Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Louvain-la-Neuve, une manière de concevoir la ville

 | 
Jean Remy

Chapitre 4 - Regards rétrospectifs : évaluation ex post des significations prises par le site urbain

Texte intégral

1Jusqu’à présent, nous avons adopté une perspective génétique pour expliquer comment le projet s’est mis en place progressivement en s’inspirant de la visée utopique où s’exprimait une aspiration à vivre dans une ville à échelle humaine, conviviale, ouverte à l’expérience de la diversité.

2Nous changeons de point de vue en adoptant un regard rétrospectif partant de la situation actuelle pour jeter un regard sur l’histoire du site et évaluer ce qui est en place. L’évaluation se fera à partir de divers points de vue. Chaque analyse aboutira à un bilan différent. Le texte n’aura pas la même continuité que dans les chapitres précédents. Il se présentera comme une juxtaposition de fragments. L’évaluation globale dépendra du critère qui a priorité pour le lecteur. Nous adopterons d’abord le point de vue de ceux qui expriment des déceptions ou, au contraire, des satisfactions. Après cela, nous regarderons comment au cours du temps la visée initiale a été confrontée à des enjeux qui ont mobilisé les acteurs, ce qui amenait à réinterpréter les objectifs à poursuivre. Ensuite, nous examinerons comment les options urbanistiques prises à certains moments ont eu une incidence sur les potentialités du site telles qu’elles se présentent actuellement. Puis nous resituerons Louvain-la-Neuve dans l’évolution du contexte et par rapport aux idées actuelles relatives à la ville durable. Enfin, des questions seront posées en partant de l’université et de la vie universitaire : comment évaluer la décision de l’université de ne pas construire un campus mais de s’insérer dans une ville nouvelle ?

3Ces changements de critères d’évaluation devraient aider à prendre quelque distance et favoriser un dédoublement critique. À chacun de faire son bilan en vue de préparer l’avenir. Développer une vue prospective sur ce qui devrait se passer demain est une préoccupation qui nous habite. Cette préoccupation s’est développée progressivement. Nous avons été impliqué personnellement à divers moments de l’histoire du site où le souci de penser l’avenir était présent. Dans les notes suivantes, nous avons bien conscience que nous sommes juge et partie. Nous essayerons donc, dans la mesure du possible, d’être à l’écoute de personnes qui ont un regard extérieur. Par ailleurs, nous croyons qu’une connivence avec la vie de Louvain-la-Neuve n’a pas que des effets négatifs sur la capacité de comprendre et d’évaluer. Comme le dit Max Weber, à propos d’un autre domaine d’analyse, les meilleurs sociologues de la religion ne sont pas nécessairement ceux qui n’ont aucune sensibilité religieuse.

Insatisfaction par rapport aux visées initiales

4L’insatisfaction vis-à-vis de Louvain-la-Neuve actuelle peut être évaluée à partir de plusieurs critères. Nous retiendrons le lien entre urbanisme et architecture, vu particulièrement par certains architectes, l’évaluation par les habitants de la qualité de la vie et les modes d’appropriation plus ou moins détournés résultant de l’intervention par certains acteurs.

Y a-t-il une dissonance entre un urbanisme novateur et une architecture traditionnelle ?

5J.P. Blondel reconnaît que le plan directeur de 1970 a été respecté dans ses grandes lignes jusqu’à la mise en chantier actuelle, alors que du point de vue architectural ce qui s’est passé est très différent de ce qu’il escomptait. Pour lui, les évolutions urbanistique et architecturale devraient recevoir deux cotes différentes. Le débat est ouvert car d’autres pourraient réagir d’une autre manière. Pour comprendre, il convient de s’interroger sur le statut donné à l’architecture moderne.

6Certains milieux d’architectes pensaient articuler une architecture moderniste avec un urbanisme relationnel tel que promu à Louvain-la-Neuve. C’était là une gageure puisque l’architecture moderniste était normalement associée à l’urbanisme moderne dont Le Corbusier était un des prototypes. Cet urbanisme proposait souvent des constructions distribuées sur un fond d’espace vert au contour indéfini où l’échelle adéquate de distance/proximité, favorable aux échanges, était peu analysée. On aboutissait souvent à des espaces de dilution sociale, vu la manière dont les bâtiments autonomes étaient isolés sur un fond ouvert. L’urbanisme relationnel s’efforçait au contraire de trouver les modalités adéquates entre échelles spatiales et interactions sociales, ce qui supposait une manière différente de relier les bâtiments.

7J.P. Blondel était bien conscient de la rupture à opérer. Selon lui, ce qui fut construit dans les premières années avait commencé à relever le défi en imaginant une architecture des bâtiments de facture moderne qui s’intégrait dans un bâti continu. Selon son propos : « La première phase des constructions, jusqu’à ± 1975, montre des formes simples, grandes baies, toitures plates, matériaux bruts (blocs de béton peints). Ce sont celles des Sciences appliquées, des logements rue des Wallons et des bâtiments construits à proximité de la ferme du Biéreau ». Ces formes étaient celles du mouvement moderniste dont La Cambre était un des foyers. Elles n’étaient pas celles données à cette époque à la majorité des bâtiments en Belgique. C’était donc l’occasion d’exprimer la différence. Cette mise à distance était d’ailleurs en connivence avec l’aspiration à vivre dans des bâtiments présentant un maximum de dépouillement. Par-là s’exprimait un certain rejet de tout ce qui pouvait connoter la maison bourgeoise. Cela correspondait en outre à tout un courant artistique, y compris dans l’art religieux. Louvain-la-Neuve aurait pu contribuer à donner plus de pertinence à ce mouvement novateur. Malheureusement, la recherche ne s’est pas poursuivie dans ce sens. L’évolution vers d’autres manières de construire s’est faite insensiblement. Elle résulte en bonne partie de l’évaluation des usagers sur ce qui était déjà réalisé. Ceci a été évoqué antérieurement. La dérive vers un autre type d’architecture est pour J.P. Blondel un manque d’audace qui entache l’image que Louvain-la-Neuve aurait pu donner d’elle-même.

8Au-delà de la forme des bâtiments, l’articulation de l’urbanisme relationnel avec l’architecture moderne supposait également d’imaginer un mode d’implantation qui aurait augmenté le confort des logements, par exemple en termes d’ensoleillement. Diverses explorations eurent lieu en vue de rendre compatible cette double exigence : accompagner les piétons par un bâti continu relativement bas, tout en construisant des immeubles hauts implantés à l’intérieur d’îlots en fonction d’autres exigences. Cette solution aurait eu un autre avantage du point de vue des habitants : les cours intérieures permettaient une vie sociale autonome sans handicaper un accès à la rue. En outre, des immeubles bas à front de rue canalisaient les flux tout en ouvrant une vue à moyenne distance sur des immeubles plus hauts. Cela aurait eu également certains avantages au niveau de la vie urbaine. En vue d’améliorer la qualité de l’habitat collectif, on aurait pu chercher à donner à un maximum de logements un contact extérieur avec la nature. Plusieurs formules existaient dont les immeubles à terrasses décalées. C’est ce type de bâtiment que J.P. Blondel eut à coeur de réaliser sur un côté de la Grand-Place.

9Au lieu de promouvoir ce type de recherche, l’architecture mise en place s’est contentée de copier la manière dont les bâtiments sont agencés dans la ville traditionnelle par un alignement simple suivant le tracé des rues et des places. Comme pour la facture des constructions, on a repris le vocabulaire traditionnel en bridant l’innovation qui aurait porté autant sur la recherche de formes épurées que sur le mode d’implantation des bâtiments.

10Pour certains architectes, l’abandon de ce qui fut un idéal au début de Louvain-la-Neuve est ressenti comme une dégradation de la visée initiale. À l’urbanisme novateur ne correspond pas un souci de faire de l’innovation en architecture. Pour ceux qui adoptent cette position, la critique est d’autant plus pertinente que cette architecture moderniste n’était pas une option esthétique gratuite. Elle aurait contribué à améliorer l’habitabilité des lieux tout en construisant une image de ville ouverte sur l’avenir. Ce regret est d’autant plus amer que l’on n’a pas saisi une opportunité qui aurait permis à l’architecture moderniste de se renouveler, en s’intégrant à des opérations d’urbanisme à plus grande échelle. Ceci donne à ces analystes le sentiment d’une occasion manquée. Louvain-la-Neuve aurait pu être ainsi un laboratoire architectural, ce qu’il n’est pas devenu.

11Ce qui s’est passé est-il ressenti comme un manque ou comme un affadissement par les habitants actuels ? L’orientation architecturale qui s’est imposée a-t-elle contribué à une certaine sélection des personnes ou des activités qui sont attirées par le site ? Il est difficile de donner des réponses à ces questions sans une enquête appropriée. Celle-ci serait délicate à mettre sur pied vu qu’il s’agit de comparer un fait vécu avec une potentialité non réalisée. Il n’est pas question de reprendre ici ce qui a été dit au moment où nous avons essayé de faire comprendre les choix qui ont été retenus. Nous croyons plus fécond de développer un autre point de vue. Nous allons cueillir quelques observations relatives à l’ouverture sur des modes de vie alternatifs. Ensuite, nous aborderons l’attrait actuel. Nous nous demanderons en finale si le site n’a pas été approprié de façon sélective par une catégorie de population. À travers ces diverses facettes, nous souhaitons approcher davantage le vécu des habitants. Ceci n’invalide nullement les questions qui viennent d’être posées. Elle les situe par rapport à d’autres réactions.

L’attraction du site est-elle une menace pour un mode de vie alternatif ?

12L’attrait dont bénéficie Louvain-la-Neuve aujourd’hui ne risque-t-il pas de mettre en péril la visée initiale ? Les avantages du site attirent de nouvelles catégories d’habitants, de nouvelles activités, y compris commerciales. La rentabilité risque de prendre le dessus. Ce succès est ressenti négativement par ceux qui furent attirés par Louvain-la-Neuve en la percevant comme terre où l’exploration sociale était possible. L’expérience de l’habitat alternatif au quartier de la Baraque a déjà été évoquée. La Ferme du Biéreau fut de son côté un lieu d’expérimentation dans plusieurs domaines artistiques. Divers autres bâtiments étaient aussi en dehors des circuits de rentabilité économique immédiate. Avec le temps, les espaces disponibles deviennent plus rares. La Ferme du Biéreau est partiellement restaurée et destinée à un centre musical. La maison des jeunes installée provisoirement dans le jardin de la Source doit déménager… En outre, l’ambiance générale prend une tonalité différente. L’esprit de certains pionniers qui valorisaient des échanges de voisinage intenses n’est pas nécessairement ce qui inspire les personnes venues après.

