Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avec sa langue en poche…

 | 
Gilles Forlot

Chapitre 1. Données démographiques et principes méthodologiques

Texte intégral

1La partie qui suit examine la composition démographique et démolinguistique des francophonies ontarienne et torontoise. Elle propose aussi quelques précisions terminologiques, par exemple celle qui permet de distinguer entre les francophones, les Français expatriés et les Français immigrés. Dans la deuxième partie de ce chapitre sont présentés les principes méthodologiques de cette étude ethnographique et sociolinguistique. La philosophie constructiviste ayant présidé au travail de terrain et à l’analyse du corpus expliquera comment cette étude n’a pas forcément pour objectif d’être généralisable, mais plutôt transférable à d’autres espaces de la construction identitaire en migration, particulièrement du rôle de la langue dans les questions d’affiliations ethno- et socio-culturelles. Plus généralement, la seconde partie de ce chapitre permettra au lecteur de comprendre pourquoi, comment et dans quel but le corpus a été constitué comme tel, ainsi que les objectifs épistémologiques de ce travail ethnographique situé aux confins de deux civilisations occidentales, industrialisées et entrées dans une ère de modernité avancée (Giddens, 1994).

1. La francophonie : démographie et démolinguistique

1.1. La francophonie au Canada, un survol

2En 1999, Allaire rappelait avec justesse combien la francophonie canadienne est difficile à cerner par sa variété, sa superficie et surtout par la complexité de sa composition. Il suffit pour s’en convaincre, de constater la variété des noms qui sont donnés à cette francophonie et à ses membres (Allaire, 2005 : 13) : francophonie canadienne, Canada français, francophonies du Canada, communautés francophones et acadiennes, Franco-canadiens, Canadiens français… sans même faire référence aux communautés francophones de chaque province. Concernant la construction et l’appartenance identitaire des francophones de l’Ontario, Danièle Juteau posait déjà en 1980, dans un article devenu célèbre, la question suivante : « Français d’Amérique, Canadiens, Canadiens français, Franco-Ontariens, Ontarois : qui sommes-nous ? » (Juteau-Lee, 1980 ; Juteau, 1999).

3Pour une superficie de plus de 9,2 millions de kilomètres carrés, quelque 327 fois la Belgique et plus de 18 fois la France métropolitaine, la population est peu dense sur l’ensemble du territoire, mais regroupée le long de la frontière avec les États-Unis, avec de grandes villes plus ou moins proches de cette frontière : Montréal, Toronto, Winnipeg, Regina, Calgary, Edmonton et Vancouver.

  • 1 Au moment où je rédige ce chapitre, les détails du recensement national de 2006 ne sont pas tous co (...)
  • 2 Ce chiffre est l’addition des recensés déclarant le français comme langue maternelle unique (6 703  (...)
  • 3 Le solde de migration internationale expliquait les deux tiers de l’augmentation démographique entr (...)

4En 20011, on recensait au Canada plus de 29 millions d’habitants, dont 6 864 615 francophones2, c’est-à-dire quelque 22,6 % de la population totale. Au 1er juillet 2006, la population était estimée à 32 623 490 personnes, selon les projections de Statistique Canada3. Pour les démographes de Statistique Canada, la langue maternelle est la langue apprise en premier lieu à la maison dans l’enfance et encore comprise par le répondant au moment du recensement. Cette définition a son importance, car souvent, les usages de la langue au foyer et au travail – deux autres questions que posent les recenseurs – ne sont pas forcément en correspondance avec la possession de cette langue maternelle. Le paysage des francophonies canadiennes varie considérablement d’une province à l’autre, comme l’indique ce tableau :

Tableau 1 : Population des 10 provinces et 3 territoires de Canada et francophonie, 2001

Tableau 1 : Population des 10 provinces et 3 territoires de Canada et francophonie, 2001

Source : Statistique Canada, recensement de la population de 2001.

1.2. Population et francophonie en Ontario

5Le tableau suivant donne les chiffres et les statistiques issus des recensements de 1996 et 2001 sur les nombres et la proportion d’Ontariens qui déclaraient le français comme étant leur ou l’une de leurs langues maternelles. Cette vaste province de 916 733 kilomètres carrés se divise en cinq régions : l’est, le centre, le sud-ouest, le nord-est et le nord-ouest (cf. la carte n° 1 en annexe).

  • 4 La rétention linguistique, qui dans la terminologie de l’Office des affaires francophones du Gouver (...)

Tableau 2 : Chiffres, pourcentages et rétention4 de la langue française, 1996-2001

Tableau 2 : Chiffres, pourcentages et rétention4 de la langue française, 1996-2001

Source : Office des affaires francophones (d’après Statistique Canada, recensements 1996 et 2001)

6Comme on le constate, la francophonie est représentée dans chacune de ces régions, de façon plus ou moins volumineuse et du fait de raisons socio-historiques différentes. Ce qui ressort de ce tableau est aussi la tendance générale, dans chaque région, à voir la rétention de la langue française s’effriter dans la population francophone, ce même dans les régions dont la population a augmenté (le centre et l’est).

7L’est constitue la première région francophone de l’Ontario. Elle doit sa forte teneur francophone à sa proximité avec la frontière québécoise et au centre urbain qu’est Ottawa, capitale officiellement bilingue du pays. Cette proximité avec le Québec explique au moins partiellement l’établissement d’un grand nombre de francophones. La capitale fédérale attire depuis longtemps une population nombreuse et instruite de langue française, ce qui explique aussi qu’une bonne partie des francophones de la municipalité régionale d’Ottawa-Carleton (17,1 % de la population totale de celle-ci en 1996) était, à la fin des années 1990, née à l’extérieur de la province (Allaire, 2005 : 116).

8Le nord-est, même si les chiffres de la francophonie y accusent une légère baisse, demeure en chiffres absolus et en pourcentages de la population totale, la seconde région francophone de la province. Elle se caractérise aussi par l’immensité de son territoire et donc par la dispersion de sa population, toutes langues confondues. C’est surtout l’industrie minière, l’exploitation forestière, l’agriculture, le bois, ainsi que les pâtes et papiers qui composent l’activité industrielle de cette région. Ces activités ont su attirer dès le xixe siècle un grand nombre de Québécois à la recherche de prospérité, de terres ou simplement de travail pour assurer leur survie. On estime qu’au cours du xixe siècle, près d’un million de Québécois ont émigré de leur province vers l’ouest canadien, l’Ontario et vers les États-Unis (Dorais, 1990 : 131-132). Ainsi, entre 1860 et 1960 environ, l’agriculture et l’extraction minière ont donné lieu à d’importants mouvements de migrations interprovinciales, auxquelles bon nombre de Québécois ont participé, exportant ainsi leur langue et leur culture. N’oublions pas que la mine a aussi constitué la base de l’urbanisation du nord de l’Ontario. Au nord-ouest de la province, en revanche, on compte une francophonie plutôt modeste, elle aussi issue des mouvements de migration professionnelle du milieu du xixe siècle.

9La région sud-ouest constitue quant à elle 6,6 % de la population francophone de la province. La région métropolitaine de recensement de Windsor, centre manufacturier et universitaire, située sur la frontière américaine à quelques kilomètres de la ville de Détroit, compte près de 15 000 francophones, soit 4,8 % de la population (2001). Cette région sud-ouest se distingue aussi par le fait que bon nombre des francophones qui y résident, surtout dans les zones agricoles fertiles situées entre Windsor et Chatham, descendent des colons du Détroit, constituant à ce titre les plus anciennes implantations françaises de l’Ontario (Dorais, 1990 ; Allaire, 2005).

10Le centre est la région au cœur de cette étude : il s’agit de la grande conurbation torontoise. Cette région, avec plus de sept millions d’habitants, est la plus peuplée de la province et, si on la compare à d’autres sous-divisions provinciales au Canada, la plus importante du pays en termes quantitatifs. Ce faisant, c’est près de 25 % de la population canadienne et près de 70 % de celle de l’Ontario qui demeurent dans cette région. Elle se compose géographiquement du « croissant doré » – adaptation libre de son nom en anglais, « Golden Horseshoe » –, qui s’étale de l’est de la ville d’Oshawa à la péninsule du Niagara et comprend aussi la région de Penetanguishene (cf. carte n° 2 en annexe).

  • 5 Ces chiffres proviennent des analyses de l’Office des affaires francophones, qui définit la métropo (...)

11Si les francophones du centre ne constituent qu’une infime partie de la population totale (1,8 %), cette région abrite une partie importante de la francophonie ontarienne (environ 23 %). Au cœur de cette région se trouve donc le « croissant doré », où quelques municipalités se démarquent par leur pourcentage assez élevé de francophones. Le Gouvernement provincial a d’ailleurs « désigné » des régions, c'est-à-dire identifié des zones où des services en français doivent être accessibles au public. Par exemple, on compte 42 780 francophones dans la métropole torontoise5 (1,7 % de la population métropolitaine), 8 070 à Hamilton (1,6 % de la population municipale), 6 255 à Welland (12,9 % de la population de cette ville), 10 570 à Mississauga (1,7 % de la population municipale) et 4 440 à Brampton (1,4 % de la population de la ville). Le reste de la population se trouve situé dans d’autres communautés du centre de l’Ontario, notamment Penetanguishene, avec 16,6 % de francophones.

12L’histoire du peuplement de cette région centre diffère quelque peu de celui du reste de la province en ce sens que l’attraction due à la croissance rapide de la région aux niveaux industriel, administratif et éducatif a créé une migration intra-provinciale, en particulier du nord-est et du nord-ouest de la province. Allaire parle à ce propos d’une « migration des cerveaux en provenance du nord » (Allaire, 2005 : 119) et de conditions économiques devenues médiocres dans le nord, avec un important chômage dans des villes comme Sudbury (ibid.), où 29,5 % des 153 000 habitants de la région métropolitaine de recensement sont francophones.

13De même, il y a eu – et il y a toujours – une migration inter-provinciale, car de nombreux Québécois se sont installés dans le « croissant doré » pour les opportunités professionnelles qui s’y présentaient. Pour finir – et cela constitue le cœur de cet ouvrage –, la migration internationale, autrement appelée ici l’immigration, a toujours été élevée dans le centre de l’Ontario. La population du « croissant doré », surtout celle de la métropole torontoise, est particulièrement diversifiée et multiculturelle. Parmi les milliers d’immigrants installés dans cette mégalopole, un certain nombre de francophones, originaires d’Afrique, des Antilles, du Moyen-Orient, d’Asie et d’Europe composent un paysage francophone fort hétéroclite. J’y reviens un peu plus loin.

14Il n’en reste pas moins que pour beaucoup, le fait français à Toronto demeure plutôt invisible, selon l’expression de T. R. Maxwell (1977). Comme dans tous les centres urbains du Canada et surtout de l’Ontario, ce phénomène s’explique par une colonisation, un peuplement et une immigration qui n’ont guère été favorables aux francophones à travers l’histoire de l’Ontario et de sa capitale. L’immigration a eu un effet notable sur la composition ethnique du pays. En 1867, 60 % de la population était d’origine britannique, 30 % d’origine française et seulement 7 % de descendance européenne autre. En 1921, les habitants du Canada d’origine européenne autre que française et britannique constituaient 15 % de la population du pays (Kelley et Trebilcock, 1998 : 112). De plus, la distribution sur le territoire a subi au cours du xxe siècle d’importants changements, avec une augmentation sensible de la population urbaine. En 1891, 30 % de la population vivait dans des villes de plus d’un millier d’habitants et vingt ans plus tard, la moitié de la population était considérée comme urbaine. De 1901 à 1910, Montréal connut une croissance démographique de 50 %, Toronto de 81 %, Winnipeg de 200 %, Edmonton de 600 % et Vancouver de 300 % (ibid.). En 1931, Montréal comptait un million d’habitants et Toronto n’était pas loin (Linteau, 1997), cependant que le pays était désormais peuplé pour 18 % d’une population d’origine européenne autre que britannique et française.

  • 6 Pour une étude des divisions et ségrégations ethnospatiales et linguistiques montréalaises, on se r (...)

15C’est à cette époque que le Canada est devenu une société que l’on peut considérer multiethnique (ibid.). Le pays a connu un accroissement significatif de l’urbanisation, l’afflux importante d’immigrants d’origine européenne autre que britannique (et française) ainsi que de nombreux Chinois dans l’ouest, le développement de communautés rurales compactes sur le plan ethnique (Ukrainiens dans les Prairies, Hollandais, Allemands et Mennonites en Ontario, etc.) et enfin la formation de quartiers spécifiques dans les villes (Italiens, Irlandais, Juifs…), notamment à Toronto6.

  • 7 Je prends ici le Canada dans sa globalité, sans entrer dans les détails qui différencient notamment (...)

16Depuis les années quatre-vingts, c’est incontestablement l’Asie qui fournit au Canada son plus fort contingent d’immigrants7. Depuis le recensement de 1981, l’immigration provenant de toutes les parties de l’Asie est en hausse. On remarque notamment que l’Asie orientale ainsi que la partie méridionale du continent asiatique, c’est-à-dire le sous-continent indien, sont deux sources importantes de la migration canadienne. La très forte croissance de l’immigration chinoise, qui compose l’essentiel des ressortissants de l’Asie de l’Est, se révèle frappante : alors que l’on comptait 155 070 immigrants nés dans cette région dans la période 1981-1990, les recenseurs en ont dénombré 423 235 entre 1991 et 2001.

17L’Afrique, pour sa part, fournit une immigration en hausse, particulièrement dans la décennie 1991-2001, mais elle reste somme toute modeste. Ceci s’explique par le fait que la migration africaine est souvent composée de réfugiés (Somaliens à Toronto par exemple, Algériens au Québec, Ruandais, etc.), groupes de migrants par nature scrupuleusement limités par les services d’immigration et qui constituent rarement pour les autorités canadiennes la population éduquée et qualifiée qu’elles recherchent.

18Les années soixante-dix ont vu de nombreux pays des Caraïbes devenir indépendants et, profitant pour certains de l’adhésion de leur pays au Commonwealth, nombre de citoyens ont choisi le Canada comme terre de destination. C’est ainsi que la ville de Toronto abrite désormais une importante communauté antillaise (anglophone), comme en témoigne son célèbre carnaval « Caribana » des Caraïbes en juillet, où de nombreux immigrants originaires de Trinidad et Tobago, de Jamaïque, des Bahamas, de la Guyane britannique (Guyana) et d’autres anciennes colonies britanniques antillaises se retrouvent pour célébrer leurs cultures d’origine et leur ethnicité dans ce haut lieu du multiculturalisme nord-américain.

  • 8 Ces prénoms français, fictifs, comme tous ceux que l’on trouvera dans cet ouvrage, sont ceux des qu (...)
  • 9 Certains soulignent la nuance importante, dans certaines communautés, entre « immigrants » et « soj (...)

19Dans ce paysage migratoire d’après-guerre, comment situer les Français ? Comme beaucoup d’autres Européens, ils ne font pas partie des populations a priori menacées par une guerre, une dictature, ou une dépression économique les faisant basculer dans la misère, même si certains ont pu connaître des difficultés économiques (cf. Dimitri, Sabine8), ou de logement, au sortir de la seconde guerre mondiale (cf. Marie). Il sera donc intéressant de s’attacher à faire ressortir les raisons de la migration, dont on peut émettre l’hypothèse qu’elles sont d’origines diverses, souvent liées à des mouvements familiaux ayant eux-mêmes pour source la recherche d’un confort personnel accru ou d’une expérience personnelle enrichie9.Le chapitre suivant abordera ces sujets en détail.

