrogeant sur la manière dont les individus s’emparent de celles-ci, les transforment et expriment de nouveaux besoins. Dans cette perspective, les grands systèmes techniques urbains et les services urbains étaient proposés à la réflexion : problèmes de la gestion et de l’évolution des systèmes techniques dans la durée (fiabilité et sécurité ; impact des choix d’hier sur ceux d’aujourd’hui et de demain) ; passage de services de masse homogènes et standardisés à des services individualisés et diversifiés et risques d’accroissement des inégalités sociales, individuelles et territoriales.

MILIEUX PHYSIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX URBAINS

16Il s’agissait de confronter l’analyse des milieux avec celles des représentations et des pratiques citadines, afin de mieux identifier les processus de qualification des ambiances et des paysages de la ville. On incitait à travailler sur des démarches plus intégrées, susceptibles d’appuyer les politiques urbaines et les procédures de conception, de production et de gestion du cadre de vie urbain. Pour y répondre trois sous-thèmes étaient privilégiés :

  • Relations entre les pratiques sociales, les formes de développement urbain d’une part et l’évolution des milieux physiques et environnementaux d’autre part.
  • Perception des qualités sensorielles de la ville par ses habitants et ses usagers.
  • Modélisation et simulation (climatologie urbaine, bruit, santé)

LA VILLE ENTRE PATRIMOINE ET MODERNITÉ

17L’objectif de cet axe était de stimuler les recherches sur les systèmes et les facteurs intervenant dans la dynamique de la patrimonialisation inhérente à la modernité. Connaissance indispensable pour dépasser, dans les analyses comme dans les actions collectives et volontaires, les représentations dichotomiques, qui rangent d’un côté le changement, le mondial, l’autonomie croissante des individus et la multi-appartenance, et de l’autre la permanence, l’héritage, le local, les communautés de proximité. Comment les singularités d’une ville peuvent-elles être protégées, mises en valeur ou exploitées au bénéfice du plus grand nombre ? Comment peut-on, en matière d’urbanisme, d’architecture et d’art urbain concilier des demandes de plus en plus variées et parfois conflictuelles ? Quel savoir-faire et quels nouveaux outils sont nécessaires pour concevoir et gérer les villes oscillant entre renouvellement et conservation ?

18Les quatre thèmes de cet appel à propositions ont eu une large audience puisque deux cent quatre-vingt-deux projets ont été reçus. Chacun d’entre-eux a fait l’objet d’une double expertise scientifique extérieure avant d’être soumis à l’appréciation d’un jury, composé de membres du conseil scientifique et d’autres experts. Soixante-sept projets ont été ainsi financés. Ces projets ont ensuite été regroupés en six thématiques qui ont fait l’objet de plusieurs séminaires de suivi et d’échanges organisés au Ministère de la Recherche durant deux ans :

  • Formes urbaines cultures et modes de vie.
  • Cohésion sociale et citoyenneté.
  • Modifications d’échelles, recomposition des systèmes territoriaux et gouvernance.
  • Cultures urbanistiques : des sources de l’histoire urbaine au développement urbain durable.
  • Milieux physiques, ambiances urbaines et technologies.
  • Management, gestion et systèmes techniques.

19La procédure spécifique s’adressant aux jeunes chercheurs a bénéficié à six post-doctorants.

20Une plaquette de présentation de l’ensemble des recherches financées a été éditée et diffusée.

L’ANNÉE 2000 : MISE EN PLACE DE PÔLES DE COMPÉTENCES

21Après une première année de l’ACIV caractérisée par un appel à propositions largement ouvert, tant du point des vues des thèmes que des équipes concernées, le Ministre de la Recherche a souhaité que la priorité soit donnée à des opérations structurantes par un soutien apporté à des « pôles de compétences » et à des « réseaux » pérennes, ce qui a constitué le noyau central de la programmation.

22Trois grands thèmes ont été retenus :

VILLES, TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET NOUVEAUX SERVICES URBAINS

  • Les nouvelles technologies pour l’amélioration de l’autonomie et de la mobilité en milieu urbain : télémédecine et déplacements des malvoyants.
  • Les politiques urbaines et les TIC. Des politiques d’accompagnement aux politiques d’expérimentation.
  • Transport public urbain : nouvelle économie des services et service public d’accessibilité.