13Le cœur du quartier de la Baraque qui avait radicalisé ce choix en renforçant les formes d’entraide liées à l’habitat minimaliste se présente quelquefois comme la base soutenant la résistance. Au vu de cette mission, les habitants de cet endroit s’efforcent de préserver ce qui est vécu comme un territoire collectif. Diverses procédures sont mises en place en vue de sélectionner les nouveaux venus en fonction de leur capacité à continuer l’esprit du lieu.

14La préoccupation est relayée par certains étudiants qui trouvent que d’année en année leur champ de liberté se rétrécit. À la limite, ils disent ne plus se sentir chez eux. Ceci leur paraît d’autant plus illégitime qu’ils se considèrent comme les animateurs principaux du centre urbain.

15Ce type de réaction où l’étudiant se sentait comme propriétaire privilégié de la ville avait été pressenti par les concepteurs dès les premières années comme un effet campus défavorable à une vie urbaine. Divers moyens avaient été prévus pour l’éviter. Notamment, il avait été souhaité que les étudiants logeant à Louvain-la-Neuve soient minoritaires par rapport aux habitants non étudiants. La proportion un tiers - deux tiers avait été retenue. Cette diversité avait été voulue en vue de créer un espace public au sens sociologique du terme. Celui-ci suppose une territorialité partagée, où chaque groupe doit négocier son statut pour aboutir à une cohabitation constructive. Cet objectif était donné comme un apprentissage d’une responsabilité citoyenne (Remy Jean, 2005) dans le cadre d’une ville normale, selon l’expression souvent reprise par Michel Woitrin.

16L’évolution actuelle relève-t-elle du même esprit ? Laisse-t-elle assez d’espace de liberté à l'exploration d’alternatives ? Le résultat va dépendre des divers partenaires et de la manière dont ils vont pouvoir défendre leur point de vue dans des structures de négociation. Ce qui va se passer n’est pas écrit à l’avance. Vu la conjoncture de Louvain-la-Neuve où divers groupes ont le souci de se positionner les uns par rapport aux autres, nous faisons le pari suivant : la situation nouvelle a toute chance de stimuler une cohabitation productive entre plusieurs manières de vivre la ville.

Attrait résidentiel et mode de lotissement

17L’attrait résidentiel qu’exerce aujourd’hui Louvain-la-Neuve sur diverses catégories de populations est l’indice d’un certain succès. Les critères évoqués sont multiples : certains vont parler de la sécurité pour les enfants dans des espaces piétons ; d’autres vanteront les mérites d’une ville conçue à l’échelle du piéton où l’on a tout sous la main … D’autres feront valoir la diversité des services et des équipements. Les sensibilités différentes répercutent la diversité des situations sociales : jeune ménage, couple monoparental, personne plus âgée, …

18A première vue, il apparaît que les évaluations portent à la fois sur le logement et sur les espaces publics. Un bilan serait d’autant plus important que dès le départ, on s’est interrogé sur la manière de réconcilier penser maison, penser demeure avec penser ville. Ce fut un des défis à relever. Comment évaluer la situation actuelle ? D’un part, il faut avoir à l’esprit qu’à Louvain-la-Neuve, l’originalité intérieure du logement a souvent plus d’importance que l’apparence de celui-ci vu de l’extérieur. Cela vaut particulièrement pour les maisons individuelles. D’autre part, les espaces publics sont diversifiés, depuis ceux qui composent le voisinage du logement jusqu’aux espaces collectifs tels qu’on en trouve au centre urbain. Même les abords du lac sont devenus un lieu d’appropriation collective souple.

19La manière dont la qualité du logement s’articule avec l’accessibilité à des espaces publics. Ce pourrait être une question-clé pour évaluer comment s’est construit dans la vie quotidienne un lien entre architecture et urbanisme. De telles analyses aboutiraient-elles à approuver une manière de lotir ? Si oui, celle-ci se présente-t-elle comme une alternative valable aux lotissements dispersés fréquents dans le Brabant wallon ?

20A ce stade d’évaluation, il est bon de rappeler que ces lotissements ne s’ajoutent pas seulement les uns aux autres. Ils se relient à un plan d’ensemble. Leur mise en œuvre renforce avec le temps une option globale permettant d’accéder à pied à de multiples équipements vu la manière d’articuler le court terme et le long terme, le partiel et le global. Ainsi, lotissements et investissements généraux s’entretiennent-ils réciproquement. Les opportunités urbaines disponibles se multiplient avec le temps. Cette façon de faire du lotissement a-t-elle joué un rôle décisif dans le développement progressif d’un milieu résidentiel attractif ?

21Par rapport à l’ensemble des critères d’évaluation qui viennent d’être évoqués, on peut se demander quelle est la place qu’occupent les réactions par rapport à l’architecture. Lorsque des réactions existent, par qui sont-elles émises ? Par les habitants, par des usagers non-résidents ou par des architectes regardant le projet avec un regard extérieur ? Les réponses à cette interrogation nous intéresseraient d’autant plus qu’elles ramèneront à une question posée à diverses reprises dans le cadre de ce travail : Quel est le poids des formes architecturales dans l’évaluation de la qualité du mode de vie ? Celui-ci fluctue-t-il d’après les catégories sociales ?

Appropriation du site par un groupe social

22Vu du point de vue des habitants, le projet pourrait être soumis à un autre critère d’évaluation. On pourrait partir des populations qui ont choisi d’habitersur le site parce qu’elles s’y sentent à l’aise. Ces populations ne se recrutent pas dans tous les groupes sociaux. En fait, l’urbanisme proposé s’est révélé particulièrement adapté à des populations en position moyenne qui cherchent à valoriser une compétence culturelle. Avec le temps, le projet urbanistique et architectural se serait révélé en connivence avec ce groupe social en recherche d’une forme d’urbanité particulière. Ces populations ont eu un effet d’entraînement sur la manière de s’approprier l’espace et d’y instaurer un mode de vie qui leur convient. Même si le peuplement du site se diversifie, il reste marqué par cette dominante sociale. Cette similitude du peuplement n’exclut pas une mixité sociale car dominante ne veut pas dire réservé de façon exclusive à un groupe. La mixité reste néanmoins connotée par l’orientation de fond. Louvain-la-Neuve aurait donc une difficulté à devenir une ville normale, caractérisée par des ambiances contrastées d’après les lieux qui seraient marqués chacun par des dominantes différentes. Par ailleurs, ceci comporte aussi des aspects positifs. Cette particularité contribue à donner un visage urbain spécifique. Ainsi entre-t-elle en comparaison avec d’autres liens connotés d’une autre manière.

Valeurs immobilières et sélection d’autonomie du projet par rapport à la rentabilité à court terme

23Le projet de Louvain-la-Neuve pourrait aussi être évalué à partir de sa capacité à s’autonomiser par rapport aux jeux économiques dominants. La réponse comprend deux faces. D’une part, on peut se demander si la mise en œuvre progressive s’est préoccupée des effets globaux et à long terme, s’efforçant d’échapper à une sélection par le profit immédiat. D’autre part, on peut s’interroger sur le fonctionnement du marché secondaire résultant de la mise en vente de biens déjà construits. Ce dernier serait-il davantage sensible à des spéculations à court terme ?

24Pour ce qui est du premier aspect, il nous apparaît que la mise en œuvre de l’opération n’a pas été guidée par une attitude où la rentabilité à court terme prédomine au détriment des retombées à long terme. Cette attitude sélective par rapport aux investissements a probablement assuré le succès actuel de l’opération. Ces affirmations demandent que l’on puisse répondre à diverses questions. Comment a-t-on pu assurer le long terme à travers les choix à court terme, tout en étant soucieux de la viabilité économique des projets ? Quelles sont les ressources qui permettent une certaine autonomie ? (propriété du sol, attitude patrimoniale de l’université soucieuse de préserver son dynamisme dans le temps, existence d’un plan directeur sous-tendu par une visée utopique …). A-t-on pu rester fidèle au souhait de Raymond Lemaire : réussir un mariage harmonieux entre les exigences économiques et le charme de la ville ?

25À côté des facteurs généraux qui viennent d’être évoqués, le mode de gestion d’Inesu a pu renforcer l’autonomie du projet. Inesu a cherché à se donner une maîtrise financière suffisante en vue de permettre l’autonomie du développement. De ce fait, il fut possible d’internaliser une partie de la plus-value en la réinvestissant dans des opérations urbaines, notamment en faisant de la qualité des espaces publics un objectif prioritaire dans la viabilisation des nouveaux lotissements.

26Le marché secondaire fonctionne tout autrement. Les vendeurs sont davantage soumis aux jeux entre l’offre et la demande. Le rapport entre les deux fluctue donc selon les possibilités du moment. Il en va de même pour la mise en location. La hausse des loyers et des prix de vente devient alors un indice de l’attrait du site, mais il est aussi un facteur de sélection pour les résidents comme pour les activités. Quelques logements sociaux ne suffisent pas à régler le problème. Si ce marché prenait trop de poids, l’autonomie risquerait de mettre en péril certains objectifs en donnant priorité aux avantages à court terme sur les effets à long terme.

La visée utopique à l’épreuve de l’expérience

27Au fil du temps, divers problèmes se sont imposés qu’il a fallu résoudre pour mettre en œuvre les options de départ. Des solutions se sont imposées de façon pragmatique. Comment évaluer ces transformations ? S’agit-il d’une infidélité ou d’une évolution nécessaire si l’on voulait que l’esprit du projet puisse survivre ?

28Nous allons jeter un regard sur ces évolutions en nous centrant sur quelques thèmes : la place de l’automobile, l’intégration de la nature dans l’espace construit, les principes inspirant la composition des quartiers, le statut du commerce, particulièrement au centre ville.

