Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Violences juvéniles urbaines en Europe

 | 
Xavier De Weirt
, 
Xavier Rousseaux

Deuxième partie. La ville, foyer de violence juvénile ? Études de terrain

Des jeunes adultes jugés devant le tribunal correctionnel de Bruxelles

La perception des comportements violents entre rouages judiciaires et approche de la réalité (1946-1975)

Xavier De Weirt

Texte intégral

  • 1 Charlotte Vanneste, Eef Goedseels, Isabelle Detry, La statistique nouvelle des parquets de la jeune (...)

1Depuis plusieurs années, la violence des jeunes fait la une de l’actualité. « Ils sont plus violents, de plus en plus jeunes », sont des termes abondamment répandus dans le débat public. Une analyse plus fine des évènements nous apprend cependant que les personnes visées ne sont pas nécessairement des mineurs d’âge et que la criminalité violente enregistrée de ces derniers tendrait plutôt à baisser depuis plusieurs décennies. En fin de compte, ce seraient plutôt les discours sur la violence des jeunes qui tendent à se modifier1.

  • 2 « On est aujourd’hui dans la société d’Orange mécanique », in La Libre Belgique, 10 mars 2010 ; « A (...)

2La ville est également au centre des débats sur l’insécurité grandissante dont serait victime une part croissante de la population. Certains faits récents véhiculés par la presse nationale et internationale ont par exemple donné de certains centres urbains européens l’image de hauts lieux de banditisme, truffés de zones de non-droit au sein desquelles même la police n’oserait plus s’aventurer2.

  • 3 David F. Greenberg, « Delinquency and age structure of society », in Contemporary Crises, n° 1, 197 (...)
  • 4 Manuel Eisner, « Modernity strikes back ? A historical perspective on the latest increase in interp (...)

3Alors que le débat public vise avant tout les mineurs d’âge comme principaux responsables des violences urbaines, les chercheurs soulignent la jeunesse relative des auteurs d’atteintes aux personnes. Si les mineurs sont majoritairement poursuivis pour atteintes à la propriété, les jeunes entre 16 et 25 ans couvrent une grande part des prévenus de violence interpersonnelle (meurtre, coups et blessures), un phénomène qui se vérifie par ailleurs à différentes époques3. Cette constatation laissera certains supposer que les pays à large population de jeunes adultes ont plus de chance de voir leur taux de violence interpersonnelle enregistrée augmenter4.

  • 5 Gérard Noiriel, Introduction à la socio-histoire, Paris, La Découverte, 2006, p. 54.
  • 6 Vincent E. Mc Hale, Éric A. Johnson, « Urbanization, industrialization and crime in Imperial German (...)
  • 7 Xavier Rousseaux, Bernard Dauven, Aude Musin, « Civilisation des moeurs et/ou disciplinarisation so (...)

4Les premières recherches de nature socio-historiques ayant confronté les thématiques de la ville et de la criminalité datent de la fin des années 1960 et font suite à l’effervescence de l’histoire économique et sociale quantitative5. À cette époque, les historiens se sont intéressés aux différents schèmes explicatifs des relations existant entre criminalité et développement industriel urbain caractéristique du xixe siècle6. L’évolution de la recherche a ensuite permis de définir le rôle des villes dans un « processus de civilisation ». L’émergence des villes en Europe, démarrée au xiiie siècle, s’accompagne d’une baisse des comportements violents dans les sociétés les plus urbanisées. La naissance des États modernes depuis le xvie siècle a ensuite imposé l’encadrement systématique des populations urbaines, progressivement densifiées et diversifiées. Pour maintenir la paix sociale au sein des villes, les sociétés se dotent d’instruments permettant de « policer » la société (règlement, police urbaine)7.

  • 8 Axel Tixhon, « La poursuite et la répression de la “violence” en Belgique (1830-1900). Le discours (...)
  • 9 Philippe Chassaigne, Ville et Violence. Tensions et conflits dans la Grande-Bretagne victorienne, P (...)
  • 10 Céline Regnard-Drouot, Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société (1851-1914)(...)

5L’homicide est toujours à la baisse au xixe siècle et la répression des violences plus légères (coups et blessures, injures, voies de fait) est en nette hausse dans cette Europe occidentale urbanisée, ce qui témoigne d’un affaiblissement de la tolérance envers la violence, se traduisant par un contrôle social accru et un recours plus fréquent à la plainte de la part de la population8. Ce phénomène se confirme pour les régions les plus urbanisées d’Europe occidentale9, même si les structures sociales propres à chaque cité urbaine entraînent des relations à la violence très différentes, notamment entre nord et sud du continent10.

  • 11 Benjamin B. Roberts, Leendert F. Groenendijk, « Moral Panic and Holland’s Libertine Youth of the 16 (...)
  • 12 Axel Schildt, Detlef Siegfried (ed.), European Cities, Youth and the Public Sphere in the Twentieth (...)
  • 13 Caron, Stora-Lamarre, Yvorel, (ed.), Les âmes mal nées…, p. 13.

6Au sein de l’espace urbain, la jeunesse se caractérise depuis longtemps aux yeux de l’opinion comme facteur étiologique de déviance, et ce depuis des temps anciens11 L’industrialisation massive de l’Europe occidentale dans la seconde moitié du xixe siècle entraîne une massification croissante des populations dans les espaces urbains, dont une forte proportion de jeunes gens. Ce départ en force d’une jeunesse rurale, fuyant la crise à la fin des années 1840, s’explique par sa plus prompte perception des opportunités offertes par la ville en termes d’accomplissements professionnel et social. Cette concentration des jeunes en milieu urbain engendre, au tournant des xixe et xxe siècles, l’émergence de « cultures de la jeunesse », un phénomène qui se confirme au sein des villes européennes pendant l’Entre-deux-guerres et à l’issue du second conflit mondial12. Le discours sur la « délinquance juvénile » apparaît donc à la fin du xixe siècle comme un phénomène essentiellement urbain13.

7Mais délinquance n’est pas violence, or, c’est bien cette dernière qui alarme la société contemporaine.

  • 14 Pour reprendre l’expression du célèbre historien britannique, qui démarre son histoire mondiale con (...)
  • 15 Notons, Hanns Von Hofer, « Criminal violence and youth in Sweden : a long term perspective », in Jo (...)
  • 16 David Niget (ed.) « Violence et jeunesse », in Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », n° 9, (...)

8Le « Court xxe siècle » est encore peu étudié à cet égard14. Les recherches menées sur la violence des jeunes sont l’œuvre principalement de sociologues et de criminologues, lesquels se rapportent le plus souvent à l’époque actuelle15. Le regard historique sur le sujet n’en est qu’à ses débuts16. Par conséquent, les fustigateurs d’une remontée de la violence juvénile dans les villes européennes contemporaines manquent d’un repère essentiel, notamment pour la période dite des « Trente Glorieuses », séparant l’après Seconde Guerre mondiale de la crise économique démarrée au milieu des années 1970. Cette époque, que l’on associe habituellement au « bien être social », verra naître une nouvelle « culture juvénile » liée aux conséquences de la culture de masse, à l’envolée démographique caractéristique du baby-boom dès 1945, mais également aux tensions entre générations imputables à l’allongement de la vie. La jeunesse s’étend et se « libère » alors dans une société vieillissante.

  • 17 Pour la France, voir, Ludivine Bantigny, Le plus bel âge ? De l’aube des Trente Glorieuses à la gue (...)
  • 18 Sur l’usage de l’archive judiciaire dans la recherche historique de la violence, voir Jean-Claude F(...)
  • 19 Pour un bilan multidisciplinaire, voir, Marwan Mohammed, Laurent Mucchielli, Les bandes de jeunes. (...)
  • 20 Laurent Mucchielli, « Regards sur la délinquance juvénile au temps des “blousons noirs” », in Enfan (...)
  • 21 Racine, La délinquance juvénile…, p. 30.

