Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Louvain-la-Neuve, une manière de concevoir la ville

 | 
Jean Remy

Chapitre 2 - De l’idée directrice à la mise en forme urbanistique : le travail de UA

Texte intégral

Les antécédents

1UA a joué un rôle décisif dans la traduction urbanistique de l’idée directrice inspirant le projet. Le cadre de son activité fut déterminé par le contexte qui vient d’être évoqué. Pour identifier la signification du travail d’UA, il convient de bien situer son intervention par rapport à ce qui s’est passé avant. Nous venons de présenter les antécédents. Nous allons encore évoquer quelques éléments complémentaires. Ceci nous amènera à expliciter le travail de UA et donc sa manière d’aborder l’urbanisme. Dans le chapitre suivant, le travail de conception sera mis en relations avec le processus spatio-temporel de mise en œuvre du projet. La séquence temporelle n’est pas neutre sur la vie urbaine qui en résultera. Cela nous amènera à considérer ce qui s’est passé après la disparition d’UA.

Période de démarrage : le CREAT et le plan de secteur

  • 1 Centre de recherche et d’études en aménagement du territoire (UCL, faculté des sciences appliquées (...)

2Le projet lui-même devrait s’inscrire dans les balises officielles fixées par le plan de secteur. En 1966, le CREAT1 se voit confier par Victor Bure, directeur général de l’urbanisme, la confection du plan de secteur de Wavre-Perwez (sous la direction de Jacques Toint, pour les détails, voir l’annexe 1). Le plan de secteur doit fixer la destination des sols en liaison avec la vocation du lieu. Dans le cas présent, il est soucieux que Louvain-la-Neuve se développe en complémentarité et non en concurrence avec la région et ceci particulièrement sur le plan commercial.

3Au CREAT se succéderont différents collaborateurs : J.F. Vaes, H. Zoller, puis P. Govaerts. Ce centre universitaire est intégré dans l’Institut interfacultaire d’urbanisme et d’aménagement du territoire qui a son ancrage dans la Faculté des sciences appliquées. Diverses collaborations furent entamées avec lui. Elles s’achèveront en 1969, lorsque la programmation retenue pour le site universitaire ne tient pas compte des chiffres de population urbaine possible avancés par le CREAT. Celle-ci avait été calculée en s’appuyant sur diverses prévisions démographiques. M. Woitrin tenait à une perspective volontariste de 50 000 habitants qui permettait de respecter les objectifs d’équilibre entre les fonctions donnés comme nécessaires pour aboutir à une ville aussi normale que possible. On se trouvait face à deux manières d’aborder les problèmes qui aboutirent à une rupture de collaboration. Ceci priva d’un appui pour mettre au point la programmation de la vie urbaine non universitaire. UA ne trouva donc pas une aide dans ce domaine, comme il en reçut d’André Ransart pour tout ce qui relevait de la programmation académique.

Délibérations autour des options de V. Gruen

4Comme il a déjà été dit, M. Woitrin trouvait que certains problèmes soulevés par V. Gruen se devaient d’être abordés et constituer un point de départ pour certains choix de base. Nous avons déjà évoqué les infrastructures et la densité, ainsi que les débats autour de la maison individuelle. Nous n’y reviendrons pas. Le plan de V. Gruen (cfr. annexe 8) proposait aussi une distribution spatiale des activités académiques et urbaines. Ce problème va retenir notre attention. Autour de sa solution se nouèrent quelques débats qui eurent d’autant plus de poids que divers organes directeurs de l’Université y étaient associés.

5La manière de distribuer dans l’espace les volumes requis par la programmation académique devait être résolue avant d’examiner comment distinguer et entremêler les surfaces académiques avec l’espace urbain. Diverses propositions préliminaires furent faites. La mise au point de solutions fut progressive. La comparaison avec les propositions initiales de V. Gruen restait en ligne de mire.

6Ce dernier proposait quatre quartiers pour le développement résidentiel. Cette option fut gardée. Il prévoyait une faculté par quartier. Cette idée fut combattue, notamment par le professeur J. Drèze, ardent défenseur de l’interdisciplinarité. Au même moment, le GPA (groupe de programmation académique) prônait la disparition des facultés puisqu’il souhaitait que la recherche soit regroupée par départements, tandis que l’enseignement se ferait dans ce qu’il dénommait École. Cette discussion était d’autant plus passionnée que dans le GPA, le mot d’ordre était de tirer parti de la contrainte du déménagement souvent acceptée à contre-cœur pour présenter une solution innovatrice, forçant la mutation de l’Université. C’était de nouveau l’esprit de l’utopie : une rupture pour préparer un avenir meilleur.

7Les recherches d’A. Ransart sont à resituer dans cette conjoncture générale. Comme il a été dit, ses travaux partent de sociogrammes et aboutissent à proposer des regroupements et des dispersions. La distribution dans l’espace à urbaniser était un prérequis si l’on voulait mettre en œuvre l’option faire une université dans la ville. V. Gruen s’étonne de l’absence d’une faculté des arts. Dans les débats, on explique la différence par rapport au contexte américain, mais l’on retient la possibilité de développer des écoles d’art sur le site, organisées par des instances non universitaires. Plus tard, l’idée de réserver les bâtiments des anciennes fermes aux activités artistiques parut pertinente : Blocry pour le théâtre, Biéreau pour la musique, …

8Finalement une solution fut retenue. Elle prônait un regroupement sciences/sciences appliquées sur le plateau à proximité du Cyclotron en construction. Les sciences humaines seraient installées à proximité du centre urbain, au fond de la vallée. L’école d’éducation physique s’implanterait quant à elle à proximité des équipements sportifs situés sur la crête du côté opposé. Cette distribution entre plusieurs fragments créerait un axe fonctionnel autour des activités universitaires qui irait d’est en ouest, passant par la gare et se distribuant de part et d’autre de la vallée. Ces fragments de campus discontinus devaient générer le flux principal, pour ce qui relève des usages et des échanges universitaires. Ainsi distribués, les bâtiments académiques contribueraient au développement de la vie urbaine. Ce n’aurait pas été le cas s’ils étaient regroupés au centre, laissant le reste à leur périphérie.

9Une fois cet axe décidé, il convenait alors de voir comment y intégrer le tissu urbain. Cet axe devait constituer l’épine dorsale d’un piétonnier principal. Sur lui devaient converger les divers flux venant des quartiers d’habitation limitrophes. Un cadre bâti continu devait accompagner tout le trajet reliant les quartiers au centre urbain. Cette option relative à la continuité fut transposée aux diverses liaisons entre les quartiers et le centre urbain. Ceci n’est pas sans importance. Si on avait gardé les quatre quartiers proposés par V. Gruen, l’esprit qui a présidé à leur composition était différent. On était passé d’une conception introvertie à une conception extravertie. Dans la première option, la structure du quartier convergeait vers un centre permettant une vie de village plus ou moins déconnectée du centre urbain. Dans la seconde option, si le centre de quartier restait présent, il était un relais sur un chemin menant au centre urbain. Nous évoquerons ultérieurement l’histoire de la Baraque qui prit du temps à être considérée comme un cinquième quartier.

10Outre les quartiers, la trame à bâtir comprenait un centre urbain. Celui-ci se profilait dans l’axe de la vallée, selon une orientation nord-est sud-ouest. La conception va être différente et plus élaborée que dans la proposition de V. Gruen (cfr annexe 8). Le projet qui sera retenu est inspiré par la volonté de mettre en place un urbanisme relationnel favorisant les flux piétons et les rencontres occasionnelles. Un tel souci sous-tendait déjà la manière de concevoir ce que nous avons appelé l’axe fonctionnel pour les échanges universitaires. Il continua à inspirer la conception du centre urbain. Celui-ci n’est pas composé à partir d’une place principale. Deux places reliées par deux rues devaient inciter à se déplacer de manière à accroître la densité d’utilisation. Ainsi serait mise en place une matrice de base. Avec le temps, elle pourrait engendrer des extensions vers le futur lac à l’ouest et dans la direction de la N4 à l’est, tout en restant dans l’axe de la vallée principale.