Passage d’une ville piétonne défavorisant la voiture à une ville piétonne accessible à l’automobile

29Au départ, l’automobile était tolérée comme un mal nécessaire auquel il fallait s’accommoder. Peu de parkings étaient prévus dans les quartiers. L’automobiliste accédait par l’arrière des bâtiments en ayant l’impression que la ville noble lui tournait le dos, puisque les rues et les places étaient composées à partir des piétonniers. Les voitures sous la dalle du centre urbain permettaient de rendre leur présence discrète. R. Lemaire en parlait comme du cloaca maxima, allusion métaphorique à la Rome impériale. Tout cela indique bien le souci de mettre la voiture à l’écart. Cette vue idéale fut contrainte à des compromis rendus nécessaires pour assurer l’attrait et la viabilité du projet.

30Tout en s’efforçant de développer les transports en commun, il fallut reconnaître l’utilité de l’automobile pour permettre une accessibilité suffisante du site. On a donc suivi une séquence inverse par rapport à l’option du tout à la voiture qui marquait à l’époque la plupart des espaces urbains. Dans la plupart des villes, cette politique a eu des effets néfastes sur la vie urbaine. Il a fallu y remédier en limitant l’usage de la voiture pour rendre la ville aux piétons. Le problème s’est posé autrement à Louvain-la-Neuve.

31Tout en défendant la ville piétonne, on s’est aperçu de l’importance de la voiture si l’on voulait assurer une accessibilité souple et multidirectionnelle. La viabilité de l’université supposait que les étudiants puissent accéder au site facilement, sans quoi ils s’inscriraient ailleurs. Cette exigence a contraint très rapidement à prévoir des parkings dans les quartiers : l’accueil des étudiants était primordial pour la vie de l’université, quel que soit leur moyen de locomotion. Ceci introduit la prise en compte de l’accessibilité automobile, alors que les exigences en parkings étaient sous-estimées dans le plan directeur. Toutefois, l’adaptation s’est faite en se limitant scrupuleusement aux besoins immédiats. Le souhait restait de ne pas favoriser la propension à venir en voiture et à la laisser toute une semaine à proximité de son logement. À cette époque, le nombre d’étudiants ayant une voiture était réduit, peu d’efforts furent faits pour escompter la motorisation ultérieure. L’importance du problème s’imposa d’elle-même. Il fallut donc adapter progressivement les solutions proposées, notamment dans les zones d’habitat non encore construites. Une manière de faire devait être trouvée qui préserverait la priorité donnée aux piétons. C’était au moins le souhait.

32Le problème se posa de façon symétrique pour les habitants qui réclament plus de parkings pour leurs visiteurs dès les premières réunions de concertation (Dans l’opération Belcoha, près de la Ferme du Biéreau, UA fut obligé de changer la destination de deux îlots prévus pour du logement en y aménageant des parkings). Répondre à cette demande était d’autant plus nécessaire que dans les premières années, peu de maisons avaient un garage. Ainsi, dans la rue des Wallons a-t-on fait des logements sans parking. À l’avenue de l’Espinette, on a dû ajouter des parkings en épi.

33Après un premier temps d’adaptation, on chercha une solution plus structurelle. Des normes furent élaborées qui imposaient un garage par m² construit se développèrent (1 par 75 m² pour les logements, 1 par 40 m² pour les bureaux, 1 par 40 m² pour les commerces). À cela s’ajoutent des parkings destinés aux visiteurs. Ces exigences de parking vont peser de plus en plus sur la configuration ultérieure des lotissements. D’ailleurs, la Commune veille au respect de ces normes lorsqu’elle approuve les lotissements et octroie les permis de bâtir.

34Une autre modification des options prises au départ vise à améliorer l’image négative que donne la ville aux automobilistes. Celle-ci résulte du mode d’implantation des immeubles dont la façade est tournée du côté du piétonnier. D’une part les automobilistes qui se rendent à l’intérieur du site sont dans une situation analogue à celle des personnes qui arrivent en ville en train en apercevant les jardins et l’arrière des maisons. D’autre part, ceux qui passent sur les axes périphériques de transit (N4, …) ont l’impression d’une ville qui leur tourne le dos, ne faisant rien pour les accueillir. Dans les deux cas, cette image n’est pas très attractive, surtout pour une ville qui se veut ouverte à diverses populations extérieures.

35Il est bon de répéter ici ce qui a été dit lorsqu’on a présenté la révision du plan directeur en 1992. Il a été souhaité que les évolutions ultérieures remédient progressivement à cette situation. Les routes de pénétration vers le centre urbain seraient rendues plus agréables si elles étaient aménagées en sites paysagers. Les axes périphériques seraient traités comme des boulevards urbains où les bâtiments se donneraient à voir par une façade attrayante, même si l’entrée se faisait par un accès situé ailleurs.

36Cette recherche d’un modus vivendi avec la voiture ne suit pas les préférences des urbanistes telles qu’elles étaient exprimées au départ. Compromet-elle l’orientation de base du projet ? Ou traduit-elle l’évolution où Louvain-la-Neuve est devenue une ville piétonne très accessible en voiture vu le volume global de parkings déjà réalisés ? Cette évolution ne s’est pas accompagnée d’un changement de politique par rapport aux transports en commun. On ne peut guère relever de négligences à leur égard. Au contraire, il y a eu un souci constant de les promouvoir : fréquence des dessertes par train et liaison RER, multiplication des lignes de bus et installation d’une gare pour les desservir. Par ailleurs, le vélo a été favorisé pour ses usages à l’intérieur du site comme pour les relations avec les localités périphériques. L’acceptation de l’automobile a été associée au développement sur le site d’une plate-forme d’intermodalité. Ainsi, l’accueil de la voiture est-il accompagné d’un souci de diminuer la dépendance à son égard en rendant son usage de plus en plus sélectif. Une évaluation correcte de l’évolution devra tenir compte de l’ensemble des facettes que comprend une politique de mobilité.

Complémentarité entre ville et nature

37La prise de conscience de la complémentarité entre espace construit et espace naturel se fera progressivement à partir d’une attitude de préservation qui existait dès le départ. Pour évaluer le stade où nous en sommes, il est utile de présenter une rétrospective centrée sur cette thématique en reprenant des éléments déjà évoqués dans l’analyse génétique. Dès le début, il existe une préoccupation d’insérer le cadre bâti dans le contexte naturel. Tout d’abord, l’étude du relief fut déterminante car le site doit devenir la matrice de la ville. De la même manière furent répertoriées un certain nombre de caractéristiques paysagères : grandes haies, scavées souvent en chemins creux, fond de vallée boisée, vallées déjà boisées transversales à la vallée principale. Plus tard, furent inventoriés les arbres remarquables, en vue de les valoriser. Cela se présentait comme une cartographie des lieux à respecter. Avec le temps s’élabora une réflexion sur la manière de composer espaces naturels et espaces construits. Celle-ci se déroule à deux niveaux : d’abord en niveau de la conception globale du site, ensuite au niveau du rapport entre la nature et le cadre bâti.

38Au niveau de la conception générale du site, la place à donner à la nature fut précisée à partir de deux références connues dans les doctrines urbanistiques : d’une part, la cité jardin, donnant priorité à des espaces privatifs ; d’autre part, l’urbanisme des parcs et jardins publics mis au point dans la seconde partie du 19ème siècle.

39La cité-jardin donnait trop d’importance aux jardins privés. Des soucis de densité plaidaient pour la réduction de ces derniers. Par ailleurs, il ne s’agissait pas de les supprimer car ils apparaissaient comme des compléments utiles à l’extension de la vie familiale à partir du logement. Ces critères vont intervenir dans la manière de calculer la taille des parcelles à construire.

40Cette réduction des jardins privés devait être compensée par des espaces naturels utilisables collectivement. J.P. Blondel aime à rappeler les débats qui se déroulèrent à l’époque relatifs à la création d’un grand parc urbain conçu à la manière des grands jardins publics du 19ème siècle. Cette hypothèse ne fut pas retenue parce que l’on voulait favoriser un échange plus familier avec une nature spontanée plutôt que de mettre en scène une nature maîtrisée à partir d’un parc urbain. Dans cette perspective, l’équipe d’urbanistes chercha à mettre en place un réseau piéton vert, alternatif par rapport au réseau constitutif de la trame du bâti. Ce réseau devait aussi permettre d’accéder aux espaces naturels périphériques. Ainsi choisit-on de créer une liaison verte entre le Jardin de la Source situé au centre ville et le bois de Lauzelle situé en périphérie. Si le premier est de dimensions modestes, le second est un vaste espace de 150 hectares. On évitera que ces liaisons soient interrompues par les routes en créant des passages en dessous de celles-ci. Divers pertuis seront construits sous le réseau routier pour permettre une promenade continue.

41Plus tard, le lac et ses abords vont jouer un rôle important pour transformer l’image paysagère du site. L’aménagement des abords fut un enjeu important. Pour réussir l’opération, les services s’assurent le concours de l’équipe de J.N. Capart qui était déjà intervenu dans l’aménagement autour des bâtiments de sciences et de sciences appliquées. L’objectif était de faire de cet endroit un lieu paysager apte à devenir un espace public alternatif, permettant de multiples appropriations. Lorsque les abords du lac furent aménagés, ils furent utilisés de façons multiples : promenades, joggings, barbecue, club de pêche, … L’ampleur de ce qui s’est passé était loin d’avoir été anticipée.

42Après avoir posé la question au niveau de la conception générale du site, abordons les échanges de voisinage entre la nature et le cadre bâti. Divers principes servirent de guide : constituer un rapport net entre le bâtiment et la rue, rejeter les plantations au pied des bâtiments destinés à meubler des espaces-déchets. De tels arrangements étaient fréquents en urbanisme moderne. Pourtant quelques essais allant dans ce sens furent faits dans les premières années pour les logements situés sur les côtés de la rue des Wallons, particulièrement en direction de la ferme du Biéreau. Dans le plan directeur (1972), l’option fut prise de planter certains espaces publics en veillant à inscrire les plantations dans le cadre bâti pour le renforcer sans l’escamoter (place Galilée, place Rabelais, Grand-Place). L’objectif était de combiner la densité du bâti avec une architecture végétale. Certains parkings et espaces destinés à des extensions académiques ultérieures furent traités en paysager (intervention de J.N. Capart). En outre, on veilla à avoir certains enclos boisés dans les quartiers. Le statut de ceux-ci différait d’après leur importance et leur emplacement. On toléra même un terrain d’aventure géré par un groupe d’habitants.