9Nous envisageons de lier l’analyse historique de la violence juvénile à celle de l’urbanisation spécifique aux « Trente Glorieuses ». Nous aimerions vérifier si la période se caractérise par une violence juvénile spécifique au sein d’une grande ville européenne, Bruxelles17. Ceci implique une double interrogation d’ordres quantitatif et qualitatif. Par les données de la statistique judiciaire, nous interrogerons l’activité pénale envers la violence au xxe siècle dans l’arrondissement judiciaire de la ville. Nous tenterons par ailleurs d’isoler notre territoire urbain et la population juvénile (16-25 ans) en croisant nos sources avec des données de type démographique. C’est ensuite la confrontation de ces représentations statistiques avec l’analyse des dossiers correctionnels impliquant de jeunes adultes qui nous permettra de matérialiser les chiffres18. Par cette approche davantage qualitative, nous serons amenés à décrypter les types d’affaires de violence interpersonnelle intéressant directement la justice. Nous nous intéresserons dès lors au profil social des prévenus, aux mobiles et circonstances des faits en tenant bien compte du caractère urbain qui les entoure. Cette recherche, centrée sur la jeunesse, permettra donc de visualiser des formes de conflits sociaux imputables à la vie urbaine. Nous pensons directement à certaines violences en bande, lesquelles ont déjà fait l’objet de nombreuses analyses pour la période19. Effet médiatique20 ou réalité judiciaire, l’analyse de dossiers de coups et blessures volontaires s’avère ici pertinente, d’autant plus que la Belgique fut, d’après certains témoins de l’époque, touchée par la vague en 196021.

10Mais à côté des bandes, il est important de dégager d’autres problématiques. Au croisement direct de la ville et de la jeunesse, nous nous intéresserons à l’influence de l’immigration sur la réaction pénale de la violence. À partir des dossiers, nous analyserons les comportements jugés les plus « à risques » par la justice pénale en prenant en considération les modes de sanction appliquées. Notre regard se posera alors en aval du comportement violent pour tenter de comprendre comment les autorités judiciaires régulent la violence.

1. Les coups et blessures volontaires : définition et caractéristiques

  • 22 Jean-Marie Fecteau, « La violence et ses histoires », in Frédéric Chauvaud (ed.), La dynamique de l (...)

11Nous nous inscrivons dans le cadre d’une interprétation minimaliste de la violence, laquelle restreint le domaine à des faits observables22. Parce que les comportements violents sont multiples et perçus différemment d’une personne à l’autre, il est difficile, voire inutile, de faire une étude approfondie de la violence en tant que phénomène social sans en limiter le contenu. La catégorie des coups et blessures volontaires convient parfaitement comme cible d’analyse de la violence en milieu urbain. Caractérisé par la matérialité du coup, ce type de violence, pris isolément, permet d’analyser des interactions en apparence semblables, selon de multiples perspectives. En effet, le coup volontaire embrasse toute une série de conflits sociaux allant de la bagarre de bar, à la violence conjugale en passant par le conflit entre bandes rivales.

  • 23 Farcy, « La violence et les historiens… », p. 318.

12En isolant l’infraction, nous pourrons comprendre la différence des mobiles utilisés, mais aussi les réactions sociales et pénales envers un fait dont la perception évolue sur le long terme. Cette méthodologie accorde une importance particulière à l’analyse de contexte, laissant une large place à des caractéristiques de type social, économique et démographique, pouvant mener à une histoire sociale de la violence23.

  • 24 Sur la doctrine pénale à l’égard des coups et blessures, consulter par exemple, Jos Goedseels, Comm (...)

13Proche de l’agression homicide, le coup volontaire se distingue, aux yeux des législateurs, par l’intention de blesser et non de tuer24. Alors que le nombre d’homicides recensés est à la baisse depuis le milieu du xixe siècle, se pose notamment la question des moyens médicaux disponibles, du contrôle social ou encore de l’accès aux armes.

  • 25 Tixhon, « La poursuite et la répression… », p. 69.
  • 26 Jaak Van Kerckvoorde, « Toenemend geweld in Belgïe : geteld of verondersteld ? De ontwikkeling van (...)

14L’analyse des coups et blessures nous permet de mettre également en évidence la réaction sociale envers un fait « brutal » dans une société européenne contemporaine toujours plus instruite et policée. Axel Tixhon a par exemple démontré l’apparition d’une plus grande sensibilité à la violence dès la seconde moitié du xixe siècle, tant de la part de l’appareil répressif que de l’opinion publique. Face à une diminution manifeste des formes de violences les plus graves, les cours et tribunaux enregistrent une part sans cesse croissante de délits mineurs (coups et blessures, voies de fait, violence morales). L’arrivée de nouvelles catégories de crimes comme les tentatives d’homicide et la correctionnalisation des coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner (art. 401 du Code pénal), sont les signes d’un contrôle social accru sur les comportements les plus « visibles »25. S’il semble difficilement contestable que la première partie du xxe siècle connaisse aussi une baisse toujours plus importante de sa violence homicide (exception faite des guerres mondiales), l’atteinte à l’intégrité physique marque davantage les sensibilités citoyennes26. L’étude de la violence quotidienne jugée devant les tribunaux apparaît dès lors comme une donnée fondamentale à prendre en compte.

  • 27 Sur ce débat, voir Pieter Spierenburg, « Violence and the civilizing process : does it work ? », in (...)

15La méthode consistant à confronter le dossier judiciaire pour donner du corps aux chiffres doit inévitablement éclairer les chercheurs qui débattent depuis longtemps sur la possibilité de mesurer les mouvements de la violence en s’appuyant le plus souvent sur le seul taux d’homicide27.

2. La perception des jeunes à partir de 1945

  • 28 Mark Mazower, Le continent des ténèbres. Une histoire de l’Europe au xxe siècle, Bruxelles, Complex (...)

16Les lendemains de la Libération s’accompagnent en Europe occidentale de profonds changements sociétaux. Les horreurs de la guerre et le souvenir des crises économique et politique de l’Entre-deux-guerres vont entraîner l’Europe dans une ère nouvelle28. Les accords politiques conclus aux niveaux mondial et européen, visent alors la sécurité sociale et militaire ainsi que la défense de certaines valeurs idéologiques. Dans les pays occidentaux, cela s’est traduit pas un repli identitaire derrière la toute puissance des États-Unis. Par les effets du plan Marshall et l’adhésion à des instances supranationales de sécurité collective (OTAN), la Belgique voit ses intérêts socio-économiques protégés. Moyennant une certaine américanisation de sa société, elle parvient, comme ses plus proches voisins à entamer une période de bien-être économique et social.

  • 29 Antoine Prost, « Jeunesse et société dans la France de l’entre-deux-guerres », in Vingtième Siècle,(...)

17Ces évolutions vont modifier sensiblement l’encadrement et la perception de la jeunesse dans l’espace public. La politique de plein emploi née du redémarrage de l’après-guerre permet aux jeunes sortis des études de gagner plus d’argent et de prendre une certaine indépendance par rapport à leurs aînés notamment en maintenant (en partie) le fruit de leur travail, pratique impensable auparavant29. La consommation de masse permet également à des franges plus modestes de la société d’accéder et de s’identifier à une « culture juvénile » moderne, en se démarquant de leurs aînés.

  • 30 « Rapports belges au 6ème Congrès de Défense Sociale (22-28 mai 1961) », in Revue de droit pénal et (...)
  • 31 Vincent Ciccelli, « Les jeunes adultes comme objet théorique », in Recherches et Prévisions, n° 65, (...)

18La catégorie « jeunes adultes » est une construction relativement récente. Elle provient de la distinction, palpable au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, d’une population psycho-sociologiquement distincte située entre l’adolescence et l’âge adulte30. Son repérage est l’œuvre de neuropsychiatres influents comme George Heuyer, spécialisés dans l’évolution psychologique de l’enfance. Ces « éminents spécialistes » étaient persuadés que des transformations majeures avaient lieu entre la 18ème et la 19èmeannée, notamment concernant l’achèvement de la maturité psychologique. L’appellation est aujourd’hui entrée dans les mœurs et définit une période d’adaptation au monde adulte, souvent instable31.

  • 32 Aimée Racine, Christian Debuyst, « Aspects sociologiques », in « Rapport belge… », p. 470-471.
  • 33 Robert, Lascoumes, Les bandes d’adolescents…, p. 36.

