Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avec sa langue en poche…

 | 
Gilles Forlot

Chapitre 3. Pratiques langagières et identitaires dans le parcours

Texte intégral

1. Introduction

1Ce chapitre est construit autour de la problématique du rapport entre le parcours en migration – dans toute la complexité que j’ai donné au mot « parcours » dans le chapitre précédent – et les pratiques langagières et identitaires. Il s’agira de montrer que le langage, dans les usages que l’on en fait au quotidien, est central dans la construction identitaire de chaque migrant. Tout être humain se construit, durant sa vie, dans une ou plusieurs cultures, au travers d’une ou plusieurs langues et des pratiques langagières qui en sont issues. La migration, par la rencontre interculturelle qu’elle crée, impose à divers degrés l’appropriation de nouveaux repères culturels et langagiers (Beheydt et Demeulenaere, 2003).

2L’exposé débutera par la définition d’un certain nombre de termes et la mise en place de jalons théoriques qui émanent non seulement de la littérature scientifique sur les questions concernés, mais aussi du matériau analytique issu du corpus, tout cela dans une l’optique constructiviste et dynamique d’une analyse anthropologique et langagière. Nous verrons ensuite que dans une ville comme Toronto, aux multiples visages linguistiques et culturels, le migrant français effectue des choix d’investissements langagiers différents qui sont étroitement reliés à des choix identitaires et que ces différents types de choix se font tantôt stratégies, tantôt contraintes, ce lors de différentes phases traversées par le migrant dans l’expatriation.

  • 1 Dans cette recherche, l’hétéro-acceptation se définit comme le processus par lequel un acteur soci (...)

3Ces stratégies, qu’elles soient tournées vers la francophonie, vers l’anglophonie majoritaire ou vers le développement de compétences multiculturelles (Taylor, 1994 ; Quell, 2000) ou de réflexes transnationaux (Basch et al., 1994 ; Hannerz, 1996 ; 1997 ; Kennedy et Roudometof, 2001), relèvent aussi bien d’un souci d’intégration et d’hétéro-acceptation 1 dans la société dite d’accueil que d’une capitalisation de biens linguistiques sur un marché où les langues, notamment pour les « possesseurs » du français, peuvent jouer un rôle qui dépasse le culturel et l’anecdotique et représenter un double enjeu. Il s’agit d’abord d’augmenter les bénéfices personnels et simultanément, ou consécutivement, de participer selon diverses modalités à l’émergence d’une culture communautaire de langue française à Toronto. Celle-ci prend, on le verra, plusieurs formes comme l’investissement dans une francophonie torontoise pluraliste, dans une société multiculturelle et mondialisante, ou encore dans une « francité française » transplantée à Toronto.

4Une question méthodologique surgit – ou resurgit – donc à ce stade de l’analyse : les pratiques langagières se mesurent en actes, en discours et en formes linguistiques. Les discours de l’interview ont la particularité d’être fortement métalinguistiques et méta-identitaires. En disant ce qu’ils ont à dire, les interviewés, de façon performative, construisent aussi leurs représentations. Ils mettent en mots leurs façonnements identitaire, ethnoculturel et linguistique. Cet ensemble constitue ce que l’on peut appeler les pratiques langagières, dont j’approfondie la théorisation ci-dessous.

5Conjointement à l’imaginaire et aux représentations, le discours trahit le rôle des langues dans les processus de sécurité ou d’insécurité identitaire, ou pour être plus fidèle à l’optique dynamique qu’induisent les parcours migratoires, de sécurisation, d’insécurisation et de re-sécurisation. L’interview peut servir, implicitement ou explicitement, d’espace de mise en mots et parfois même de théorisation sur les phénomènes d’adaptation culturelle et linguistique. Ainsi, les données relevant des questions d’investissements communautaires, d’apprentissage de la culture et de la (ou des) langue(s) d’accueil, de même que celles qui indiquent des positionnements sur et par rapport à un marché se trouvent thématisées et analysées dans les pages qui suivent.

2. Des pratiques langagières

6Concept couramment utilisé par les philosophes et les sociologues, la pratique s’entend ici comme la dynamique créant des contenus sociaux par un travail régulier, réfléchi et assumé par l’acteur social, mais aussi soumis à la relativité de la situation ainsi qu’à des normes morales et sociales imposées de l’extérieur. Celles-ci sont de diverses natures et se déclinent notamment dans des actes qui renvoient à des comportements (ou des conduites), des attitudes (au sens que leur donne la psychologie sociale) et un discours.

7Apparue à la fin des années 1970, l’expression « pratiques langagières » a été définie par J. Boutet, P. Fiala et J. Simonin-Grumbach (1976) comme des pratiques sociales possédant une double régulation. Déterminées par le social et ses situations en même temps qu’elles produisent des effets sur ces situations, ces types de pratiques contribuent ainsi à les transformer (Boutet et al., 1976 ; Boutet, 1994 : 60-65 ; 1995 : 250).

8On comprend bien ici le principe de circularité et de réciprocité des influences entre le social et le langagier, ainsi que le rapport co-constructif à effet réciproque entre pratiques et situation : c’est dans et par les situations que les pratiques prennent forme, mais ces pratiques sont aussi constitutives des situations. Partant, cette optique illustre bien la réciprocité des effets de deux types de pratiques les unes sur les autres. D’une part, le processus migratoire – lui aussi constitué d’une multitude de modalités qui s’actualisent dans des discours et des conduites – et d’autre part les pratiques langagières.

9S’inscrivant dans une approche davantage cognitive et éducative, Élisabeth Bautier considère que « les pratiques langagières sont les manifestations résultant dans les activités de langage de l’interaction entre différents facteurs linguistiques, psychologiques, sociologiques, culturels, éducatifs, affectifs (…) constitutifs des caractéristiques individuelles et du groupe » (Bautier-Castaing, 1981 : 4). Cette approche permet aussi d’appréhender les pratiques langagières comme ne se limitant pas aux aspects proprement linguistiques, même si la langue en demeure un volet fondamental. Bautier rappelle à juste titre que la notion de pratiques langagières met de l’intelligibilité dans la diversité et l’hétérogénéité des phénomènes liés au langage (Bautier, 1995 ; 1997).

  • 2 En sociologie, la démarche du constructivisme consiste à prendre en compte les mécanismes par lesq (...)

10Je proposerai ici d’une part de définir les pratiques langagières comme des activités conscientes (ou réflexives) et inconscientes mettant en jeu une interaction de phénomènes liés au langage (pris dans sa globalité), activités dont l’exécution, située dans le temps et l’espace, a systématiquement pour origine la situation de l’acteur dans une structure sociale composée d’espaces discursifs et pour effet de le re-situer dans cette structure. On rappellera ici que les sociologies constructivistes, en dépit de leurs approches diverses, récusent toutes l’opposition entre holisme et individualisme2, n’acceptant d’accorder le primat ni aux acteurs ni aux structures et préférant imbriquer ces deux éléments qui n’ont pas d’existence les uns sans les autres (Berger et Luckmann, 1986).

11Pour le sociologue britannique Anthony Giddens, la structuration de la société consiste en un processus de relations sociales se structurant dans le temps et dans l’espace, par l’entremise de la dualité du structurel. Les agents ne se constituent pas indépendamment des structures, mais tout cela s’effectue dans une dualité (Giddens, 1987). Pour lui comme pour Berger et Luckmann (1986), la société existe à deux niveaux, celui des structures sociales et celui des représentations des agents. Ces deux niveaux se renforcent mutuellement dans la pratique du fait des routines à l’œuvre dans l’exécution des actions sociales et acquièrent par là même une certaine « solidité ».

12En empruntant à l’ethnométhodologie la notion de compétence, Giddens décrit la manière dont les agents puisent leurs repères pour agir dans les situations. Pour lui, l’acteur social ne dispose pas forcément d’une conscience discursive lui permettant d’expliquer ce qu’il fait. En revanche, ce même acteur a une conscience pratique qui agit et fonde son action sur certains points d’appui (puisés dans la réalité) ainsi que sur son expérience passée (Giddens, 1987 : 52-54).

13Cette perspective permet de souligner à nouveau que dans les questions de méthodes d’investigation, la primauté doit être accordée à la découverte de la structuration par l’observation des actes quotidiens et par la participation au dialogue, c'est-à-dire, sur un plan purement méthodologique, par la confrontation du chercheur aux données qualitatives du terrain, récoltées par la fréquentation des lieux sur lesquels il enquête.

3. Les pratiques sociales communautaires, ou le poids de l’implication

3.1. De la communauté au continuum d’ethnicisation

  • 3 Pour une présentation historique, voir Chevillet (1993). D’autre part, Rampton (2000) fait une syn (...)

14Lorsqu’on aborde la dimension collective des pratiques sociolangagières, il semble important de définir ce que l’on entend par communauté. Il n’est pas question ici d’entrer dans un débat qui anime la sociolinguistique depuis les années soixante : celui de la communauté linguistique3. Il s’agit plutôt de se positionner par rapport à ce débat dans l’optique de redéfinir ultérieurement ce qu’on entend par communauté, en regard non pas d’une approche théorique ou philosophique, mais par le constat empirique de la façon dont les membres des groupes étudiés ici construisent leurs identités ethnoculturelles et collectives.

15Après une longue période où la notion de communauté s’incarnait surtout dans une communion d’essence divine prônée par le pouvoir ecclésiastique médiéval (Ferréol, 2003), la notion de communauté émerge dans la pensée sociale dès le xixe siècle, notamment dans les écrits des précurseurs de la sociologie que furent Tönnies, Weber, Simmel et Durkheim. La notion de communauté se trouve ainsi souvent théorisée de façon clivée, par exemple dans la distinction entre « solidarité mécanique » et « solidarité organique » développée par Durkheim ou la dichotomie entre communauté (Gemeinschaft) et société (Gesellschaft) énoncée par Tönnies et exploitée de façon dynamique par Weber dans les concepts de communalisation (Vergemeinschaftung) et de sociation (Vergesellschaftung).

  • 4 Voir dans Chevillet (1993 : 5-15) la présentation du glissement de la vision dialectologique à l’a (...)

16Sur le plan sociolangagier, les collectivités ont d’abord été perçues non pas en termes communautaires – donc par l’aspect humain – mais plutôt par le biais du rapport entre géographie et réalisation dialectale4. Progressivement, depuis les années cinquante et soixante, les chercheurs s’essaient à des définitions de la communauté non pas en termes de structure de la langue, mais à partir de critères davantage groupaux et interactifs, à savoir le lien entre l’individu, son parler, le groupe et les relations de hiérarchisation qui s’ensuivent.

  • 5 « A speech community is a group of people who interact by means of speech. » Bloomfield (1933 : 42
  • 6 La communauté linguistique est conçue comme un groupe social « held together by frequency of socia (...)
  • 7 Cité dans Chevillet (1993 : 9). Il s’agit de ma traduction.

17Depuis qu’en 1933, Bloomfield introduit la notion d’interaction dans les discussions sur la communauté linguistique5, se rajoutent peu à peu, à mesure que les recherches se confrontent et se comparent, les concepts de rapprochement par la fréquence d’interaction et de distance dues aux carences communicatives 6 (Gumperz, 1962, 1968) ainsi que le concept de normes d’utilisation, que J. Fishman d’un côté et W. Labov de l’autre introduisent dans la littérature sociolinguistique. Fishman (1971) parle d’une communauté dont les « membres partagent au moins une variété unique de langue et les normes pour son utilisation appropriée »7, alors que Labov insiste sur les modes d’évaluation du comportement linguistique plutôt que sur une éventuelle uniformité d’usage : « il semble possible de définir une communauté linguistique comme un groupe de locuteurs qui partagent un ensemble d’attitudes sociales envers la langue » (Labov, 1972 : 248 [ma traduction]).

  • 8 Son argument repose sur la distinction de N. Dorian (1981) entre « membres » et « participants » d (...)

18D’aucuns rappellent la règle des trois unités qui régissent la constitution d’une communauté linguistique. L’unité spatiale est celle par laquelle la communauté se trouve délimitée géographiquement et politiquement. L’unité temporelle, quant à elle, souligne l’aspect synchronique de la communauté. Pour finir, l’unité culturelle permet aux membres de la communauté d’interagir en rapport avec des valeurs et un patrimoine culturel communs. Toutefois, contrairement à ce qu’avance Chevillet (1993 : 11), il est difficile de saisir pourquoi un « étranger » à une communauté donnée ne pourrait prétendre à l’accession à celle-ci en vertu de simples motifs linguistiques8, car si cet étranger se place en regard des trois unités mentionnées ci-dessus, son statut d’« étranger-participant » finira par se confondre avec celui de membre.

19Il est fort probable que les dysfonctionnements de la théorisation sur l’intégration (ou non-intégration) de l’individu étranger au groupe proviennent en partie de la notion de communauté linguistique. Tenant d’une conception figée, ou « fixiste », de la langue et des interactions verbales, elle empêche toute vision dynamisante de la construction identitaire dans les questions de mobilité, que cette dernière soit sociale (à savoir l’ascension à des classes ou des sociogroupes supérieurs ou différents) ou géographique (la migration interne ou internationale, par exemple).

20Pour rompre avec les principes d’une certaine sociolinguistique traditionnelle, la prétendue unité temporelle doit être révisée. En effet, pour resituer le débat au Canada, on peut se référer, entre autres, au travail de C. Moïse (1995 ; 1999) qui montre que le fait français en Ontario (chez les Franco-Ontariens, s’entend) ne se réduit pas à des questions linguistiques. Le lien avec la famille, au travers des questions de la filiation et de la patronymie, de même que le lien avec les origines (Moïse, 1999 : 168) permettent d’ancrer l’identité dans une histoire et dans une mémoire à tisser, d’autant que celle-ci est, en Ontario français, « fugitive, fragile, en perte d’ancrage » (ibid. : 182). Aussi, s’il est vrai que les communautés ou, pour contourner le problème épistémologique que ce terme pose, les groupes sociaux et linguistiques évoluent dans le temps, ils évoluent aussi au gré des discours et des situations d’interactions.

  • 9 La notion de « sphères linguistiques » renvoie à la conception de Baggioni, Moreau et Robillard d’ (...)

21C’est l’essence même des travaux constructivistes (au sens sociologique) et interactionnistes (au sens linguistique) d’avoir montré que la communauté se constitue au fil des repositionnements constants qui permettent de maintenir un équilibre communicationnel (Bretegnier, 2002b). Toutefois, que l’on en souligne son aspect dynamique et interactionnel ou non, le débat sur la communauté linguistique reste centré sur une vision « localisante » du groupe social dans laquelle on maintient ou on transforme des pratiques par rapport à des normes de référence. De même, dans cette vision, la langue produit des effets sur l’inclusion/exclusion dans les « sphères sociolinguistiques » (Bretegnier, 2002a) constituant la communauté linguistique dans son ensemble9. Celle-ci, façonnée artificiellement pour des raisons souvent heuristiques, se transforme ainsi en micro-unités de gestion de ressources linguistiques (Baggioni, Moreau et Robillard, 1997 : 91-92), où chaque locuteur prend position face à ses ressources et à ses besoins communicationnels.

  • 10 On verra cependant plus bas (cf. les extraits des interviews de Sabine et de Donatien) qu’une dich (...)

22Dans le contexte qui m’intéresse ici, la difficulté de dessiner les contours d’une communauté linguistique est double. D’abord, dans cette sphère migratoire francophone au Canada anglophone, circonscrire un français de référence (Francard, 2000 ; Swiggers, 2000) n’est pas aisé, car les dépositaires mêmes de cette prétendue norme – les plus éduqués, ou, par exemple dans le cas des Français de Toronto, les enseignants envoyés « en mission » par la France – se trouvent à la fois au contact d’un environnement majoritaire anglophone et, pour peu qu’ils fassent le pas de le découvrir, d’un milieu minoritaire francophone d’origine canadienne. Parallèlement, la mission de ces gens voudrait, idéalement du moins10, que leurs pratiques langagières ne les enferment pas dans un isolement identitaire marginalisé. Toronto n’est ni une ville en état de siège, ni un lieu où les communautés minoritaires (immigrantes et francophones, par exemple), n’entrent jamais en contact les unes avec les autres. Ainsi, la norme de référence, dans une ville d’immigration, ne peut plus être perçue comme identique à celle du pays d’origine : les gens et la langue changent, précisément parce que l’expérience change.

23L’autre difficulté est inhérente à la composition et à l’hétérogénéité de la population torontoise, particulièrement de sa francophonie et donc des pratiques linguistiques d’un français répondant à des normes multiples. En 2001, 71 535 personnes de langue maternelle française habitaient à Toronto. Parmi eux, il y avait 6 385 résidents nées en France, auxquels on devait ajouter d’autres Européens francophones (Suisses, Belges et Luxembourgeois), ainsi que de nombreux ressortissants de l’Afrique (subsaharienne et du nord) et des Caraïbes (cf. chap. 1). Il est donc indéniable que la langue française dans les grandes villes canadiennes, y compris au Québec, a des visages multiples. Or, concevoir cette francophonie en terme de communauté est une approche risquée, parce qu’elle figerait cette multitude bigarrée en un groupe, alors que c’est principalement la dynamique sociale qui construit les affiliations et désaffiliations groupales.

24Il est vrai aussi que si l’on fait abstraction des différences formelles qui caractérisent les variantes linguistiques françaises d’un Parisien, d’un Liégeois, d’un Montréalais ou d’un Dakarois, tous ces locuteurs sont à même d’interagir dans la même langue. C’est même cette langue, le français, par-delà sa variation, qui peut contribuer à les rapprocher. Aussi, outre ces différences de structures et donc de perceptions de normes, on a affaire avant tout à un continuum d’ethnicisation des mouvements de rapprochements et de construction identitaire. Cela signifie que la construction identitaire telle qu’elle apparaît dans les interviews et dans les observations s’échelonne sur ce continuum, entre une ethnicisation intense et la plus totale désethnicisation des interactions sociales.

25De prime abord, cette perspective paraîtra, aux yeux de certains, offrir en fin de compte des portraits de migrants ressemblant à ceux que les catégorisations des psychologues sociaux construisent (Berry, 1983 ; 1987 ; Manço, 1999). Toutefois, elle offre une approche différente en ce qu’elle s’inscrit dans le discours et dans le contexte des pratiques quotidiennes. Ainsi, plutôt que de faire correspondre à chaque migrant une conduite d’intégration à la société d’accueil, on considérera ici qu’un acteur social aura différents types d’affiliations sociales, ethniques, culturelles, linguistiques, etc. en fonction de besoins, de contraintes et d’événements qu’il crée ou qui s’imposent à lui. En somme, nous sommes ici dans le cadre d’une étude qualitative, contextuelle et constructiviste qui s’intéresse tout autant aux parcours dans leur ensemble qu’aux acteurs qui en sont au centre.

26Chez les hommes et les femmes qui ont participé à cette enquête, la dynamique de convergence « communautarisante » ou de divergence « décommunautarisante » se fait notamment vis-à-vis du groupe identifié comme les Français de France, du groupe des francophones canadiens, de celui des Anglo-Canadiens ou, quatrième cas de figure, vers une « masse » non définie en termes ethniques ou linguistiques. Dans ce dernier cas, on assiste à une dé-localisation (au sens de Giddens, 1994) des rapports sociaux et à la constitution d’une identité pluriculturelle parce soumise à la mondialisation et à certaines formes de transnationalisme (Basch et al., 1994).

  • 11 Ces intérêts « collectifs » doivent être perçus comme touchant au bien-être de la collectivité dan (...)

27Pour bien comprendre ces mouvements, il faut les interpréter comme des glissements situationnels et conjoncturels, c'est-à-dire comme des actes d’identification ayant un sens dans la réalité sociale environnant le migrant et visant parfois à servir des intérêts personnels et collectifs11. C’est d’une certaine façon ce qu’exprime François dans l’extrait qui suit au sujet du Canada, tel qu’incarné par ses grandes villes :

Extrait 47 : François
47a ) j’ai 76 ans maintenant donc c’est déjà pas mal euh / avancé / et puis je suis très bien au Canada / je trouve qu’on a des avantages que les gens ne reconnaissent pas / que beaucoup de Canadiens savent pas à quel point ce pays est beau / |-mm-| // à mon avis / ils devraient voyager un peu pour aller voir comment c’est / et quand on regarde la télévision et que tous les gens se battent entre frères / qu’ils soient noirs blancs ou jaunes tout le monde s’entretue / je trouve qu’ici on a quand même un certain respect de: / et j’espère que ça va durer et je ferai tout ce que je peux pour que ça dure [François : 428-433]
47b) ben c’est toujours agréable de rencontrer |-oui-| quelqu’un qui parle sa langue / mais ça veut pas dire que ça correspond à / à un idéal parce qu’il parle français puis / j’ai des amis qui sont anglais j’ai des amis qui sont / qui sont de toutes les religions ou de toutes les races / |-oui-| puis je m’en fous [François : 499-502]

28François, au crépuscule de sa vie, livre une version pacifique de son engagement pour un monde global plus social qu’économique (extrait 47a). Il souligne quand même le rôle important que joue la langue dans les rapprochements entre hommes, mais en parle comme l’une des composantes d’une société décommunautarisée (ex. 47b), tant sur le plan ethnique que linguistique. Cela répond sans doute à la tendance, dont François est bien conscient, au regroupement ethnique en Amérique du nord, ce différentialisme qu’Emmanuel Todd a analysé comme l’un des fondements de la société américaine (Todd, 1994 : 47-64).

29Aussi, avant d’examiner la dimension langagière de l’implication française dans la métropole économique du Canada, je prendrai dès maintenant position pour une définition volontairement peu précise de la communauté : on peut y voir un groupe d’individus ne vivant pas nécessairement les uns à côté des autres, mais partageant des intérêts communs, intérêts qui déterminent finalement cette attirance et ce souci de regroupement. D’ores et déjà, ce qui ressort de cette définition est la délocalisation de cette « communauté », c'est-à-dire « "l’extraction" des relations sociales des contextes locaux d’interaction, puis leur restructuration dans des champs spatio-temporels indéfinis » (Giddens, 1994 : 29-30). On prend aussi la mesure des avatars que cette communauté subit avec le temps et les événements.

3.2. La « communauté française » : les formes de l’implication

30Transversale à tous les entretiens, on retrouve la question des formes sociales que prend la vie des Français à Toronto. Des types d’implication possibles à Toronto, que l’on grossièrement décrire comme (a) une implication franco-française, (b) une implication franco-canadienne et (c) une implication anglo-canadienne ou multiculturelle, la première est la moins motivée linguistiquement, c’est-à-dire qu’elle répond davantage à une attraction culturelle qu’à une recherche de l’interaction en français.

31Dans une ville multiculturelle et plurilingue, où règnent une relative paix sociale et une prospérité économique, et dans le cadre d’une migration généralement non contrainte par la privation des libertés fondamentales ou par les difficultés économiques en France, comment et pourquoi choisir de s’impliquer ou non dans son groupe d’origine, les Français de France ? Autrement dit, quels intérêts peuvent motiver les choix de rapprochement ou, à l’inverse, de distanciation avec sa propre communauté ?

  • 12 C’est dire leur rareté, car le vote n’est possible dans les consulats français à l’étranger qu’aux (...)

32Si pour certains l’implication ne va même pas jusqu’à fréquenter des bureaux de vote du consulat de France les jours d’élections12, on découvre que cette interrogation a partie liée, comme je l’ai laissé entendre dans le chapitre précédent au sujet du projet migratoire, avec des questions linguistiques et culturelles, elles-mêmes marquées du sceau de l’implication en termes de besoins et de stratégies.

3.2.1. Des événements déclencheurs

3.2.1.1. Au hasard des rencontres

33Contrairement à un stéréotype courant en Amérique du Nord, les Français ne se réunissent pas avec leurs compatriotes seulement pour boire le Beaujolais nouveau ou pour manger le foie gras du réveillon de Noël. Ces traits culturels « hexagonaux » relèvent surtout de l’anecdote et concernent d’ailleurs davantage l’imaginaire des Nord-Américains sur la France que les pratiques réelles des émigrés français au Canada anglophone. On ne peut certes rejeter entièrement ces faits de culture et de civilisation, car ils participent d’un maintien culturel explicite et conscient, mais il faut souligner avant tout que l’implication dans la vie française à l’étranger, notamment à Toronto est fluctuante, marquée par des événements de plus ou moins grande importance.

34L’élection d’un président de la République, la promotion et la sortie d’un film au succès retentissant ou encore la tournée de musiciens français connus donnent lieu à des rapprochements sporadiques vers la « communauté d’origine », qui converge à ces occasions dans les endroits où ont lieu ces rassemblements. Ces événements, parce qu’ils sont de nature éphémère, ne changent fondamentalement ni la structure de ce groupe pour le moins dispersé ni la configuration identitaire du migrant. Rapidement, la vie reprend son cours ordinaire. C’est ce qu’exprime Ségolène dans la citation qui suit :

Extrait 48 : Ségolène
1 Int. dans quelle mesure vous vous êtes impliquée dans la communauté des Français de France à Toronto ?
2 S. Français de France pas tellement non / à part connaître des amis qui viennent de France et se réunir pour garder un contact / Français de France |-oui-| et peut-être assister au 14 juillet au bal du consulat ou des choses comme ça
3 Int. oui / vous euh: vous recherchez ça ou est-ce qu'il a un moment dans votre séjour ici est-ce que y a eu des hauts et des bas où vous avez cherché et puis d'autres où vous avez voulu couper ou non
4 S. euh oui y a eu des hauts et des bas parce que d'abord j'habitais à Richmond Hill qui est un peu plus au nord de Toronto donc qui est un peu plus déjà décentralisée les francophones y en a moins ou bien on les trouve moins / alors que Toronto c'est une petite ville on les trouve partout en fait |-oui-| on tombe dessus comme ça euh: en allant au parc avec mes enfants
5 Int. oui / des francophones ou des Français ?
6 S. des francophones euh Français |-ah les Français-| Français
7 Int. d'accord les Français / alors c'est votre alors donc vous diriez que vous êtes pas très très impliquée
8 S. non je suis impliquée à d'autres niveaux par contre euh: avec la francophonie / euh: dans la communauté euh: par exemple / euh communauté culturelle |-mm-| des choses comme ça assister à des spectacles ou aider pour des spectacles des levées de fonds des choses comme ça [Ségolène : 130-147]

35Outre le côté éphémère (« le 14 juillet », le « bal du consulat », tour de parole 2) et imprévisible de la rencontre (« on tombe dessus comme ça », tour de parole 4), il est intéressant de constater le brouillage identificationnel auquel se livre, sûrement involontairement, Ségolène. Quand elle dit « tomber dessus comme ça », on ne sait pas, à dire vrai, si elle parle des Français ou des francophones (tours de parole 4 et 6, malgré la relance du tour de parole 5). Je reviens plus bas sur ces questions de brouillage et sur les effets de désethnicisation qu’ils produisent dans le discours.

3.2.1.2. Scolarisation et transmission

  • 13 Mathieu, Régine, Marcel, Mélodie, Charlotte, Firmin, Dimitri, Richard, Clément, Daniel, Élise.

36Pour certains Français rencontrés à l’occasion de cette enquête13, même pour ceux qui étaient engagés professionnellement dans l’éducation de langue française dans d’autres écoles, l’ouverture de l'Établissement Hexagone a représenté l’occasion de s’investir dans la France à Toronto. Comme l’indique bien le verbe « s’investir », cet acte, apparaissant a priori comme identitaire, est aussi fortement stratégique. L’exemple de Mathieu est à ce titre remarquablement parlant. Cet ingénieur français, que j’ai présenté dans le chapitre précédent comme motivé par la réussite sociale et économique dans un modèle dominant – et performant – anglo-saxon, met son projet à exécution : il s’immerge dans un milieu anglophone, sa compagne anglo-canadienne – qui a de son côté appris le français en France – y voyant un juste retour des choses. Ce faisant, lorsqu’il arrive à Toronto, il s’éloigne des francophones et a fortiori des Français :

Extrait 49 : Mathieu
en fait j’ai jamais recherché les contacts avec des francophones en fait même quand je suis arrivé à Toronto / euh au moins les deux trois premières années / j’étais content d’être complètement isolé / donc de m’isoler dans un milieu anglophone justement pour progresser mon anglais et cetera et pas avoir la tentation de parler français / donc en fait euh j’ai développé un petit peu cette: / et c’est pas que j’aime pas la France bien sûr je retourne en France avec beaucoup de plaisir à chaque fois mais quand je suis arrivé à Toronto j’avais quand même dans l’idée que j’allais avoir une expérience anglophone nord-américaine et euh j’étais pas du tout intéressé par euh essayer de recréer un milieu francophone autour de moi quoi / de participer à un milieu francophone ça m’intéressait pas c’était pas ce que je recherchais [Mathieu : 252-260]

  • 14 Certains sociologues et anthropologues ont décrit certaines formes d’assimilation comme complètes, (...)