11Ainsi, au fur et à mesure de son développement, le site urbain se structurerait autour de deux axes linéaires qui canaliseraient les flux piétons principaux. Leur superposition entre la Grand-Place et la place de l’Université favorisait le développement d’une ambiance urbaine qui serait plus intense à cet endroit. Cette distribution linéaire des équipements importants était un préalable à partir duquel examiner la répartition des logements. Ceci est conforme à ce qui a été dit. À Louvain-la-Neuve, le résidentiel n’induit pas le reste. La séquence est inverse puisque les activités sont considérées comme motrices. (cfr annexe 3)

12Les axes linéaires laissaient des interstices qui seraient occupés par les quartiers. Si on les considère à partir du centre urbain, ils distribuent l’habitat de façon concentrique. Ceci favorise un peuplement dense et circulaire. Ceci rejoint l’option prônée par V. Gruen comme étant la plus économique. Cette distribution concentrique était un résultat final. Elle ne dictait pas la chronologie des investissements. La mise en place des axes linéaires était prioritaire pour assurer les ambiances urbaines.

13La localisation des parkings fut un autre objet de discussions. V. Gruen voulait rejeter pratiquement tous les parkings en périphérie pour garder les densités souhaitées dans les zones à construire. En fait, cela aboutissait à séparer les parkings des résidences et des lieux d’activité. L’idée ne fut pas retenue. La solution proposée s’efforçait de répondre à deux exigences. D’un part, on devait respecter la séparation du piéton et de la voiture. Cette option proposée par V. Gruen obtint un consensus. D’autre part, on devait permettre l’accessibilité automobile aux divers bâtiments, y compris par des garages et des parkings à l’encontre de la séparation suggérée par V. Gruen. L’astuce consista. à relier le bâtiment d’une part au piétonnier et d’autre part à la route. La façade donnait du côté du piétonnier, tandis que l’accès voiture se trouvait à l’arrière, ainsi que les parkings. Il fallut encore résoudre le problème du parking au centre urbain. Nous y reviendrons plus tard.

14Pour assurer la qualité de vie, V. Gruen voulait aussi composer le souci de densité avec une mise en valeur de la nature. À l’époque, cet objectif n’était pas prioritaire dans les milieux urbanistiques prônant un retour à la ville. Ceux-ci redécouvraient les potentialités de la morphologie traditionnelle associée à un habitat continu composé autour de rues et de places, dont le gabarit favorisait le coude à coude. Ce qui les amenait à donner une importance secondaire à un contact de proximité avec la nature. Ce n’était pas l’avis de V. Gruen qui avait déjà fait quelques travaux pour détecter les potentialités du site à cet égard. Son influence a été bénéfique. UA eut le mérite de s’inspirer à la fois des courants urbanistiques prônant un recours à la morphologie urbaine traditionnelle, tout en acceptant de donner une relative importance aux espaces naturels. La manière de les inscrire en complémentarité avec un cadre bâti continu fut l’objet d’une recherche particulière. Cette hybridation entre les deux exigences se montra féconde. Il en résulta une préoccupation de créer un échange familier avec la nature qui prit de l’importance au fur et à mesure que le projet se réalisa.

15Après coup, on se rend compte combien cette période de délibérations, même indirectes, avec un interlocuteur comme V. Gruen, a pesé sur la genèse du projet. L’affrontement entre des préoccupations différentes a forcé à complexifier les critères à prendre en considération. Ce souci d’arbitrage entre une multiplicité d’exigences charriait avec lui le risque d’inventer un espace compliqué.

Le défi : aboutir à présenter un plan directeur

Moment de mise à l’épreuve

16Dans une première étape, UA reste en compétition avec Victor Gruen. M. Woitrin a ouvert une porte, mais reste indécis sur le partage des compétences. Le partage pourrait se faire city planning à l’un ; town design à l’autre. En fait, UA s’occupe principalement d’une opérationnalisation du concept de ville en termes d’architecture urbaine. V. Gruen avait l’avantage de traduire les choix en quantités et en coûts tout en ayant ébauché une transposition spatiale sous forme de maquette. Il pouvait donc jouer un rôle dans la planification urbaine.

17En janvier 1970, V. Gruen critique le travail de UA qui portait principalement sur la manière de favoriser les flux piétons et les rencontres occasionnelles. D’où sa grande interrogation : qu’avez-vous fait depuis 1968 ? Il faut bien reconnaître que UA n’avait guère avancé en termes de city planning. La réaction à cette critique fut rapide. En janvier 1970, P. van Wunnik est recruté en tant qu’urbaniste. Il avait reçu une formation dans la célèbre École néerlandaise qu’est l’université de Delft. Son travail a contribué au développement équilibré des diverses facettes d’un plan directeur à élaborer. Il jouera un rôle déterminant, notamment dans la mise au point d’un plan de circulation automobile cohérent et articulé sur le tissu urbain. Il travaille beaucoup avec Placide Meersman engagé quelques mois plus tôt.

1970 Le plan directeur, une échéance inéluctable

18Le plan directeur proposé par UA sera déposé en juin 1970 et approuvé le 15 octobre. Les quelques mois qui précèdent furent importants à un moment où les solutions relatives à divers problèmes à résoudre n’étaient pas toujours convergentes entre elles. Il convenait donc de les mettre en harmonie. Ce fut le cas en particulier pour les divers types de circulation.

19Séparer les circulations piétonnes et automobiles était un principe de l’urbanisme moderne. Cette option, proposée par V. Gruen, fut adoptée par le groupe UA. Au début, UA voulait même séparer les cyclistes des piétons (cfr un vestige visible encore aujourd’hui dans la zone à côté du chauffage collectif à proximité du bâtiment Vinci). P. van Wunnik reprend ce principe pour imaginer un système cohérent répondant aux exigences d’une circulation automobile fluide, tout en garantissant un maximum de sécurité pour le piéton.

20V. Gruen avait imaginé une ville dont la circulation automobile était basée sur un ring extérieur avec diverses pénétrantes en cul-de-sac vers le centre où un parking réduit était prévu. De même, il proposait des liaisons allant du ring vers les quartiers. Elles se présentaient comme des diverticules au bout desquels peu d’espace était disponible pour des parkings. Rappelons que la dissociation entre zone de parking et zone de résidence avait déjà suscité des réactions antérieurement. Les propositions sur les liaisons automobiles étaient insatisfaisantes. Pourtant, sur ce problème, UA n’a pas avancé. Il reprend encore les options de V. Gruen dans un avant-projet de plan directeur dessiné en 1969.

21La proposition du plan directeur de 1970 est tout autre. P. van Wunnik abandonne l’idée du ring et propose deux tangentielles (N4 et N238) qui vont drainer le trafic de transit qui longera le site sans y entrer. Elles seront connectées entre elles par le boulevard de Lauzelle et le boulevard Baudouin Ier, qui, à leur tour, joueront un rôle d’axes de transit.

22Le transit multidirectionnel implique aussi une bonne insertion dans le réseau régional. Il en résulte une bonne accessibilité vis-à-vis des localités avoisinantes. A cela s’ajoute une bonne liaison avec des destinations plus lointaines, vu la proximité avec deux axes rapides : l’autoroute E411 reliant Bruxelles à Luxembourg et la future N25 qui reliera l’est du Brabant wallon à Nivelles.

23Puisque ces routes de transit entouraient le site, elles fonctionnaient subsidiairement à la manière d’une rocade. Elle desservirait les quartiers qui seraient connectés par un circuit en boucle. La boucle permettait une circulation dans les deux sens, chaque quartier disposant de deux entrées et deux sorties sur la rocade. Le nombre de parkings dans les quartiers était relativement sous-estimé. Il a dû être réadapté par après. La rocade sera aussi le point de départ des pénétrantes qui donneront un accès direct au centre urbain sans se mêler aux circulations des différents quartiers. Ces pénétrantes ne seront plus en cul-de-sac, mais elles aboutiront au centre sur une boucle à sens unique appelée anneau central. (cfr annexe 4) qui permettra d’atteindre différents lieux significatifs et d’en ressortir. Arrivé à destination, on devait pouvoir s’arrêter. Cela supposait que le centre urbain dispose d’un volume adéquat de parkings.

