Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Louvain-la-Neuve, une manière de concevoir la ville

 | 
Jean Remy

Chapitre 3 - Processus spatio-temporel et accumulation d’expériences

Texte intégral

Distribution spatiale des constructions et séquence temporelle dans la phase initiale

1Comme il vient d’être dit, dans la présentation d’une matrice à plusieurs entrées, la morphologie de l’habitat n’a pas une incidence automatique sur la vie sociale. Aucun des critères à prendre en considération ne peut être isolé des autres. Le déroulement dans le temps qui fait qu’une chose vient après l’autre est particulièrement important, pour induire les effets sociaux escomptés. Le développement conjoint ou en décalage des diverses dimensions a une incidence décisive sur la dynamique sociale qui se crée. Cela vaut particulièrement dans les premières années de la mise en œuvre du projet.

2Réussir des espaces publics qui auraient des connotations différentes d’après les endroits était un enjeu prioritaire si l’on voulait un urbanisme relationnel visant à créer une sociabilité urbaine ouverte à l’expérience de la diversité. Réaliser de tels espaces publics devait se combiner avec les exigences du déménagement de l’Université. Sur ce point, il y avait une obligation de résultat. Les exigences temporelles et les problèmes à résoudre pendant cette période furent décisifs pour comprendre le processus.

3Ce double objectif s’imposait dès le début. Un timing annuel fixait les bâtiments académiques à construire. Il en allait de même si on voulait assurer des logements suffisants pour les étudiants et le personnel qui résideraient sur place. Il fallait aussi un minimum de commerces et de services. Par ailleurs, l’architecture de chaque bâtiment devait contribuer à la composition d’un espace public. Les premières réalisations seraient décisives. Un échec risquait de compromettre la suite. Tout en répondant à l’urgence, il était impératif de prendre le temps nécessaire à la mise en correspondance des points de vue de l’architecte et de l’urbaniste. Elle amena architecte et urbaniste à se rencontrer. Cela se passait souvent sur un avant-projet. Pour aboutir à une meilleure maîtrise des échanges, un passage par une commission ad hoc s’imposa comme un lieu médiateur. Cette commission s’avéra efficace. Elle se formalisa progressivement et devint plus tard la commission Urbanisme- Architecture.

4Le poids de la commission grandit avec le temps, d’autant qu’une relative permanence de ses membres assurait la formation d’une jurisprudence. L’accord de la commission était un préalable à l’introduction de la demande de permis de bâtir à la municipalité, y compris pour les constructions de l’Université. Lorsqu’il s’agissait d’investisseurs extérieurs, l’université, propriétaire du terrain transformait la promesse de bail emphytéotique en acte effectif uniquement après obtention du permis de bâtir. De ces contraintes résulta une méthodologie de mise en contact orientant vers un urbanisme transactionnel. Ce passage obligé montre l’intérêt d’avoir un propriétaire lotisseur soucieux de promouvoir un projet urbanistique.

5Pour bien comprendre le processus, il serait intéressant de faire une comparaison avec ce qui s’est passé à Londres, au milieu du 19ème siècle dans ce qu’il est convenu d’appeler la ville géorgienne. Des propriétaires de grands terrains eurent l’idée de lotir en se référant à une typologie urbanistique qui fut mise en place à cette époque : square central traité en jardins collectifs, autour desquels se disposaient les façades des divers immeubles, contrôle de l’architecture de ceux-ci en vue d’aboutir en finale à une composition harmonieuse, ruelle arrière permettant d’accéder aux bâtiments pour divers services, … Dans ce contexte anglais, l’acquisition d’un lot se faisait sous condition de respecter des règles complexes, ce qui donnait aux acquéreurs une assurance relativement au résultat final. Par cette maîtrise de l’opération, les propriétaires lotisseurs espéraient une meilleure mise en valeur de leur terrain par rapport à ce qu’ils obtiendraient par un laisser faire.

6Comme ces terrains étaient situés dans la même zone du West End, et souvent dans une relative proximité, cela aboutit à construire des fragments d’espaces urbains qui sont attractifs encore à l’heure actuelle. Cela vaut le détour pour tous ceux qui sont à Londres dans le cadre d’une visite urbanistique, en étant préoccupés par le lien entre architecture et urbanisme.

7La similitude est grande avec Louvain-la-Neuve, sauf qu’ici, l’opération se déroule à l’échelle de l’ensemble d’un site urbain. L’ampleur de l’opération implique en outre une maîtrise de la séquence temporelle dans laquelle les terrains vont être mis à disposition. Cet ordonnancement doit tenir compte de divers critères puisque le logement n’est pas le déclencheur du processus.

Distribution des constructions dans les premières années : volonté de créer des espaces publics et de la mixité spatiale

8Pour créer des espaces publics, il fallait avoir décidé de la distribution spatiale des constructions, de leur mode d’agencement. Il fallait en outre proposer une mixité acceptable entre des activités universitaires et urbaines, de manière à ce que l’une n’écrase pas l’autre. Ces divers problèmes furent l’objet de préoccupations particulières pendant les premières années. En outre, la mise en œuvre supposait des investissements conjoints, universitaires et non universitaires.

9Les investissements devaient se concentrer sur un endroit à privilégier. Mais au fur et à mesure de la mise en œuvre, celui-ci ne pouvait devenir le seul point de focalisation. Il ne fallait pas tout concentrer si l’on voulait garantir une certaine mixité pour l’avenir. Ce double objectif inspira la mise au point progressive de la séquence temporelle qui va être présentée. Elle permet de comprendre la logique sous-tendant le processus que l’on cherchait à mettre en place :

  • Le premier objectif fut d’avoir un espace public achevé dès les premières installations. Ce fut la place des Sciences et un morceau de la rue des Wallons. Ces espaces achevés étaient en dehors des chantiers. Ils devenaient des lieux de convergence qui permettaient d’amorcer une vie sociale à caractère urbain. Puis vint rapidement la construction de la place des Wallons. Ces deux places, l’une académique, l’autre urbaine (place des Sciences/place des Wallons), étaient reliées par une rue. L’ensemble fonctionnait comme un cœur de ville. Il était admis que ces lieux changeraient de vocation lorsque le centre urbain se construirait à son endroit définitif. Entre-temps, il constituait le pôle de gravité qui avait vocation d’enclencher un mode de vie sociale.
  • Dans la phase suivante, un autre objectif devint prioritaire : réaliser à moyen terme la mixité des logements étudiants avec ceux destinés à d’autres habitants. Pour cela, il était souhaitable de distribuer le logement étudiant sur plusieurs quartiers à un moment où les bâtiments académiques continuaient à s’implanter dans le seul quartier du Biéreau. D’où, après une première étape de constructions dans le quartier du Biéreau, soit à proximité des bâtiments universitaires, on décida d’implanter du logement étudiant du côté de l’Hocaille, de l’autre côté de la vallée à un endroit où il faudrait assez vite promouvoir un lotissement résidentiel.
  • Cela signifiait des déplacements pour aller aux cours. Dans l’immédiat, ceux-ci pouvaient paraître irrationnels. Les deux localisations étaient séparées par un no man’s land. La discontinuité était ressentie négativement. Le lien à travers le chemin de la Bardane était ténu et difficile. Cette discontinuité a fait percevoir que la ville ne se développe pas comme un quartier qui grandit. Elle a suscité un désir de centre urbain situé entre les deux entités.
  • Vu la séparation entre le Biéreau et l’Hocaille, créer une continuité construite entre eux s’imposa comme une priorité dans les phases suivantes. Au fond, cela signifiait que l’on donnait priorité à la réalisation de l’axe fonctionnel universitaire. Cela se fit en plusieurs étapes. Dans un premier temps, on privilégia la prolongation des constructions allant du haut de l’Hocaille vers la vallée de manière à assurer plus tard une connexion avec la future Grand-Place. Il en alla de même pour le bas de la rue des Wallons vers la place de l’Université. (Cfr annexe 5)
  • Ensuite, la liaison à travers un fragment de centre urbain devenait impérative. Ce fragment se réalisa lui aussi de façon linéaire, en construisant la Grand-Rue, prolongée par l’embryon de la Grand-Place et l’amorce de la place de l’Université. Nous étions en 1976, soit cinq ans après la première rentrée académique. En 1975, on avait aussi inauguré la gare arrivant en plein centre. Cet axe linéaire fonctionnera comme un cordon ombilical en reliant les amorces des deux quartiers à un embryon de centre urbain doté de restaurants et de commerces. En outre, il donnait accès à la gare inaugurée en 1975. Un début de vie sociale se développa à cet endroit. L’ambiance se distingua progressivement de ce qui se passait ailleurs. Cinq ans après la première rentrée académique, les déplacements piétons se faisaient dans le cadre d’un bâti continu.
  • À partir de ce moment, cet axe fonctionna comme une épine dorsale où des constructions annexes venaient se greffer. L’évolution des constructions ne reposait pas sur une forme figée induisant par exemple une expansion radioconcentrique.
  • En 1976, les bâtiments de la faculté des Sciences économiques, politiques et sociales et de la faculté de Philosophie et Lettres furent construits à proximité de la Grand-Place. La présence des sciences humaines vint renforcer le poids du centre urbain dans la vie estudiantine. Il en alla de même des logements étudiants qui, dans le quartier des Bruyères, prolongeaient la place Montesquieu où étaient implantées les sciences humaines.
  • En 1979, l’inauguration du Complexe sportif de Blocry prolongea l’axe jusqu’au plateau de Lauzelle et renforça son poids. Avec cet équipement, la liaison linéaire était achevée. L’ensemble prit alors toute sa signification comme axe fonctionnel pour la vie universitaire.
  • La distribution des logements sociaux s’inspirait du même souci de créer une expérience de la diversité par une certaine mixité au niveau des lieux d’habitat. Ces logements sociaux furent répartis par lot dans les différents quartiers, sans qu’ils ne soient nulle part l’élément dominant. Cette distribution dans les divers quartiers à venir échelonnait en outre les réalisations sur une longue période. On évita ainsi un effet de masse que l’on aurait eu si un ensemble important avait été construit en un même temps au même endroit. Les lotissements approuvés en 2006 ont encore des zones réservées au logement social.