37Toutefois, on comprend vite que l’« assimilation » ne peut être totale14 lorsque des enfants naissent ; si le migrant la souhaite pour lui-même, ou la vit inconsciemment, il se pose souvent la question de la scolarisation et de la formation cognitive, mais aussi ethno-identitaire, de sa progéniture. D’où la difficulté à réifier un objet sociologique aussi fluctuant et contextuel que l’assimilation. Ainsi, Mathieu est peu impliqué dans le fait français jusqu’à ce que le projet de création de l'Établissement Hexagone corresponde avec la scolarité secondaire de sa fille, mais le devient pour des raisons qu’il n’hésite pas à qualifier d’« égoïstes » :

Extrait 50 : Mathieu
1 Int. dans quelle mesure vous êtes impliqué dans la vie communautaire française de France // quelles sont vos relations avec les Français de France // est-ce que vous faites partie d’associations est-ce que vous allez euh
2 M. non / non ma ma seule / euh: /// participation dans quelque chose comme ça c’était donc la création de l'Établissement Hexagone et après la gestion de l'Établissement Hexagone pendant je pense ben pendant deux ans jusqu’à la fin de l’année de cinquième de XYZ (sa fille) puisque comme j’étais plus parent d’élève j’en ai profité pour disparaître dans le / dans le coucher de soleil là / donc pendant deux ans je me suis occupé de ça et c’était franchement c’était euh égoïste je veux dire c’était pas pour le:: le bien du de de la communauté en général c’était parce j’avais pour des raisons personnelles c’était important pour moi pour des raisons personnelles et donc je me suis investi pour le faire aboutir [Mathieu : 231-241]

38Sa représentation des raisons pour lesquelles il s’est impliqué révèle certes une culpabilité de passage, le sens commun associant souvent l’identité et la culture à des substances, alors qu’en fait, il s’agit de deux processus qui relèvent, en grande partie, de choix et de positionnements. Si Mathieu laisse entendre qu’il a « utilisé » l'Établissement Hexagone pour arriver à des fins personnelles, il montre bien aussi qu’un événement comme la création d’une école, minoritaire de surcroît, ne relève pas seulement d’une démarche identitaire et culturelle, mais répond socialement aussi à des questions de besoins et de stratégies en vue de la réalisation de projets. Il s’agit ici d’avoir un projet et s’investir « pour le faire aboutir », dit-il à la fin de l’extrait. Ce projet éducatif ne se limite donc pas à la recherche d’un enseignement de qualité. On retrouve un discours similaire dans les propos de Daniel et d’Élise, ainsi que de Marcel et de son épouse Mélodie. En revanche, pour ces deux couples, l’implication s’est faite à la fois pour des motifs scolaires et pour des motifs de transmission d’une identité et d’une langue. J’ai développé ailleurs (Forlot, 2005 : 287-308) la question de matérialisation d’un espace français, néanmoins interprétée de façon différente par les divers acteurs de cette communauté scolaire.

3.2.2. L’implication communautaire : les dimensions professionnelles

  • 15 Si cet ouvrage s’intéresse à des migrants de l’époque contemporaine, Creagh (1988) a montré qu’à l (...)

39Le travail, nerf de la guerre en terre d’immigration, pour des raisons à la fois de survie économique et d’intégration sociale, peut difficilement se trouver dans l’espace communautaire si celui-ci est, comme c’est le cas pour les Français, peu ethnicisé et très dispersé. Avant tout, cela signifie que la « communauté » française offre peu d’emplois à ses ressortissants et que le réseautage pratiqué dans d’autres communautés existe peu dans l’expérience de la migration15.

40De nombreuses recherches ont été consacrées aux « économies ethniques », c'est-à-dire à l’investissement professionnel dans et pour la communauté immigrée d’origine. On peut citer, entre autres, le cas des Grecs de New York qui, au premier stade de leur migration, ont cultivé les besoins commerciaux de leur propre groupe d’origine (Costantakos et Spiridakis, 2002 : 149). Portes et Böröcz (1993 : 624-625) mettent aussi en avant l’importance du lien familial et du réseau ethnique dans l’économie de certaines communautés immigrantes, citant le cas d’un maire hispano-américain de Miami ayant dû « ré-apprendre » l’espagnol avant d’entrer en politique.

  • 16 Dans son étude sur les Français de la côte ouest des États-Unis, Jacqueline Lindenfeld ne recense (...)

41Dans le cas des Français, au Canada comme aux États-Unis d’ailleurs, on soulignera avant tout une configuration et des motivations migratoires différentes de celles d’autres groupes européens. En effet, rarement poussés par la misère, les grandes difficultés économiques16 ou les persécutions politiques (Hillstrom, 1995 ; Lindenfeld, 2002), les Français se retrouvent par conséquent dans des processus migratoires qu’ils entreprennent seuls ou en groupes très restreints, presque exclusivement familiaux. Lindenfeld confirme la même tendance parmi les Français des États-Unis en ne recensant aucun participant à son enquête – sur 96 personnes – arrivé dans un groupe de plus de cinq personnes. De plus, aucun de ses répondants n’a immigré accompagné de personnes ne faisant pas partie de sa famille proche (Lindenfeld, 2002 : 54-55).

42Cela signifie qu’en arrivant à Toronto, il faut donc compter avant tout sur ses compétences, sur ses savoirs et savoir-faire pour prétendre entrer sur un marché de l’emploi certes dynamique, mais fort compétitif. Toutefois, pour certains, l’implication communautaire peut être orientée vers une double stratégie de réussite professionnelle et de maintien du contact avec la communauté d’origine. Ainsi, Dimitri, après douze ans de métiers et de travaux plus ou moins stables dans les banlieues torontoises, trouve un emploi à l'Établissement Hexagone :

Extrait 51 : Dimitri
1 D. ça va faire deux ans que je suis à l'Établissement Hexagone / avant ça j’ai travaillé trois ans dans une entreprise / euh:: une entreprise où c’est qu’on faisait des portes / et: / puis quand j’ai vu l’annonce de l'Établissement Hexagone / j’ai de suite fait une application / demandé un rendez-vous et puis je suis venu ici en tant que concierge
2 Int. pourquoi qu'est-ce qu’il y avait de plus à venir à l'Établissement Hexagone par rapport à:
3 D. oh ben c’était dans déjà la langue / |-ah oui-| / ouais / la langue parce qu’on parle français puis que c’est français et puis |-oui-| // (soupir) je languissais de / (soupir) de reprendre un peu mes / mes origines (rire léger) [Dimitri : 119-127]

  • 17 Le soupir, le silence, les hésitations ou les rires sont les marques périlinguistiques d’un balisa (...)

43Le choix de Dimitri, par-delà un souci économique de stabilité et de prospérité, est lié à des questions à la fois identitaires (« je languissais de reprendre un peu mes origines », dit-il en soupirant17) et linguistiques (« la langue », « on parle français », tour de parole 3). En réalité, en observant et en écoutant attentivement Dimitri, on comprend qu’outre la langue, ce sont les pratiques langagières qui sont en jeu ici. Certes, la langue de communication est le français, mais c’est un français dans lequel il se reconnaît, celui des siens. Reprendre ses origines, c’est aussi pouvoir communiquer avec ceux dont il partage des valeurs culturelles fondamentales. Il expliquera plus loin d’ailleurs que l’origine est difficilement dissoluble et que l’attachement à la terre d’origine qui l’anime, on le retrouve aussi parmi les Québécois qu’il a côtoyés :

Extrait 52 : Dimitri
1 Int. est-ce que vous arrivez à faire la différence entre / un francophone de l’Ontario un Franco-Ontarien / et un Québécois / qui est un petit peu comme vous // qui a changé de vie / qui est venu ici
2 D. oui / oh oui oui |-oui-| / oui un Québécois c’est / d’abord ça reste un Québécois (rires de D.) |-ah oui-| / oui / ça change pas c’est / c’est ils sont vraiment / très forts eux / |-oui oui-| / ils aiment ouais ils sont // on voit qu’ils aiment leur patrie quand même hein / ils sont ils sont vraiment ils ont ça dans le sang quand même hein |-mm-| [Dimitri : 197-203]

  • 18 Sur ce sujet et celui de la question de la territorialisation des pratiques langagières dans cette (...)

44Les immigrants comme Dimitri ou Félicien mettent bien en relief l’importance de ce qu’on pourrait appeler une compétence glottoculturelle de communication, c'est-à-dire un savoir-faire qui permet de dire les choses « comme on le dit chez nous »18. Dans un même souci stratégique de rapprochement vers la communauté, Félicien fait une tentative d’entrée dans la France à Toronto lors de l’ouverture de l'Établissement Hexagone :

Extrait 53 : Félicien
53a)
1 Int. alors finalement quand vous me dites que vous côtoyez peu de Français parce que vous en avez pas ou peu l’occasion / mais est-ce que à un moment donné vous avez essayé de : prendre vos distances aussi / avec les Français ?
2 F. j’ai pas eu à prendre de distances parce que : /
3 Int. ah oui ça s’est fait automatiquement /
4 F. non parce que je j’en ai pas rencontrés
5 Int. ah oui oui d’accord // d’accord // bon enfin c’est
6 F. mais euh / non de toute façon euh : / je ne les recherche pas (rire léger) /à un moment aussi j’ai travaillé où j’étais plus dans un milieu francophone parce que j’ai travaillé aussi euh: / pour l'Établissement Hexagone |-oui-| / donc là je travaillais pour en fin de compte pour le gouvernement français j’étais rien qu’avec des Français parce que c’était tous des Français de France / |-mm-| / bon ben là c’était un peu une époque spéciale / hein // puis c’était des collègues de travail en fin de compte |-mm-| / mais sans ça je les recherche pas quoi je |-non-| / c'est-à-dire que je fais pas partie d’une association euh : |-mm-| / je vais pas au à la fête du 14 juillet / trucs dans ce genre-là |-d'accord-| / non / |-d'accord-| / et je euh euh il me semble que les autres Français / que: que je connais // euh: c’est le même genre ils recherchent pas d’autres Français / |-mm-| non [Félicien : 336-351]
53b)
1 Int. qu'est-ce qui motivé le fait que vous ayez contacté l'Établissement Hexagone / c’est eux qui vous ont contacté ou c’est vous qui les avez contactés ?
2 F. (long soupir) /// c’est je crois que c’est moi qui les les ai contactés / |-mm-| / c’était au au tout début de euh l'Établissement Hexagone euh: s’installait à : Toronto |-mm-| // au tout début / |-oui-| / donc euh // ils recherchaient quelqu'un pour euh qui connaissait le françai:s / pour enseigner l’informatique et installer leur système informatique à l'Établissement Hexagone / donc je me suis occupé de tout / donc euh oui
3 Int. vous les avez contactés aussi parce que c’était une un établissement |-une-| institution française
4 F. oui oui / oui oui oui
5 Int. ça vous intéressait |-oui-| un peu de savoir // et puis ça vous
6 F. non mais je fuis pas les Français hein / |-oui vous-| mais je les recherche pas (rires de F.) (…)
7 Int. est-ce que de temps à autre / là depuis ces années où vous êtes au Canada est-ce que vous avez ou est-ce que vous avez eu la nostalgie un peu ?
8 F. ah oui de tous les jours / tous les jours
9 Int. tous les jours ?
10 F. oh presque tous les jours (rires de F.) // (rires de Int.) / surtout quand j’y retourne / par exemple quand j’y suis retourné y a y a: / y a quatre ans // y a quatre ans // euh c’était à l’époque / peut-être c’était y a y avait une ambiance / spéciale parce que c’était la coupe du monde / |-oui-| et donc à Paris c’était la c’était la folie enfin c’est // j’ai trouvé ça extraordinaire [Félicien : 386-411]

  • 19 Cet adjectif n’a aucune teneur péjorative ici.

45J’avais rencontré Félicien en 1995 et je l’avais effectivement trouvé fortement assimilé19 sur les plans culturel et linguistique. Lors de mon travail de terrain de l’été 2002, je souhaitais m’entretenir avec lui, car il représentait un exemple d’immigrant par définition difficile à localiser, car non impliqué dans les réseaux culturels français. Cependant et de ce fait, je craignais qu’il ne soit pas intéressé – ou qu’il ait peur – de me rencontrer, pour faire ce qu’il convient bien d’appeler un récit de vie migratoire et donc regarder une vérité que certains, surtout les plus assimilés, préfèrent parfois ne pas trop creuser.

46L’assimilation est en effet souvent perçue, en tous cas par les informateurs du corpus, comme un processus négatif de perte et d’oubli identitaires. On peut faire référence ici au témoignage de Gérard : « Vous voyez peut-être malheureusement un Français / un individuel français qui s'est tout doucement dilué dans une culture canadienne / et qui tout doucement perd son identité comme Français », disait-il en 1994. Tout en assumant sa forte intégration (il se dit « dilué ») à la vie anglo-torontoise et ses effets, notamment linguistiques, ce locuteur a recours, dans son témoignage, à la tournure adverbiale « peut-être malheureusement ».

  • 20 Ceci renvoie à une propension à chercher dans ses propres pratiques sociales des tendances général (...)

47Toutefois, dans le cas de Félicien comme dans celui de Gérard, mes craintes de refus se sont vite dispersées et Félicien m’a non seulement accueilli chez lui, mais il m’a exposé son parcours migratoire, en tentant avec moi d’en analyser les phases, de façon réflexive et à partir de ses connaissances et intuitions sur la migration. Chez Félicien comme chez d’autres, cette réflexivité sur le parcours, sollicitée dans l’entretien, génère certaines contradictions dans le discours. Il ne s’agit pas chez eux de simples discours factuels, mais souvent d’une tentative d’interprétation de la migration et de généralisation sociologisante20. Ainsi, dans l’extrait 53a, il dit ne jamais avoir recherché les Français à Toronto, mais quelques minutes plus tard, il explique, soupirant et attendant longuement avant de répondre, comme pour faire un aveu, avoir lui-même contacté l’école (ex. 53b, tour de parole 2). Cette période de son parcours est déjà, dans le discours, identifiée comme « époque spéciale » (ex. 53a, tour de parole 6) et il laisse entendre qu’il ne faut pas y voir un rapprochement de nature ethno-culturelle (« c’était des collègues de travail en fin de compte »), mais plutôt une mission professionnelle et des interactions centrées uniquement sur le travail. Le paradoxe se poursuit par sa réponse positive (« oui oui / oui oui oui », ex. 53b, tour de parole 4) à ma question sur une éventuelle motivation ethnoculturelle d’entrer en contact avec l'Établissement Hexagone.

48Comme pris au piège d’une hésitation face à ce mouvement oscillant entre la culture d’origine et la culture acquise en migration, Félicien « neutralise » le thème de la discussion en affirmant qu’il ne fuit ni ne recherche les Français de Toronto (ex. 53b, tour de parole 6, avec un « non mais » et un « hein » qui visent à lever les doutes de son interlocuteur). Ainsi, il tente de placer de façon neutre le débat sur le terrain de l’indifférence ethnoculturelle, mais ce n’est que de courte durée, car sa réponse à la question de la nostalgie est sans ambiguïté et pour le moins inattendue (ex. 53b, tour de parole 8). Cette réponse abrupte (« ah oui de tous les jours / tous les jours ») me surprend d’ailleurs à tel point que je sollicite une reformulation (53b, tour de parole 9 : « tous les jours ? »). Sans marquer de pause, sans hésitation, il déclare sa nostalgie : la France, concept général dans lequel il insère une histoire, une culture, une architecture, etc., lui manque « tous les jours », ou « presque tous les jours » (53b, tours de parole 8 et 10). On perçoit ici en quoi le discours est révélateur, mais aussi constructeur, de ce qui ressortit aux sentiments. Ainsi, il y aurait ici une forme de tension entre ce que l’on a vécu, ce que l’on dit, ce que l’on peut dire en conversation. Cela amène aussi à souligner que le discours sur l’identité relève parfois de ce que B. Gardin a appelé le « dire-difficile » (Gardin, 1988).

  • 21 Voir la distinction qu’opère M.-L. Moreau entre l’insécurité linguistique agie, se manifestant dan (...)

49On peut dès lors avancer qu’il existe, comme pour la langue, des formes d’insécurité identitaire, dont certaines sont agies et d’autres dites21. Dans les extraits n° 53a et 53b, on constate au travers des dires (le dit) de Félicien un certain nombre d’actes (l’agi) révélateurs de son insécurité identitaire. Il y a dans le corpus d’autres exemples mis en discours de l’implication stratégique dans la « communauté française », mais ceux-ci sont de nature plus linguistique que proprement identitaire, c’est-à-dire que le glissement vers la communauté se fait davantage par la volonté de capitaliser des compétences linguistiques et éducatives que par la quête du retour aux origines.

3.2.3. Une communauté double : entre besoin et rejet identificatoires

3.2.3.1. Le besoin, moteur de l’implication ?

50Certains répondants relient la notion d’implication ou de non implication communautaire à celle de besoins, soit dans l’accompagnement social, soit dans la réalisation professionnelle. Amandine, par exemple, parle d’investissement stratégique axé sur le bien-être social ou sur la réussite de projets professionnels. Après que son mari et elle furent très impliqués dans les activités sociales des Français de Toronto, elle raconte comment cela s’est progressivement estompé et esquisse une explication :

Extrait 54 : Amandine
1 A. jusque (…) dans le milieu des années 80 / donc euh on était en contact direct |-mm-| / pourquoi a-t-on laissé pfff / |-mm-| / sans doute que euh / *** (nom d’association) est rentré dans une série de chicanes qui nous ont / euh // absolument pas plu / je sais qu'on a gardé quand même des contacts avec le consulat et spécialement étant au conseil scolaire dans les années 90 / c'était absolument important / et à nouveau euh / on sent moins le besoin réellement euh / donc on fait pas partie d'organisations pour le moment françaises (…)
2 Int. vous avez ressenti le besoin de vous écarter de prendre de la distance ?
3 A. absolument pas |-non-| / absolument pas un besoin tout simplement vous savez les organisations euh / à un certain moment vous vous / vous sentez que vous en avez besoin puis d'autres moments vous en avez pas du tout besoin / puis rien ne dit que dans euh / un an ou deux on n'y retournera pas euh pour une raison ou pour une autre [Amandine : 221-234]

51Construit en termes de besoins liés à une conjoncture sociale et économique, l’investissement social, malgré les difficultés qu’Amandine semble – ou prétend – avoir à en circonscrire les mécanismes (« pourquoi a-t-on laissé pfff », tour de parole 1), est bel et bien stratégique : elle le dit quand elle parle du maintien « absolument important » (ex. 54, tour de parole 1) d’un contact avec le consulat et le confirme explicitement plus loin dans l’entretien :

Extrait 55 : Amandine
je sens que dans certaines organisations // ils s'attendent / à ce que je leur fasse // un petit peu l'honneur de faire partie de leur communauté / |-oui-| / alors moi je vais avoir besoin d'eux dans une consultation à un certain moment je vais avoir besoin de n'importe qui mais / euh je me dis il vaut mieux que je leur donne encore pour / pour recevoir [Amandine : 259-262]

52Tout au long du témoignage d’Amandine, on retrouve l’idée que le besoin est aussi le moteur principal de l’implication, qu’elles qu’en soient les formes. Ce genre de discours identifie aussi donc deux « communautés » : la France officielle à Toronto (le consulat général, l’Institut Molière, l'Établissement Hexagone) et une France moins perceptible, dans laquelle on préfère se reconnaître. Ceci entérine aussi l’idée que seule la France officielle est visible dans la ville…

3.2.3.2. Le rejet d’une certaine France, ou ne pas rester « dans [s]on petit milieu »

53À trois reprises dans son interview, Odette exprime sa vision très négative de la France et des Français, bien qu’elle soupçonne que certaines choses ont changé. Elle explique que son implication à Toronto provient de son attirance pour les valeurs de liberté et d’égalité que promeut le multiculturalisme canadien ainsi que du rejet pour la fermeture d’esprit de certains Français, tant et si bien que l’interaction avec ces derniers n’est pas un besoin et peut parfois solliciter un effort désagréable. D’autres mentionnent une activité sociale limitée à la fréquentation de leurs cercles professionnel, familial ou de voisinage, ce qui conduit à ne pas ressentir le besoin de se regrouper avec des compatriotes (Mélodie, l. 179-191, par exemple).

54Quelques interviewés expliquent que ce n’est pas par rejet a priori de la France qu’ils ne sont plus en contact avec les Français de Toronto, mais par un effet d’hétéro-distanciation, c’est-à-dire de distanciation acquise en migration, devant le constat que la « communauté française », ou en tout cas les regroupements français, sont fortement marqués par une hiérarchisation sociale et culturelle que l’on a souvent fuie dans le pays d’origine :

Extrait 56 : Donatien
1 Int. quelle a été ou quelle est / votre implication dans la vie communautaire avec les Français de France ici à Toronto
2 D. zéro
3 Int. zéro // alors expliquez-moi / essayez de m’expliquer pourquoi en fait
4 D. ///
5 Int. est-ce qu’y a une raison particulière est-ce qu’y a des événements ou est-ce que c’est simplement que ça s’est pas présenté
6 D. ça c’est pas présenté vraiment et: /// (très long silence) oh je les trouvais emmerdants // |-mm-| / je suis allé deux ou trois fois au 14 juillet et puis / ça me paraît ça me paraissait une petite communauté très étroi:te / disons /// tout ce côté un petit peu franchouilla:rd / |-oui-| // se retrouvait là mais exacerbé d’une certaine manière parce que c’est c’était tout petit / donc ça m’a jamais j’ai jamais participé : [Donatien : 172-183]

Extrait 57 : Sabine
1 Int. le milieu français expatrié / tu le fréquentes pas trop en général
2 S. non parce que y avait un milieu que j'ai vu : au début que je suis arrivée c'était genre c’était très snob / et je déteste ça / c'était très snob euh / je me rappelle avec euh deux amies françaises on était allées dans cette fête et c'était beaucoup du consulat / et à l'époque on avait dans la vingtaine et à un moment et / c’était une fête et les gens dansaient / il y avait ce cercle de jeunes / |-oui-| et quand on est arrivées pour danser le cercle s'est refermé c'est-à-dire que nous on n'était pas inclus / |-ah oui-| / mais c'étaient des jeunes c'était une certaine CLASSE de jeunes qui venaient de la bourgeoisie en France tout ça / et on nous a vraiment fait sentir que // on n'était pas du milieu on n'était pas acceptées / |-ah oui-| / et en France les classes se font beaucoup ressentir / moins beaucoup moins en Amérique du Nord (…) j'ai jamais recherché ce milieu francophone français jamais jamais jamais // c'était pas mon but en venant ici / si autrement je serais restée en France si c'était ça rester dans mon petit milieu français moi ça m'intéresse pas [Sabine : 364-386]

55Si l’on remarque les longues pauses et les silences de Donatien (ex. 56), marqueurs de ce dire-difficile et de ce travail de la langue (Gardin, 1988 ; Boutet, 1995), la symbolique de la ronde de danseurs, au cours de la fête que Sabine évoque dans l’extrait 57, est frappante : le cercle se referme en les excluant. Si certains estiment ne pas avoir besoin des Français, c’est parfois à la suite d’événements de cette nature qui créent en fait deux « communautés ». Dans le cercle, il y a une communauté perçue par certains comme repliée sur elle-même, celle des expatriés administratifs, un groupe qui vit physiquement à Toronto, mais agit par le seul prisme des valeurs sociales françaises.

  • 22 Sabine et Donatien parlent tous les deux d’un « petit » milieu, en donnant à cet adjectif deux val (...)
  • 23 Mes propres observations le confirment, tout comme le témoignage de Richard, qui côtoie beaucoup d (...)

56Ce groupe d’expatriés (administratifs et temporaires), somme toute assez petit22, vit dans une autarcie relative23 et donne l’impression ainsi de ne pas interagir avec ceux qui pourraient être, à certaines périodes de leur migration, à la recherche d’une communauté d’immigrants français, encore inexistante. À juste titre, Sabine identifie ces Français comme appartenant à une classe sociale assez favorisée et ipso facto, en dehors du cercle, on trouve des migrants qui, devant l’inaccessibilité, mais aussi l’aspect éphémère de la « petite communauté », se trouvent dispersés dans des espaces sociaux plus larges, très peu territorialisés et peu structurés. Comme je l’ai laissé entendre plus haut, l’événement qui a, selon moi, marqué un changement de cap avec la réunion des deux « communautés » autour d’un projet collectif, c’est la création d’un établissement scolaire, l'Établissement Hexagone.

  • 24 Au moment de l’interview, Charlotte est doctorante en littérature française dans une université du (...)

57On sait donc que des immigrants français de Toronto se trouvent isolés – ce qui ne signifie pas malheureux – pour des raisons liées principalement à leurs projets migratoires. On peut prendre l’exemple de Charlotte (cf. extraits 4 et 10), qui était en quête de nouveauté, mais aussi soumise à un fort substrat de mobilité et un important contact prémigratoire avec les cultures anglo-saxonnes. Logiquement, Charlotte se construit une trajectoire migratoire axée, selon les termes de certains sociologues, sur une intégration à la fois culturelle et structurelle (Hughes, 1974 : 156-157). Pour autant, cela ne signifie pas qu’elle perd son identité et sa langue françaises, qu’elle a même décidé de mettre à profit dans un nouveau cursus universitaire entrepris à Toronto24.

58Outre ces raisons liées au projet de chacun, d’autres facteurs, dictés de l’extérieur et « expériencés » dans la trajectoire, entrent en jeu. L’exemple de Sabine nous a montré une hétéro-discrimination de ses propres compatriotes et celui de Donatien un rejet de ceux-ci pour des raisons d’incompatibilité (voire d’incompétence) culturelles et adaptatives. Tous ces témoignages, en particulier celui d’Amandine, permettent d’entrer progressivement dans les autres types d’implication sociale et professionnelle au Canada anglophone, en particulier en Ontario, et de comprendre en quoi les questions linguistiques – et au-delà, langagières – jouent un rôle fondamental.

4. Les Français et l’anglophonie : quelle implication pour quelle identité ?

4.1. La dimension linguistique de l’implication

  • 25 En anglais, ce processus porte le nom de commodification (Cameron, 2000a ; Heller, 2002).

59La langue, au cœur de l’identité française et construite au travers des siècles récents de l’histoire « hexagonale », a toujours joué un grand rôle (Oakes, 2001). Elle est même sans doute une des clés de voûte de l’identité civique des Français (ibid. : 4-14). Cela dit, en situation de migration et dans un milieu à la fois anglophone et officiellement bilingue, il est prévisible qu’un acteur social francophone souhaite « instrumentaliser » les langues, c'est-à-dire en faire des outils de capitalisation sur un marché. Dans ce contexte, la langue est l’objet d’une marchandification25 dans laquelle il devient un produit susceptible d’être vendu ou utilisé à des fins d’accroissement de capital (cf. section 5 de ce chapitre).

60Même dans des espaces aussi symboliquement français que l'Établissement Hexagone, l’importance de la langue anglaise est, de façon évidente et prévisible, mise en exergue par tous, parents, élèves et membres du personnel et de l’administration. Cela signifie que lors de la création de cette école, le cahier des charges comprenait, de façon claire, un enseignement/apprentissage de l’anglais permettant aux élèves d’avoir ultérieurement un éventail de choix, linguistiquement parlant, pour leurs études universitaires et leur formation professionnelle. Ainsi, se dessine une tendance de certains migrants français à opérer des choix d’implication en fonction de critères linguistiques. Pour nombre d’entre eux, l’accès à la langue anglaise est une priorité et ce pour deux raisons essentielles : la réalisation d’objectifs pré-migratoires et la lutte contre la marginalisation.

4.1.1. Des objectifs pré-migratoires aux conduites d’implication

4.1.1.1. Langue et choix de vie, deux dimensions à effets réciproques

61J’ai consacré une partie du chapitre précédent au projet migratoire, c'est-à-dire à la période qui précède et construit l’émigration. On a pu découvrir que certains immigrants avaient des objectifs clairement linguistiques en arrivant, que cela soit par envie d’enrichissement culturel (par exemple Élise, Charlotte, Madeleine) ou par souci d’accroissement de biens capitalisables et éventuellement ré-importables en France (Mathieu et Paul, par exemple). Ces deux objectifs ont d’ailleurs partie liée, car ils sont considérés par les acteurs sociaux concernés comme les deux côtés d’une même pièce, la culture et la langue. Les propos de Mathieu sont clairs à cet égard :

Extrait 58 : Mathieu
1 Int. et il y a des francophones en particulier je sais pas moi les Franco-Ontariens (…) / vous n’évoluez pas avec ces gens-là ?
2 L non // en fait j’ai jamais recherché les contacts avec des francophones en fait même quand je suis arrivé à Toronto / au moins les deux trois premières années / j’étais content d’être complètement isolé / de m’isoler dans un milieu anglophone justement pour progresser mon anglais et cetera et pas avoir la tentation de parler français (…) j’avais quand même dans l’idée que j’allais avoir une expérience anglophone nord-américaine et j’étais pas du tout intéressé par essayer de recréer un milieu francophone autour de moi quoi de participer à un milieu francophone ça m’intéressait pas c’était pas ce que je recherchais [Mathieu : 252-260]

62On entend se dessiner, dans cet extrait du parcours de Mathieu, le rapport entre les objectifs pré-migratoires et les formes d’implication dès le début de la trajectoire. Par volonté de développer ses compétences transférables en anglais, c'est-à-dire capitalisables sur place et dans son pays d’origine (la France), Mathieu ne voit qu’une solution : l’immersion complète, ou comme il le dit, « être complètement isolé », sous-entendu de la francophonie torontoise. Cette pratique sociolangagière d’immersion dans la culture anglo-torontoise a pour conséquence fondamentale de re-construire l’identité sociale et professionnelle de Mathieu dans sa société d’accueil et donc de lui permettre de prospérer – socialement, professionnellement et financièrement – tout en l’éloignant de son pays d’origine, qu’il avait précisément quitté pour ces raisons professionnelles.