24Si l’on voulait que le centre urbain bénéficie d’un nombre important de parkings, il fallait que soit résolu le problème posé par V. Gruen : comment éviter une grande consommation d’espace à un endroit supposant un bâti dense et continu ? P. van Wunnik avait défendu avec P. Laconte des parkings en silo, mais R. Lemaire préféra des parkings sous dalle où chaque bâtiment serait contraint de construire ses parkings en sous-sol. Il craignait que la dissociation aboutisse à postposer la construction des parkings, ce qui aurait déséquilibré l’économie générale du projet.

25Dans ces principes de composition, on reconnaît l’influence de l’urbaniste anglais Buchanan qui publia plus tard son volume Traffic in towns (1973). La cohérence donnée au réseau automobile permit d’en faire ressortir les qualités en termes de fluidité : entrecroisements faciles évitant les frictions. Dans des travaux ultérieurs, P. van Wunnik ira même jusqu’à mettre au point un modèle mathématique basé sur la dynamique des fluides permettant d’évaluer les répercussions des évolutions du trafic sur l’ensemble du réseau. Cette étude permit d’anticiper l’avenir et de justifier des voiries ayant des gabarits suffisants pour accueillir les développements futurs.

26Les exigences relatives à la circulation automobile, firent ressortir par contraste les principes à prendre en considération si l’on veut engendrer des espaces piétons de qualité. Ceux-ci devaient atteindre des objectifs différents : favoriser les arrêts et multiplier les points d’entrecroisement. La fluidité n’était pas la qualité première si l’on voulait que la ville suscite des rencontres improvisées et des convergences engendrant des événements inattendus. La continuité des circuits piétons supposait qu’ils ne soient pas interrompus par la circulation automobile. La sécurité demandait d’éviter la traversée des grandes voiries automobiles. Il fallait donc trouver des modalités d’entrecroisement adéquates : passerelles, pertuis, … Le problème a déjà été évoqué et sera repris ultérieurement.

27Les deux types de déplacement sont non seulement séparés, mais sont construits selon des cohérences et dotés des tracés différents. Ceci favorise un bon fonctionnement, mais ne permet guère la formation d’une représentation de la ville commune à tous les visiteurs, quelle que soit la manière d’y accéder. Celui qui arrive en train découvre brusquement en sortant de la gare une composition piétonne autour de rues et de places tandis que l’automobiliste a toujours l’impression d’arriver par l’arrière et aura quelques difficultés à mémoriser l’endroit où sa voiture est garée. La non-correspondance entre le paysage que l’automobiliste se construit à son arrivée et l’image de la ville piétonne ne favorise pas la lisibilité générale. Ce problème fera l’objet d’une réflexion ultérieure.

28Outre la circulation se posait aussi un problème relatif aux divers services nécessaires à la vie sociale. Une solution adaptée au souci de stimuler les déplacements piétons fut présentée par les deux nouveaux venus dont nous avons déjà parlé : P. van Wunnik et P. Meersman. Ils partagent le même bureau. La proximité dans le travail facilita la collaboration. Ensemble, ils mettent au point la grille d’équipement qui est présentée dans le plan directeur. Celle-ci est un point de départ qui leur permettra d’imaginer une manière de les distribuer dans l’espace. La vie de quartier devrait être animée par des équipements destinés à l’ensemble de la ville. Ceux-ci pouvaient se trouver ailleurs qu’au centre urbain. La conception de V. Gruen qui proposait une structure centrale entourée de villages était à nouveau battue en brèche.

29La proposition débordait de la notion étroite d’équipements de quartier réservés aux seuls habitants opposés à des équipements centraux ouverts à tous. Elle aboutissait à retravailler la conception de la vie de quartier, en abandonnant l’idée de quartiers autosuffisants pour les besoins quotidiens et dans lesquels on n’avait guère de raison de venir si on n’y habitait pas. Outre des équipements de proximité, les quartiers pouvaient recevoir des équipements à vocation globale, ce qui éviterait d’en faire des zones dortoirs. Cette dispersion d’équipements à vocation globale aurait d’autant plus d’effets qu’elle ne se ferait pas au hasard. La localisation supposait une connexion avec les piétonniers principaux en vue de favoriser des flux, générateurs d’une ambiance de rue. Cela était en cohérence avec l’option relative aux axes linéaires qui a été évoquée antérieurement.

30Si l’on voulait accroître la chance de survenance de rencontres multiples, la spatialisation de la programmation devenait une question centrale. Cela valait pour les équipements citadins, comme pour les équipements académiques. La grille d’équipements et sa distribution spatiale devaient stimuler une mobilité interne supposant des échanges multiformes entre les quartiers et le centre urbain. Ces équipements seraient ainsi imbriqués dans un jeu complexe de déplacements piétons. Ces derniers seraient encouragés s’ils se déroulaient à l’intérieur d’un cadre bâti approprié. Cela rejoignait le souci d’opérationnaliser la notion de cheminement piéton à laquelle adhérait J.P. Blondel. Ce dernier était fort préoccupé de trouver les rythmes adéquats permettant de calculer des distances de marche entre des points d’arrêt. Ces rythmes qui devaient accroître la propension à se déplacer en diminuant la perception de la distance. Créer de tels rythmes allait régir la distance entre les places et la distribution des rues.

31UA dépose son plan directeur en septembre 1970. L’accord du conseil d’administration se déroule en trois temps : examen du plan UA le 5/7/70 avec critiques, examen du plan Gruen les 9, 10 et 11//9/70, approbation du Plan UA le 15/10/70 (Voir annexe 2). À partir de ce moment, UA se voit confier la conduite de l’ensemble de l’urbanisme. V. Gruen ne jouera plus qu’un rôle complémentaire, voire marginal.

UA, une manière spécifique d’aborder l’urbanisme

32Le plan directeur fut une étape qui obligea à relier town design et city planning. L’habitude prise continua à inspirer le travail ultérieur. Il en résulta une manière spécifique d’aborder l’urbanisme et de l’articuler sur l’architecture. Pour faire ressortir cette spécificité, nous allons aborder le travail réalisé en partant du town design pour aller vers le city planning.

33Comment élaborer un cahier des charges en termes d’espace urbain architecture ? Ce fut une des tâches principales à laquelle se livra l’équipe d’architectes travaillant au quotidien autour de J.P. Blondel. Rappelons que ce dernier était un architecte, professeur à la Cambre dont était issu la plupart de ses collaborateurs.

34Élaborer un cahier des charges supposa une capacité de traduire en termes d’architecture urbaine les enjeux culturels qui sous-tendaient la visée utopique. Pour ce faire, les membres du groupe UA disposaient de références communes, construites notamment à partir de visites faites ensemble à divers endroits où l’histoire de la ville et celle de l’université était entremêlées, tels Cambridge et Oxford. En outre, une partie des références était liée à l’esprit du temps qui avait amené divers architectes à faire des recherches analogues. Certains avaient étudié la Casbah d’Alger, études qui inspirèrent les premiers dessins du Biéreau. L’architecte Terlinden avait lui-même fait son mémoire sur Carthage. Marc Gossé revenait d’Afrique du Nord. L’évocation de la ville méditerranéenne était plus présente que l’image de la ville médiévale.

35Ces références furent utilisées de façon éclectique en fonction du problème à résoudre. Elles se présentaient comme un capital d’expériences et de solutions qui alimentait l’imagination dans le travail à entreprendre. L’appropriation se fait souvent à un niveau métaphorique. Ainsi, on parle de Cambridge et d’Oxford, de Leuven ou de San Gemignano, comme une modalité d’inspiration. Ces diverses références aboutissent à composer un es-pace qui s’inspire de sans ressembler à. Le propos n’est pas mimétique.