1.3. La ville de Toronto

1.3.1. Données géographiques et démographiques

20La ville de Toronto est située sur la rive nord du lac Ontario. Comme je l’explique dans la partie 1.2 (cf. aussi les cartes en annexe), la région au centre duquel elle se trouve, le « Golden Horseshoe », épouse les contours nord du lac Ontario et est le poumon économique de la région. L’agglomération se découpe administrativement de trois façon distinctes : au centre, géographiquement et historiquement, on retrouvait la ville de Toronto (« City of Toronto »). Autour de la ville d’origine, on appelle communément la banlieue proche le « Toronto métropolitain » (« Metropolitan Toronto » ou « Metro Toronto ») et en dernier lieu, la grande banlieue, c’est-à-dire l’agglomération du grand Toronto, qu’on appelle en anglais « Greater Toronto Area » (GTA, c'est-à-dire le Grand Toronto). En 1998, le « Toronto métropolitain » a disparu au profit de la fusion des six communes (cf. tableau 3) qui le composaient en une « mégacité » qu’on appelle aujourd’hui « cité de Toronto », faisant ainsi bondir les chiffres de la population de 600 000 habitants avant la fusion à environ 2 300 000 après.

21La région du Grand Toronto comptait au recensement de 2001 plus de cinq millions d’habitants, ce qui représentait plus de 17 % de la population du Canada et absorbait le quart de la croissance démographique actuelle nationale. Cette agglomération torontoise est donc sans conteste la plus importante du Canada. Elle se place d’ailleurs en cinquième position parmi les villes d’Amérique du Nord (Mexico incluse). Dans les pages qui suivent, les références géographiques se feront tantôt à la partie centrale de la mégapole (cité de Toronto, CT), tantôt dans la région métropolitaine de recensement (RMR), tantôt à la région du Grand Toronto (GTA), ce en fonction des sources dont proviennent les statistiques. Le tableau suivant synthétise la situation géo-administrative plutôt complexe de la mégalopole :

Tableau 3 : Divisions administratives de la région torontoise

Tableau 3 : Divisions administratives de la région torontoise

1.3.2. Toronto, mégalopole multi-ethnique

22Peter Ustinov voyait dans Toronto une « New York habitée par des Suisses ». Ces mots, fréquemment repris à leur compte par les Torontois, illustrent bien la nouvelle identité de la ville : une diversité et une ouverture identiques à celle de la métropole américaine, un sens des affaires et des finances que partagent les Suisses et les New-Yorkais, ainsi qu’un cadre et une qualité de vie équivalents à ceux des Helvètes. En effet, lorsque l’on déambule dans les rues de la ville, on est impressionné par la multitude de visages et de groupes ethniques qui mettent leur appartenance en évidence, par des enseignes lumineuses, des sonorités, des ambiances, des saveurs et des langues diverses.

  • 10 Sont désignées « minorités visibles » les personnes qui ne se définissent pas comme blancs.

23Cette configuration urbaine est bien sûr due à l’immigration et ne saurait être particulière à Toronto. Harney (1981 : 1) rappelle d’ailleurs à ce sujet que l’ancienne hégémonie anglo-celtique d’avant-guerre, que l’on retrouvait aussi à Adelaide et Melbourne en Australie, a fini par laisser place à un paysage humain d’immigration comparable à ceux, plus anciens, de New York, São Paulo ou Buenos Aires. Ce changement drastique est intervenu dans les années soixante-dix. Alors qu’il n’y avait que 1 % d’habitants « non blancs », de nombreux immigrants non européens se sont installés dans la ville, qui compte désormais plus d’un tiers de personnes appartenant aux « minorités visibles »10. En 2001, 43,7 % de résidents de la RMR de Toronto recensés étaient nés à l’étranger.

24Les réseaux de socialisation pour les immigrants sont très largement urbains et l’Ontario (ainsi que le Canada en général) a en réalité deux visages. S’opposent un multiculturalisme à prédominance urbaine (et par là même une urbanité à prédominance multiculturelle) et une ruralité issue « ethniquement » pour l’essentiel des anciennes colonisations et immigrations d’origine anglo-saxonne – ou française au Québec et dans certaines régions hors Québec – ou européenne (Allemands, Néerlandais, Ukrainiens, Scandinaves…).

25La ville de Toronto possède ainsi des quartiers que l’on appelle « ethniques », comme les anciens quartiers chinois (« Chinatown »), portugais (« Portugal Village »), italiens (« Little Italy » et « Via Italia ») ou grec (l’avenue Danforth, entre les rues Chester et Pape). D’autres regroupements sont plus récents, comme le quartier coréen situé avenue Bloor, entre les rues Bathurst et Christie, le quartier indien (« Little India ») situé avenue Gerrard, ou encore les fortes densités résidentielles et commerciales tamoule, sri-lankaise et philippines situées aux alentours des rues Parliament et Sherbourne. Ces aires géographiques constituent les emplacements historiques d’habitation où chaque communauté, en arrivant, élisait domicile pour faciliter ses rapports sociaux, pour trouver du travail plus facilement ou pour rester en contact avec sa communauté, ou pour toutes ces raisons à la fois.

  • 11 Il est certain que l’immigration chinoise a été si importante ces dernières années que sa distribut (...)

26Toronto demeure la ville canadienne qui reçoit la majeure partie des immigrants. Si ce phénomène démographique existe encore de nos jours, plusieurs facteurs en réduisent désormais l’intensité. D’abord, de nouvelles destinations migratoires émergent dans des provinces dynamiques économiquement comme l’Alberta et la Colombie-Britannique. D’autre part, à Toronto, on constate en effet que la population immigrante se répartit géographiquement un peu différemment, en prenant maintenant la direction de banlieues et de quartiers pas toujours marqués ethniquement, mais plus simplement résidentiels11. Soit ces immigrants sont poussés par de simples pressions de géographie urbaine qui les empêchent de s’installer dans « leurs » quartiers ethniques (surpopulation, chômage, etc.), soit ils ont atteint un revenu suffisant pour s’offrir une maison en banlieue : les Italiens et les Juifs de North York, ainsi que Chinois de Markham, au nord de Toronto, en constituent de bons exemples. En se référant à New York, Body-Gendrot (1991) explique la transformation du paysage urbain par le fait que les « quartiers peuplés par les immigrants européens ont vieilli, les enfants ont émigré vers les banlieues et la baisse du prix des loyers a alors permis aux immigrants récents de s’y loger » (Body-Gendrot, 1991 : 77 ; Calvet, 1994 : 46).

  • 12 Cf. Roediger (2005), qui explique comment selon lui, les anciens immigrants italiens, juifs et polo (...)

27Depuis quelques décennies, la mégapole torontoise a changé de visage, au sens propre comme au sens figuré12. Se promener dans la ville révèle l’aspect hautement multiculturel et multiracial – si tant est qu’on accepte ce terme – de la métropole économique du Canada. Dans les entretiens avec les Français de mon corpus, cet aspect multiculturel est souvent considéré comme un atout, mais certains (Céline, Paul, Régine, Luc, par exemple) soulignent aussi les défauts d’une telle configuration, en ce qu’elle borde la ghettoïsation que beaucoup, à tort ou à raison, imaginent être le lot des mégalopoles américaines.

28La constitution de quartiers démontre une tendance à reconstruire, chez certains groupes d’immigrants, des réseaux qui se fondent essentiellement sur la proximité géographique, car celle-ci permet le soutien communautaire nécessaire à la survie dans le nouveau pays. On trouve dans ces quartiers des lieux de cultes, des écoles, des centres culturels, des restaurants, des magasins ou des supermarchés dits ethniques et la présence d’un voisinage de la même origine ethno-culturelle offre aussi la possibilité de recourir à des pratiques langagières proches de celles du pays d’où l’on vient, ne serait-ce que dans l’usage quotidien de la langue d’origine au foyer, mais aussi en dehors de celui-ci (dans la rue, au magasin, au centre culturel…). Soulignons toutefois qu’un tel quartier n’existe pas pour les francophones, qui constituent, comme je le montrerai plus loin, un groupe très hétérogène quant à ses origines géographiques, ses pratiques culturelles et son sentiment d’appartenance. Malgré cette spécificité francophone, la ville de Toronto, pour le Torontois comme pour le touriste, projette l’image d’un espace plurilingue.

29Ce qui frappait dans la métropole canadienne lors du rencensement de 2001, c’était la prédominance des langues de la Chine, ainsi que la croissance importante du pendjabi (+ 48,4 %), du tagalog (+ 32,5 %) et de l’arabe (+ 31,2 %), preuve de l’attraction de Toronto pour les candidats indiens (notamment ceux de langue pendjabi), philippins et arabophones (surtout du Moyen-Orient) qui postulent à l’immigration et obtiennent des visas de résidents permanents.

30Un court développement s’impose sur le statut des deux langues officielles, l’anglais et le français. L’anglais, bien entendu largement majoritaire, est non seulement la langue de bon nombre de Torontois d’origine anglo-saxonne (Britanniques, Irlandais, Américains), mais aussi celle de pléthores d’enfants dont les parents sont souvent tentés de cocher la case « anglais » ou la case « anglais et langue non officielle » lors des recensements. En effet, on comptait, en 2001, 91 480 réponses multiples à la question concernant la langue maternelle (environ 2 % de la population), dont 77 430 réponses « anglais et langue non officielle » (soit 1,67 % de la population totale, mais 84,6 % de la population déclarant posséder plusieurs langues maternelles), contre 4 585 réponses « français et langue non officielle » (0,1 % de la population totale et 5 % de la population de langues maternelles multiples). Pour finir, seules 1 655 personnes dans la région métropolitaine de recensement déclaraient posséder comme langues maternelles l’anglais, le français et une autre langue non officielle, soit 0,04 % de la population totale et 1,8 % de la population ayant coché la case correspondant aux langues maternelles « multiples ». Cette hégémonie de l’anglais n’a rien de surprenant, la ville étant par son histoire et son développement anglophone.

31Les chiffres concernant la langue de la minorité francophone sont inférieurs à ceux d’autres communautés linguistiques fortement représentées dans les grandes villes, notamment Toronto, même si ses nombres, au niveau de la langue maternelle dans cette grande métropole, étaient en hausse de près de 10 % entre 1996 et 2001. D’ailleurs, dans les statistiques des recensements, le français fait l’objet d’un traitement particulier du fait de son statut officiel. Au recensement de 1996, le français était la langue maternelle (unique) de 52 360 résidents de la région métropolitaine de recensement, soit 1,7 % de la population totale, mais le pourcentage passait à 2,2 % de la population de l’ancienne municipalité de Toronto (la ville elle-même, sans ses banlieues amalgamées en 1998), ce qui indiquait une légère tendance de la population francophone à favoriser le centre de la ville plutôt que les banlieues. En effet, un pourcentage plus important de locuteurs du français langue maternelle ou de bilingues ayant déclaré le français et l’anglais comme leurs deux langues maternelles résident au centre de la ville, comme l’indique le tableau suivant :

Tableau 4 : Population de langue maternelle française ou bilingue anglais-français, dans trois divisions de la mégapole torontoise, 1996

Tableau 4 : Population de langue maternelle française ou bilingue anglais-français, dans trois divisions de la mégapole torontoise, 1996

Note 18 : Population ayant répondu à la question « quelle est votre première langue apprise et encore comprise ? » (Une ou plusieurs langues).

Source : Statistique Canada, Recensement du Canada de 1996.

  • 13 Ces chiffres, les seuls disponibles au moment où je rédige ces lignes, proviennent d’analyses fines (...)

32Au recensement de 1996, 79 % des francophones torontois étaient nés au Canada, mais seulement un tiers (33,9 %) de ceux-ci en Ontario et 23,3 % originaires de l’étranger13. Ainsi, la langue française de Toronto est elle-même pour ainsi dire multiculturelle, étant donné qu’elle provient en grand nombre des autres provinces du Canada et de l’étranger. Cela permet dès lors de postuler que les pratiques langagières en sont modifiées, tributaires qu’elles sont des nombres et de la pluralité des origines, surtout dans un milieu urbain comme celui de la capitale de l’Ontario où la diversité est la règle : diversité des origines ethniques, diversité des langues, diversité des variétés de la même langue, diversité des interactions exolingues. À ce titre, les pratiques langagières de l’une des composantes importantes de la francophonie torontoise feront l’objet d’une description et d’une analyse ethnographique détaillée dans les chapitres suivants.

1.3.3. La rétention linguistique

33Le taux de rétention linguistique se définit comme le pourcentage de gens déclarant une langue maternelle donnée et affirmant avoir recours à cette langue au foyer familial. Une étude démolinguistique du plurilinguisme ne peut, pour rendre un portrait exact, se satisfaire de chiffres concernant la ou les langues maternelles des répondants, même si celles-ci doivent s’entendre comme étant encore comprises au moment du recensement. Une langue « comprise » ne signifie pas une langue pratiquée, c’est pourquoi les recenseurs de Statistique Canada interrogent la population sur la langue parlée au travail (cf. section 1.3.4 ci-dessous) et sur la « langue parlée à la maison (langue d’usage) » en définissant cette dernière ainsi : « langue que le recensé parlait le plus souvent à la maison ou de façon régulière au moment du recensement ».

34Les chiffres des recensements autorisent la formulation d’hypothèses sur les taux de rétention linguistique des différentes communautés migrantes. En effet, au Canada anglophone, il est logique que le foyer reste le dernier bastion de pratique de la langue d’origine et que si elle disparaît à la maison (souvent au profit de l’anglais), il y a fort à parier qu’elle ne résiste pas non plus dans les milieux scolaire et professionnel, où de toutes façons l’anglais est souvent langue de travail et d’interaction.

35Un bémol à ces propos doit être apporté à plusieurs niveaux. D’abord, la pratique unilingue de la langue d’origine ne peut souvent se faire que lorsque le couple est endolingue, c’est-à-dire de même langue d’origine. Dans le cas inverse, une pratique bilingue voire trilingue peut avoir lieu, ou simplement un transfert vers la langue dominante. D’autre part, le cas des francophones de l’Ontario est un peu particulier, car l’utilisation du français à la maison peut avoir le soutien, pour les enfants et les étudiants du moins, de la pratique de cette langue à l’école et à l’université.

36On pourrait donc parler d’un spectre d’usage linguistique presque complet qui permet aux francophones de vivre dans leur langue, ce qui est plus difficilement le cas pour les autres communautés ethnoculturelles torontoises, même si certaines (les Chinois, les Grecs, les Portugais, les Italiens ou les Polonais par exemple) tentent de créer des réseaux de lieux de pratiques de leur langue : centres communautaires, programmes d’enseignement des langues ancestrales (« Heritage Languages », à savoir les langues d’immigration), offices religieux, clubs sportifs, presse en langue d’origine destinée essentiellement aux communautés migrantes, etc.

37Par conséquent, pour examiner avec exactitude les usages linguistiques domestiques, il convient de considérer les pratiques bilingues ou plurilingues familiales, ce que les chiffres du recensement permettent partiellement. Le tableau suivant, composé à partir des chiffres du recensement de la population de 2001, rappellent les chiffres concernant la langue maternelle et les rapprochent de ceux de la pratique au foyer :

Tableau 5 : Langues maternelles et rétention linguistique, RMR de Toronto en 2001

Tableau 5 : Langues maternelles et rétention linguistique, RMR de Toronto en 2001

Source : Statistique Canada, recensement de la population de 2001

38Au recensement, la position du français, ainsi que celle d’autres langues « anciennes » de la migration torontoise (hongrois, ukainien…), ne sont pas disponibles. Cela s’explique par le fait que leur taux assez bas de rétention les rejette en bas du classement. Ce qui ressort de ces chiffres est la forte tendance des populations récemment immigrées, originaires de Chine et du sous-continent indien surtout, à non seulement maintenir la langue d’origine au foyer, mais aussi en faire la langue unique d’interaction familiale. À l’inverse, les populations d’origine européenne passent plus facilement à la langue du pays d’accueil ou ont des pratiques linguistiques multiples. Si à peu près un tiers des lusophones, des hispanophones et des locuteurs du polonais maintiennent la langue maternelle comme langue unique au foyer, seul un quart des italophones et des Torontois d’origine grecque le font.

  • 14 Mais pas forcément, si on prend la définition stricte de Statistique Canada, qui ne mentionne que l (...)