63Il y a par conséquent une forte influence des pratiques langagières sur le parcours migratoire. Cependant, l’inverse est aussi vrai, car si le choix de vie est déterminé par des options linguistiques, ces dernières renforcent un certain éloignement, une certaine déconnexion de la société d’origine. Mathieu confirme ne pas avoir de projet précis de retour en France, alors que l’objectif initial était de rapporter cette expérience et ces compétences dans son pays d’origine, sans doute pour entrer mieux armé sur le marché du travail : on se rappelle ce que Mathieu disait dans l’extrait 45 : « éventuellement de ramener ça en France avec moi // pour l’instant ça s’est pas fait ça fait déjà // onze ans que nous sommes restés ici ». On se souvient aussi des propos similaires de Paul, qui comptait rentrer et « vendre une expérience américaine » sur un marché (cf. extrait 44).

64Néanmoins, un tel type d’implication dans l’anglophonie ne provient pas nécessairement du besoin d’apprendre l’anglais ou d’acquérir des savoir-faire précis, même si dans de nombreux cas, le résultat sur la construction identitaire est le même. Si l’apprentissage de l’anglais est pour Mathieu l’élément moteur de son choix de socialisation, on a vu dans le chapitre précédent que pour Donatien, il s’agissait pour l’essentiel de la quête d’un ailleurs et d’aventure. Cette quête, pour Donatien, ne pouvait se situer au Québec, où le dépaysement était insuffisant (cf. ex. 19). On comprend ici le rôle essentiel joué par la langue dans la quête de l’altérité.

4.1.1.2. Le continuum ‘rupture-stabilité’ dans la quête de l’altérité

65La proximité culturelle entre Français et Canadiens francophones que véhiculent l’imaginaire socio-culturel pré-migratoire des Hexagonaux a une fonction non négligeable dans les projets et les parcours migratoires de ces derniers, lorsqu’il s’expatrient. En somme, la quête de l’altérité, dans les formes de rupture qu’elle prend souvent en contexte migratoire, oriente le choix de migration vers le Canada anglais. Inversement, ou plutôt à l’autre pôle de ce continuum, la recherche de la stabilité favorise l’option québécoise (cas de François, Yvonne et Denis). Donatien, dans l’extrait qui suit, explique son succès rapide dans la capitale économique de l’Ontario, succès qu’il identifie toutefois comme indépendant de ses compétences linguistiques :

Extrait 59 : Donatien
j’ai premièrement quand je suis allé à Edmonton ma mère était à Edmonton pendant trois mois j’ai travaillé à Edmonton / plus ou moins régulièrement pour une agence publicitaire faire des petites choses mais / |-mm-| je parlais vraiment pas l’anglais donc c’était un peu difficile / et après ça je suis venu à Toronto parce que dans le fond Toronto c’est la plus grande ville et puis Edmonton c’était juste ce qu’on appelait / branch offices / |-mm-| / donc y avait pas vraiment de / de choses TRES intéressantes de trouver des endroits où / de s’épanouir et trouver des trucs vraiment intéressants / (…) je suis venu à Toronto avec plusieurs noms et je suis allé les voir et en l’espace de quinze jours j’ai trouvé du travail avec euh *** (nom d’entreprise) / |-mm-| / en tant que / concepteur pour de : dessinateur de livres / pour faire de la publication / ce qui fait que c’était assez prestigieux comme truc / |-oui-| / c’était quand même sympathique // et donc j’étais assistant je suis devenu assistant du directeur artistique / tout de suite pratiquement en l’espace de // quinze jours trois semaines après l’arrivée à Toronto euh / j’avais un boulot à temps plein / |-oui-| / et c’est d’ailleurs marrant parce que ils ont / ils avaient ce qu’ils appellent vous savez des euh job / job descriptions / |-oui-| / et il n’y avait il n’y pas de // il n’y avait pas de job description pour / comme assistant // du directeur artistique |-non?-| / comme lay-out artist / |-mm-| / alors comme ils avaient une position ouvert comme euh / assistant éditeur / ils m’ont bazardé assistant éditeur / alors que je parlais pas un mot d’anglais / (rires) et comme ça j’avais jamais une position qui correspondait si vous voulez à / au même salaire à peu près que assistant de directeur artistique / et j’étais considéré comme éditeur [Donatien : 77-103]

66Ce locuteur montre, ou plutôt interprète, un autre aspect de la civilisation anglo-canadienne, plus exactement torontoise. Contrairement à une idée que partagent beaucoup d’Européens, la « plus grande ville » (cf. l’extrait cité) du Canada est apparue à Donatien comme permettant des rapports sociaux désethnicisés, c'est-à-dire ne construisant pas des interactions sociales et professionnelles sur des critères linguistiques ou ethniques. Aussi, nombre de ces migrants naviguent sur un autre type de continuum, celui d’une plus ou moins grande (dés)ethnicisation de leurs rapports sociaux.

4.1.1.3. Ethnicisation et ‘désethnicisation’ dans les rapports sociaux

  • 26 À ceci près que Dimitri, du fait de la dispersion des Français de Toronto, se reporte sur la fréqu (...)

67Ceci veut dire que les parcours migratoires peuvent placer les acteurs sociaux sur un continuum dont l’un des pôles est celui de rapports considérés comme sur-ethnicisés, c'est-à-dire prenant essentiellement appui sur la communauté restreinte d’origine : c’est essentiellement la conduite de socialisation de Richard et de Dimitri 26 et c’est le reproche qu’adressent Paul et Luc à l’endroit du multiculturalisme canadien. À l’autre extrême du continuum, les rapports sociaux peuvent être perçus et vécus comme complètement désethnicisés, ou même a-ethniques. C’est le cas de Donatien ou de Sabine, pour qui Toronto permet de choisir ou de ne pas choisir selon des critères ethniques et donc de s’investir dans une vie sociale pluriculturelle.

68Comme beaucoup, Donatien rappelle dans l’exemple 59 que Toronto – c’est l’une des versions possibles du rêve américain – offre la possibilité à toute personne compétente de réussir, même s’il ne parle pas la langue dominante. Cette vision, peut-être exagérée et contestable au regard de la réalité sociale de la ville et du pays, semble construite en opposition avec son discours sur son expérience québécoise. Après quelques années de travail à Toronto, où Donatien prospère, apprend l’anglais ainsi que de nouveaux savoir-faire, il repart en France puis revient passer quelques mois au Québec, à Montréal précisément. Il explique d’abord ses difficultés à s’intégrer dans la société francophone montréalaise, à une époque (les années soixante-dix) qui correspond aux années où les Québécois s’engageaient, comme l’explique J.-D. Gendron, dans un processus de sortie d’un « culpabilisme » inhibant vieux d’un siècle et se construisaient une conception autonomiste d’eux-mêmes comme communauté linguistique (Gendron, 1990 : 53-57).

Extrait 60 : Donatien
Montréal ça m’avait jamais /// pas vraiment plu // |-non-| // premièrement les Français avaient vraiment / ils sont pas bien vus / |-non?-| / ils aimaient pas beaucoup les Français / et moi venant de l’Ontario / parlant anglais / et : bon tout mon vocabulaire technique c’était un vocabulaire anglais / |-mm-| déjà / donc j’ai tous les gens que je connaissais à Montréal c’étaient des expats de Toronto / ou des gens qui venaient qui de qui des anglophones / de Montréal / qui avaient fait leurs études à Toronto / donc je connaissais / les Canadiens français je les connaissais pas du tout / |-non-| / et le peu que j’ai rencontrés on s’entendait pas / enfin y avait toujours quelque chose qui frottait enfin bon [Donatien : 120-128]

69Pour Donatien, cette émancipation est considérée comme doublement identitaire et linguistique. D’abord la mise en avant de la québécité passe à ses yeux par une contestation de la part des Québécois de la domination linguistico-économique anglo-saxonne, ainsi que de l’influence culturelle des Français dans les milieux francophones québécois. C’est donc bel et bien des raisons en partie langagières qui opèrent le décalage entre les attentes de Donatien et celles des gens avec lesquels il entre en interaction à Montréal. La suite de son témoignage éclaire sa position :

Extrait 61 : Donatien
j’ai travaillé euh combien de temps j’ai travaillé quatre jours / à Montréal / en tant que salarié // une compagnie que le type à l’époque qui s’appelait *** (nom) |-mm-| // (rire léger) et euh: j’arrivais de Toronto / où je travaillais comme assistant du directeur artistique avec / non seulement je travaillais en anglais / |-mm-| / j’avais là toute la liberté de ce que j’avais envie j’avais un / superbe bureau j’avais mon télépho:ne euh / je faisais ce que j’avais envie / |-mm-| / j’arrive là-bas et c’était l’usine où y avait euh / un bureau un bureau un bureau un bureau / euh // personne parlait l’anglais / moi j’arrivais à faire des jeux de mots en an / bilingues / parce que je me gênais pas / parce que j’avais / l’habitude de travailler à Toronto où les gens étaient beaucoup plus relax / et là j’y suis resté trois jours / |-ah-| / au bout de trois jours on m’a dit « écoutez vos méthodes de travail ne correspondent pas aux nôtres / |-mm-| / alors euh vaudrait mieux qu’on se sépare » // (rires) |-oui-| alors / j’ai été d’autant plus insultant que j’étais français / |-oui-| donc je parlais français / à mon avis j’avais un français qui était meilleur que le leur / |-mm-| / je cause français / |-mm-| et en plus de ça je parlais anglais ils parlaient pas anglais / |-mm-| / et je venais de Toronto / (…) / y avait j’avais trois éléments contre moi j’étais français je parlais français je parlais l’anglais et je venais de Toronto et |-oui-| / et non je devais me prendre aussi pour la cuisse de euh sortir de la cuisse de Jupiter [Donatien : 529-545]

  • 27 Selon la terminologie des socio-psychologues du langage, on voit ici que son bilinguisme, qu’il pe (...)

70Ici, Donatien analyse son parcours en termes d’addition de facteurs créant, dans la perception de ses interlocuteurs et employeurs québécois, un quadruple « handicap » pour une bonne intégration dans un Québec francophone : l’origine ethnique (il est français) et linguistique (son français est proche du parler standard parisien), les deux caractéristiques construites en migration que sont ses pratiques langagières bilingues (il parle anglais et joue avec ses deux répertoires : « j’arrivais à faire des jeux de mots en an / bilingues »)27 et son origine géographique récente, Toronto.

71Ce que Donatien souligne dans tout cela (extraits 59, 60 et 61), c’est le rapport différent des anglophones et des francophones à la langue, en tout cas des Ontariens anglophones et des Québécois francophones. Cette perception est intéressante, car elle signifie pour lui (et pour beaucoup d’autres) que le glissement identitaire vers la majorité anglophone – et, partant, l’assimilation éventuelle – est beaucoup plus aisé dans un Ontario multiethnique où l’anglais n’a pas de difficulté à s’imposer et à être légitimé comme majoritaire, que dans un espace – comme le Québec – en quête d’un renversement de la dynamique majoritaire et donc du pouvoir.

  • 28 Sur les efforts récents des pouvoirs publics et d’intellectuels québécois pour « désethniciser » l (...)

72Au Québec, dans certains milieux et à partir des années soixante, la pratique de l’anglais comme celle du français « hexagonal » se sont trouvés délégitimées par ceux qui tentaient de construire, notamment dans un discours modernisant (Heller, 2002), une identité québécoise28. Ce discours modernisant a fait basculer la collectivité des francophones du Québec, que l’on percevait comme traditionnelle – c'est-à-dire marquée par un sentiment d’appartenance à une collectivité sociale homogène se résignant à sa dépendance envers l’élite traditionnelle –, dans le jeu du pouvoir politique, en l’impliquant davantage aux affaires afin de créer son autonomie et son accès au monde moderne, tout en affirmant son appartenance de nature ethnique à un État-nation laïque et unilingue. C’est cette vision, associée à un discours modernisant, qui a longtemps dominé le débat sur la francophonie partout au Canada, pas seulement au Québec (Heller, 2002 ; Heller et Labrie, 2003b).

73En se replongeant dans le contexte anglo-canadien (albertain, puis ontarien) de mon interlocuteur Donatien, l’examen du rapport entre ses attentes pré-migratoires et son parcours permet de conclure à une certaine réussite, malgré des compétences initialement limitées en anglais, d’abord à Edmonton puis à Toronto. Il est donc compréhensible que son adaptation à la société torontoise se soit faite par le biais de la langue véhiculaire et dominante – l’anglais – et de surcroît de façon plutôt désethnicisée : à Toronto, par exemple, il n’accorde que peu d’importance au fait d’être ou de parler français dans ses relations sociales.

74L’analyse de cet entretien révèle d’ailleurs un paradoxe sur le lien entre réussite socio-professionnelle et maîtrise de la langue (cf. extrait 59 : « je parlais pas anglais, donc c’était un peu difficile » vs. « ils m’ont bazardé assistant éditeur alors que je parlais pas un mot d’anglais »). On peut comprendre ce paradoxe comme émanant du projet migratoire qui, bien que basé sur la quête de l’altérité, n’avait que partiellement mesuré les effets de ce qu’on appelle communément la barrière de la langue. Donatien, contrairement à Mathieu, n’est pas venu pour apprendre la langue anglaise, mais légitime celle-ci comme composante de cette altérité qu’il recherche. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il n’envisage pas de migration au Québec, pas assez différent à ses yeux (cf. ex. 19). C’est aussi le cas de Félicien, qui quitte le Québec parce que l’aventure qu’il recherchait n’est plus au rendez-vous : il vit en français, avec des Français (cf. extrait 62 ci-après).

75En fait, les deux exemples de Donatien et de Mathieu vont dans le sens de la confirmation de l’hypothèse émise dans ce chapitre et, de façon plus générale, dans ce livre. On découvre que la forme de la trajectoire sociale d’un migrant est en lien étroit avec le projet pré-migratoire qu’il s’était fabriqué à l’origine. Plus profondément, certains acteurs sociaux font l’expérience de processus d’adaptation et de reconstruction identitaires qui semblent tributaires de la correspondance entre les attentes pré-migratoires et l’expérience de vie en migration.

  • 29 Par exemple, une implication sociale et professionnelle dans l’anglophonie pour Mathieu, le dévelo (...)

76Comme facteur facilitateur ou distanciateur de l’intégration sociale, la langue participe de cette construction identitaire en migration, ainsi que le montrent les parcours de Donatien, Mathieu ou Sabine, ou encore ceux de Luc, Paul ou Gérard et Michel, deux interviewés de 1994. Lorsque le projet est construit dans la quête d’une altérité, d’une différence, qu’elle soit orientée vers l’altérité et l’apprentissage linguistiques (cf. Mathieu) ou vers la découverte culturelle, voire « l’aventure » (comme le disent Donatien et Sabine), la langue joue non seulement un rôle de moteur de l’adaptation (on se plonge dans l’anglophonie pour en apprendre la langue), mais donne lieu à des constructions identitaires qui révèlent, ultérieurement, une intégration plus ou moins forte dans la culture majoritaire. Cette intégration prend des formes aussi sociales 29 que langagières : la pratique du bilinguisme et du parler bilingue (Lüdi, 1987b ; Forlot, 1996 ; 1999a ; 1999b), ainsi qu’une insécurité linguistique amoindrie parce qu’assumée comme étant intrinsèque à l’acquisition de richesses culturelles en migration.

4.1.2. L’accès à l’anglophonie torontoise, un paradoxe identitaire ?

77On constate que les situations décrites ci-dessus donnent lieu à un mouvement paradoxal qui se fait progressivement jour dans la diachronie du parcours. La recherche initiale de l’altérité, par le biais de la migration dans un nouveau lieu, urbain en l’occurrence, et la pratique de l’anglais, donne forme à des parcours migratoires qui, avec le temps, en dissipent précisément l’altérité. Par leurs origines, les migrants sont de façon inhérente marqués par la différence. Bien souvent d’ailleurs, les projets migratoires des Français ont nourri cette quête de la différence. En apprenant la langue et les coutumes de la société qui les a accueillis, ils se dirigent toutefois inexorablement vers la similitude, ou pour utiliser un terme socio-anthropologique plutôt classique, l’assimilation. Pour certains, se fondre dans la masse pour devenir « autre », c’est aspirer en vérité à devenir le même que les autres.

78Dans cette quête d’une différence, ce qu’Odette, Sabine, Donatien, Mathieu, Gérard et d’autres nous disent, c’est qu’ils se sont « assimilés » (au sens propre de l’accès à la similitude), structurellement, linguistiquement et souvent culturellement à Toronto l’anglophone. On comprend ainsi peut-être mieux le parcours de ceux qui ont « la bougeotte », expression que je suggère, dans leur entretien respectif, à Marcel et Félicien et que ces deux interlocuteurs valident en utilisant son correspondant verbal : « oui je bouge pas mal », s’esclaffe Marcel ; Félicien, lui, parle du déménagement comme d’un de ses traits de personnalité : « oh c’est dans ma nature je crois |-oui-| oui oui / ma nature de bouger ». Ce dernier, après quelques années à Montréal, part à la recherche d’un nouveau parcours, comme il l’explique dans l’extrait 18 et dans les propos qui suivent :

Extrait 62 : Félicien
à Montréal (…) mon milieu en fin de compte c’était francophone / enfin c’était / mon milieu était francophone à cause de mes amis qui étaient venus de France (…) moi je me suis dit euh: « il est temps de changer d’air » alors je suis allé à j’ai pris le train j’ai traversé tout le Canada je suis allé à Vancouver / pour visiter quoi / euh: / c’était bien mais c’était un peu loin / |-oui-| / (rires) / alors je suis revenu et sur le: // sur la route y avait Toronto je suis descendu à Toronto / et puis je suis resté là pendant une semaine / puis j’ai cherché du travail j’ai trouvé du travail tout de suite / |-ah oui-| oui et je suis resté là / en fin de compte [Félicien : 147-160]

79On remarque ici que la langue est bien identifiée comme l’une des composantes fondamentales de la différence, du « changement d’air » que Félicien appelle de ses vœux. Plus tard dans l’interview, il me confie, au cours de notre entretien, son projet de s’installer au Costa Rica pour sa retraite. Chez certains, comme Donatien ou Félicien, les diverses expériences dans la trajectoire migratoire, la torontoise et la montréalaise par exemple, mettent en relief le rôle moteur plus ou moins grand des pratiques langagières dans les processus d’intégration, non seulement en termes de réussite, mais aussi dans les dynamiques d’hétéro-acception ou de marginalisation qu’elle crée.

80J’ai abordé dans le chapitre précédent la question des projets et trajectoires migratoires féminins. Si l’on approfondit la question des deux pôles du continuum de l’intégration sociale que sont, d’un côté, l’assimilation totale et de l’autre la marginalisation en liaison avec les pratiques langagières, on constate qu’elle intéresse tout particulièrement les femmes, surtout celles qui migrent en compagnie de leur époux.

4.2. Langue et marginalisation : le cas des femmes (études de cas)

81En effet, si pour quelques uns, la migration est un moyen d’apprendre la langue de la société d’accueil, pour d’autres, la non connaissance de cette langue peut mener à une étape initiale de marginalisation. Ce concept est couramment utilisé – souvent de façon floue – dans le discours des sciences sociales et dans les propos de sens commun, renvoyant au processus de mise en périphérie d’un individu ou d’un groupe (Lazar, 2003). Pour R. K Merton (1965), l’apprentissage des normes sociales passe par un processus de socialisation anticipatrice par lequel un individu intériorise à l’avance les valeurs et les normes d’un groupe qu’il cherche à intégrer (son groupe de référence), mais ses espoirs de promotion peuvent se trouver contrecarrés par divers obstacles et mener à son rejet (Merton, 1965 : 227-228).

  • 30 C’est en tout cas l’impression que les carences linguistiques produisent sur l’image que les immig (...)
  • 31 Zlotnik (1990) rappelle à ce sujet que dans certaines politiques occidentales d’immigration, notam (...)

82À n’en pas douter, l’un de ces obstacles est linguistique, la fameuse « barrière de la langue » dont parle Mélodie dans l’extrait 63b ci-dessous. Pour la plupart des migrants, l’absence de compétence dans la langue du pays d’accueil et certaines formes de marginalisation sont intrinsèquement liées, du moins aux premiers stades de la trajectoire migratoire30. Ce phénomène se trouve mis en relief de façon beaucoup plus marquée par les femmes que j’ai interviewées. De manière générale, la migration des Françaises se caractérise, comme le chapitre précédent l’a montré et comme Lindenfeld (2002) l’a analysé, soit par le déplacement de femmes entamant un parcours autonome en vue d’un accroissement de biens de diverses natures, soit par l’accompagnement d’un conjoint31.

  • 32 Ng évoque indique même que, selon une étude menée dans la province canadienne de la Saskatchewan, (...)

83Ng (1990) souligne l’importance de la question linguistique pour la lutte contre la marginalisation et la discrimination des femmes immigrantes « dépendantes », c'est-à-dire accompagnant leur conjoint. Pendant longtemps, au Canada anglais, l’accès aux programmes d’enseignement de langue anglaise est resté gratuit pour celui qui s’identifiait comme chef de famille, ce qui excluait de facto un grand nombre de femmes (Ng, 1990 : 22) et les cantonnait donc à des travaux à l’intérieur du foyer32.

  • 33 La dynamique intra-couple semble jouer aussi un role d’importance. Les époux apportent avec eux le (...)

84Cela permet de percevoir le rôle des femmes, particulièrement des épouses, dans le maintien et la reproduction de la langue d’origine en migration au-delà du paradigme trop simpliste et stéréotypé qui les présente comme passant d’un fonctionnement traditionnel – celui de leur pays d’origine – à la modernité que le pays d’accueil est censé représenter (Morokvasic, 1983 ; Zlotnik, 1990). En fait, on découvre que ce sont aussi les structures à l’arrivée (Ng, 1990) qui contribuent à perpétuer d’éventuelles situations de domination et de marginalisation33.

85Avant de construire l’entretien, j’avais émis l’hypothèse que le parcours migratoire était composé de phases dans la reconstruction identitaire. L’identité et la culture étant des concepts non seulement fluctuants (Cuche, 2004) dans l’absolu, mais aussi relativement aux phénomènes d’auto-inclusion et d’hétéro-acceptation sociales, il semblait intuitivement évident que les questions linguistiques participaient grandement de ces phénomènes. Le corpus révèle en effet que certains locuteurs, ou plus exactement certaines locutrices, ont traversé une phase de marginalisation liée aux pratiques des langues, notamment à celles de l’anglais, langue dominante et véhiculaire à Toronto. Cette marginalisation semble de surcroît assez fortement associée au rapport entre la situation maritale et le statut migratoire de ces femmes. Dans certains cas (Isabelle, Aurélie), le mariage exogame et exolingue, à savoir celui dans lequel les conjoints n’ont ni la même langue ni la même origine ethnoculturelle, a pu avoir un effet initial de mise à l’écart sociale (Varro, 1984 ; Varro et Gebauer, 1995), comme nous l’avons vu dans le chapitre précédent autour de l’extrait 26, au sujet du parcours d’Aurélie.

86Ici, comme dans beaucoup de cas, les questions linguistiques contribuent à créer une distance culturelle que seul l’accès aux deux répertoires linguistiques peut disperser. Ce que dit Aurélie dans l’extrait 26, c’est que malgré leur vie à Paris et malgré le fait que son mari anglo-canadien parle français, leur couple exolingue – ou partiellement exolingue – peut difficilement fonctionner sans bilinguisme et, ce faisant, elle affirme aussi sa volonté d’accéder à un statut d’égalité avec son époux. Pour elle, le mariage exogame et exolingue entraîne un travail de neutralisation des différences produisant de l’inégalité. En effet, elle impute une grande partie de sa marginalisation provisoire à ses carences langagières. Dans le discours d’Aurélie, on trouve d’ailleurs deux formulations du projet migratoire, certes reconstruites a posteriori dans l’interview. Alors qu’elle parle de cette marginalisation qui l’« énervait pas mal » (ex. 26), elle donne à son mari d’autres raisons de changer de situation : la recherche d’« autre chose », la cherté de vie parisienne et la difficulté à élever ses enfants à Paris.

87Si le cas d’Aurélie est remarquable parce qu’il se situe dans la période pré-migratoire et contribue à formuler le projet d’expatriation, d’autres femmes, une fois dans le pays d’accueil, entrent dans une phase de marginalisation immédiate pour des raisons de carences linguistiques. Les cas de Mélodie et de Maya, mariées à des Français, et de Catherine, épouse d’un Anglo-Canadien francophile et francophone, sont révélateurs.

4.2.1. Étude de cas n°1 : Mélodie

88Quand Mélodie a immigré, son mari habitait déjà au Canada. Après avoir discuté avec son époux Marcel de la suite de leur trajectoire de vie commune (cf. ex. 21b, dans le chapitre précédent), le couple opte pour une migration en Ontario.

Extrait 63 : Mélodie
63a)
1 Int. alors en arrivant ici quelles ont été les difficulté:s
2 M. eh ben lui il parlait anglais il avait un travail / moi je parlais pratiquement pas anglais l'anglais qu'on apprenait parce que quand même l'enseignement a changé mais de mon temps / l'enseignement en anglais on parlait pas beaucoup en classe hein / |-mm-| donc euh : / alors je suis allée dans un cours pour immigrants / où y avait des gens de tous les pays / c'était marrant c'était sympa |-mm-| / et puis bien sûr j'ai trouvé une Québécoise alors on était tout le temps ensemble et on parlait français (rires de M.) / mais enfin bon quand même ça m'a déliée un peu / et puis euh après au bout d'un an j'ai eu notre fils et à partir de ce moment-là là j'ai été obligée de parler anglais parce que forcément quand on a un bébé on est obligée de communiquer avec beaucoup plus de gens / |-oui-| et c'est vraiment là que j'ai fait des progrès / |-ah oui-| / à partir de ce moment-là
3 Int. ça c'est votre adaptation linguistique et puis socialement parlant quand vous êtes arrivée à Toronto vous vous êtes pas sentie un peu déphasée ?
4 M. oh oui / oh oui / oui je trouvais ça dur / |-dur?-| ben dur parce que premièrement je parlais pas la langue pratiquement je pouvais pas me déplacer / donc je devais compter sur Marcel / et puis euh: pfff c'était quand même différent / |-oui-| / et à l'époque c'était bien plus différent / euh: maintenant quand même avec la mondialisation / tout s'aplanit un peu les différences s'aplanissent mais quand même à l'époque moi je trouvais ça dur / et j'étais contente de rentrer en France l'été |-ah-| quand bien même je vivais en français avec un Français mais quand même c'était pas évident moi je connaissais personne [Mélodie : 280-299]
63b)
5 Int. comment ça s'est fait votre intégration au Canada ça s'est fait tout seul / vous avez été obligée de faire des efforts ou y a des gens qui vous ont aidée ?
6 M. ben / quand on commence à parler la langue ça aide / et puis d'avoir un enfant ça force à avoir des contacts / après ça on a fait un voyage / euh: longtemps pendant un an et quand je suis rentrée c'est là que j'ai : fait cette école d'esthéticienne bon ben là j'ai eu plus de contacts après une fois qu'on a des contacts et qu'on peut se débrouiller / c'est la langue la première barrière |-d'accord-| c'est pas la principale mais la première [Mélodie : 315-322]

  • 34 D’autres soulignent, comme Mélodie dans le tour de parole 2 de l’ex. 63a, que l’apprentissage de l (...)

89Mélodie met en mots l’expérience que vivent quelques locutrices en fonction de leur trajectoire migratoire. Contrairement à Aurélie, elle vient essentiellement pour suivre son mari et se retrouve dans une ville dont elle ne maîtrise pas les répertoires langagiers lui permettant d’entrer en communication de façon satisfaisante avec autrui34. En opposant de façon claire la situation sociale et linguistique de son mari à la sienne (tour de parole 2 : « lui il parlait anglais il avait un travail / |-mm-| / moi je parlais pratiquement pas anglais »), elle explique sa position d’exclusion sociale et le lien qui lie maîtrise de l’anglais et pratique professionnelle à Toronto.

  • 35 C’est moi qui introduit la notion de phase dans l’interview, car cela « parle » aux interviewés : (...)

90Ainsi, la phase initiale35 de la migration donne lieu pour quelques femmes, dont Mélodie et Aurélie (cf. ci-dessus et dans l’extrait 26) à une marginalisation en même temps qu’à une dépendance envers leur mari : « premièrement je parlais pas la langue pratiquement je pouvais pas me déplacer / donc je devais compter sur Marcel », dit Mélodie, ex. 63a, tour de parole 4). Cette dépendance montre aussi qu’au stade initial, la migration peut opérer un fort décalage entre les activités précédant la migration et les perceptions de ce qu’elle peut offrir. On se rappellera ici que Mélodie était engagée avec succès dans des études de médecine et qu’évidemment, l’expatriation met fin à ce projet professionnel ambitieux.

91Le moyen que trouve Mélodie pour sortir de cette marginalisation linguistique est en premier lieu de se joindre à ceux qui peuvent potentiellement se trouver dans la même situation qu’elle, les néo-immigrants non anglophones. Elle y tisse des liens d’amitié qui passent à la fois par la nouvelle langue, l’anglais (« je suis allée dans un cours pour immigrants (…) où y avait des gens de tous les pays », ex. 63a, tour de parole 2), mais aussi par sa langue première, qu’elle utilise dans des relations d’amitiés exogènes, mais endolingues (« bien sûr j'ai trouvé une Québécoise alors on était tout le temps ensemble et on parlait français (rires de M) », ex. 63a, tour de parole 2). Ses rires en fin d’énoncé et son utilisation initiale de l’expression « bien sûr » laisse entendre l’aspect cocasse de la situation : c’est en venant apprendre l’anglais qu’elle entre pour la première fois en contact avec la francophonie canadienne.