Période fondatrice (jusqu’au départ de J.P. Blondel en 1973)

36La visée utopique s’exprimait dans un souci de créer un urbanisme relationnel qui aurait priorité sur un urbanisme fonctionnel sans l’exclure. L’urbanisme relationnel suppose un agencement des bâtiments et une distribution spatiale des fonctions qui accroissent, en termes statistiques, la chance de rencontres non programmées. Il s’agit donc de susciter des flux et les encadrer par un ensemble de rues et de places à échelle humaine. Le town design devait aboutir à des espaces publics, ni trop grands, pour éviter la dilution dans les relations, ni trop étroits, pour éviter des congestions dissuasives. Ceci amena à se détourner des compositions de l’urbanisme moderne qui a rarement trouvé l’échelle adaptée pour que l’espace devienne un support de la vie collective.

37Le choix de l’échelle appropriée pour les rues et les places était conditionné par un double paramètre. Tout d’abord, la zone à urbaniser ne devait pas être trop étendue. Ensuite, le périmètre ainsi déterminé devait contenir l’ensemble des volumes à construire. Le premier point fut de déterminer la zone à urbaniser. Les divers bâtiments devraient être distribués sur un territoire suffisamment réduit pour permettre une bonne accessibilité piétonne générale. Les liaisons piétonnes sont sous-utilisées si elles sont trop longues. Il parut raisonnable de distribuer les programmes quantitatifs dans un territoire dont le rayon ne dépassait pas 800 m à partir du centre. À ce moment, il convenait de voir comment les volumes à construire pourraient s’y insérer.

38Les m² demandés par A. Ransart pour la programmation académique furent transposés sur une maquette en vue de reconnaître le degré d’encombrement du sol. Les surfaces nécessaires pour les logements et les autres équipements furent aussi évaluées. Ces masses viennent prendre leur place à côté de ce qui était nécessaire pour la vie académique. Après un premier essai, divers modelages cherchèrent à voir comment composer des vides avec des espaces construits. Les vides, loin d’être considérés comme des espaces résiduaires, furent utilisés comme une opportunité pour composer des rues, des places, et prévoir des zones de dégagement. Ainsi, à partir des volumes à construire, procéda-t-on par approximations de manière à donner une cohérence à des vides destinés à canaliser les flux piétons.

39Ce premier travail aboutit à la réalisation d’une maquette plus élaborée présentant les données de base comme la configuration du relief à préserver et les liaisons à développer. Sur ce fond venaient s’implanter les projets destinés à créer le cadre bâti de la ville. Cette maquette était elle-même modifiée au fur et à mesure des réalisations. Elle est encore aujourd’hui mise à jour. Exposée au Forum des Halles, elle sert souvent de base à la présentation aux visiteurs qui s’intéressent à l’urbanisme de Louvain-la-Neuve.

40Donner forme à des espaces vides résultant de la disposition des bâtiments est un des enjeux autour duquel La Cambre s’était créé une compétence. Vu le rôle joué par cette École d’architecture au début du projet, on disposait là d’une ressource qui aida à composer une trame bâtie. Pour faire une proposition adéquate, il fallut encore considérer les rues et les places, non de façon statique, mais comme des espaces de déplacement qui accompagnaient les flux. Cette tâche achevée, on disposerait des diverses contraintes qui permettaient de croiser le regard urbanistique et architectural. Une fois déterminées, ces données influenceraient à leur tour les transpositions en termes spatiaux des éléments de la programmation quantitative, dans la mesure où elles aboutissaient à déterminer des implantations plus précises.

41Pour amorcer le croisement du regard architectural et urbanistique, on passa par la mise en relation des usages sociaux avec le cadre bâti à construire. Comme l’écrit J.P. Blondel : « De la planification urbaine jusqu’à l’architecture détaillée, nous avons toujours parlé d’abord des occupants – stationnaires ou circulants – pour leur offrir les m² et m³ adéquats. Et articuler ces vides de façon logique dans les 3 dimensions de l’espace. Les formes, le formalisme des moyens devaient rester modestes. L’architecture, l’urbanisme n’ont été au départ que les contenants de la société attendue ». Cela ne résultait pas simplement du travail en bureau. Pour mieux comprendre le point de vue des destinataires, les membres du groupe UA se prêtèrent à des simulations où chacun jouait le rôle d’un usager potentiel. En se mettant à la place de, ils espéraient mieux anticiper les réactions de divers acteurs intervenant dans la vie sociale. Cette compréhension devait rejaillir à son tour de manière à concevoir un cadre de vie approprié.

42Dans une étape ultérieure, diverses recherches furent entreprises en vue d’étudier la manière dont des bâtiments pouvaient s’imbriquer dans un espace à partager avec d’autres et favoriser les contacts entre l’intérieur et l’extérieur. Pour les places en particulier, il s’agissait de favoriser le vis-à-vis des entrées de manière à induire des flux convergents. Cela posait problème lorsqu’il s’agissait de bâtiments importants comme des bâtiments académiques. Chacun, quelle que soit son ampleur, devait se disposer de manière équilibrée sans que l’un n’écrase l’autre. Il fallait trouver un rapport entre des masses. Ainsi, apprit-on à distribuer ce qui apparaissait dans les façades par rapport aux volumes requis par le bâtiment (cfr dossier aux archives Terlinden). Pour comprendre le problème, on peut se référer à la manière dont se combinent sur la place Montesquieu des bâtiments importants comme le Collège Thomas More, le Collège Jacques Leclercq et le Collège Léon Dupriez. La proportion des façades sur la place ne laisse pas deviner l’ampleur des bâtiments qui se trouvent à l’arrière.

43Pour créer un entremêlement entre les flux universitaires et les autres, l’analyse du cadre bâti n’était pas suffisante. Il fallait aussi préciser la mixité acceptable entre des bâtiments académiques et ceux destinés à la vie urbaine. Pour préserver un bon équilibre, on proposa de distinguer des places à dominante urbaine par rapport à des places académiques situées à proximité. Cette dualité se retrouve à divers endroits. Ce fut le cas pour la place des Sciences et la place des Wallons. Il en alla de même pour la place Montesquieu et la place du Cardinal Mercier. Ces places académiques sont toutes deux situées à proximité de la Grand-Place.

44Le cadre bâti continu qui accompagnerait les flux devait refléter la signification sociale des lieux. Ainsi, lorsque l’on irait du centre urbain vers les quartiers, on passerait progressivement d’une ambiance vers une autre selon le modèle que l’on retrouvait dans les centres urbains traditionnels. Leuven était un cas de figure. Lorsqu’on partait de la Grand-Place vers la Tiensestraat ou la Naamsestraat, l’ambiance se transformait au fur et à mesure que l’on allait vers la périphérie. Cette transition fut réalisée pour la rue des Wallons. On peut expérimenter ce changement lorsqu’on la remonte à partir de la place de l’Université en passant par la place des Wallons pour aboutir à la place Galilée. Cela indique à nouveau le souci d’articuler formes architecturales et forme sociale en vue d’accroître la chance de survenance de réactions souhaitées de la part des futurs usagers.

45Pour gérer ce type de transition, il fallait établir un lien entre la signification du lieu et le gabarit à donner au cadre bâti, c'est-à-dire le rapport entre la largeur de la rue ou de la place et la hauteur des bâtiments. Le tout devrait d’abord respecter un principe général. Les parois qui canalisent les flux piétons ne doivent pas écraser par leur masse, surtout si l’on veut que la densité perçue soit inférieure à la densité réelle. Cette préoccupation était susceptible d’être interprétée selon des modulations différentes d’après les endroits. La justesse du gabarit n’est pas qu’un simple rapport de masse. Elle n’est pas la même au centre urbain et dans les quartiers. Elle fluctue aussi d’après l’intensité des flux escomptés. Si les réponses sont diverses, elles ne doivent pas être hétéroclites. L’ensemble devrait être régulé par un paramètre englobant qui façonne l’échelle de la ville.

