Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Louvain-la-Neuve, une manière de concevoir la ville

 | 
Jean Remy

Introduction

Texte intégral

1Dès son origine, le projet d’une ville universitaire a été porté par une tension entre rationalité et émotion : le déménagement n’est pas une décision technocratique prise à froid, comme ce fut souvent le cas dans la création de villes nouvelles dans la seconde moitié du 20ième siècle. Le déménagement forcé de l’université suscita un ensemble d’initiatives en vue d’assurer un transfert sur un site nouveau où l’université trouverait un support adéquat à son dynamisme. La volonté de relever le défi incitait à une bonne utilisation de tous les outils de travail disponibles. Ainsi naquit une tension créatrice entre un engagement affectif et une volonté de construire un outil de travail approprié.

2Néanmoins, la nécessité de trouver un nouveau site en zone francophone, comme en région flamande, s’était imposée depuis quelques années. Les autorités souhaitaient déconcentrer, vu le poids disproportionné que prenait une université en croissance dans une ville de la dimension de Louvain. La recherche de terrains était guidée par divers critères dont l’accessibilité par train et par route, de manière à faciliter les échanges avec l’extérieur. Elle aboutit à une proposition de localisation à Ottignies. Elle découlait d’un choix raisonné. Le terrain fut utilisé pour un enjeu qui n’était pas évoqué lors des prospectives commencées en 1962.

3Lorsque l’obligation de déménager s’imposa, le site d’Ottignies apparut comme une opportunité à saisir. La manière de l’aménager s’appuya sur une aspiration diffuse de bâtir une université dans la ville, à la façon dont on l’expérimentait à Leuven. Dans cette ville, depuis 1455, l’université avait grandi avec la ville et s’était entremêlée au tissu urbain. Cette mixité était vécue comme atout pour la vie sociale de l’Université. Cette aspiration donna naissance à un projet culturel relié à une manière de vivre la ville. Le terme culturel est pris au sens anthropologique et non au sens restreint d’activités culturelles. Nous parlons aussi d’un projet à visée utopique pour caractériser cette expérience qui était à la recherche d’une mise en forme en rupture avec la manière, fréquente à l’époque, de construire des campus universitaires. Le terme utopique est ici un terme analytique que nous proposons ex post pour comprendre l’esprit qui a inspiré la mise en œuvre. Il n’a pas été utilisé par les promoteurs de l’opération. Ils voulaient construire une ville normale, selon l’expression souvent utilisée par Michel Woitrin. Cette dernière référence a diverses connotations. Il fallait éviter une ville à part, coupée du reste de la région. Pourtant, la normalité signifiait aussi que le projet devait être en rupture avec les évolutions dominantes que d’aucuns considéraient comme un affadissement de la vie urbaine. Une ville normale devait favoriser une vie sociale conviviale et créative. Nous appelons utopie cette volonté de rupture fondée sur l’idéalisation d’une manière de vivre la ville. Tel qu’il est utilisé, le terme n’a pas la connotation d’un rêve irréalisable tournant le dos à un pragmatisme social. Néanmoins, la visée utopique inspirant le projet repose sur un souci de changer certaines habitudes, voire de modifier des préférences. Ce choix volontariste accroît l’incertitude d’aboutir au résultat escompté. Il suppose des prises de risques, des défis à relever, des innovations en vue d’aboutir à la mise en œuvre.

4La capacité d’innover est d’autant plus cruciale que ce projet de ville restait très flou sur les formes que pouvait revêtir sa traduction spatiale. C’est pourquoi nous parlons d’une utopie culturelle plus que d’une utopie urbanistique. Ce qui était souhaité n’était pas préconçu dans des modalités concrètes, au contraire de ce qui se passe lorsque l’on s’appuie sur des doctrines urbanistiques préétablies, par exemple celles qui ont inspiré l’urbanisme moderne. L’aventure entrepreneuriale s’entremêle à la mise au point d’une conception urbanistique adéquate.