4.2.2. Étude de cas n°2 : Maya

92Le parcours de Maya est similaire à celui de Mélodie. Son mari parle déjà un anglais de survie et a une activité professionnelle qui l’occupe beaucoup. Avec lui, Maya a fait le choix de l’expatriation, mais en sous-estimant sans doute, comme le dit Mélodie dans le tour de parole 6 de l’extrait 63b, que « c'est la langue la première barrière » :

Extrait 64 : Maya (et son mari, assis à ses côtés)
1 Int. en vous installant alors y a pas eu de difficultés / ça été facile |-<le mari> oh non-| tout de suite
2 M. ça été très difficile
3 le mari très très difficile
4 M. ça a très / très très très difficile parce que / la vie est complètement différente de la France /
5 Int. la semaine ou les quinze jours le mois qui a suivi votre installation |-oui-| résoudre les problèmes administrati :fs acheter une maison : ou
6 M. non non mais là là disons je vous parle la première fois on a pas acheté de maison |-mm-| on louait / euh ça été très dur moi dans la semaine qui a suivi si j’avais pu reprendre l’avion et retourner en France je retournais en France hein |-ah oui-| ah oui
7 Int. ça vous a fait cet effet |-ah oui ça a été-| dès la première semaine
8 M. ah oui dès la première semaine ça a été TRES TRES dur / même la première année parce que d’abord euh : d’abord en Ontario contrairement au Québec le permis de conduire est pas reconnu bon maintenant oui / mais y a dix ans en arrière c’était pas reconnu donc il fallait repasser un permis de conduire le temps de prendre des leçons d’avoir un cours ça dure trois mois alors vous êtes trois mois à pieds ou utiliser les transports en commun alors qu’on n’a pas l’habitude de ça / surtout qu’on avait des jeunes enfants avec la poussette et tout ça / ça a été très très dur puis la langue moi je ne parlais pas un mot d’anglais / |-<le mari> mm-| alors donc pour prendre l’autobus je savais même pas j’ai mis des mois avant de me d’aller acheter un billet / |-ah-| parce que je savais RIEN je ne savais rien faire hein / |-d’accord-| donc ça a été
9 le mari ça a l’air facile mais c’est pas facile non [Maya : 330-355]

93Comme dans l’expérience de Mélodie, le malaise est en partie dû au double effet de marginalisation et de dépendance que crée la non maîtrise de la langue dominante. À l’instar de Mélodie, Maya se sent incapable de se déplacer seule sans maîtriser l’anglais (cf. ex. 64, tour de parole 8) et ce faisant, prend conscience de l’aspect handicapant, socialement, de ne pas parler l’anglais. Elle se sent en quelque sorte incapable, parce qu’elle est muette : « je savais RIEN je ne savais rien faire hein » (tour de parole 8).

94Les pratiques langagières influent ici de façon importante sur le positionnement identitaire en migration, car Maya, comme Mélodie, analyse cette phase comme étant cruciale pour la suite de son parcours. Les deux femmes expliquent la grande difficulté à assumer cette situation. Mélodie, dans le tour de parole 4 de l’extrait 63a, utilise le mot « dur » à trois reprises et souligne que le début n’est « pas évident ». Maya, de son côté, soutenue par les acquiescements de son mari (ex. 64, tour de parole 8 : « |-<le mari> mm-| ») ainsi que par sa confirmation des propos de son épouse dans les tours de parole 3 et 9, donne un écho à son argument par la réitération des adjectifs « difficile » et « dur » et de l’adverbe « très », souvent utilisé en dédoublement et avec un fort appui de la voix pour modaliser l’énoncé.

95Pour les deux femmes, la solution du retour est de l’ordre du rêve (Maya, ex. 64, tour de parole 6 : « si j’avais pu reprendre l’avion et retourner en France je retournais en France »), mais non envisageable, précisément pour des raisons maritales et familiales. Dans le cas de ces deux femmes, l’époux a un travail et une situation meilleure qu’en France, ce qui était précisément l’objectif recherché dans la migration. Leur difficulté – provisoire – est donc paradoxalement produite par la réussite de la migration familiale.

96Tout comme Mélodie qui se lie d’amitié avec une québécoise, Maya va trouver un moyen de contourner la barrière de la langue majoritaire en s’investissant à la fois dans la minorité linguistique et dans le développement progressif de compétences bilingues et biculturelles, c'est-à-dire « en douceur » et au travers d’une expérience migratoire partagée avec une amie libanaise :

Extrait 65 : Maya
1 Int. donc comment est-ce que vous vous êtes intégrés à la société canadienne au niveau de vos amitiés au niveau professionnel ça s’est fait facilement ?
2 M. ben ça s’est fait mon mari lui s’est intégré plus facilement parce que d’entrée ben il travaillait alors c’est sûr qu’en travaillant de suite hein euh vous avez pas le temps trop de penser vous travaillez puis ben y a que le travail / vous travaillez vous travaillez vous travaillez donc vous avez pas trop le temps de penser aux amitiés tout ça / pour moi c’était beaucoup plus dur plus dur parce que j’allais me balader me balader avec mon gamin / et puis bon ben j’ai eu la chance de rencontrer une personne très sympathique une Libanaise en fait quelqu’un qui n’était pas du pays c’est pas un Anglais un anglophone ou quoi ou un Québécois c’était une Libanaise et puis elle elle parlait couramment anglais puis un petit peu le français / donc elle l’avantage qu’elle avait avec moi c’était de parler français et d’améliorer son français / il se trouve qu’on avait exactement la même profession donc c’est elle qui m’a aidée à prendre des cours et c’est elle qui m’a appris les premiers mots |-oui-| c’est-à-dire comment monter dans l’autobu:s comment acheter des billets euh / on avait toutes les deux des jeunes enfants du même âge ça nous a rapprochées / donc je veux dire grâce à cette personne-là euh / petit à petit après elle m’a montré qu’y avait des écoles francophones que je pouvais travailler |-oui-| puis à partir du moment où on peut travailler ben c’est sûr que on s’intègre beaucoup mieux quoi hein [Maya : 387-401]

97On notera ici son insistance sur le fait que cette amie n’était ni anglo-canadienne, ni québécoise. Ces propos sont bien sûr construits sur la base de l’expérience migratoire (négative) de Maya, qui prend fin, puisqu’il est prévu que la famille rentre en France dans le mois qui suit notre entretien. Ainsi, elle rejette a posteriori le fait qu’un Canadien puisse être en état de décalage linguistico-culturel comme elle l’a été. Pour elle, une Libanaise, immigrante comme elle – mais c’est aussi le hasard de la rencontre qui a créé cette situation –, était en mesure de comprendre le décalage culturel auquel elle faisait face. En contraste avec cette vision, Mélodie, dans ses interactions avec la Québécoise (ex. 63), montre que la langue est le premier obstacle en situation de migration, et qu’au même titre qu’elle, une Québécoise est une migrante.

98Quoi qu’il en soit, on remarque dans les propos de ces femmes que l’intégration passe à la fois par le réseautage et l’expérience partagée, mais aussi par l’activité professionnelle (Maya le dit au début et à la fin du l’exemple 65), qui sert à s’intégrer à la vie locale sur les plans économique et social, à éviter l’ennui, à fournir de quoi s’occuper l’esprit pendant la journée. Ces occupations quotidiennes sont vécues comme ayant une double fonction d’intégration sociale et d’acquisition de compétences linguistiques et culturelles.

4.2.3. Étude de cas n°3 : Catherine

99Pour Catherine, arrivée à Toronto en 1945, mariée à un soldat canadien d’origine britannique – francophile et bilingue – qu’elle rencontre en France à la Libération, l’arrivée à Toronto n’est pas sans créer une rupture culturelle qu’on serait tenté de considérer comme plus importante que celle que l’on connaîtrait de nos jours. En effet, les deux civilisations, française parisienne et canadienne torontoise, sont, au sortir de la guerre, non seulement éloignées géographiquement, mais le sont aussi culturellement, alors que les valeurs de la civilisation américaine et la mondialisation ne se sont pas encore répandues dans le pays que Catherine laisse derrière elle en 1945.

  • 36 Sur ce sujet, on peut lire avec profit – mais non sans un certain discernement – l’essai polémique (...)

100On notera ici qu’ils sont plusieurs à souligner les différences entre les cultures nord-américaine et française : perçu comme important à l’arrivée par certains, tels Mélodie, Catherine ou Donatien, ce décalage a tendance à s’amoindrir sous l’effet des échanges et du contact induits par la mondialisation. Mélodie parle d’ailleurs de cette facilité d’intégration accrue due à la mondialisation (ex. 63a, tour de parole 4). Pour elle, la mondialisation a réduit les différences entre les deux sociétés. Mathieu et Luc, quant à eux, soulignent plutôt les similitudes entre les deux civilisations (Hannerz, 1992 ; 1996). Évidemment, tous deux parlent des années 1980 et 1990, alors que Catherine évoque la période immédiate de l’après-guerre36.

101En Ontario, dans les années qui suivent cette Seconde guerre mondiale, la « résistance » culturelle des Franco-Ontariens n’est pas vraiment orientée vers le développement de ressources francophones à Toronto ou ailleurs dans la province. M. Martel souligne que la seule certitude des francophones ontariens de l’époque, c’est qu’ils sont Canadiens français par leurs spécificités particulières (la religion catholique et la langue française), héritage qu’ils sont chargés de conserver et de transmettre dans une sorte de mission providentielle (Martel, 1993 : 66-67).

  • 37 C’est notamment le cas des mariages exolingues (Lindenfeld, 2002), ou encore des unions entre des (...)

102Ainsi, les épouses qui assument, à un moment donné de leur parcours migratoire, des fonctions de femmes au foyer et de mères de famille se trouvent souvent dans la situation de reconstruire une identité dans une forte assimilation au groupe d’accueil37 ou, inversement, dans le rapprochement vers l’interaction sociale de type ethno-identitaire, à savoir « hexagonal ». Or, j’ai déjà mis en avant, tant par des arguments géographiques et statistiques que par les discours des interviewé(e)s, la dispersion de l’immigration française à Toronto. Au début de la migration de Catherine, comme pour les autres femmes dont nous avons écouté les propos ci-dessus, le risque de marginalisation se fait sentir :

Extrait 66 : Catherine
l’Institut Molière ça / il reste / c’est d’ailleurs la PREmière association à laquelle j’ai eu affaire quand je suis arrivée ici / mon mari qui me voyait évidemment un peu perdue / m’a dit « attends je vais t’envoyer t’emmener à l’Institut Molière » / et c’est le premier contact la première fois que je pouvais parler français / oh j’étais contente (rires) et puis alors depuis eh bien toujours euh / maintenant moins parce que je peux plus sortir tellement / mais avant j’y allais régulièrement à l’Institut et c’était une / évidemment une institution / très // comment dirais-je / très valable et (rire léger) / et puis qui fait beaucoup hein [Catherine : 584-590]

  • 38 Maxwell (1977 : 24-44), dans une étude certes ancienne, a étudié cette « invisibilité » du fait fr (...)

103On comprend ici que l’Institut Molière a joué ce rôle socialisant et valorisant pour Catherine, qui pour des raisons surtout linguistiques, ne pouvait entrer en interaction avec d’autres Ontarien(ne)s au début de sa trajectoire migratoire. Il est intéressant de constater que la dispersion des Français ainsi que leur petit nombre à l’époque ont pu avoir deux effets. D’un côté apparaissait le risque de « dilution » des Français (et sans doute, par ce fait, de leur identité) dans la masse torontoise, très anglo-dominante, comme Catherine en témoigne (cf. ex. 67) et comme l’ont montré les propos de Mathieu, de Sabine et de Donatien38. D’un autre côté, cette absence a permis à quelques Français et Françaises de construire une ébauche de « communautarisation », c’est-à-dire de développement de réseaux d’entraide entre Français immigrés ou expatriés administratifs. À l’origine de la création d’une association regroupant des Français expatriés, Catherine explique que cette instance a servi de catalyseur d’accueil pour les gens « perdus » à leur arrivée, comme elle dit l’avoir été avant que son mari ne la dirige vers l’Institut Molière.

Extrait 67 : Catherine
eh bien c’était différent parce que / Toronto était une beaucoup plus petite communauté / et puis alors il y avait quand même surtout alors je vous parle au point de vue français hein parce que moi j’ai travaillé presque tout le temps en français pour les associations françaises / alors / tout était un peu à créer / et alors on était assez libre vous comprenez moi j’ai / j’ai jamais / et là c’était bénévole par exemple quand j’étais à *** (nom d’association) / cette association a été créée / en quarante-huit je crois j’y étais et puis alors bon il y avait toutes sortes d’activités (…) on en avait besoin parce que il y avait pas autre chose y avait l’Institut Molière / oui mais alors c’était différent hein l’Institut Molière c’était surtout / intellectuel avec des causeries et des choses comme ça tandis que / *** (nom de l’association) on ramassait un peu tous les Français qui étaient là qui savaient pas / où aller / et alors on s’est parfois très bien amusés et c’était TRÈS vivant / et alors j’ai fait / euh j’étais pas la seule d’ailleurs j’avais tout un groupe autour de moi qui m’a bien aidée (…) / à ce moment-là il y avait beaucoup d’enthousiasme / puisqu’il y avait pas grand chose d’autre / et alors j’avais beaucoup de jeunes professeurs qui étaient arrivés de France qui m’aidaient / j’avais des femmes d’ici qui voulaient y participer également alors c’était très agréable et c’était facile [Catherine : 206-227]

104Évidemment, on comprend aussi que le parcours de Catherine est un parcours d’intégration axé en grande partie sur le maintien d’une identité et d’une culture française, parcours dont son mari francophile est solidaire. Ceci explique aussi que dans ce couple mixte, les enfants seront élevés en français. Les conséquences de ce positionnement se font sentir cinquante ans après, tant sur le plan linguistique qu’au niveau identitaire, comme en témoigne l’extrait suivant :

Extrait 68 : Catherine
1 C. il y a eu beaucoup de Français / qu’on a jamais vus / et qui restaient / entre eux / soit / qui voulaient justement apprendre l’anglais alors ils ne voulaient rien avoir affaire avec les choses françaises c’est souvent ça / qui est arrivé (…)
2 Int. vous avez pas eu ce réflexe de dire / moi je veux on veut vivre à Toronto
3 C oh non / non écoutez / je parle encore mal l’anglais je vous dirais (rires) / mais comme j’étais toujours dans ces associations françaises / mais bon à la maison on parlait français / alors naturellement on a eu des amis anglophones comme / quand mon mari travaillait il y avait tous les professeurs qui étaient très / qui formaient presque une famille quoi alors on était invités on les voyait / et alors je faisais partie moi j’ai trouvé ça tellement bizarre au début parce que en France ça n’existe pratiquement pas / à l’école de mon mari il y avait euh Women’s committee et alors on se rencontrait une fois par mois / et puis alors on avait diverses activités on devait aller voir par exemple euh / euh : les bébés nouveaux nés on devait / aller voir quand si il y avait quelque chose qui se passait quoi / puis on avait des thés et des grandes soirées de Noël / alors ça c’était très bien / et je me suis sentie quand même acceptée / mais enfin je me suis toujours sentie un peu étrangère hein
4 Int. ah oui
5 C. ah ça toujours / toujours / et je crois qu’il y en a beaucoup // parmi // mes amies françaises / qui sont / on est / on est surtout quatre / |-mm-| / épouses de guerre ici // et // y en a qui sont / il y en a une qui s’est je crois / euh adaptée beaucoup mieux beaucoup plus et complètement presque / elle parle français / très bien / elle a pas oublié elle a des amis français / mais / son mari était dans les affaires et je crois que / elle / elle s’est intégrée / plus facilement / |-ah oui-| / et complètement / (…) les maris ne parlaient pas français en général / alors / elles avaient des amis anglais / probablement / euh peut-être plus que moi vous voyez / |-oui-| c’est assez difficile à à juger / mais enfin [Catherine : 232-257]

105Cet extrait souligne d’intéressants aspects de la conscience identitaire migratoire de Catherine. On voit clairement dans ses propos le lien qui unit les pratiques langagières et l’évolution du rapport intrinsèque entre parcours migratoire et dynamique identitaire. En premier lieu, Catherine relie sa méconnaissance de la langue dominante (« je parle encore mal l’anglais, je vous dirais », dit-elle au tour de parole 3) à sa socialisation en français et surtout avec des Français à Toronto.

106D’autre part, cette socialisation et les pratiques langagières qui l’accompagnent créent un effet d’étrangeté (« mais enfin je me suis toujours sentie un peu étrangère hein », tour de parole 3) dans la perception qu’a cette femme d’elle-même et sans doute dans la perception qu’ont les autres d’elle, même si elle s’est « sentie quand même acceptée ». Les formes du discours laissent aussi entendre une certaine incertitude quant à la façon dont elle se représente sa trajectoire et, partant, son demi-siècle de vie à Toronto. La locution adverbiale « quand même », à la fin du tour de parole 3 de l’extrait pré-cité, est révélatrice d’une modalité visant à la modération de l’énoncé sur lequel elle porte, et son écho dans l’énoncé qui suit, « mais enfin » (fin du tour de parole 5), résonne comme un souhait de ne pas approfondir cet aspect identitaire de son parcours.

  • 39 On se reportera ici aux précautions applicables à ce concept dans le cadre de la migration françai (...)

107La structuration de l’identité migrante se fait donc par l’interférence mutuelle des pratiques langagières et des pratiques de socialisation qui y sont directement reliées. En d’autres termes, Catherine explique que parce qu’elle ne parlait pas anglais en arrivant, elle a contourné le risque de marginalisation par une activité sociale dans sa communauté39. Cette implication a eu pour effet de réduire ses possibilités d’apprentissage de la langue dominante, ne facilitant pas de ce fait la réduction du fossé ethnoculturel et identitaire séparant une Française d’un(e) Anglo-Torontois(e).

  • 40 Cet ouvrage laisse de côté la question de l’étiolement de la langue première. Sur ce phénomène en (...)

108On perçoit aussi ce lien entre pratiques langagières et positionnement identitaire dans la formulation de comparaisons entre elle et ses amies françaises « épouses de guerre ». Elle souligne notamment le fait que l’assimilation, ou selon ses termes, une bonne adaptation peut avoir des effets sur la langue : « il y en a une qui s’est je crois / euh adaptée beaucoup mieux beaucoup plus et complètement presque / elle parle français / très bien / elle a pas oublié » (ex. 68, tour de parole 5). En disant cela, elle aborde un phénomène qui a fait l’objet d’un questionnement spécifique en fin d’interview : le fait d’oublier sa langue première. Si ni elle ni son amie, immigrées de longue date, n’ont oublié le français, une socialisation intense en anglais, avec un entourage anglophone, est identifiée implicitement comme un facteur de risque d’étiolement linguistique40.

109Dans le reste de son témoignage, Catherine montre aussi que l’impossibilité structurelle de s’investir entièrement dans la communauté française (dispersion, taille modérée, accès réduit à la langue et à la culture françaises jusqu’aux années 1980) a donné lieu à d’autres types de socialisation qui lui ont été nécessaires pour survivre socialement et éviter la marginalisation et l’isolement dans cette grande ville. Elle a fait des efforts pour s’impliquer dans une francophonie qui n’était que balbutiante à l’époque, mais aussi dans divers lieux, anglophones pour l’essentiel, d’échanges entre femmes.

110Le témoignage de cette mère de famille française immigrée et installée à Toronto depuis cinquante-quatre ans prend toute son importance quand on saisit que la survie identitaire d’origine à Toronto passe obligatoirement, pour des acteurs sociaux éparpillés aux quatre coins de la ville et du pays, par un maniement plus ou moins équilibré des deux langues. Aussi, l’on remarque chez de nombreux migrants, femmes et hommes, une volonté parallèle de capitaliser le français tout en apprenant l’anglais pour mettre à profit ce capital.

5. Une dynamique linguistique parallèle : apprentissage de l’anglais et capitalisation du français en migration

111Le parcours des immigrants français à Toronto, hommes et femmes, est bien entendu marqué par la recherche de la réussite sociale et économique. À ce titre, beaucoup d’entre eux considèrent, comme je l’ai montré, que l’apprentissage de l’anglais et la maîtrise de certains répertoires constituent un passage obligé pour réussir dans la capitale ontarienne. Paradoxalement, certains « fuient » le Québec (Yvonne et François, par exemple) à cause des velléités séparatistes de nombreux Québécois et du militantisme en faveur du fait français, mais optent pour l’Ontario en partie parce que, comme le disait François dans l’extrait 36 (chap. 2, section 5.1.1), on peut tout de même y utiliser la langue française. Les discours de migrants comme François sont révélateurs du rapport qu’entretiennent les francophones et les anglophones au Canada. Bien souvent, les propos reflètent aussi de façon claire les représentations des acteurs sociaux sur l’équilibre des langues à Toronto et l’utilisation possible de différents répertoires qu’ils possèdent.

5.1. La capitalisation du bilinguisme

5.1.1. Le bilinguisme, un atout malgré soi ?

112L’apprentissage de l’anglais, dans de nombreux cas, se fait conjointement au développement de compétences bilingues et plus particulièrement de la capitalisation de la langue française sur le marché linguistique de la métropole canadienne. Beaucoup d’acteurs sociaux ontariens, en particulier les migrants français dans la région torontoise, ont conscience de l’atout que constitue la langue française. Pourtant, si une certaine forme de capitalisation est ressentie, elle est souvent considérée comme involontaire, c’est-à-dire perçue comme un atout construit inconsciemment et sous l’effet du développement de l’importance du français en Ontario. Ainsi, l’extrait qui suit est intéressant à plus d’un titre. En premier lieu, ce locuteur semble construire sa réflexion sur des questions qu’il s’était peu posées, comme en témoignent les hésitations (cf. les « euh » et certaines pauses longues), les revirements et le « ouais » dubitatif (tour de parole 8). Il finit par admettre que le français a pu jouer un rôle dans le succès de son parcours :

Extrait 69 : Luc
1 Int. vous avez tenté vous à un moment donné d’utiliser la langue française à votre avantage
2 L. non
3 Int. d’en faire un atout
4 L. // non
5 Int. non / c’est-à-dire que vous pensez / que / lorsque vous êtes revenu à Toronto on vous a recruté ici parce que c’était votre euh
6 L. oui oui c’est vrai
7 Int. votre atout / enfin
8 L. oui // oui c’est vrai euh : / mais on m’a toujours dit euh « t’es bilingue / c’est bien au Canada » mais j’ai jamais vu / dans mon cas à moi ça a pas été euh / ça a pas été / sauf peut-être effectivement ici / |-mm-| c’est vrai que si j’avais pas parlé français euh / je pouvais pas je pourrais pas travailler ici / |-oui-| / euh / ouais / euh // mais j’ai jamais perçu ça comme un avantage même si ça l’est / |-d’accord-| / c’est mieux de parler deux langues que qu’une hein / |-oui-| / mais j’ai jamais mais dans mon travail tout le monde parle les deux langues ou tout tout le monde euh / je veux dire euh même dans le tourisme les gens parlaient toujours deux / donc dans le domaine dans lequel j’étais les gens / j’ai jamais eu une offre de d’emploi du type « bon vous parlez anglais et français on a besoin de hein hein » / |-oui oui-| / non j’ai jamais vu ça / j’ai plutôt toujours j’ai j’ai vu / (…) les connaissances techniques / être favorisées et si en plus on peut parler une langue je crois que c’était un a un atout / |-oui oui-| / mai:s / ce n’est pas l’inverse c’est-à-dire c’est pas en parlant deux langues que ça donne quelque chose il faut avoir autre chose à côté [Luc : 582-601]

113D’un autre côté, le témoignage de Luc montre une réticence à considérer que l’on peut accéder à l’emploi en Ontario seulement parce que l’on possède le français ou un bilinguisme fonctionnel, ce qui serait à ses yeux un reniement des autres compétences (« techniques », dit-il au tour de parole 8) nécessaires à l’occupation de n’importe quel emploi. Mathieu tient un discours similaire sur le statut du français dans son expérience professionnelle torontoise :

Extrait 70 : Mathieu
quand j’étais à l’université les gens arrêtaient pas de me dire « ah oui mais maintenant en étant bilingue parlant français pour trouver du travail c’est vachement bien ça va être un atout et tout » / et alors j’ai pas vu ça du tout j’ai vraiment pas DU tout constaté ça hein c’était pas pas du tout une observation que j’ai faite / alors ça dépend j’imagine que effectivement pour trouver un emploi au gouvernement fédéral ou provincial / euh ou à la municipalité de Toronto ou finalement puisque la constitution prévoit tous les services publics doivent se fournir / dans les deux langues officielles en anglais en français donc euh ils doivent probablement être à la recherche d’employés / bilingues régulièrement / mais comme moi c’est pas du tout le genre d’emplois que je cherchais ou peut-être dans les grandes administrations même : privées comme les banques et cetera / mais moi comme c’est pas du le genre d’emplois que je recherchais c’est vraiment pas du tout quelque chose que j’ai constaté / en plus dans le travail que je faisais / c’est toujours orienté sur euh : : : sur l’Amérique du Nord donc Canada anglophone les États-Unis / et puis maintenant euh donc dans la boîte où je bosse : au niveau mondial c’est-à-dire l’Europe l’Asie / euh : là ben le français sert pas bon quand je vais en France |-oui-| mais comme je vais pratiquement plus souvent en Allemagne / (…) plus souvent encore en Allemagne au Japon que en France : forcément l’anglais euh / donc le français non / j’ai jamais pu l’utiliser comme un comme un atout [Mathieu : 686-701]

114Bien sûr, Mathieu prend le soin d’appliquer ses propos à sa propre situation professionnelle, en soulignant l’utilité du français dans la fonction publique ontarienne et fédérale ou dans les grandes entreprises ayant des contacts avec une clientèle francophone. Cependant, Luc et lui partagent la conviction que la priorité, dans l’espace professionnel anglo-canadien (et nord-américain en général) est donnée aux compétences autres que celles liées à la langue. Cette conviction est commune à ceux (Luc, Donatien, Mathieu, Félicien, etc.) qui sont initialement venus à la recherche d’une nouvelle expérience, mais aussi d’une réussite professionnelle.

115Ce qui semble ressortir de ces témoignages, c’est que la langue française et, partant, le bilinguisme, ne sont utiles que dans l’industrie des services, à savoir là où l’on est susceptible de rencontrer un public francophone. Ainsi, pour cette catégorie d’acteurs sociaux, le développement de la francophonie est un outil politique quelque peu artificiel au service de la minorité linguistique.

5.1.2. Un atout construit dans le discours des anglophones

116L’autre constatation qui émane des témoignages cités plus haut est que le bilinguisme devient un atout lorsqu’il est perçu comme tel par les Anglo-Torontois eux-mêmes. D’où les deux citations reconstruites par Luc (ex. 69 : « on m’a toujours dit euh "t’es bilingue / c’est bien au Canada" ») et par Mathieu (ex. 70 : « les gens arrêtaient pas de me dire "ah oui mais maintenant en étant bilingue parlant français pour trouver du travail c’est vachement bien ça va être un atout et tout" »). Ainsi, ce statut de « langue spéciale » octroyé au français se trouve véhiculé non seulement par les règlements législatifs ontariens (cf. la Loi sur les services en français de 1986), mais aussi par l’imaginaire collectif canadien diffusé et renforcé dans la circulation d’un discours de sens commun.

117Bien que certains déclarent ouvertement que la langue française ne leur a pas servi à grand-chose (Mathieu amorce d’ailleurs cet énoncé dans l’extrait 70), un certain nombre de répondants ont bel et bien fait fructifier ce bien sur le marché torontois. Du reste, on remarque d’ailleurs les contradictions du discours de Luc dans l’extrait 68 (tour de parole 8) : si la langue française ne lui semble pas avoir été son atout majeur, c’est toutefois par elle qu’il a obtenu son emploi actuel de rédacteur en chef d’un document annuel consacré à la francophonie ontarienne. De ce fait, il est devenu « travailleur de la langue française », qu’il le veuille ou non… C’est aussi le cas de nombreux autres Français, peut-être inconsciemment, constatant que « de toutes façons » (Pascal, ex. 71), leurs interlocuteurs – anglophones ou allophones – leur font ressentir que le français est une langue importante, ne serait-ce que parce qu’elle est symboliquement liée à une identité et une culture :

Extrait 71 : Pascal
c'est un atout de toutes façons |-mm-| / euh: / parce que bon j'ai certains de mes clients qui sont / français / euh d'autres qui sont canadiens français / d'autres qui ne sont ni français ni canadiens français ni canadiens / euh: et qui sont d'origine gréco-italienne / |-mm-| et qui: / euh ben parlent un français euh: // excellent / |-mm-| / et qui qui veulent faire affaire avec moi en parlant français / |-ah oui-| / et alors pourquoi pas (rires de P.) [Pascal : 446-450]

118J’ai montré plus haut que le profil de Donatien se caractérisait par un désintérêt, voire une méfiance, à l’endroit des Français et des francophones de Toronto. Ce locuteur, malgré un positionnement préférentiel dans le monde anglo-saxon qu’il partage avec nombre de ses compatriotes immigrés, n’oublie pas néanmoins l’atout économique que constituent le français et le bilinguisme :

Extrait 72 : Donatien
dans le domaine professionnel / |-oui oui-| / c’est un atout parce que / euh // d’après la loi par exemple tout ce qui est fait / pour le gouvernement de l’Ontario / doit être fait en français / bon alors on leur dit « écoutez je suis on a une boîte bilingue hein » / |-oui-| / ça fait vingt ans qu’on produit du document en anglais / ET en français dans les deux langues officielles / et on a l’expérience de le faire / donc bon / c’est pour nous c’est un atout comparé à une autre boîte qui est uniquement euh anglophone / alors que là on peut dire bon euh // pas forcément que les gens qui travaillent ici sont francophones à part moi bien sûr / mais ils ont l’habitude de produire des documents en français / et ça a affaire avec la syntaxe ça a affaire avec euh / comment vont les accents comment vont les espaces ce genre de choses [Donatien : 676-684]

119Aux dires de Donatien (ex. 72) et de Pascal (ex. 71), le succès économique dans le pays d’adoption passe par la maîtrise de répertoires bilingues qui leur donnent accès à un public – et une clientèle – canadienne et multiculturelle. En ce sens, ces deux immigrants, bien qu’ils ne se reconnaissent pas dans la même reconfiguration identitaire, considèrent que le meilleur moyen de prospérer n’est ni l’assimilation totale, ni le repli communautaire, mais l’ouverture à un bilinguisme français-anglais qu’ils estiment peu courant dans le monde anglo-canadien des affaires.

