Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avec sa langue en poche…

 | 
Gilles Forlot

Conclusion générale

Texte intégral

1Au terme de cet ouvrage, revenons en quelques lignes aux questions posées initialement autour de la problématique du rapport entre migration et pratiques langagières. Il s’est agi, dans un premier temps, de situer ce que l’on peut, non sans hésitation, appeler la « communauté » française au sein de la francophonie canadienne hors Québec, notamment dans la mégalopole moderne et multiculturelle de Toronto. Dispersés et peu nombreux en regard de la population totale de la capitale ontarienne et de beaucoup de ses autres groupes d’immigrants, ces Français ont ceci d’original qu’en s’expatriant, ils passent d’un statut majoritaire sur les plans culturel et linguistique à une position minoritaire non seulement au sein de la société ontarienne, mais aussi à l’intérieur d’une francophonie déjà existante.

2Pour plonger dans ce monde de migrants, mon ouverture initiale aura été ma propre expérience et ma connaissance du terrain de cette migration. Si, par prudence, j’ai laissé de côté certaines formes d’introspection, le contact avec le terrain que m’ont offert ces quelques années de ma vie à Toronto a tout de même permis de sélectionner ou d’éliminer certaines hypothèses en vue de construire une problématique centrale axée sur l’idée d’une construction parallèle du parcours migratoire et des pratiques langagières dans un processus dynamique à effet réciproque. Optant pour une approche ethnographique constructiviste, j’ai résolu de faire parler ces hommes et ces femmes de leurs parcours et tenter de croiser les discours issus d’entretiens avec des conduites sociales et sociolangagières relevées durant quelques années d’observation dans plusieurs lieux, notamment scolaires et professionnels.

3Reste à savoir si ce travail de recherche a été auto-anthropologique (Jackson, 1987 ; Strathern, 1987). En étudiant de façon ethnographique un groupe et des individus qui partagent un certain nombre de valeurs culturelles et la même langue que moi, j’ai certainement surmonté les pièges du contresens interprétatif qui peut émerger lorsque le chercheur enquête sur une communauté qui lui est étrangère (Fasold, 1990 : 50). Cependant, ces valeurs culturelles que nous avions en commun ne se limitaient pas à une langue, une histoire culturelle, une gastronomie, etc., insuffisantes pour interpréter convenablement les discours et les attitudes langagières de Français immigrés à Toronto. Nous partagions une trajectoire globalement identique, c’est-à-dire tous les éléments mentionnés ci-dessus, mais aussi une histoire personnelle qui se ressemblait sur le plan migratoire. À l’instar de Lindenfeld dans son étude sur les Français aux États-Unis (2002), je voyais en eux certaines parties de mon propre parcours. Ce qu’ils me disaient était rarement mystérieux. La migration est un processus et un parcours, comme je l’ai défini dans le chapitre 2 (section 2.2), qui se vit de façon complexe. Un migrant traverse souvent un grand nombre d’étapes dans lesquelles un autre migrant se retrouve, même s’il ne les a pas vécues directement, en même temps ou dans le même ordre.

4Toutefois, tenter de comprendre un objet sociologique au travers de son propre parcours, sa propre vie, n’est pas toujours gage de scientificité. En d’autres termes, la méthode introspective, en sociologie, en ethnographie ou en sociolinguistique, présente des dangers, particulièrement celui de la grande difficulté de dissocier le chercheur sujet « épistémique » (qui cherche à connaître) du chercheur « sujet égocentrique », c’est-à-dire celui qui existe avant tout (Mucchielli, 1994 : 23). Fasold souligne qu’un sociolinguiste qui étudie sa propre communauté se met certes à l’abri de faire des interprétations erronées ou déformées par le prisme de sa propre culture, mais se met aussi en danger de considérer des phénomènes comme ordinaires au point d’omettre de les étudier (Fasold, 1990).