39Les parties du tableau ci-dessus relèvent de deux domaines réellement différents. D’abord, la langue maternelle, si elle permet souvent à un locuteur de s’exprimer dans cette langue14 n’est pas (ou n’est que peu) indicatrice des pratiques langagières. En effet, la langue maternelle est une donnée, un constat que l’on fait au moment où l’on doit réfléchir à son parcours linguistique, par exemple le jour d’un recensement. Elle ne dérive pas d’un choix, d’une négociation quelconque, elle est imposée au locuteur par son histoire. Le recensement quinquenal canadien, bien que forcément détaché de la réalité de l’interaction quotidienne, brosse un portrait global, reproduit une image arrondie du pays, des provinces et des villes canadiennes. Il a de ce fait un objectif social déterminant dans les décisions prises aux niveaux politique, économique, linguistique et scolaire, souvent orientées à partir des résultats statistiques.

  • 15 Dans le cas de la langue portugaise, signalons que si les Portugais sont les lusophones de loin les (...)

40Il faut toutefois considérer les statistiques des langues utilisées à la maison comme essentielles, car elles mettent au jour les populations qui ont tendance à chercher le regroupement (géographique, social, mais aussi conjugal, une fois sur place), comme les immigrants de Chine et des différentes parties du sous-continent indien, ainsi que les populations vieillissantes de migrants, dont les taux de rétention baissent avec le temps et les générations. Ces dernières tentent malgré tout de maintenir la langue maternelle comme langue unique du foyer (ou déclarent le faire lors du recensement), telles les populations européennes qui n’émigrent plus guère vers le Canada comme les Italiens, les Portugais15, les Grecs et les Polonais. Bien sûr, la langue du foyer n’est pas seule à indiquer certaines formes de rétention ou, à l’inverse, de transfert linguistique. Il est possible, depuis le recensement de 2001, de voir se dessiner les communautés linguistiques non seulement en famille mais au travail.

1.3.4. La langue au travail

41Depuis 2001, les recenseurs de Statistique Canada interrogent les répondants sur la ou les langues qu’ils utilisent au travail, sur une échelle allant de « régulièrement » à « uniquement », en passant par « à égalité » et « surtout ». Ces chiffres sont intéressants dans la mesure où ils indiquent la vitalité d’une communauté de langue maternelle dans une sphère qui dépasse la sphère privée. Ils permettent aussi d’indiquer la prégnance et le dynamisme économique d’une communauté donnée par rapport aux nombres de locuteurs de cette langue et aux nombres d’immigrants originaires des pays où on la parle.

42En ce qui concerne la francophonie, elle donne une autre perspective à l’analyse démographique des locuteurs de cette langue et à son dynamisme aux niveaux professionnel et économique. En effet, on constate une pratique régulière du français sur le marché du travail torontois, certes loin derrière l’anglais, mais aussi loin devant les autres langues fortement représentées à Toronto. Aussi, c’est bien sûr le statut particulier du français en tant que langue d’une région désignée et langue officielle du Canada qui produit cet effet. Ainsi, le français n’est sans doute pas réservé à l’usage de la communauté des francophones comme peuvent l’être le cantonais, le pendjabi ou le coréen à leurs cercles « d’origine », langues dont l’usage est probablement fortement lié aux relations clients-marchands qui se tissent au sein de niches de marché plus ou moins ethniques. Dans le cas du français, on peut imaginer que les interactions interprovinciales (avec le Québec surtout) puissent jouer un rôle, ainsi que les domaines de la traduction et de l’éducation. Le tableau suivant présente de façon synthétique la fréquence d’utilisation des langues parlées au travail.

Tableau 6 : Fréquence d’utilisation des sept langues les plus parlées au travail, RMR de Toronto, 2001

Tableau 6 : Fréquence d’utilisation des sept langues les plus parlées au travail, RMR de Toronto, 2001

Source : Statistique Canada, recensement de la population 2001

43Une mise en perspective s’impose en vue de la lecture de ce tableau. En effet, la position du français a une caractéristique particulière, en ce qu’elle s’explique non par l’existence de nombreux lieux où elle serait langue véhiculaire (au contraire, seuls 2 655 personnes n’utilisent que le français au travail), mais plutôt par la présence et le besoin potentiel de recourir à cette langue dans le milieu professionnel. C’est ce qui explique qu’elle est la langue dont les répondants déclarent avoir le plus recours avec régularité, qu’elles que soient leurs langues d’origine.

44D’autre part, l’addition des langues chinoises donne des résultats impressionnants. En réalité, ces derniers sont à l’image de la vitalité des communautés chinoises dans le domaine professionnel des services à leur propre communauté, au Canada et dans leur pays d’origine – d’où de fortes tendances transnationales (Portes, 1997) –, ce que reflètent aussi les fortes proportions d’utilisation unique du chinois au travail.

45Néanmoins, l’amalgamation des nombres d’utilisateurs du chinois au travail que l’on serait tenté de faire – ce n’est pas le cas de Statistique Canada – n’est pas satisfaisante dans la mesure où ces locuteurs parlent des langues qui ne sont pas mutuellement intelligibles. Ainsi, il est très probable que les locuteurs du mandarin (région de Beijing), du cantonais (région de Hong Kong et de Guanzhou), du hakka (sud de la Chine et Singapour) ou du fu-jian (ou fu-kien, parlé à Taïwan) ne puissent se comprendre dans des interactions professionnelles orales et aient donc recours à l’anglais (ou à une autre langue chinoise) comme langue véhiculaire.

46Avant de clore cette partie, il doit être désormais possible de répondre à la question que posait implicitement cette sous-section : Toronto est-elle une ville plurilingue ? Sur un plan strictement urbain, c’est-à-dire si l’on « écoute parler » la ville, si l’on observe l’affichage en se promenant dans ses quartiers (cf. entre autres Calvet, 1994 ; Bulot et Veschambre, 2006), la multitude des langues et les nombres importants de leurs locuteurs le montrent. Toutefois, ce sont les citadins qui parlent et qui interagissent avec le langage et les langues. Les recensements canadiens permettent de vérifier – selon les réponses que fournissent les répondants, bien sûr – la possession d’un bilinguisme ou d’un trilinguisme impliquant la langue d’origine et les deux langues officielles que sont l’anglais et le français. Les enquêtes interrogent les recensés sur leur connaissance de l’anglais ou du français et définissent cette variable ainsi, selon la formulation exacte du recensement de 2001 de Statistique Canada : la connaissance des langues officielles « indique si le répondant peut soutenir une conversation en français seulement, en anglais seulement, en français et en anglais, ou dans aucune des deux langues officielles du Canada ».

47Ainsi, le recensement brosse un portrait du bilinguisme langue d’origine / langue officielle, le cas échéant. Même si cela ne concerne pas seulement les immigrants, mais aussi leurs enfants et tous les apprenants d’une langue étrangère non officielles, cela donne une bonne idée du potentiel plurilingue de la population torontoise. Le tableau suivant expose les chiffres des locuteurs connaissant l’une des ou les deux langues officielles du Canada, pour les recensements de 1996 et de 2001 :

Tableau 7 : Connaissance des langues officielles, RMR de Toronto, 1996 et 2001 (N / %)

Tableau 7 : Connaissance des langues officielles, RMR de Toronto, 1996 et 2001 (N / %)

Source : Statistique Canada, recensements de la population 1996 et 2001.

48Avec les statistiques fournies jusqu’à présent, il est possible de faire plusieurs constats et de tirer plusieurs conclusions de ce tableau. D’abord, chaque catégorie est en hausse, à l’exception de celle des personnes qui ne parlent ni anglais ni français, qui est passée de 4,5 % de la population totale en 1996 à 3,9 % de cette même population en 2001. Cette baisse significative peut être attribuée à une hausse de la population migrante possédant des rudiments d’une des langues officielles qui fait écho à la volonté du ministère de l’immigration canadien de faciliter l’insertion de ces immigrants dans leur terre d’accueil. La conclusion que l’on peut d’ores et déjà tirer est que la population de Toronto est donc fortement anglicisée, qu’elle l’est d’ailleurs de plus en plus, mais qu’elle possède aussi divers degrés de compétence bilingue ou plurilingue.

1.4. La francophonie et les Français à Toronto

49Comme dans le cas des lusophones et des hispanophones, on a du mal à envisager ici des peuples unis par l’ethnie ou la culture, attendu que le lien principal – examiné dans le cas présent, en tout cas – est la langue. La francophonie torontoise est en réalité un amalgame méthodologique, certes fort utile, de la pratique de la langue française dans ce que l’on nomme communément la « Ville-Reine », mais que la réalité des interactions et des actes identitaires dans ce que d’aucuns appellent la « communauté » francophone est sensiblement plus complexe que ce que nous indiquent les résultats des recensements.

1.4.1. La francophonie torontoise

50Dans la mégapole torontoise, en périphérie comme au centre, bon nombre de francophones sont des migrants, soit intraprovinciaux (des Franco-Ontariens du nord venus s’installer à Toronto par exemple), soit interprovinciaux (des Québécois ou des Acadiens), soit bien sûr internationaux, comme les nombreux immigrants francophones que compte la ville. Ainsi, la francophonie torontoise est une composition à visages multiples, d’origines diverses, répondant à des dynamiques migratoires et identitaires qui ne sont pas nécessairement similaires ni même comparables. Démographiquement, la francophonie torontoise se révèle fortement minoritaire, d’abord si l’on prend en compte les locuteurs de français langue maternelle (cf. définition en 1.1), mais surtout si l’on considère les taux d’utilisation du français à la maison, permettant de calculer la rétention linguistique.

1.4.1.1. Les locuteurs de langue maternelle française : démographie

51Il est tentant de considérer que le terme « francophone » est trop vague pour pouvoir être employé de façon fonctionnelle et efficace. De même, il est tentant de séparer, comme le font les statisticiens canadiens, les locuteurs d’une langue maternelle et les utilisateurs de cette langue au foyer. À cela, on pourrait ajouter les utilisateurs de cette langue au travail. Il va sans dire que les membres de chaque groupe ne sont pas forcément les mêmes. Rien ne garantit qu’un francophone de langue maternelle puisse (ou veuille) utiliser cette langue à la maison ou, le cas échéant, dans sa vie professionnelle, et inversement. D’autre part, au vu de la composition multiethnique et multilingue de Toronto, il n’est pas étonnant qu’un certain nombre de recensés répondent avoir plusieurs langues maternelles. Cela touche bien sûr les francophones, comme par exemple les Africains, les Antillais ou les Mauriciens, pour qui le français peut-être la langue institutionnelle, mais qui ont pour première langue un autre vernaculaire et sont de ce fait bilingues ou plurilingues. Comme le montre le tableau suivant, les francophones bilingues (du point de vue de la langue maternelle en tous cas) représentent un pourcentage non négligeable de 19,6 % de la population de langue maternelle française dans la RMR.

Tableau 8. Population francophone torontoise. Langues maternelles (LM) déclarées, 2001

Tableau 8. Population francophone torontoise. Langues maternelles (LM) déclarées, 2001

Source : Statistique Canada, recensement de 2001

52On constate toutefois que les possesseurs du français comme langue maternelle unique sont très majoritaires dans la région métropolitaine de recensement. Ceci a un impact non seulement sur la rétention linguistique de cette « communauté », mais aussi sur la façon dont la perçoivent les autres groupes linguistiques de la ville. En effet, alors que seuls 1,2 % des Torontois ont le français pour langue maternelle (unique), ils bénéficient de droits linguistiques et scolaires dont ne profitent ni les locuteurs du chinois, qui comptent pour 7,5 % de la population totale, ni les italophones (4,5 %) ni les lusophones (2,3 %). Même si cela n’engendre pas à proprement parler de tensions entre la communauté francophone et les communautés ethnoculturelles de la RMR, on doit se poser la question intéressante de l’origine réelle de ces francophones de Toronto.

1.4.1.2. Origines des locuteurs de français langue maternelle

53Cette partie de l’exposé se fonde sur des analyses démolinguistiques faites par l’Office des affaires francophones du gouvernement de l’Ontario à partir des résultats du recensement de 1996. La présentation distingue la cité de Toronto (ci-après CT) et la Région du grand Toronto (désormais RGT), autrement dit la très grande banlieue telle qu’elle est définie dans le tableau 3 ci-dessus. Dans la RGT, on recensait en 1996 un total de 71 320 francophones, c'est-à-dire de langue maternelle française, en réponses uniques ou multiples. Dans la CT, les chiffres atteignaient 34 210 personnes répondant à cette même définition.

La population née en Ontario

54Bien que le terme « franco-ontarien » soit sujet à débat, son utilisation simplifiera ici une présentation forcément limitée pour des raisons d’espace. Près de 80 % des francophones de la RGT étaient nés au Canada, dont environ 34 % en Ontario. Cela indique par conséquent que la francophonie du grand Toronto est à majorité canadienne de naissance, mais seulement à un tiers franco-ontarienne. Ceci contraste de façon intéressante avec les chiffres provinciaux qui montrent que les deux tiers des francophones de l’Ontario sont pour leur part nés dans cette province. Le pourcentage de Franco-Ontariens est beaucoup moins élevé à Toronto que dans le reste de la province, ce qui s’explique par la composition multiculturelle de la population franco-torontoise, composition qui résulte bien sûr de la forte immigration dans la métropole économique canadienne.

55Dans la cité de Toronto, des conclusions semblables peuvent être tirées : la part non canadienne de naissance de cette francophonie, équivalente à 20 % dans la RGT, dépasse les 26 % dans la CT, alors que le pourcentage de gens nés en Ontario, de 34 % dans la RGT, n’est que de 30 % dans la CT. On peut d’ores et déjà constater que l’apport des immigrants à la francophonie torontoise est significatif ; il l’est d’autant plus que l’on se trouve au centre de la conurbation. Cela semble logique, attendu que la grande métropole (RGT) comme la cité de Toronto (CT) attirent industries et investisseurs et, du même coup, immigrants internationaux et migrants interprovinciaux.

Les migrants venus d’autres provinces

56Les migrants interprovinciaux de langue française sont assez nombreux dans la RGT et dépassent même assez largement les résidents nés en Ontario. En effet, face au tiers de Franco-Ontariens qui composent la francophonie de la RGT, on recense près de la moitié des francophones qui sont nés ailleurs au Canada, mais dans une autre province, dont un gros contingent de Québécois. Ces derniers constituent près du tiers des francophones de la RGT et sont donc presque aussi nombreux que les habitants nés en Ontario. Par ailleurs, plus de 10 % des résidents de langue française vivant dans la RGT sont des Acadiens, alors qu’un peu plus de 2 % sont originaires des minorités francophones que l’on trouve dans les autres provinces des Prairies et de l’ouest canadien.

  • 16 Cette configuration change progressivement avec les nombreux déménagements d’immigrants vers les ba (...)
  • 17 À l’exclusion, précisement, des francophones, qui ne sont de toutes manières pas considérés comme u (...)

57Dans la CT, on constate que la part plus importante de la migration internationale fait – logiquement – baisser les pourcentages des migrants interprovinciaux. En effet, le regroupement géographique traditionnel qui permet de se créer un réseau de connaissances dans sa propre communauté joue en la faveur des zones centrales de la métropole16. D’autre part, pour beaucoup d’immigrants, les services aux communautés ethnoculturelles sont généralement situés plus près du centre « historique » de la ville que dans les lointaines périphéries17. En dernier lieu, on peut gager que pour nombre d’immigrants, les 630 kilomètres carrés de la cité de Toronto ressemblent plus à une ville de taille « humaine » que les 5 902 kilomètres carrés de la RMR de Toronto, où les distances entre domicile, lieu de travail et lieux de divertissements peuvent avoir un impact non négligeable sur la constitution des réseaux sociaux, comme l’indique d’ailleurs les témoignages de Jacqueline et d’Isabelle quant à leur choix d’église, ou encore les propos de Félicien et Luc au sujet des grandes distances et des tracas de circulation qui en découlent.

Les immigrants francophones

58La francophonie canadienne semble plus facile à analyser que celle des immigrants. En effet, les premiers se divisent, grosso modo, entre francophones de langue maternelle française et francophones possédant un bilinguisme fonctionnel. Dans les autres cas, on considère – et les chiffres des recensements le montrent – que les locuteurs sont soit anglophones soit allophones. En d’autres termes, s’il est dans certains cas difficile de définir ce qu’est un francophone, la logique et l’usage canadien veulent qu’on circonscrive ce terme aux gens scolarisés en partie ou totalement en langue française.