10L’association mixité, flux et espaces publics fut donc l’objectif générateur qui orienta la distribution spatiale des investissements. Ce fut déterminant pour implanter les germes du projet qui devait s’épanouir ultérieurement.

De l’impulsion académique à une séquence urbaine plus autonome

11Réussir le transfert de l’université fut le défi qui mobilisa toutes les énergies pendant la période qui s’acheva vers 1980. À ce moment devint prédominant un enjeu dont l’importance s’était révélée progressivement : être capable de créer un attrait pour le site urbain, principalement chez des populations qui n’avaient pas de lien direct avec la vie universitaire. Cela permettait de continuer le projet en même temps que la diversité des populations aiderait à mettre en place une ambiance urbaine. Pour attirer de nouvelles populations à venir habiter dans un contexte où il n’y avait pas de forte pression sur le logement il fallait faire reconnaître la qualité du produit urbain que proposait Louvain-la-Neuve. Ceci prit un certain temps. Il fallait ensuite faire accepter que les terrains soient cédés par bail emphytéotique (de 99 ans pour les logements). La non-acquisition en pleine propriété rendait hésitants un certain nombre de candidats. L’Université se devait aussi de garder un certain contrôle des lotissements tout en cherchant une manière de financer les infrastructures nécessaires à la mise à disposition des terrains. Ces divers éléments expliquent quelque peu les indéterminations qui marquèrent le début de la nouvelle étape.

12Le souci de garder le contrôle urbanistique était bien légitime. Trouver une solution ne fut pas simple. Il ne suffisait pas d’être propriétaire du terrain pour être capable de le viabiliser. Le pouvoir d’UA et des services de l’UCL était direct pour la construction des bâtiments académiques, car le groupe avait une délégation officielle vis-à-vis des promoteurs et des architectes. Une fois que l’essentiel de la programmation académique fut réalisé, les promoteurs privés arrivaient avec des projets sans qu’il n’y ait eu une commande directe de l’Université. Ils soulignaient les risques qu’ils prenaient, tout en faisant valoir leurs contributions au développement de la vie urbaine. Ceci leur permettait de revendiquer plus de liberté dans la conception des ensembles à promouvoir. Il en résulta un peu de flottement qui s’expliquait d’autant plus que la spécificité du produit proposé à Louvain-la-Neuve ne s’imposait pas encore comme une alternative attractive. Le moment était critique. Les lotissements nouveaux se devaient de rester fidèles au projet afin de le rendre fiable. Ceci n’allait pas de soi vu que les acquéreurs potentiels étaient plus autonomes par rapport aux projets de l’université. Ils gardaient une préférence pour la dispersion des lotissements traditionnels. UA agissant de façon conjointe avec Inesu (Institut pour l’embellissement, l’équipement et la gestion des sites universitaires, asbl) dut trouver une manière de garder la maîtrise des orientations urbanistiques. La solution ne se trouva pas du premier coup.

13Le souci de s’assurer un maximum de liberté vis-à-vis des promoteurs fut une préoccupation constante. Dès le début, R. Lemaire proposa de ne pas concéder plus de 5 000 m² au même promoteur. Cette règle favorisait une mise en compétition. Les entreprises de moyenne dimension étant plus nombreuses, on risquait moins des ententes tacites qu’on aurait pu avoir avec les grandes entreprises. En outre, l’ampleur limitée des opérations permettait une meilleure discussion. La volonté de garder le contrôle fut un facteur ralentissant le rythme des constructions, car quelques promoteurs étaient prêts à réaliser de grosses opérations si on leur laissait les mains libres. Accepter plus de lenteur supposait de la part de l’université une attitude patrimoniale préférant une valorisation à long terme sur les retombées à court terme. Mais, par ailleurs, il fallait assurer une possibilité de constructions nouvelles, sinon on risquait de mettre le projet en péril. On était pris dans une double contrainte.

14Pour attirer des habitants, il fallait disposer de terrains viabilisés permettant de construire. Plusieurs formules furent essayées successivement. Dans une première formule, l’université assurait l’impulsion. Mais la municipalité acceptait de porter les propositions comme si elles étaient d’initiative communale. Profitant de cette situation hybride, UA avait fait réaliser dès 1971 divers PPA (plan particulier d’aménagement) par les services du Crédit communal qui mettait ses compétences techniques au service des municipalités. Dans ce cadre, la municipalité assurait alors la viabilisation, ce qui permettait d’obtenir une intervention des autorités publiques finançant 65 % des coûts. La procédure mise en place était ambiguë. Dans ces jeux interstitiels, P. Laconte fut chargé d’entreprendre diverses demandes en vue de l’obtention de subsides pour la viabilisation des espaces à lotir. La procédure était complexe. Même si les terrains viabilisés de cette manière furent une aide précieuse pour la période démarrage, la formule se révéla inadéquate. La durée d’obtention du crédit était un handicap pour une opération qui demandait souplesse et rapidité de réactions.

15Vu les contraintes du contexte, UA proposa de faire lui-même les plans de lotissement à soumettre à l’autorisation communale. Cette autorisation serait demandée par le promoteur qui accepterait d’entrée les règles du jeu. Fait en interne, le lotissement serait une meilleure concrétisation du plan directeur. On éviterait qu’il soit conçu comme un en-soi plus ou moins rattaché au reste. On s’efforcerait d’intégrer chaque lotissement dans l’organisation des flux, en respectant les règles de base ayant inspiré la conception générale du site. Les projets de lotissement furent proposés à divers promoteurs. S’ils investissaient l’argent nécessaire à la viabilisation des terrains, ils pourraient les mettre sur le marché et en tirer profit. Les promoteurs n’avaient plus l’initiative de la proposition comme dans les cas évoqués antérieurement. Un cahier des charges urbanistiques était censé orienter leur investissement. Contacter des candidats potentiels fut la tache de J.M. Lechat. Celui-ci était secondé par André Morel qui avait été détaché de la Société générale de Belgique pour aider au démarrage de divers projets. Les résultats furent décevants. Les promoteurs furent prêts à intervenir si l’on allait vers la villa à quatre façades, en abandonnant les bâtiments attachés. L’appauvrissement du concept urbanistique et la réduction de la capacité de peuplement du site sont tels que les échanges n’eurent pas de lendemains. La tentative de donner la promotion d’une partie du quartier de Lauzelle à un promoteur privé fut un échec.

16Pour avoir la souplesse nécessaire à la construction de logements citadins, il fallut inventer progressivement d’autres modes de financement. Ainsi commença un jeu d’essais et d’autocorrections. Un pas fut franchi lorsque la procédure de lotissement fut introduite par l’UCL. Cette dernière faisait approuver son projet par la Commune, comme tout propriétaire privé. Elle ne pouvait plus prétendre à aucune subsidiation. C’était le prix à payer si les services universitaires voulaient garder leur autonomie. Il restait à trouver une manière de préfinancer les infrastructures sans passer par les promoteurs. Comme il a été dit, Inesu avait une certaine autonomie financière. Il percevait entre autres les redevances des baux emphytéotiques. Cela ne suffisait pas. Animé par la volonté de réussir, Inesu accepta une prise de risque qui constituait un nouveau défi. Il demanda un prêt bancaire. Ceci était d’autant plus problématique qu’il était difficile de calculer les risques vu que la réponse des acquéreurs potentiels de terrains était incertaine. La volonté d’avancer reposait sur le sentiment qu’à moyen terme la formule proposée était gagnante.

17Cette prise de risque supposait en contrepartie que le service responsable ait un droit de regard sur le coût des infrastructures. Il s’agissait de le maintenir à un niveau qui pourrait se répercuter sur les acquéreurs des terrains. En effet, outre le canon emphytéotique, ceux-ci payaient une contribution aux infrastructures. Cela demandait aussi que le développement d’un service de promotion qui aurait la charge du contact avec les amateurs : ménages ou autres groupes. Les responsables de ce service souhaitèrent des échanges avec l’équipe d’urbanisme. Ils devaient comprendre la logique qui avait présidé au lotissement pour présenter les terrains en connaissance de cause. À la limite, ces informations supposaient un droit de regard qui donnait la possibilité de suggérer quelques adaptations inspirées par une connaissance des problèmes évoqués par les acquéreurs potentiels.

18Vu ces diverses exigences, des échanges devaient s’engager entre les services dès la phase de conception, même si en finale l’équipe d’urbanisme reste maîtresse des règles de lotissement. Ces échanges ne furent pas exempts de tensions, mais ils permirent de mieux se comprendre et d’aboutir à un projet final souvent amélioré. C’était là un des aspects de la culture d’entreprise dont il a été question antérieurement.

19Cette méthode de travail débuta en 1980 lorsque le SPGU (Service de promotion et gestion urbaines) décida de promouvoir le quartier de Lauzelle. Pour formaliser ces échanges entre services, fut créé le groupe dénommé coordination Lauzelle, chargé de la collaboration avec le groupe UA. L’opération Lauzelle était d’autant plus risquée que le marché immobilier était en crise, alors que l’on était dans le flou sur la clientèle intéressée.

20Par prudence, l’opération de viabilisation des terrains dans le quartier de Lauzelle fut limitée à la phase 1 du lotissement. L’opération prit du temps. Inesu arriva tout juste à payer les intérêts des sommes empruntées, mais perdit son capital. Pour obtenir ce résultat limite, il fallut concéder du logement individuel là où était prévu du logement collectif. Le marché ne répondait pas aux espoirs.