5.2. Capitalisation des langues et professionnalisation

120Outre ce bilinguisme et par-delà les doutes que certains émettent quant à l’utilité du français dans une ville majoritairement multiculturelle et anglophone comme Toronto, on constate tout de même la tendance nette de certains à faire fructifier leur connaissance du français en vue de la construction d’une carrière toute autre que celle qui était envisagée en France. Il paraît ainsi se dessiner une francophonie de France qui va au-delà, pour le cas des couples endogames ou endolingues, de celle du foyer et qui s’investit aussi dans une vie professionnelle nouvelle entreprise essentiellement pour des raisons linguistiques. Cette tendance dépasse largement ce que le discours modernisant identifiait comme une fonction symbolique, à savoir la présence du français liée au droit à utiliser sa langue maternelle (Labrie et al., 2001).

  • 41 Les Mauriciens de Toronto, par exemple (cf. Chambon et al., 2001).

121Parmi les immigrants français dont j’étudie ici la trajectoire, comme chez d’autres immigrants41, le recours au français, langue minoritaire à Toronto, peut aller de l’utilisation de la langue française pour l’obtention et la distribution de services (Labrie et al., 2001) à des positionnements plus marqués vers l’utilisation de cette compétence langagière dans la société d’accueil. Ainsi, pour les Haïtiens de la première vague migratoire et pour les Mauriciens bénéficiant d’un bilinguisme valorisé à Toronto, il s’est agi de participer à la vie économique et professionnelle franco-torontoise (Chambon et al., 2001). Ce mouvement vers la capitalisation professionnelle du français émane bien sûr de la forte domination de l’anglais et donc de la différence que peut créer un(e) Français(e) en tant que dépositaire d’une norme standard parisienne. Ce type de discours est nettement identifiable dans les entretiens, notamment parmi ceux qui ont vécu l’expérience québécoise.

5.2.1. Profession : Français ?

122Les propos des interviewés concernés à un moment de leur trajectoire migratoire par le Québec laissent entendre que la variété linguistique qui les caractérise les a toujours identifiés – et les identifie encore – comme des Français. Dans le Québec des années soixante et soixante-dix, comme on l’a vu plus haut, le fait d’être français ne semblait nullement être un avantage. Rejetés par des Québécois en quête d’émancipation et donc soumis à des problèmes économiques comme le chômage, c’est souvent une expérience négative que racontent ces Français, comme Denis (voir les extraits 73 qui suit et 31 dans le chapitre 2) et Yvonne (ex. 74). Comble de l’absurdité ethnicisante du Québec aux yeux de ceux venus initialement y vivre en français, c’est dans la communauté anglo-montréalaise que Denis et Yvonne trouvent leur premier emploi :

Extrait 73 : Denis
en tant que Français / AUtomatiquement les portes étaient fermées / et surtout un Français qui n’avait pas de: /// personne pour l’aider quoi parce que je connaissais vraiment personne y avait personne pas de contacts pas de famille pas de / pas de: pas d’amis vraiment donc le lobbying ça marchait pas pour moi pas de petit clan (…) finalement j'ai trouvé un emploi à la commission des écoles protestantes de Montréal qui était un organisme anglophone / puis là je suis tombé en plein dans le dans l'horreur canadienne c'est-à-dire que / ils n'engageaient eux que des Français / français / les vrais Français ils engageaient pas les Canadiens français ou les Québécois il fallait être français ou alors / être de l'étranger mais surtout pas du Canada pour parler français / et ils m'ont engagé en tant que prof de français bien entendu dans une de leurs écoles / et je me suis rendu compte qu'ils n'engageaient aucune aucun de mes : enfin des profs canadiens ou québécois qui existaient à cette époque-là [Denis : 33-42]

  • 42 Avant la Révolution tranquille, cette tendance à vouloir à tout prix ne pas se démarquer d’un idéa (...)

123« L’horreur canadienne », pour Denis (ex. 73), c’est à la fois de ne pas avoir accès au marché du travail parce qu’il est français, mais aussi de constater que les Anglo-Montréalais embauchent principalement des Français de France – ou d’ailleurs, mais pas du Canada – pour éviter à tout prix les formes québécoises du français. À ce titre, les Anglo-Montréalais reproduisent des schémas couramment pratiqués parmi les Québécois francophones eux-mêmes. Dans les discours de ces derniers a longtemps transparu aussi une culpabilité linguistique et la conscience à la fois d’un retard sur le français parisien et d’une hybridation linguistique (Gendron, 1990)42, jusqu’à ce qu’une classe moyenne apte à véhiculer un discours modernisant émerge dans le paysage social québécois (Heller, 2002).

124Au travers de son expérience, Yvonne, dans l’extrait 74, expose les faits de la façon suivante : le français de France (et de façon corollaire le fait d’être français) était ressenti comme un handicap lorsqu’on évoluait parmi les Québécois, mais devenait un atout chez les Quebecers, c'est-à-dire les Anglophones de la province.

Extrait 74 : Yvonne
alors pour revenir à mon arrivée à Montréal / je suis arrivée j’ai habité dans le quartier français dans / dans l’est de Montréal / alors là je dois dire quelque chose / je m’excuse de le dire mais / j’ai très mal été acceptée par les Canadiens français // qui n’aiment pas les Français de France / je sais pas si vous en avez entendu parler déjà (…) j’étais très malheureuse là alors j’ai décidé de: / de m’installer dans l’ouest / de Montréal / donc j’ai mis mon fils dans une école mon fils qui avait quatre ans / cinq ans / et puis la directrice me dit « mais vous / je suis intéressée à chercher des professeurs de français » et puis / elle me dit « est-ce que vous voulez faire un essai de deux mois trois mois puis on verra après » / j’ai dit « on peut toujours essayer je risque rien » / donc j’ai fait un essai puis / j’ai beaucoup aimé / |-mm-| je dois dire / j’ai beaucoup aimé alors elle m’a dit / « il faudrait passer l’examen évidemment de teaching certificate okay » / mais avant tout il faut que je: / faire une application au Protestant School Board / du grand Montréal / alors je suis allée là-bas puis sur les recommandations de ma directrice / ils m’ont suggéré / pour avoir le diplôme de teaching certificate / et comprenant bien que ma situation financière ne me permettait pas de rester deux ans sans travailler / |alors ils m’ont suggéré de passer deux étés / à McGill / pour obtenir mon certificat d’enseignant / et c’est ce que j’ai fait [Yvonne : 120-135]

125Ces témoignages montrent l’existence de sortes de niches de marché au Québec qui s’articulent autour de différences d’origine ethnoculturelle. Ils illustrent aussi avec clarté les divisions multiples et complexes de la société montréalaise et parfois les raisons pour lesquelles des Français quittent le Québec, après avoir plus ou moins bien réussi à faire fructifier leur compétences professionnelles dans ces niches de marché. On remarque finalement que même dans les formes linguistiques auxquelles Yvonne a recours, il y a les traces de la culture anglo-québécoise qui l’a acceptée. Elle fait référence – en italiques dans la transcription – au « Protestant School Board » (commission scolaire des écoles protestantes de Montréal) et au « diplôme de teaching certificate » qu’elle passe à l’Université McGill, l’une des deux universités anglophones de Montréal.

126Le recours aux termes anglais dans le récit d’Yvonne ne s’explique pas par l’absence d’équivalents lexicaux en français, comme c’est parfois le cas dans les phénomènes d’alternance et de mélange de codes, mais par un positionnement clairement identifiable de la locutrice dans le monde anglo-montréalais. L’on comprend ainsi sans difficulté que le glissement d’une socialisation difficile avec les Québécois vers une implication dans le milieu éducatif anglo-montréalais ait pu se traduire ultérieurement par une migration intra-canadienne du Québec à l’Ontario.

127Par ailleurs, ces conduites d’hétéro-acceptation et ces discours métalinguistiques à tendance inclusive ou exclusive, qui contribuent à créer des situations de sécurisation ou d’insécurisation linguistiques, donc identitaires (Forlot, 2005 : 347-357), ne sont pas l’apanage des Québécois, comme le montre ce nouvel extrait issu de l’interview d’Yvonne, où « ici » fait référence à Toronto :

Extrait 75 : Yvonne
ici j’arrivais j’allais dans un magasin / du fait de mon accent français les gens disaient « oh / you are French » / |-mm-| / je dis « oui » / « oh bonjour » / |-mm-| / « we like France » et cetera / alors qu’à / qu’à Montréal j’ai jamais eu ça [Yvonne : 419-430]

  • 43 Même les répondants les mieux adaptés à la vie anglo-torontoise (Paul, Luc, Mathieu), voire les pl (...)

128Comme je l’ai dit antérieurement, la valeur de la langue française dans le contexte minoritaire anglo-canadien prend son sens dans ses rapports à la langue anglaise et à sa domination. D’abord, parler une autre langue constitue un enrichissement, évidence partagée par tout le monde et qui n’est ici pas réservée au couple anglais / français. D’autre part, le français est perçu comme le véhicule et le constituant d’une identité et d’une descendance française que l’on ne veut pas perdre en migration, d’où l’insistance de beaucoup à scolariser, lorsqu’ils le peuvent, leurs enfants dans le milieu scolaire francophone ou en tout cas contribuer à la transmission de la langue43. C’est la raison qui explique que Mathieu, malgré ses propos dubitatifs sur l’utilité du bilinguisme au Canada anglais (voir ci-dessus l’extrait 70), scolarise sa fille à l'Établissement Hexagone et entend convaincre son épouse pour qu’il en soit de même plus tard pour leur nouveau-né.

129Ce rapport entre les deux langues entraîne aussi une reconfiguration non négligeable des carrières professionnelles dont certaines sont axées sur la francophonie ou la francité, non pas en termes de défense du fait français en Ontario, mais sous l’aspect plus instrumental d’un « marché » linguistique concurrentiel. Je n’entends pas seulement dans ce terme de « marché » l’acception que Bourdieu (1982) lui a donnée, mais aussi celle de la vente de produits reliés à la fois à la langue et au bilinguisme et à l’identité française.

5.2.2. Le marché des langues et du français à Toronto

130Parler d’un marché des langues, en l’occurrence du français, c’est reconnaître, comme Éric Delamotte (1999) l’a montré avec le français langue étrangère, que les enjeux de ces langues dépassent le politique, le culturel et l’identitaire, basculant dans la sphère économique. Au Canada, les recherches menées par N. Labrie, M. Heller et leurs associés expliquent elles aussi qu’« on assiste à l’émergence d’une conception matérialiste de la langue, la langue comme bien d’échange permettant l’accès démocratique aux espaces et aux réseaux où circulent des ressources, avec nécessairement l’admission de nouveaux acteurs » (Labrie et Heller, 2003 : 410). Ce marché des langues, beaucoup de ces Français en anglophonie, possesseurs d’une variété de langue généralement valorisée, en ont bien évidemment compris le fonctionnement. Certains en sont d’ailleurs à la fois les usagers et les acteurs.

131Comme nous l’avons vu, beaucoup, même les plus assimilés du corpus, veillent non seulement à un maintien de leur français, mais aussi parfois à l’utilisation de cette langue à leur avantage. Dans certains secteurs, les activités économiques liées aux langues sont au Canada de prime importance, comme on l’a vu dans le chapitre 1 (section 1.4.2.3). Par exemple, les résultats du recensement de 1991 indiquaient que 21 % des Français de la ville de Toronto étaient engagés dans des activités ayant trait à l’éducation, à la culture, à la traduction et à l’édition. Attendu que ces statistiques incluent toute la population active à partir de 15 ans et que personne ne peut, en théorie, occuper ces professions avant d’avoir effectué des études supérieures, on comprend qu’en fait, ces chiffres recensent des hommes et des femmes qui ont probablement plus de 22 ou 23 ans. Le nombre qui ressort tout particulièrement est celui des enseignantes, dont la plupart évoluent dans les écoles françaises publiques, catholiques ou privées, ou encore dans les programmes d’immersion et de « Core French » des écoles anglophones. Je reviens sur l’importance de ces parcours professionnels plus bas.

132Pour certains, ce n’est pas tant la langue qui permet d’accéder aux ressources du marché, mais l’association qui est faite entre leur langue et leur identité de Français. Au travers des images véhiculées par la France, l’intégration au pays d’accueil, en l’occurrence le Canada, peut être plus ou moins facile. La perception du pays d’où vient le migrant dans la culture d’arrivée est non négligeable, parfois même essentielle, à son intégration et son hétéro-acceptation (Berry, 1983 ; 1987 ; Araujo-Forlot, 1995 ; Forlot, 1999a). Les détails les plus anodins peuvent avoir leur importance. Nous sommes là dans le domaine des représentations et de l’imaginaire (Giust-Desprairies, 2002) et pour s’en convaincre, examinons l’anecdote que raconte Clément au sujet de son lieu de naissance, Casablanca, qui semble avoir créé un effet favorable aux yeux des Anglophones à son arrivée :

Extrait 76 : Clément
c'est ici quand je disais que je venais de Casablanca « ah Casablanca » / c'était on m'ouvrait une porte / c'était tout de suite le fait de venir de Casablanca les gens ne savaient rien sur la ville ni sur ses habitants ni rien du tout / en fait certains même ne savaient pas où elle se trouvait / peu peu quand même mais / euh la plupart du temps je veux dire les gens faisaient / le film ayant ce prestige |-oui-| / c'était donc une connotation positive [Clément : 738-742]

133Cet effet d’association positive créé par le film Casablanca, réalisé en 1943 par Michael Curtiz, se retrouve dans d’autres références à la culture française souvent associées aux immigrants, de manière très souvent stéréotypiques et généralisantes. On a vu combien Denis et Yvonne avaient été guidés, voire aidée dans le cas d’Yvonne, vers des carrières dans l’enseignement du français aux anglophones de Montréal. Dans le témoignage ci-dessus de Clément, on constate ainsi qu’un simple lieu, Casablanca, par association avec un film des années quarante, permet d’« ouvrir une porte ».

  • 44 Cette concurrence s’applique aussi aux autres immigrants francophones comme les Africains, les Lib (...)

134On retrouve ce phénomène d’attribution positive dans l’énoncé rapporté par Yvonne dans l’extrait 75 ci-dessus : « oh you are French / (…) we like France ». Ce type de discours émane pour l’essentiel des représentations qu’ont les citoyens ontariens, notamment les décideurs anglophones de Toronto, représentations qui tiennent à la fois d’une vision mythique de la France contemporaine et d’une politisation de leur regard sur le Québec : la province francophone devient aux yeux des anglophones le lieu potentiel de division du Canada. En même temps, les représentations positives des Anglo-Torontois sur la francophonie européenne et la nécessité de composer avec l’autre « peuple fondateur », les francophones, ont un double effet. D’abord, tout cela crée les conditions de l’émergence d’un marché linguistique francophone torontois dans lequel les Français ne semblent pas avoir de difficultés à s’inscrire, quelle que soit leur formation. Ensuite, il ressort de la constitution de ce marché une concurrence entre les francophones canadiens et les Français (Forlot, 2005 ; 2006)44.

135Delamotte (1999) a montré, en d’autres lieux – notamment au Brésil – l’existence d’un marché concurrentiel des langues, particulièrement dans le milieu de la formation pour adultes. L’espace urbain du Grand Toronto, en tant que métropole économique d’un pays officiellement bilingue et capitale d’une province qui compte plus d’un demi-million de francophones, ne fait pas exception à la règle et donne lieu à la création d’un marché économique lié, pour le cas qui m’intéresse ici, à l’exploitation des ressources linguistiques et du bilinguisme. Certains immigrants, alors que rien ne les prédisposait à une profession dans le domaine des langues, optent non seulement pour l’apprentissage de compétences bilingues, d’une bilingualité, selon les termes de Hamers et Blanc (2003), mais aussi pour l’utilisation de celle-ci en vue de la réussite de leur trajectoire migratoire. Ainsi, après quelques tentatives dans une librairie francophone et dans les services administratifs de l’Établissement Hexagone, Paul (historien par ses études universitaires) se consacre à l’enseignement du FLE à l’Institut Molière, mais se tourne aussi vers la traduction :

Extrait 77 : Paul
actuellement je suis toujours à l'Institut Molière / je: j'ai des cours donc le matin et l'après-midi / depuis à peu près quatre ans / j'ai passé une série de: de diplômes de traduction / j'ai passé (…) l'Association des Traducteurs et Interprètes de l'Ontario / (…) / donc j'ai passé leur leur examen puisque je n'ai pas d'obligation à être citoyen / pour passer leur examen / euh ce qui coûte moins cher que l'université / euh nettement moins cher / j'ai passé la (…) American Translators Association / |-mm-| / bon qui me permet d'avoir / faute d'expérience canadienne ce qui me permet d'avoir une sorte de diplôme canadien / euh: bon qui se se monnaye qui fait office de compétence en matière de traduction / donc ça c'est ce que je fais / entre mes cours / (…) / ça me permet tout simplement d'avoir des le fait c'est que ma femme est traductrice euh : : indépendante freelance / |-oui-| / euh ce qui fait que d'une certaine manière tous les contrats tous les clients qu'elle a aux États-Unis / qui demandent la traduction au Canada parce que c'est moins cher / pour des questions de: bon euh de parité / (…) nous faisons / enfin je dirais nous ne faisons que du français vers l'anglais du portugais vers l'anglais ou de l'espagnol vers l'anglais |-oui-| / euh nous traduisons aussi en français [Paul : 127-156]

  • 45 Si on compare cette rapide certification à une longue formation universitaire française que Paul n (...)
  • 46 Il convient de souligner ici que ce sont l’accès aux possibilités d’être traducteur et les demande (...)

136Profitant simultanément de l’accès facilité45 à la certification de traducteur offerte par les organes de qualification de l’Ontario ainsi que du vivier de clientèle de son épouse, elle-même traductrice, Paul s’est lancé dans l’entreprise personnelle46. On mettra ici en relief le fait que le parcours professionnel de ce migrant est centré exclusivement sur la capitalisation de biens linguistiques liés au français, que cela soit dans le domaine de l’enseignement de la langue étrangère ou seconde (FLE et FLS, à l’Institut Molière et à l’Établissement Hexagone) ou dans le domaine de la traduction entre l’anglais et le français. En conséquence, les concepts de marché et de vente de produits linguistiques s’appliquent particulièrement bien à Paul. On garde à l’esprit que dans le cas de sa migration comme dans celui d’un éventuel retour, un acteur social doit pour réussir vendre des compétences, voire se vendre lui-même sur un marché : « je pense que je me suis vendu sur un marché qui me considère / un peu comme une / tour Eiffel en plastique ou une savonnette de France oui bien sûr », dit Paul à la fin de notre entretien. De même, on renverra ici à l’extrait n° 44, dans lequel il envisageait, en cas de retour en France, de se « vendre » sur un « marché » grâce à son acquisition d’une expérience nord-américaine.

137Pour d’autres, ces mêmes compétences permettent de contourner des difficultés économiques issues d’un milieu professionnel en crise à Toronto. Ainsi, dans l’esprit de Daniel, au chômage dans son métier de géologue depuis la récession des années 1990, la traduction offre une voie de déviation :

Extrait 78 : Daniel
ma première profession c'est euh j’étais // pendant une dizaine d'années dix ou quinze ans j'ai été géologue / je travaillais pour le gouvernement de l'Ontario / ensuite j'ai fait un diplôme en traduction et puis je fais aussi pas mal de traduction à la pige euh: dans le domaine de la géologie au début et ensuite dans divers domaines j'ai été j'ai travaillé aussi comme traducteur mais j’ai aussi travaillé fait des contrats en géologie et puis euh: ces dernières années j'ai fait vraiment de: soit de la traduction soit de la géologie |-oui-| en ce moment / dans le domaine de la géologie c'est très difficile de trouver de l'emploi / |-mm-| et donc c'est pour ça que je fais plus euh de la traduction alors que mais enfin de / de préférence je préfère euh: ce que j'avais choisi au départ c'était le: / |-la géologie-| la géologie quoi voilà [Daniel : 105-113]

138Il est en effet possible de parler de déviation dans ce cas, car la métaphore du déroutage illustre le caractère provisoire de cette activité linguistique de survie.

  • 47 Margolis (1994) a étudié ce phénomène parmi les Brésiliens de New York, une communauté moins privi (...)

139Cependant, elle se pérennise parfois en étant à la fois avalisée et légitimée aux yeux des autres par une certification ou un diplôme officiel : Daniel et Clément ont obtenu un diplôme en traduction, Paul s’est fait reconnaître par deux associations de traducteurs, Yvonne a passé un « teaching certificate » (ex. 74) au Québec. Ainsi, pour Yvonne ou pour Daniel, respectivement avocate et géologue de formation, la langue n’est pas qu’un simple substitut provisoire à l’activité principale que l’on exerce, mais devient, en migration, un vrai métier. Le regard des autres est ici primordial, car les migrants s’inquiètent d’une image d’échec qu’ils pourraient renvoyer dans leur pays d’origine47. Paul l’exprime de la façon suivante :

Extrait 79 : Paul
en étant témoin de la communauté francophone / |-mm-| / j'ai vu arriver / des dizaines et des dizaines / maintenant c'est peut-être une centaine / de gens / qui sont arrivés et avaient annoncé à tout le monde qu'ils allaient partir et aller aux Amériques / et qui sont rentrés la queue entre les jambes après six mois parce qu'ils n'étaient pas en mesure de subvenir à leurs besoins [Paul : 639-642]

140Pour limiter les risques d’échec et même sans diplôme, une porte reste pourtant ouverte à l’arrivée : celle de l’enseignement de sa propre langue, le français. Ainsi, comme on l’a vu précédemment, l’autre grand domaine d’intervention des Français (et particulièrement des Françaises) est l’enseignement. Pour Luc, que j’ai cité plus haut à l’exemple 69, la langue française ne suffit pas, elle n’est que le véhicule d’autres compétences. Néanmoins, comme dans le cas de l’activité de traduction que j’ai analysée ci-dessus, l’enseignement de sa « langue maternelle » est un domaine de prédilection pour ceux qui arrivent et qui ne peuvent pas, ou pas encore, mettre à profit des compétences autres.

141Ceci est d’autant plus vrai que l’enseignement du français langue étrangère ou seconde aux adultes est, au Canada anglophone, beaucoup moins strictement réglementé que l’enseignement primaire ou secondaire officiel. Mes observations à l’Institut Molière me portent à croire que la qualité principale recherchée est celle de la langue et non les savoir-faire didactiques ou pédagogiques nécessaires à l’enseignement. Ces observations se trouvent d’ailleurs confirmées dans le témoignage de Paul qui me fait part de la légèreté de sa formation au début : il raconte avoir été épaulé durant quatre ou cinq cours par la directrice pédagogique « pour voir euh bon regarder la méthode voir comment ça fonctionnait » et recevoir « une série de conseils (…) pédagogiques » (Paul).

  • 48 Ces remarques se basent sur mes contacts et observations informelles d’étudiants adultes dans deux (...)

142Le fonctionnement pédagogique interne de l’Institut Molière se comprend en partie dans le contexte torontois où le français de France est valorisé et où le public d’étudiants se caractérise par une complexité d’attitudes et de conduites. Simultanément séduits par le prestige de l’Institut Molière et attirés par la culture et la langue de France, les étudiants adultes torontois, dont beaucoup appartiennent aux minorités ethnoculturelles, ont des attitudes ambivalentes envers la langue et la culture québécoises. Pour nombre d’entre eux, néo-Canadiens ou non, la fierté d’appartenir à ce grand pays se mêle à l’inquiétude pour l’avenir constitutionnel de leur terre d’adoption ; aussi, ils reconnaissent l’importance du Québec et de la francophonie canadienne dans l’histoire et l’identité du Canada48.

143En même temps, d’autres raisons font que ces étudiants adultes se tournent vers l’Institut Molière. Pour certains, c’est par défiance envers l’identité québécoise et ses revendications politiques. Pour d’autres, on note une dévalorisation plus ou moins grande de la variété canadienne du français (Forlot, 2005). Enfin, un certain nombre d’étudiants, en particulier les migrants et quelles que soient leurs origines, manifestent une méfiance envers les structures privées ou publiques d’enseignement du français en Ontario et plus spécifiquement à Toronto. Aussi, c’est la combinaison de tous ou une partie de ces facteurs qui garantit le succès de l’Institut Molière. Sont clairement mis en valeur non pas la francophonie, mais l’appartenance et l’attachement à une langue standard que ces étudiants perçoivent comme européenne, mais qui n’est en fait que parisienne (Francard, 1997 : 201).

5.2.3. Entre légitimation et dévalorisation du marché linguistique

144Le fait de se diriger vers la carrière enseignante paraît naturel à certains parce qu’ils étaient professeurs en France ou se destinaient à l’être (Charlotte, Odette, Firmin), ou encore sont venus à l’origine comme enseignants dans le cadre du service national en coopération (Marc, Lionel). Néanmoins, ce choix professionnel peut aussi donner lieu à un complexe découlant de la dévalorisation des professions de l’enseignement dans les représentations tant canadiennes que françaises.

  • 49 Je n’ai pas la place de développer ici le regard assez négatif que portent les Français expatriés (...)
  • 50 En France, l’accès aux fonctions de l’enseignement est réglementé par des concours de la fonction (...)

145Tout d’abord, dans l’esprit des interviewés, le métier n’est pas le même en Ontario qu’en France, aussi bien sur le plan des contenus que sur celui de la formation49. Les concours français de l’enseignement50, malgré leur utilité modérée sur les marchés linguistiques et professionnels torontois et plus globalement canadien, gardent tout de même une valeur importante dans l’esprit de ces immigrants. D’abord, être détenteur d’un de ces concours légitime une formation universitaire française. Ensuite, ils permettent un accès à des emplois dans les écoles à fonctionnement pédagogique « hexagonal ». Pour finir, il assure un lien avec le pays d’origine dans l’éventualité d’un retour ou d’une retraite en France, à condition d’avoir cotisé au régime de pension de la fonction publique en France.

146Ces aspects ne sont pas consiédérés comme anodins par la population enseignante d’origine française au Canada (et plus généralement à l’étranger), notamment parce qu’une cessation – possible – des versements des cotisations de retraite en France a souvent comme résultante un allongement du séjour au Canada, au moins jusqu’à la fin de la carrière, à l’âge de 65 ans. C’est la situation dans laquelle se trouve désormais Odette, par exemple.

147Plusieurs cas de figure se dessinent donc parmi les Français évoluant dans le milieu éducatif. Les anciens enseignants français, comme Odette ou Marc, font non seulement valider leurs diplômes français sur le marché torontois, mais accroissent leurs compétences à d’autres domaines que ceux de l’enseignement. Ils deviennent tous deux directeurs d’école. Voici l’exemple d’Odette :

Extrait 80 : Odette
j’ai fait valider tous mes certificats qualifications et tout ça par rapport au / Ontario College euh / OCT / l’organe d’accréditeurs des enseignants ontariens et: / donc j’ai fait des des enfin les recherches les papiers tout ça / et puis donc ils m’ont euh / je suis accréditée je paie ma cotisation parce qu’ici c’est il faut payer pour être certifiée (rires d’O.) / |-mm-| / et puis à la suite de ça / alors j’ai été certifiée / pour le français et l’anglais / en Ontario / à partir de la euh:: / si:xième ann non / à partir de la septième année d’abord / jusqu’à jusqu’à la dernière année avant le bac / et puis j’ai voulu faire d’autres qualifications supplémentaires / alors il a fallu que je fasse un cours qui me certifie par rapport au primaire / euh : qui correspond à / CM1 CM2 sixième ici à peu près / donc j’ai fait ça puis après j’ai fait le cours de proviseur / de l’Ontario et donc je suis qualifiée proviseur de l’Ontario aussi / |-mm-| / et à la suite de ça bon ici j’ai été promu à l’école bon d’abord j’étais professeur de français au lycée donc / et ici le lycée c’est en fait de la quatrième à la terminale / équivalent quatrième à terminale / j’ai également fait des cours d’anglais pour les élèves qui viennent de France et qui voulaient passer le baccalauréat français / |-mm-| je les aidais au niveau de l’anglais parce que les programmes sont différents des cours d’anglais qu’on fait ici / j’ai également du fait du ESL pour les élèves qui arrivent avec TRES peu d’anglais / ensuite j’ai: / décidé de changer et j’ai demandé à être mutée dans cette annexe-ci / où j’ai fait des sixième cinquième des collèges / j’ai fait quelques années comme enseignante ensuite je suis devenue chef du département de cette section-là en français / ensuite je suis devenue directrice-adjointe / et là c’est ma dernière année en tant que directrice-adjointe à partir de l’an prochain enfin à partir de maintenant / je suis également directeur des directrice des études françaises / de la maternelle à la troisième des collèges et aussi coordinatrice du / bac / du bac international [Odette : 56-76]

  • 51 L’entrée à l’École Normale Supérieure (« Normale Sup ») se fait – on l’aura compris – sur concours (...)
  • 52 Ce détail a son importance ici, car lors des interviews, certains me croyaient belge du fait de mo (...)