46Ces préalables permettaient que la recherche soit poussée davantage en vue d’élaborer une architecture urbaine réfléchie à partir de la vie sociale qu’elle devrait soutenir. Pour y arriver, on se demanda comment les déplacements seraient encouragés par la manière dont le cadre bâti les accompagnerait. L’expérience de ce qui se passait dans différentes villes traditionnelles permit d’élaborer quelques principes de composition :

  • Pour rythmer les déplacements, on retint 300 m de distance entre deux places (J.P. Blondel : le goulot de l’avenue Louise entre la place Stéphanie et la place Louise à Bruxelles). Cette échelle est confirmée par R. Lemaire qui évoquait de la distance entre les places à Florence. Cette mesure devint la norme. Elle s’appliqua entre la Grand-Place et la place de l’Université et entre cette dernière et la place des Wallons. Comme le dit J.P. Blondel, ceci fut complété pour le centre urbain par la notion de circuit en boucle qui fut présentée par J. Remy et L. Voyé (référence au carré de Liège). Le circuit justifiait le fait de relier la Grand-Place et la place de l’Université par deux rues. Celles-ci pourraient elles-mêmes se recouper au niveau de ce qui deviendra la place Rabelais. Ainsi, les déplacements au centre urbain reposeraient au stade final sur une double boucle. La notion de circuit contribua en outre à réfléchir à la distribution des équipements au centre urbain. Il fallait éviter à tout prix le regroupement autour d’un seul pôle comme la place de l’Université, à proximité de la gare. La distribution d’activités d’usage contraint devait inciter à circuler entre deux places qui se devaient d’être complémentaires. (L. Voyé, J. Remy, 1973, 74, 75). Par usage contraint, on entendait : restaurants, librairies, banques, bureau de poste, …
  • L’articulation des rues sur les places était primordiale. Ces dernières devaient se présenter comme un espace clos où l’aménagement et les sollicitations multiples aideraient à en faire un lieu d’arrêt probable. Elles devaient en outre entrecroiser diverses destinations. Ainsi, le mode d’aboutissement des rues était-il important pour le fonctionnement général. Il s’agissait donc de trouver une manière de composer le clos et l’ouvert (cfr. annexe 5 - Vocabulaire - Il s’agit de dessins de P. Meersman s’inspirant de Camillo Sitte dans l’art de bâtir les villes).
  • Le parcours d’une place à l’autre devait constamment créer la surprise en vue d’éviter la monotonie. Il devait permettre quelques rares échappées vers la nature environnante. Ce point suscita une attention particulière. Il va être repris dans l’analyse des séquences visuelles.
  • Pour le confort, vu le climat pluvieux, une galerie couverte est proposée, au moins d’un côté de chaque rue du centre urbain. La largeur des galeries couvertes devait permettre de circuler à deux dans les deux sens.

47Ce souci de rendre les déplacements agréables amena normalement à réfléchir à la manière de composer un espace scénique. Lors de déplacements, l’espace devait être jalonné par des repères et se construire autour de séquences visuelles. Comme le fait remarquer K. Lynch (1960), une séquence visuelle significative suppose un tempo qui est différent d’après la rapidité du déplacement. La réponse était donc différente pour les rues piétonnes et les routes d’accessibilité automobile.

48A Louvain-la-Neuve, on délaissa le point de vue de l’automobiliste pour s’intéresser de façon quasi exclusive aux déplacements piétons. Pour soutenir l’attention, on voulut favoriser un espace où la découverte se faisait progressivement. La ligne droite ne fut pas privilégiée pour éviter un espace où tout se découvrait d’un seul coup d’œil. Pour ce faire, on trouva une source d’inspiration dans la ville baroque qui préférait des rues courbes où ce que percevait le regard variait constamment au fur et à mesure des déplacements. On trouva un compromis en optant pour la ligne brisée, moins lourde au niveau des contraintes de construction. Outre les séquences visuelles, un espace scénique devait aussi alterner des espaces introvertis avec des lieux ouverts sur le paysage. Il fallait aussi se préoccuper du skyline permettant de se faire une image d’une silhouette de la ville

49Ce mode d’approche se traduit dans le plan général de la ville où il n’y a guère de grands axes qui donneraient une structure de base organisant la perception de la ville. Le plan ressemble plus à un ensemble spontané qu’à celui d’une ville classique, où la tradition académique a tracé des symétries et des perspectives monumentales.

50L’architecture urbaine se préoccupe aussi de donner un statut à la rigueur formelle qui va modeler les parois qui constituent les rues et places. La rigueur formelle exprime souvent une symbolique collective de la maîtrise. L’importance de donner un sentiment de maîtrise va fluctuer d’après les endroits. Elle a beaucoup plus de poids dans les places académiques que dans les places urbaines. Dans ces dernières, la composition doit aboutir à créer une convergence tout en laissant percevoir la multiplicité des initiatives. Ceci permet un ordonnancement beaucoup plus souple. L’attrait d’une place ne repose pas uniquement sur la force des formes architecturales. Le caractère assez lâche de la forme géométrique en un endroit assurant la transition entre deux places plus structurées peut faire que l’on s’y sente à l’aise. C’est peut-être ce qui assure aujourd’hui à la place Rabelais un rôle de sociabilité plus détendue. Il suffit de regarder l’ambiance des terrasses si animées dès que la température le permet.

51Différents critères se combinaient pour imaginer les espaces destinés à encadrer et à stimuler les flux. Ceux-ci avaient été mis au point en sollicitant les expériences de chacun relatives à ce qui se passait dans diverses villes. Les références à ce qui existait déjà étaient épaulées par des indications venant de diverses problématiques d’origine psychosociale. La proxémique avait aidé à réfléchir à un jeu de distance/proximité favorable au développement des contacts sociaux. La cinétique reposait sur le fait que la ville s’approprie en se déplaçant. Elle avait permis de travailler la perception de la longueur des trajets. L’alternance de rues et de places devait raccourcir les distances perçues. Les deux problématiques précédentes sont ensuite connotées par la volonté de créer un espace scénique qui propose des séquences visuelles à découvrir progressivement dans les parcours piétons. Cette combinaison de problématiques fournissait de la matière pour imaginer une architecture urbaine contextualisée. En finale, nous donnons une liste de volumes de référence utilisés au moment de la rédaction du plan directeur. Ces volumes, nous les avons particulièrement retrouvés chez P. van Wunnik et P. Meersman avec nous entretenions beaucoup d’échanges à l’époque.

52Le respect de ces principes risquait d’être malmené au centre urbain vu que les constructions se feraient sur une dalle en dessous de laquelle se trouveraient des parkings et des voiries. La dalle pourrait induire une rigidité d’autant plus malvenue qu’une architecture urbaine appropriée revêtait à cet endroit une importance particulière. Pour garder une autonomie dans la composition, R. Lemaire préconise de dissocier les investissements en substructure par rapport à ceux qui viendront en superstructure.

53En outre, il imposa un maillage de la substructure qui permettait une composition libre de la superstructure. Cette liberté de composition n’allait pas de soi. Trouver une solution fut une des tâches de P. Limbosch. Il fallait trouver une trame pour la substructure. Un module de 8 m était approprié pour les parkings. Il s’arrêta finalement à un module de 8 m 10 qui était subdivisible par trois (2.7 - 5.4 - 8.10). Ainsi avait-on une solution qui permettait de répondre à la double exigence. D’une part, la modulation était fonctionnelle pour l’aménagement d’un maximum de parkings. D’autre part, la trame permettait d’implanter les bâtiments au-dessus de la dalle selon les exigences des liaisons piétonnes avec seule contrainte de s’appuyer sur les piliers. La logique des circulations souterraines où se combinent des routes et des parkings n’est pas transparente à la surface et réciproquement. Cette autonomie se paye en termes de lisibilité. Les parkings vont apparaître comme un monde à part dans lequel il ne sera pas facile de retrouver sa voiture.