19Si cette catégorisation peut sembler arbitraire, elle possède bien certaines caractéristiques sociologiques indéniables pour les témoins de l’époque. Le xxe siècle a consacré par exemple les mouvements de jeunesse, qui rassemblent depuis 1945, une population dépassant largement les 20 ans32. Il existe dès lors une période tremplin où l’individu se « pose » dans le monde adulte, en gardant certains systématismes de l’adolescence. Certains parleront plus volontiers de maturation sociale, laquelle rapproche les classes d’âge « adolescents » et « jeunes adultes » pour se muer en « jeunesse »33. Sorties entre pairs, intégration des fonctions sexuelles, amusement, etc.

  • 34 Robert Volcher, « Aspects psychologiques », in « Rapport belge… », p. 454.

Il n’existe pas un type de jeune adulte mais chaque individu passe par une période plus ou moins longue, plus ou moins difficile, pour les uns commençant plus tôt, pour les autres, plus tard, pendant laquelle il doit acquérir l’expérience et le sang-froid nécessaires à la vie en société et pendant laquelle sa personnalité achève de se former au contact des impératifs sociaux[…] La délinquance contre les personnes montre a fortiori un refus d’autrui et de la vie sociale[…] Quant à la délinquance volontaire contre les personnes, elle témoigne à coup sûr d’un rejet de l’autre comme valeur, soit habituel comme c’est le cas du criminel qui tue pour voler soit sous forme d’un comportement de crise, crime passionnel après un processus de dévalorisation34.

  • 35 Willy Hanssens, « Un Avant-projet belge de loi relative à l’adolescence coupable », in Revue de dro (...)
  • 36 Jean Dupréel, alors directeur général de l’administration pénitentiaire précisera que ces instituti (...)

20Ces discussions autour du statut de jeune adulte ont avant tout un caractère pénal et entraînèrent l’élaboration de projets développés dans les milieux pénitenciers. Ceux-ci visaient à traiter cette population de manière distincte en justice. En Belgique, le Conseil Supérieur des Prisons vota en 1951 l’avant-projet de loi relatif à l’adolescence coupable, qui prévoyait un régime spécial pour les jeunes adultes de 16 à 25 ans35. Ce texte ne sera jamais adopté, cependant les discussions visant la construction d’une classe d’âge spécifique entrent parfaitement dans le cadre individualisant de la Défense Sociale Nouvelle. Comme en France à la même époque, elle donnera lieu à des expériences pénitentiaires bien spécifiques que sont les prisons-écoles. Les établissements de Marneffe (Wallonie) et de Hoogstraeten (Flandre) furent mis à disposition de l’Administration pénitentiaire pour prendre en charge les jeunes adultes délinquants condamnés à des peines lourdes36.

3. Les « Trente Glorieuses » à Bruxelles : évolution de la structure sociale de la ville

  • 37 Walter De Lannoy, Christian Kesteloot, « Les divisions sociales et spatiales de la ville », in Mort (...)
  • 38 Els Deslé, « Bouwen en wonen te Brussel (1945-1958). De moeizame uitbouw van de keynesiaanse welvaa (...)
  • 39 Christian Vandermotten, Els Leclercq, Tim Cassiers, Benjamin Wayens, « États généraux de Bruxelles. (...)

21Au recensement décennal de 1947, l’agglomération bruxelloise (19 communes) compte 944.744 habitants, soit 11 % du niveau national. Ce pourcentage, n’évolue guère lors des deux recensements suivants (1961 et 1970). Cependant, de nombreux changements liés à la vie urbaine et aux meilleures conditions de vie vont faire évoluer la répartition spatiale de l’agglomération. On assiste en effet à une décongestion du centre-ville et à un éclatement de la population sur tout le territoire bruxellois. Une décroissance touche particulièrement les communes de Bruxelles-ville, Saint-Gilles, Ixelles, Saint-Josse, Schaerbeek et Molenbeek, qui avaient été urbanisées à la fin du xixe siècle à la suite de l’exode rural. Dès la fin des années 1940, les communes d’accueil de ces migrations sont les larges espaces verts excentrés de la capitale (Anderlecht, Woluwe-Saint-Pierre, Woluwe-Saint-Lambert, Watermael-Boitsfort, Auderghem et Uccle), les petites communes du Nord (Berchem, Ganshoren, Koekelberg, Jette, Evere), mais également des territoires limitrophes de l’agglomération dans les banlieues flamande et wallonne37. En 1948 et 1949, le gouvernement belge vote les lois « De Taeye » et « Brunfaut », qui devaient permettre l’acquisition de logements à bas prix et l’accès aux logements sociaux pour les plus démunis, dans l’idée de lutter contre les foyers de misère bruxellois. Cette politique, caractéristique de l’État-providence basée sur l’automobile et la construction comme pilier d’une économie fordiste, est particulièrement présente à Bruxelles, qui entame une importante vague de construction d’immeubles. Cette frénésie du bâti sera la cause d’une forte demande en main d’œuvre et aura comme conséquence une immigration massive en provenance du sud de l’Europe (Italie, Espagne, Portugal)38. Durant les 25 années qui suivent la fin de la Deuxième Guerre mondiale, Bruxelles représente le premier centre industriel du pays avec une moyenne de 12 % des emplois manufacturiers39.

  • 40 C’est la Flandre et l’extrême sud de la Belgique qui contribuent le plus à cette vague de naissance (...)
  • 41 La part des moins de 25 ans est : en 1947, de 27 % pour l’agglomération bruxelloise, 37 % pour l’ar (...)
  • 42 Andréa Rea, Carla Nagels, Jenneke Christiaens, « Les jeunesses bruxelloises : inégalité sociale et (...)

22La ville se caractérise par une société vieillissante dans l’immédiat après-guerre, le taux de naissance bruxellois à partir de 1945 est le plus bas de Belgique40 et la part des 15-24 ans y est sensiblement inférieure à la moyenne nationale41. Cette situation perdurera jusqu’aux années 1970 où Bruxelles amorce une « juvénilisation » de sa population42.

23La part des 15-24 ans dans l’agglomération bruxelloise passe de 12,5 % en 1947 à 11 % en 1961 et remonte à 13,5 % en 1970. Il existe donc une remontée de la part des jeunes de 1 % entre 1947 et 1970. Or, la part de ces mêmes jeunes, baisse de 1,9 % à Halle-Vilvorde et de 0,6 % à Bruxelles sur le même période. Comment expliquer, en regard de la plus faible participation de la ville au phénomène baby-boom, cette remontée de la part des jeunes dans l’agglomération ?

  • 43 Anne Burniat-Herscovoci, « La délinquance des étrangers résidant à Bruxelles. Approche phénoménolog (...)
  • 44 Jean-Pierre Grimmeau, « Les composantes principales des mouvements migratoires par âge en Belgique, (...)
  • 45 Christian Kesteloot, « Bon marché et faciles à l’emploi : le rôle économique des quartiers immigrés (...)
  • 46 Bulletin Communal de la ville de Bruxelles, 1976, p. 62-63.

24Il existe d’autre part, certaines disparités entre les communes de l’agglomération. Si les communes périphériques sont la destination d’un nombre important de jeunes adultes entre 1961 et 1970, il en est d’autres qui viennent également s’installer dans des communes plus centrales, brisant du même coup la logique d’éclatement démographique. C’est le cas pour Bruxelles-ville (+ 3016), Ixelles (+1617), Schaerbeek (+3328), Saint-Gilles (+1438), alors que ces commues enregistrent toutes une diminution de leur population totale entre 1961 et 1970. Cette recrudescence est-elle uniquement due aux effets de la vague des naissances ou doit-on la relier à d’autres phénomènes comme l’immigration ? D’après Anne Burniat-Herscovici, la proportion d’étrangers à Bruxelles passe du simple au double entre 1960 et 1970 (de 6,8 % à 15,9 % de la population). Il s’agit par ailleurs d’une population jeune et masculine venue contrebalancer le vieillissement de la Belgique43. Jean-Pierre Grimmeau insiste sur l’attrait particulier de Bruxelles pour les jeunes adultes entre 1962 et 1970. Au sein de ces derniers, il estime la part des étrangers à 73 %44. La population immigrée bruxelloise est alors constituée de travailleurs non-qualifiés principalement espagnols, italiens et marocains, venus travailler dans les secteurs de la construction et des services. Ils viennent peupler les quartiers centraux délaissés par leur population d’origine45. La statistique disponible pour la ville de Bruxelles est assez claire à ce sujet. Les trois premières divisions de police de la ville ont vu leur population étrangère respectivement, doubler, tripler et quadrupler entre 1961 et 197046.