La vision anticipatrice chez Michel Woitrin

5M. Woitrin, administrateur général de l’Université, en charge du déménagement, a joué un rôle d’entrepreneur, au sens de Shumpeter, en combinant vision d’avenir, recherche de collaboration adéquate et prise de risque calculé au moment où certains choix devaient se faire en urgence. Il a joué un rôle décisif dans la mesure où il recherchait des collaborations aptes à donner forme à une sensibilité urbaine dont il était porteur. Il écrit en juin 1963, dans une interview à La Libre Belgique : « L’Université doit créer un milieu stimulant, non seulement au point de vue strictement intellectuel, mais culturel, social, spirituel, … » (in M. Woitrin, Louvain-la-Neuve, Louvain-en-Woluwe, Le grand dessein, p. 17). L’ouvrage de M. Woitrin qui vient d’être cité est d’ailleurs émaillé de textes relatifs à l’âme des villes (p. 156), terme qu’il utilise. Si le dessein était précis, il restait flou dans les formes urbanistiques.

6On a déjà évoqué la recherche de terrains pour assurer l’extension de l’université en dehors de l’agglomération louvaniste. Cette recherche était ouverte sur diverses implantations. La proposition de s’installer à Ottignies prit du temps avant de devenir une décision définitive. En juin 1966, la Commune d’Ottignies donne son accord pour l’installation de bâtiments universitaires sur le plateau de Lauzelle. À partir de ce moment, une réflexion plus concrète peut s’entamer, même si officiellement on raisonne toujours dans le cadre d’une installation satellite, par exemple pour y installer des études de premier cycle. Le 17 septembre 1967, M. Woitrin rédige un cahier de charges urbanistiques relatif à la cité universitaire d’Ottignies. Le document de trois pages est destiné à un concours d’idées à proposer à des urbanistes belges et étrangers (ibidem, pp. 54-55).

7Nous examinerons la situation plus en détail lorsque nous aborderons la genèse urbanistique du projet. Vu ces divers préambules, un certain esprit était en place lorsqu’en juin 1968, le gouvernement imposa le déménagement de l’Université francophone. Même ceux qui vivaient la situation de façon dramatique se rallièrent autour du slogan : « Pas une université dans un champ de betteraves ! » Implicitement était acceptée l’idée de profiter du déménagement pour créer un site urbain.

La conjoncture du moment et l’imaginaire porteur

8Un milieu d’échanges et de réflexion se constitue autour de cet intérêt à promouvoir une ville nouvelle pour une société nouvelle, comme l’écrit M. Woitrin (Ibidem p. 163). Cette aspiration se nourrissait à la conjoncture du moment. L’urbanisme moderne qui, dix ans plus tôt se présentait encore comme une manière de construire un nouvel homme urbain, engendrait bien des déceptions au vu du décalage entre les intentions et le vécu. Une attitude se diffusait prônant un retour aux quartiers anciens. On s’intéressait de plus en plus à la restauration des centres villes. Un regard sur la ville traditionnelle apparaissait quelquefois comme une source d’inspiration pour inventer de nouveaux lieux urbains.

9Divers architectes étaient à la recherche des vertus d’une architecture qui s’exprimait en langue locale à travers les bâtiments ordinaires. À partir d’elle, on appréciait la diversité des lieux urbains. Le terme d’architecture vernaculaire exprimait le propos de façon plus générale dans la mesure où on cherchait à mieux comprendre les architectures nées d’une accumulation d’expériences vécues. De ce fait, on entrait dans l’esprit d’une architecture où le bâtiment était associé à l’environnement social qu’il contribuait à créer. Ainsi, divers types de recherches sur les médina au Maghreb avaient été entreprises par des architectes qui devinrent ultérieurement membres de l’équipe de conception.

10Cette référence à la ville ancienne pour imaginer un nouveau cadre de vie fut une ressource lorsque le déménagement s’imposa comme une nécessité. À ce moment, elle donna de la légitimité à la mémoire collective de l’expérience urbaine vécue dans la vieille ville de Leuven que, d’une manière ou d’une autre, certains rêvaient de reproduire. Par-là, divers facteurs se conjuguent et se renforcent mutuellement : la mise en question des formes prônées par l’urbanisme moderne, l’intérêt pour les vertus de la ville traditionnelle et les souvenirs de la vie urbaine louvaniste. En mobilisant de diverses manières les parties concernées, cette conjonction particulière fut favorable à une ouverture créatrice. Quinze ans plus tôt, le projet mobilisateur aurait probablement été tout autre.

© Presses universitaires de Louvain, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540