59Le cas des immigrants est plus complexe, car comme je l’ai esquissé plus haut, l’attribut « francophone » semble reposer sur quatre définitions générales : une première façon de voir les choses est de considérer le francophone comme une personne de langue maternelle française. Dans une deuxième acception, l’usage du français à la maison est suffisant pour identifier un francophone. Ainsi, un allophone ou un anglophone devient potentiellement francophone dans l’usage qu’il fait de ses langues. Une troisième vision de la francophonie est celle qui consiste à prendre en compte la connaissance – déclarée – du français au moment de l’immigration. La quatrième définition de la francophonie peut renvoyer à la provenance d’un pays dit francophone. Ainsi, le Ministère canadien de la Citoyenneté et de l’Immigration, qui gère les entrées dans le pays, possède des sources intéressantes sur le degré de connaissance des deux langues officielles par les gens qui immigrent. L’écologie linguistique entourant la langue française a donc de multiples facettes et pour cette partie de l’étude, j’ai décidé d’employer une définition large de ce qu’est un francophone à Toronto, en optant au moins pour l’une des quatre définitions ci-dessus, ou une combinaison de celles-ci.

60Dans la RGT, selon les analyses du recensement de 1996 effectuées par l’Office des affaires francophones du gouvernement ontarien, on dénombrait près de 15 000 locuteurs de français langue maternelle (unique ou non) nés hors du Canada, ce qui constituait un cinquième (20,3 %) de cette population francophone totale ainsi définie. De ces étrangers francophones (c'est-à-dire nés dans un pays considéré comme francophone), les plus nombreux étaient les Africains, également divisés entre Maghrébins et Africains subsahariens : 2 405 francophones de chaque groupe étaient recensés (soit un total de 4 810 Africains francophones), c'est-à-dire près de 7 % de la francophonie totale et 33,2 % de la francophonie non canadienne de naissance (16,6 % pour chacun des deux groupes). Si ces chiffres sont importants, il semble essentiel de ne pas omettre que les Africains de Toronto sont souvent plurilingues et qu’ils ne recomposent pas forcément des réseaux sociaux basés sur cette appartenance à un continent, ce pour des raisons culturelles, historiques et linguistiques.

61L’autre groupe présent en grand nombre dans la RGT était constitué des personnes nées en France (Saint-Pierre et Miquelon inclus) : 3 610 personnes étaient ainsi recensées, soit 5,1 % de la population totale de langue française et 24,9 % des francophones d’origine étrangère. Cela en faisait, en 1996, le groupe « ethnique » le plus important de l’immigration francophone de la région métropolitaine de Toronto. On notait aussi une petite présence moyenne-orientale se déclarant francophone, composée essentiellement de Libanais (510 sur les 855 immigrants francophones nés au Moyen-Orient), ainsi que 885 Antillais, dont une part importante de Haïtiens (485 d’entre eux résident dans la RGT). Pour finir, on remarquait que 1,6 % de la francophonie de la RGT était composée d’Européens non-français, mais l’Office des affaires francophones (OAF) ne donnait pas davantage de détails sur cette composition, que l’on devine être d’origines belge, suisse et luxembourgeoise.

62Pour ce qui est de la CT, la part des francophones nés à l’extérieur du Canada était encore plus importante que dans la RGT : 26,5 % contre 20,3 %, ce qui tend à confirmer l’hypothèse que le centre ville a un plus grand potentiel attractif que la banlieue, malgré des loyers plus élevés et un cadre de vie peut-être moins agréable à certains. De nouveau, les immigrants venus d’Afrique étaient les plus nombreux si on les réunit dans leur appartenance continentale, représentant 8,5 % de la population francophone de la CT, avec une présence légèrement plus importante de Subsahariens que de Nord-Africains. Ici aussi, le groupe d’origine le plus important de l’immigration franco-torontoise, celui des Français, se composait de 2 435 personnes, soit 7,1 % de cette population francophone. On notait aussi une nette tendance de ce groupe à résider dans la CT : 65,5 % des francophones de la RGT nés en France vivaient dans la cité de Toronto, alors que le taux pour le reste de la population immigrante francophone se situait aux alentours de 60 %, à l’exception des Libanais dont seulement 50 % vivaient dans la CT.

63En taille, le troisième « groupe » francophone immigrant de la CT était en 1996 celui des Européens (690 personnes, soit 2 % du total des francophones nés hors du Canada). Les statistiques sur les Français et les différentes façons de les interpréter seront étudiées en détail plus loin. Voici, sous forme de tableau, un récapitulatif de l’immigration francophone à Toronto, si l’on accepte le lieu de naissance comme indicateur possible d’une immigration :

Tableau 9 : Pays de naissance des immigrants déclarant le français comme langue maternelle (simple ou multiple), 1996

Tableau 9 : Pays de naissance des immigrants déclarant le français comme langue maternelle (simple ou multiple), 1996

Source : Office des Affaires francophones (selon Statistique Canada, recensement de 1996)

Francophones d’ici, francophones d’ailleurs

64La nuance entre migrants interprovinciaux et immigrants est de taille. Certes, les premiers comme les seconds sont amenés à opérer des recompositions dans leurs relations sociales et leurs pratiques quotidiennes tant linguistiques que culturelles. Les migrants venus d’autres provinces comme les immigrants peuvent en être affectés, mais le processus qui régit la migration interprovinciale n’est pas de nature à créer les mêmes phénomènes de choix identitaires face au Canada : le migrant québécois ou acadien est canadien sur le papier, qu’il le soit ou non dans son sentiment d’appartenance et, malgré certaines différences culturelles plus ou moins importantes (notamment linguistiques, historiques et souvent politiques), ses référents restent globalement nord-américains.

65De son côté, l’immigrant va devoir doser son sentiment d’appartenance en fonction des zones géographiques et sociales où il est amené à évoluer : le Canada, l’Ontario, Toronto, son quartier, son entreprise, son cercle d’amis, son centre communautaire ou son association culturelle, sa langue première, sa nouvelle langue, son bilinguisme ou plurilinguisme, etc. S’il est vrai que dans une certaine mesure, tous ces choix interrogent aussi le migrant francophone venu d’une autre province, ce dernier reste finalement légalement chez lui, titulaire de la force symbolique que lui confère son extraction de l’un des deux peuples fondateurs du pays. Quant à lui, l’immigrant devra recréer son chez-soi, au sens légal comme dans l’acception identitaire du terme (cf. chapitre 3).

1.4.2. Toronto, la France et les Français

  • 18 De 2000 et 2004, le nombre de touristes français au Québec a été de 1 380 000 personnes. Pour la mê (...)

66Dans l’esprit collectif français, le Canada reste un pays apprécié et une destination prisée par de nombreux habitants de l’« Hexagone ». D’ailleurs, un grand nombre de Français font le voyage tous les ans et reviennent avec d’impérissables souvenirs de leurs « cousins canadiens ». Pour dépasser cette image d’Épinal des relations entre Français et Canadiens, il convient d’ores et déjà de préciser que ces gens sont avant tout des touristes, dont la destination principale est la province du Québec18. En d’autres termes, même s’ils rapportent avec eux amitiés et souvenirs, ces Français ne sont pas animés par la fibre migratoire et ne formulent donc aucun projet de changer de vie en s’expatriant. Cependant le poids symbolique de ces touristes n’est pas négligeable, en ce qu’ils façonnent en quelque sorte l’image du Canada en France – dans sa version franco-québécoise du moins (cf. chapitres suivants) – et parce que pour celui qui hésite encore, les moyens actuels de transport rapides et modernes confèrent parfois au voyage touristique un rôle décisif dans la décision de partir.

1.4.2.1. Les Français de Toronto : statuts et visibilité

67D’ores et déjà, établissons que deux types de populations étrangères – parmi les Français, mais aussi dans beaucoup d’autres communautés – cohabitent en général, sans forcément se fréquenter. D’un côté, on trouve des personnes « expatriées », au sens administratif du terme, c'est-à-dire envoyées par leur pays (diplomates, enseignants, coopérants, etc.). D’un autre côté, les « immigrés » semblent, pour ce qui les concerne, davantage impliqués dans des questions d’adaptation socio-identitaire et langagière liées à leur « implantation » sur une nouvelle terre. Cette seconde catégorie est celle sur laquelle porte ce travail.

  • 19 Ces lieux portent des noms fictifs. Cf. plus loin, dans la section 2.4.2 de ce chapitre.
  • 20 Cette phrase fait référence au livre de T. R. Maxwell paru en 1977, The Invisible French, qui étudi (...)

68Cette étude sur les Français émigrés au Canada, à son origine, a été motivée par un certain nombre d’intuitions. La première, correspondant à un constat initial, est que les Français, en s’expatriant dans un pays étranger pour s’y installer et pour y vivre, ne se réunissent qu’occasionnellement, qu’ils ne forment pas de quartiers particuliers, contrairement à d’autres groupes d’immigrants, comme les Italiens ou les Chinois par exemple. D’autre part, ils ne semblent pas tisser de réseaux sociaux français, ni même francophones, comme le constate aussi Lindenfeld (2002) pour le cas des Français résidant dans l’ouest des États-Unis. Si ce constat émane généralement du touriste ou du visiteur de passage, on peut, en observant le cas des Français au Canada anglais, particulièrement dans les grandes villes comme Toronto, confirmer le phénomène : la France y est présente, par le biais d’écoles qu’elle subventionne ou soutient (l'Établissement Hexagone et le Lycée International Francophone de l’Ontario à Toronto), par ses branches de l’Institut Molière19, par les succursales de ses entreprises (Elf, Axa, AGF, SCOR, BNP Paribas, par exemple), ses boutiques (Hermès, Cartier et d’autres noms internationalement connus…). Mais les Français, eux, semblent invisibles20.

1.4.2.2. Données et définitions démographiques

69Pour esquisser un portrait démographique, on peut avoir recours à une comparaison de l’évolution du nombre de Français en Ontario et à Toronto à partir des trois derniers recensements de la population canadienne (1991, 1996, 2001) et des statistiques du Consulat Général de France. En 1991, le recensement de la population née en France annonçait un chiffre de 9 960 ressortissants résidant dans l’Ontario, dont une majorité d’adultes entre 25 et 64 ans et avec un nombre légèrement plus élevé de femmes que d’hommes. Le Consulat Général de France recensait, fin décembre 1992, 4 480 ressortissants immatriculés, c’est-à-dire des Français qui se sont inscrits aux services consulaires. En 1993, ce chiffre était stable, à 4 492 ressortissants et se maintenait à 4 549 en 1994. Notons de surcroît que la France et le Canada autorisent leurs citoyens à posséder la double nationalité.

70Soulignons dès maintenant quelques problèmes de méthodologie démographique. Une des raisons possibles de la différence entre les statistiques canadiennes et celles du Consulat Général de France est que le service de l’état civil de l’Ambassade de France à Ottawa recense de son côté, en les immatriculant, les ressortissants français de la région de la capitale canadienne, dont une partie réside en Ontario, ce qui contribue à « gonfler » les chiffres. Cependant, cette immatriculation auprès des services consulaires n’est pas obligatoire. D’autre part, en 1996, les provinces du Manitoba et de la Saskatchewan ont été rattachées à la circonscription consulaire de Toronto, ce qui a fait augmenter les chiffres des immatriculés de plusieurs centaines de personnes (Consulat Général de France, 2002 : 42). En gardant en mémoire ce redécoupage, voici, sous forme de tableau, les chiffres de l’immatriculation de 1993 à 2004 :

Tableau 10 : Immatriculations au Consulat Général de France, Toronto, 1993-2001

Tableau 10 : Immatriculations au Consulat Général de France, Toronto, 1993-2001

Sources : Consulat Gal de France à Toronto (2002) et DFAE-Direction des Français de l’Étranger et des Étrangers en France (Cellule Statistiques et système d’informations, 2004)

71Dans la circonscription consulaire de Toronto, l’évolution de la population française immatriculée a été plutôt stable de 1995 à 2000 (+2,3 %, alors qu’elle était de 7 % à Montréal). On constate en revanche une augmentation sensible de celle-ci entre 2000 et 2004. Le taux d’évolution dans cette période a été de 7,4 %, avec un pic important de 2002 à 2004 (15,3 %), nette augmentation que l’on retrouve aussi à Montréal (16 %), à Québec (16 %), à Vancouver (15,3 %) et presque partout en Amérique du Nord (+16,1 % en moyenne).

  • 21 Hormis le chiffre officiel de 7 260 inscrits en 2004 au Consulat Général de France à Toronto, le re (...)

72La répartition géographique avancée par les services consulaires français est la suivante : 95 % des immatriculés résident en Ontario (soit, pour 2001, 4 745 personnes et, pour 2004, 6 897 personnes), 73 % du total des immatriculés habitent dans le Grand Toronto et 55 % dans la ville de Toronto (la CT, soit 2 747 personnes en 2001 (Consulat Général de France, 2001 : 2). Ces mêmes services estimaient en 2001 et en 2002 le nombre de Français dans la circonscription – soit l’Ontario (ON), le Manitoba (MA) et la Saskatchewan (SK) – à 8 000 ressortissants non immatriculés en plus des quelque 5 000 inscrits sur les listes du Consulat (Consulat Général de France, 2002 : 1), soit un total de 13 000 Français. En appliquant la répartition valable pour les immatriculés et exposée ci-dessus et en postulant qu’elle est toujours valable en 200421, l’on obtient pour 2001 et 2004 les chiffres et estimations suivants :

Tableau 11 : Immatriculations, Consulat Général de France à Toronto, 2001 et 2004

Tableau 11 : Immatriculations, Consulat Général de France à Toronto, 2001 et 2004

Sources : Consulat Gal de France à Toronto (2002) et DFAE-Direction des Français de l’Étranger et des Étrangers en France (Cellule Statistiques et système d’informations, 2004)

73Bien que l’on puisse être français sans être né en France, que l’on puisse le devenir par naturalisation ou par filiation, les estimations (cf. le tableau ci-dessus) avancées par les services consulaires français à Toronto peuvent paraître exagérées, même si à vrai dire, aucun moyen scientifique ne permet de dénombrer avec précisions les résidents non immatriculés.

74Cette population française immatriculée à Toronto est jeune, composée à 57 % de personnes de moins de 40 ans et de 25 % de mineurs. Comme la tranche d’âge la plus nombreuse est celle des 30-39 ans (18 %), il est logique que la seconde soit celle des enfants de moins de six ans (9 %). Ainsi, il est possible qu’un certain nombre de ces jeunes Français ne soient en effet pas nés en France, ce qui aurait pour conséquence de fausser les chiffres de Statistique Canada dans l’optique de cette étude. Si tel était le cas, cette population ne serait donc pas constituée exclusivement d’immigrants, ce qui permettrait de dépasser le clivage entre immigrés et expatriés évoqué ci-dessus dans la section 1.4.2.1 pour en créer un autre, plus complexe : les Français immigrés de France vs les Français de nationalité canadienne non immigrés vs les Français immigrés d’un autre pays que la France. En effet, le consulat rappelle qu’en 2001, 68 % des 4 995 immatriculés, soit 3 396 personnes, étaient en possession des deux nationalités française et canadienne, dont une majorité d’enfants. Toutefois, les représentations des gens interviewés et observés pour cette étude maintiennent un schéma classique de division entre les Français immigrés et les Français envoyés en mission et installés momentanément. Je développerai ce point ultérieurement, particulièrement dans la section 3.2.3.2.

  • 22 C’est le cas, dans une certaine mesure, d’Odette pour le breton, ou de Lionel pour le lorrain. On m (...)