43Lors de la révision du plan directeur en 1992, on constata le bien fondé de ces options, tout en souhaitant en amplifier les effets. On se demanda comment atténuer la perception trop minérale du centre urbain. Il fut souhaité que les extensions futures permettent des ouvertures visuelles sur des zones limitrophes à caractère naturel, tel le jardin de la Source. En outre, le centre urbain lui-même est situé dans l’axe de la vallée. Il devrait se prolonger vers le lac et la vallée de la Malaise à partir des abords de l’Aula magna.

44Si l’on regarde sur une carte la situation actuelle, les espaces naturels se présentent comme des doigts verts interstitiels venant de la périphérie, s’insinuant entre les espaces construits et aboutissant quelquefois jusqu’au centre urbain. Ceci est patent si l’on part du bois de Lauzelle pour aller vers le Jardin de la Source. Mais cela vaut aussi si l’on regarde le plan du quartier des Bruyères et même pour le bois de Florival dans le quartier du Biéreau. La situation est semblable dans l’axe de la vallée de la Malaise si l’on part du bois des Rêves pour aboutir au lac.

45Ce souci d’intégrer à différentes échelles la nature et le cadre bâti était présent dès le départ. Mais il a pris de l’ampleur avec le temps vu qu’il correspond à une préoccupation actuelle relative à la qualité de la vie urbaine.

Les quartiers : évolution des principes de composition

46Les quartiers ont été façonnés par les divers lotissements qui se sont échelonnés depuis 1970 jusqu’en 2006. Ils sont donc un laboratoire où se sont cherchés de façon pragmatique des mises en œuvres des options de départ. Jeter un regard rétrospectif sur l’évolution est un bon analyseur pour ceux qui s’interrogent sur la fidélité ou les déviations. Les adaptations ont été souvent faites en tenant compte du résultat des expériences précédentes.

47Nous allons nous contenter d’examiner quelques facettes : l’unité de voisinage comme échelle de proximité, le lien entre architecture et urbanisme, la relation entre les piétonniers et les routes, la mixité entre divers types d’habitat, …

48L’unité de voisinage a été l’échelle de proximité privilégiée dans les premiers projets. Ceci était en consonance avec l’idéologie de mai 68. Au Biéreau 1ère phase, c'est-à-dire en haut de la rue des Wallons, l’inspiration casbah d’Alger est d’autant plus directe qu’un certain nombre d’architectes d’UA revenaient d’une mission là-bas. En ayant une telle référence on espérait créer un foisonnement humain autour du voisinage. À la même époque, des essais de composition d’habitat favorisant les proximités de voisinage furent proposés, notamment dans l’ensemble des maisons Belcoha, près de la Ferme du Biéreau.

49Ces essais ne furent pas convaincants, car ils isolaient trop l’échelle du voisinage sans assurer une continuité avec la rue où d’autres usagers passaient. L’échelle de voisinage créait une ambiguïté entre les espaces collectifs à caractère privé et l’espace public ouvert à tous. Les démarcations restaient floues. En outre, le caractère introverti amenait une coupure trop nette qui risquait de fractionner le quartier en entités semi-autonomes. Ceci posait problème si l’on voulait favoriser l’ouverture des espaces publics.

50Ce malaise se combina progressivement avec une tendance à donner plus d’autonomie à la maison individuelle. Certains ménages renforçaient l’appropriation privée du logement et de son jardin. Ceci contredisait les souhaits de concepteurs de décourager les clôtures entre jardins dans l’intention de multiplier les échanges. Cette absence de délimitation s’était révélée contreproductive en multipliant les conflits. La mise à distance, en délimitant le territoire de chacun, permettait au contraire des échanges pacifiés. Il en résulta une volonté de maîtrise personnelle du jardin. Ce souhait fut une autre manière de remodeler la notion d’unité de voisinage. Au départ, celle-ci était un concept trop abrupt supposé privilégier l’échange convivial par diverses formes de proximité. Il fallait trouver une manière de combiner la distance permettant un quant-à-soi avec la proximité favorisant la communication.

51Avec le temps, l’échelle du quartier s’imposa comme élément de base de la composition. Cela supposait que l’on imagine dès le départ une trame de rues qui deviendraient des lieux de passage et sur lesquelles viennent se greffer des unités de voisinage plus ou moins extraverties. Les clos à l’Hocaille sont un bon exemple de cette façon de procéder.

52Un jeu de va-et-vient entre la conception des lotissements et la réaction des usagers se marqua aussi dans la manière de relier architecture et urbanisme. La différence apparaît bien si l’on observe les moments dont des quartiers ou des fragments de quartiers ont été mis en construction. À Lauzelle, on cherchait à affirmer l’homogénéité de l’espace public tout en permettant une meilleure appropriation privée du logement. Plus tard, dans les dernières phases de Bruyères, le problème à résoudre devient différent. Les façades prennent de l’importance et essayent d’exprimer une singularité. La commission d’urbanisme devait donc veiller à composer une certaine diversité avec la participation à un espace public commun.

53Les modes de cohabitation entre le piéton et l’automobile suscitèrent aussi des interrogations. Au départ, une nette différence opposait l’avant du bâtiment, relié au piétonnier, à l’arrière connecté à la route. La netteté de la position de départ : avant des maisons/accès piéton et arrière/accès automobile posait quelques problèmes en termes de lisibilité et d’usage. La route située à l’arrière était un espace plus large que le piétonnier situé à l’avant, alors que ce dernier devait donner la tonalité à l’ensemble. Cette inversion nette des codes habituels créait quelques confusions. La dichotomie fut assouplie pour des raisons de commodité et de perception de l’espace. Plusieurs solutions furent trouvées qui continuent à soulever des discussions, tant il n’est pas simple de rendre les deux exigences complémentaires.

54La réalisation d’une mixité de l’habitat au sein des quartiers pose un autre problème. Il fallait trouver un mode d’agencement entre la maison individuelle et le bâtiment collectif regroupant une pluralité de logements. Certes on refusa d’emblée de construire de larges ensembles comprenant l’un et l’autre types de logement et qui pourraient s’opposer l’un à l’autre. Le refus de ce type de regroupement valait aussi pour le logement social et les résidences étudiantes. Encore fallait-il trouver un mode d’agencement entre le logement individuel et une variété de bâtiments collectifs. La crise de l’immobilier dans les années 1980 a amené à privilégier les logements individuels qui trouvaient plus facilement acquéreur. Cette situation marque particulièrement le développement du quartier de Lauzelle. Dans ce quartier, les logements individuels ont été construits d’abord. Viendraient plus tard les bâtiments plus hauts. Ces derniers sont regroupés principalement autour de la place Verte et de la Verte voie en direction de la gare.

55A partir de ce moment, on chercha à créer une juxtaposition dans la proximité et sans grande rupture d’échelle. Les divers lotissements du quartier des Bruyères ont proposé des mixités plus fines entre ce que l’on a commencé à appeler les immeubles à appartements et les logements individuels attachés. Diverses modalités de composition devraient aboutir à ce que des manières de vivre différentes ne deviennent pas étrangères sans entrer en tension les unes avec les autres.

Le commerce et l’équilibre général du centre urbain

56L’attitude vis-à-vis des commerces a aussi évolué avec le temps. Elle est marquée par une certaine ambiguïté. La vision de départ cherchait à créer une atmosphère village : petits commerces, bistrots, … le tout était lié à une volonté de faire se rencontrer les gens. Cette attitude prédominante dans le groupe UA était partagée par beaucoup. M. Woitrin était néanmoins préoccupé d’assurer d’emblée les commerces de base. Très rapidement, on disposa de petites supérettes de type coopératives. Le démarrage commercial continuait à préoccuper M. Woitrin. Dans le souci d’assurer une desserte correcte, il consulta en 1974 J. Kaisin, un spécialiste en urbanisme commercial dans le groupe Coppée Rust. Après diverses analyses et recherches, ce dernier proposa une opération globale regroupant des conveniences stores à l’endroit où l’on a ouvert en 2005 la galerie commerciale de l’Esplanade.

57Ces commerces devaient attirer une certaine clientèle régionale pour être rentables. Par contre coup, ils offriraient une offre diversifiée à la population résidant sur place. Il s’agissait d’une formule provisoire qui servirait à accélérer les premiers stades du développement. Une fois qu’un certain niveau de croissance serait atteint, la formule devrait être revue. Pour lui, la fonction commerciale devait équilibrer les autres activités et accompagner leur développement.

58Ce choix ne fut pas accepté par R. Lemaire qui souhaitait construire l’image de Louvain-la-Neuve sur une autre configuration où le commerce avait une position plus discrète et plus intégrée à la trame urbaine. Fonder l’image de la ville sur d’autres fonctions était un préalable. C’est à ce moment que vient prendre place l’étude Voyé-Remy sur les circuits piétons résultant de la manière de distribuer au centre ville des activités variées, en les intégrant aux déplacements quotidiens.

59Face à cette situation, J. Kaisin accepta de chercher une substitution au projet bloqué en examinant comment développer une zone commerciale autour de la place des Wallons. Au contraire de la formule précédente, la réussite reposait uniquement sur les achats d’une clientèle locale. La mise en route des commerces de base demanda un volontarisme de la part de l’UCL où Inesu joua un rôle particulier en acquérant des rez-de-chaussée commerciaux rue et place des Wallons. Le démarrage fut possible grâce à une politique de compensation différenciant les loyers d’après le type d’activité : pour accueillir un boulanger au loyer 10, il faut trouver des brasseurs ou des banques pour payer un loyer 7 x 10. Ces compensations financières permirent à une certaine logique commerciale de prendre forme. Celle-ci acquit une autonomie élargie en 1978, après une première commercialisation de l’opération ImmoLouneuve, particulièrement dans la Grand-Rue. Malgré les jeux de compensation la viabilité d’une offre diversifiée restait précaire. En 1990, Kaisin fut à nouveau consulté. Il constata la fragilité de nombreux commerces qui étaient à la limite de la rentabilité. C’est dans ce contexte que se présenta l’opération Wilhelm & Co où l’attrait d’une clientèle régionale permettrait d’assurer une offre diversifiée aux populations habitant sur place. Cette opération présentait un avantage complémentaire : consolider la structure urbanistique du centre en réalisant une partie de la dalle encore à construire.