21Le produit résidentiel que Louvain-la-Neuve proposait n’avait pas encore acquis une visibilité et une notoriété suffisantes. Les habitants potentiels n’étaient plus des pionniers convaincus, comme ceux qui avaient accompagné les premières années du déménagement de l’Université. Pour la première fois, le projet était confronté à des candidats comparant les avantages qu’offrait Louvain-la-Neuve à ce que l’on pouvait trouver ailleurs. Pour diminuer les charges financières, il fallait accélérer l’achèvement de l’opération. La tentation était forte d’adapter le produit, notamment en privilégiant la maison individuelle. Les pionniers fidèles à leur expérience aidèrent à résister pour maintenir ce qu’ils estimaient être les qualités de l’expérience en cours. Les concessions restèrent limitées. On abordera plus tard les modalités qui permirent une meilleure maîtrise de l’autofinancement.

22La ténacité finit par payer. La visée utopique nourrissait l’espoir de réussir, tandis que le fait d’être l’unique propriétaire des terrains du site permit d’attendre sans crainte que les terrains voisins ne soient lotis autrement. Petit à petit, le produit trouve écho parmi les personnes cherchant à s’installer à Louvain-la-Neuve. Une fois installé, la plupart des ménages reconnut la qualité de vie sociale. Leur satisfaction permit d’en attirer d’autres. Progressivement, le mode d’habiter proposé acquit une certaine notoriété. Avec le temps, il se présenta comme un choix qui avait sa légitimité sur le marché immobilier. À ce moment, une nouvelle phase commença. Le nombre de demandeurs devint plus nombreux, jusqu’à devenir supérieur à celui des terrains déjà viabilisés. Des listes d’attente furent dressées pour donner un ordre de priorité aux candidats bâtisseurs.

Suppression d’UA : vers un nouveau type de maturation

23Un événement inattendu vint brusquement modifier le jeu d’équilibres qui s’était constitué avec le temps. En 1981, le Conseil d’administration de l’université supprima le groupe UA estimant que l’essentiel de sa mission était accompli. Cette décision se justifiait aussi par des contraintes budgétaires qui demandaient de faire des choix. La période qui suivit fut décisive pour la continuation du projet.

24R. Lemaire essaya en vain de faire transférer dans des activités académiques une partie des membres du groupe ayant acquis une compétence urbanistique. Il pensait pouvoir créer une école d’urbanisme qui, s’appuyant sur l’expérience de Louvain-la-Neuve serait ouverte sur la restructuration des centres anciens et la création de nouveaux espaces urbains en Europe et dans le tiers-monde. Par-là, il souhaitait aussi que les membres expérimentés d’UA, intégrés dans la vie académique, puissent continuer à donner des conseils à l’équipe fort réduite qui était chargée de la promotion du site. R. Lemaire craignait que l’œuvre risque de se dénaturer.

25Comprendre ce qui s’est passé après UA permet d’évaluer la fécondité de la période fondatrice qui a été évoquée jusqu’ici. On ne peut donc arrêter l’analyse au moment où le groupe disparaît. Il convient d’élucider comment il a inspiré la suite. De toute manière, R. Lemaire était toujours là et a continué à être consulté. Pour décrire les problèmes à résoudre et les solutions trouvées, nous avons consulté une note de L. Boulet qui joua à ce moment un rôle urbanistique important.

26En fait, dans les années qui suivirent la disparition d’UA, la nécessité d’avancer aboutit à mettre sur pied une autre manière d’ajuster les points de vue dans un contexte où le SPGU restait en place alors que les personnes s’occupaient d’urbanisme était moins nombreuses. La volonté de continuer et de réussir était toujours là. Les perturbations amenèrent à une maturation des manières de travailler. Pour assurer la qualité, l’équipe chargée de la mise en œuvre se devait de rester autonome. Un bureau d’étude continuait à élaborer les propositions urbanistiques. Une cellule de coordination des travaux urbains fut mise en place. Elle assurait la réalisation et la gestion des infrastructures. Nous avons déjà évoqué l’équipe chargée de la promotion des terrains disponibles. Chacun mettait son point d’honneur à rester fidèle au plan directeur tout en tenant compte des contraintes à surmonter. Il fallait en outre discerner les orientations à prendre dans des conjonctures nouvelles. Cette volonté d’en sortir permit pendant les années quatre-vingt de mettre au point une guidance urbanistique appropriée.

27En 1981, année de la suppression de UA, le déménagement qui avait été une priorité pour l’Université était globalement achevé. Le développement urbain complémentaire ne relevait pas du même ordre de nécessité. Nous avons déjà évoqué les initiatives prises en vue de garder la maîtrise des lotissements. Pourtant, il fallait poursuivre. J.M. Lechat, responsable de la promotion, fit alors la démonstration de sa ténacité à continuer le projet. Il fit montre d’un esprit d’entreprise qui permit de garder le cap tout en ayant le sens du possible.

28Aux côtés de J.M. Lechat, L. Boulet joua un rôle important en cette période où il fallait rester fidèle à l’inspiration initiale. À eux deux, ils assurèrent pour l’essentiel les impulsions et la coordination. Un de leurs objectifs fut d’achever des espaces publics, notamment sur l’axe est/ouest reliant la place des Sciences au centre sportif. Pour y arriver, il fallait profiter des opportunités du moment et faire en sorte que les diverses pièces s’assemblent comme dans un puzzle où la configuration se renforce à chaque ajout. Ceci demandait une bonne intelligence du plan directeur et une grande capacité de jouer l’opérateur synthétique, pour combiner des initiatives et des financements d’origines diverses.

29Michel Woitrin, acteur historique, quitta son poste d’administrateur général en 1984. Ceci modifia à nouveau la gouvernance générale. Jean Moulart, qui avait été son chef de cabinet, le remplaça, assurant ainsi une certaine continuité. Ce dernier soutint l’équipe qui avait gardé son dynamisme malgré la réduction drastique du personnel. La ténacité était d’autant plus nécessaire que la conjoncture économique n’était pas favorable au développement du site. Le marché immobilier était en période de stagnation.

Continuer la dalle du centre urbain ?

30Dans cette période d’incertitude, certaines options de la période UA furent ébranlées par les difficultés de la mise en œuvre. Tel fut le cas pour la continuation de la dalle au centre urbain. J.M. Lechat était persuadé qu’on n’arriverait pas à poursuivre le développement du centre urbain si l’on gardait cette option. Il avait déjà essayé plusieurs montages financiers qui avaient échoué. Le conseil d’administration craignait en outre que la continuation de la dalle fasse perdre la vue dont on jouissait de la Grand-Place vers le lac. Préserver cette vue devint un souhait qui était exprimé de divers côtés. Des plans alternatifs furent dessinés qui remodelaient le centre urbain. La vue sur la vallée y était préservée et l’extension du centre urbain se faisait sur le terrain naturel tout en se raccordant à la partie sur dalle qui était déjà construite.

31Pourtant R. Lemaire résistait, car il croyait à l’importance de la dalle pour assurer la cohérence du centre urbain. Aucune décision ne fut prise car on pouvait attendre et laisser le champ des possibles se préciser. Les urgences étaient ailleurs : renforcer la liaison piétonne continue entre la place des Sciences et le centre sportif était prioritaire. Il a déjà été évoqué combien cet axe est-ouest était essentiel pour la vie universitaire et son intégration à la vie urbaine.

32Au moment où des opportunités se présentèrent qui permirent de continuer la dalle, l’objectif de garder la vue sur le lac fut à nouveau débattu. C’était l’indice d’un souci grandissant d’intégrer la texture urbaine à son environnement naturel. Cet objectif fut arbitré par rapport à d’autres exigences, notamment liées à la mise en valeur de l’Aula magna, dont on avait décidé la construction. La vue à partir de la Grand-Place conserva une simple portée emblématique. L’ouverture sur la nature restait pourtant une préoccupation. Ainsi naquit le souci de créer au bout de l’Aula magna un passage piéton à la manière d’un balcon qui ouvrait brusquement une perspective sur la vallée boisée et le lac.

Acquisition d’un savoir-faire et autofinancement

33Les difficultés rencontrées pendant cette période furent l’occasion de l’apprentissage d’un savoir-faire en vue d’aboutir à une utilisation stratégique des opportunités, tout en s’inspirant du plan directeur : se donner des priorités, susciter des initiatives, en refuser d’autres, … Cette période fut aussi celle de la mise en place de structures spécialisées. La commission d’urbanisme existait depuis tout un temps d’une manière moins formelle. Elle fut formalisée sur l’initiative de L. Boulet qui gardait des contacts fréquents avec R. Lemaire. Ce dernier y était représenté par A. Mertens. À côté de cela, il fallait résoudre certains problèmes qui virent leur poids grandir : la gestion cadastrale, les études techniques, les archives des domaines. Le bon fonctionnement demanda la mise au point de services adéquats.

34Un autre aspect de la maturation se réalisa au plan financier lorsque fut acquise la capacité d’autofinancement de certaines infrastructures nécessaires au développement du site. Comme il a été dit, l’abandon du recours à des subventions pour les lotissements s’était imposé depuis longtemps, car l’octroi de ces dernières était incompatible avec le rythme et la souplesse requis pour les constructions. Cette liberté d’action supposait qu’Inesu acquière une autonomie financière suffisante. Ceci prit un certain temps. Cet organisme avait la capacité d’emprunter. Le renouvellement des emprunts dépendait de la capacité de remboursement. Les possibilités étaient limitées lors de la première opération. Nous avons déjà évoqué les difficultés rencontrées à ce moment. Les opérations ultérieures eurent plus de succès. Elles permirent de rentrer dans les fonds. La fiabilité grandit avec le temps. Une étape fut franchie lorsque le Crédit Communal, reconnaissant le fait, attribua une capacité d’emprunter au taux préférentiel dont bénéficiaient les communes. Au fil du temps, la rotation financière fonctionna correctement. L’emprunt se remboursait avec la participation des emphytéotes. Ceux-ci payaient au moment de l’acquisition du terrain une contribution aux charges d’infrastructure qui s’ajoutait à la redevance emphytéotique annuelle. La récupération du préfinancement des infrastructures donnait des disponibilités pour réinvestir dans un circuit nouveau.