4. La violence interpersonnelle dans l’arrondissement judiciaire de Bruxelles : la prudence face aux statistiques

  • 47 Van Kerckvoorde, « Toenemend geweld… », p. 247.

25Il est fondamental de ne pas se méprendre sur les données révélées par la statistique judiciaire. Celle-ci permet avant tout de saisir la réaction pénale envers des comportements sanctionnés par la loi. Ce que nous percevons dans les graphiques représente la dernière étape d’un processus d’incrimination de faits répréhensibles, depuis la société civile jusqu’au pénal. En ce qui concerne les coups et blessures, ce mouvement de renvoi démarre le plus souvent par une plainte de la victime auprès de la police. Un nombre inconnu de faits n’apparaît dès lors pas dans la statistique judiciaire, soit que la victime n’ait pas porté plainte, soit que la police n’ait pas renvoyé la totalité des plaintes vers le parquet, soit encore que celui-ci ait classé l’affaire sans suite. C’est donc un résidu assez mimine de faits qui est inscrit dans la statistique judiciaire. En contrepartie, le jugement assure une certaine fiabilité quant à la réalité de l’infraction suite à l’expertise judiciaire, ce que ne permet pas la statistique de police au sein de laquelle les plaintes sont enregistrées sans enquête sur les faits47

26L’analyse historique de la violence repose donc sur des sources produites par les instances policières et judiciaires. Sur le plan quantitatif, la statistique judiciaire de la Belgique permet de prendre la mesure de l’activité des cours et tribunaux aux échelons national et local. Elle nous informe sur les relations existant entre l’appareil judiciaire et la violence. Nous travaillons à partir des données du tribunal correctionnel, lesquelles sont les plus complètes au xxe siècle. Les chiffres que nous utilisons représentent le nombre d’individus jugés, c'est-à-dire le nombre de prévenus, répartis en nombre de condamnés et d’acquittés.

Figure 1 : Prévenus jugés devant le tribunal correctionnel de Bruxelles pour coups et blessures (1900-1980)

Figure 1 : Prévenus jugés devant le tribunal correctionnel de Bruxelles pour coups et blessures (1900-1980)

Source : Statistique judiciaire de la Belgique (1900-1980)

  • 48 Le montant des amendes est toujours le même aujourd’hui. Des lois viennent régulièrement indexer le (...)

27Le tribunal correctionnel juge les délits et les crimes correctionnalisés. D’après le Code pénal belge de 1867, l’infraction de coups et blessures est un délit passible d’une peine correctionnelle de 8 jours à 6 mois de prison ou d’une amende de plus de 26 francs48.

  • 49 Jaak Van Kerckvoorde, « Van telling tot kwelling. De ontwikkeling sinds 1900 van geregistreerde lic (...)
  • 50 Christine Janssen, John Vervaele, La politique de classement sans suite du ministère public, public (...)
  • 51 Ibidem, p. 245.

28La figure 1 nous montre clairement que, par rapport à la population totale, le nombre de prévenus de coups et blessures volontaires baisse radicalement dans l’arrondissement judiciaire de Bruxelles (AJB), suivant en cela la tendance nationale49. Cette baisse peut refléter différentes réalités : désintérêt pour certaines formes de violence interpersonnelle, incapacité des juges à les poursuivre, faible recours à la plainte, etc. Il semble cependant incontestable que le parquet de Bruxelles exerce son pouvoir de sélection des affaires de façon croissante tout au long du xxe siècle. L’évolution de la législation et la croissance de la population entraînent une masse toujours plus lourde d’affaires à traiter, surtout au sein d’une grande ville. Il en résulte un taux de classement sans suite, toutes infractions confondues, à la hausse. Celui-ci passe de 26,11 % des affaires en 1836 à 80 % en 198250. Au début du siècle, le taux de sans suite atteignait 50 % des affaires51. Ces chiffres ne nous permettent cependant pas d’évaluer la part des coups et blessures dans ce pourcentage, ni surtout la part des jeunes adultes jugés.

  • 52 Comme toujours, l’historien fait avec le matériau disponible. Une grande partie des registres du pa (...)

29Les premières recherches que nous avons réalisées à partir des registres aux notices du parquet permettent d’affirmer que le nombre de coups et blessures renvoyé vers le parquet ne diminue pas au cours du xxe siècle, il aurait même tendance à augmenter. Afin de juger l’influence du parquet, nous avons comparé une année de la fin du xixe siècle (1892) et avons commencé à sonder quelques mois d’années entre 1945 et 197552. Dans les registres du parquet de Bruxelles, nous avons répertorié 3321 affaires de coups pour l’année 1892. Nous avons ensuite commencé à sonder différents registres du parquet pour les seuls mois de janvier des années 1950, 1958, 1959 et 1964. Les premiers résultats structurent la figure ci-dessous.

30

Figure 2 : Aperçu du travail du parquet de Bruxelles dans les affaires de coups et blessures (1892, 1950, 1958, 1959, 1964)

Figure 2 : Aperçu du travail du parquet de Bruxelles dans les affaires de coups et blessures (1892, 1950, 1958, 1959, 1964)

Notes 53 : L’année 1892 comprend un mois entier. Les autres coups de sondes sont établis sur des périodes de trois semaines.

Source : Archives de l’État à Anderlecht, registres aux notices du parquet de Bruxelles

  • 53 Pour une étude détaillée du classement sans suite des coups et blessures pour une année plus récent (...)
  • 54 L’arrondissement judiciaire compte en 1899, 871039 habitants ; en 1950, 1323394 hab. ; en 1958, 139 (...)

31Jusqu’au milieu des années 1960, le nombre de renvois d’affaires de coups et blessures vers le parquet de Bruxelles semble, à ce niveau de la recherche, relativement stable53. Le facteur démographique donne toutefois plus de poids à l’année 1892, l’arrondissement étant alors moins peuplé54. La première ligne reprend donc le nombre d’affaires de coups constatées sur les registres du parquet, quelle que soit leur destination future (sans suite, renvoi en simple police, instruction, etc.). La seconde additionne le nombre d’affaires ayant donné lieu à des poursuites devant le tribunal correctionnel de Bruxelles et la troisième établit un pourcentage. La quatrième ligne compte le nombre de prévenus issus des affaires poursuivies. Enfin les cinquième et sixième lignes calculent le nombre de jeunes prévenus et leur part dans le total de la population poursuivie. Quelques constations à ce niveau : le nombre d’affaires entrées au parquet ne fluctue que légèrement. Le parquet travaillerait même par quotas d’affaires à traiter. C’est bien davantage au niveau du taux de jugement que la différence se produit, lequel est capable d’influencer la courbe statistique.

  • 55 Xavier De Weirt, « Violence des jeunes et traitement pénal en Belgique. Un bilan historique chiffré (...)

32La part des jeunes prévenus va, à ce stade, dans le sens d’une remontée progressive de leur nombre dans les poursuites depuis 1945, plus particulièrement depuis la fin des années 1950. Cette hausse des jeunes dans le nombre de prévenus suit la tendance au niveau national55.

Figure 3 : Part des prévenus de coups et blessures sur le total des prévenus jugés devant le tribunal correctionnel. Bruxelles -Belgique (1900-1980)

Figure 3 : Part des prévenus de coups et blessures sur le total des prévenus jugés devant le tribunal correctionnel. Bruxelles -Belgique (1900-1980)

Source : Statistique judiciaire de la Belgique (1900-1980)

  • 56 Jean-Claude Chesnais, Histoire de la violence en Occident de 1800 à nos jours, Paris, Laffont, 1981
  • 57 Eisner, « Modernity strikes back... », p. 299.

33Parallèlement aux niveaux européen56 et national, l’évolution du nombre de condamnés pour coups et blessures au niveau bruxellois est à la baisse tout au long du siècle. Un changement s’amorce cependant au sortir du second conflit mondial, période durant laquelle la part des violences repart à la hausse57. Cette évolution perdure jusqu’aux années 1980, avec une accélération à partir du début des années 1960.

