Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avec sa langue en poche…

 | 
Gilles Forlot

Avant-propos et remerciements

Texte intégral

1Aux sources de cet ouvrage, il y a près de dix années de vie au Canada. Ce séjour a été fait de rencontres, qui ont certainement toutes, avec plus ou moins d’intensité, construit ce portrait d’une émigration généralement mal connue, celle des Français. Je dois exprimer ici ma dette vis-à-vis des gens, ami(e)s, collègues, connaissances ou gens de passage, qui m’ont ouvert les portes de leurs parcours divers. Ils sont de France, bien sûr, mais aussi d’ailleurs, car le regard sur quelqu’un s’interprète nécessairement par celui que l’on porte sur les autres, sur l’environnement qui nous entoure et sur l’histoire qui nous a façonnés.

2L’expérience migratoire se dit et se lit parfois dans un regard, une larme, un soupir, un sourire… Dans d’autres cas, elle peut être sollicitée, au détour d’une conversation (« where are you from ? », m’a-t-on souvent demandé…) ou, comme je l’ai fait en partie ici, au travers de discours construits dans des entretiens plus ou moins formels. Aussi, je dois en premier lieu remercier les femmes et les hommes qui ont, de près ou de loin, participé à enquête : ils sont près de quatre-vingts, mais resteront ici anonymes ou porteront des noms fictifs.

3Cet ouvrage est constitué des premiers chapitres remaniés d’une thèse doctorale. Je souhaite donc exprimer ici ma gratitude envers ceux qui, à l’Université catholique de Louvain, m’ont fait confiance et ont accepté de guider ce travail en équipe et sans avarice de conseils : Michel Francard, mon directeur, Ludo Beheydt, Guy Jucquois, Silvia Lucchini, ainsi que Normand Labrie (de l’Université de Toronto), co-directeur de la thèse, mais aussi ami et conseiller depuis 1993.

4Même si mon intérêt pour ce phénomène linguistico-migratoire avait commencé bien avant d’envisager d’en faire un travail doctoral, je dois beaucoup à ceux qui m’ont aidé sur place, de la logistique de l’élaboration de cette recherche à son accomplissement sur le terrain. Il y a d’abord l’équipe du Centre de recherches en éducation franco-ontarienne (CREFO, OISE/Université de Toronto). Ensuite, il y a mes amis au Canada, Claudia dos Santos, Hebert Pereyra, Naoko Hirose, Alex Püttner, Carten Quell, Alex Schorah et d’autres que j’oublie sans doute…

5Mes dettes intellectuelles sont bien sûr nombreuses. Je remercie particulièrement Josiane Boutet, Monica Heller et Anelise Araujo pour leurs orientations et conseils avant et durant cette recherche. J’adresse aussi à Guy Jucquois un second remerciement pour l’honneur qu’il me fait de préfacer cet ouvrage.

6Pour leur précieuse aide logistique et technique, mes remerciements chaleureux vont à Guillaume Titard ainsi qu’à Denise et Marc Gruson.

7Enfin, pour leur patience et leur soutien, un grand merci à Valérie et Lola.

© Presses universitaires de Louvain, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540