60Le statut du commerce dans le dynamisme global d’une ville comme Louvain-la-Neuve qui veut se donner un visage particulier resta un sujet de débat pendant de nombreuses années. En 1991, dans les discussions relatives au schéma de structure communal, on retrouve encore cette évocation : Louvain-la-Neuve a une fonction culturelle où le commerce n’intervient que de façon supplétive. Ceci lui permettrait de vivre en complémentarité avec Ottignies qui renforcerait sa vocation commerciale.

61R. Lemaire participa à des rencontres relatives à la manière d’intégrer l’opération Wilhelm & Co dans l’urbanisme de Louvain-la-Neuve. Il s’intéressa notamment à la conception de la place de l’Accueil jumelée à la place de l’Université. Pour lui, ce n’était pas un déni de sa position contre les conveniences stores de Kaisin. Si ces dernières étaient inopportunes au départ, au moment où l’image de la ville n’était pas assurée, il en allait autrement lorsque la vie commerciale devenait un complément utile à un projet marqué par le culturel et l’universitaire.

62Les autorisations requises pour la réalisation de l’opération Wilhelm & Co aboutirent à une révision du schéma de structure. Cela permit une plus grande souplesse pour les activités commerciales. Les propositions du plan directeur de l’UCL en 1970 présentaient d’ailleurs déjà une grille d’équipement prévoyant 45 000 m² de commerce … Dès le départ il y avait une tension entre le fait de créer une certaine image de la ville et le souci de bénéficier de commerces et de services adéquats pour assurer l’autonomie du lieu.

63L’ouverture de la galerie de l’Esplanade et de la rue Charlemagne concrétise une situation nouvelle. Ce développement commercial attire à Louvain-la-Neuve un volume important de populations qu n’y habitent pas et n’y travaillent pas. Ce renforcement de la fonction commerciale risque-t-il de compromettre l’esprit du projet ? Au contraire, l’insère-t-il davantage dans la vie régionale ? L’association culture et commerce renforcera-t-elle la spécificité de Louvain-la-Neuve ? La réponse ne va pas de soi. Plusieurs réactions sont possibles : dans un premier cas de figure, les activités commerciales et culturelles cohabitent dans la distance, l’une ayant peu d’incidence sur le dynamisme de l’autre. Une autre possibilité existe où les deux types d’activité deviennent complémentaires. Dans ce cas, l’association entre culture et commerce pourrait contribuer à l’originalité du lieu. L’issue des transactions n’est pas automatique. Elle va dépendre de la manière dont les partenaires en présence vont réagir. Ce qui va se passer dans les trois prochaines années sera décisif.

Incidence des options urbanistiques sur les potentialités du site

64La mise en œuvre des options urbanistiques a-t-elle eu des effets attendus ? Les choix ont-ils aboutis à des problèmes non anticipés au départ ? Ces interrogations sont d’autant plus d’intérêt qu’au moment où ces divers choix ont été faits, on a essayé d’accroître la chance de survenance de certaines réactions. Ce qui s’est passé est-il partiellement différent de ce qui était prévu ? Le regard ex post est donc particulièrement bienvenu pour repérer les incidences des options urbanistiques. Nous nous limiterons à évoquer l’une ou l’autre question : la lisibilité de la ville, l’urbanisme sur dalle au centre urbain, la non-insertion de l’automobile dans le tissu urbain, l’effet des options de ville piétonne sur les habitudes de mobilité.

Lisibilité de la ville

65Nous reprenons ici le problème de la lisibilité de la ville qui a déjà été évoqué à plusieurs reprises. En effet, on se trouve face à un enjeu important. Les automobilistes et les personnes arrivant en train ont une représentation de la ville différente. L’automobiliste qui ne connaît pas bien l’endroit doit trouver son chemin en devinant l’entrée à choisir. Il maîtrisera l’espace d’autant mieux qu’il aura une bonne connaissance des entrées et de leur destination. Cela ne lui donnera pas pour autant une bonne lecture des liaisons piétonnes internes au site. Les voyageurs qui arrivent à la gare de Louvain-la-Neuve accèdent immédiatement au centre urbain et à un espace qui est composé à partir de rues et de places. La gare est le point unique de départ et de retour. Les habitants de Louvain-la-Neuve partent des piétonniers qu’ils utilisent et se construisent une image de la ville à partir de là. Il y a donc diverses représentations. Aucun lieu ne permet une transposition de l’une à l’autre, comme ce serait le cas où une place significative amenait un entrecroisement entre les diverses liaisons. Ce handicap sera neutralisé uniquement par une signalétique adéquate.

66Au niveau du piétonnier lui-même, le repérage n’est pas facile. Celui qui arrive pour la première fois est immergé dans un espace de rues et de places qui se perçoit un peu comme un labyrinthe. Il n’y a pas de grand axe permettant de relier visuellement deux lieux significatifs comme la place de l’Université et la Grand-Place, par exemple. Il n’y a pas non plus, sauf en de rares endroits, de points de repères verticaux, comme la tour de l’église qui pourrait être aperçu de loin et servir de temps à autre pour guider les déplacements. Au fur et à mesure que l’on pratique l’espace, on se repère par des détails de coin de rue, un peu à la manière dont on retrouve son chemin dans un bois.

67D’une certaine façon, cette non-tranparence a été voulue pour développer le charme d’une découverte progressive d’un lieu qui ne se laisse pas saisir d’un coup. Cela valorisait la pratique du flâneur qui explore : il peut se perdre, mais jamais pour longtemps. Ce faisant, on a sous-estimé le problème des usagers occasionnels qui viennent avec l’intention de se rendre à une destination précise. Or les fonctions de Louvain-la-Neuve multiplient le nombre de ces visiteurs de passage. Ceux-ci gardent quelquefois une image négative d’une ville embrouillée. Comment leur donner le sentiment d’être accueillis ? L’enjeu est important pour un site urbain dont la vocation régionale pourrait se renforcer.

68Diverses questions se posent. Un étranger arrivant à Louvain-la-Neuve peut-il trouver sa destination sans demander son chemin ? Devoir demander son chemin est-il perçu comme un contact positif avec les habitués de la ville ? Le fait de pouvoir se repérer par soi-même en s’appuyant sur les signes est-il un élément favorisant le sentiment que le site urbain est ouvert à tout qui est intéressé à s’y rendre ? La difficulté du repérage est-elle dissuasive et diminue-t-elle la propension à revenir pour faire d’autres visites ? Tester la lisibilité pour divers types d’usagers et trouver une configuration de signes accélérant la familiarité avec le lieu devrait faire l’objet de diverses expérimentations. Plusieurs recherches de sémiologie urbaine ont été accomplies sans jamais aboutir totalement. Pourtant, disposer de modes de lisibilité appropriés est important pour renforcer les potentialités d’un site qui fait de l’ouverture sur l’extérieur un élément de son dynamisme.

Un centre urbain sur dalle : ressource ou handicap ?

69L’urbanisme sur dalle a souvent été critiqué alors qu’il avait été recommandé comme un choix avantageux dans les années 1970, surtout en France. Dans ce pays, les résultats d’une telle option furent décevants. Louvain-la-Neuve a-t-elle paré à ces critiques, alors que le projet optait pour un urbanisme sur dalle pour l’ensemble du centre urbain ? On reproche souvent les rigidités qui découlent d’un urbanisme sur dalle. Louvain-la-Neuve échappe partiellement à ces reproches dans la mesure où des techniques juridiques ont permis de dissocier le droit de superficie du droit d’emphytéose. La propriété de la croûte servant de base aux constructions peut ainsi être différente de celle qui a permis de construire l’infrastructure des parkings et des routes.

70La distinction juridique prenait son sens pour permettre la mobilisation de financements différents ayant chacun leur mode de rentabilité propre. La souplesse que cette distinction permettait supposait en outre que la composition des superstructures soit relativement autonome par rapport aux contraintes liées à la fonctionnalité des infrastructures : routes et parkings. Les solutions ont été exposées antérieurement. Les exigences du sous-sol ne handicapent pas les ambiances des rues et des places.

71Cette différence entre le haut et le bas rend plus compliquée la lisibilité générale. La configuration des rues et des places ne correspond pas aux liaisons routières. Les parkings ne desservent pas de façon privilégiée le bâtiment en dessous duquel il se trouve. Cela ne favorise pas le repérage pour l’automobiliste qui en outre accède au centre urbain de façon quasi exclusive par le sous-sol, c’est-à-dire en aveugle par rapport à la configuration des rues et des places.

72En outre, l’extension du centre ville est d’emblée une opération indivise d’une certaine envergure. Le centre urbain ne peut pas croître de façon progressive. Le cas de la rue Charlemagne fut exemplaire. Plusieurs montages financiers échouèrent jusqu’au moment où le développement pu s’intégrer dans le cadre d’une opération d’envergure menée par Wilhelm & Co. Aujourd’hui que les rentes de situation sont suffisantes, vu le caractère attractif du site, il y a des chances que l’achèvement de la dalle continue sans trop de problèmes. Mais en contrepartie, cela suppose la mobilisation de grands moyens financiers qui lient investissement et rentabilité immédiate.

Une circulation automobile non insérée dans le tissu urbain

73Il est souvent reproché aux recommandations émises dans le rapport de l’urbaniste anglais Buchanan d’avoir prôné la séparation entre les modes de déplacement. Cela a eu comme conséquence d’altérer la relation entre la voie de circulation et le tissu urbain. L’autonomie de la voie visait à créer un non-parasitage avec son environnement. Cette non-insertion apparaît clairement à Louvain-la-Neuve pour les quatre pénétrantes qui relient les axes périphériques au centre urbain. Dans ce cas, la halte automobile est reléguée en bout de ligne. Une telle autonomisation de la voirie est souvent critiquée dans les expériences étrangères, parce qu’elle crée des coupures urbaines, à la manière du chemin de fer, et qu’elle limite les lieux d’interconnexion entre les déplacements automobiles et les haltes piétonnes permettant de drainer le tissu urbain.