34Contextuellement, l’immédiat après-guerre voit l’amorce d’une société en mutations culturelle et socio-économique. Premier facteur en cause, la généralisation de l’usage de la ville qui s’est confirmée tout au long du xxe siècle et qui a un impact direct sur les types d’interactions entre habitants. Les limites supérieures de l’adolescence tendent à se prolonger à partir de 1945, conséquence d’une scolarisation en hausse et les différences de modes de vie engendrent inévitablement de nouveaux comportements. Nous avons déjà mentionné la constitution des bandes de jeunes, mais, de manière générale, c’est la plus grande occupation de l’espace public par une jeunesse progressivement déliée des contraintes imposées par la société traditionnaliste, qui entraîne sa plus forte visibilité.

35L’évolution du nombre de prévenus de coups et blessures volontaires dans l’arrondissement judiciaire de Bruxelles est concomitante à une augmentation du nombre des jeunes prévenus de coups et blessures au niveau national. Il est donc permis de supposer que le nombre de jeunes prévenus dans l’arrondissement judiciaire de Bruxelles joue pour une part croissante dans le total des prévenus de coups et blessures volontaires jugés entre 1945 et 1980.

36L’étude des dossiers correctionnels impliquant de jeunes adultes pour faits de coups et blessures doit nous permettre de mieux comprendre les logiques de sélections des affaires et éventuellement, nous éclairer sur les raisons d’une montée ou d’une baisse des faits de violence ciblés.

5. L’étude des dossiers du tribunal correctionnel de Bruxelles

  • 58 Pour une explication détaillée de la méthode d’échantillonnage, voir l’article de Melpomeni Skordou (...)

37Notre corpus se compose d’un échantillon aléatoire de dossiers relatifs à des jeunes adultes incriminés pour coups et blessures et jugés devant le tribunal correctionnel de Bruxelles entre 1945 et 1975. Nous avons isolé 91 dossiers concernant des faits commis dans l’agglomération bruxelloise afin de relier notre thématique à la violence commise dans une grande ville58.

38La source utilisée présente certains pièges, qu’il est préférable de mentionner avant toute conclusion hâtive sur la réalité de la violence des jeunes en ville. Les dossiers judiciaires constituent avant tout une construction émanant des pouvoirs policier et judiciaire. Comme nous l’avons déjà mentionné, le nombre de dossiers judiciaires représente une valeur résiduelle, aboutissement d’un long processus de triage des affaires opéré en amont. Si nous sommes bien confrontés à des phénomènes vécus, nous ne devons pas perdre de vue que l’image révélée par nos analyses est aussi celle que le pouvoir judiciaire veut, en quelque sorte, donner de la violence juvénile.

39Sans entrer dans les détails de chacun des dossiers, nous tenterons de déceler quelques types de violences problématiques, caractéristiques de la période couverte, se soldant par le renvoi correctionnel des jeunes adultes devant la justice.

5.1. Aspects quantitatifs

Le profil social des prévenus de coups et blessures

40Les 91 dossiers correctionnels que nous avons dépouillés pour la période 1946-1975 impliquent 111 prévenus de coups et blessures âgés de 16 ans à 24 ans.

  • 59 Une étude similaire pour le début du xixe siècle propose de semblables proportions, voir Stephane V(...)
  • 60 Donald Fyson, « Blow, scratches, swords and guns : violence between men as material reality and liv (...)

41La répartition homme-femme dans le nombre de prévenus est de 107 jeunes hommes pour seulement 4 jeunes femmes59. Cette écrasante majorité masculine confirme une donnée universellement reconnue attribuant les actes de violence physique aux hommes. Cependant, la violence féminine n’est pas dénuée d’intérêt. Nous supposons d’ailleurs que celle-ci ait fait l’objet d’une certaine clémence de la part d’une justice habituée à associer « brutalité » et « masculinité »60

  • 61 Concernant Bruxelles, l’origine ethnique possède un double sens. Il s’agit autant de la nationalité (...)

42Une focalisation sur le profil social de ces jeunes s’avère ici intéressante. La profession, l’âge, l’origine ethnique61, l’état civil doivent nous éclairer sur les spécificités d’une certaine jeunesse ayant affaire à la justice pénale.

43La quasi-totalité des jeunes prévenus recensés a terminé sa scolarité et est détentrice, du moins en titre, d’un emploi : manœuvres, ouvriers, chauffeurs, garçons de course, militaires, aides, employés, coiffeurs, etc. La violence condamnée concerne avant tout des statuts modestes au sein de la société bruxelloise.

  • 62 Conrad Van Der Bruggen, « La prolongation de la scolarité et la fonction sociale de l’école », in B (...)

44Seuls trois étudiants ont été recensés. Six prévenus possèdent le titre d’apprenti. Les deux seuls prévenus de moins de 18 ans, sont un étudiant et un apprenti. Ils font partie des jeunes bénéficiant de la prolongation de la scolarité après la Seconde Guerre mondiale en Belgique62. En effet, à partir de 1953, l’accès à l’enseignement secondaire s’effectue plus largement jusque 18 ans (26 %) voire même 20 ans (12 %). Les « étudiants » de notre corpus sont donc soit universitaires, soit scolarisés et en retard dans leur formation. L’enseignement universitaire n’étant profitable qu’à une très petite minorité, il est rare d’en trouver trace dans nos dossiers. Un oculiste, sorti de l’École Nationale d’Optique de l’État, a toutefois été recensé comme auteur de coups et blessures en 1952. Il sera acquitté. Est-ce dû à sa position particulièrement favorable (le père est docteur en médecine) ?

45Trente pourcents de nos prévenus sont mariés au moment où ils commettent leur délit, ce qui correspond grosso modo à la moyenne nationale pour cette tranche d’âge (sources INS).

  • 63 Debuyst, Racine, « Aspects sociologiques… », p. 471.

46Il est probable qu’une partie de notre population tienne dès lors davantage du monde adulte, que de la « jeunesse ». Cependant, certains témoins de l’époque considèrent que cet abaissement de l’âge au mariage ne reflète pas une accession prématurée au monde adulte. Au contraire, « ces jeunes mariés ont tendance à conserver leur “adolescence” physiologique et sociale, en restant notamment plus longtemps dépendant du noyau familial63 ». 19 prévenus sur 101 ont également un ou plusieurs enfants. Le plus jeune père de famille marié n’a que 19 ans et il existe une part importante de jeunes de 22 à 24 ans, célibataires et sans enfants.

L’âge des prévenus

Figure 4 : Jeunes prévenus de coups et blessures volontaires répartis par âge (1945-1975)

Figure 4 : Jeunes prévenus de coups et blessures volontaires répartis par âge (1945-1975)

Sources : Archives de l’État à Anderlecht, tribunal correctionnel de Bruxelles : affaires jugées

  • 64 Aurore François, Guerre et délinquance juvénile (1912-1950). Un demi-siècle de pratiques judiciaire (...)
  • 65 Greenberg, « Delinquency… », p. 190. Pour une analyse récente adaptée à la Belgique, lire, Annick H (...)

47La faible part (9 %) des moins de 18 ans dans les archives peut s’expliquer par une pratique officieuse du parquet visant à renvoyer les mineurs de 18 ans vers les tribunaux pour enfants. Cette méthode, annonce la loi de protection de la jeunesse de 1965, qui élève de deux ans l’âge de la majorité pénale. Les recherches d’Aurore François portant sur la délinquance juvénile entre 1912 et 1950 ont mis en évidence cette tendance, sans pour autant affirmer un systématisme de la pratique. Le nombre de délinquants masculins de 16 à 18 ans, condamnés pour un fait qualifié infraction devant le juge des enfants, atteint tout de même 20 % des mineurs jugés en 1960, toute infraction confondue64. Le nombre relativement faible des 19 à 20 ans peut s’expliquer par le contingentement. En effet, les jeunes hommes sous les armes ayant commis une infraction sont jugés devant la justice militaire, sauf lorsqu’ils sont coauteurs de faits impliquant une personne civile. Au sein de notre corpus, l’âge délimitant la fin du service militaire le plus fréquemment rencontré est 20 ans. Celui-ci passe à 21 ans ou plus à partir de 1951, conséquence de la guerre de Corée qui prolonge le service militaire belge de 12 mois. Dans les années 1960, les prévenus ont terminé leur service plus généralement à 19 ans. Certains en sont toutefois dispensés, c’est le cas du seul universitaire de notre corpus. D’autres ont été réformés, exemptés ou renvoyés. Face à ces données, on peut tout de même se demander dans quelle mesure la durée du service militaire influence le taux de poursuite des jeunes adultes devant les juridictions pénales, particulièrement en période de tension internationale. La prédominance des 21-24 ans rejoint finalement l’analyse de chercheurs ciblant l’adolescence tardive comme âge le plus exposé à la violence physique65. Le nombre élevé de jeunes hommes de 20 à 21 ans est interpellant lorsque l’on sait que nombre de ces derniers sont, à cet âge, toujours sous les drapeaux, ou viennent d’être démobilisés.