148Le discours d’Odette révèle des positionnements intéressants qui semblent trahir une dévalorisation du milieu éducatif torontois. Elle commence, avant l’extrait, par décliner son cursus universitaire, l’agrémentant de références prestigieuses comme « classes prépa » et « Normale Sup »51 (début de l’interview, non cité ici). Ensuite, après m’avoir expliqué qu’elle avait passé « plusieurs concours de l’enseignement », elle expose sa carrière, au demeurant impressionnante, en Ontario. Cependant, le fait qu’elle a identifié, dès le début de l’interview, mes origines françaises52 la pousse probablement à décrire – et donc à me faire valider – son parcours par le prisme culturel français.

149Son discours est par conséquent teinté de référents culturels hexagonaux, sans doute parce qu’elle y voit plus de prestige et qu’elle cherche à le légitimer à mes yeux. Ainsi, elle parle de ses qualifications ontariennes de « proviseur », fonction et titre de direction ayant gardé un prestige non négligeable en France ; elle appelle l’école secondaire un « lycée », évoque le « collège » ainsi que la division des classes telle qu’elle se fait dans le système éducatif français (« sixième cinquième des collèges », « de la maternelle à la troisième des collèges »). Elle poursuit en exposant son rôle dans l’organisation des baccalauréats français et international.

150On remarque aussi en début d’extrait son discours moqueur sur l’accès à la profession d’enseignant en Ontario : « ici c’est il faut payer pour être certifiée (rire d’O.) ». Les propos d’Odette produisent à vrai dire un tour de force quelque peu paradoxal : elle réussit à démontrer sa réussite sociale et professionnelle par un discours qui, dans ses formes, dévalorise les pratiques professionnelles scolaires ontariennes tout en mettant celles-ci à la disposition d’une comparaison avec des valeurs et des statuts français qui n’ont pas d’existence en Ontario. Par exemple, dire « proviseur » ou « lycée » à la place de « principal » et « école secondaire » sert à augmenter la valeur et la représentation sociales de ces objets dans un discours visant à faire valoriser son parcours par son interlocuteur. On a ici à nouveau les signes d’une « insécurité dite » (Moreau, 1996), prenant effet que dans une mise en discours avec des interlocuteurs partageant les mêmes savoirs socioculturels.

151De même, d’autres interviewés se livrent à une dévalorisation discursive de leur propre parcours professionnel en Ontario. Par exemple, Mélodie explique qu’après ses études de médecine interrompues par son expatriation et à la suite d’une tentative non aboutie pour exercer la profession d’esthéticienne, faute de mieux, ne sachant pas quoi faire (« je commençais à me dire euh qu'il me fallait quand même quelque chose dans la vie »), elle a utilisé son français pour devenir enseignante :

Extrait 81 : Mélodie
je commençais à me dire euh qu'il me fallait quand même quelque chose dans la vie parce que j'avais aucun vrai travail aucun métier |-oui-| / ah non avant c'est vrai j'ai fait euh / un an d'études d'esthéticienne / maquillage massages et tout ça la peau / |-ici-| ici à Toronto en anglais c'était assez rigolo je parlais pas tellement bien l'anglais mais bon j'ai fait ça / j'ai fait un stage à Montréal et après j'ai exercé cette profession pendant un an mais j'aimais pas du tout |-non-| et c'est là que / après avoir eu notre deuxième enfant / (…) / euh: je suis restée un an à la maison avec elle après je suis retournée à Glendon pour trois ans |-mm-| et puis après bon ben j'ai enseigné quoi [Mélodie : 37-44]

152Les formes linguistiques trahissent ici aussi un discours dévalorisant : « et puis après bon ben j’ai enseigné quoi », avec un balisage de cet énoncé par des marqueurs pragmatiques dénotant l’évidence (« bon ben », comme si enseigner était la meilleure occupation quand on ne sait rien faire) et d’indifférence (« j’ai enseigné quoi », sorte de ponctuation banale pour une occupation banale, comme pour dire « bof »). Cette interprétation du discours de Mélodie est renforcée par les propos plus explicites de Denis, voire ceux clairement hostiles de Madeleine :

Extrait 82 : Denis
automatiquement en tant que français je suis devenu professeur de français |-oui-| / c'est un peu ridicule [Denis : 550-552]

Extrait 83 : Madeleine
en fait j'ai pas continué à faire de l'anglais je fais du français |-ah oui-| c'est un peu normal / tout le monde fait ça ici c'est le cygne parmi les oies / le syndrome du cygne parmi les oies j'appelle ça moi / les gens qui auraient / non mais c'est vrai en général / bon je peux dire ça pour moi aussi hein / mais j'ai remarqué y a beaucoup de gens ici qui sont là euh / franchement on n'en voudrait pas dans mon collège quoi / et tout ceux qui brillent bien sûr ici parce qu'ils sont français vous voyez |-ah oui-| y a beaucoup ça enfin en université en tous cas c'est impressionnant |-oui-| surtout à *** (nom d’université) parce qu'ils prennent les gens qui n'ont / avant ils faisaient ça maintenant ils le font plus hein / ils prenaient les gens qui n'avaient pas de doctorat tout ça |-oui oui-| même de maîtrise ou rien / y en avait un il était électricien il parlait français il enseignait à *** (idem) [Madeleine : 77-86]

153Les paroles de Denis et Madeleine font écho à ce qu’exprimait Luc lorsqu’il disait que la langue ne saurait suffire et que d’autres compétences, qu’ils appelaient « techniques », sont nécessaires et favorisées : « si en plus on peut parler une langue je crois que c’était un a un atout / (…) / mais / ce n’est pas l’inverse c’est-à-dire c’est pas en parlant deux langues que ça donne quelque chose il faut avoir autre chose à côté (cf. Luc, ex. 69). Pour Denis comme pour Madeleine, la prise de conscience que le domaine de l’éducation déroge à la simple règle qu’énonce Luc pose problème. Être, comme le dit Madeleine, le « cygne parmi les oies » (début de l’ex. 83), c’est presque du vol, une imposture professionnelle.

154« L’horreur canadienne » dont parlait Denis au sujet du Québec (cf. ex. 73) semble changer alors de perspective : tandis que les Anglo-Québécois ne juraient dans les années 1970 – celles de son immigration – que par les Français de France, ces derniers, lui le premier, ont investi le champ de bataille du français scolaire à Toronto, en faisant jeu égal avec les autres francophones.

155Pour ces immigrants, la question devient alors de savoir comment valoriser un parcours professionnel tout en faisant fructifier un bien précieux que les autres, anglophones et allophones, leur renvoient : le fait d’être Français et de parler un français dit standard. Ces questions de la langue, dans ses formes et dans les représentations qu’elle véhicule, ainsi que celles de l’accès au marché du travail par la langue française sont aussi au centre des rapports entre Français de Toronto et francophones canadiens, vers lesquels je me tourne désormais.

6. Langue et identification : la francophonie torontoise et la migration française

  • 53 La situation et la construction de l’immigration et des communautés francophones de Toronto ont ét (...)

156Cet ouvrage prend en partie appui sur l’originalité de la situation ethnolinguistique torontoise en Amérique du Nord. En effet, comme je l’ai montré dans le chapitre 1, la capitale de l’Ontario se distingue par son visage cosmopolite, son fonctionnement multiculturel, mais aussi par la présence d’une minorité francophone, elle-même marquée par le cosmopolitisme53. Si un certain nombre de Franco-Torontois, c'est-à-dire de résidents francophones de Toronto, sont de souche franco-ontarienne, les statistiques montrent que la majorité d’entre eux sont des gens venus de l’extérieur de l’Ontario.

  • 54 On entend par ce terme « toute action de gestion de l’interaction langagière où intervient la soci (...)

157La ville compte en effet des Québécois et des Acadiens, à savoir des migrants internes, ainsi que des immigrants de pays étrangers francophones ou partiellement francophones. La situation glottopolitique54 de cette « communauté francophone » présente un intérêt particulier lorsque l’on sait qu’elle a accès à des services et une scolarisation – publique ou catholique – en langue française. À l’origine créée pour servir les intérêts d’une population canadienne française puis de nombreux ayants droit (A. Martel, 1993), la francophonie torontoise a fini par se diluer dans un multiculturalisme qui soulève le problème méthodologique et théorique de la compréhension de l’hétérogénéité et de la fragmentation de cette « communauté » (Labrie et Lamoureux, 2003b ; Heller et Labrie, 2003b).

  • 55 Martiniello considère d’ailleurs que l’approche substantialiste n’est en fait qu’un avatar des thé (...)

158En réalité, on découvre qu’il existe des communautés francophones à Toronto, au sens que j’ai donné à ce terme : un groupe social dont les membres ne vivent pas nécessairement en contact ni dans les mêmes espaces, mais ont certains intérêts communs. Là aussi, la notion d’« intérêt » est polysémique, particulièrement dans son acception torontoise. Les intérêts peuvent être liés à une vision substantialiste et essentialiste, voire culturaliste, de l’identité (Geertz, 1973) 55dans laquelle les acteurs sociaux accordent au simple fait d’être francophone une priorité dans les questions d’appartenance identitaire. D’un autre côté, l’intérêt peut se manifester dans son sens de « bénéfice », comme si l’acteur social était « intéressé au bénéfice », selon l’expression commerciale consacrée.

159Oscillant entre une tendance centripète (ce que l’on apporte à la francophonie locale) et centrifuge (ce que l’on retire des instances de cette présence francophone et des droits dont elle jouit), la participation française à la francophonie torontoise est aussi fonction de facteurs de perception de l’hétéro-acceptation et de la gestion des conflits entre « groupes » francophones dans l’espace social.

6.1. Éparpillement, indifférence et implication

6.1.1. « On fréquente pas les mêmes milieux »

  • 56 Pour une approche socio-géographique de la dispersion des Francophones du Canada en dehors du Québ (...)

160En premier lieu, les répondants soulèvent, comme ils l’ont fait en parlant des Français de Toronto, la question de l’éparpillement de la francophonie torontoise et le problème de sa déterritorialisation56. Cette francophonie, perçue d’abord dans sa réalité géographique, crée un effet d’absence. De façon corollaire, un sentiment d’indifférence est partagé par un certain nombre d’immigrants. Ils expliquent que le rapport entre leur tendance (ou leur non-tendance) communautarisante et leurs pratiques sociales se construit en lien avec une géographie urbaine (la vie en banlieue, la dispersion) et une implication professionnelle qui n’ont pas créé les conditions de la rencontre :

Extrait 84 : Félicien
1 F. je connais aucun Canadien français / |-ben-| OH / je connais je dirais pas je devrais pas dire ça j’en connais peut-être un ou deux |-oui-| (rire léger)
2 Int. mais vous m’avez dit que votre femme elle côtoyait des francophones / qui sont pas forcément Canadiens français // ils sont d’où alors ces gens-là ?
3 F. ils sont de ils sont de France / |-oui-| ou de Suisse |-ah-| ou de: oui
4 Int. mais vous donc les Franco-Ontariens vous en connaissez pas beaucoup
5 F. non mai:s c’est pas que je les je non c’est l’occasion en fin de compte euh |-oui-| / on fréquente pas les mêmes milieux / enfin moi (…) j’ai travaillé là je suis à la retraite donc je fais plus rien mais j’ai travaillé / euh au collège: // au collège *** (nom) / |-mm-| qui est une // tous les collèges ici c’est / l’équivalent d’une université en fin de compte hein |-oui-| / au même niveau / euh pendant /// euh /// vingt ans / pendant vingt ans / et là y avait pas de francophones / |-mm-| c’est tout anglais euh: // donc non c’est rien que le milieu que je fréquente quoi le milieu le milieu académique et universitaire et donc y avait pas de Français [Félicien : 297-309]

Extrait 85 : Donatien
1 Int. vous avez eu des activités sociales disons euh avec les francophones plus globalement de Toronto ?
2 D. non
3 Int. non / vous avez des relations / professionnelles avec eux peut-être
4 D. // très peu / |-très peu-| / oh vraiment euh : // |-oui oui-| / vraiment (rires)
5 Int. presque rien |-presque rien-| / donc ça veut dire finalement que le reste de votre implication dans la vie sociale torontoise se fait avec des anglophones ?
6 D. oui ou n’importe qui d’autre mais pas spécialement euh spécifiquement avec des Français quoi [Donatien : 185-193]

161Donatien, qui explique ici que l’appartenance identitaire importe peu (« n’importe qui d’autre », tour de parole 6) montre que devenir torontois peut signifier une assimilation à un multiculturalisme désethnicisé. D’ailleurs, pour Donatien et Félicien, comme pour Ségolène dans l’exemple 48 analysé plus haut dans ce chapitre (section 3.2.1.1.), il y a un brouillage entre francité – compris ici comme un raccrochement à une identité française – et francophonie. Ces locuteurs semblent réduire l’appartenance identitaire à la pratique d’une langue, le français, alors que d’autres voient dans cette appartenance et dans cette tendance à la dispersion et à l’indifférence un phénomène davantage culturel.

6.1.2. « Les francophones sont très indépendants »

162Certains immigrants, tels Alain, Luc ou encore Daniel, donnent une interprétation plutôt ethnoculturelle à l’éparpillement. Luc, dans l’extrait 87 qui suit, laisse même entendre que la caractéristique prédominante des Français et des francophones est leur indépendance. Voici ce qu’en dit Alain, installé à Toronto depuis 1957 :

Extrait 86 : Alain
nous sommes moins / y a pas l'esprit euh comment grégaire non / y a pas de: / on est pas trè:s / on est un peu individualistes [Alain : interview de 1994]

  • 57 Il connaît bien ces Français émigrés ou expatriés en Ontario, les fréquentant depuis les années 19 (...)

163Si Alain fait référence spécifiquement aux Français de Toronto57 et tente par son discours d’en circonscrire un des traits identitaires importants, Luc parle de son côté à la fois des Français et des francophones, mais n’opère pas le brouillage entre francophonie et francité que l’on trouvait dans les témoignages de Ségolène (ex. 48), Félicien (ex. 84) et Donatien (ex. 85). Il souligne plutôt la similitude entre les conduites de socialisation des Français et celles des Canadiens francophones :

Extrait 87 : Luc
c’est un fait très français je crois et très francophone / que les gens n’essaient pas de créer des ghettos ou enfin des ghettos dans le pire des cas mais / ou bien de:s des communautés euh / spécifiquement francophones comme le font les Grecs ou les Italiens ou les Chinois / |ça n’existe pas tellement ici / pour la francophonie / que ça soit la francophonie de France / ou de du Québec ou de Toronto / |-oui-| / c’est pas tellement dans l’esprit de / d’essayer de créer de recréer une petite France ou quelque chose comme ça / donc il y a beaucoup d’indépendance vis à vis de euh les francophones sont très indépendants et / et donc ils font leurs trucs comme ça mais / pas parce que c’est des Français euh / donc moi j’ai des amis / c’est-à-dire que je suis également c’est évident je parle anglais aussi hein / donc il y a des gens qui parlent peu l’anglais des fois / donc évidemment ça la barrière de la langue est telle que vous / vous pouvez pas vous assimiler tout de suite / mais moi j’avoue que j’ai des amis euh canadiens anglophones euh francophones c’est pas le le critère n’est pas la / la langue [Luc : 107-118]

164Le discours de Luc oscille entre des considérations sur les pratiques communautaires des Français et sur celles des Canadiens, traçant des parallèles entre comportements « hexagonaux » et francophones. Le locuteur en tire, pour finir, des conclusions sur l’émergence d’une dispersion géographique. Mais au-delà d’une opposition entre l’indifférence pour la francophonie torontoise et le militantisme actif, il convient d’analyser les origines, les conséquences et la structuration de l’implication communautaire dans cette francophonie.

6.1.3. Aliénation et perte de pouvoir

165On constate que l’éparpillement a des conséquences à des niveaux individuels et collectifs sur la construction identitaire en migration. D’une part, les formes de l’implication peuvent, comme je l’ai dit plus haut, émaner d’un projet pré-migratoire qui rend illogique ou inattendue l’implication avec des francophones lors de l’arrivée à Toronto : Mathieu et Isabelle en sont de bons exemples. Venus pour apprendre l’anglais et pour la découverte d’une altérité, leurs premières années sont marquées par l’immersion dans la langue anglaise et la culture anglo-canadienne.

166D’autre part, cette implication est aussi incontestablement construite en migration, puisque l’expérience migratoire donne lieu à des mouvements de convergence ou de divergence identitaire issus des rapports aux autres et à sa propre histoire. Les histoires personnelles de Donatien, François, Denis, Marcel ou Yvonne et leurs difficultés à se faire accepter au Québec créent, lors de leur re-migration ontarienne, une reconfiguration identitaire distanciée de la francophonie (Donatien, Yvonne) ou alors associée à une francophonie multiculturelle (Marcel, François).

167Pour d’autres, la recherche initiale de compétences en langue anglaise a créé des reconfigurations identitaires perçues comme problématiques avec le temps. Isabelle mentionne à deux reprises dans notre conversation l’impact psychologique de sa plongée dans un monde anglophone :

Extrait 88 : Isabelle
88a) quand j'ai pu enseigner parce que j'avais besoin de gagner ma vie / j'ai enseigné dans des écoles anglaises / et ça ça m’a été extrêmement difficile parce que j’ai habité quatorze ans à Kingston / et quand j'ai été obligée d'être dans les écoles anglaises / j’ai eu énormément de mal // parce que j'étais euh / aliénée de moi-même / vous voyez / et ça c'était extrêmement dur cette époque / et quand je suis arrivée à Toronto et que j'ai pu aller dans une école française / c’est là que j’ai retrouvé mon équilibre en fait c’est avec la langue / donc la plupart des activités où je participe ce sera à cause de leur la langue / que je le ferai [Isabelle : 274-280]
88b) j’ai continué dans les écoles anglophones et / c’est là que je me suis sentie vraiment aliénée / que j'avais plus / puis mon bébé ma petite fille était trop petite bien que je lui parlais français / j’avais j’avais personne à qui parler français [Isabelle : 379-382]

168Isabelle, devenue enseignante de français après son doctorat en philosophie, met en valeur ce qui pour elle constitue le cœur de la construction identitaire et donc de la réussite de la migration : la langue. On peut supposer qu’au-delà de son expérience de migrante, cette intellectuelle a eu l’occasion d’engager une réflexion sur son propre parcours. Ce témoignage, qui émane peut-être de cette réflexion, se situe dans une approche qui relie de façon intrinsèque l’identité à la langue. Critiquée par Baggioni et Kasbarian (1996 : 855-858) parce que périlleuse et problématique dans le cas des francophonies minoritaires en contact, cette perspective n’en est pas moins intéressante parce qu’elle émerge ici dans des témoignages de locuteurs élevés précisément dans cette tradition de l’État-nation français qui souligne le lien entre peuple et langue (Baggioni, 1980 ; Boyer, 2003).

169Pour Isabelle, l’identité est une essence. Inscrite dans un schéma d’implication sociale volontairement anglo-majoritaire à son arrivée en Ontario (à Kingston) afin d’apprendre l’anglais, elle se trouve rapidement « aliénée » dans une culture qu’elle ne reconnaît pas comme la sienne. La seule solution envisageable, à ses yeux, est donc une évolution vers la francophonie, aussi dispersée soit-elle. Après une tentative infructueuse à Kingston, ville ontarienne proche de la frontière québécoise où elle entre en interaction avec des Canadiens francophones qui, selon ses dires, ne l’acceptent pas, elle voit dans sa re-migration à Toronto l’occasion de s’investir dans une francophonie torontoise multiculturelle et multiethnique. Dans cette ville, son statut de minoritaire, au même titre que les autres francophones, lui permet d’assumer son identité de Française par la langue, tout en militant pour la défense et la promotion de cette langue à Toronto, servant ainsi la cause du maintien de ce qu’elle perçoit comme une identité canadienne-française.

170On entrevoit aussi une autre conséquence, davantage collective, à l’éparpillement communautaire. Les migrants qui ont, durant leur trajectoire torontoise, pressenti que le dispersement entraîne une perte de pouvoir tentent d’étendre la présence de cette francophonie torontoise à d’autres espaces, qui ne sont pas forcément localisés en tant que tels (Giddens, 1994). D’abord, certains – Marcel, Denis, Céline, entre autres – s’investissent dans la conscientisation de la présence historique francophone – ou française – à Toronto par un militantisme politique culturellement marqué :

Extrait 89 : Marcel
89a)
1 M. j'ai été membre du comité français de l'hôtel de ville jusqu'à l'an dernier puis toujours membre euh c'est moi qui avais parlé de suggéré la fondation de la société d'histoire / et ça marche bien c'est mon idée enfin sans / sans me jeter des |-non je sais bien-| alors euh / parce que j'avais fait des recherches sur un projet / bien précis un projet personnel ici à Toronto / et j’avais travaillé aux archives de Toronto |-mm-| et j'avais vu beaucoup de noms francophones à ce moment-là ça m'avait intrigué / j'en avais parlé au comité français et à partir de ce moment là on a fait l'étude sur (…) le bâtiment Gendron
2 Int. alors là vous avez été impliqué à ce niveau-là niveau scolaire / au niveau historique
3 M. le comité français euh et / j'ai participé à beaucoup de choses
4 Int. oui / alors ça on va appeler ça disons la communauté canadienne française
5 M. canadienne française oui / par opposition à la communauté française de France [Marcel : 173-180]
89b) au comité français on avait l'occasion de travailler avec d'autres groupes // euh d’autres groupes / du monde entier plus ou moins |-mm-| donc on a participé par exemple à / Montréal / nous avions offert à l'occasion du cent cinquantième anniversaire de la ville de Montréal une statue à Montréal / on avait participé on avait fait des voyages avec le maire de Toronto à ce moment-là: et le maire de Montréal tout ça on a été invité ça a duré euh une semaine presque |-d'accord-| enfin / des choses comme ça mais / avec le comité français on avait l'occasion chaque semaine de / de s'impliquer [Marcel : 215-221]

171On remarque que la présence et le pouvoir de la francophonie torontoise est aussi une affaire de visibilité. Cette francophonie, puisqu’elle est faible et dispersée en termes de géographie et de démographie urbaines, se transforme en présence symbolique au travers de l’histoire. Il s’agit pour Marcel de passer d’une pratique linguistico-identitaire familiale privée à une dimension publique et symbolique de la francité torontoise. Comme ce locuteur le dit lui-même, l’investissement identitaire et le développement d’une conscience de la présence francophone à Toronto se situent au niveau des instances décisionnelles de la ville, particulièrement celles qui garantissent le lien social, à la mairie (le comité français de l’hôtel de ville, cf. ex. 89a et b) ou dans les services de police, comme le dit de son côté Denis :

Extrait 90 : Denis
90a) j'ai travaillé aussi au sein de comités d'un comité français de la police de Toronto parce que y avait aucun policier qui était capable de parler français / pour les obliger à suivre des cours de français pour s'assurer qu'on ait au moins un ou deux trois policiers dans différents commissariats |-mm-| / capables de parler cette langue / pour dès lors // que le le / la police prenne conscience qu'il existe une communauté française importante à Toronto / mais qui est très très dispersée [Denis : 168-172]
90b) on a quand même trois conseillers municipaux qui euh: si même si ils sont pas français |-oui-| / ce sont y a un Italien je pense et puis euh:: deux deux Anglophones / qui s'intéressent de nos |-francophiles-| oui de nos problèmes / alors nous n'avons pas de conseillers municipaux français pour la simple et bonne raison c'est qu'on n'a pas de quartier on est trop dispersés |-oui oui-| alors que les Italiens sont regroupés dans un coin euh ou les Portugais et cetera [Denis : 195-199]

172Il est intéressant de constater ici que la dispersion de cette francophonie est soulevée comme un problème pouvant avoir deux effets. D’un côté, ce problème peut générer un certain militantisme pro-francophone qui se traduit par l’occupation des instances où les francophones ont le droit de siéger, occupation qui sert en réalité de substitution à une territorialisation de la communauté identifiable spatialement. Ici, c’est bel et bien la définition de communauté en tant que groupe social ayant un intérêt commun, mais ne partageant pas les mêmes lieux de vie, qui est mise en avant.

173Par ailleurs, un autre espace – localisé pour sa part – de focalisation des communautés francophones de Toronto émerge dans le milieu scolaire. Les Français de Toronto n’échappent pas au dilemme que leur pose la multiplicité des choix de scolarisation de leurs enfants, que l’on considère ces derniers comme des petits Français ou des « enfants de migrants ». L’école demeure le lieu par excellence d’une implication dans cette francophonie torontoise aux visages multiples.

6.2. Les formes du militantisme pro-francophone

174De la même façon que l’implication dans la communauté française de Toronto, l’investissement dans la francophonie torontoise répond à des motivations multiples. Cependant, ce qui la caractérise pour l’essentiel, c’est sa construction en migration, c'est-à-dire la découverte de ce qu’elle offre en termes d’accroissement des richesses culturelles et d’accès à des formes de pouvoir. J’ai montré dans le chapitre précédent que les motivations de la migration à Toronto étaient, pour les résumer rapidement et un peu grossièrement, de trois ordres.

175Il y a d’abord ceux et celles qui font le choix d’accompagner ou de rejoindre un compagnon ou une compagne sur place. Ensuite, d’autres sont à la recherche de la nouveauté, ou pour certains d’un rêve nord-américain dans lequel ils visent l’accroissement de biens culturels ou matériels. Pour finir, quelques uns arrivent du Québec, ou d’un autre pays, après un début de parcours infructueux là-bas.

6.2.1. Une découverte tardive et quelques revirements d’allégeance

176On se rend compte, de façon transversale à toutes ces formes de migration en Ontario, que l’apprentissage ou le perfectionnement de l’anglais est une priorité. En fait, il ressort des entretiens et des observations qu’à un stade initial de l’installation, rien ne prédispose ces immigrants de France à s’investir dans la francophonie torontoise.

177Toutefois, la migration est faite d’une série de transitions, particulièrement en ces temps de modernité avancée. Des événements, du domaine public comme de nature personnelle, interviennent pour constamment reconstruire et structurer les acteurs sociaux au sein des milieux où ils évoluent et, réciproquement, ces milieux eux-mêmes. On se remémore le témoignage de Denis (ex. 31 et 73), qui explique dans un premier temps avoir souffert de la discrimination contre les Français que lui renvoyaient les milieux québécois – donc largement majoritaires – de Montréal et son regret d’avoir été obligé de se tourner vers les anglophones de Montréal pour ses premiers emplois.

  • 58 Notamment lorsqu’il adhère au Parti Québécois et devient un militant de la cause souverainiste.

178Pourtant, devant la discrimination des Anglo-Montréalais vis-à-vis des Québécois de langue française, Denis se range finalement du côté des « opprimés »58, qui avaient pourtant été ses oppresseurs à l’origine. Yvonne, dans des circonstances similaires, déménage en Ontario et, gardant une méfiance envers les Québécois, se construit une trajectoire torontoise qui la tient à distance de la francophonie d’origine canadienne. Tous les deux sont plutôt actifs dans le développement de la langue française à Toronto, mais sans l’associer à une communauté ethnique. Neutres lorsqu’ils entrent en interaction avec des Franco-Ontariens ou des Québécois, ils assument une mission de développement de la culture française (de France) quand ils sont au contact des Anglo-Torontois.