74Ces effets en termes de coupure et de rupture n’ont guère été perçus à Louvain-la-Neuve. Tout d’abord, l’échelle du site urbain limitait ces tronçons à des axes allant de 800 à 1 500 m. Vu ce fait, le problème des haltes intermédiaires était peu pertinent. Ensuite, les coupures affectant les liaisons piétonnes ont été réduites par l’aménagement de pertuis et de passerelles. Le programme d’aménagement de ces derniers n’est pas totalement terminé. Son achèvement fait l’objet de revendications, ce qui prouve son utilité. Enfin, les habitants des quartiers sont aujourd’hui les défenseurs de cette autonomie des voiries principales de manière à réduire la circulation de transit dans les quartiers. Leurs réactions sont inspirées par le souci de garder un calme maximum dans les zones résidentielles. Les qualités associées à des espaces résidentiels donnent de la pertinence à la distinction entre les zones de tranquillité et les zones d’animation potentielle. Vu ces divers éléments, le bilan apparaît positif dans le cas de Louvain-la-Neuve.

Ville piétonne et habitudes de mobilité

75L’option d’une ville à l’échelle du piéton a-t-elle une incidence sur les diverses formes de mobilité des habitants de la ville ? Y a-t-il une différence entre ceux qui habitent au centre et à la périphérie des quartiers ? Le caractère multifonctionnel du site diminue-t-il la propension à se déplacer à l’extérieur ? Quel est l’usage du centre urbain avant et après l’opération Esplanade ? Dans les déplacements vers l’extérieur, l’existence de transports en commun diminue-t-il l’usage de l’automobile ? Les habitants de Louvain-la-Neuve utilisent-ils plus le train et le bus que les autres périurbains ? Globalement, fréquentent-ils activement le centre de Louvain-la-Neuve ou vivent-ils comme n’importe quel périurbain construisant le territoire de leur vie quotidienne sans préférence exclusive pour le centre de la ville à proximité duquel ils vivent ?

76En changeant de point de vue, on peut se demander si Louvain-la-Neuve attire pour diverses activités des populations qui vivent dans les abords immédiats ? Si oui, l’existence du site contribue-t-elle à diminuer les contraintes de mobilité à longue distance pour des habitants vivant en habitat dispersé ?

77La réponse à ces questions permettrait de situer Louvain-la-Neuve dans les débats actuels sur la mobilité durable. Pour y arriver, diverses réflexions et comparaisons seraient nécessaires. Les informations dont on dispose permettent seulement de donner quelques indications.

78Pour évaluer ce qui s’est passé, il convient de rappeler les options prises au départ. Deux objectifs étaient recherchés, même s’ils étaient partiellement incompatibles. D’une part, on cherchait à éviter une ville close risquant une introversion estimée dommageable. On voulait donc favoriser divers mouvements typiques des ambiances urbaines : habiter à Louvain-la-Neuve sans y travailler, travailler sans y habiter, venir pour des motifs divers sans y habiter et y travailler. Ces populations mobiles mélangées à celle qui habitait Louvain-la-Neuve devaient assurer une ouverture sur la région. D’autre part, le caractère multifonctionnel de la ville devait confirmer une sédentarité à l’échelle de la ville comme mode dominant d’habiter. Cette population vivant sur place devait constituer la masse critique ; la population plus mobile devait jouer en complémentarité.

79Ce qui s’est passé contredit cette hypothèse relative à la sédentarité. Le poids qu’allait prendre la mobilité comme fait culturel n’était pas anticipé. Que s’est-il passé ? En fait, en 2005, la majorité de la population active résidente travaille à l’extérieur de la ville, alors que l’on trouve entre 8 000 et 10 000 emplois sur place. Seulement 20 % du personnel de l’université habitent Louvain-la-Neuve. Le fait d’associer majoritairement lieu de travail et lieu de résidence n’est pas vérifié. 37 % des habitants travaillent sur le site et 9 % sur le site universitaire à Woluwé. Le reste de la population travaille en dehors (47 % dans l’agglomération bruxelloise, y compris sur le site de Woluwé, et 26.8 % ailleurs en Brabant wallon).

80Les manières de se déplacer ont été influencées par la disponibilité en transports en commun. La dépendance automobile y est moins grande qu’ailleurs. Citons quelques chiffres qui donnent des indications sur le comportement des habitants. Ils sont extraits d’une enquête démographique menée en 1999 :

  • Dans les déplacements pour motif professionnel :
  • vers Bruxelles, 32 % partent en train, contre 56 % en voiture,
  • de façon générale, 54 % utilisent leur voiture, alors que le taux atteint 72 % en Brabant wallon.
  • Le taux de motorisation par ménage est plus bas que dans d’autres zones.

81Ce qui se passe pour le travail est-il vérifié pour une série d’activités extra-professionnelles ? Ici on dispose de peu de chiffres. On sait par exemple que 69 % des enfants fréquentent les écoles situées sur le site pour l’enseignement primaire et secondaire.

82Les motifs de mobilité extra-professionnelle se diversifient. Ils peuvent reposer sur des exigences de consommation : acheter des biens à ramener chez soi. Aujourd’hui se développent d’autres formes de mobilité. Il y a entre autres les déplacements motivés par la sociabilité : contacts avec des amis, lieux culturels divers, … Vu le type de population de Louvain-la-Neuve, il est fort probable que la mobilité de sociabilité se soit développée. Ceci serait d’autant plus positif que ce type de mobilité insérerait le site dans un réseau d’échanges avec l’extérieur.

83La composition à l’échelle du piéton, l’accessibilité multimodale et le fait de vivre dans un lieu apte à condenser la vie socio-économique et socioculturelle prendront plus de poids à l’avenir. Les effets multiplicateurs renforceront dans les prochaines années l’attrait que le lieu exerce sur diverses populations qui cherchent à y habiter. Cela ne signifie pas que l’on reviendra à la sédentarité telle que prévue au départ. Ce qui se passera s’intégrera dans un régime de mobilité de plus en plus complexe.

84Le développement du site aura des effets analogues pour les populations vivant en habitat dispersé dans les alentours. Celles-ci disposeront à quelques kilomètres d’opportunités urbaines venant compléter ce qu’on trouve déjà à Wavre et à Ottignies. Cette structuration urbaine sur l’axe central du Brabant wallon accroîtra la mobilité à moyenne distance, au moins pour tout ce qui relève de la vie extra-professionnelle.

La métropolisation diffuse : significations nouvelles du site vu l’évolution du territoire d’insertion

85L’évaluation ex post suppose que l’on situe le projet dans une évolution du contexte sociospatial. Louvain-la-Neuve s’insère dans un processus de métropolisation du territoire. Ce processus, qui n’était pas escompté comme tel au départ, a pris de l’importance depuis 30 ans. À travers celui-ci, les relations entre le centre d’une agglomération et ses périphéries sont profondément modifiées. D’un statut de zone dortoir dépendant de l’agglomération pour divers aspects de la vie sociale, elles sont passées à une situation où l’on retrouve en leur sein des espaces d’activités, des équipements de loisirs, des commerces, … La métropolisation suppose que divers types de populations ont un régime de mobilité souple et multicentré. Les modes de vie qui en résultent contribuent à leur tour à renforcer la formation d’un réseau où les hiérarchies entre les centres s’atténuent tout en se complexifiant.

86Dans le cadre de ce processus, on assiste à une autonomisation des périphéries par rapport aux grands centres tels l’agglomération bruxelloise. Cette autonomisation se réalise selon des séquences variées. Souvent les équipements sont dispersés, recherchant des localisations ayant une bonne accessibilité automobile, quelquefois, ils sont regroupés dans de petites villes anciennes ou nouvelles. Cette concentration à proximité de petits centres permet à des populations venant de l’extérieur de bénéficier d’une ambiance urbaine et de pratiquer de façon groupée des activités, des rencontres et des achats. Des cohérences sociospatiales nouvelles se cherchent qui sont à composer avec des options de mobilité durable. Dégager les modalités nouvelles du développement est un des grands enjeux de l’aménagement des périphéries dans les prochaines années. Même si le développement de l’habitat dispersé doit être freiné, ce qui est déjà en place a peu de chance de se transformer en friche urbaine. Sa viabilisation va dépendre de l’appui sur un réseau de centre urbain de proximité.

87L’autonomisation des périphéries ne suppose pas l’autarcie. Des échanges réciproques se développent entre l’agglomération et les espaces qui lui sont extérieurs. On assiste à ce que l’on appelle en anglais le reverse commuting. Des populations habitant dans l’agglomération bruxelloise ont toute chance d’aller de plus en plus travailler à l’extérieur… Aujourd’hui, il y autant de personnes de l’agglomération bruxelloise qui viennent travailler dans le Brabant wallon que l’inverse.

88L’agglomération bruxelloise elle-même pourrait attirer des populations nouvelles qui cherchent à y habiter parce qu’elles apprécient certaines qualités de vie sociale qu’offre la grande ville, sans devoir pour cela travailler sur place. Cet attrait résidentiel est d’autant plus vraisemblable qu’à partir de l’agglomération on dispose d’une accessibilité vers des lieux de travail ou de loisirs multiples situés à l’extérieur.

89Cette interdépendance entre la zone centrale et ses périphéries a une signification particulière dans le cadre de l’agglomération bruxelloise. Car il y a une disproportion entre la dimension de celle-ci et l’importance des fonctions à assumer. Le développement disproportionné des bureaux et d’autres entreprises peut rompre l’équilibre entre travail et résidence. Limiter l’emprise des espaces de travail peut devenir une condition pour renforcer le caractère résidentiel de certains lieux. Ce rejet ne doit pas aboutir à un non-développement. Le dynamisme de l’ensemble requiert que ces activités soient à proximité et vivent en symbiose avec Bruxelles. La dynamique métropolitaine suppose un changement de l’échelle territoriale à travers laquelle des effets de complémentarité se développent. Ce changement d’échelle amène aussi un changement de la configuration spatiale. Ainsi, au fur et à mesure que l’on atteint un certain seuil se crée un espace réticulaire reposant sur des noeuds de liaison multidirectionnels.