Figure 5 : Distribution des âges : comparaison entre victimes et prévenus (1946-1975)

Figure 5 : Distribution des âges : comparaison entre victimes et prévenus (1946-1975)

Sources : Archives de l’État à Anderlecht, tribunal correctionnel de Bruxelles, dossiers d’affaires jugées

48Les 105 victimes des ces jeunes adultes sont majoritairement plus âgées que leurs agresseurs. Le noyau central se situe entre 30 et 39 ans. Nous comptabilisons 22 victimes de sexe féminin, ce qui représente une nette supériorité comparé à leur nombre en tant qu’auteures des violences. Dans la mesure où le plaignant est majoritairement la victime elle-même, cette supériorité de l’âge des victimes fait à priori penser à une demande pénale plus prononcée chez les plus âgés envers la violence juvénile. Concernant le statut social des victimes, nous comptons deux fois moins d’ouvriers que du côté des prévenus, le double d’employés, une part conséquente de commerçants, un nombre plus élevé d’étudiants, quelques cabaretiers et certaines professions de classe sociale plus élevée, comme un représentant de commerce, et deux sergents de l’armée américaine.

49On remarque cependant une certaine tendance à la baisse dans l’évolution de l’âge des victimes. Un pic supérieur se situe à la fin des années 1950. Les années 1960 et 1970 semblent se caractériser par un rapprochement des âges entre prévenus et victimes.

Les peines

  • 66 L’activité de l’administration des établissements pénitentiaires. Rapport décennal, 1945-1955, p. 2 (...)

50Les peines de prison effectives sont rares en cas de coups et blessures. Elles sont d’application pour trois raisons principales : lorsque la gravité des faits impose la détention en vue de sécuriser la société ; lorsque qu’il y a récidive endéans le temps de sursis accordé au dernier jugement ; lorsque le condamné fait l’objet d’une peine subsidiaire pour non payement des amendes. Dans le premier cas, le procureur imposera la détention préventive à la prison de Forest. Le condamné sera ensuite éventuellement transféré vers un autre établissement. 11 prévenus (10 %) de coups et blessures ont été condamnés à une peine de prison. Lorsqu’il y a transfert, les jeunes sont orientés le plus souvent vers le centre pénitencier de Merksplas, un centre de détention semi-ouvert, où les détenus sortent uniquement pour travailler66.

  • 67 La convention collective du 16 mai 1956 a fixé les salaires ouvriers de 21 à 30 francs de l’heure, (...)

51Dans les affaires de coups et blessures, le parquet s’intéresse particulièrement à la conduite et la moralité des intéressés. Les prévenus sont habituellement condamnés à payer une relativement lourde amende de 50 à 200 francs (alors 1000 à 4000 francs belges en 1960)67. Il convient toujours de prendre la bonne mesure de la peine infligée. Selon les principes pénaux en vigueur à partir de 1945, inspirés des théories de la défense sociale nouvelle, le juge prend des mesures plus individualisées que par le passé. Le recours à la prison est évité pour privilégier des mesures visant le redressement social du délinquant condamné. Ainsi, il est fort probable que le magistrat prendra en considération le profil socio-économique du condamné. Est-il récidiviste ? Peut-il payer les amendes ? Est-il marié ? A-t-il des enfants ? L’amende reste un moyen de contrainte efficace pour la justice. Cela transparaît dans l’octroi quasi systématique du sursis lorsque l’individu est condamné à une peine de prison. L’amende restera dès lors centrale dans la peine. Les montants souvent élevés, surtout pour un jeune adulte, imposent que celui-ci jouisse d’un emploi suffisamment rémunérateur ou qu’il soit en mesure de trouver rapidement un travail.

52Ces poursuites judiciaires souvent longues (plus d’un an parfois), permettent de déceler l’importante mobilité d’emploi, caractéristique des « Trente Glorieuses ». Lorsqu’ils doivent justifier un retard de paiement, les condamnés évoquent souvent la recherche d’un nouvel emploi et les périodes de chômage qu’elle occasionne. Éventuellement, le juge accordera au condamné la possibilité d’étalonner les paiements pour le soulager quelque peu, mais en cas de non paiement, le principe fondamental reste la peine de prison subsidiaire. Ce moyen de pression suppose un certain contrôle de la justice envers les particuliers qui devront, à chaque échéance, motiver leur retard. Par la contrainte le juge essaiera probablement de « redresser » la situation du condamné.

5.2. Aspects qualitatifs : la typologie des affaires

  • 68 Pour une méthode similaire, voir, Le Goaziou, Mucchielli, La violence des jeunes…, p. 65-89 ; Vauti (...)

53Au vu de l’important taux de classement sans-suite du parquet à cette époque, il est légitime de penser que les cas qui nous occupent présentent une importance particulière aux yeux de la justice. Gravité des faits, profil des auteurs et victimes notamment, sont des éléments importants à prendre en compte dans notre analyse. Par souci de clarté, nous divisons nos affaires de coups et blessures en différentes catégories68.

  • 69 Les violences privées (conjugales, envers le père ou la mère) sont moins fréquentes dans les archiv (...)

54Les faits de violence sur la voie publique et les bagarres de bar sont les phénomènes les plus recensés impliquant la jeunesse. Ces deux types de configuration ne sont d’ailleurs jamais très éloignés sociologiquement l’un de l’autre. Les violences sur la voie publique surviennent souvent après consommation d’alcool dans les cafés. Ces derniers restent, semble-t-il, fort fréquentés par les jeunes adultes dans les années 1950 et 1960. Cela pose en toile de fond, la question de l’importance du débit de boisson dans la « culture juvénile » de l’époque et celle de la volonté (ou facilité) pénale de poursuivre ce type d’affaires. La répartition de ces établissements sur le territoire assure en quelque sorte une visibilité de la violence dans la ville. À côté des cafés, la voie publique est l’autre grand lieu des violences de jeunes poursuivis. Enfin, il nous a semblé utile de faire ressortir les dossiers relatifs à l’immigration, laquelle semble, à ce niveau, jouer pour une part croissante dans le nombre de prévenus de coups et blessures à partir de la fin des années 195069.

Les bagarres de bar

  • 70 Antoon Vrints, « De codes van de kroeg. Het openbaar lokaal tussen orde en wanorde in Antwerpen (19 (...)
  • 71 Une cartographie du phénomène est disponible dans, « Un demi-siècle d’évolution du commerce de déta (...)

55De nombreux dossiers de coups et blessures ont pour cadre le café. Ce constat n’étonne guère étant donné que les débits de boissons ont toujours été sources de crainte de la part de l’élite européenne occidentale qui y voit des lieux propices à la débauche, voire à la subversion70. Les cafés ont vu leur nombre décroitre régulièrement tout au long du xxe siècle. Ils sont encore fort nombreux en 1950, concentrés dans les quartiers populaires de Bruxelles. Ils disparaissent ensuite progressivement71.

  • 72 Debuyst, Racine, « Rapport belge… », p. 471.
  • 73 Notons que la préservation de la moralité à une longue histoire et que cette loi ne fait que renfor (...)