6.2.2. Trajectoires familiales et devoir de transmission

179L’implication des Français dans la francophonie torontoise est aussi fortement tributaire des trajectoires familiales. Reprenons ici le témoignage d’Aurélie. Partie initialement pour apprendre l’anglais, « fuir » une vie parisienne fatigante et surtout sortir du carcan traditionnel de la femme-épouse-mère que sa vie française avait créé, Aurélie découvre la francophonie à Toronto non pas pour elle, mais pour ses enfants. Le bilinguisme canadien, ou la vision qu’elle en a de France, lui semble incarner l’égalité qu’elle recherche. Comme son mari est anglophone et qu’elle est de langue française, c’est naturellement qu’elle considère que ses enfants se devront d’être bilingues :

Extrait 91 : Aurélie
depuis que je suis au Canada (…) j'ai fait beaucoup de choses / j'ai travaillé j'ai commencé euh // (…) à mettre en place une une garderie francophone / avec un regroupement de parents / ça ça a été ma première initiative au Canada parce que il n'y avait pas de garderie francophone / j'avais mis à un moment donné notre enfant la deuxième dans une: / garderie anglophone et pis à un moment donné elle voulait plus parler français pis ça ça m'avait tellement agacé (rires de A) / |-oui-| que j'ai dit « c’t-assez » sachant que le Canada était bilingue / j'ai dit « il est très important que je // euh : // que je trouve un moyen de mettre cette enfant dans une garderie francophone » / |-mm-| et avec un regroupement de parents on a créé une garderie francophone [Aurélie : 47-55]

180De manière symptomatique chez Aurélie, les situations d’inégalité semblent déclencher son activisme, ou du moins ses mises en action. Quittant la France parce qu’elle refusait « d'être un petit peu cette personne qui était dans la cuisine en train de cuisiner pour tout le monde / de faire des bons repas français mais ne rien comprendre des conversations » (ex. 26), elle s’attelle à la création d’une garderie francophone pour sa fille qu’elle pressent dans une situation favorisant l’assimilation linguistique. Ce témoignage trouve un écho dans ceux de Céline et de Marcel :

Extrait 92 : Céline
j’ai rencontré par des amis communs euh mon ex-mari // qui lui vivait au Canada était veuf avait trois enfants je suis venue au Canada on s’est mariés // et puis euh: bon ben là euh Toronto c’était quand même une ville euh: à peu près euh / cent pour cent anglaise // ma connaissance de l’anglais était très limitée comme tout Français qui avait fait des études euh : bon jusqu’au bac et puis bon ben après on ne pratique pas du tout / euh:: mon mari était francophone / les enfants étaient francophones mais allaient à l’école anglaise / et une des premières choses que j’ai fait j’ai dit « ces enfants doivent être élevés en français » c’était la langue maternelle de leur mère il était veuf / et j’ai dit « faut que ces enfants gardent le français » alors nous les avons mis dans des écoles françaises // euh:: / même ça a été y a une école aujourd’hui à Toronto qui s’appelle l’école *** (nom) à l’époque c’était une école anglaise qui s’appelait *** j’ai été parmi les quelques personnes qui ont décidé de commencer cette école française publique parce que c’était surtout le : catholique qui existait / mais on voulait aussi créer des entités publiques et euh : donc y a eu certaines batailles au niveau de la francophonie au niveau du gouvernement (…) finalement ça s’est fait [Céline : 19-31]

  • 59 L’adjectif « français » s’entend ici dans son origine historique renvoyant à la France et non seul (...)

181Si on peut admettre, comme Moïse l’a étudié, qu’il y a différentes façons d’être « français » et que le fait français59 en Ontario ne passe pas uniquement par la langue (Moïse, 1995 ; 1999), on comprend ici que pour des immigrants, baignés dans une culture qui n’est pas celle de leurs origines, le souci de maintien de l’identité est parallèle et fortement lié à la reproduction de la langue. Céline montre bien que les enfants de son mari, qu’elle élève avec lui, doivent maintenir le lien identitaire historique et familial (ibid.), être scolarisés en français. Installés à Toronto, beaucoup optent pour que cette transmission se fasse dans la francophonie locale. L’aspect prioritaire du maintien et de la pratique de la langue se retrouve aussi dans ces deux extraits du témoignage de Marcel :

Extrait 93 : Marcel
93a)
1 Int. en arrivant à Toronto bon vous avez eu des enfants et puis vous avez dû faire face au système éducatif canadien ontarien on va dire |-oui-| et comment est-ce que vous avez jugé la différence ?
2 M. euh je n'ai pas vraiment comparé tout ce qu'on savait c'est que / euh nos enfants avaient un gros problème euh pouvoir obtenir une éducation en français ici les premières années y avait pas d'écoles françaises et on est arrivés au moment où / où la première école s'est établie les premières écoles / quand nos enfants quand *** (nom du fils) par exemple euh / il a commencé en sixième je crois [Marcel : 89-96]
93b)
1 M. j'avais mes enfants impliqués euh / dans les écoles |-mm-| c'était un devoir pour moi / et j'aime bien travailler dans la communauté d'une certaine façon |-oui-| pouvoir rencontrer des gens et / et savoir ce qui se passe dans la communauté et surtout aider si je pouvais |-oui-| avant tout
2 Int. les Canadiens enfin euh les Francophones de Toronto
3 M. de Toronto c'est ça sans distinction euh précise [Marcel : 188-193]

182En analysant son expérience, Marcel évoque le sentiment du devoir de transmission (93a, tour de parole 1). La difficulté d’obtenir une éducation en langue française, dans les années de son immigration, a développé chez lui, comme chez d’autres immigrants concernés par cette étude, une tendance au militantisme pro-francophone, c'est-à-dire à une quête de ce Canada bilingue de jure, mais qui s’avérait unilingue de facto à Toronto. On sait que la francophonie québécoise, dans ses dimensions légales et politiques, a depuis des années une forte influence sur le développement et la résistance des communautés francophones hors Québec (cf. Labrie et Lamoureux, 2003b, entre autres). Pour les immigrants, c’est aussi la combinaison de l’image d’un Québec francophone et d’un Canada bilingue qui a fait émerger cette représentation d’une francophonie torontoise. Comme le dit Amandine, pour reprendre l’extrait 39 analysé dans le chapitre précédent, « ce qui nous plaisait énormément c'est le pays bilingue (…) et comme tout le monde euh pff / la surprise elle est grande hein ».

183En arrivant dans la capitale ontarienne, beaucoup découvrent qu’il faut en réalité se battre pour transmettre son patrimoine, en faisant abstraction des méthodes et des contenus pédagogiques. Pour Marcel, beaucoup moins attaché à la culture canadienne-française que Céline, Aurélie ou Amandine, les premières années furent consacrées à la création et à la survie de ces écoles. Le débat ne portait pas encore sur la qualité de la langue ou de l’enseignement, sujets qui émergeront ultérieurement au moment où les migrants français – mais aussi certains Canadiens – auront le choix de placer leurs enfants dans une structure scolaire d’inspiration « hexagonale » (cf. Forlot, à paraître).

6.2.3. « Donner ce qu’on a à donner », ou apporter sa pierre à l’édifice

184Inscrite dans la logique sociopolitique des années soixante-dix en Ontario, cette migration, lorsque des enfants pouvaient en représenter l’enjeu principal, a parfois poussé les parents à s’engager fortement dans la francophonie ontarienne. L’école a par conséquent aussi été le déclencheur de cet engagement. Au début de son parcours, Amandine profite de son statut d’enseignante dans une école privée internationale de langue française pour scolariser ses enfants dans cette école sans que la famille n’ait à s’acquitter de frais de scolarité très élevés. Néanmoins, conscients de ce statut marginal à Toronto, son mari et elle ont vite eu le souci d’une intégration sociale plus englobante :

Extrait 94 : Amandine
1 Int. quelle est la nature de vos relations avec les Canadiens francophones disons on va dire les Franco-Torontois
2 A. ça a été TRES important au départ donc euh / notre premier contact a certainement été avec la communauté franco-ontarienne / |-mm-| / euh l'église / était une obligation / euh les scouts le hockey / vous aviez deux gamins fallait bien leur donner en français euh / toutes les possibilités euh qui étaient disponibles euh donc on a fait partie de tout ce que l'on peut imaginer à la paroisse du Sacré-Cœur |-oui-| et euh / allant donc du scoutisme où il fallait par faire partie du mouvement parce que vous étiez parents à ce moment-là / je pense que mon mari a fait partie aussi de groupes liturgiques moi j'ai fait des cours de préparation au maria :ge euh enfin tout ce que l'on peut / un jeune couple d’une certaine façon à être impliqué on y était / (…) // on y a été / et on y est encore impliqués avec certaines organisations d'une certaine façon mais ce sont surtout / aujourd'hui non plus un besoin mais bon ben on continue à donner ce qu'on a à donner [Amandine : 243-245]

185Pour Amandine comme pour Céline citée plus haut (ex. 92), les circuits traditionnels de la francophonie « classique » des Franco-Ontariens, circuits que l’on identifie désormais comme « en voie de disparition » à notre époque de modernité avancée (Giddens, 1994 ; Heller, 2002), ont tout de même été les catalyseurs de certains parcours d’intégration à la francophonie canadienne, particulièrement pour les immigrants français catholiques désireux de pratiquer leur foi dans leur langue d’origine. On soulignera ici que cette communauté catholique franco-torontoise a même été à une époque le lieu principal d’investissement de l’un des interviewés, Patrice, immigré de fait, mais missionnaire de vocation :

Extrait 95 : Patrice
comme beaucoup de Birmans s'étaient sauvés en Thaïlande / et avaient pris là un passeport thaï quand ils sont arrivés ici / en tant que réfugiés ou bien en étant admis régulièrement / à ce moment-là ils avaient un nom thaï et puis la plupart de leurs papiers avec un nom birman / alors on avait une maison ici aussi et on m'a demandé de venir ici pour aider ces gens-là / entre temps / le prêtre de la paroisse *** (nom de la paroisse) quittait / s'en allait enfin il prenait sa retraite aussi lui à ce moment-là y a un peu plus de vingt-cinq ans / et alors on m'a demandé si je pouvais pas temporairement prendre en charge la paroisse *** (nom) / (…) pour tous ceux qui parlent français à Toronto / j'étais supposé le faire pour un an et puis finalement j'y suis resté trente-cinq vingt-cinq ans et voilà et alors j'ai pris ma retraite y a un an / euh on m'a offert ce condominium pour rester des gens très gentils qui partaient / et : j'ai préféré rester ici pourquoi parce que j'étais beaucoup plus habitué [Patrice : 16-25]

  • 60 Mathieu, lors de son interview, explique même clairement que le choc culturel fut plutôt de découv (...)

186L’intérêt de ce témoignage réside d’abord dans le fait que Patrice est venu à l’origine parce qu’un autre séjour en Asie (il avait vécu en Birmanie et en Malaisie) lui semblait, à cinquante ans passés, requérir une adaptation sociale et une apprentissage linguistique trop importants. Au début de notre entretien, Patrice dit en effet qu’il a dû « quitter à nouveau la Malaisie (…) après cinquante ans à peu près et repartir en mission », mais comme la plupart de ces missions « sont en Extrême-Orient avec des langues très difficiles eh bien c'est pas pensable de partir sans apprendre vraiment la langue du pays ». Ainsi, le Canada, même anglophone, est perçu ici dans sa proximité culturelle avec la France, ce qui rappelle d’ailleurs les propos de Luc et de Mathieu, pour qui il n’y a pas eu réellement de choc culturel60.

187Ensuite, on note dans le témoignage de Patrice que la mise à profit de ses compétences en langue et culture birmanes se transforme progressivement en prise en charge d’une partie de cette francophonie catholique torontoise. Enfin, cet investissement spirituel et professionnel lié à la vie communautaire lui permet une intégration à cette communauté dans laquelle il choisit de passer sa retraite (on lui cède un appartement dans la banlieue torontoise à son départ en retraite). Ce locuteur, au travers de cette forte intégration, trouve dans la francophonie torontoise sa terre d’accueil. Partir ailleurs lui semble difficile, car il n’a pas tissé en France de réseau social : « j’ai préféré rester ici pourquoi parce que j’étais beaucoup plus habitué » (cf. la fin de l’extrait 95 ci-dessus).

188L’investissement de Patrice, vécu comme une vocation – il emploie ce mot dans l’interview – liée à sa foi religieuse et comme une invitation de ses paroissiens à rester et mettre cette foi à leur service, trouve un écho chez d’autres interviewés. On peut citer ici les cas d’Amandine, de Jacqueline et d’Isabelle, pour lesquels l’implication dans la francophonie torontoise s’incarne, en tous cas au début, dans leur assiduité aux activités et célébrations catholiques. Le lien se distend progressivement, essentiellement pour des raisons d’éloignement géographique :

Extrait 96 : Isabelle
1 I. je suis pas vraiment impliquée non / |-non-| je vais à une église qui est pas une église francophone parce que l'église francophone / où j'allais était tellement loin j'ai failli me faire tuer je sais pas combien de fois sur la glace / que / je me suis dit « ben vas dans ton église de quartier » / n’est-ce pas / qui en général est un centre où on retrouve / une forme de communauté / |-oui-| / n’est-ce pas / mais / non
2 Int. alors en fait on pourrait dire euh vous êtes impliquée d'une certaine façon un peu à l'extérieur de la communauté francophone par le fait que vous avez votre église euh là / mais aussi par votre profession / dans la vie francophone torontoise
3 I. c'est ça / parce que je suis dans une école française [Isabelle : 224-233]

189Pour Isabelle, l’école finit par se substituer à l’église comme espace d’implication dans la francophonie torontoise. On notera que ce glissement de l’église à l’école correspond à un mouvement plus général que l’on retrouve dans la francophonie ontarienne. Les lieux d’implication communautaire et de perpétuation de la langue française ont changé. La transmission identitaire et linguistique se fait désormais ailleurs, notamment à l’école. Aussi, la défense de la langue française et, par là, des identités francophones de Toronto, donnent lieu à des investissements intéressés, tant pour la préservation d’une identité d’origine (cf. la motivation d’Aurélie de voir ses enfants devenir bilingues) que pour sa propre réussite sociale et professionnelle.

190Je n’aborderai pas dans ce livre la question spécifique de la construction de l’espace et de la territorialisation des pratiques linguistiques (cf. Forlot, 2005 : 251-308), mais on peut d’ores et déjà montrer en quoi l’intégration sociale peut mener certains migrants à la prise de pouvoir dans une communauté franco-ontarienne renaissante institutionnellement (voir notamment la question des écoles) et en partie fragmentée.

6.2.4. De l’intégration à la prise de pouvoir : étude de trois parcours

191Pour Amandine, Aurélie et Céline, dont je vais examiner brièvement les trajectoires ici, la francophonie torontoise représente davantage qu’une instance de préservation de l’identité. Elle devient un filon exploitable et capitalisable en vue de l’acquisition de biens et surtout de pouvoir. Certains migrants, parfois venus pour apprendre l’anglais, découvrent la francophonie à leur arrivée, en partie pour leurs enfants (c’est le cas de ces trois femmes), mais aussi parce que cette possibilité légale de vivre la francophonie dans la sphère publique crée les conditions permettant d’obtenir de l’emploi et, dans certains cas, des formes de contrôle et de pouvoir. Il ressort clairement de certains parcours que l’émergence des écoles de langue française donne lieu à une compréhension par les acteurs sociaux intéressés que leur avenir professionnel réside dans la défense de la langue française à Toronto. Voici ce que relate Amandine à ce sujet :

  • 61 Pour rappel, le LIFO (Lycée International Francophone de l’Ontario) est le nom fictif que je donne (...)

Extrait 97 : Amandine
j'ai beaucoup aimé le LIFO61 / mais le LIFO n'est pas pour tout le monde // |-mm-| question // |-oui financière-| financière / c'est quand même du dix mille dollars par année donc une fois que j'ai quitté le LIFO / je me suis presque tout de suite / embarquée dans des comités / pour l'enseignement public / et la raison pour laquelle je crois que l'enseignement public est nécessaire c'est que / bon comme je vous le disais tout le monde ne peut pas se payer une école privée / et je trouve que l'enseignement doit être disponible pour tout le monde avec / la même qualité / maintenant si on parlait de l'Établissement Hexagone il est arrivé d'ailleurs après euh que je sois au conseil scolaire / euh bien le plus vous aurez de compétition le mieux ça vaut (…) alors même chose / l'Établissement Hexagone n'est pas pour tout le monde / c'est moins cher que le LIFO / c'est à peu près dans les six mille dollars je pense euh bien entendu il y a des bourses qui sont données par le consulat français / euh mais ces bourses ne comblent pas les paiements complets qui doivent être faits / donc il faut que d'une manière générale l'éducation publique je crois beaucoup à l'éducation publique hein [Amandine : 117-129]

  • 62 Et pas seulement dans la dynamique structurelle, certes nécessaire à analyser, de la construction (...)

192Ce témoignage appelle quelques commentaires d’ordre méthodologique sur le lien entre le corpus sollicité dans les entretiens et l’interprétation que peut en faire le chercheur. Étant donné qu’une approche sociolinguistique efficace de la migration se doit d’être à la fois ethnographique et compréhensive, il me fallait en priorité décrypter des propos en fonction de leur contexte, c’est-à-dire aussi par rapport à la réalité extérieure à l’entretien62. Aussi, ma position intermédiaire d’ancien résident français de Toronto et de chercheur distancié, arrivant d’Europe, me plaçait dans une situation de compréhension plus approfondie de ces phénomènes que si je n’avais jamais vécu à Toronto ou si j’avais enquêté sur un autre milieu. Dans ma démarche de recherche, c’est dans la durée que cette interprétation des situations a émergé. D’autre part, certains énoncés ne s’éclairent que dans leur rapport aux autres interviews et le sens se construit donc dans la dynamique générale du corpus constitué.

193Dans le cas présent, la lecture du témoignage d’Amandine doit s’accompagner d’un examen approfondi du contexte de sa migration et la circulation des discours à l’intérieur (les interviews) et à l’extérieur (les observations) du corpus permettent d’interpréter son discours au-delà des mots simples, apparemment sans ambiguïtés, qu’elle prononce. La question qui se pose dans le cas présent est celle-ci : jusqu’où faut-il croire en la vision « popularisante » de l’éducation franco-ontarienne que semble avoir Amandine ? Autrement dit, dans la construction de ce parcours, quelle est la part réelle dévolue à la cause de la défense de la minorité et celle qui vise la recherche de pouvoir personnel ?

194Élevée dans un milieu bourgeois catholique de l’ouest de la France, Amandine n’échappe pas à son éducation, quoi qu’elle en dise. D’ailleurs, elle parle bien de l’obligation qui leur incombait, à son mari et à elle, de s’investir dans la vie religieuse (scoutisme, chants liturgiques, cours de préparation au mariage) à leur arrivée (cf. extrait 94) et la seule façon de s’investir activement et immédiatement a été pour eux la communauté franco-ontarienne, pour plusieurs raisons. D’abord, les francophones (de Toronto) se trouvaient être en majorité des catholiques. Un réseau rattaché à cette pratique sociale de la religion existait donc déjà à leur arrivée et permettait de s’insérer localement. Qui plus est, Amandine ne pouvait risquer l’assimilation totale – et donc linguistique – de ses enfants. D’autre part, le couple ne parlait pas anglais en arrivant à Toronto. Ainsi, des pratiques sociales mais aussi langagières datant d’avant la migration ont influé de façon notoire sur le choix d’implication communautaire.

  • 63 Voici ce qu’elle dit au début de son interview : « (…) au départ euh Toronto pour apprendre l'angl (...)
  • 64 Au sujet de ses fonctions de professeur, voici ses propos : « alors / donc l'enseignement / avec r (...)

195Parallèlement, ce type d’implication a aussi déterminé la suite du parcours migratoire et linguistique : baignée dans la francophonie, Amandine a eu du mal à apprendre l’anglais63. De ce fait, son seul salut – socialement parlant – a résidé dans la francophonie ontarienne et non plus seulement dans son investissement – professionnel et parental – dans l’école privée francophone où elle travaillait. Pour aller plus loin, les enfants grandissant et les perspectives d’ascension sociale et de gain de pouvoir au sein de son école privée étant limitées64, un glissement vers les structures franco-ontariennes s’est révélé nécessaire.

  • 65 Amandine tient les propos suivant sur l’intégration de son époux : « bien que ç’ait été beaucoup p (...)

196Là, ce fut le début d’une nouvelle vie professionnelle, où elle a embrassé, pour ainsi dire, la carrière politique publique (« je me suis presque tout de suite embarquée dans des comités », dit-elle dans l’extrait 97 ci-dessus). Elle est d’abord devenue directrice d’un centre communautaire francophone, puis conseillère scolaire, puis a accédé à un poste important au sein de ce conseil. À la fin de son mandat, elle est devenue coordinatrice des services en français dans un organisme provincial, fonction qu’elle occupe au moment de notre rencontre. Touche à tout, elle a marqué la francophonie torontoise de son empreinte et est devenue pour ainsi dire incontournable. Ainsi, sa présence et son activisme dans une francophonie pluriethnique et multi-professionnelle lui ont garanti un parcours marqué par le succès et surtout par d’excellentes perspectives d’avenir. Le parcours d’Amandine est, de façon intéressante, inversement parallèle à celui de son mari, dont la carrière n’évolue plus et qui souffre donc dans une trajectoire professionnelle qu’il considère comme un échec65.

197On trouve dans le parcours de cette femme des similitudes avec le succès professionnel et la carrière exemplaire d’Aurélie. Mais en approfondissant l’analyse, les deux femmes n’ont ni la même histoire, ni les mêmes motivations et intentions. Une argumentation plus exacte serait même de dire qu’elles n’ont pas les mêmes motivations et intentions parce qu’elles n’ont pas la même histoire. Contrairement à Amandine, Aurélie est élevée dans une certaine culture de « résistance » à l’oppression (son père, républicain espagnol, a fui le franquisme) et à la domination : on se souvient de son agacement d’être reléguée à la cuisine sans comprendre les conversations en anglais (cf. ex. 26, section 4.2, chap. 2). Son investissement dans la francophonie ontarienne se trouve donc davantage tournée vers les services aux autres – à commencer par ses enfants – et le développement du fait français au sein du multiculturalisme torontois. Aussi, il est vrai qu’en surface, la langue française a servi les intérêts des deux femmes, qui sont d’ailleurs entrées en concurrence à certaines époques de leur carrière professionnelle.

  • 66 Tandis qu’Amandine avoue ses difficultés à parler l’anglais, Aurélie dit maîtriser trois langues q (...)

198Ces trajectoires illustrent avant tout les effets de l’implication socio-communautaire sur les pratiques langagières66 et de l’influence de ces dernières sur le déroulement du parcours migratoire. Les témoignages de ces personnes soulignent aussi le poids qu’une maîtrise approximative de la langue majoritaire de la société d’accueil fait peser sur les formes d’intégration. En d’autres termes et pour le cas torontois, on peut se demander si l’absence de compétences linguistiques peut aussi devenir un facteur de réussite. Céline, autre femme à s’être fortement investie dans la francophonie ontarienne avoue qu’elle aurait eu du mal à faire évoluer sa carrière en anglais :

Extrait 98 : Céline
1 Int. lorsque vous êtes arrivée donc est-ce que vous avez eu des problèmes d’installation enfin est-ce qu’il y a eu des obstacles / à votre installation à Toronto ?
2 C. euh:: définitivement la langue le problème de langue // euh / heureusement les enfants étaient parfaitement bilingues alors donc grâce à eux je pouvais me promener un petit peu partout parce que mon mari travaillait donc les enfants me guidaient un petit peu parfois avec beaucoup de moqueries d’ailleurs mais ça c’était normal les enfants avaient huit dix et treize ans / trois garçons et puis / mais // c’est l’adaptation pour moi n’a pas été difficile aussi parce que je suis tombée tout de suite sur ce milieu francophone / |-oui-| // donc je me suis comme accrochée un petit peu à ce milieu francophone instinctivement euh pis j’ai eu tellement de chance de pouvoir y travailler / ça m’a bien arrangée parce que s’il avait fallu que je travaille en anglais j’étais pas capable / |-non-| non j’étais pas capable [Céline : 231-241]

199On retrouve ici un témoignage semblable à ceux de Mélodie et de Maya, analysés ci-dessus et mettant en relief la question de la marginalisation de certaines femmes immigrantes (section 4.2 de ce chapitre). Dans leur entretien, ces femmes expliquent leurs difficultés initiales à évoluer dans une ville anglophone. On note cependant que dans le cas de Céline, un investissement immédiat lui a permis de trouver une porte de sortie à la marginalisation : une francophonie torontoise en construction. Sans celle-ci, Céline avoue ses difficultés à faire carrière à Toronto (fin de l’extrait 98 ci-dessus) et son parcours s’illustre par le fait qu’elle n’a jamais évolué que dans les cercles canadiens français : « je suis certainement une des rares francophones à Toronto qui ait eu la chance de travailler trente ans en français seulement », dit-elle au début de l’interview.

200Ayant fait le pari de l’intégration à Toronto, la découverte de la francophonie locale que fait Céline la dirige vers l’intégration dans les réseaux francophones, donc dans la minorité et non dans la globalité torontoise. L’explicitation de ce phénomène se retrouve dans les propos suivants :

Extrait 99 : Céline
j’ai travaillé trois ans à *** (nom d’organisme) pis ça c’était un BOUIllon de culture ça m’a fait connaître la culture québécoise la culture franco-ontarienne la culture canadienne française / |-mm-| ça a été / pour moi ça a été fantastique parce quand je suis arrivée au Canada j’ai dit « peu importe ce qui va arriver c’est mon nouveau pays / donc il faut que je m’intègre à cette culture que je ne connais pas » / ça a été un phénomène d’intégration et j’ai eu beaucoup de chances parce que on m’a acceptée / euh : / puis j’ai pu aussi apporter mon expérience euh : culturelle que j’avais de France l’expérience au niveau imprésario l’expérience enfin [Céline : 48-54]

201Comme pour le cas d’autres immigrants, la minorité linguistique a offert à Céline l’opportunité de mettre en valeur et de faire fructifier des compétences que peu de gens autour d’elle partageaient, ou qu’en tout cas peu de francophones de l’Ontario mettaient particulièrement en valeur. On découvre ici que l’anonymat dans le pays d’origine – avec les effets de difficultés économiques et de marginalisation sociale qu’il peut induire – peut s’estomper dans le pays d’accueil. C’est précisément ce qu’expliquait Madeleine dans sa métaphore quelque peu péjorative du « cygne parmi les oies » (cf. extrait 83, section 5.2.3 ci-dessus). Paul l’exprime en ces termes, en soulignant que l’implication identitaire est avant tout la poursuite d’un intérêt personnel et parfois d’une quête de pouvoir :

Extrait 100 : Paul
dans une communauté de quelques milliers / c'est une course // pour être l'élu / |-ah oui-| et c’est une sorte de façon de une forme de reconnaissance de une forme de justification de son immigration / à essayer de pas / d'appartenir à une communauté et d'y grimper le plus vite possible / pour faire partie de cette poignée d'élus / tous ces gens qui n'auraient été que des gens /// très gentils en France / peuvent ici être des gens très gentils et importants |-oui-| / donc c'est une mentalité que j'ai pas nécessairement aimée que je retrouve chez mon beau-père qui est Portugais / euh de la même manière [Paul : 260-266]

202Le discours de Paul lui permet de s’inscrire en faux contre les positionnements identitaires communautaires. Pour lui, la recherche du succès au travers de la communauté d’origine est une usurpation de pouvoir. Comme les autres, Paul est le produit de son éducation culturelle et politique et son discours est donc construit dans la confrontation de cette éducation citoyenne et de son expérience en migration. En tant que français, il se fait d’un côté l’écho d’une culture et d’une éducation françaises qui ont toujours vu d’un mauvais œil les regroupements communautaires (Todd, 1994). D’un autre côté, ce discours se constitue aussi dans son expérience migratoire, au travers de ce dont il est témoin, d’abord parmi les Français de France (il a évolué quelques années dans les milieux professionnels français), dans la francophonie torontoise en général, mais aussi dans la construction des « communautés » ethnoculturelles de Toronto. C’est ainsi qu’il faut comprendre sa référence aux Portugais de Toronto, groupe qu’il côtoie souvent par l’entremise de son épouse.

203Toutefois, à l’approche de la conclusion de ce livre, on aura compris que la différence fondamentale entre les immigrants francophones et les autres immigrants de Toronto est que la langue française offre un marché et des positions de pouvoir dans le domaine public qu’aucune autre communauté n’est en mesure d’offrir. C’est aussi, il convient de le rappeler, ce qui constitue la particularité de la migration francophone au Canada anglais.

7. Pour conclure

  • 67 En ce sens, je m’inscris volontiers dans le renouveau du paradigme sociolinguistique préconisé – e (...)

204Dans cet ouvrage, j’ai choisi de ne pas céder à une approche statique et réifiante des questions migratoires et de mettre de côté, le plus souvent possible, le concept d’ethnicité pour privilégier une vision constructiviste et interactionniste qui conçoit les acteurs sociaux comme les producteurs de leurs positionnements identitaires – ou « identificatoires » – dans des situations culturelles et interethniques qui varient et se transforment en fonction des significations que chacun leur donne. Ainsi, cette recherche s’incrit dans la mouvance d’une nouvelle sociolinguistique, davantage anthropologie des pratiques langagières que sciences du langage ou des langues67. Parce que l’on touche ici davantage à l’être humain qu’à sa langue, parce que l’on s’intéresse à ses choix intimes et aux contraintes que la contextualisation de son parcours – tel que je l’ai défini ici – lui imposent, le concept clé est ici celui de la complexité.

7.1. Complexité et mutabilité des parcours

205L’analyse des parcours permet de constater qu’un certain nombre de profils sociologiques de migration peuvent être dressés. Toutefois, on rappellera que la migration, dans ses projets comme dans sa trajectoire, se compose d’actes d’une grande complexité et d’une importante mutabilité. Le parcours migratoire, en se construisant petit à petit, donne aussi lieu à des actes d’affiliation ou de désaffiliation effectives ou symboliques. Cela signifie que la tentation de dresser des profils n’est intéressante que si l’on entend figer, photographier momentanément des portraits ou, pour le bénéfice de l’analyse, catégoriser les acteurs sociaux pour comprendre des tendances adaptatives migratoires.

  • 68 Ces « couples » sont bien sûr constitués des époux, mais aussi des relations fraternelles ou soror (...)

206Si chaque histoire est bien sûr unique, il n’y a pas lieu d’affirmer ici qu’aucun parcours ne se ressemble et qu’aucune trajectoire n’est décryptable en comparaison avec les autres, d’autant que le contact entre les immigrants d’une même origine permet de penser que les parcours des uns peuvent influer sur les parcours des autres. Ceci est bien entendu encore plus vrai des couples de migrants, qu’ils soient exogènes ou de la même origine68. Il s’agit simplement de rappeler que les portraits ne peuvent être dressés, pour tenter de rendre compte d’une image se rapprochant de la réalité vécue par chacun, que par un examen approfondi : celle-ci doit se faire dans le contexte migratoire concerné, sur la longueur et dans le détail des parcours, de même qu’en discours et de façon ethnographique.