5Rejetant donc l’introspection au sens strict comme instrument de recueil des données, j’ai toutefois rarement pu m’empêcher de comparer, d’évaluer, de prédire en fonction de ma propre expérience, recherchant sans doute inconsciemment cet équilibre entre objectivité scientifique et validation empirico-subjective. C’est ce qui explique aussi certaines interprétations intuitives auxquelles je me suis livré par rapport au corpus. Ma connaissance du terrain et de ces gens me paraît cependant garantir des analyses exactes, en regard de la combinaison entre leur vécu, leur discours, mes observations et ma propre expérience de migrant dans une situation similaire. Il est d’ailleurs probable que cette expérience et les discours auxquels j’ai été exposé dans les entretiens et les observations m’ont permis à la fois d’émettre des hypothèses de construction de mon savoir et de donner un sens partagé à ma propre migration. Peut-être certains lecteurs y retrouveront eux aussi des bribes d’analyse de leurs parcours…

6Dans ces espaces et au cours des échanges, formels ou informels, que j’ai eus avec ces Français, j’ai pris conscience que cette migration était autre chose qu’une simple transplantation d’une terre à une autre. En cela, elle présente un visage d’une grande originalité par rapport à la mobilité de nature économique, ou par rapport aux déplacements de la misère ou de la guerre à laquelle on associe – trop souvent (Portes, 1997 ; Dumont, 2005) – la migration. Parmi ces « Hexagonaux », j’ai même constaté que la mobilité géographique allait au-delà du trajet d’un point de départ à un point d’arrivée et que pour certains, elle constituait une véritable culture, acquise bien avant le voyage lui-même. Construite à la fois sur un héritage constitué de contacts avec l’altérité, la diversité et certaines formes de métissage, ainsi que sur une quête, parfois illusoire, de la nouveauté et de la réussite dans le Nouveau Monde, cette migration est plus profonde qu’il n’y paraît. En d’autres termes, les coups de tête censés déclencher les départs sont en grande partie des mythes, car le rapport entre risques et bénéfices de la migration est très souvent calculé.

  • 1 Par la fréquentation de son propre cercle ethnoculturel et linguistique, par l’investissement dans (...)

7Dans ce contexte canadien, on constate notamment que la langue joue un rôle très important dans ce calcul, parce qu’au-delà d’un outil pouvant – ou non – servir au migrant à son arrivée dans la partie anglophone du pays, elle est souvent perçue comme un moyen de minimiser les risques de cette migration. Partir servira au moins à apprendre l’anglais, se disent nombre de candidats au départ. Puis, la langue devient un instrument permettant de maximiser le rendement de la mobilité, puisque la maîtrise conjointe de la langue majoritaire et de la langue minoritaire officielle ouvre un champ nouveau au migrant, tant sur le plan social1 que sur le plan professionnel.

8En somme, comme une sociolinguistique nouvelle l’a montré (Cameron, 2000a ; 2000b ; Heller, 2002), on assiste à une « marchandification » – commodification, en anglais – des ressources linguistiques dans laquelle la langue participe de la construction des trajectoires migratoires, mais aussi des positionnements des acteurs de ce marché par rapport aux diverses composantes de cette francophonie fragmentée. Aussi, nombreux sont les immigrants français qui, à un moment ou à un autre, désirent ou doivent capitaliser leur bilinguisme en Ontario, c'est-à-dire ramasser les fruits de ce que leur origine et leur transplantation leur offrent sur le plan langagier.

9Bien sûr, au Canada anglophone urbain, comme sans doute dans toute société d’immigration, les différents types d’affiliation – réelle ou symbolique – révèlent toute la complexité des phénomènes migratoires. J’ai posé, en filigrane de cet ouvrage et parfois de façon implicite, la question de la construction, petit à petit, d’une francophonie nouvelle à Toronto et celle de la définition, en son sein, d’une communauté française aux rapports complexes et à la composition fragmentée.

10On constatera, en comparant ce travail à celui de la recherche sur le multiculturalisme francophone torontois (cf. Quell, 2000, entre autres), que cette francité française a tout autant de mal à se redéfinir en migration que les autres composantes de la francophonie torontoise. Elle est, à de multiples égards, à l’image de cette dernière : elle oscille, à divers degrés et à différents moments de l’expérience migratoire, entre ceux qui s’investissent dans les cercles exclusivement anglophones et s’y fondent progressivement, et ceux qui, à l’autre extrême, s’imposent comme les fers de lance de la lutte pour la reproduction d’une identité franco-ontarienne prise dans son acception la plus traditionnaliste (au sens de Heller, 2002). Aussi, dans cette transplantation d’un groupe de Français vers une ville anglophone où le français joue un rôle non négligeable, cette étude a voulu mettre en relief le rôle que jouent les langues et plus généralement les pratiques langagières dans les processus d’adaptation de chaque migrant à son nouveau milieu.