35Avec le temps, un en-caisse se constitua qui fonctionnait comme un fond de roulement. Ceci diminua la dépendance vis-à-vis de l’emprunt, notamment pour la viabilisation des lotissements. Ceux-ci furent fractionnés davantage ce qui permit de diminuer l’encours. Ces contraintes eurent des conséquences positives sur l’urbanisation du site. Le remplissage des zones à construire se faisait de façon accélérée puisque les possibilités qu’elles offraient étaient limitées. De ce fait, ce qui se construisait était en continuité avec la texture déjà en place.

36En fait, Inesu devint une société de développement urbain qui fonctionne en circuit interne. Les profits du développement sont réinvestis sur le site. On évite par-là l’exportation des plus-values, ce qui serait le cas si des sociétés immobilières avaient la responsabilité des lotissements et de leur promotion.

Le lotissement, mode d’emploi

37Le lotissement comme technique d’urbanisme a joué un rôle important dans le développement du milieu résidentiel de Louvain-la-Neuve. La manière dont cette technique a été utilisée est décisive pour en comprendre la portée. Voici l’une ou l’autre composante qui permettent de caractériser la manière de faire.

38Les lotissements successifs se présentent comme une mise en place progressive d’un projet global. Il ne s’agit donc pas de fragments épars, plus ou moins bien reliés entre eux. En contrepartie, le lotissement en cours de réalisation bénéficie des investissements antérieurs auxquels il est bien relié. Ainsi se développe un processus cumulatif où le logement est valorisé par la proximité d’équipements et d’activités diversifiées. Comme il a été dit, un double objectif a été poursuivi : combiner la volonté de créer un pôle urbain, tout en valorisant une la culture de la demeure où chaque ménage garde une maîtrise suffisante de son espace domestique.

39A Louvain-la-Neuve, le promoteur du lotissement n’est pas constructeur. Il met à la disposition de l’acquéreur un terrain viabilisé dans lequel ce dernier est maître d’ouvrage, choisissant son architecte et son entreprise de construction. D’après la destination des parcelles, les acquéreurs peuvent être de divers types : particulier, promoteur immobilier, société construisant des bureaux ou des espaces culturels ou commerciaux. Cette formule se révéla attractive pour des particuliers voulant bâtir eux-mêmes leur maison. La formule du ménage maître de l’ouvrage est fréquente en Belgique. La structure du marché de la construction où l’on retrouve de multiples petites entreprises, ne laisse pas apparaître que cette manière de procéder soit pénalisante au niveau du coût. Cela renforce le sentiment de garder la maîtrise de l’opération.

40À Louvain-la-Neuve, le succès a été tel qu’à un moment donné, le nombre de ménages demandant une parcelle à construire devint supérieur à l’offre immédiate. Pour le bon déroulement des opérations ultérieures, on a constitué une liste d’attente. Ainsi, un ordre de priorité est garanti. Chacun a aussi quelques indications sur le moment probable, il entrera en ligne de compte. Vu le succès, on décida que les parcelles destinées à des maisons individuelles seraient acquises uniquement par des ménages. Plus aucune de ces parcelles n’a été octroyée à des promoteurs immobiliers comme cela se pratiquait au moment où l’on voulait favoriser le démarrage.

41L’expérience de Louvain-la-Neuve se distingue toutefois des habitudes en vigueur dans d’autres lotissements de construction par le fait que le plan du bâtiment doit être soumis au lotisseur avant d’être déposé pour autorisation à la municipalité. Le lotisseur n’intervient pas dans la disposition des espaces intérieurs, mais il examine comment le bâtiment s’insère dans l’espace public qu’il doit contribuer à développer. Il ne suffit pas d’assurer une conformité mécanique aux règles de lotissement pour que la proposition soit acceptée. Cette dernière doit tenir compte de ce qui est déjà en place pour s’intégrer dans un ensemble. Les échanges sont quelquefois difficiles. Ils gagnent à se dérouler dans une confiance réciproque. Une fois qu’il y a accord, la procédure suit son cours à la municipalité. Ce n’est qu’après obtention du permis d’urbanisme délivré par la municipalité que la promesse de bail emphytéotique devient un acte notarié définitivement signé. Ce bail comprend d’ailleurs une clause suspensive au cas où la construction ne respecterait pas ce qui était prévu au permis.

42Vu cette manière de procéder, le service associé à l’université qui est le promoteur du lotissement agit comme un régulateur qui garantit le résultat final quel que soit le moment où l’investissement intervient. Si chaque acquéreur garde la responsabilité de son choix, il doit prendre conscience que sa proposition doit être conforme au projet global dans lequel il a accepté d’entrer. S’intégrer dans un lotissement aux règles complexes lui donne une possibilité d’anticiper les avantages collectifs dont il pourra bénéficier. Ceci est d’autant plus important pour l’acquéreur qu’il doit participer au financement des parties communes du lotissement : espaces publics, plantations, parkings pour visiteurs. Ces parties communes sont remises à la municipalité après avoir été aménagées par le lotisseur. Aucune partie commune n’est en copropriété, sauf dans les bâtiments avec appartements.

43Ce mode d’emploi du lotissement est spécifique. Ceci apparaît bien si on le compare à la formule du nouveau village proposée en France au début des années 1970. À Louvain-la-Neuve, comme en France, on se trouve face à un promoteur unique qui est propriétaire du sol et qui conçoit l’aménagement en fonction d’un projet d’ensemble et on garantit l’autonomie de l’acquéreur. Il doit prendre l’initiative et négocier avec l’autorité compétente la conformité de sa proposition. La situation est différente dans la formule française du nouveau village, où le promoteur est constructeur. L’acquéreur peut choisir entre quelques types de logements agréés. Dans certains cas, tous les éléments du programme devaient être choisis dans un catalogue détaillé, l’État lui-même intervenait pour poser des limitations en vue de faire bénéficier des avantages d’échelle liés à une standardisation. Ces limitations atténuaient le sentiment de maîtrise qui était en plus perturbée par l’imposition d’une copropriété sur les parties communes non cédées à la municipalité. L’attrait de la formule a diminué avec le temps vu que l’expérience ne s’est pas imposée comme plausible.

44H. Raymond et alii constatent le fait dans la préface de la dernière édition de L’habitat pavillonnaire (2001, p. 3). Les auteurs continuent : « Les habitants ont découvert qu’ils étaient privés de compétences qui fondent la préférence pour la maison individuelle : le droit de clore ou de planter, la possibilité de transformer la maison à leur goût, l’indépendance atténuée par les contraintes de la copropriété ».

45Dans l’expérience de Louvain-la-Neuve, on a cherché à valoriser cette compétence, à condition qu’elle s’inscrive dans un projet global. Ceci n’est pas exempt de tension découlant du souci de répondre à la double exigence penser maison/penser ville qui a déjà été signalé.

Vers une structure organisationnelle appropriée ?

46Avec le temps, en fonction des problèmes à résoudre, une diversité de tâches s’imposa. Des services appropriés se mirent en place. L’ensemble fut formalisé dans un organigramme. Celui-ci ne fut pas construit au préalable par déduction rationnelle, mais résulta de l’expérience. La ténacité et l’ingéniosité des responsables permit d’inventer une machine à produire de l’urbain. Cette dynamique organisationnelle reposait sur la volonté de rester fidèle au projet originaire tout en trouvant les modalités qui permettraient la mise en œuvre et l’adaptation à un contexte en transformation.

47Cette autonomie de conception, de gestion et de promotion permit de faire valoir le point de vue de Louvain-la-Neuve dans les négociations avec les instances extérieures. Les négociations avec les instances extérieures virent leur importance se développer avec le temps. Il faut dire qu’elles prirent un poids grandissant vu l’évolution de la conjoncture institutionnelle. Des réglementations se sont développées avec la régionalisation des compétences urbanistiques dans le cadre d’un État devenu fédéral. La Commune elle-même se dota d’outils qui lui permit de renforcer ses modes d’intervention en vue d’orienter l’évolution urbanistique globale de son territoire, y compris sur Louvain-la-Neuve. Chaque acteur avait son point de vue et ses atouts. Si ces échanges comportaient des points positifs, ils furent aussi l’occasion de malentendus et de conflits. Ceux-ci eurent une incidence sur le déroulement des opérations sans que cela n’empêche la continuation du projet.

L’attrait du site après un moment d’atonie : évolution depuis 1990

48Après avoir considéré quelques acquis, revenons à la conjoncture du moment. Les années quatre vingt furent des moments difficiles. Il fallait naviguer à vue pour permettre la survie du projet. À partir de 1987, des interrogations prennent forme relatives à l’avenir du site, notamment au niveau des instances supérieures de l’université. On se trouvait dans une période d’incertitudes. Pourtant on était à la veille d’une nouvelle étape où les investissements antérieurs allaient porter leurs fruits. L’attrait pour le site allait bientôt se confirmer. Mais on ne le savait pas encore.

49Vu l’incertitude et l’indétermination, le moment était venu de réfléchir au devenir de la ville. Il fallait faire le point à partir du présent en regardant le passé de manière à préciser la procédure à suivre. Un bilan fut réalisé dont l’objectif n’était pas d’anticiper une relance. En fait, il en fut ainsi. Ce travail fut bénéfique par rapport à ce qui allait advenir vu la modification de la conjoncture. Tout était à pied d’œuvre quand le marché immobilier redémarra. Ce fut le début d’une nouvelle phase dans le développement urbain. Il convient de préciser ce qui s’est passé pendant cette période pour en comprendre la portée.