56La visibilité du café dans l’espace public occasionne un renvoi plus aisé des affaires vers les commissariats de police. Le café concentre souvent quantité de personnes prêtes à porter plainte ou à témoigner. Lorsqu’éclate une rixe, le tenancier prendra rapidement son téléphone et appellera la police. Éventuellement, un client bien intentionné ira lui-même quérir un policier au commissariat. De plus, l’effet de l’alcool sur les auteurs de violence peut faciliter leur repérage (extravagance, lenteur des réactions, etc.). La part importante des bagarres de bar dans les archives judiciaires n’implique donc pas nécessairement que celles-ci soient plus fréquentes que d’autres formes de rixes, mais nous les supposons plus visibles. Suivant le même raisonnement, nous pourrions avancer que les bagarres de bar provoquent souvent des atteintes suffisamment graves pour faire l’objet de poursuites. Quoi qu’il en soit, il est légitime de penser que ce type d’affaires est à même d’influencer la courbe statistique, en tout cas en ce qui concerne la jeunesse, laquelle est progressivement « appelée à fréquenter les bars ». La présence des jeunes peut s’expliquer par leur autonomie financière croissante après la Seconde Guerre Mondiale ainsi que par une volonté, sans doute plus prononcée en milieu urbain, de se distancer de leurs aînés en fréquentant des établissements qui leur correspondent72. La crainte de voir les plus jeunes (moins de 16 ans) pervertis par la fréquentation de certains établissements fera l’objet d’une loi de préservation morale de la jeunesse en 196073.

57La visite de différents bars et l’état d’ivresse manifeste de certains jeunes peut dès lors engendrer des situations de violence. Les querelles débutent souvent par un regard, un mot de travers voire un geste mal interprété. Cette violence impulsive peut en conséquence impliquer d’autres infractions, comme des destructions ou des infractions à la loi sur l’ivresse. Comme élément déclencheur particulier des violences, citons tout d’abord, les femmes, qui soulèvent les passions des jeunes hommes. Les cafés où l’on danse sont le théâtre de nombreux conflits mêlant honneur viril et jalousie.

  • 74 Anderlecht, Archives de l’État (AEA), Fonds du tribunal correctionnel de Bruxelles, affaires jugées (...)

Ce 21 décembre 1958, vers 1h30 du matin, trois hommes et trois femmes sont rentrés dans mon café. Ils ont consommé deux tournées, soit 12 verres. Ils n’étaient pas en état d’ivresse. Un des clients est allé à la cour et a enlevé la clé du juke-box faisant ainsi marcher la musique, que je ne parvenais plus à arrêter n’ayant plus la clé. Ces personnes se sont mises à danser. Émile T. est venu inviter une dame à danser. Après la danse, un des clients est venu chercher dispute à Émile T. sous prétexte que celui-ci avait embrassé sa danseuse, ce que la femme, une grande blonde, niait. Craignant une bagarre, j’ai pris le téléphone pour appeler la police. À ce moment, un des trois hommes, m’a pris le téléphone des mains et m’a jeté par terre74

58L’honneur viril et l’abus d’alcool sont également à la base d’actes de violence pouvant se terminer dans le sang. Ici encore les discussions tournent facilement autour des femmes, lesquelles influent sur l’honneur des jeunes hommes.

  • 75 « Les armes prohibées sont indiquées non limitativement à l’article 3 ; ce sont notamment : les poi (...)

59Ces derniers n’hésiteront par ailleurs pas à utiliser le café comme repère de quartier, dans lequel il est plus facile d’intimider un adversaire venu d’une autre partie de la ville. L’usage du verre cassé, une arme redoutable et improvisée, ressort fréquemment dans les témoignages. On peut supposer qu’elle remplace en quelque sorte le couteau, dont certains modèles sont rendus interdits en Belgique par la loi de 193375.

  • 76 Cette bière de type « spéciale belge », sans réel caractère, fut créée en 1928 par le groupe brassi (...)

60Interrogés sur leur consommation d’alcool, les jeunes ont bu en majorité de la « ginder-ale », une bière légère qui connut un succès conséquent durant les années 195076. Les autres bières recensées sont des « Stella », « Export » ou « Trappiste ». La consommation d’autres types d’alcool (vin, alcools forts) semble plus rare.

La voie publique

61L’abus d’alcool ne dégénère pas toujours dans les cafés. Les rixes et agressions sur la voie publique représentent la majorité des actes de violence recensés impliquant des jeunes adultes comme auteurs. Il convient de distinguer la rixe ou bagarre, qui implique des antagonistes consentants, et l’agression, qui désigne un acte violent sur une personne non consentante. Ces actes violents peuvent prendre différentes formes. Nous retiendrons l’usage du couteau ainsi que les actes de violence collectifs.

Les rixes et l’usage du couteau

  • 77 AEA, (…), n° 698, jugement du 29 janvier 1953.

J’étais attablé dans un café à Ixelles, lorsqu’un certain « Pit », que je n’avais plus vu depuis un an, m’a adressé la parole me disant de bien vouloir en sa compagnie sortir un instant. Cet homme s’étant adressé poliment à moi, je l’ai suivi sans méfiance. Nous étions à peine dehors qu’il m’a dit « il y a longtemps que j’ai promis de te dérouiller », et il s’est élancé vers moi pour me frapper au visage. J’ai repoussé mon agresseur mais celui-ci, revenant à la charge, je l’ai repoussé et il est tombé à terre. Dans sa chute, un couteau de camping est tombé de sa poche.Il s’en est emparé et m’en a porté un coup à la hanche gauche (…) Il m’a ensuite dit que s’il me croisait encore il me tuerait77.

62À nouveau les relations entre jeunes des deux sexes entrainent des jalousies parfois ruminées de longue date, ce qui est confirmé par l’agresseur dans cette même affaire.

  • 78 Ibid.

PG est mon ex ami, il a fréquenté la nommée Lydia. Sachant que cette fille était ma fiancée, il essaya, malgré ma défense formelle de sortir avec elle. Je l’avais prié à plusieurs reprises de la laisser tranquille. Le soir des faits, je me suis rendu au café sans savoir que PG était là. En l’apercevant, je lui ai demandé de m’accompagner dehors. J’ai aussitôt commencé à le battre.78

63Nos dossiers concernent, selon l’appellation de la police, des « rixes au couteau » ou des agressions. Certaines de ces affaires impliquent des Belges, mais l’usage du couteau semble une pratique prisée de certains ressortissants étrangers. Nous avons en effet retrouvé plusieurs scènes de violence au couteau impliquant des Hongrois, des ressortissants du Surinam, ainsi que des individus marocains. Les agressions au couteau impliquent le plus souvent des jeunes du même âge.

64Nous avons constaté que les belges frappaient au niveau de la hanche ou du dos, ce qui n’est pas le cas des étrangers qui visent soit le visage (étrangers marocains), soit le bras (réfugiés hongrois).

Les agressions en groupe

  • 79 Andrew Davies, « Street gangs, crime and policing in Glasgow in the 1930s : the case of the Beehive (...)

65Un dossier sur quatre environ, implique des violences entre groupes d’au moins deux personnes. Ce ne sont pas des bandes organisées de types gang, comme nous les retrouvons aux États-Unis ou en Grande-Bretagne79. La majorité de ces groupes de jeunes ne s’attaquent pas entre eux, mais s’en prennent à des clients de bar ou des passants. La consommation d’alcool peut influencer le passage à l’acte mais ne semble pas caractéristique de l’agression collective. Nous n’affirmons pas que des attaques entre bandes rivales n’existaient pas, mais leur rareté dans les archives peut s’expliquer par un plus faible report vers la police, question d’honneur. Le même raisonnement peut être appliqué aux attaques contre des adultes, dans la rue ou dans les cafés. Des groupes de jeunes entrent, inquiètent, brutalisent éventuellement les clients, puis disparaissent sans laisser de traces. Les phénomènes de petites bandes de jeunes impliquent souvent un chef que la police ou les témoins n’ont souvent aucun mal à identifier. Ces violences en groupe existent depuis les années 1940. Souvent c’est le profil des auteurs et des victimes qui évoluent.

66Les années 1940 et 1950 impliquent des jeunes provoquant des clients dans certains des bars de la ville. Il s’agit semble t-il de vouloir impressionner des adultes plus âgés, de leur chercher la bagarre par un combat qu’ils veulent régulier, c'est-à-dire « homme contre homme ».

67Le 15 décembre 1947, 2h45 du matin, rue de Mérode (Saint-Gilles) :

  • 80 AEA, TCB, n° 4019, jugement du 27 juin 1949.