75Pour ne pas se perdre dans des problèmes de méthodologie statistique insolubles et peu utiles à mon propos ici, j’opterai pour la solution qui consiste à recouper les données de Statistique Canada, celles du Consulat Général de France et celles de recherches effectuées sur la francophonie ontarienne (anciennes comme celle de Sabourin, 1986 ou plus récente comme celle de Quell, 2002). On n’arrive toutefois ici ni à un chiffre précis ni à une définition de ce qu’est un Français sur le plan linguistique. En effet, concernant ce dernier point, un Français peut très bien avoir été naturalisé, dès l’enfance (par transmission parentale) ou à l’âge adulte (par mariage) et ne pas avoir par conséquent le français comme langue première. D’autre part, un citoyen français de naissance, originaire du territoire français, pourra avoir une autre langue dite maternelle, soit parce qu’il est enfant de migrants en France, soit parce qu’il possède une langue d’un département ou d’un territoire d’outre-mer français (créole, langue tahitienne, etc.). Pour finir, il pourra avoir été scolarisé à l’étranger ou socialisé (et dans de plus rares cas, éduqué) dans une langue dite régionale de France22.

76Quant au nombre de Français résidents dans le Grand Toronto, on s’en tiendra à une fourchette entre les chiffres des immatriculés au Consulat Général de France et ceux de Statistique Canada obtenus lors des différents recensements, de 1991 à 2001. En prenant les précautions d’usage, on fera des estimations plus modestes que celles des services consulaires en avançant que le nombre de Français dans le Grand Toronto se situe, au moment où je rédige ces lignes en 2006, probablement entre 8 000 et 10 000 personnes, partant du principe qu’un bon nombre de ces Français ne sont pas forcément nés en France.

1.4.2.3. Portraits sociologique et socioprofessionnel

  • 23 Je remercie ici M. Goisbault, Consul Général de France à Toronto, de m’avoir permis en 2002 d’accéd (...)

77Les analyses qui suivent s’inspirent de deux sources majeures : les statistiques précises du recensement de 1991 – compilées en 1994 – concernant la population née en France et résidant dans ce qu’on appelait avant 1998 la communauté urbaine de Toronto, désormais appelée « cité de Toronto ». J’ai eu d’autre part recours aux données des services consulaires français de Toronto23 et de la cellule de statistiques de la Direction des Français de l’Étranger et des Étrangers en France (DFAE, 2004) concernant les Français immatriculés dans la circonscription consulaire. Même s’il ne s’agit pas exactement de la même population et que treize années séparent les données, comme je l’ai expliqué plus haut, il est intéressant de procéder à des comparaisons entre ces différentes sources.

Distribution en sexes et en âges

78En 1991, la population torontoise née en France était masculine à un taux de 48 %, alors que les femmes étaient donc majoritaires avec 52 %. Dix ans plus tard, les données des immatriculés au Consulat confirment ces chiffres, avec 54 % de femmes et 46 % d’hommes. En 1991, les tranches d’âge les plus représentées étaient, pour les deux sexes, les 40-44 ans (15,2 % des femmes et 14,1 % des hommes) et les 25-29 ans (12,5 % pour les deux sexes). Le consulat constatait lui aussi en 2001 un fort taux de ressortissants entre les âges de 30 et 39 ans (18 %). Globalement, la population française immigrée (et les immatriculations le confirment) est donc majoritairement adulte et jeune, avec 57 % des immatriculés âgés de moins de 40 ans et, pour le recensement de 1991, un taux de 45,8 % de Français âgés entre 25 et 44 ans.

79Pour ce qui est 2001, le tableau suivant présente un état numérique de la circonscription consulaire de Toronto, sachant que 73 % de ces immatriculés résident dans le Grand Toronto. Les chiffres présentés ci-dessous distinguent les Français immigrés (installés plus ou moins définitivement au Canada) et les Français dits « expatriés », à savoir, au sens administratif français, les ressortissants envoyés en mission par un ministère ou une entreprise de France. Ces derniers doivent donc retourner en France à la fin de leur contrat (cf. 1.4.2.1. ci-dessus).

Tableau 12 : Nombre de Français expatriés et immigrés selon l’âge et le sexe, circonscription consulaire de Toronto, 2001

Tableau 12 : Nombre de Français expatriés et immigrés selon l’âge et le sexe, circonscription consulaire de Toronto, 2001

Source : Consulat Général de France à Toronto, 2001

80On note une proportion plus élevée de femmes adultes à Toronto. Ce phénomène s’explique sans doute par le fait que les mariages mixtes concernent davantage les femmes françaises que les hommes et que celles-ci décident de rejoindre leur époux au Canada avant ou après le mariage. Le taux d’exogamie est donc plus élevé chez les femmes, tendance que l’on retrouve dans les résultats de mon questionnaire (cf. section 2.1 de ce chapitre), mais aussi l’étude de Lindenfeld (2002) sur les Français aux États-Unis.

Structure de la famille

81Pour ce qui est des immatriculations en 2001, la structure familiale typique est celle d’un couple accompagné de deux enfants, c’est-à-dire celle de la plupart des pays industrialisés avancés tel que le Canada. Comme on peut s’y attendre, le recensement de 1991 était conforme à cette description, avec 24,6 % de femmes mariées (de plus de 15 ans) sans enfants, 18,8 % de femmes mères d’un enfant, 35 % de mères de deux enfants et 21,5 % de mères de trois enfants ou plus. Quant au statut marital, les statistiques de 1991 recensaient à Toronto, parmi les répondants nés en France résidant dans la CT, 32,6 % de célibataires (de plus de 15 ans, jamais marié(e)s), 46,9 % de personnes légalement mariées, 9,9 % de gens divorcés ou séparés et 4,9 % de veufs et veuves.

Niveau d’éducation

82Même si le niveau d’éducation est généralement perçu comme crucial pour la réussite professionnelle, on se doit aussi de souligner que généralement, comme le fait aussi remarquer Lindenfeld (2002) dans son enquête, qu’en général, l’accès aux postes de responsabilité ou aux fonctions bien rémunérées n’est pas toujours étroitement lié au diplôme obtenu ou à l’université où ont été effectuées les études, mais à l’acquisition d’une éducation, spécialisée ou non, dans le pays d’immigration. Ceux qui débutent dans la vie professionnelle canadienne, d’où qu’ils soient, racontent souvent comment ils se voient rétorquer, en postulant à un emploi, que leur problème principal est qu’ils n’ont aucune expérience canadienne (cf. le témoignage de Félicien) ! Ainsi, un des réflexes est souvent de suivre ne serait-ce qu’un cours d’anglais pour se familiariser avec les us et coutumes de la vie sociale canadienne, avec l’espoir que cela facilitera l’entrée dans la vie professionnelle.

83Ni les recensements canadiens ni les chiffres du Consulat ne mentionnent où et dans quelles circonstances les diplômes ont été obtenus. On sait seulement qu’en 1991, sur les 3 335 personnes nées en France et âgées de plus de 15 ans, 30,5 % ont obtenu un diplôme universitaire (équivalent à trois années d’études supérieures), alors que 14,2 % ne possèdent qu’un diplôme d’études secondaires (le baccalauréat français, par exemple), que 11,2 % ont effectué des études secondaires (de 16 à 18 ans) sans obtenir de diplôme et que 4 % n’ont pas fait d’études secondaires.

84Ce recensement de 1991 indique aussi une tendance, encore actuelle, des hommes à privilégier le domaine technologique et les métiers du génie et des sciences appliquées (33,6 % des hommes titulaires d’un titre post-secondaire) ainsi que le commerce, la gestion et l’administration des affaires (19,6 %). Les femmes, quant à elles, sont nombreuses à être titulaires d’un diplôme de lettres, de sciences humaines et de disciplines connexes (28,9 %). Un pourcentage non négligeable d’entre elles a aussi effectué des études d’enseignement, de loisirs et d’orientation (15,7 %), mais elles sont plus nombreuses à avoir étudié le commerce, la gestion et l’administration des affaires (19,4 %, chiffre identique à celui des hommes). Ces orientations scolaires et universitaires se reflètent souvent dans les profils socioprofessionnels.

Activité professionnelle, chômage et catégories socioprofessionnelles24
  • 24 Je reprends ici les catégories socioprofessionnelles adoptées par Statistique Canada.

85Cette population immigrée est peu touchée par le chômage. En 2000, 1,9 % des immatriculés actifs étaient au chômage, alors que ce pourcentage était redescendu à 1,06 % en 2001. Parallèlement, les taux canadien, ontarien et torontois étaient respectivement, en 2001, de 7,2 %, 6,1 % et 5,9 %. Ajoutons que 49,6 % des actifs sont des femmes, qui occupent essentiellement des postes d’employées (40 % des femmes actives) ou exercent des professions intermédiaires (25 %).

86Le consulat recensait en 2001 un taux d’activité de 56 % (dont 88 % dans le tertiaire), avec une majorité d’employés (31 % des actifs), de cadres et professions intellectuelles (19 %), puis des chefs d’entreprises, des artisans et des commerçants (6 %). Selon le recensement de 1991, les domaines et industries les plus représentés parmi la population active totale française de plus de 15 ans étaient les suivants, en ordre décroissant : l’enseignement (15,8 %), les services aux entreprises (13,8 %), le commerce de détail (10,7 %), les industries manufacturières (9,9 %), puis l’industrie de l’hébergement et de la restauration (7,5 %).

87Les occupations respectives des hommes et des femmes donnent une bonne idée de la continuité entre études et carrières professionnelles et des choix effectués qui correspondent d’ailleurs à la distribution dans le pays d’origine. Les hommes étaient le plus souvent, en ordre décroissant, directeurs, gérants, ou administrateurs (23 %), travailleurs des sciences naturelles, du génie et des mathématiques (9,9 %), travailleurs spécialisés dans les services (9,9 %), professionnels des domaines artistiques et littéraires (9,5 %), travailleurs spécialisés dans la fabrication et le montage (7,5 %), etc.

88Les femmes, quant à elles, occupaient majoritairement les fonctions d’employées de bureau (23,5 %), enseignantes et personnels assimilés (18,4 %, alors que seuls 5,5 % des hommes travaillaient dans ce domaine), directrices, gérantes et administratrices (17,2 %), travailleuses spécialisées dans les services (10,6 %), professionnelles des domaines artistiques et littéraires (8,6 %).

89Pour terminer, il convient de souligner les importantes différences de revenus entre les hommes et les femmes de plus de 15 ans. Si les bas revenus concernent probablement les mineurs employés à diverses tâches visant à leur apporter un argent de poche ou les étudiants qui cherchent à payer leurs frais de scolarité en travaillant deux ou trois mois l’été, les véritables revenus professionnels laissent transparaître un important décalage entre salaires masculins et féminins.

90Ces statistiques, quoiqu’un peu anciennes, permettent de comprendre comment, depuis les années 1980, les Français émigrés au Canada anglais ont su s’intégrer au marché de l’emploi, en adaptant parfois leur parcours initial pour satisfaire aux besoins de l’économie locale et en reprenant, parfois, des études pour acquérir de nouvelles compétences et réorienter de ce fait leur projet professionnel. Ces acteurs sociaux ont tous dû s’adapter à des exigences différentes en termes d’emploi, subissant les conséquences des mouvements des économies ontariennes et canadiennes, mais aussi de leurs compétences ou de leurs carences de formation.

91Ces parcours changeants, seule une démarche ethnographique peut en montrer les détails. Aussi, pour aller au-delà de la simple description statistique, il a fallu s’arrêter sur les trajectoires de chacun des répondants. La partie qui suit décrit la méthodologie adoptée pour ce faire.

2. Le terrain et l’enquête : principes méthodologiques

2.1. Introduction : les trois outils

92Cet ouvrage, comme je l’ai indiqué ci-dessus, entend examiner la relation entre des questions sociolangagières et un phénomène social aux multiples ramifications, la migration. Au vu de la méthodologie utilisée, qui est exposée ci-après et qui se base sur un travail de terrain de nature ethnographique (questionnaires, entretiens, observations), mon approche tentera de fédérer des champs d’études qui sont souvent perçus de façon parallèle ou cloisonnée. C’est le cas fréquent, par exemple, où la langue est exclue des travaux de la sociologie ou des études migratoires. Aussi, il convient de développer une approche ethno-sociolinguistique qui doit permettre de mettre au jour une « linguistique de la complexité » (Blanchet, 2000 : 72).

93Cet ouvrage s’inscrit dans une démarche anthropologique visant à faire du terrain le lieu privilégié de construction et d’analyse des données, ou comme l’exprime Heller (1999 ; 2002), d’une ethnographie sociolinguistique critique. En premier lieu, les personnes qui se sont prêtées à l’enquête sont perçues dans leur individualité, puis leur discours, instance privilégiée de la création et de la compréhension du sens des parcours de chacun (Demazière et Dubar, 1997), permet de déterminer comment elles co-construisent, avec leur entourage, leur appartenance à un nouveau groupe social, à une nouvelle culture, à un nouveau pays, à une nouvelle ville, à une ou plusieurs nouvelles langues. L’étude permet aussi d’envisager la perception qu’ont les acteurs impliqués de l’évolution de leur statut social, de leur affiliation et de leurs constructions identitaires en migration. Ici, ce qui doit donc intéresser le chercheur, ce sont les questions de reproduction et de transmission des normes et du capital (linguistiques et culturels), ainsi que les questions de pouvoir et de domination qui se rattachent à la construction des parcours migratoires (Forlot, 2005).

94Cette recherche vise aussi plus globalement à comprendre comment fonctionnent les processus migratoires en lien avec les questions fondamentales de langues souvent éludées dans les travaux sur la migration. À plus long terme je l’espère – sans tomber dans une naïveté excessive –, on pourra peut-être prendre conscience que les questions de pratiques langagières ont un rôle à jouer dans l’établissement et le maintien de rapports fonctionnels entre certaines populations migrantes et celles avec lesquelles elles entrent en interaction dans les espaces dits « d’accueil ». D’ailleurs, l’un des domaines clés dans la recherche en sciences humaines et sociales en Europe depuis les années quatre-vingt-dix est bel et bien la question migratoire, pour des raisons liées en premier lieu à la construction progressive de l’Union Européenne et, en second lieu, au bien-être de populations migrantes et autochtones appelées à cohabiter sur un même territoire. Au Canada, ces questions se posent depuis longtemps de façon ouverte, dès lors que le pays s’est découvert un visage pluri-ethnique et s’est constitué un multiculturalisme qui a remplacé la vision biculturaliste traditionnelle, celle qui « opposait » les francophones, autrefois appelés les Canadiens français, aux anglophones.

  • 25 M. Heller montre bien que le fléchissement de l’emprise de l’État et, partant, l’augmentation du li (...)

95D’autre part, une approche novatrice de la francophonie minoritaire s’impose et se construit d’ailleurs petit à petit chez les chercheurs canadiens. La « francitude » (Heller, 2002 : 153) de cette partie torontoise du Canada français mérite qu’on y jette un œil attentif, car la francophonie de cette ville, l’une des plus multiculturelles du monde occidental, est bien davantage qu’une masse informe de locuteurs de la langue française. Elle se définit par une multitude d’expériences, d’identités, d’affiliations symboliques et de types de fidélité aux origines, tant celles du pays « source » (la France, ou tout autre pays francophone) que celles qui ont construit la vieille notion de Canada français. Cette notion traditionnelle se transforme au gré de l’évolution des rapports entre l’État, la société et l’individu (Heller, 2002 ; Labrie et Heller, 2003)25. Pour finir, l’un des objectifs de cet ouvrage est aussi de comprendre ce que recoupe la notion de « francité » (ou de francitude), dont la complexité et la fragmentation méritent qu’on l’interroge.

96Enfin, en dressant un profil du fonctionnement social de ces Français émigrés au Canada, on verra que dans les discours se construit une prise de recul par rapport à une société d’origine (la France) où le concept de citoyenneté semble être plus fort que celui d’identité et où un sentiment d’appartenance de type ethnoculturel est souvent craint parce qu’il est synonyme de « communautarisme ». D’immobiles à émigrants, de Français à francophones minoritaires, de citoyens hexagonaux à migrants dotés d’une culture binationale, voire dans certains cas transnationale, voilà ce que deviennent les acteurs sociaux dont ce livre fait le portrait.