54La conception générale du plan directeur n’était pas achevée lorsque l’on passe aux premières réalisations. Lorsqu’il fallut construire les premières rues, un nouveau type de problème devint prioritaire. Il fallait imaginer comment on allait procéder à l’habillage des espaces publics. Engagés comme designers urbains, Y. Rahir et M. Feuillat furent chargés de l’aménagement des espaces publics : revêtements de sol, éclairages, … et divers éléments composant le mobilier urbain. Y. Rahir dessina et proposa la forme des petits pavés devenus caractéristiques des piétonniers de Louvain-la-Neuve. J.P. Blondel se rallia à l’idée de ce type de revêtement de sol alors que lui-même était favorable à des dalles 30 x 30. On se rend compte comment ce choix qui peut paraître de détail a une incidence sur la représentation d’un espace public et contribue à l’unité d’image. Au fur et à mesure que le travail de conception s’élaborait, une déclinaison de tous les éléments du piétonnier fut mise au point. La cohérence à atteindre était constitutive de l’ambiance que l’on voulait créer.

55La préoccupation d’encadrer des flux piétons et donc de composer un espace public existait dès le départ. Elle s’est enrichie, avec le temps, de connotations diverses à caractère architectural ou non. Dans ce processus d’élaboration, engendrer un espace public au service d’une sociabilité urbaine s’est progressivement imposé comme l’objet central de l’urbanisme tel que pratiqué à Louvain-la-Neuve.

Tension entre l’architecture des bâtiments et un urbanisme de rues

56Les tensions se multiplièrent entre R. Lemaire et J.P. Blondel sur la manière de distribuer et de concevoir des bâtiments par rapport à un urbanisme de rues. Blondel était favorable à une architecture encadrant le cheminement piéton et s’organisant selon un rythme visuel. En cela, il était en connivence avec R. Lemaire. Il en allait autrement pour l’implantation de l’ensemble des bâtiments. Une fois que la silhouette de rue était assurée, les bâtiments situés à l’arrière pouvaient s’implanter de façon libre en tenant compte d’autres exigences. Le problème prit toute son ampleur en 1973 lorsqu’il s’agit d’avancer la construction d’un segment du centre urbain. Ce débat est crucial pour comprendre les problèmes que posa l’articulation entre l’urbanisme et l’architecture.

57J.P. Blondel était préoccupé de transposer les principes d’une architecture moderne dans un urbanisme valorisant les cheminements. Il proposa une manière de disposer des bâtiments destinés principalement à l’habitation en choisissant une orientation et en les dessinant parallèles les uns aux autres, pour que chacun profite également du soleil. Par-là, il souhaitait améliorer les qualités de l’habitat. Ces bâtiments n’accompagnaient pas nécessairement la rue qui pouvait se présenter comme un axe transversal. La continuité de celle-ci était assurée par des bâtiments bas occupés majoritairement par des commerces et des services. L’opposition entre J.P. Blondel et R. Lemaire dépassait donc celle des toits plats qui a retenu particulièrement l’attention. Les tensions portaient aussi sur l’implantation des immeubles au centre urbain. Ceux-ci pouvaient-ils être perpendiculaires à la rue ou devaient-ils accompagner celle-ci à la manière de ce qui existe dans la ville traditionnelle ?

58Pour ceux qui voulaient remodeler les principes de l’architecture moderniste dans un urbanisme de rues et de places, la suite de Louvain-la-Neuve apparaît comme une prise de distance par rapport à l’inspiration initiale. Il en allait autrement pour ceux qui privilégiaient le jeu de regards réciproques que l’on pouvait avoir à partir des fenêtres. Pour eux, l’alignement de bâtiments résidentiels gagnerait à épouser le tracé des rues. Les regards à partir des étages avaient leur importance à côté de ce qui se passait au rez-de-chaussée. L’ensemble contribuait à renforcer l’émergence d’une vie urbaine et le sentiment que chacun aurait d’y participer. C’était donc un élément-clé d’un urbanisme relationnel.

59Les deux options étaient divergentes. Les objectifs prioritaires dans l’une et l’autre étaient partiellement différents. On était à un moment de bifurcation. Le choix qui serait fait allait resserrer l’ouverture des possibles en orientant dans un sens déterminé ce qui viendrait ultérieurement. L’option qui a été mise en œuvre est un bon analyseur si l’on veut réfléchir au degré d’autonomie entre urbanisme et architecture. Si l’on peut rester fidèle à un programme urbanistique avec une option architecturale différente, le choix qui est fait va néanmoins fortement connoter le résultat final en termes de confort du logement et d’ambiance de vie sociale.

Période de mise au point des options architecturales : R. Lemaire y joue un rôle prépondérant

60R Lemaire avait mis en garde contre les bâtiments Vandenhove en agro-bio (bâtiments Sciences 13 – 14 –15). Ceux-ci se présentaient comme des tours préfabriquées réunies entre elles par des passages couverts. L’essentiel se passait à l’intérieur des bâtiments. Leurs abords apparaissaient comme des espaces résiduaires. Le conseil d’administration voulut néanmoins tenter l’expérience. Lorsqu’en 1974 ces bâtiments furent mis à disposition, ils ne reçurent pas l’appui escompté. Le tollé fut général. L’anticipation de R. Lemaire était bonne. Celui-ci vit son statut confirmé, y compris au niveau du conseil d’administration. Ceci contribua à renforcer son assurance.

61Ce scénario mettant en scène la séquence construction – évaluation de bâtiments est révélateur de la différence de préoccupation entre le point de vue de l’architecte et celui de l’urbaniste. D’une part, les architectes revendiquaient l’autonomie et rejetaient toute contrainte bridant leur liberté de conception. D’autre part, les urbanistes voulaient intégrer les bâtiments dans une forme urbaine apte à développer des espaces publics. R. Lemaire répétait souvent que les contraintes urbanistiques devaient devenir une des sources de la création architecturale. Les difficultés de se comprendre résultaient aussi de priorités différentes. Les architectes partaient de leur bâtiment, s’occupant de façon périphérique de l’incidence sur leurs abords. Pour ce qui concerne les bâtiments agro-bio dont il vient d’être question, R. Lemaire dut corriger les effets néfastes d’une connexion insuffisante avec l’environnement urbain. Il proposa de construire à proximité une place sur laquelle convergeraient divers flux. C’est ainsi que fut réalisée la place dénommée Croix du Sud. Après cette expérience, la nécessité d’un cahier des charges urbanistiques s’imposa avec plus de force qu’auparavant.

62L’agencement entre l’urbanisme proposé et les préférences architecturales furent l’objet de tensions dans les mois qui suivirent. Ce fut une période décisive pour dégager un type d’architecture qui est souvent associé à l’image de Louvain-la-Neuve. L’enjeu s’imposa avec plus d’ampleur au moment où les constructions résidentielles prirent de l’importance. Ce que l’on proposa de construire se démarquera des premières réalisations faites au Biéreau autour des promotions Belcoha et Wérister. Cette différence apparaît lorsqu’on examine les premiers plans de lotissement. Ceux-ci mettaient en œuvre un urbanisme axé sur les espaces publics dont nous venons de voir combien l’élaboration des principes avait pris du temps, mais les règles d’architecture des bâtiments relevaient d’une inspiration nouvelle. La rupture par rapport aux premières réalisations fut d’autant plus facile que le travail était confié à de nouvelles personnes. Les plans de lotissement du quartier de l’Hocaille furent confiés à André Mertens, un nouveau venu. Il travailla ensuite à Lauzelle avec Michel Moers. On se trouvait à un autre moment fondateur. Ce qui fut imaginé à ce moment-là servit de base à la conception urbanistique des quartiers qui s’échelonnèrent dans le temps jusqu’à aujourd’hui.