Hésitation du conseil d’administration et création du SPU

50Au conseil d’administration, un doute planait sur l’avenir, surtout chez certains membres qui n’étaient pas motivés par le projet urbain dans la mesure où ils ne le voyaient guère comme un soutien à la vie universitaire. En 1987, M. Macq, le nouveau recteur, s’interroge sur l’évolution ultérieure de Louvain-la-Neuve. Le CA se demande même s’il faut achever la Grand-Place du côté du lac et de la vallée. Si l’on veut garder la vue ouverte, ne faudrait-il pas transformer l’espace entre la Grand-Place et le lac en un jardin de sculptures ? J. Moulart, administrateur général, défend la continuité du projet. Une note est demandée à J.M. Lechat. Celle-ci fait un tour d’horizon des problèmes sans se limiter à la zone Grand-Place/lac. Néanmoins J. Moulart continue à être interpellé. Pour répondre aux interrogations qui lui sont adressées, il décide d’organiser un audit où divers acteurs auraient l’occasion de donner leur point de vue. En 1989, il demande à J. Remy de réaliser ce travail. Ce dernier s’associe à deux architectes, H. Becker et Ch. Gilot pour tout ce qui relève d’un bilan critique du point de vue urbanistique et architecturale. J. Remy s’adjoint aussi la collaboration de D. Bodson en vue de récolter les réactions du monde académique, des habitants et des autres partenaires, y compris la municipalité et la région. Il s’agissait par-là de mieux cerner les réactions et les aspirations des destinataires. Un rapport de synthèse est présenté en 1990 sous l’intitulé Louvain-la-Neuve en 1989, vers un nouveau souffle.

51Y. Lepère est consulté notamment à propos du centre urbain. En tant qu’architecte, il avait construit le bâtiment des Halles universitaires. Il était apprécié pour sa sensibilité particulière à l’architecture urbaine. Dans ce moment où l’incertitude continue à peser, il propose une nouvelle matrice pour modeler l’extension du centre urbain. Celle-ci reposerait sur la mise en valeur de la vallée de la Malaise. Un axe plus paysager découperait le centre urbain et relierait le Jardin de la Source et le lac. Cette perspective linéaire serait visuellement présente et départagerait deux phases du développement. En fait, ce qui était déjà construit se trouvait d’un côté, alors que s’implanterait de l’autre côté une extension du centre selon une conception nouvelle. Même si elle était séduisante, l’idée proposée ne fut pas retenue.

52Ce moment où le retournement de conjoncture n’était pas encore pressenti fut l’occasion de réflexions globales. Elles aboutirent notamment à prôner la nécessité d’assurer un échange plus équilibré entre le point de vue urbanistique et les exigences immédiates de la promotion urbaine. Ainsi fut créé en 1991 le Service du Plan urbain (SPU) comme entité distincte de SPGU (service de Promotion et Gestion urbaines). Ce nouveau service avait comme mission de réaffirmer l’objectif global à long terme qui devait guider l’insertion des projets nouveaux au fur et à mesure qu’ils se présentaient. Le site devenant plus attractif, une attitude plus sélective s’imposait face aux opportunités qui se présentaient. Dans ce contexte, il s’agissait d’assurer la congruence entre les propositions résultant d’un attrait immobilier et les principes du plan directeur. Cela n’excluait pas que l’on soit ouvert à un avenir dont les termes n’étaient pas prévus au départ.

Actualisation du plan directeur 1992 : fidélité et adaptations à de nouveaux enjeux

53Outre la gestion des problèmes quotidiens liés au développement du site, SPU se donna comme première tâche de reprendre le plan directeur approuvé en 1974 et de voir ce qui avait été réalisé, ce qui posait problème, mais également d’examiner comment faire face à de nouveaux enjeux. Rester fidèle à l’inspiration d’origine était une condition pour garder une mobilisation de divers partenaires, y compris l’association des habitants. La vigilance à ce propos était supposée permettre un bilan critique et une vue prospective.

54Le plan directeur actualisé sort en 1992 au moment où P. Goovaerts du CREAT réalise le schéma de structure communal. Les deux opérations se déroulant de façon concomitante, cela donna lieu à divers contacts en vue d’aboutir à une convergence maximum entre les deux documents.

55Le plan directeur actualisé reprend les différentes facettes du plan initial en repérant les lieux problématiques. Ceci permet de proposer quelques objectifs ressentis comme prioritaires dans le développement à moyen terme du site. Pour ce faire, il convenait que ces objectifs orientent dans l’immédiat, les choix partiels qui avec le temps, auraient des effets convergents allant dans le sens souhaité. Voici brièvement donc les principales priorités :

  • Renforcer le centre urbain : Le développement du centre urbain est bloqué depuis quelques années vu les contraintes économiques imposées par la dalle. Ces contraintes empêchent un développement par petits fragments. Une opération indivise est nécessaire. Elle est d’autant plus utile qu’un effet de seuil serait bienvenu pour que le centre urbain cesse d’être un territoire à dominante étudiante et devienne un espace public au sens sociologique du terme. Pour cela, il doit devenir un territoire commun à partager de fait avec d’autres usagers, y compris des personnes n’habitant pas sur le site.
  • Diversifier les types de logement : La maison individuelle était devenue le logement prédominant pour les habitants non étudiants. Cela avait été favorisé par les difficultés du marché immobilier des dernières années qui avaient amené à des concessions relativement à la mixité du tissu urbain en termes d’habitat. Le retour à plus de variété dans les logements était souhaitable pour créer une diversité de modes d’habiter typique d’un milieu résidentiel urbain. L’attrait pour le site permettait de réintroduire cette exigence qui était très présente dans le plan directeur de 1970. Pour y arriver, il fallait promouvoir des appartements pour des populations qui s’y installent sans les considérer comme un habitat de transition occupé en attendant mieux. La diversification de l’offre de logements ne pourrait reposer sur une imposition. Il fallait créer la demande et répondre à une aspiration potentielle. Divers promoteurs acceptèrent le risque de trouver une clientèle nouvelle. Cela se révéla porteur, notamment pour attirer des populations au-delà de 60 ans.
  • Renforcer de l’image paysagère du site : Louvain-la-Neuve apparaissait à beaucoup comme trop minérale et trop introvertie. Cela valait particulièrement pour ceux qui composaient leur image de Louvain-la-Neuve à partir du centre urbain. Pour corriger cette situation, la préoccupation d’intégrer cadre bâti, et nature devait se renforcer. Deux modalités furent indiquées à titre d’exemple.
  • Une première manière consistait à renforcer l’accessibilité et la présence visuelle des axes d’espaces naturels qui s’infiltraient dans le cadre bâti. Certains partaient des périphéries pour aboutir jusqu’au centre urbain. C’était le cas du jardin de la Source situé au centre urbain et relié aux périphéries par deux axes verts. Cette proximité devait devenir plus présente dans les cheminements quotidiens. L’achèvement de la place de l’Université et la rue Charlemagne devraient se faire de manière à assurer des ouvertures visuelles sur le bois, ainsi que des possibilités d’y accéder. Il en va de même du côté de la Grand-Place où une communication directe avec le lac devrait être assurée par une liaison piétonne à imaginer. Cela supposait en outre un aménagement du lac et de ses abords qui permettrait de faire de cet endroit un lieu d’usages collectifs à partir duquel se composerait une certaine image de la ville. Ce lieu deviendrait alors décisif pour mieux percevoir l’encastrement des espaces naturels dans le cadre bâti.
  • De façon générale, il conviendrait que l’on multiplie les lieux qui pourraient devenir des points de vue. Une politique paysagère devrait être mise en place. Outre les plantations à réaliser, elle devrait entre autres gérer la croissance végétale en vue de préserver l’ouverture visuelle en assurant des perspectives à courte, moyenne et longue distance.
  • Améliorer la lisibilité du site tant pour l’automobiliste que pour le piéton.

56Le site était perçu comme un espace compliqué où l’on manquait de repères. La lisibilité devait être abordée de façon différente si l’on se plaçait du point de vue du piéton ou de l’automobiliste. Le piéton se perd facilement lorsqu’il est en dehors de ses trajets habituels. Cela vaut a fortiori pour les visiteurs occasionnels. pour y remédier, diverses recherches devraient être entreprises en vue de permettre une identification des lieux et des liaisons par une signalétique appropriée. Le problème est différent pour l’automobiliste. Celui-ci a l’impression de voir une ville qui lui tourne le dos. Ce qui vaut déjà lorsque l’on pénètre au centre ville est encore renforcé pour les automobilistes de passage sur les axes périphériques, notamment la N4 et le boulevard de Lauzelle. Les deux situations devaient être traitées de façon spécifique. L’accès au centre ville évoluerait au fur et à mesure des constructions. Il faudrait toutefois être attentif à la manière d’encadrer les flux à partir des axes de pénétration. Pour la rocade, le problème était tout autre. Si l’on continuait le mode d’implantation actuel, cela renforcerait l’image d’une ville introvertie vivant sur elle-même. Modifier la présentation paraissait utile pour accroître l’attrait régional. Cela demandait une modification de la conception générale. Il est suggéré que les axes périphériques soient traités comme des boulevards urbains. Cela signifie par exemple que tous les bâtiments devraient avoir une façade sur les axes rapides, même si l’accès se fait par des voies de desserte situées de l’autre côté des bâtiments. Cette manière de se présenter à l’automobiliste de passage devait s’appuyer sur des points forts qui viendraient rythmer la séquence visuelle. Cela demandait un traitement particulier des carrefours qui plus tard deviendraient des ronds-points. Ces recommandations valent particulièrement pour ceux situés le long de la N4.

Architecture et urbanisme : des possibilités nouvelles

57La révision du plan directeur fut aussi pour SPU l’occasion pour se pencher sur l’architecture des bâtiments. L’heure était venue de faire un bilan et de réfléchir sur les liens qui s’étaient progressivement noués entre architecture et urbanisme. W. de Schaetzen réalisa un dossier photographique thématique portant principalement sur l’architecture des bâtiments destinés au logement. À travers ces comparaisons, SPU cherchait à répondre à la question suivante : Assiste-t-on à la naissance d’une certaine typologie architecturale qui permet des expressions variées tout en respectant quelques paramètres : gabarits, matériaux, pentes, mitoyennetés, verticalités, … ? La réponse est hésitante. Mais l’hypothèse est avancée qu’un embryon de typologie existe et qu’elle est le résultat de multiples interactions entre les architectes et les urbanistes. Celles-ci se sont déroulées notamment dans le cadre de la commission urbanisme et architecture qui a donc joué un rôle indirect dépassant l’examen au jour le jour de chaque bâtiment.