97Aussi, pour dresser un portrait qui soit plus précis possible, les trois outils classiques de la recherche sociologique ou sociolinguistique ont été utilisés au fil des années : le questionnaire, l’entretien et l’observation. Toutefois, les objectifs de chacun de ces outils étaient différents et méritent que l’on s’y arrête à différents degrés. Si le questionnaire m’avait paru initialement en mesure d’établir un portrait général, là n’était pas mon but.

98Ayant inscrit la recherche dont cet ouvrage est issu dans un changement de paradigme par rapport à une sociolinguistique classique (Rampton, 2006a ; 2006b), j’ai souhaité privilégier une optique qualitative permettant de mettre au grand jour des dynamiques qui émanent des discours et de leur circulation (Heller, 2002 ; Heller et Labrie, 2003a), tout en sacrifiant la nécessité de généralisation tant prisée par les sciences positivistes au profit d’un principe de transférabilité des conclusions de la recherche.

  • 26 Je n’entre pas dans le détail ici, car le questionnaire n’a pas constitué l’outil méthodologique ce (...)

99Le questionnaire devait donc servir à entrer en contact avec un groupe de personnes afin d’en sélectionner un échantillon non pas représentatif, mais varié en vue de mener des entretiens. Cet outil n’a ainsi été utilisé que dans une perspective de filtrage et de sélection des futurs interviewés ou observés. Les grands axes thématiques de ce questionnaire étaient les suivants : (A) la détermination sociale ; (B) les pratiques linguistiques, culturelles et sociales quotidiennes ; (C) les représentations sociolangagières26. Environ 170 questionnaires ont été administrés par la voie postale ou distribués de main à main. Certains envois ont été faits de façon collective, parce que plusieurs personnes ciblées résidaient ou travaillaient à l’adresse indiquée. Le dépouillement des 52 questionnaires revenus après un premier envoi en août 1998 a permis de repérer une quinzaine de personnes à interviewer et donc de lancer la deuxième étape de la recherche, l’entretien. On conclura ici en disant qu’au-delà des questionnaires, c’est aussi chaque interviewé qui a permis de créer un réseau de répondants possibles : c’est ce qu’on appelle couramment « la technique de la boule de neige ».

2.2. L’entretien et son protocole

  • 27 Sur les biais dans l’entretien, notamment en sociolinguistique, on lira avec profit les travaux de (...)
  • 28 Ce corpus était lié à la réalisation d’un travail universitaire (cf. Forlot, 1995).

100L’entretien, comme toutes les méthodes de recueil des données, présente des difficultés et des biais que je n’ai pas la place de développer ici27. Ceux-ci poussent à être attentif à leurs conséquences dans l’interprétation des résultats. Pour des raisons évidentes, on ne peut être confronté à toutes les informations nécessaires à la compréhension d’un phénomène avant de procéder aux entretiens, puisqu’elles émergent dans le discours. Or, le travail de récolte des données par interviews a été, dans le cas présent, effectué en trois temps : une première étape, à l’hiver 1994-1995, m’avait permis d’effectuer douze entretiens pour un premier corpus exploratoire28. En février 1998, une deuxième étape a débuté suite au retour des questionnaires : 6 entretiens approfondis ont été menés et, après un important laps de temps dû à des raisons administratives, le gros du corpus a été collecté en juin et juillet 2002, sur la base des questionnaires reçus entre-temps ainsi que par le biais du réseautage lié à la technique de la « boule de neige ». 29 entretiens approfondis ont donc été réalisés en juin et juillet 2002. Les tableaux qui suivent présentent le travail de terrain, en montrant l’évolution et l’équilibrage progressif des populations interrogées. Les annexes 2a et 2b en fin d’ouvrage offrent un portrait général des répondants interviewés entre 1999 et 2002. Les dix premiers entretiens, réalisés à l’hiver 1994-1995, sont présentés dans le tableau ci-dessous. Ici comme ailleurs dans le livre, les prénoms des participants sont toujours fictifs :

Tableau 13 : Les dix personnes interviewées en 1994-1995

Tableau 13 : Les dix personnes interviewées en 1994-1995

101À la lecture de ce tableau, on constate que neuf des dix interviewés occupaient des métiers du commerce dont la visibilité m’avait permis de les contacter facilement. Le fait qu’ils aient eu pignon sur rue n’était d’ailleurs pas anodin, car c’était non seulement leur compétence de restaurateur ou de pâtissier qui était souvent recherchée, mais aussi leur origine française. On peut supposer que le prestige dont jouissent la gastronomie et la mode françaises dans le monde anglophone, pour les quatre restaurateurs, le cafetier et le pâtissier, ainsi que pour Martine, gérante d’un magasin de mode pour enfants, a contribué grandement au succès et donc à l’intégration de ces répondants dans la société torontoise.

  • 29 J’emploie ce terme parfois contesté uniquement par commodité, pour faire référence aux origines géo (...)

102On note donc avec intérêt que leur succès est en grande partie dû à leur origine ethnique29, en quelque sorte à leur « francité ». Ainsi, je me trouvais souvent face à des gens qui avaient opté pour le Canada comme terre d’accueil, comme nouveau pays, mais qui avaient élaboré des projets migratoires dont la réussite était liée à la fois à leurs compétences professionnelles spécialisées et recherchées au Canada et à leurs origines pré-migratoires françaises (cf. la réputation française en termes de restauration, de boulangerie, etc.). Je propose dans le chapitre 2 une théorisation, une analyse et des illustrations du rapport entre période pré-migratoire et parcours de migrant.

103Les caractéristiques du corpus de 1994-1995 m’ont imposé des retouches pour éviter ou contourner les biais méthodologiques suivants : le corpus était insuffisant pour dresser un portrait assez diversifié, les catégories socio-professionnelles représentées étaient insuffisamment variées et de nature surtout commerciale ; pour finir, il y avait un déséquilibre entre le nombre d’hommes (sept) et de femmes (trois). Ce déséquilibre numérique entre sexes était lié non pas à un choix de ma part, mais à la méthode de recueil des données par l’interview. Pour le cas des commerces de la gastronomie, c’est-à-dire une grande partie des entretiens de 1994, le premier contact se faisait plutôt en réel qu’au téléphone : j’allais sur les lieux, je poussais la porte de ces commerces, plus souvent dirigés par des hommes que par des femmes, à l’exception des magasins de vêtements.

104En approfondissant le travail quelques années plus tard, j’ai su qu’il fallait adopter une approche différente des informateurs. Le filtrage par le questionnaire allait se révéler indispensable car, comme je l’ai esquissé plus haut, il permettrait de sélectionner les informateurs à partir de catégories que je souhaitais voir apparaître dans le corpus et diminuer une éventuelle sur-représentation de tel ou tel groupe professionnel. Je voulais aussi respecter un équilibre convenable, en termes de représentativité, entre les sexes et les âges des répondants.

105De surcroît, de nouvelles questions, liées à une problématique différente, émergeaient. Par exemple, le corpus de 1994-1995, ne serait-ce que par sa simple composition, montrait bien que certains informateurs avaient utilisé à leur profit leur origine ethnique et leur langue. Pour eux, être français était devenu un capital professionnel. Il était donc judicieux de poser la question aux autres, de savoir en quoi la « francité » et la langue française pouvaient être cultivées et investies en tant qu’atouts pour la réussite socio-professionnelle. L’une de mes hypothèses était par exemple que les enseignants et les traducteurs se trouvaient dans un cas similaire à celui des cuisiniers ou pâtissiers, comme Varro (1984) l’a montré au sujet d’Américaines installées en France, devenues presque « logiquement » enseignantes d’anglais, c'est-à-dire dans une situation de mise à profit de la combinaison origine française / langue française légitimée et donc capitalisable sur le marché local des langues.

106J’ai expliqué plus haut qu’après avoir dépouillé les 52 questionnaires revenus après le premier envoi d’août 1998, j’avais décidé, en février 1999, de procéder à l’interview d’un groupe de six personnes. Ce groupe pilote devait servir par la suite à affiner la formulation, l’efficacité et donc la rentabilité du canevas d’entretien. Le groupe pilote se composait de personnes qui m’avaient renvoyé un questionnaire, car ce dernier était le critère de sélection. Par la suite, à l’été 2002, j’ai affiné la sélection en diversifiant les lieux de terrain et en creusant les réseaux sociaux de façon à trouver des répondants aux histoires personnelles et aux parcours migratoires différents, comme le montrent les deux tableaux suivants.

Tableau 14 : Les six personnes interviewées en 1999 (groupe pilote)

Tableau 14 : Les six personnes interviewées en 1999 (groupe pilote)

Tableau 15 : Les dix personnes de la liste de contact interviewés en 2002

Tableau 15 : Les dix personnes de la liste de contact interviewés en 2002

Note * : Mélodie est l’épouse de Marcel.

107Ce tableau laisse entrevoir encore quelques défauts dans la composition de la population à étudier. En effet, on constate ici une sur-représentation du monde enseignant : six des dix interviewés sont professeurs, dont trois de français (langue étrangère, langue seconde ou langue maternelle) et quatre des cinq femmes sont enseignantes. Comme on a vu dans la première partie de ce livre, ce phénomène s’explique essentiellement par le fait que les Françaises immigrées à Toronto ont recours à leur capital culturel et linguistique pour le mettre à profit sur le marché du travail torontois et généralement anglo-canadien, demandeur de compétences bilingues (Chambon et al., 2001 ; Labrie et al., 2001 ; pour d’autres terrains, voir Varro, 1984 ou Varro et Gebauer, 1995). Si l’on considère que le monde enseignant est de toute façon déjà majoritairement féminisé dans le primaire et le secondaire, il n’est pas étonnant que les Françaises ayant une éducation et les compétences adéquates cherchent à exercer dans le monde scolaire franco-ontarien. Ceci vaut d’ailleurs aussi pour les hommes, dans une province accordant un crédit important à un français international et perçu comme normé (Heller, 1999). Certains Français, mais majoritairement des Françaises, se retrouvent enseignants, souvent de langue française, alors que leurs projets professionnels et leurs études initiales en France ne les y destinaient pas (Forlot, 2005).

108Pour équilibrer le corpus en termes de professions et de sexes, il falait avoir recours, comme je l’ai dit plus tôt, au réseautage social des interviewés, c’est-à-dire à la technique de la « boule de neige ». En interviewant les dix premiers locuteurs de 2002 et en reprenant des noms qui provenaient des entretiens de 1999, j’ai obtenu de fil en aiguille un nombre important de contacts, dont les dix-neuf immigrés français présentés ci-dessous et interviewés à la suite des dix premiers de 2002.

Tableau 16 : Les 19 personnes contactées sur place par réseautage et interviewées en 2002

Tableau 16 : Les 19 personnes contactées sur place par réseautage et interviewées en 2002
  • 30 Au niveau fédéral, la Loi sur les langues officielles, votée en 1969 et modifié en 1988 ; au niveau (...)

109Ici aussi, le corpus révèle que certains interviewés ont occupé de multiples fonctions : Dimitri, Amandine, Aurélie et Céline sont tous les quatre arrivés en Ontario sans qualifications professionnelles particulières. Les trois femmes, qui avaient suivi un enseignement universitaire généraliste en France, ont rapidement évolué dans le monde franco-torontois, s’engageant dans la lutte pour les droits francophones en Ontario. Saisissant ainsi les opportunités offertes par les différentes étapes de la reconnaissance officielle de la minorité linguistique francophone30, les trois femmes ont profité à leur avantage du développement des services scolaires, culturels, administratifs et médicaux en français à Toronto.

110Dans cette micro-économie commerciale de la langue (Delamotte, 1999 ; Duff et Labrie, 2000), les changements de fonctions et de postes sont souvent rapides et les trois femmes en question ont profité des perspectives de progrès social et professionnel offertes dans le domaine. Dimitri, quant à lui, a occupé de multiples fonctions en tant qu’homme à tout faire. Bricoleur et débrouillard, bien que maîtrisant mal la langue anglaise, il a beaucoup évolué parmi les Italiens de Toronto, travaillant dans le bâtiment, effectuant de petits travaux ponctuels avant de trouver un poste fixe dans une école francophone, en tant que concierge et factotum. Toutefois, cette fonction lui procure des revenus qu’il estime insuffisants pour vivre à Toronto et il continue à l’occasion d’exercer ses compétences de bricoleur lors de son temps libre.

111Comme on le constate à la lecture de ce simple exemple, ces entretiens ont révélé des histoires de vie complexes et dynamiques, qui n’entrent bien sûr que très partiellement dans des tableaux. Aussi, un court développement s’impose ici sur le traitement du corpus oral en lui-meêm, car il est l’une des sources ayant permis de procéder aux analyses et donc de tirer les conclusions sur les rapports entre pratiques langagières et parcours migratoires de ces Français transplantés.

2.3. L’analyse des discours : choix méthodologiques

112Dans cette description méthodologique, une nuance de taille s’impose : « faire parler » ne signifie pas tout à fait « laisser parler ». En effet, on ne développera pas ici, faute de place, les spécificités de l’entretien et du discours particulier qui en émane. On se rappellera seulement qu’il s’agissait, parce que je les faisais parler sur leur parcours, d’un discours méta-identitaire et métalinguistique généré, sollicité par l’intervieweur. Même s’il s’agit d’une forme discursive légitime, à l’instar de toute autre, elle produit un contenu qu’il faut interpréter pour ce qu’il est, c'est-à-dire de paroles issues d’une interview.

113Il m’a cependant semblé inutile d’aller aussi loin que de recourir à des techniques de codage linguistique comme celle de l’analyse propositionnelle du discours (voir, sur la question de L’APD, Ghiglione et Blanchet, 1991) ou de l’analyse des relations par oppositions developpée par Raymond (1968). Dans une démarche inductive d’analyse des discours issus d’entretiens, certains sociologues ont proposé de mettre au point une méthode de traitement du discours s’inspirant de l’analyse structurale du récit (Demazière et Dubar, 1997). Leur postulat, auquel j’adhère très largement, est que le sens d’un entretien se trouve dans sa mise en mots et, partant, que l’examen du « sens d’un entretien engage une conception du langage et donc de son analyse » (ibid. : 92).

114Toutefois, si on peut être d’accord sur le fait qu’analyser l’usage que le locuteur fait de la langue permet d’établir le sens de ce qu’il dit, on peut émettre des doutes – dans le cadre de ce travail sur une expatriation aux dimensions souvent « individualistes » – sur l’objectif de classer des discours plutôt que des acteurs sociaux (ibid. : 98). Dans ce même cadre analytique, il faut dire aussi que le canevas d’entretien que j’avais mis au point produisait parfois, avec certains répondants plus réservés, davantage un dialogue entre l’intervieweur qu’une narration « autonome » de leur part. Ainsi, on avait affaire le plus souvent à des entretiens semi-directifs, rarement non-directifs.

115De surcroît, répétons que le but de cet ouvrage est de comprendre certains actes et positionnements – idéologiques parce qu’ethno-identitaires – décelables non seulement dans ce qui est dit et sollicité dans l’entretien, mais aussi vécu, constaté dans la relation qu’entretiennent conjointement l’intervieweur et ses interviewés ainsi que l’enquêteur et son terrain. C’est la raison pour laquelle je n’ai pas voulu accorder à l’entretien la fonction « suprême » de créateur exclusif de sens. C’est aussi là que se situe le rôle, parfois ambigu, que j’exerçais en tant qu’intervieweur : j’étais à la fois dans une posture d’ethnographe observant et interviewant ces migrants, mais aussi moi-même en position d’ancien immigré français au Canada anglophone, conscient du risque d’adopter une emphatie trop grande pour ces gens dans lesquels je me reconnaissais au profit d’une nécessaire objectivation de la problématique de l’émigration française.

  • 31 Il s’agit ici d’un côté de la perpective nécessairement historicisante de l’analyse du parcours et (...)

116D’un autre côté, je me trouvais à même d’éviter certains contre-sens d’interprétation ou certaines généralisations abusives (Fasold, 1990). Par exemple, ma fréquentation, à différents moments de mon propre parcours, de milieux anglo-canadiens, de milieux immigrés ni anglophones ni francophones, puis du milieu français de Toronto, m’a offert la possibilité de mettre les trajectoires migrantes en perspective pour mieux les interpréter et les analyser. Ainsi, j’ai vite compris que la trajectoire du migrant dans son nouveau pays est évolutive, d’une part du fait de son histoire pré-migratoire, d’autre part parce qu’il vit en situation migratoire31 des expériences de diverses natures.