90La métropolisation de la périphérie sud de Bruxelles est un fait. Il s’impose à nous, même si cela modifie quelque peu la conception que l’on avait de Louvain-la-Neuve. Au départ, le site urbain était davantage conçu comme une entité autonome autocentrée drainant des populations extérieures surtout pour la vie universitaire. Cette conception s’est modifiée avec le temps dans la mesure où le dynamisme du lieu repose sur les flux de mobilité qu’il permet d’organiser. Un des enjeux actuels de Louvain-la-Neuve serait alors de devenir un lieu d’accessibilité multimodale. Par contre-coup, cette accessibilité renforcerait la multifonctionalité et la densité du lieu. (Cfr. l’option allemande Dezentrale Konzentration).

91Louvain-la-Neuve a été prise dans une séquence cumulative. D’une part, elle a contribué à renforcer le processus ; d’autre part, elle y trouve un support pour son développement et son attraction résidentielle. Ceci a d’autant plus de pertinence qu’elle participe au tripôle qui s’est formé dans l’axe central du Brabant wallon comprenant Wavre, Ottignies-centre et Louvain-la-Neuve. Cette structuration urbaine amplifie une capacité d’auto-développement. (cfr Remy J., Boulet L., 2001)

92Que penser d’une telle conception ? Selon nous, cette vision métropolitaine dynamique permet de dégager des pistes, non seulement pour Louvain-la-Neuve, mais pour tous ceux qui réfléchissent aujourd’hui sur les recompositions urbaines du territoire. Recomposer en tenant compte de la mobilité durable ne se réduit à prôner un retour à la ville dense et compacte. Même si cet objectif est important, il est largement insuffisant. Il faut inclure les périphéries qui trouveront leur cohérence à partir d’autres modalités d’occupation de l’espace.

La mise en place de Louvain-la-Neuve est-elle prémonitoire d’une pensée relative à la ville durable et au développement durable ?

93L’expression ville durable n’existait pas à l’époque. Pourtant, une sensibilité diffuse, qui était déjà dans cette mouvance, inspira le projet d’une façon plus ou moins directe. La ville durable est un concept polymorphe à multiples évocations. Cela apparaît si l’on considère simplement quelques objectifs. Il peut s’agir de bien gérer les ressources naturelles et d’améliorer la qualité de l’environnement. On peut aussi considérer les diverses manières de faire des économies d’énergie, y compris en faisant intervenir la densité de l’habitat et l’ensemble des problèmes relatifs à la mobilité. On peut mettre en avant la capacité de créer un écosystème socioéconomique capable d’assurer un développement auto-entretenu. On peut aussi se préoccuper d’améliorer la cohésion sociale et la participation des citadins à la vie collective. Par-là on souhaite neutraliser les évolutions actuelles qui sont perçues par certains en termes de désintégration. Bien d’autres aspects seraient à prendre en compte si l’on voulait faire un inventaire des divers éléments qui sont associés à la ville durable. Il s’agit d’ailleurs plus d’une attitude que d’un programme. Pour répondre à ces interrogations, on pourrait passer en revue l’ensemble du projet. Nous allons nous contenter d’évoquer de façon schématique deux thèmes dont on n’a guère parlé jusqu’à présent.

Éléments environnementaux

94Des éléments environnementaux étaient déjà pris en compte même s’ils se sont parfois imposés pour résoudre d’autres problèmes. Voici quelques domaines dont on peut après coup évoquer l’intérêt :

  • Diminuer les nuisances :
    Double réseau d’égouttage et gestion du cycle de l’eau,
    Interdiction du mazout de chauffage.
  • Favoriser des alternatives au tout à la voiture :
    Favoriser le piéton, défavoriser l’automobile,
    Faciliter l’intermodalité avec le train et le bus,
    Inclure le vélo (on imagina même des vélos blancs (à utilisation partagée).

Ville durable et participation des usagers

95À côté des éléments environnementaux, la ville durable implique le développement d’une démocratie locale où l’on prend une part active dans la solution de divers problèmes qui affectent la vie quotidienne.

96Cette participation concerne divers types d’utilisateurs. À côté des habitants, on peut évoquer les étudiants, les commerçants et les diverses entreprises installées sur le site. L’interlocuteur est double : l’Université et la municipalité. La participation a d’ailleurs son origine dans la manière dont l’Université a programmé son déménagement. Dès 1968, diverses composantes de la communauté universitaires s’engagèrent pour réfléchir à l’avenir. Il en résulta une implication active qui fut décisive pour élucider le projet dans les premières années.

97À l’époque, la participation s’est faite à travers le travail de diverses commissions. La transmission était assurée par une présence au conseil académique qui était le seul pouvoir autonome francophone travaillant au sein de l’université. Le conseil d’administration était encore unitaire et bilingue. Les étudiants y sont représentés. Le conseil académique devint d’autant plus un lieu de convergence et de concertation que chaque faculté préparait le travail à partir d’une commission de contact. A. Ransart y a joué un rôle de coordination.

98L’essentiel du travail est achevé en 1971-1972, c’est-à-dire à la première rentrée académique. Au fur et à mesure que certains problèmes d’ensemble furent dégrossis, les modalités de travail évoluèrent. Cette manière de faire qui s’imposait dans les années fondatrices eut des effets sur les séquences ultérieures.

99Cette volonté de relever un défi déborde la vie universitaire au sens strict. Les premiers habitants veulent participer à l’aventure. Ils identifient volontiers à des pionniers. Très vite se crée un conseil des résidents qui regroupe des habitants et des étudiants qui se côtoient sur place. Au fur et à mesure du déménagement, les associations étudiantes et l’AGL (Association générale des étudiants louvanistes) prennent pied sur le site. Elles veulent s’exprimer comme lieu autonome de prise de parole. L’interlocuteur privilégié reste l’université qui a la charge d’assurer un développement équilibré. Avec le temps, la Commune prend une place plus importante.

100Progressivement se constitue à Louvain-la-Neuve une scène locale spécifique sur laquelle se noue un scénario particulier. La trame de ce scénario surgit des problèmes à résoudre ou d’événements à gérer. Les rencontres entre les parties ont vite fait de se structurer. Une tripartite est mise sur pied. Elle comprend trois partenaires : Commune, Université, Association des Habitants. L’Association des habitants en assure le secrétariat. La tripartite n’est pas la seule structure. À côté d’elle est instituée une quadripartite impliquant en plus l’AGL. L’histoire de cette scène locale reste à écrire. Elle permettrait de mieux comprendre la genèse d’une culture de la négociation constitutive de l’esprit du lieu.

101Ce regard rétrospectif limité à deux aspects nous révèle néanmoins combien des préoccupations qui prendront du poids ultérieurement étaient en germe dès le début du projet. Ceci nous confirme l’esprit utopique qui a présidé à la conception du site : une rupture par rapport à ce qui allait de soi, en vue de proposer une alternative viable.

L’option de développer une ville a-t-elle été bénéfique à l’université ?

102La décision de l’université de ne pas construire un campus, mais d’induire le développement d’une ville nouvelle a-t-elle porté ses fruits ? Les complémentarités escomptées se sont-elles réalisées ? D’autres ont-elles pris corps ? Ou au contraire, la ville s’est-elle développée en imposant sa logique au détriment de l’Université ?

103Dans le monde universitaire, les avis sont divers, passant de l’enthousiasme aux réactions mitigées, voire sceptiques. Toute une recherche serait nécessaire pour permettre aux diverses sensibilités de s’exprimer. Il conviendrait de bien distinguer les réactions d’après la position de chacun : étudiant, chercheur, professeur, de passage ou permanent, habitant ou non sur le site. Certains professeurs intéressés par la question se sont déjà livrés à des analyses systématiques dont il serait bon de prendre connaissance.

104Limitons-nous à indiquer quelques propos entendus dans des rencontres occasionnelles. La mise en ordre suivante est une esquisse en vue de proposer l’un ou l’autre élément qu’une recherche approfondie se devrait d’explorer. Celle-ci devrait au préalable faire un bilan des travaux déjà existants.

105Commençons par ceux qui mettent en doute les apports de la ville à l’université. Pour eux, les facilités des rencontres urbaines, dans les brasseries par exemple, n’encouragent pas l’université à mettre à la disposition des étudiants un certain nombre de services. On pourrait citer à titre d’exemple des locaux pour travailler en dehors des heures de cours, surtout pour ceux qui n’habitent pas à Louvain-la-Neuve. Le même manque est ressenti par des étudiants Erasmus.

106Si le soir de multiples activités de détente permettent de meubler le temps, au même moment beaucoup de bibliothèques universitaires ne sont plus disponibles. Elles ferment tôt. Ceci est ressenti négativement, même au temps de l’internet. En outre, le programme des conférences organisées en soirée semble devenir de plus en plus maigre d’année en année. Il se peut même que le succès des kots communautaires multiplient trop les petites initiatives et fractionnent la vie intellectuelle et sociale.

107La dispersion des bâtiments universitaires contribue à diminuer la présence de l’université dans la ville. L’option que l’université ne fait pas le lien dans la trame du bâti n’a pas que des aspects positifs. Certes, cela contribue à faciliter certaines rencontres. Mais la dispersion crée des sollicitations multiples qui s’imposent quelquefois au détriment de la formation d’un milieu de travail centré sur les débats universitaires.

108Le renforcement de l’urbain auquel ont contribué le centre commercial, les cinémas,… induit une lecture de la ville où l’universitaire devient subsidiaire. Dans un tel contexte, l’image que l’université donne d’elle-même est volontiers associée au ludique, par exemple les 24 heures vélo, ou à la liberté de comportement. Ces divers éléments font apparaître Louvain-la-Neuve comme un lieu ouvert à des expérimentations pas toujours bénéfiques. Trop de mixité spatiale favorise une confusion entre l’université et les facilités offertes par la ville.

109Vu ces évolutions, la signalétique de la ville peut devenir elle-même déséquilibrée. Le centre commercial est mieux signalé que l’université. Cela va de soi puisque le centre commercial focalise sur une destination unique, alors que l’université se disperse à divers endroits. Une fois que l’on est arrivé sur le site, la difficulté de se repérer et de trouver le bâtiment universitaire adéquat est un autre handicap. Ces divers éléments créent un déficit d’image pour l’université. Les visiteurs occasionnels sont particulièrement affectés par des telles impressions.

110Ces diverses réactions schématisent les propos découlant d’une attitude méfiante. Cette mise à distance est d’autant plus probable qu’un bon nombre de professeurs et de chercheurs ont des contacts réduits avec la ville : trajet du parking au bureau, accès à l’un ou l’autre restaurant. Le reste est méconnu. L’urbanisme de Louvain-la-Neuve ne semble guère modifier un comportement qui est fréquent chez les navetteurs allant travailler dans d’autres villes.