MODES DE VIE, ESPACES ET TEMPORALITÉS DE LA VIE URBAINE ET TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION

  • NTIC, mondialisation et territorialisation.
  • Technologies de la communication et développement des transports urbains.
  • NTIC et réseaux d’appartenance.

RENOUVELLEMENT URBAIN

  • Modalités matérielles et techniques du renouvellement urbain : caractérisation des états physiques liés au vieillissement et à la dégradation des faces et des surfaces urbaines.
  • Encadrement juridique et politiques de renouvellement urbain.
  • Quels sols pour la ville de demain ?

23Autour de la problématique des technologies de l’information et de la communication (TIC) l’équipe de l’ACIV a co-dirigé avec la revue La Recherche la publication d’un numéro hors série intitulé « ville.com ».

2001 : UN NOUVEL APPEL À PROJETS

24Pour 2001, la direction de l’ACIV et le conseil scientifique ont décidé de revenir à la procédure de l’appel d’offres (mais plus ciblé que celui de 1999) en retenant quatre grands thèmes, deux d’entre eux s’inscrivant dans la continuité des actions antérieures, les deux autres impliquant en particulier, un travail de clarification conceptuelle. Les quatre thèmes proposés étaient les suivants :

NOUVELLES TECHNOLOGIES ET DIFFÉRENCIATIONS SOCIALES ET SPATIALES

25On proposait d’analyser, en milieu urbain, les interactions entre technologies de l’information et de la communication (TIC) et transformations spatiales et sociales ainsi que les relations entre TIC et processus de différenciation sociale. Les TIC accentuent-elles ou contribuent-elles à diminuer les différences sociales ? Quelles relations existe-t-il entre relégation sociale et relégation numérique ? Quels nouveaux types de liens sociaux émergent ?

26On interrogeait également les TIC comme instruments ou facteurs d’autonomisation individuelle (par exemple accentuation ou non des clivages intergroupes et intergénérationnels). Il était enfin suggéré d’explorer les liens existant entre l’émergence – via les TIC – de nouveaux modes d’organisation du travail (généralisation de la flexibilité et des capacités communicatives) et la construction des territoires de la « nouvelle économie » (autres spécialisations fonctionnelles des espaces ; e-commerce, plate-formes logistiques par exemple).

RÉSEAUX TECHNIQUES, SERVICES ET GESTION URBAINE

27Cet axe était déjà présent dans l’appel d’offres de 1999 mais peu de projets s’y étaient inscrits et la dimension interdisciplinaire en était apparue insuffisante. C’est pour cela que la thématique en a été reprise en 2001 en insistant sur une forte dimension pluridisciplinaire associant sciences sociales et sciences de l’ingénieur pour aborder des questions comme celles des grands systèmes techniques, des réseaux dits de second rang, des services de masse, des services individualisés ou des services co-produits.

POLITIQUES URBAINES ET DURABILITÉ

28Ce thème avait été décomposé en deux volets.

29Le premier visait à une approche épistémologique de la notion de durabilité, à une mise au clair conceptuelle. Sur quels savoirs s’appuie-t-elle ? La durabilité est affichée comme une des priorités des politiques urbaines, mais quelle est l’histoire de cette notion en tant que catégorie politique et/ou scientifique ? Qu’en est-il induit dans le champ scientifique, en termes de problématiques et de méthodologies spécifiques ?

30Le second s’intéressait aux politiques urbaines et à la durabilité ; il était proposé de décrire et d’analyser les modèles urbains s’y référant et les principes d’aménagement inhérents. On incitait également à la réflexion sur la construction d’une catégorie d’action intégrant à l’impératif environnemental, des considérations relatives au patrimoine, au développement économique et social, ainsi qu’à l’équité territoriale.

CITOYENNETÉ, GOUVERNEMENT DES VILLES, DÉMOCRATIE LOCALE

31On entendait susciter ici des recherches sur la définition de la citoyenneté au regard des évolutions institutionnelles entraînées par la décentralisation, par la redéfinition induite des politiques publiques et des nouvelles exigences de la société civile : que recouvre les notions de citoyenneté, de participation citoyenne, de démocratie de proximité ? quelles sont les conditions de leur émergence, leur logique de diffusion dans l’espace public ? en quoi ces notions sont-elles efficaces pour l’action publique ?