58Cette typologie en formation devrait opérer comme un modèle de référence implicite, apte à engendrer une réinterprétation des styles architecturaux du moment. L’existence d’une telle matrice permet d’éviter un double écueil : d’une part, dépasser une banalisation architecturale uniformisante ; d’autre part, éviter de se trouver devant une mosaïque qui rassemble en un lieu quelques belles réalisations. Faisant l’hypothèse qu’un tel modèle existe, SPU a voulu donner de la souplesse et ouvrir le champ de possibles, tout en donnant comme objectif d’éviter de laisser faire. Les premiers résultats devraient apparaître dans les lotissements qui furent réalisés à Bruyères à partir de ce moment. Il serait donc intéressant de comparer l’architecture des années quatre-vingt à Lauzelle avec celle que l’on trouve dans les années nonante à Bruyères.

59Ainsi s’affirmait la volonté de laisser s’exprimer des variations tout en assurant une certaine continuité de traits architecturaux qui contribuaient à construire l’image de Louvain-la-Neuve comme lieu spécifique. Une autre dimension vint s’ajouter qui prit du poids à partir de 1990, c'est-à-dire au moment où Louvain-la-Neuve s’est imposée comme une alternative valable par rapport à des lotissements en habitat dispersé. Une partie des acquéreurs sont plus exigeants sur l’identité de leur construction. Cette exigence se reflète dans les projets des architectes. Ceux-ci deviennent plus soucieux d’investir sur la façade. Cette volonté d’individuation ne devait pas compromettre le fait que chaque bâtiment était appelé à contribuer à la formation d’un espace collectif aussi harmonieux que possible : comment être original tout en gardant une suffisante modestie dans un espace public partagé par plusieurs ?. Le souci d’identité ne devait pas s’exprimer au détriment de l’harmonie générale des espaces publics. Équilibrer ce double objectif fut une des tâches de la commission Urbanisme-Architecture. La conjoncture est donc différente de l’ambiance qui régnait dans les quinze années précédentes.

60L’ambiance générale favorisa aussi divers types d’expérimentations, notamment sur des matériaux. Ces expériences furent tentées par rapport à des ensembles cohérents avec un souci d’aboutir à une certaine coordination : le bloc de béton millimétré à la place Horta ; ailleurs, des briques d’un autre calibre, des tuiles au lieu des ardoises, … De fil en aiguille se cherchaient des matériaux aptes à une utilisation facile.

61La référence à l’œuvre collective était à rappeler constamment. L’œuvre collective suppose le souci de participer à la formation d’un espace public. Dans chaque parcelle à construire, il convient de tenir compte de ce qui est déjà là en gardant à l’esprit que le bâtiment s’inscrit dans uns séquence visuelle. Les règles de composition reposent sur le fait que la ville est un espace architecturé qui s’approprie en se déplaçant. Comme l’écrit W. de Schaetzen dans son article dans la revue A+, la revue de l’Ordre des architectes de Belgique, : « Les bâtiments s’apprécient par séquence. Tout ne peut être événement sur le trajet. Les éléments de contraste doivent donc être peu nombreux et jalonner un trajet … Multiplier les éléments totalement différents les uns par rapport aux autres aboutit à un chaos … Il n’y a pas de contraste intéressant sans une harmonie de fond … ». Ces préoccupations avaient inspiré la conception des plans de lotissement. Elles devaient guider le travail de la commission.

62Une évaluation nuancée supposait encore que l’on tienne compte d’un critère supplémentaire : l’opposition entre tissu ordinaire et bâtiments d’exception. Cette opposition était chère à R. Lemaire qui répétait volontiers « on n’écrit pas une dictée pareille uniquement avec des majuscules ». L’architecture du tissu ordinaire doit être ponctuée par une architecture qui se démarque. Ceci s’applique entre autres aux bâtiments académiques. Si l’Université ne fait pas le lien dans la ville, elle contribue à la marquer symboliquement. Pourtant, elle n’est pas la seule. L’exception était aussi de mise pour certains bâtiments destinés à des équipements collectifs. Gérer ce qui relève de l’exception est une entreprise délicate.

63W. de Schaetzen explicite bien les préoccupations de base qui sous-tendaient ces échanges entre architectes et urbanistes, dans un texte déjà cité de la Revue A+ : « le pari de Louvain-la-Neuve est celui d’une œuvre collective où chaque réalisation individuelle vient prendre place … Il n’est pas nécessaire que chaque (bâtiment) soit une œuvre en soi, à condition qu’ils s’intègrent tous dans l’ensemble … Par contre, il est nécessaire que certains éléments stratégiques aient une expression propre … Pour assurer l’harmonie de base, il faut des règles du jeu … Il ne suffit pas de juxtaposer des ensembles conçus chaque fois par un bureau différent et dissonants entre eux ». Ces règles n’étaient pas préconçues, mais furent inventées progressivement dans des rencontres entre urbanistes et architectes. Dans l’analogie avec la dictée, R. Lemaire ajoutait : « on n’écrit pas une aussi longue dictée sans faute d’orthographe ». Par-là, il faisait allusion aux erreurs architecturales et urbanistiques. Pour lui, celles-ci pouvaient s’estomper à condition que la dominante corresponde à une orthographe correcte.

64Lorsque l’on passera à l’évaluation ex post, il conviendrait de se demander quels sont les résultats d’une création architecturale qui s’est déroulée sous contrainte de prescrits urbanistiques ? A-t-elle donné des résultats globalement intéressants ? Lesquels ? Y a-t-il eu des cas où l’architecture s’est exprimée au détriment de l’urbanisme. Et réciproquement. Le cas de la Grand-Place pourrait être un exemple à étudier. Elle apparaît comme un endroit où se confrontent deux types d’architecture correspondant à deux moments de développement. Fallait-il voiler ce fait surtout en un lieu central ? Si oui, comment ? Fallait-il au contraire que la Grand-Place exprime une tension en-tre deux étapes de réalisation ? Si oui, celle-ci ne s’est-elle pas exprimée de façon trop dissonante ? La question mérite d’être posée à une diversité d’usagers. Leurs réactions devraient être comparées aux positions que prendraient divers architectes. Un tel exercice serait probablement très éclairant pour expliciter la manière dont est ressenti par divers partenaires le lien entre architecture et urbanisme à Louvain-la-Neuve. Nous avons posé la question à différentes étapes de notre analyse car elle nous paraît cruciale. Les modes d’imbrication sont probablement un des éléments qui ont contribué à construire l’esprit du lieu.

Échelle des opérations et enjeux nouveaux, à partir de l’an 2000

65Dans les années 2000, Louvain-la-Neuve entre progressivement dans une nouvelle phase confirmant sa vocation régionale. Ceci résulte des équipements venus s’installer au centre urbain : Aula magna, multiplex de cinémas et finalement, en octobre 2005, la rue Charlemagne et la galerie commerciale de l’Esplanade. D’autres réalisations suivront : les Archives du Royaume pour le Brabant wallon, le musée Hergé, … Ce renforcement du centre urbain est possible vu les disponibilités d’espaces de part et d’autre de l’axe place de l’Université, Grand-Rue, Grand-Place.

66L’échelle des opérations n’a pas seulement une incidence sur l’architecture et les fonctions, elle modifiera également le type de relation que les divers partenaires vont entretenir entre eux. Cela amènera progressivement à renforcer le poids des négociations entre partenaires dont les intérêts pourraient devenir divergents. Une gouvernance urbanistique sera de plus en plus nécessaire. C’est le contexte dans lequel J.-Cl. Nihoul a dû s’insérer lorsqu’il a remplacé J.M. Lechat en 1995.

Développement du projet et négociations urbanistiques

67Deux projets ont contribué à créer un effet de seuil qui modifie le poids du centre urbain sur la vie sociale : l’Aula magna et L’Esplanade.

68L’Aula magna reprend l’appellation médiévale pour désigner la grande salle où l’Université rassemblait ses membres et ses invités pour diverses manifestations prestigieuses. Dans la situation présente, elle ne sert pas uniquement aux activités solennelles de l’Université. Sa polyvalence favorise son utilisation pour diverses activités à caractère culturel et socio-économique. Ces multiples usages permettent de valoriser un équipement qui regroupe, sur 10 000 m² de plancher, une salle de 1 200 places avec acoustique modulable pour la parole ou la musique, une salle de réception ou d’exposition de 1 800 m², quatre salles de conférence de 75 à 150 places et une zone on l’on peut servir jusqu’à 800 repas.

69L’Esplanade est une opération visant à construire un fragment du centre urbain avec 30 000 m² de commerces auxquels sont adjoints une surface au moins équivalente de logements, un multiplex avec 13 salles de cinémas et des bureaux. La galerie commerciale en particulier est au service de la population résidente, mais elle n’est viable que si une clientèle régionale l’utilise.

70Un nouvel équilibre se cherche où les fonctions commerciales et culturelles devraient se renforcer mutuellement. Ceci donne un sens à des investissements qu ont eux aussi une portée régionale, voire nationale. On peut évoquer les Archives du Royaume, le musée Hergé et, plus tard, le musée universitaire.

71Cette transformation ne pose pas seulement des questions en termes de mixité entre les fonctions, elle relance la dialectique déjà évoquée entre le tissu ordinaire et les bâtiments d’exception. Beaucoup de ces bâtiments veulent marquer le paysage urbain. Des négociations ont été nécessaires pour confronter ce qu’ils avaient de spécifique avec les règles urbanistiques prévues pour l’extension du centre ville. Le consensus fut parfois difficile à trouver. Des éléments liés aux techniques de construction venaient encore compliquer les problèmes à résoudre. M. le Paige, ingénieur architecte, put mettre ses compétences à profit pour améliorer la cohérence urbaine de l’ensemble.