111Parmi les personnes entendues, certaines se limitent à ce constat. D’autres ont une attitude plus constructive, même s’ils partagent une bonne partie des critiques précédentes. Le réalisme commande que l’on parte de la situation telle qu’elle est. La ville ne doit pas devenir un bouc émissaire sur lequel on charge toutes les difficultés que la vie universitaire charrie avec elle. Cette attitude est stérile. Elle empêche d’aborder les problèmes comme un défi à relever. Face au développement de l’urbain, comment donner plus de poids à la présence de l’université ? Comment les opportunités offertes par le lieu peuvent-elles devenir une ressource ? Les solutions supposent une meilleure compréhension de l’esprit qui a inspiré le projet. Un professeur nous demandait : pourquoi avoir mis à part les places universitaires comme les places Montesquieu et du Cardinal Mercier ? Pourquoi les opposer à une place urbaine comme la Grand-Place ? Il est parti plus rassuré lorsqu’il a compris le non-intérêt d’une mixité généralisée. Il s’agit alors d’examiner comment tirer parti de la proximité tout en préservant une différence d’ambiances. Une meilleure compréhension permet de réagir de façon plus adéquate, au moins, tel fut son propos.

112Pour ceux qui ont une attitude plus active, les solutions à trouver relèvent pour une part d’aménagements urbains complémentaires, notamment au niveau des signalisations. Il en va de même pour la manière de mettre l’université en scène dans le déroulement de la vie quotidienne. Si ces adaptations sont nécessaires, les réactions ne se réduisent pas à cela. Des initiatives internes à l’Université pourraient développer un milieu de travail spécifique en créant des lieux de rencontre et des services adéquats. Un équilibre est à trouver entre les dynamiques urbaine et universitaire.

113D’autres qui apprécient les potentialités du site souhaiteraient qu’on puisse les faire connaître davantage aux futurs étudiants. Cela pourrait se présenter comme des avantages complémentaires venant renforcer ce que l’Université comme telle peut leur offrir. Nous n’allons pas revenir sur les aspects à améliorer pour fixer le regard sur les potentialités que le lieu recèle.

114Faire valoir les atouts du site renforcerait l’identité de l’université. Les notes suivantes sont quelques indications qui sont données pour caractériser les potentialités offertes vu que l’Université est insérée dans une ville de petite dimension.

115Partons d’abord de la vie quotidienne en nous plaçant particulièrement du point de vue de la présentation que l’on pourrait en faire à de futurs étudiants. Les bâtiments universitaires s’imbriquent dans le tissu urbain. On peut facilement passer de la salle de cours à la bibliothèque en s’arrêtant prendre un café dans une brasserie où l’on a donné rendez-vous avec des copains. Sur le temps de midi, les chemins convergent vers la Grand-Rue où se trouvent la plupart des restaurants. Ceci favorise un sentiment de vie collective. Diverses initiatives peuvent être prises à ce moment. Pendant le temps de midi ou lorsqu’on a un interstice dans la journée, on peut aisément se rendre au centre sportif pour pratiquer l’un ou l’autre sport. Le lac et ses abords sont à proximité du centre ce qui permet à des promenades, du jogging, de venir se glisser dans une journée marquée par le travail universitaire. Il en va de même du Jardin de la Source situé à côté de la place de l’Université. Les rues et les places de la ville favorisent les rencontres occasionnelles. L’échange plus structuré est tenu quant à lui par diverses formes d’associations qui débordent ce que les régionales et les cercles étudiants peuvent déjà mettre en place. Le champ des possibilités est grand dans un milieu marqué par la tolérance et l’ouverture pluraliste. La paroisse universitaire vient s’insérer dans cet esprit du lieu. Elle permet à tous ceux qui le souhaitent de donner consistance à la dimension spirituelle de la vie.

116Pour les navetteurs, on peut évoquer les facilités de communication. Si diverses activités urbaines ne s’étaient pas développées, ces facilités n’auraient pas l’intensité qu’elles ont aujourd’hui. La ville est bien desservie par les transports en commun. La gare SNCB est située en plein centre. Les auditoires ne sont jamais loin. Depuis 2006, une gare des bus est située près de la Grand-Place. Outre les bus desservant les alentours, plusieurs lignes rapides relient à Bruxelles, Waterloo, Nivelles et Jodoigne. Le réseau routier qui dessert la ville lui donne une bonne accessibilité en voiture. Comme il a été dit, elle se trouve au croisement des E411/N4 avec les N25 et N238…

117Les connexions avec l’extérieur seront encore renforcées à l’avenir, notamment par l’arrivée du RER. Le fait d’être situé en un lieu où les moyens de déplacement sont multiples est certainement une opportunité importante dont la vie universitaire bénéficie. Si l’on dépasse le problème des étudiants et des visiteurs, d’autres aspects sont aussi évoqués. L’existence du parc scientifique facilite certains échanges pour les chercheurs, surtout ceux des sciences exactes dont les bâtiments sont en plus situés à proximité. La ferme du Biéreau, la ferme de Blocry ouvrent sur un milieu culturel et artistique. À cela s’ajoute l’Aula magna, qui joue aussi un rôle dans l’ouverture vers les milieux économiques.

118Les trois types de réaction qui viennent d’être évoqués sont une simple amorce pour une réflexion qui existe déjà, mais qui pourrait prendre de l’ampleur. Les regards positifs, sans rendre aveugle sur certaines critiques, contribuent à élaborer une évaluation plus nuancée. Si l’Université a voulu créer une ville pour développer des complémentarités et des soutiens réciproques, l’effet escompté ne se produit pas de façon mécanique. Le contexte se limite à accroître la chance de survenance. Le résultat va dépendre d’un ensemble d’initiatives. Un bilan serait utile. Un regard ex post à partir de la situation d’aujourd’hui devrait permettre de faire le point et de préparer l’avenir.

Vue rétrospective : une mosaïque de réactions

119Les évaluations diffèrent d’après le point de vue que l’on adopte. Même si l’on garde en ligne de mire l’esprit du plan directeur, une évaluation globale aurait une portée limitée. Il ne s’agit pas de donner une cote de réussite ou d’échec. L’essentiel est que cet outil d’analyse permette à chacun de jeter un regard plus lucide en vue d’accroître sa capacité d’initiative dans ce que Louvain-la-Neuve sera demain. Les regards rétrospectifs ont d’autant plus de sens que l’on veut affronter les défis du futur. L’avenir de Louvain-la-Neuve sera construit dans un jeu collectif à plusieurs partenaires.

Conclusion

120Ces notes étaient centrées sur la conception et la guidance urbanistique en faisant intervenir d’autres points de vue dans la mesure où ils peuvent éclairer le propos fondamental. Le mariage entre utopie et pragmatisme a été au départ de cette analyse. L’utopie elle-même avait un caractère culturel. Il s’agissait de promouvoir un mode de vie qui idéalisait une sociabilité urbaine. Cette idée directrice a inspiré diverses explorations en vue de mettre au point un mode de distribution spatiale des équipements et une façon de composer un cadre bâti. Il en résulta une manière spécifique de faire de l’urbanisme. L’objectif était d’accroître la chance de survenance d’une forme de vie sociale. Le lien entre espace et vie sociale n’était donc pas vu de façon mécanique. La probabilité de créer un lien entre les deux dimensions serait renforcée si l’on prenait en compte un certain nombre d’autres facteurs : modes de déplacement, socio-démographie, formations d’un milieu de travail. L’explicitation de ces liaisons demandait une ouverture à d’autres équipes en dehors de celle qui était responsable de la conception urbanistique. Le projet d’urbanisme était en outre confronté avec divers services universitaires chargés des aspects techniques, financiers, … Ces multiples collaborations ont été facilitées par le fait que chacun participait au même enthousiasme. Néanmoins, le croisement des points de vue ne fut pas exempt de tension et demande une aptitude à la négociation d’une capacité de coordination.

121La convergence des initiatives et des volontés reposait sur un défi à relever : réussir le déménagement de l’Université en créant une ville au service de son dynamisme. Il ne suffisait pas d’assurer la mobilisation de moyens en suivant une procédure correcte. L’obligation de résultat était sans cesse rappelée. Cette obligation a créé une culture d’entreprise qui était partagée par les équipes chargées de la promotion du site.

122En adoptant le point de vue de la composition et de la guidance urbanistique, nous avons abordé les formes que prennent les choses urbaines. Par rapport au gouvernement global du projet, les considérations que nous évoquons ne sont peut-être que l’écume laissant apercevoir les lames de fond qu’il a fallu amortir pour gouverner le navire. Adopter ce point de vue global n’était pas le propos, d’autant que nous en avons une connaissance très fragmentaire.

123Tout ceci explique le caractère lacunaire de ce texte relativement à diverses transactions et négociations concernant Louvain-la-Neuve et son histoire : opinions, pressions diverses, enjeux ayant suscité des débats. Une analyse portant sur le gouvernement du projet, sa continuité dans le temps, devrait prendre en considération le statut particulier de l’Université qui promeut le site urbain et les modes de relation avec les pouvoirs publics municipaux et régionaux. L’ouvrage de J.M. Lechat (2006) permet de combler cette lacune, au moins pour la période initiale.

124Dans notre périple, nous avons adopté un double point de vue. Tout d’abord, nous avons esquissé une analyse génétique en essayant de comprendre l’enchaînement des diverses phases qui ont présidé à la conception et à la mise en œuvre. Ensuite, nous avons jeté un regard rétrospectif en vue d’évaluer la situation actuelle au regard de certains objectifs pris comme référence. Puisse la confrontation de ces deux points de vue susciter un regard prospectif et critique sur le devenir du site.

125Ces notes interprétatives sont un essai qui voudrait participer à une œuvre d’élucidation collective. Nous faisons nôtre la phrase de J.M. Lechat (2006, p. 9) : « Si l’histoire de Louvain-la-Neuve et de son université vous intéresse, rien ne nous ferait plus plaisir que de recevoir vos remarques, critiques et commentaires sur le sujet traité ».

© Presses universitaires de Louvain, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540