207On comprendra ainsi beaucoup mieux une série de paradoxes dans les discours et dans les parcours racontés, tels que les mouvements de distanciation puis de rapprochement de Félicien, l’intégration apparemment parfaite de Mathieu dans son milieu anglophone mais sa forte implication dans la création de l’Établissement Hexagone, ses réalisations linguistiques (phonétiques, syntaxiques) convergeant vers l’anglais en 1995 mais redevenues « françaises » en 2002. On saisira aussi le fonctionnement différent, du fait d’options philosophiques divergentes, des parcours apparemment similaires et simultanés d’Aurélie et d’Amandine, deux femmes très impliquées dans la francophonie ontarienne.

208Aussi, si le profil n’est qu’un cliché (au sens photographique du terme), il est condamné à être inexact, ou au mieux incomplet. Comme le fait le philologue, le sociolinguiste de la migration doit reconstruire les trajectoires à partir des documents dont on dispose, en adoptant une démarche historiciante et contextualisante (Robillard, XXXX). Dans le cas présent, il s’agit des discours, de l’observation, des interactions entre acteurs sociaux et, tout simplement, de ma connaissance du « terrain » étudié (donc d’une certaine subjectivité).

7.2. Profils et pratiques plus ou moins communautaires

209Le constat général auquel ce livre aboutit est donc celui de l’existence d’un continuum d’affiliation allant de l’ethnicisation et de la communautarisation des interactions sociales à une désethnicisation complète des rapports sociaux privilégiant le plurilinguisme, le multiculturalisme et l’ouverture à l’altérité. La tendance ethnicisante et communautarisante peut concerner le groupe d’origine. En revanche, on retrouve aussi dans le corpus une tendance au rapprochement vers le groupe minoritaire d’accueil, c'est-à-dire la francophonie torontoise. De même, l’affiliation peut se faire vers le groupe majoritaire, donc de manière modérément ethnique puisque par définition, la métropole ontarienne est très nettement multiculturelle. Pour finir, certaines trajectoires de migration trahissent une volonté de s’inscrire dans un multiculturalisme et de sortir de la vision communautarisante.

210L’un des objectifs de ce chapitre était de montrer que pour certains, l’identité ethnoculturelle d’origine est secondaire : Céline, par exemple, insiste ainsi sur sa nouvelle culture, sur ce qu’elle est devenue en migration, sur ce que la minorité franco-ontarienne lui a apporté. Pour d’autres, la découverte du multiculturalisme ouvre les portes d’une acculturation positive (ou additive, selon la terminologie des psychosociologues du langage), que l’on pressent fortement liée au visage pacifique et égalitaire que le Canada urbain anglophone – en particulier Toronto – semblent projeter. Ces acteurs sociaux attribuent apparemment à cette diversité ethnique, culturelle et linguistique du Canada une valeur qu’ils ne reconnaissent ni dans la France de leur origine, ni dans celle de maintenant (Aurélie, Sabine, François, par exemple).

211Pour d’autres en revanche, l’acculturation générée par la migration semble s’être transformée à leurs yeux en déculturation (Gérard, Félicien), ou en tout cas présenter une menace pour le maintien de la langue et de l’identité (Marcel, Pascal). Pour tous, ces phénomènes relèvent de processus et s’inscrivent dans des dynamiques qui évoluent au gré de la vie professionnelle et de la vie familiale, à l’intérieur des sphères privées et publiques, de la période qui précèdent la migration à celle dans laquelle on dessine des projets d’avenir.

212Ainsi, comme la section 4.1.1.3 de ce chapitre l’a montré, deux tendances inverses se font jour tout au long du parcours et un certain nombre de facteurs influent sur la trajectoire sociale. La première tendance, désethnicisante, non communautaire et favorisant l’ouverture et l’altérité, se place à un pôle d’un continuum à l’autre bout duquel on trouve une tendance inverse, davantage ethnicisante, communautaire, attachée à un groupe. Ces profils d’affiliations, ainsi que leurs évolutions, se trouvent schématisée dans les tableaux 17 et 18 à la fin de ce chapitre.

213Outre ce que disent les discours des dynamiques d’investissement communautaire, le but de ce chapitre était de montrer en quoi les pratiques langagières pouvaient co-construire ces dynamiques, c’est-à-dire de circonscrire le rôle des langues dans le projet migratoire, ainsi que d’identifier comment les langues et les pratiques langagières créent les conditions d’une trajectoire réussie ou, bien sûr, constituent des obstacles au succès du projet migratoire.

214J’ai certes montré que le refus de s’impliquer dans la francophonie torontoise ou dans la France à Toronto pouvait provenir d’un fort sentiment de rejet : rejet d’une francophonie perçue comme inintéressante aux yeux de Français venus réaliser un rêve américain (cas de Mathieu et de Félicien, par exemple) ; rejet d’une « communauté » française à Toronto que l’on perçoit comme trop hiérarchisée et trop fermée culturellement (cas de Sabine et de Donatien).

215Néanmoins, au-delà de ces considérations (et de ces conflits) identitaires, on note clairement dans les parcours une dimension linguistique, particulièrement au travers de l’investissement dans l’anglophonie torontoise. En effet, beaucoup de migrants entendent mettre à profit leur séjour à Toronto pour apprendre ou parfaire leur anglais (Mathieu, Charlotte, Odette, Élise, etc.).

216Mais parallèlement, la domination de l’anglais, lorsque cette langue n’est pas encore maîtrisée, a un effet immédiat sur le début de la trajectoire : celui de créer une marginalisation du migrant et une dépendance envers l’autre, celui qui parle les deux langues, la majoritaire (l’anglais), mais aussi la minoritaire, celle d’origine, celle à laquelle on se raccroche encore pour ne pas se sentir complètement à l’écart. Nous avons vu que ce phénomène de marginalisation concernait souvent davantage les femmes, notamment celles venues à Toronto pour suivre ou rejoindre leur époux. Le contournement de cette situation d’isolement potentiel est l’investissement dans sa propre communauté et, partant, la réduction des possibilités d’apprendre la langue majoritaire, comme les trajectoires d’Aurélie, Céline et Catherine en témoignent.

217Pour un migrant français en Ontario, l’idéal linguistique semble résider dans la maîtrise des deux codes. En effet, la capitalisation du français, notamment du français hexagonal, passe souvent par une mise en valeur du bilinguisme, sur un marché des langues qui joue à la fois sur l’efficacité linguistique (parler français de France est un atout) et sur le respect de valeurs canadiennes (tolérance, ouverture, bilinguisme, multiculturalisme). Aussi, il n’est pas étonnant que beaucoup de français de Toronto mettent à profit leur compétences linguistiques pour se distinguer dans des secteurs liés aux langues : l’enseignement, la traduction, le journalisme, l’édition, etc.

218Toutefois, de façon inattendue et quelque peu contradictoire, certains optent pour ces parcours tout en les dévalorisant, les jugeant trop « essentialistes » parce que rattachés aux origines : c’est ce que Paul, Daniel, Odette, Mélodie, Denis et Madeleine laissent entendre, délégitimant ainsi le fait de devenir professeur de français ou traducteur parce que l’on est français. Madeleine appelait même cette démarche le « syndrome du cygne parmi les oies ».

219Dispersés, peu nombreux, mais dépositaires de compétences linguistiques appréciés, la plupart des Français de Toronto veillent à faire fructifier ce patrimoine sur le marché torontois, à divers moments de leur parcours. Cependant et paradoxalement, l’accès des Français à la francophonie ontarienne, en particulier dans le contexte spécifique de Toronto, n’est pas aussi facile que l’intégration à une ville multiculturelle et anglophone qui, malgré ses quartiers dits « ethniques », permet une vie totalement désethnicisée. D’abord, on ne prend souvent conscience de la francophonie torontoise qu’en arrivant. Si beaucoup ne s’y impliquent pas, c’est fréquemment parce qu’ils n’en ressentent aucun besoin, que la communauté ne leur rapportera rien en retour. Pour un certain nombre même, une expérience malheureuse au Québec (Yvonne, Donatien) ou dans un pays à forte division ethnique et linguistique (François au Maroc, par exemple) avant de venir en Ontario crée un effet de distanciation volontaire de la francophonie torontoise.

220Finalement, pour ceux qui s’y investissent, il s’agit de servir la cause de la survie et du maintien de la langue française en Ontario et, de ce fait, de protéger leur descendance des risques perçus de l’assimilation linguistique (cas de Marcel et d’Amandine, entre autres). Cependant, il s’agit aussi souvent de créer les conditions idéales de sa propre réussite sociale et professionnelle. Ainsi, Amandine, Aurélie, Céline, Régine, Denis et quelques autres, en militant à divers degrés dans les instances de cette francophonie, participent non seulement au développement économique et politique de cette communauté, mais aussi à la création d’un milieu professionnel dans lequel ils pourront d’insérer, moyennant des ajustements identitaires et linguistiques (Forlot, 2005).

221Dans les deux tableaux situés à la page suivante, les chiffres entre parenthèses (1), (2) et (3) indiquent l'existence de phases dans les affiliations ethno-identitaires. Par exemple, Mathieu s'est volontairement tourné vers le milieu anglo-ontarien au début (1), puis s'est investi dans la création de l'Établissement Hexagone (2). Quelques années après, il s'est détaché de ce milieu pour vivre une vie culturelle peu marquée par l'affiliation ethnique (3). Concernant Régine, il y a une incertitude quant à son type d'affiliation : évoluant la plupart du temps dans le milieu canadien francophone de par son mariage à un Québécois et son emploi dans le milieu franco-ontarien, elle ne ressent pas d'attachement à cette culture. Elle s'en échappe dès qu'elle le peut pour « retourner » dans le monde français (cf. ses amies torontoises, ses voyages en France, ses contacts par le moyen d'internet). De plus, la notion de groupe d’origine « officiel » (par opposition à groupe d’origine « immigré ») fait référence aux instances françaises officielles de représentation de la France au Canada, comme les services diplomatiques ou les organismes de coopération (pour davantage de détails, voir chapitre 1, section 1.4.2.1).

Tableau 17 : Affiliations ethno-identitaires des migrants dès l’installation en Ontario

Tableau 17 : Affiliations ethno-identitaires des migrants dès l’installation en Ontario

Tableau 18 : Affiliations ethno-identitaires des migrants ayant évolué selon diverses phases et en fonction de divers événements

Tableau 18 : Affiliations ethno-identitaires des migrants ayant évolué selon diverses phases et en fonction de divers événements

Notes

1 Dans cette recherche, l’hétéro-acceptation se définit comme le processus par lequel un acteur social en évalue un autre, le juge et finalement l’accepte comme co-acteur légitime dans sa société.

2 En sociologie, la démarche du constructivisme consiste à prendre en compte les mécanismes par lesquels la réalité sociale prend forme. Il est important ici de souligner que dans cette approche, la présence même de l’observateur a pour effet d’influer sur le phénomène qu’il étudie.

3 Pour une présentation historique, voir Chevillet (1993). D’autre part, Rampton (2000) fait une synthèse critique convaincante du concept.

4 Voir dans Chevillet (1993 : 5-15) la présentation du glissement de la vision dialectologique à l’approche sociolinguistique des questions linguistiques collectives. Le résumé qui me permet d’entrer dans le vif de sujet s’inspire de sa présentation.

5 « A speech community is a group of people who interact by means of speech. » Bloomfield (1933 : 42)

6 La communauté linguistique est conçue comme un groupe social « held together by frequency of social interaction patterns and set off from the surrounding areas by weaknesses in the lines of communication », Gumperz (1962), cité dans Chevillet (1993 : 9)

7 Cité dans Chevillet (1993 : 9). Il s’agit de ma traduction.

8 Son argument repose sur la distinction de N. Dorian (1981) entre « membres » et « participants » de la communauté. Pour lui comme pour Dorian, il est plus probable qu’un étranger soit considéré comme participant que comme membre à part entière (Chevillet, 1993 : 9 ; Dorian, 1981 : 31).

9 La notion de « sphères linguistiques » renvoie à la conception de Baggioni, Moreau et Robillard d’une communauté linguistique fragmentée en micro-unités de gestion des ressources linguistiques (1997 : 91-92).

10 On verra cependant plus bas (cf. les extraits des interviews de Sabine et de Donatien) qu’une dichotomie bi-communautaire existe, ou si l’on préfère, qu’il y a clairement deux sphères sociales – donc sociolangagières – françaises.

11 Ces intérêts « collectifs » doivent être perçus comme touchant au bien-être de la collectivité dans laquelle s’inscrit le migrant : sa famille, les rapports entre « ici » et « là-bas » (Boutet et Deprez, 2002 ; Deprez, 2006), ses amis, ses collègues, mais aussi le quartier, la ville, le pays, en somme le monde dans lequel il évolue et à la construction duquel il participe.

12 C’est dire leur rareté, car le vote n’est possible dans les consulats français à l’étranger qu’aux élections présidentielles et aux référendums.

13 Mathieu, Régine, Marcel, Mélodie, Charlotte, Firmin, Dimitri, Richard, Clément, Daniel, Élise.

14 Certains sociologues et anthropologues ont décrit certaines formes d’assimilation comme complètes, totales. Cf. D. R. Hughes (1974).

15 Si cet ouvrage s’intéresse à des migrants de l’époque contemporaine, Creagh (1988) a montré qu’à la fin du xixe siècle, les émigrants bretons et aveyronnais aux États-Unis, poussés par des conditions économiques très peu favorables, maintenaient des réseaux centrés autour de la culture d’origine. De même, les Basques, par une conscience identitaire forte et la pratique d’une langue symbole de résistance « ethnique », s’organisaient en réseaux d’entraide et de solidarité (Creagh, 1988 : 397). Lindenfeld (2002) signale que ces réseaux basques existent encore aux États-Unis et font figure d’exception dans cette migration française de la seconde moitié du xxe siècle.

16 Dans son étude sur les Français de la côte ouest des États-Unis, Jacqueline Lindenfeld ne recense qu’un répondant sur huit (12,5 %) expliquant sa migration par des difficultés économiques en France (Lindenfeld, 2002 : 59). Dans mon corpus, seules trois ou quatre personnes sont dans ce cas, soit moins de 9 % de mon corpus total.

17 Le soupir, le silence, les hésitations ou les rires sont les marques périlinguistiques d’un balisage, volontaire ou non, des énoncés. Par exemple, ils peuvent renvoyer à une émotion, à une irritation, ou encore à une interrogation construite dans le discours. Cf. aussi Forlot (2005 : 73-78).

18 Sur ce sujet et celui de la question de la territorialisation des pratiques langagières dans cette « communauté », voir Forlot, 2005 : 345-355 ; 2006 : 144-146.

19 Cet adjectif n’a aucune teneur péjorative ici.

20 Ceci renvoie à une propension à chercher dans ses propres pratiques sociales des tendances généralisables, comme pour se prouver que l’on n’est pas atypique. On retrouve souvent dans les interviews cette tentative de généralisation, par exemple ici au tour de parole 6 de l’extrait n° 53a (Félicien) : « il me semble que les autres Français / que : que je connais // euh : c’est le même genre ils recherchent pas d’autres Français ».

21 Voir la distinction qu’opère M.-L. Moreau entre l’insécurité linguistique agie, se manifestant dans les formes de la langue, et l’insécurité linguistique dite, de nature plus symbolique, comme dans les discours épilinguistiques et leur ambivalence (Moreau, 1996 ; Gueunier, 2002).

22 Sabine et Donatien parlent tous les deux d’un « petit » milieu, en donnant à cet adjectif deux valeurs sémantiques différentes (à savoir petit par la taille et petit par l’esprit) : « ça me paraissait une petite communauté très étroi :te (…) c’est c’était tout petit » (Donatien, ex. 56).

23 Mes propres observations le confirment, tout comme le témoignage de Richard, qui côtoie beaucoup de ces personnes.

24 Au moment de l’interview, Charlotte est doctorante en littérature française dans une université du sud-ouest de l’Ontario.

25 En anglais, ce processus porte le nom de commodification (Cameron, 2000a ; Heller, 2002).

26 À ceci près que Dimitri, du fait de la dispersion des Français de Toronto, se reporte sur la fréquentation de la communauté d’adoption de sa sœur : les Siciliens de Toronto, avec toutes les implications langagières que cela suppose, notamment la pratique à la fois d’un italien partiellement dialectal et d’un parler bilingue anglo-italien.

27 Selon la terminologie des socio-psychologues du langage, on voit ici que son bilinguisme, qu’il perçoit de son côté comme additif, est dans les faits presque soustractif, puisqu’il lui occasionne des difficultés d’intégration (Hamers et Blanc, 2003 : 25-30).

28 Sur les efforts récents des pouvoirs publics et d’intellectuels québécois pour « désethniciser » la langue française pour permettre à tous, les Québécois d’origine comme les immigrants, de se l’approprier (socialement), voir la discussion de Oakes, 2005.

29 Par exemple, une implication sociale et professionnelle dans l’anglophonie pour Mathieu, le développement d’un cercle social multiculturel – donc en partie anglophone – pour Sabine, ou le désintérêt et le rejet de la francophonie canadienne pour Donatien.

30 C’est en tout cas l’impression que les carences linguistiques produisent sur l’image que les immigrants au Canada ont du stade initial de leur installation (Statistique Canada, 2005).

31 Zlotnik (1990) rappelle à ce sujet que dans certaines politiques occidentales d’immigration, notamment européennes, il y a eu une période durant laquelle les femmes « accompagnantes » n’avaient pas légalement accès au marché du travail. On retrouve d’ailleurs cette distinction légale au Canada parmi les expatriés administratifs, majoritairement des hommes, dont les conjointes n’obtiennent théoriquement pas – à moins d’être résidentes permanentes – de visa de travail.

32 Ng évoque indique même que, selon une étude menée dans la province canadienne de la Saskatchewan, les responsables de l’immigration expliquaient aux immigrantes qu’elles n’avaient pas besoin de cours de langue anglaise, puisqu’elles étaient femmes au foyer (Ng, 1990 : 22).

33 La dynamique intra-couple semble jouer aussi un role d’importance. Les époux apportent avec eux leurs construits sociaux en migration. Ainsi, Januário et Marujo (2000 : 107) rapportent les paroles de Fátima, une mère de quatre enfants originaires des Açores, archipel de l’Atlantique d’où sont originaires bon nombre de Portugais de Toronto. Fátima, que son mari empêche de sortir le soir et donc de prendre des cours d’anglais pour immigrants, se retrouve dans une situation de marginalisation, y compris au sein de son foyer. Ses enfants sont en situation d’échec scolaire à Toronto et ne parlent presque pas portugais. Fátima finit par s’en remettre à son intervieweuse, lui demandant d’intercéder auprès du mari pour qu’il autorise son épouse à suivre des cours d’anglais… Au-delà de cette histoire d’un échec migratoire, cela fait aussi réfléchir sur le rôle et la position de l’intervieweur dans le recueil des récits de vie.

34 D’autres soulignent, comme Mélodie dans le tour de parole 2 de l’ex. 63a, que l’apprentissage de l’anglais en France, très peu axé sur une pédagogie communicationnelle jusqu’aux années 1990, se révèle finalement inutile aux premiers stades de sa migration. On retrouve des propos similaires dans les témoignages de Denis, Donatien, Pascal, Yvonne et Paul.

35 C’est moi qui introduit la notion de phase dans l’interview, car cela « parle » aux interviewés : ils réfléchissent souvent quelques instants avant de segmenter leur parcours.

36 Sur ce sujet, on peut lire avec profit – mais non sans un certain discernement – l’essai polémique de D. Noguez (1998), ainsi que la chronique parfois humoristique de L.-B. Robitaille (1995 : 130-151). Sur la langue, Hagège associe le débarquement du 6 juin 1944 à l’arrivée de ce qu’il appelle le « franricain » (Hagège, 1996 : 103-115).

37 C’est notamment le cas des mariages exolingues (Lindenfeld, 2002), ou encore des unions entre des Françaises et des Canadiens francophones. Voir par exemple le parcours de Céline.

38 Maxwell (1977 : 24-44), dans une étude certes ancienne, a étudié cette « invisibilité » du fait français à Toronto depuis ses débuts. Sur la dispersion spatiale de la francophonie à Toronto, voir les travaux récents de Gilbert et Langlois, 2006 (entre autres).

39 On se reportera ici aux précautions applicables à ce concept dans le cadre de la migration française en Ontario. Cf. section 3.1 de ce chapitre.

40 Cet ouvrage laisse de côté la question de l’étiolement de la langue première. Sur ce phénomène en situation minoritaire ou en situation de migration, voir, en autres, les travaux fondamentaux de Valdman, 1979 ; 1997 ; Clyne (1972 ; 1982) ; Weltens et al. (1986) ; Seliger et Vago (1991) ; Hyltenstam et Viberg (1993). Sur le parler bilingue en construction dans la langue des Français émigrés au Canada anglais, voir Forlot (1996 ; 1999a ; 1999b). Sur l’étiolement ressenti dans cette même communauté, cf. Forlot (2005 : 381-420).

41 Les Mauriciens de Toronto, par exemple (cf. Chambon et al., 2001).

42 Avant la Révolution tranquille, cette tendance à vouloir à tout prix ne pas se démarquer d’un idéal linguistique français littéraire et parisien tenait, selon Gendron (1990 : 55-56)), de l’entreprise de dépersonnalisation. Les réminiscences de cette époque aux discours et aux conduites traditionnalistes, combinées aux tensions communautaires entre la majorité francophone et la minorité anglophone du Québec, ont peut-être favorisé le maintien de cette attitude des Anglo-Montréalais (si l’on s’en tient aux témoignages des répondants) vis-à-vis du français québécois.

43 Même les répondants les mieux adaptés à la vie anglo-torontoise (Paul, Luc, Mathieu), voire les plus « assimilés » à l’anglophonie, essayent ou souhaitent une scolarisation en français pour leur enfants. Parfois, celle-ci se révèle être un échec et les parents retirent les enfants de l’établissement francophone pour les inscrire à l’école de langue anglaise (cas de Gérard, d’Odette et Luc).

44 Cette concurrence s’applique aussi aux autres immigrants francophones comme les Africains, les Libanais ou les Européens de langue française, mais dans une mesure moindre parce que moins associée à un « colonialisme culturel » et une sujétion linguistique. Cette dernière notion, élaborée pour la Belgique francophone par Francard (1993), me semble transposable à la francophonie canadienne (cf. aussi Gendron, 1990).

45 Si on compare cette rapide certification à une longue formation universitaire française que Paul n’a pas eue.

46 Il convient de souligner ici que ce sont l’accès aux possibilités d’être traducteur et les demandes d’un marché canadien et nord-américain plus favorable qu’en France qui facilitent cette carrière et non des critères plus laxistes d’évaluation. Comme en atteste l’expérience d’autres migrants comme Sabine et Donatien, cela signifie que le Canada permet l’accès à un milieu professionnel – en tous cas dans le secteur tertiaire – sur la base de compétences acquises à tout âge, alors que la France privilégie la sélection par les études et par les concours (cf. les cas de Richard, Odette, Charlotte, Firmin et surtout celui de Madeleine).

47 Margolis (1994) a étudié ce phénomène parmi les Brésiliens de New York, une communauté moins privilégiée que les Français au Canada. Comme la plupart des immigrants, ceux-ci préfèrent renvoyer l’image d’une trajectoire migratoire réussie financièrement et socialement. Ainsi, lorsqu’ils rentrent « au pays », l’éboueur se fait parfois passer pour un technicien, pendant que la femme de ménage et la strip-teaseuse s’inventent une vie rangée de secrétaire.

48 Ces remarques se basent sur mes contacts et observations informelles d’étudiants adultes dans deux centres d’enseignement de l’Institut Molière et ma fréquentation des milieux multiculturels torontois et ontariens durant près d’une décennie.

49 Je n’ai pas la place de développer ici le regard assez négatif que portent les Français expatriés (en tous cas les participants à cette enquête, interviewés comme observés) sur le système scolaire local, qu’il soit lié à l’éducation anglophone, à la scolarité franco-ontarienne ou au système de l’immersion. Ces représentations émanent en partie de l’expérience éducative fort différente qu’ont vécue ces parents d’élèves lors de leur propre scolarisation et expliquent en partie qu’ils se soient investis, avec une plus ou moins grande intensité, dans la création d’un établissement scolaire d’inspiration française, l'Établissement Hexagone (cf. Forlot, à paraître).

50 En France, l’accès aux fonctions de l’enseignement est réglementé par des concours de la fonction publique plutôt sélectifs, dont les lauréats se voient garantir une formation rémunérée et un emploi garanti à vie. On se rappelle ce que dit Madeleine sur le fait qu’elle n’est titulaire ni du CAPES ni de l’agrégation et que de ce fait, elle est « condamnée » à enseigner au Canada.

51 L’entrée à l’École Normale Supérieure (« Normale Sup ») se fait – on l’aura compris – sur concours, à l’issue de deux ou trois années de classes préparatoires (« classes prépa ») qui suivent le diplôme d’études secondaires (le « baccalauréat », ou familièrement « bac »).

52 Ce détail a son importance ici, car lors des interviews, certains me croyaient belge du fait de mon affiliation universitaire, tandis que d’autres me demandaient d’où je venais.

53 La situation et la construction de l’immigration et des communautés francophones de Toronto ont été abondamment analysées dans Chambon et al. (2001), Labrie et al. (2001), ainsi que dans les recherches issues du projet « immigration et transformations de la communauté franco-torontoise » mené au CREFO (OISE/Université de Toronto) en 1999 et 2000.

54 On entend par ce terme « toute action de gestion de l’interaction langagière où intervient la société » (Guespin, 1985 : 21 ; Guespin et Marcellesi, 1986).

55 Martiniello considère d’ailleurs que l’approche substantialiste n’est en fait qu’un avatar des théories culturalistes (Martiniello, 1995 : 41).

56 Pour une approche socio-géographique de la dispersion des Francophones du Canada en dehors du Québec, voir Gilbert et Langlois (2006). Sur la question de la déterritorialisation des langues, voir Vermès (1988).

57 Il connaît bien ces Français émigrés ou expatriés en Ontario, les fréquentant depuis les années 1960, par ses fonctions de commerçant dans un service touristique qui leur est, entre autres, destiné.

58 Notamment lorsqu’il adhère au Parti Québécois et devient un militant de la cause souverainiste.

59 L’adjectif « français » s’entend ici dans son origine historique renvoyant à la France et non seulement à la citoyenneté française. Au Canada, les francophones sont souvent appelés les « Français », ou « French » si l’interaction est en anglais.

60 Mathieu, lors de son interview, explique même clairement que le choc culturel fut plutôt de découvrir la proximité culturelle entre les deux pays. Mélodie oppose quant à elle son déphasage initial à la facilité actuelle, due à la mondialisation, d’accéder à une culture devenue peu différente de celle de la France (cf. Mélodie, extrait 63a, tour de parole 4).

61 Pour rappel, le LIFO (Lycée International Francophone de l’Ontario) est le nom fictif que je donne à une école privée non confessionnelle de langue française qui offre une partie du cursus scolaire français. Cf. chapitre 1, section 2.4.2.2.

62 Et pas seulement dans la dynamique structurelle, certes nécessaire à analyser, de la construction du sens à l’intérieur de l’interview, comme l’entendent certains travaux de psychologues et sociologues (Ghiglione et Blanchet, 1991 ; Demazière et Dubar, 1997).

63 Voici ce qu’elle dit au début de son interview : « (…) au départ euh Toronto pour apprendre l'anglais // |-mm-| et il est vraisemblable qu'on a eu beaucoup de mal à apprendre l'anglais ».

64 Au sujet de ses fonctions de professeur, voici ses propos : « alors / donc l'enseignement / avec relativement certaines responsabilités / et puis quand j'ai fini de monter mes programmes // j'ai regardé mes collègues et puis je les trouvais qui étaient en train de vieillir et je me disais "oh mince vieillir dans le même travail / ayant monté mes programmes / n'ayant plus rien à faire il faudrait que je passe à l'administration y a pas de place pour le moment / donc laissons tout tomber" ».

65 Amandine tient les propos suivant sur l’intégration de son époux : « bien que ç’ait été beaucoup plus dur pour mon mari que pour moi // parce que lui n'avait pa :s / beaucoup d'anglais à l'époque et il a trouvé ça euh / difficile / passer trois mois à faire jardinier / c'est pas euh du tout rose tout rose »

66 Tandis qu’Amandine avoue ses difficultés à parler l’anglais, Aurélie dit maîtriser trois langues qui correspondent à l’identité qu’elle s’est construite : le français de sa culture, l’anglais de son nouveau pays, de son mari et de ses enfants, ainsi que l’espagnol de son père.

67 En ce sens, je m’inscris volontiers dans le renouveau du paradigme sociolinguistique préconisé – et pratiqué – par Rampton (2000 ; 2006), entre autres.

68 Ces « couples » sont bien sûr constitués des époux, mais aussi des relations fraternelles ou sororales (exemples de Donatien et Michel), avunculaires (exemple de Dimitri), etc.

Table des illustrations

Titre Tableau 17 : Affiliations ethno-identitaires des migrants dès l’installation en Ontario
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/986/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Titre Tableau 18 : Affiliations ethno-identitaires des migrants ayant évolué selon diverses phases et en fonction de divers événements
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/986/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 259k

© Presses universitaires de Louvain, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540