63Les choix architecturaux ne peuvent se comprendre sans les insérer dans la conception générale du lotissement. Nous devons en parler en premier. Tout d’abord, le lotissement prévoyait des bâtiments attachés. Cela était conforme à la conception générale. Il proposait néanmoins un parcellaire beaucoup plus fragmenté que ce qui était prévu dans les opérations antérieures. En voyant la proposition, P. Limbosch, qui avait dessiné le parcellaire du centre urbain, craignait que la multiplication des parcelles ne crée de l’incohérence en favorisant l’individualisation des préoccupations. En fait, la fragmentation des parcelles avait pour but de donner des possibilités à des particuliers d’acquérir un terrain et de construire eux-mêmes leur maison. Ce fractionnement était tempéré par le fait que le parcellaire mélangeait des parcelles de contenances différentes en vue d’imbriquer des logements individuels et des bâtiments collectifs. Cette mixité était souhaitée pour diverses raisons : maintenir un certain niveau de densité, favoriser la cohabitation entre deux types d’habitat… Le tout était pensé pour créer une ambiance qui resterait urbaine, y compris dans les quartiers.

64Pour éviter les risques de désagrégation bien perçus par P. Limbosch, la fragmentation du parcellaire était accompagnée par de multiples contraintes guidant ce qu’il était permis de construire. Les règles étaient conçues de manière à ce que chaque bâtiment contribue pour sa part à composer des séquences visuelles. Le souci d’assurer un espace collectif agréable était aussi affirmé dès le départ par la mise en valeur de zones vertes. Celles-ci avaient pour objectif de créer à l’échelle du quartier une proximité entre cadre bâti et espace naturel. Assurer la qualité du résultat final était un atout dont l’importance apparaîtrait lorsque l’ensemble des constructions serait terminé.

65Croire au résultat final ne fut pas évident dans les premières opérations où cela signifiait de faire un pari sur l’avenir. Avec le temps, une certaine confiance s’instaura… À ce moment, les urbanistes perçurent combien un lotissement à multiples contraintes pouvait être une des clés de la réussite.

66Les choix architecturaux déjà évoqués s’inséraient dans cette conception générale du lotissement. Ils donnaient lieu à des prescriptions spécifiques. Celles-ci confirmaient le rejet des toits plats qui pouvaient encore intervenir comme un élément complémentaire dans la volumétrie générale. Une règle imposait l’adoption de la brique. Il était possible de déboîter les bâtiments les uns par rapport aux autres pour rompre la monotonie d’un alignement. Les divers éléments qui interviennent dans ces prescriptions sont bien décrits dans l’ouvrage d’A. Mertens (2003), Louvain-la-Neuve Une aventure urbanistique, particulièrement dans les pages 148 à 162 où il traite de « l’évolution des règles d’urbanisme et les espaces urbains qui en résultent ».

67Ce changement dans les options d’architecture était légitimé par un argument qui prit du poids avec le temps. Certains milieux critiquaient l’architecture moderne dans la mesure où elle se présentait sans référence au lieu. Un bâtiment du même type pouvait aussi bien se retrouver à Chandigarh qu’à Brasilia. Ces références délocalisées allaient à l’encontre des courants qui à l’époque évoquaient l’intérêt d’une architecture néolocale qui permettait d’exprimer l’esprit du lieu. Il fallait donc être sensible à une typologie architecturale régionale. Dans ce contexte, une attention particulière était requise qui cherchait à s’attacher plus au gabarit du bâtiment qu’à des signes évoquant le passé (porte cochère, …). Tout cela était dans la mouvance d’un intérêt porté à l’architecture vernaculaire et parfois l’architecture sans architecte. Nous avons déjà évoqué cette attitude qui cherchait à retrouver ce qui faisait l’identité locale. Une telle préoccupation était d’autant plus pertinente aux yeux de certains que l’on voulait s’enraciner comme une ville à la campagne.

68Après avoir examiné le rôle décisif des lotissements résidentiels pour confirmer certaines préférences architecturales, revenons en arrière pour nous arrêter un moment au choix relatif à l’inclinaison des toits. Même si après coup la question paraît anecdotique, les débats qu’elle a occasionnés ont une valeur emblématique. Les discussions autour de la pertinence des toits plats durait depuis longtemps. Les services de l’Université critiquaient déjà les toits plats depuis la rentrée 1972, vu les problèmes d’étanchéité qu’ils posaient. Certains événements jouèrent le rôle de détonateurs, comme la pluie s’infiltrant dans le bâtiment du génie civil où étaient installées les salles de cinéma. Même des toits à pente faible (25 %) étaient mis en question vu qu’en cas de pluie et de grand vent, l’eau remontait sous les tuiles et humidifiait les plafonds. Bref, dans un milieu très réactif, certains éléments imposés par le groupe UA étaient l’objet de critiques. La toiture à un versant de Jacqmain pour la bibliothèque des sciences suscitait beaucoup d’admiration. Celle-ci n’était pas liée directement à des problèmes pratiques.

69La demande de dérogation par rapport aux toits plats venait donc quelquefois des architectes eux-mêmes. Humblet insista et obtint de pouvoir faire des toits en pente pour des logements dans le cadre du lot 7 (rue et place des Wallons). Nous étions en en 1973. Il réalisa une petite casquette visible de l’extérieur sur un grand toit plat. Cela indique que la mise en question portait aussi sur l’apparence du bâtiment. Dans le même esprit, Le Clercq et Montariol demandèrent de pouvoir construire avec des toits en pente.

70De son côté, J.P. Blondel soutenait que l’abandon des toits plats représentait une solution plus coûteuse et peu intéressante pour l’aménagement des volumes construits. Les avis étaient partagés. À UA, on parlait avec humour de la querelle des anciens et des modernes. La tonalité de ces débats est un bon indicateur du contexte dans lequel ils s’inséraient. En fait, la préférence pour les toits en pente était plutôt une revendication des clients qu’une demande des architectes, même si on note quelques exceptions. Ces dernières furent un appui extérieur qui aida R. Lemaire à imposer son point de vue. Pour lui, les toitures en pente n’étaient pas seulement indiquées pour assurer une meilleure étanchéité ; elles contribuaient à composer ce qu’il appelait une cinquième façade. Le jeu des toitures que l’on pouvait percevoir soit du bas de la vallée, soit de certains points de vue gardés ouverts à partir du haut, contribuerait à façonner un profil de la ville.

71L’utopie rétrospective comme inspiration de ce qui fera l’esprit de Louvain-la-Neuve est confirmée par ce qui vient d’être analysé. Elle s’étend de l’urbanisme à l’architecture. Rappelons que l’utopie rétrospective reprend des éléments du passé pour inventer du nouveau qui est en rupture avec les pratiques habituelles du moment. En clôturant les débats, les règles de lotissement avalisaient la mise à distance par rapport à l’architecture moderne.

J.P. Blondel quitte UA (novembre 1973)

72Vu l’évolution qui vient d’être évoquée, les tensions grandissaient entre R. Lemaire et J.P. Blondel. Ce dernier restait fidèle à son intuition initiale. La qualité du projet découlerait d’une mise en correspondance d’un urbanisme de rues et de places venant rythmer des flux avec une expression architecturale inspirée de l’architecture moderne. L’incapacité de relever ce défi aboutirait inéluctablement à un affadissement du projet. Tel n’était pas l’avis de R. Lemaire dont l’influence se confirmait au niveau du Conseil d’administration.

  • 2 Comité de Coordination Ottignies (organe de l’UCL)

73La situation était intenable. J.P. Blondel intervint encore au COO2 du 15 juillet 1973, mais ce fut sa dernière présence. Il sera remplacé par A. Mertens, spécialiste des lotissements dans les quartiers, ainsi qu’il vient d’être dit. Les tensions devenaient stériles. On allait assister bientôt au dénouement. Une lettre de M. Woitrin du 9 novembre 1973 clôture la mission de J.P Blondel. Ce dernier y répond le 19 novembre. Quittant le service d’urbanisme, il obtint un bâtiment à construire sur la Grand-Place. Il réalisa un immeuble en gradins, type de bâtiment qu’il aurait voulu voir se multiplier sur le site.

Le groupe de la Baraque : vers une autre manière d’habiter

74Dans cette période commence une contestation menée principalement par des étudiants en architecture. Elle ne reproche pas la mise en question de l’architecture moderne. Au contraire, elle radicalise son opposition, affirmant une volonté de s’inspirer d’une architecture vernaculaire pour proposer des manières d’habiter plus économiques et plus conviviales. Le mouvement commença son action en s’opposant à la démolition des quelques maisons du quartier de La Baraque. Mais la volonté de promouvoir un autre mode d’habiter alla plus loin.

