Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Violences juvéniles urbaines en Europe

 | 
Xavier De Weirt
, 
Xavier Rousseaux

Les auteurs

Texte intégral

1Philippe Chassaigne est professeur d'histoire contemporaine à l'Université de Tours (France). Il travaille sur les questions de violence interpersonnelle et de leur perception sociale. Il a notamment publié en 2005, Ville et violence. Tensions et conflits dans la Grande-Bretagne victorienne aux Presses Universitaires Paris-Sorbonne et en 2011, Belle Gunness, première tueuse en série des États-Unis aux éditions Larousse.

2Xavier De Weirt est historien attaché au Centre d’histoire du droit et de la justice, Université catholique de Louvain. Il mène actuellement une thèse de doctorat dans le cadre de l’ARC « Jeunesse et violence : approches socio-historique », portant sur la perception et le traitement pénal de la jeunesse violente dans l’arrondissement judiciaire de Bruxelles entre 1945 et 1980.

3Jean-Claude Farcy est spécialiste d’histoire rurale et de la justice de la France des xixe et xxe siècles. Il vient de publier avec Jean Jacques Clère, Le juge d’instruction. Approches historiques (Presses Universitaires de Dijon) et travaille actuellement à la rédaction d’un ouvrage sur L’Affaire Poirier (1871-1874). Un criminel ordinaire ?, qui traite du traitement judiciaire d’une affaire criminelle courante dans la région de Perche-Gouët.

4Dominique Kalifa est professeur à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne où il dirige l'École doctorale d'histoire. Il prépare actuellement un ouvrage sur l'imaginaire des bas-fonds dans la culture occidentale.

5Éric Marlière est maître de conférences à l’Université de Lille 3, chercheur au CeRIES (EA 3589) – Centre de Recherche « Individus, Épreuves, Société ». Il travaille sur les modes de vie des jeunes des milieux populaires et a, entre autres, publié La France nous a lâchés ! Le sentiment d’injustice chez les jeunes de cité, Paris, Fayard, 2008.

6Laurent Mucchielli est sociologue, directeur de recherches au CNRS (Lames, UMR 6127, Aix-en-Provence). Il a récemment publié La violence des jeunes en question (Éditions Champ social, 2009, avec Véronique Le Goaziou). Il travaille actuellement sur l'évolution des délinquances et sur les politiques locales de sécurité et de prévention en France.

7Aude Musin est historienne, attachée au Centre d’histoire du droit et de la justice, Université catholique de Louvain, et chargée de recherches du F.R.S.-FNRS. Elle est l’auteure d’une thèse de doctorat intitulée Sociabilité urbaine et criminalisation étatique. La justice namuroise face à la violence de 1363 à 1555, soutenue en 2008.Elle travaille actuellement sur la régulation de la violence dans les villes des anciens Pays-Bas (xive-xviie siècles).

8Céline Regnard est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Provence Aix-Marseille 1. Agrégée d'histoire, ancienne élève de l'ENS-LSH, ses recherches, menées dans le cadre de l'UMR 6570 TELEMME, croisent l'histoire de la violence, de la police et de l'immigration dans l'aire méditerranéenne, particulièrement à Marseille. Elle a publié en 2009 Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société, 1851-1914 aux Presses Universitaires de Rennes.

9Xavier Rousseaux est maître de recherche du FRS-FNRS et professeur à l’Université catholique de Louvain, à Louvain-la-Neuve. Il y dirige le Centre d’histoire du droit et de la justice et est le promoteur porte-parole du projet de recherche ARC « Jeunesse et violence : approches socio-historique ». Spécialiste de l’histoire du crime et de la justice, il a publié « Jeunes et violences : pour une histoire de rapports de force… », dans Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, 2007, 9, p. 127-140 ; avec David Niget, « Violences et cultures juvéniles » in La Revue Nouvelle, décembre 2008, p. 32-39 ; avec Bernard Dauven et Aude Musin, « Civilisation des mœurs et/ou disciplinarisation sociale ? Les sociétés urbaines face aux violences en Europe (1300-1800) » in Laurent Mucchielli (ed.), Histoire de l’homicide de la fin du Moyen Âge à nos jours, Paris, la Découverte, 2009, p. 273-321.

10Melpomeni Skordou est criminologue, attachée au Centre d’histoire du droit et de la justice, Université catholique de Louvain. Elle mène une thèse de doctorat, dans le cadre de l’ARC « Jeunesse et violence : approches socio-historique », portant sur les résistances à l’autorité policière en Belgique et notamment à Bruxelles pendant la seconde moitié du xxe siècle. Elle a publié récemment un article dans la Revue de droit pénal et de criminologie intitulé « Les infractions contre l’ordre public en Belgique de 1880 en 1980 : les statistiques judiciaires au service de la déconstruction d’un objet d’étude ».

11Antoon Vrints est chercheur postdoctoral au sein de l’unité de recherche « Sociale geschiedenis na 1750 » (« Histoire sociale depuis 1750 ») à la Universiteit Gent. Il a écrit une thèse, défendue en 2006, intitulée « Het theater van de straat. Publiek geweld, respectabiliteit and sociabiliteit in Antwerpen, 1910-1950 » (« Le théâtre de la rue. Violence publique, respectabilité et sociabilité à Anvers, 1910-1950 »). Il publie actuellement sur l’histoire de la violence, du contrôle social et des deux guerres mondiales.

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540