  • 2 Et, bien sûr, de ce que l’on en dit (Forlot, 2005 : 311-367).

11Cet ouvrage a aussi tenté de montrer la prégnance des tensions entre ce que j’ai appelé la vision ethnicisante/communautaire et le développement d’une expérience migratoire complètement désethnicisée, voire transnationale. Dans cette tension, les pratiques langagières, notamment en famille où se reproduit – ou non – la langue du ou des ascendants immigrés, constituent l’indicateur d’une trajectoire migratoire en train de se dérouler. Dans ce contexte, il convenait d’observer les langues non pas dans leurs formes, mais au travers de ce que l’on en fait2. Les actes, les discours et les représentations trahissent la place qu’a pris le migrant dans sa « nouvelle » société et ses positionnements par rapport aux questions d’identité ethnique (ou désethnicisée) et sociale, par rapport aux dissensions intra-communautaires et inter-communautaires et, pour finir, par rapport aux questions de pouvoir et de domination. Cette place, elle est co-produite : le migrant se l’est construite et l’Autre la lui a accordée tout au long du contact engendré par la migration.

12Ces questions de rapprochements ou de distanciations communautaires rappellent aussi le paradoxe que constitue, pour des acteurs sociaux comme ceux sur lesquels j’ai enquêté, l’espace urbain. Haut lieu du multiculturalisme et de regroupements ethno-communautaires, les villes comme Toronto permettent aussi bien d’être visible que d’être invisible. Investi dans sa communauté « ethnique » ou linguistique, on peut devenir quelqu’un dans ce lieu en continuelle constitution. On peut se battre par exemple pour construire une école, qu’elle qu’en soit son affiliation culturelle. On a pu observer que des Français immigrés comme Amandine, Céline, Aurélie et Marcel ont lutté aux côtés des Franco-Ontariens pour des intérêts parfois liés à la survie de la communauté, parfois motivés par la transmission du français en famille. Ce combat, à la fois linguistique et culturel, influe souvent sur le statut au sein de la communauté, ce qui souligne de nouveau l’impact de ces pratiques sociolangagières sur la construction du parcours migratoire. Réciproquement, ce type d’investissement produit sur la langue les transformations et adaptations progressives nécessaires à l’interaction dans la nouvelle communauté (cf. Forlot, 1996 ; 1999a ; 1999b, sur ce point particulier).

  • 3 Des us et coutumes dont les comportements sociaux et certaines formes linguistiques font partie, b (...)

13Dans une ville pluri-ethnique comme Toronto, sans véritable quartier francophone, on peut choisir, à côté des citoyens « visibles » qui ont souvent accru leurs pouvoirs dans les cercles de langue française, de disparaître pour devenir comme les autres, comme son voisin, peut-être lui aussi immigrant devenu anglo-torontois. Souvent doublement motivés par un souci d’accroître des compétences dans la langue majoritaire (l’anglais) et par la quête d’une réussite professionnelle qu’ils croient – à tort ou à raison – plus facilement réalisable au Canada qu’en France, nombre de ces migrants (Ségolène, Mathieu, Donatien, Félicien ou Sabine) ont opté pour des conduites d’adoption des us et coutumes3 de la majorité anglophone. Devenus ainsi invisibles, rien ne les empêchera cependant, un jour ou l’autre, de ressurgir à la surface de cet océan d’anglophonie…

Notes

1 Par la fréquentation de son propre cercle ethnoculturel et linguistique, par l’investissement dans la communauté franco-ontarienne ou encore par l’implication sociale avec les Anglo-Ontariens.

2 Et, bien sûr, de ce que l’on en dit (Forlot, 2005 : 311-367).

3 Des us et coutumes dont les comportements sociaux et certaines formes linguistiques font partie, bien évidemment.

© Presses universitaires de Louvain, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540