117En ce sens, mes choix interprétatifs se situent plutôt dans une oscillation entre l’analyse par entretien et l’analyse thématique. Dans la première, les processus de la construction biographique dans le parcours migratoire sont mis au jour d’une façon pour ainsi dire « historicisante ». Dans l’analyse thématique, le corpus et l’analyse qui en est faite sont construits autour d’une cohérence des thèmes des entretiens. Cela permet de dévoiler les similitudes et les différences entre les parcours migratoires et les pratiques langagières qui s’y inscrivent.

118On conclura en affirmant que le sens des processus reliant la migration au langagier ne se révèle pas uniquement dans les discours des entretiens. Un accompagnement de cet instrument méthodologique d’élicitation et de construction discursive de représentations semble par conséquent indispensable dans le cadre d’une démarche qualitative (Wolfson, 1986 : 697). C’est pourquoi j’ai opté pour une posture d’observateur dans les différents lieux que j’ai pu fréquenter durant mes années torontoises. Une exposition longue à la « communauté » française m’offrait l’occasion de vérifier et de confronter des interprétations qui pouvaient s’avérer inexactes ou incomplètes à l’écoute des seuls entretiens. Il en allait de la crédibilité et de la transférabilité de cette recherche (Edge et Richard, 1998).

2.4. L’observation

2.4.1. Éthique de la démarche

  • 32 Une recherche dans laquelle on enquête sur des gens est une position traditionnelle de l’approche p (...)

119Une approche originale et tout à fait pertinente de la démarche ethnographique est née des travaux d’un groupe de sociologues du langage (Cameron et al., 1992). Pour eux, le souci est non seulement d’enquêter sur et pour une population32, mais aussi avec elle. Le chercheur prend ici un engagement de responsabilisation, mot français qui ne rend pas efficacement le sens du terme anglais « empowerment » (ibid.), un engagement qui permet aux deux parties, les chercheurs et les enquêtés, de construire ensemble par la négociation l’accès au savoir que permet l’enquête (et par là même à certaines formes de pouvoir).

120Je me suis demandé en quoi ce travail pouvait dépasser le niveau « éthique » (au sens de Cameron et al., 1992). En d’autres termes, était-il possible que cette recherche m’amène, par une empathie envers les personnes que j’observais et avec qui je dialoguais, à pratiquer un plaidoyer (« advocacy »), voire une forme d’« empowerment » de cette population ? A priori, la réponse est négative, pour plusieurs raisons. D’abord, le plaidoyer (« advocacy ») et la responsabilisation (« empowerment ») s’appliquent plus facilement à des groupes ou des individus en situation de ségrégation ou de domination forte, ce qui n’est pas le cas de ces hommes et ces femmes de France venus s’installer au Canada. Les contraintes et les désagréments que peuvent imposer la migration de groupes de classes moyennes et supérieures ne m’avaient pas semblé – l’analyse l’a confirmé – créer des situations où les membres de ces groupes peuvent collectivement se sentir dominés et opprimés.

  • 33 Sur l’évolution (nécessaire) de la notion de « communauté », notamment en sociolinguistique, on lir (...)
  • 34 Cf. Maxwell (1977) pour qui cette expression s’appliquait à l’ensemble de la francophonie torontois (...)

121La deuxième raison semble inhérente à la migration elle-même. Dans les espaces multiculturels comme ceux que l’on trouve dans les grandes villes nord-américaines, certaines populations optent pour le regroupement communautaire. À Toronto par exemple, il s’agit, entre autres, des Portugais, des Tamouls, des Chinois, des Jamaïcains, etc. D’autres immigrants, pour des raisons variées, perçoivent la migration de façon différente au sein même de ce que l’on a du mal à appeler leur communauté33 (les Français, les Espagnols, les Brésiliens, les Argentins, etc.). En d’autres termes, tant au niveau spatial que sur le plan de la « visibilité ethnique », ces immigrants sont invisibles34. Ils le sont d’abord parce qu’ils se construisent des parcours différents auquel le regroupement ethnoculturel ne saurait répondre parfaitement. Ensuite, ils se constituent parfois une identité de Franco-Torontois (voir chapitre 3) dans une francophonie ontarienne qui a elle-même bénéficié des effets d’une prise de responsabilité et de pouvoir plus ancienne.

122Aussi, l’éthique de ce travail a consisté avant tout en un souci de ne pas nuire aux personnes ou aux groupes sur lesquels j’écrivais, en rendant opaque non l’analyse, mais les indications biographiques, géographiques et professionnelles de façon que dans cette communauté transplantée de petite taille, les acteurs ne puissent reconnaître les autres et se reconnaissent peut-être difficilement eux-mêmes. J’ai aussi pris le soin de requérir leur accord écrit pour utiliser les données issues des observations et, n’ayant rien à leur cacher, je me suis engagé à faire une présentation honnête des données (Edge et Richards, 1998 : 351), de divulger celles-ci ainsi que les résultats de cette recherche à tous les participants intéressés, en ne me contentant pas de les réserver à la communauté scientifique.

123Pour finir, qu’il me soit permis de dire que le débat sur les questions de mobilité en France se focalise avant tout – et parfois de façon brûlante ou maladroite – sur la question de l’immigration. Puisse cet ouvrage contribuer à faire connaître quelques motivations d’une émigration mal connue, celles des Français eux-mêmes…

2.4.2. Les lieux d’observation

  • 35 Ici comme dans tout l’ouvrage, les noms de personnes, d’entreprises et d’écoles sont fictifs.

124À l’origine, cinq lieux d’observation directe avaient été identifiés comme pertinents pour la récolte de données sur l’implication et les pratiques socio-langagières de Français expatriés : deux succursales d’une école privée de langue française (l’Institut Molière-centre et l’Institut Molière-ouest), un collège d’enseignement secondaire de langue et d’inspiration françaises (l’Établissement Hexagone), ainsi que deux petites entreprises de traduction dans lesquelles j’ai travaillé respectivement cinq et huit mois : Cholet Traductions et Dupré Traductions, toutes deux situées au centre ville de Toronto35.

2.4.2.1. L’Institut Molière

125L’Institut Molière est une école privée spécialisée dans l’enseignement du français langue étrangère, ou seconde. Cependant, la particularité de l’Institut Molière est d’offrir des cours et des activités dans un français qu’on appellera par commodité « standard de France », ce qui le situe aussi idéologiquement par rapport au débat identitaire et institutionnel canadien comme plutôt externe et neutre. Sa gestion est singulière par rapport aux autres écoles de langues car son directeur exécutif torontois est envoyé par le Ministère des Affaires Étrangères français.

  • 36 La bienséance ainsi que la loi canadienne interdisent toute distinction de ce type. En réalité, la (...)

126Du fait de son origine française, l’Institut Molière se distingue aussi dans son recrutement, qui accorde une place importante à l’origine linguistique de ses enseignants. Sont clairement privilégiés les locuteurs d’un français proche du français de France, quels que soient leurs diplômes d’origine par ailleurs. Ainsi, les candidats français, belges, suisses, mais aussi africains, nord-africains ou libanais sont souvent préférés aux professeurs d’origine canadienne36. On trouve aussi des enseignants nouvellement arrivés au Canada qui possèdent une bonne maîtrise du français de France, comme par exemple des Roumains, des Russes ou des Bulgares. Dans l’« opinion publique » et sur le marché des langues de Toronto, la marque de commerce de cet établissement, c’est non seulement la qualité de la langue française qui y est parlée et enseignée, mais aussi l’origine française. Ainsi, les manuels le matériel pédagogique sont édités et fabriqués en France et les activités culturelles organisées ont souvent un thème « hexagonal ».

2.4.2.2. L’Établissement Hexagone

127Cette école est la copie d’un collège et d’un lycée en France. Fondée il y a quelques années à la demande à la fois des autorités et des expatriés de France, elle vise principalement à offrir une éducation « française » aux ressortissants de ce pays, mais aussi à diffuser la langue et la culture de France par le biais de son enseignement. Cet établissement est intéressant dans sa conception aussi bien que dans sa philosophie. Créé à partir du moule français, il avait aussi pour inspiration, au moins dans l’esprit de certains de ses fondateurs, quelques écoles d’excellence anglo-torontoises. D’autre part, on constatait aussi que cette création émanait de certaines formes de rejet d’une autre école francophone privée de l’agglomération torontoise, le Lycée international francophone de l’Ontario (le LIFO), école dans laquelle un certain nombre de Français, souvent des classes aisés et dirigeantes, s’étaient investis comme parents et parfois comme gestionnaires

128En tant que membre du personnel de l'Établissement Hexagone, il m’a été donné de participer à sa vie et à son fonctionnement à presque tous les niveaux. Ma fonction de professeur exigeait que je prépare et dispense des cours, que je participe aux réunions et conseils de classe ainsi qu’aux rencontres avec les parents. Pour finir, je m’étais investi dans la vie extra-scolaire (activités culturelles, sorties…) et j’ai eu à de nombreuses reprises l’occasion de prendre une part active à la vie administrative de l’école.

2.4.2.3. Le bureau de traduction Cholet

  • 37 Malgré cet abandon de Dupré Traductions comme lieu d’observation, j’avais obtenu de la part de la t (...)

129À l’origine, j’avais pour projet de pratiquer l’observation attentive et approfondie dans deux espaces professionnels appartenant au monde de la traduction de l’anglais vers le français. Il s’agissait de deux petites entreprises, Cholet Traductions et Dupré Traductions. Parce que l’observation n’y avait pas eu un rendement suffisant pour construire, confirmer ou infirmer des hypothèses, j’avais rapidement abandonné l’entreprise Dupré Traductions comme terrain de recherche37. En revanche, mon implication chez Cholet Traductions avait été fructueuse.

130Cette petite société de traductions avait été créée par un Français qui employait une demi-douzaine de traducteurs bilingues permanents et des pigistes dont j’ignore le nombre exact. Les traducteurs travaillaient dans de petits bureaux, sortes de boxes, où ils composaient leur texte au dictaphone. Une secrétaire faisant office de « navette » passait chercher les cassettes pour les remettre au service de dactylographie, situé à l’étage au-dessus et constitué exclusivement de femmes spécialistes de la frappe et de la mise en page sur ordinateur. À l’issue de cette étape, le document arrivait au bureau du contrôle de la qualité où cinq personnes, dont trois à temps partiel, étaient chargées de la relecture et de la révision des textes rédigés par les traducteurs quelques heures auparavant. C’était le bureau où j’étais employé comme pigiste, à raison de cinq à dix heures par semaine. Notre bureau recevait d’ailleurs le document une deuxième fois, voire une troisième fois pour les révisions intermédiaires et finales. Le quatrième secteur était celui de l’administration, essentiellement composé du directeur-président, de la gestionnaire financière et d’une secrétaire administrative.

131La configuration spatiale de cette petite entreprise (cloisonnement des lieux selon les fonctions) et mon propre rôle (réviseur souvent occupé, assis à sa table) ont limité mon observation aux interactions au sein du service du contrôle de la qualité, dans ce bureau où je travaillais, dirigé tour à tour par deux Québécoises et où intervenaient régulièrement, outre moi-même, deux Français. Nous étions tous les trois soumis donc à un rapport hiérarchique ambigu. Si nous étions possesseurs d’une forme de français internationalement légitimée, nous nous heurtions souvent à l’intransigeance de nos chefs de service qui privilégiaient les formes canadiennes du français écrit sous le couvert à la fois de leur position hiérarchique (elles étaient responsables du contrôle de la qualité effectué dans le bureau qu’elles dirigeaient) et de notre position géolinguistique et territoriale commune : nous étions au Canada et non en France, donc les formes linguistiques du premier devaient primer (voir Forlot, 2005 : 350-355).

2.4.3. Protocole et pratique de l’observation directe

132L’observation directe de ces trois lieux et, partant, d’une trentaine de personnes les fréquentant, en groupe ou isolées, en situation de travail ou de repos temporaire, a rendu possible la constitution d’un volumineux corpus qui permet de jeter un regard novateur sur les rapports entre migration et langue. En effet, en observant les interactions et en ne me contentant pas de récolter des témoignages par des entretiens intrinsèquement générateurs de discours identitaires (puisque les réponses sont partiellement construites dans les questions), ce n’est pas tant une prétendue authenticité supérieure que je recherchais, mais une perspective différente : celle des rapports entre individus d’origine, de langue, de statut migratoire et de pouvoir identiques ou différents au sein de la francophonie torontoise.

133Le travail se basant sur l’observation relève d’un soigneux travail d’équilibre entre objectivité et construction de l’objet d’étude. Cette dernière implique certaines formes de subjectivité, car la participation entraîne l’implication et donc la coconstruction des situations d’interlocutions. En d’autres termes, le chercheur qui observe ne peut prétendre à une totale objectivité, puisque l’observation induit une perturbation de la situation d’observation et une adaptation de la personne observée à celle qui observe (et sûrement vice-versa).

134Mes deux techniques – somme toute classiques en ethnographie – ont été la prise de notes et le recours à la mémoire. Elles offrent deux types d’interprétation d’une situation vécue et ces interprétations sont subjectives. Ainsi, dans mes séances d’observation qui étaient avant tout des heures de travail, par exemple à un Comité administrateur, une réunion pédagogique ou une matinée de révision de traductions, la prise de notes avait toujours lieu après, parfois longtemps après, lorsque la pertinence d’un acte se faisait jour au vu de l’évolution des hypothèses ou de certains résultats dans les entretiens.

  • 38 Si tant est qu’on ne considère pas ce paradoxe de l’observateur, identifié et décrit par Labov (197 (...)

135Les avantages de la technique de l’observation ne sont plus à démontrer en ce qui concerne la micro-sociolinguistique des relations ethniques et des positionnements identitaires. Elle permet d’entrer dans un monde (professionnel, en l’occurrence) habituellement dissimulé aux étrangers et où les locuteurs observés ne sont pas en situation d’enquête, « d’intégrer à l’analyse et d’assumer les effets » produits par le chercheur dans son interaction avec les gens qu’il observe, et ce faisant de réduire considérablement le paradoxe de l’observateur38 (Blanchet, 2000 : 42). Un aspect non négligeable de la pertinence de cet outil est aussi sa capacité à offrir une comparaison des pratiques langagières réelles (au moment de l’observation) et des discours sur les pratiques langagières telles que les présentent les interviews.

3. Pour conclure

136Du volet démographique et démolinguistique de ce chapitre, il ressort que Toronto, depuis l’installation des premiers colons à la fin du xviiie siècle, a connu une croissance démographique très importante, articulée autour de deux types d’implantation : la colonisation et l’immigration. Cette dernière, initiée assez tôt au xixe siècle, a eu deux visages clairement distincts. Une première phase a donné à Toronto un aspect très britannique, mais cette configuration s’est progressivement transformée à partir des années 1950, avec l’arrivée de forts contingents d’immigrants européens non britanniques, notamment les Italiens, les Allemands ou les Polonais. Au début des années 1960, Toronto n’était plus une ville à majorité britannique et présentait un visage déjà multiculturel, qui n’a cessé de se développer jusqu’à nos jours. Actuellement, la population provient de toutes les parties du monde, mais les ressortissants des pays d’Asie (Chinois, Sri Lankais, Indiens, Philippins) sont devenus les immigrants les plus nombreux depuis le début des années 1990.

137Bien sûr, les résultats des recensements fournissent l’explication essentielle de la multiplicité des langues parlées dans la métropole canadienne. Ce chapitre a montré que bien que les langues y soient nombreuses et bel et bien vivantes, l’anglais demeure – et devient pour les immigrants – la langue véhiculaire principale (seuls 3,9 % des résidents de la région métropolitaine de recensement ne parlent pas anglais) et que de fait, beaucoup de Torontois sont bilingues ou plurilingues, comme en attestent le demi-million, ou presque, de locuteurs (au moins réguliers) d’une autre langue que l’anglais au travail dans la région métropolitaine de recensement.