32Il s’agissait également de réfléchir sur le sens et les formes de la démocratie locale aux différentes échelles, du quartier à l’agglomération en passant par la commune :

  • Nouvelles modalités de participation et de non-participation et systèmes de représentation politique.
  • Articulations entre espaces fonctionnels et espaces de gestion politique/administrative (cohérence, représentation et légitimation politique).
  • Recompositions territoriales (agglomération, pays) et mobilisation de ressources et de partenariats nécessaires à l’application des politiques urbaines.
  • Développement de nouveaux modèles de décision.

33Pour cet appel d’offres vingt-quatre projets ont été sélectionnés selon les procédures habituelles, et des séminaires de suivi et d’échanges se sont également tenus.

ALLOCATIONS DE THÈSE

34De 1999 à 2001, suite à un appel d’offres spécifique et après sélection par le conseil scientifique, une quarantaine d’allocations de thèse « fléchées ville » ont pu être attribuées et ce, dans un éventail de disciplines très large. Un séminaire de deux journées a été organisé avec le concours de la Maison des Sciences de l’Homme de Tours, dans cette même ville en novembre 2002, réunissant l’ensemble des doctorants, des directeurs de thèse, d’autres chercheurs intéressés ainsi que des membres du conseil scientifique de l’ACIV. Un annuaire des doctorants a été publié et a fait l’objet d’une large diffusion.

2002 : MONTAGE D’UN PARTENARIAT AVEC LE BRÉSIL

35En avril 2002, les ministres de la recherche, français et brésilien, ont signé un protocole d’accord ayant comme objet de stimuler la coopération scientifique et technologique entre les deux pays. Parmi les thèmes prioritaires définis dans ce document figurait celui de « Ville, science et technologie ».

36C’est à l’ACIV qu’a incombé la mission de monter ce partenariat avec le Brésil.

37C’est dans ce cadre qu’un séminaire de travail franco-brésilien, organisé concomitamment par la France et le Brésil a eu lieu à Rio de Janeiro du 20 au 23 mai 2002.

38L’objectif de ce séminaire était de définir un programme de coopération entre les deux pays, de monter un partenariat autour de projets intégrateurs et multidisciplinaires, englobant producteurs et utilisateurs de connaissances et bien sûr de favoriser l’échange d’informations sur des recherches en cours, des innovations technologiques récentes, des programmes nationaux existants.

39Après de nombreux échanges avec nos homologues brésiliens, les problèmes de la gestion urbaine, de la gouvernance et de l’accès aux services d’une part, du transport, de la mobilité et de l’aménagement urbain d’autre part ainsi que les questions liées à l’eau, à l’assainissement et à l’habitat sont apparus fédérateurs ; ce sont donc ces thèmes qui ont été retenus.

40Les discussions en atelier ont été particulièrement fructueuses, un programme de coopération a été esquissé. Il a donné lieu à une publication en langue portugaise.

QUELQUES ÉLÉMENTS DE BILAN DE L’ACI-VILLE

41Le bilan de l’ACI-Ville, peut être considéré comme positif, tout d’abord par le nombre important d’opérations qui ont pu être engagées et par la mobilisation, souvent en partenariat, de chercheurs de disciplines très diverses (et pas seulement celles des sciences sociales classiquement tournées vers la recherche urbaine). On peut également mettre en valeur le pari en partie réussi, de la nouveauté des thèmes proposés et des questions traitées ainsi que de l’engagement d’équipes jusqu’ici peu investies dans la recherche sur la ville. Il faut ensuite mettre à l’actif du programme l’importance des actions de soutien aux doctorants et aux jeunes chercheurs et la qualité des séminaires de suivi qui ont joué un rôle structurant et sont venus enrichir la constitution de réseaux. On doit enfin souligner la qualité et la disponibilité des experts extérieurs sollicités.