75Le groupe de la Baraque, si on veut l’appeler ainsi, relevait également d’une attitude anticonsumériste : pourquoi travailler toute sa vie pour payer une maison dans laquelle on va mourir au moment où l’on en sera propriétaire. Il en résultait une attitude minimaliste vis-à-vis du logement. Elle inspira des recherches axées sur des habitats alternatifs. On assista d’abord à la mise en place de roulottes dans le verger. Plus tard, on s’installa dans des bulles, dans des serres de récupération, …

76Ce groupe souhaitait également une plus grande imbrication avec la nature, y compris pour pouvoir la cultiver. Cela lança l’idée de jardins collectifs que l’on retrouva à plusieurs endroits de Louvain-la-Neuve, surtout dans le quartier du Biéreau.

77L’opposition était moins contre l’option de Louvain-la-Neuve que contre le fait qu’elle ne permettait pas des expérimentations d’architecture alternative à caractère minimaliste. Les protagonistes pensaient que c’était une voie dont les leçons pourraient avoir une signification pour le tiers-monde. L’UCL accepta de laisser se développer une zone de permissivité au quartier de la Baraque en un lieu qui n’était pas gênant pour le développement programmé de la ville, même si la Commune n’était guère favorable à cette expérience. Celle-ci commence en 1975. Dès 1977, des tensions interviennent de façon plus notoire. On a une bonne analyse de ce qui se passait à l’époque, dans la recherche effectuée en 1978 par Ph. Boudon de l’Institut d’urbanisme à Paris (cfr bibliographie). Malgré les difficultés, on finit par trouver un modus vivendi. Cet espace d’habitat alternatif a continué jusqu’aujourd’hui. Ceci indique une capacité à y développer un lieu apte à s’auto-organiser. La tolérance de la part de l’université est révélatrice de l’esprit du temps. Maîtriser l’opération et la réguler n’équivaut pas à se fermer à diverses expériences de vie collective.

Créer une matrice multicritères

78Dans la mise au point du projet urbain, la morphologie de l’habitat n’est pas la seule dimension à prendre en compte si l’on veut aboutir à développer une vie sociale urbaine qui s’inspire de la visée utopique. La morphologie de l’habitat est une ressource indispensable, mais insuffisante. Elle favorise la chance de survenance d’un espace public en stimulant des flux et en les encadrant par une architecture urbaine adéquate. D’autres conditions sont nécessaires si l’on veut qu’un espace public se présente comme une territorialité à partager, c’est-à-dire où différents groupes sont en présence et où chacun doit négocier son statut avec d’autres qui ont une manière de voir différente. Ce partage de territorialité repose non seulement sur la fréquence des flux mais sur leur mixité sociale.

79Vu l’angle d’analyse adopté dans ces notes, les observations se sont focalisées sur la manière de créer des flux intenses allant d’un lieu à un autre : Comment distribuer dans l’espace la programmation quantitative des équipements ? Comment faire converger les piétonniers principaux ? Comment rythmer les déplacements par une distance adéquate entre les rues et les places ? Nous n’avons évoqué qu’incidemment la diversité sociale des flux, même si cette préoccupation était présente dans les propositions du plan directeur. Celui-ci s’intéresse par exemple à la composition démographique des résidents : le rapport quantitatif entre les étudiants et les non-étudiants, les populations de niveaux sociaux et d’âges différents.

80La diversité sociale dépend aussi des usagers du lieu qui sont là sans y habiter. Ceci amenait à faire la différence entre la population de nuit qui logeait à Louvain-la-Neuve et la population de jour qui travaillait ou utilisait les différents services et commerces. Diverses combinaisons étaient possibles : habiter et travailler sur place, travailler à Louvain-la-Neuve sans y habiter, habiter Louvain-la-Neuve et travailler ailleurs, venir à Louvain-la-Neuve sans y travailler ni y habiter.

81Cette diversité devait être au service d’une sociabilité urbaine. Le but était d’éviter la formation d’une communauté close où l’on se trouvait toujours entre soi, sans que les échanges avec l’extérieur ne soient un élément de la qualité de la vie. Il était néanmoins supposé que la masse critique serait constituée par une population ayant un haut taux de sédentarité, c'est-à-dire vivant sur place au quotidien les divers aspects de leur vie sociale.

82Même si la morphologie était l’objectif le plus visible, elle ne devait pas être désarticulée par rapport aux autres dimensions constitutives de la vie urbaine. Ces objectifs n’étaient nullement subsidiaires. Ils devaient être poursuivis de façon conjointe, même si quelques décalages étaient possibles. Les divers services chargés de réaliser progressivement la promotion de la ville avaient en fait en référence un tableau de bord qui ne fut jamais totalement formalisé. Si on le formalisait, il pourrait se présenter à la manière d’une matrice à plusieurs entrées où la poursuite de chacun des objectifs assurait l’effet global recherché. Le schéma simplifié suivant permet de concrétiser quelques préoccupations à bien garder à l’esprit :

  • Volume et composition de la population (par exemple, les étudiants doivent être minoritaires et dispersés dans la ville, les logements sociaux sont distribués dans les différents quartiers sans être jamais les éléments dominants) ;
  • Milieu de travail où l’université peut être motrice sans être prépondérante (par exemple, créer un milieu innovateur en favorisant les échanges entre l’université et le parc scientifique, amener de l’emploi non universitaire au centre urbain). Par-là favoriser l’imbrication entre des milieux de travail différent en vue d’éviter que l’université ne se replie sur sa colline inspirée ;
  • Services culturels et commerciaux ouverts à divers types d’usagers. Par-là, attirer une population régionale et ouvrir l’université sur sa région ;
  • Accessibilité extérieure, desserte par le train et les bus, connexions routières, parkings. Ces dessertes sont à réfléchir en fonction d’une diversité de destinataires. Parmi ceux-ci, il y a des étudiants, du personnel de l’université, des habitants et des visiteurs.

83Malgré cette volonté de poursuivre à la fois divers objectifs, les décalages dans le temps sont intervenus. Ceux-ci ont contribué à construire des images provisoires du site. Certains les ont valorisées et s’y sont accrochés : Pourquoi ne pas laisser à l’état naturel des espaces non encore construits ? Pourquoi accroître la densité ? Pourquoi accroître le niveau des équipements qui allaient attirer des populations extérieures ? Pour les urbanistes, il fallait éviter de s’arrêter à ce que certains appelaient les illusions intermédiaires. Vu cette conjoncture générale, des résistances apparurent lorsque les transformations acceptées dans un horizon aussi lointain que possible se concrétisaient dans des projets immédiats. N’était-il pas dommageable de modifier à ce qui était déjà en place et dont on appréciait les avantages. Ces résistances furent quelquefois provisoires. Dans certains cas, elles infléchirent les orientations. Ce fut par exemple le cas à propos des immeubles en hauteur. Après les débats relatifs à la tour située à proximité de la rue des Wallons, la hauteur des bâtiments fut revue à la baisse.

84La séquence temporelle dans laquelle les opérations se sont réalisées joue un rôle certain sur la construction progressive d’une expérience urbaine. Ceci sera l’objet du chapitre suivant où l’on présentera ce qui se passe pendant qu’UA a encore la guidance urbanistique du projet, ainsi que la manière dont la gouvernance du projet sera réalisée ultérieurement.

85Cette présentation par étape chronologique devrait aider le lecteur à développer une réflexion critique sur la genèse de ce qui est actuellement en place : fidélité au projet initial, évolutions découlant des problèmes liés aux conséquences des réalisations antérieures et enjeux nouveaux résultant de la modification du contexte.

Notes

1 Centre de recherche et d’études en aménagement du territoire (UCL, faculté des sciences appliquées).

2 Comité de Coordination Ottignies (organe de l’UCL)

© Presses universitaires de Louvain, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540