138Dans ce contexte à la fois multilingue et anglo-dominant, j’ai tenté de circonscrire la réalité démographique francophone de la ville en montrant d’abord qu’elle ne correspondait pas à la configuration dans le reste de l’Ontario. Dans les autres régions que celle de la capitale provinciale, la population de langue française est très majoritairement franco-ontarienne de souche, alors que Toronto révèle ici aussi un visage multiculturel. En effet, si un tiers de la population francophone torontoise est née en Ontario, près de 50 % cette population est issue d’autres provinces, notamment du Québec. Cela fait bien comprendre la part importante de l’immigration de langue française dans la métropole, ainsi que, de ce fait, ses origines diverses : on y trouve des Antillais et des Libanais, mais la grande majorité d’entre eux sont des Africains du nord, des Africains subsahariens et des Européens. Parmi ces derniers, on compterait entre 8 000 et 10 000 Français, dont j’ai fait une brève présentation sociologique et professionnelle dans ce chapitre. Ces Ontariens d’origine française sont en réalité avant tout des immigrants, devenus citoyens du Canada ou titulaires d’un visa permanent de résidence.

139Pour finir, ce chapitre a aussi fait comprendre l’hétérogénéité et la diversité de la francophonie torontoise. Sa dispersion et la tendance à la migration individuelle des Français de Toronto produisent des effets que les chapitres suivants démontreront. On saisit aussi désormais ce que signifie l’invisibilité de cette « communauté » francophone dont parlait Maxwell (1977), ainsi que certaines difficultés posées par le travail de terrain.

140Le volet méthodologique de ce chapitre permet de comprendre ce qui a motivé cette recherche en termes d’objectifs heuristiques et sociaux : découvrir le fonctionnement et le déroulement de trajectoires migratoires d’hommes et de femmes qui proviennent d’un pays généralement connu pour son faible taux d’émigration, ainsi que rechercher en quoi et comment les pratiques langagières et les conduites de socialisation peuvent s’imbriquer dans ce parcours, voire y jouer un grand rôle. De façon plus globale, il s’agit aussi de comprendre comment l’identité de ces gens, la « francité » si l’on accepte ce terme, se restructure et se perpétue en situation de migration. La force du rapport des Français à la langue, à leur langue et à la question de la norme linguistique ne fait plus de doute (cf. Forlot, 2005, chapitres 6 et 7). Je souhaite donc montrer dans cet ouvrage ce en quoi ce rapport influe aussi dans une situation complexe de passage à un statut de minoritaire dans une société multiculturelle où de nombreuses langues se côtoient au côté de la langue indispensable et majoritaire, l’anglais.

Notes

1 Au moment où je rédige ce chapitre, les détails du recensement national de 2006 ne sont pas tous connus, ce qui explique que les informations fournies dans l’ouvrage datent souvent de 2001.

2 Ce chiffre est l’addition des recensés déclarant le français comme langue maternelle unique (6 703 325), langue maternelle avec l’anglais (112 575), langue maternelle avec une autre langue (38 630) et langue maternelle avec l’anglais et une autre langue (10 085).

3 Le solde de migration internationale expliquait les deux tiers de l’augmentation démographique entre 2005 et 2006 (voir http://www.statcan.ca/Daily/Francais/060927/q060927a.htm).

4 La rétention linguistique, qui dans la terminologie de l’Office des affaires francophones du Gouvernement de l’Ontario porte le nom de « conservation », est le fait de pratiquer sa langue maternelle au foyer familial. Inversement, le transfert est le fait de passer à une autre langue (souvent majoritaire) que sa langue maternelle. Ainsi, le taux de rétention linguistique est le pourcentage de locuteurs qui pratiquent leur langue maternelle au foyer. Par exemple, le tableau ci-dessus montrent qu’en 2001, seuls 56,7 % des francophones (personnes déclarant le français comme langue maternelle première) de l’Ontario parlaient français à la maison.

5 Ces chiffres proviennent des analyses de l’Office des affaires francophones, qui définit la métropole torontoise comme l’amalgamation des villes de Scarborough, East York, North York, York et Toronto.

6 Pour une étude des divisions et ségrégations ethnospatiales et linguistiques montréalaises, on se reportera au travaux de Laur (2002 ; 2003). Sur l’organisation ethnospatiale au Canada en général, voir entre autres Balakrishnan (2000), Balakrishnan et al. (2005), Gilbert et Langlois (2006).

7 Je prends ici le Canada dans sa globalité, sans entrer dans les détails qui différencient notamment la situation migratoire anglo-canadienne de la situation québécoise. Il faut toutefois savoir que l’immigration asiatique a une tendance nette à l’implantation dans les provinces anglophones.

8 Ces prénoms français, fictifs, comme tous ceux que l’on trouvera dans cet ouvrage, sont ceux des quelque 80 personnes interviewées et observées pour cette étude. Cf. la section 2 de ce chapitre.

9 Certains soulignent la nuance importante, dans certaines communautés, entre « immigrants » et « sojourners » (des gens de passage, qui séjournent et finissent par repartir dans leur pays d’origine). Voir par exemple Chavez (1988) sur les Mexicains aux Etats-Unis ou l’étude de Margolis (1994) sur les Brésiliens de New York. Beaucoup de ces migrants ne se perçoivent que comme migrants temporaires (« sojourners »).

10 Sont désignées « minorités visibles » les personnes qui ne se définissent pas comme blancs.

11 Il est certain que l’immigration chinoise a été si importante ces dernières années que sa distribution géographique a continué de produire un effet de regroupement, au centre de Toronto ou dans ses banlieues, comme à Markham. Ce phénomène démographique est d’ailleurs l’objet de représentations parfois négatives au Canada, notamment dans le discours de mes répondants. Par exemple, Céline tient les propos suivants : « la communauté chinoise devient extrêmement importante au Canada / puis moi je dis en riant à des amis je dis "vous savez dans cinquante ans (…) y aura un premier ministre chinois / mais il représentera le Canada" ».

12 Cf. Roediger (2005), qui explique comment selon lui, les anciens immigrants italiens, juifs et polonais, naguère stigmatisés et victimes de racisme, se sont et ont été progressivement assimilés à la civilisation blanche (« Whiteness ») des États-Unis.

13 Ces chiffres, les seuls disponibles au moment où je rédige ces lignes, proviennent d’analyses fines effectuées par l’Office des affaires francophones (OAF) du Gouvernement de l’Ontario, sur la base du recensement national de 1996. En ce qui concerne le recensement de 2001, l’OFA a publié en 2005 des portraits complets, avec des statistiques toutefois moins détaillés que les chiffres de 1996 que j’utilise ici. On peut les consulter sur le site de l’OAF : http:://www.ofa.gov.on.ca.

14 Mais pas forcément, si on prend la définition stricte de Statistique Canada, qui ne mentionne que la capacité à comprendre cette langue. Ainsi, les enfants de migrants peuvent souvent, à juste raison dans ce cas, cocher la case correspondant à la ou aux langues maternelles de leurs parents, ou opérer des choix multiples. En réalité, bon nombre d’entre eux ont des compétences limitées à la compréhension orale (plus rarement à la production orale).

15 Dans le cas de la langue portugaise, signalons que si les Portugais sont les lusophones de loin les plus nombreux à Toronto, la ville abrite aussi une migration lusophone plus récente, notamment celle de la « colonie » brésilienne (cf. Grosner, 1995), ainsi que des Angolais, des Mozambicains et des Capverdiens susceptibles de cocher les cases concernant la langue portugaise au recensement.

16 Cette configuration change progressivement avec les nombreux déménagements d’immigrants vers les banlieues lointaines (par exemple, les Chinois de la ville de Markham, au nord de Toronto).

17 À l’exclusion, précisement, des francophones, qui ne sont de toutes manières pas considérés comme une minorité ethnoculturelle et qui bénéficient d’établissements scolaires, publics ou catholiques, dans les banlieues (Chambon et al., 2001 : 51 ; Labrie et Lamoureux, 2003a).

18 De 2000 et 2004, le nombre de touristes français au Québec a été de 1 380 000 personnes. Pour la même période, 737 000 Français ont passé au moins une journée en Ontario. Ces données, consultées le 18/01/2007, sont disponibles sur les pages dédiés au tourisme des sites officiels suivants : http://www.tourism.gov.on.ca/french/index.html et http://www.mdeie.gouv.qc.ca.

19 Ces lieux portent des noms fictifs. Cf. plus loin, dans la section 2.4.2 de ce chapitre.

20 Cette phrase fait référence au livre de T. R. Maxwell paru en 1977, The Invisible French, qui étudie plus globalement des locuteurs de langue française jusqu’aux années soixante-dix.

21 Hormis le chiffre officiel de 7 260 inscrits en 2004 au Consulat Général de France à Toronto, le reste des données pour 2004 n’est en fait qu’une projection en pourcentage basée sur les chiffres et proportions de 2001, ce afin de se faire une idée de la démographie des Français de l’Ontario.

22 C’est le cas, dans une certaine mesure, d’Odette pour le breton, ou de Lionel pour le lorrain. On m’a aussi rapporté le cas, dans une petite ville du sud-ouest ontarien, de deux frères qui ne communiquent qu’en langue bretonne.

23 Je remercie ici M. Goisbault, Consul Général de France à Toronto, de m’avoir permis en 2002 d’accéder aux données démographiques nécessaires à la rédaction de ce portrait.

24 Je reprends ici les catégories socioprofessionnelles adoptées par Statistique Canada.

25 M. Heller montre bien que le fléchissement de l’emprise de l’État et, partant, l’augmentation du libéralisme individualiste ont un impact sur les pratiques langagières dans la mesure où les biens linguistiques et culturels se « commodifient » (Heller, 2002 : 150-164), autrement dit prennent une valeur marchande en faisant l’objet d’une capitalisation.

26 Je n’entre pas dans le détail ici, car le questionnaire n’a pas constitué l’outil méthodologique central pour comprendre les résultats présentés dans cet ouvrage. Pour les détails, cf. Forlot, 2005.

27 Sur les biais dans l’entretien, notamment en sociolinguistique, on lira avec profit les travaux de Briggs (1986), de Mondada (1996) ou de Richard-Zappella (1996).

28 Ce corpus était lié à la réalisation d’un travail universitaire (cf. Forlot, 1995).

29 J’emploie ce terme parfois contesté uniquement par commodité, pour faire référence aux origines géographique, linguistique, culturelle… des acteurs sociaux.

30 Au niveau fédéral, la Loi sur les langues officielles, votée en 1969 et modifié en 1988 ; au niveau provincial ontarien, la Loi sur les services en français de 1986, entrée en vigueur en 1989.

31 Il s’agit ici d’un côté de la perpective nécessairement historicisante de l’analyse du parcours et d’autre part de la dimension contextuelle qui alimente la forme de la trajectoire migratoire. C’est aussi le rejet nécessaire, dans l’analyse des parcours, de la perpective essentialiste ou primordialiste de l’identité (cf. Martiniello, 1995). On préférera de toutes façons ici parler d’« identités » (au pluriel) ou, mieux, d’« identification(s) » (voir les deux chapitres suivants).

32 Une recherche dans laquelle on enquête sur des gens est une position traditionnelle de l’approche positiviste, où l’enquêté est envisagé comme un objet d’étude et traité avec le respect qui lui est dû. Cette position, classique à de maints égards, est considérée d’éthique (« ethics », selon Cameron et al., 1992), au sens où le souci constant est celui de la protection de la population étudiée. Le deuxième type de recherche de terrain est celui qui correspond à l’établissement d’un plaidoyer (« advocacy ») en faveur du groupe sur lequel on enquête. Il s’agit ici non seulement de travailler sur une population, mais aussi pour elle. Dans certains cas, le chercheur peut constituer une ressource en termes de soutien et d’aide pour la population qu’il étudie, mais qu’il entend aussi défendre. Cf. Cameron (1998) pour des détails, mais aussi, plus classiquement, Labov (1982).

33 Sur l’évolution (nécessaire) de la notion de « communauté », notamment en sociolinguistique, on lira avec profit les travaux de Ben Rampton (2000 ; 2006a ; 2006b).

34 Cf. Maxwell (1977) pour qui cette expression s’appliquait à l’ensemble de la francophonie torontoise. Margolis (1998) a elle aussi parlé d’invisibilité au sujet des Brésiliens de New York.

35 Ici comme dans tout l’ouvrage, les noms de personnes, d’entreprises et d’écoles sont fictifs.

36 La bienséance ainsi que la loi canadienne interdisent toute distinction de ce type. En réalité, la sélection se fait souvent « naturellement », dans la mesure où les candidats canadiens francophones se font rares dans cet établissement, réputé pour son français « hexagonal ». Sur la concurrence entre diverses variantes du français à Toronto, voir Forlot 2005 : 340-365 ; 2006 : 144-146).

37 Malgré cet abandon de Dupré Traductions comme lieu d’observation, j’avais obtenu de la part de la traductrice et de la comptable un entretien. Toutefois, seule la comptable, Marie, a pu être interviewée en décembre 1994.

38 Si tant est qu’on ne considère pas ce paradoxe de l’observateur, identifié et décrit par Labov (1976 : 290), comme inhérent à toute situation d’interaction (voir notamment Mondada, 1996).

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Population des 10 provinces et 3 territoires de Canada et francophonie, 2001
Légende Source : Statistique Canada, recensement de la population de 2001.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/984/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Tableau 2 : Chiffres, pourcentages et rétention4 de la langue française, 1996-2001
Légende Source : Office des affaires francophones (d’après Statistique Canada, recensements 1996 et 2001)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/984/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau 3 : Divisions administratives de la région torontoise
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/984/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Tableau 4 : Population de langue maternelle française ou bilingue anglais-français, dans trois divisions de la mégapole torontoise, 1996
Légende Note 18 : Population ayant répondu à la question « quelle est votre première langue apprise et encore comprise ? » (Une ou plusieurs langues).
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/984/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau 5 : Langues maternelles et rétention linguistique, RMR de Toronto en 2001
Légende Source : Statistique Canada, recensement de la population de 2001
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/984/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Tableau 6 : Fréquence d’utilisation des sept langues les plus parlées au travail, RMR de Toronto, 2001
Légende Source : Statistique Canada, recensement de la population 2001
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/984/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Tableau 7 : Connaissance des langues officielles, RMR de Toronto, 1996 et 2001 (N / %)
Légende Source : Statistique Canada, recensements de la population 1996 et 2001.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/984/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 8. Population francophone torontoise. Langues maternelles (LM) déclarées, 2001
Légende Source : Statistique Canada, recensement de 2001
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/984/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 9 : Pays de naissance des immigrants déclarant le français comme langue maternelle (simple ou multiple), 1996
Légende Source : Office des Affaires francophones (selon Statistique Canada, recensement de 1996)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/984/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Tableau 10 : Immatriculations au Consulat Général de France, Toronto, 1993-2001
Légende Sources : Consulat Gal de France à Toronto (2002) et DFAE-Direction des Français de l’Étranger et des Étrangers en France (Cellule Statistiques et système d’informations, 2004)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/984/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 11 : Immatriculations, Consulat Général de France à Toronto, 2001 et 2004
Légende Sources : Consulat Gal de France à Toronto (2002) et DFAE-Direction des Français de l’Étranger et des Étrangers en France (Cellule Statistiques et système d’informations, 2004)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/984/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau 12 : Nombre de Français expatriés et immigrés selon l’âge et le sexe, circonscription consulaire de Toronto, 2001
Légende Source : Consulat Général de France à Toronto, 2001
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/984/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 13 : Les dix personnes interviewées en 1994-1995
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/984/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Tableau 14 : Les six personnes interviewées en 1999 (groupe pilote)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/984/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau 15 : Les dix personnes de la liste de contact interviewés en 2002
Légende Note * : Mélodie est l’épouse de Marcel.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/984/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Tableau 16 : Les 19 personnes contactées sur place par réseautage et interviewées en 2002
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/984/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 637k

© Presses universitaires de Louvain, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540