42Le « passif » ne peut être non plus passé sous silence. Il tient pour une part dans les aléas et les incertitudes quant à la durée et à l’inscription institutionnelle de l’ACIV qui ont pesé sur la programmation ainsi qu’à certaines périodes sur la motivation et l’engagement tant du conseil scientifique que de la petite équipe d’animation du programme. On peut également regretter l’insuffisance de la coordination avec les organismes et les ministères techniques développant des programmes de recherche dans le même champ, de même que la faiblesse relative des initiatives de coopération internationale et des travaux comparatifs. Les décalages entre les temps scientifiques de l’élaboration et de la diffusion de la programmation, ceux du déroulement des actions de recherche et les temps administratifs et financiers n’a pas été sans poser de problèmes, sans parler des décisions de gel de crédits. La recherche incitative sur la ville, objet multiforme, changeant et complexe a besoin de pouvoir s’inscrire dans une durée compatible avec le temps nécessaire à la réflexion scientifique amont, à une programmation raisonnée et indépendante des aléas politiques. Les recherches doivent pouvoir être conduites à leur terme et être l’objet d’actions de valorisation qui puissent contribuer à une réelle capitalisation scientifique.

QUATRE ANS DE RECHERCHE URBAINE 2001-2004…

43Ce présent recueil comprend le résumé de l’ensemble des recherches financées, qu’elles aient ou non été présentées lors du colloque de clôture de l’ACIV. Ce colloque, articulant séances plénières et ateliers parallèles, a rassemblé les équipes financées et a permis de débattre des recherches engagées (achevées ou en cours) ; il a réuni plus de quatres-cents participants.

44Comme tout classement, la répartition de chacune des synthèses dans l’un des six chapitres présente une part d’arbitraire, il doit permettre cependant au lecteur de trouver par ce biais un état des savoirs sur six grandes questions relatives au monde urbain. En outre chaque chapitre est introduit par le texte de deux rapporteurs qui ont animé les séances lors des journées des 1er, 2 et 3 mars 2004. Une postface enfin propose les réflexions de quatre chercheurs en termes de prospective concernant ce vaste domaine qu’est la recherche sur les villes.

45mailto:mattei@iresco.fr
mailto:rennes@iresco.fr
IRESCO

59-61, rue Pouchet
75849 Paris Cedex 17
Tél. : 01 40 25 12 64

Notes

1 Ingénieur des travaux publics de l’État.

2 Ingénieur d’études, CNRS.

3 Ingénieur des Ponts et Chaussées, direction de la technologie.

4 Sociologue, directeur de recherche au CNRS.

5 Historien, professeur des universités.

6 François Ascher, professeur à l’Institut Français d’Urbanisme, Université de Paris VIII ; Gérard Althabe, professeur d’anthropologie sociale, directeur d’études, EHESS ; Daniel Augello, directeur délégué à la politique des transports chez Renault ; Francis Beaucire, professeur de géographie, Université de Cergy-Pontoise ; Georges Cavallier, ingénieur général des Ponts et Chaussées ; Jean-Marie Delarue, directeur des libertés publiques et des affaires juridiques au Ministère de l’Intérieur ; Guy Gilbert, professeur d’économie, Université de Paris X ; Yves Jegouzo, professeur de droit public, Université de Paris I ; Hervé Le Bras, directeur d’études, EHESS ; Dominique Lorrain, sociologue au CNRS, Centre d’Études des Mouvements Sociaux, EHESS ; Michel Lussault, professeur de géographie, Université François Rabelais de Tours ; Patrice Mestayer, Laboratoire Mécanique des Fluides, École Centrale de Nantes ; Michel Parent, directeur des transports, Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique ; Jean-Pierre Péneau, professeur, directeur du Centre de Recherche Méthodologique d’Architecture, Nantes ; Pascal Perrineau, professeur à l’Institut d’Études Politiques, directeur du Centre d’Étude de la Vie Politique Française ; Jean-Luc Pinol, professeur d’histoire contemporaine et moderne, Université François Rabelais de Tours ; Denise Pumain, professeur de géographie, Université de Paris I ; Jacques Rilling, directeur de la recherche et du développement, Centre Scientifique et Technique du Bâtiment ; Pierre Veltz, directeur de l’École Nationale des Ponts et Chaussées. Les fonctions et les appartenances institutionnelles des membres du conseil scientifique indiquées dans cette note sont celles exercées au début de l’ACIV.

Auteurs

Chargés de mission

Chargés de mission

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540