72Le promoteur de L’Esplanade a dû négocier la localisation de son projet. Une localisation entre l’autoroute et la N4 a été rejetée parce qu’elle risquait de vider le centre urbain. Le promoteur fit alors la proposition de juxtaposer son opération au centre urbain existant, en occupant l’espace du boulevard de Wallonie, à proximité de la gare et de la place de l’Université. Cette implantation fut finalement acceptée à certaines conditions : construction de la rue Charlemagne, passerelle de connexion entre les quartiers de Lauzelle et de la Baraque, liaison le long des Halles universitaires, place de l’Accueil et relations entre celle-ci, la place de l’Université, le quartier de Lauzelle, la gare, … (cfr annexe 6 donnant le cahier des charges urbanistiques). La juxtaposition fit place progressivement à des modes d’imbrication dans le centre urbain déjà existant.

73Une mixité des fonctions fut aussi imposée. Au projet initial de galerie commerciale s’ajouta la diversification du projet : des logements, des espaces de loisirs, des bureaux. La majorité des logements serait implantée dans la rue Charlemagne et dans l’espace situé entre celle-ci et le jardin de la Source. Les cinémas, initialement prévus au-dessus de la galerie, près des Halles universitaires, durent s’implanter sur la Grand-Place vu la réaction des riverains craignant le bruit en soirée. Ce transfert renforça encore l’imbrication avec le tissu urbain existant.

74Pour l’Aula magna, la mise en œuvre se déroula de manière différente. Un projet d’urbanisation de la zone Grand-Place/Lac existait où un espace était prévu pour la construction d’une Aula magna intégrée dans le tissu urbain à venir. Pourtant, le Recteur Crochet souhaita donner mains libres à l’architecte Samyn en vue de faire valoir l’Aula magna comme immeuble à la fois fonctionnel et symbolique. Dans cet esprit, l’architecte proposa une composition urbanistique qui se ferait à partir de son bâtiment de manière à marquer sa présence par contraste avec la ville existante. Ceci a eu des répercussions en ondes successives, y compris dans l’achèvement de la Grand-Place. Celle-ci devint le lieu de confluence entre deux types d’architecture, voire d’urbanisme. Cette tension fut encore renforcée vu l’architecture adoptée pour le bâtiment des cinémas et la manière dont il se présente sur la place. La perception actuelle n’est que provisoire. Elle sera tout autre après la construction du musée. Le grand auvent des cinémas se serait aligné alors en parallèle sur les axes servant de base à l’implantation du musée. L’image globale de la place sera fortement transformée.

75Au-delà du lien entre l’architecture et l’urbanisme, ces investissements, particulièrement l’opération Esplanade, amenèrent à débattre sur le développement et l’équilibre des diverses fonctions au centre urbain. Le problème vient d’être évoqué. Nous le reprenons brièvement, vu l’importance que l’enjeu représente pour une sociabilité urbaine. Le commerce et la culture peuvent-ils se développer réciproquement. Telle était la question. Si oui, le commerce renforçant l’attractivité du site favoriserait l’ouverture des activités culturelles à de nouveaux publics. À l’inverse, les activités culturelles donneraient une connotation particulière à l’acte d’achat qui serait moins dissocié du reste de la vie sociale. Les galeries commerciales dépasseraient la simple logique de gagner du temps pour s’approvisionner. La flânerie et les activités dérivées seraient alors un élément important pour évaluer la pertinence du développement général. Cette interfécondation ne sera pas automatique. Elle dépendra entre autres de la capacité de créer des événements fédérateurs.

76Face à ce défi, les propos suivants présentent quelques hypothèses sur l’évolution probable. L’enjeu de 2006-2008 va être la formation d’un espace public où résidents et non-résidents, étudiants et non-étudiants trouvent des manières de cohabiter. Un nouveau régime de proximité-distance devrait s’instaurer. Les étudiants le ressentent lorsqu’ils ont l’impression qu’ils perdent leur position hégémonique et qu’ils doivent composer avec d’autres. Négocier son statut, développer des territorialités partagées est probablement un des aspects de l’apprentissage à la citoyenneté.

77Les associations de commerçants réagissent d’une autre manière. Le centre urbain est en transition vers de nouvelles formes de commerces et de services : comparaison avec ce qui est offert l’opération L’Esplanade, modification de l’accès aux parkings, ouverture à de nouvelles clientèles, … Tout cela perturbe les habitudes antérieures.

78Dans cette évolution, l’utilisation des parkings est une pièce maîtresse. Ceux-ci ne peuvent être conçus comme ils le sont dans la plupart des villes où les parkings payants sont un service complémentaire donné à ceux qui n’arrivent pas à se parquer autrement. À Louvain-la-Neuve, l’ensemble des parkings du centre urbain est payant. Inciter à la rotation rapide aurait comme conséquence de limiter le temps de présence à ce qui est nécessaire à l’activité qui a motivé le déplacement. L’objectif devrait être au contraire de stimuler le plaisir de passer du temps. Être sur place pour le plaisir de flâner permettrait de créer une ambiance particulière où seraient associés commerces et activités ludiques et culturelles. Pour accroître cette propension, les occupations de parkings de moyenne durée devraient être favorisées. Des séjours de deux à cinq heures permettraient des usages favorables à une sociabilité urbaine. Pour que de telles mesures soient mises en place, elles doivent se révéler avantageuses pour les divers partenaires, y compris pour le gestionnaire des parkings. Ce dernier devrait bénéficier de l’usage plus intensif des parkings, même avec des paiements modulés d’une autre manière.

79De même on ne peut évaluer l’intérêt des zones bleues dans les quartiers (2 h de parking gratuit) en constatant simplement qu’on a empêché le reflux des usagers du centre urbain. Il faudrait aussi s’informer sur les activités de rencontre ou de travail qui, à cause de cela, ont quitté Louvain-la-Neuve ou ne viendront pas s’y installer. Diverses mesures, à première vue bénéfiques, peuvent avoir un effet indirect incitant à la dispersion en périphérie plutôt qu’à un regroupement dans les zones urbanisées.

80Les solutions sont à inventer par essais et erreurs. Elles vont dépendre d’une convergence d’initiatives d’origines diverses et de négociations où s’affirment des choix collectifs. Ces négociations reposeront sur la rencontre entre une pluralité de partenaires. On est sorti d’une dualité où la Commune et l’Université étaient les interlocuteurs privilégiés prédominants. Même s’ils restent acteurs prioritaires, des tiers intervenant sont constamment présents. Ils se déclinent de multiples manières : société de gestion de l’Esplanade, société de gestion des parkings, gros propriétaires immobiliers, … La participation de chacun a toute chance de se modifier dans ce jeu devenu plus complexe. L’ensemble des rencontres qui en résulteront devra induire la mise en place de structures de négociations adaptées aux problèmes à résoudre. Cela a déjà été dit en parlant d’une nouvelle forme de gouvernance.

D’une ville piétonne à une plate-forme intermodale

81Ces divers équipements vont probablement renforcer l’attrait que le site exercera sur sa région. Ainsi une gare des bus s’est installée en 2007 sur une partie du parking Leclercq. Elle est desservie par dix à douze lignes de bus dont certaines permettront des liaisons rapides entre des lieux urbains du Brabant wallon. Plus tard, le RER avec ses parkings d’accueil devrait s’implanter au-delà des quais SNCB dans la zone longeant le boulevard de Wallonie en direction de la N4. Une fois ces investissements réalisés, cet endroit sera privilégié car son accessibilité permettra d’assurer un transfert entre l’automobile et le train, tant à partir de l’autoroute qu’à partir de routes rapides connectant Louvain-la-Neuve aux communes avoisinantes. Ceci se réalisera avec peu de perturbations puisque le transit automobile ne devra pas traverser une zone déjà urbanisée. En accroissant le nombre des usagers, cette intermodalité renforcera la fréquence des liaisons RER, y compris en train rapide. L’effet sera donc cumulatif.

82Outre les facilités de transfert, l’accessibilité multimodale train, bus, voire vélo aura un impact sur le développement du site lui-même. Les opportunités offertes par le lieu s’imposeront de diverses manières. Elles vaudront pour des populations qui résident, comme pour les populations venant de l’extérieur. Ceux qui vivent sur place apprécieront les possibilités d’accéder à des endroits situés à l’extérieur autrement qu’en voiture. Ces facilités ont des chances d’attirer de nouvelles populations.

83La multimodalité aura aussi son intérêt pour des populations non résidentes. Louvain-la-Neuve ne doit pas simplement devenir un espace de transit où l’on change de mode de déplacement, par exemple de l’automobile au train, sans s’y arrêter davantage. La population qui change de mode de déplacement représente un potentiel pour l’animation du centre ville. Elle doit être encouragée à utiliser de façon complémentaire les services urbains établis sur place. Cela implique que les parkings soient reliés de façon facile et lisible avec le tissu urbain. Une telle manière de se comporter sera d’autant plus spontanée que la dalle au-dessus des parkings serait elle-même construite, faisant apparaître la zone comme une extension du centre urbain. L’attraction sera d’autant plus nette que l’on se trouve en face d’une ville piétonne et conviviale. La ville piétonne telle que conçue au départ devrait assurer l’image et l’ambiance.

84Pour renforcer cet avantage tout en valorisant les investissements réalisés pour les transports en commun, les espaces situés à proximité des lieux d’intermodalité devraient devenir une zone d’urbanisation prioritaire. Celle-ci devrait être réservée de façon préférentielle à toute activité dont le bon fonctionnement dépend d’un taux d’accessibilité élevé, ce qui est souvent le cas pour des équipements à portée régionale. De même, les logements qui seraient construits à proximité ont toute chance d’attirer à cet endroit des populations ayant un haut taux de mobilité.

85L’université est par excellence une activité supposant un haut potentiel de mobilité. Elle bénéficiera particulièrement du renforcement de l’accessibilité du site que ce soit pour les étudiants ou pour les divers échanges avec l’extérieur. Les facilités de déplacements en transports en commun allant dans de multiples directions seront d’autant plus appréciées qu’à l’avenir l’usage de la voiture a toute chance de devenir plus coûteux.

86Cette intermodalité avec les effets induits qu’elle comporte, aura une incidence sur la structure urbanistique du site. Le centre urbain a toute chance de s’étendre à partir de la gare dans la direction de la N4 et au-delà. L’extension linéaire du centre urbain sera favorisée par le fait que le centre de gravité serait déplacé vers le lieu d’intermodalité : RER, bus, parkings. Si, à partir de celui-ci, on trace un cercle de 800 m ou de 1 000 m, les espaces situés à proximité de l’autoroute sont plus proches que certaines parties du quartier des Bruyères. La carte de l’annexe 9 trace des cercles indiquant les distances à vol d’oiseau. Elle est révélatrice des changements de situation. Cela ouvre à une réflexion sur une modification souhaitable du plan de secteur. La destination des terrains devrait être adaptée en créant un corridor qui permettrait l’installation d’équipements à vocation de centralité entre la N4 et la E411 et même au-delà. Ce corridor doit avoir une largeur suffisante pour permettre une continuité de la vie urbaine. Tout un travail urbanistique sera nécessaire pour éviter de tomber dans un espace monofonctionnel.

87Si l’on ajoute à cela l’extension de la Grand-Place vers le lac, la signification d’espaces publics collectifs qu’ont pris les abords du lac, on se trouvera devant un axe de croissance du centre urbain suivant le tracé de la vallée. Cet axe se croisera à la place de l’Université et à la Grand-Place avec l’axe universitaire partant de la place des Sciences et allant jusqu’au centre sportif. Ces deux axes et ce type d’entrecroisement avaient été pressentis dans la composition du site présentée au départ. Il a toute chance de se concrétiser dans les prochaines années.

88L’évolution dans la structure urbanistique du site rendra plus complexe l’expérience de la diversité qui fut donnée comme une caractéristique de la sociabilité urbaine que l’on voulait promouvoir au début du projet. À la diversité des populations vivant sur le site s’ajouterait le brassage avec des populations marquées de diverses manières par la mobilité. Le chemin pour arriver à ce type de sociabilité urbaine est différent de celui escompté par beaucoup dans les premières années de la ville. Ces derniers privilégiaient l’hypothèse d’une sédentarité à l’échelle de la ville où la grande majorité travaillerait sur place et aurait peu de propension à rechercher des compléments de vie sociale à l’extérieur. Ils voulaient néanmoins éviter une ville vivant sur elle-même. Ils prévoyaient un complément de travailleurs et d’usagers venant d’ailleurs. Ce double objectif se présentait comme un dilemme sans qu’on ne puisse anticiper la manière de le résoudre. La culture de la mobilité qui s’impose aujourd’hui n’était guère pressentie. Elle a de multiples incidences sur la vie quotidienne. Elle diminue la propension à la sédentarité en diversifiant les lieux extérieurs significatifs pour la vie sociale et culturelle.

89Les diverses transformations qui affecteront le site peuvent renforcer une sociabilité citadine. Elles ne sont pas sans risque si l’on veut maintenir le cap. Lorsqu’on change de niveau, on atteint un seuil. On se trouve alors à un moment de bifurcation s’ouvrant sur plusieurs chemins. Les choix à faire ne devront pas être laissés au hasard ou abandonné aux jeux des promoteurs. Une politique cohérente demandera une guidance urbanistique. L’avenir urbain du site de Louvain-la-Neuve supposera d’étudier avec discernement les incidences réciproques entre la mobilité et la programmation spatiale. Cela permettra de ne pas dissocier urbanisme et politique des transports, comme ce fut souvent le cas. Pour y arriver, les extensions urbaines devraient se greffer au tissu existant et en reproduire l’esprit. Ce souci sera d’autant plus important que l’on souhaite rester fidèle à l’idée d’une sociabilité urbaine, à la manière dont elle a inspiré le projet dès son origine.

90Il conviendra de mettre en correspondance les deux faces du problème : l’accessibilité externe et la mobilité interne. Du point de vue de l’accessibilité externe, Louvain-la-Neuve devra s’intégrer dans un plan de mobilité qui poursuit un double objectif : rendre l’usage de la voiture de plus en plus sélectif, faciliter l’usage de l’automobile, là où elle est nécessaire. En outre, les déplacements lents tels que le vélo devraient être favorisés, tant sur le site que pour accéder à des localités avoisinantes. La mobilité interne devra renforcer l’attractivité du site, en renforçant la diversité des fonctions et son caractère piéton. Les extensions devraient perpétuer le souci d’encadrer les flux piétons par une architecture urbaine appropriée.

91Ces divers objectifs se doivent d’être poursuivis en même temps. Cela demandera la mise au point d’un cahier des charges urbanistiques. Celui-ci devra veiller à ce que des contributions partielles assurent des effets globaux et à moyen terme. Si ces prescriptions sont indispensables pour être efficaces, elles doivent s’accompagner d’une gouvernance assurant la convergence des initiatives sur un tel objectif. Le fait de disposer d’un pouvoir urbanistique sera d’autant plus important que l’on aura affaire à des promotions d’envergure. Sans cela, le risque est grand de voir le projet global s’effilocher.

Séquence génétique et prise de risque

92Jusqu’à présent, l’esprit de l’analyse génétique a guidé notre regard sur l’histoire urbanistique de Louvain-la-Neuve. L’analyse génétique cherche à dépasser la simple description des faits. Pour cela, elle doit entrer en connivence avec l’objectif qui a motivé les acteurs pour voir comment le jeu des contraintes et des possibilités a orienté le déroulement dans le temps. Nous sommes partis de l’utopie culturelle qui inspirait le projet pour comprendre la recherche de formes urbanistiques appropriées. Nous avons vu comment les propositions étaient confrontées au sens du possible, évitant par là de se lancer dans des prises de risque inconsidéré. On se trouvait en face d’une utopie pratique où la volonté de rupture était d’autant plus pertinente qu’elle répondait aux exigences de la vie quotidienne. Les choix furent guidés par un jeu d’opportunités. Ainsi réalisa-t-on la gare, alors que cette solution n’avait pas la préférence des urbanistes. Ce qui a été réalisé n’était donc qu’une option parmi d’autres qui auraient été compatibles avec la visée initiale. Les potentialités offertes au départ auraient pu mûrir en suivant une évolution différente. Lorsqu’on présente une séquence génétique, il est important d’être conscient du fait suivant : Ce qui se réalise n’est qu’une concrétisation parmi d’autres qui auraient été possibles. Une fois une option prise, elle balise le chemin vers d’autres bifurcations. Lorsqu’on est à un moment de bifurcation, le choix se fait sur base d’incertitudes et de risques. Même si chacun veut rester fidèle aux intentions de départ, les avis sont partagés par rapport à ce qu’on estime être le chemin correct. Cela peut donner lieu à des confrontations qui aboutissent quelquefois à proposer une manière de faire à laquelle personne n’avait pensé au début du débat.

93À un moment donné, on atteint un certain seuil où les problèmes à résoudre deviennent différents. On se trouve à nouveau devant une situation d’incertitude qui va demander une bonne anticipation de l’avenir. Une relative maîtrise de la séquence suppose que les intervenants supputent la chance de survenance de certaines réactions. Cette attitude probabiliste s’écarte d’une vision où l’on établissait un lien mécanique par exemple entre la configuration physique de la ville et la vie sociale qui y est associée. La chance de survenance repose sur une configuration de facteurs qu’il faut essayer de mettre en place de façon conjointe. Malgré ce souci, ce qui va se passer risque d’être partiellement différent de ce qui était escompté. Une souplesse de réaction est nécessaire pour être capable de s’adapter rapidement aux conséquences inattendues des décisions prises. Une bonne gouvernance demande que l’on évite une dérive. Rester fidèle à l’inspiration originaire suppose beaucoup de discernement si l’on veut garder l’ouverture à l’innovation et répondre à des défis nouveaux. Ce qui va se mettre en place peut être fidèle à l’esprit des origines, même si les formes que cela prend n’étaient pas anticipées au départ.

94Cette perspective génétique a balisé le parcours suivi jusqu’à présent. Avant de changer de point de vue pour adopter un regard ex post, rappelons quelques jalons dont la pertinence nous est apparue en cours de route :

  • Tensions et complémentarités entre le city planning et le town de-sign ;
  • Mode d’interdépendance entre urbanisme et architecture ;
  • Priorité donnée à l’urbanisme relationnel sur l’urbanisme fonctionnel ;
  • Encadrement des flux et formation d’espaces publics : la ville s’approprie en se déplaçant ;
  • Formation d’outils d’autonomie de gestion favorisant une meilleure maîtrise du projet ;
  • Le centre urbain comme territoire collectif où chaque groupe doit négocier son statut ;
  • Mobilité : relation entre une plate-forme d’intermodalité et des ambiances urbaines marquées par les déplacements piétons.

95L’inspiration originaire laissait ouverte l’exploration d’une multiplicité de possibles. Au fur et à mesure que le projet se matérialisait, les choix à venir étaient limités par les décisions antérieures. Cet enchaînement ne doit pas être lu en termes négatifs. À travers lui, Louvain-la-Neuve naissait comme un lieu urbain qui avait sa spécificité. L’identité acquise lui permettait de concrétiser ses échanges avec ses environnements, proches ou lointains. Le contexte lui-même évoluait. Les transformations de celui-ci se répercutaient aussi sur le devenir de Louvain-la-Neuve. La ville devenait de plus en plus un ensemble ouvert. Ainsi, à chaque étape, le champ d’action se modifie, ainsi que les défis à relever.

© Presses universitaires de Louvain, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540