À un moment donné, la porte du café à été ouverte par Simon G. Comme il n’entrait pas dans le café, la patronne a refermé la porte, Simon G. a ouvert une seconde fois la porte et n’est toujours pas entré (…) ce dernier s’était mis devant la vitrine et engageait les gens à sortir. Je dois vous dire qu’à ce moment là, Simon G était accompagné d’au moins trois jeunes hommes d’une vingtaine d’années. J’étais à peine arrivé sur le pas de la porte que Simon G. s’est élancé sur moi et m’a porté un coup de poing sur la bouche80

68Les motifs de la violence sont souvent révélateurs de l’ambiance d’une époque. Dans l’exemple ci-dessous, un groupe de jeune sort régulièrement dans le centre-ville pour visiter des cafés. Celui visé ce soir là est connu comme un « café de pédérastes ». La bande de jeunes y est déjà venue plusieurs fois faire du scandale.

69Dix ans plus tard, les formes de provocation n’ont donc pas changé, mais peut-être bien les cibles.

70Le 25 décembre 1957, 23h30 rue d’Anderlecht (Bruxelles-ville)

  • 81 AEA, (…), n° 5725, jugement du 2 septembre 1959.

La nuit de Noël, je me trouvais dans un café de la rue d’Anderlecht à Bruxelles. Il était environ une heure, lorsqu’une bande de quatre jeunes est entrée dans l’établissement. Ils ne se trouvaient pas sous l’influence de la boisson. Ils sont entrés avec une attitude hautaine. Ils ont commandé à boire (de la bière) à la patronne, insistant même à plusieurs reprises. La patronne n’a pas voulu les servir. Ils ont commencé à élever la voix. La patronne les a invités à quitter le café et les a accompagnés jusqu’au seuil de la porte. Les individus mis dehors ne cessaient d’heurter le bas de la porte avec leurs pieds. La patronne leur a demandé d’arrêter. Pour toute réponse, elle a reçu un coup de poing au visage. Je ne puis vous dire qui a fait la chose. Je me suis levé et je suis également intervenu. J’ai reçu un coup au visage et à la poitrine81

71Les archives permettent difficilement de faire le lien entre les différents membres d’un groupe d’agresseurs. D’après les témoignages relatifs à cette dernière affaire, ces jeunes sortent régulièrement ensemble. Un certain nombre habite dans le même quartier populaire du centre ville. L’un est étudiant (18 ans), un autre commerçant (19 ans), tous célibataires.

  • 82 Émile Copferman, La génération des blousons noirs. Problèmes de la jeunesse française, Paris, La Dé (...)
  • 83 Le Goaziou, Mucchielli, La violence des jeunes…, p. 27.

72Ce genre de récit fait penser aux bandes de « blousons noirs » qui hantèrent l’opinion publique européenne à la fin des années 1950, notamment pour des agressions de ce type82. Nous retrouvons dans ce cas-ci une bande plus ou moins structurée, avec l’identification d’un « chef ». Celui-ci ne prend pas part matériellement aux violences, mais incite les autres membres du groupe et dirige leurs actions. Le mobile de l’acte, ici contre les « pédérastes », est très significatif des valeurs d’une certaine jeunesse virile et homophobe83. Les faits sont exécutés le week-end, notamment avec des jeunes en permission.

  • 84 Chloé Deligne, Koessan Gabiam, Matthieu Van Criekingen, Jean-Michel Decroly, « Les territoires de l (...)

Nous sommes en droit de suspecter que de tels actes, entre groupes de jeunes et milieux « pédérastes » devaient être assez fréquents. Premièrement, il ressort des témoignages que ces groupements étaient connus dans le quartier et n’en étaient pas à leur première tentative d’agression au dit café. De plus, le territoire visé (actuel Anneessens) mêle milieux ouvriers et proximité d’une concentration d’établissements homosexuels. Ces derniers sont secrètement implantés dans les abords de la Grand-Place et de la Bourse depuis des décennies84

73Quelques années plus tard, le phénomène a pris une autre ampleur encore, les lieux ont changé, tout comme l’image même du jeune délinquant.

  • 85 AEA, (…), n° 8464, jugement du 26 octobre 1964.

J'ai eu mon attention attirée par une demi-douzaine de jeunes gens, dont certains étaient vêtus de vestes en cuir. Comme ils importunaient les clients de mon auto-scooter et qu'ils cherchaient manifestement la bagarre, je les ai expulsés. Ils revenaient sans cesse. Peu avant 19h, ils étaient là à nouveau, lorsque deux jeunes gens sont arrivés à vélo-moteur. Ces deux jeunes portaient le casque. Immédiatement la bande de « voyous », commandée par un certain « Elvis », s'est précipitée vers eux et ils ont tous donné des coups de pied aux deux jeunes garçons à vélo-moteur85.

74Nous retrouvons dans cet extrait de nombreux stigmates de la jeunesse délinquante des années 1960. Notons par exemple l’utilisation du terme « voyou », le port du blouson de cuir, le champ de foire, et plus spécifiquement le stand des auto-scooters, ainsi que l’usage de motocyclettes. Le surnom « Elvis » témoigne bien évidemment de la popularité du rocker en Europe.

75Le champ de foire représente à l’époque un important foyer de friction juvénile. Il s’agit d’un milieu populaire où les jeunes se retrouvent sans nécessairement se connaître. Il s’agit également d’un milieu particulièrement propice à la réunion en bandes où l’on vient « tuer le temps ». Le champ de foire est également l’occasion pour les jeunes hommes d’expérimenter leur succès auprès des femmes et de se mesurer les uns aux autres.

  • 86 AEA, (…), n° 7996, jugement, du 26 septembre 1967.
  • 87 AEA, (…), n° 448, jugement du 18 janvier 1971.
  • 88 AEA, (…), n° 7702, jugement du 18 septembre 1967.

76D’autres agressions en bande, à la fin des années 1950 et de 1960, semblent suivre l’élargissement du territoire bruxellois. Soit qu’elles se passent dans des quartiers plus excentrés ou récemment urbanisés, soit que les prévenus sont issus de ces nouveaux quartiers, où ils vivent dans des logements sociaux (Evere, Jette)86. Les formes et les mobiles de la violence ont quelque peu changé au sein de la jeunesse issue du baby-boom. Nous retrouvons par exemple en 1967 une bande de jeunes venue en voiture depuis la commune de Jette pour une petite virée dans le centre-ville. Arrivés à Etterbeek, et après avoir visité plusieurs cafés, les membres de la bande s’en prennent à un groupe de scouts catholiques. En 1971, un autre groupe de jeunes frappe en pleine journée, un vicaire sur la chaussée d’Anvers87. Ces actions ont clairement une portée anticléricale88.

5.3. Violence et immigration à Bruxelles

77L’apparition de ressortissants étrangers comme prévenus de coups et blessures est manifeste dès la fin des années 1950. Cette présence ne peut manquer d’interroger la politique d’immigration belge et les conséquences en termes de délinquance poursuivie. Chronologiquement, les premiers concernés dans nos archives sont des réfugiés politiques hongrois et yougoslaves, arrivés en Belgique à partir de 1956.

78Les affaires impliquant des ressortissants des pays de l’Est se sont déroulées entre 1958 et 1961, souvent très peu de temps après leur installation en Belgique. D’après leur bulletin de renseignement, ces prévenus sont tous arrivés en Belgique entre 1956 et 1957. Un parallèle immédiat peut dès lors être réalisé avec l’insurrection hongroise d’octobre 1956. Leurs lieux de résidence à Bruxelles se situent à proximité des gares, dans des quartiers pauvres (abords de la gare du midi, bas de Saint-Gilles, gare du nord, bas d’Ixelles, etc.). Ils occupent des métiers précaires (manœuvre, ouvrier peintre, tourneur, tailleur d’engrenage, etc.).

  • 89 AEA, (…), n° 4513, jugement du 6 mars 1961.

79Un seul individu est répertorié « étudiant ». Son audition par la police nous apprendra qu’étudiant, il l’était en Yougoslavie, mais qu’il n’a pas pu poursuivre sa formation une fois arrivé en Belgique. Il explique être entré en Belgique en 1959, avoir travaillé dans une ferme à Genappe, avant de se faire embaucher comme manœuvre à Bruxelles89 Leurs moyens de subsistance en Belgique ne sont pas nuls. Les données disponibles sur leurs revenus et sur les loyers nous informent que, en tant que manœuvre, ces personnes gagnent entre 23 et 26 francs belges de l’heure et peuvent travailler jusque 45 heures par semaine. Ces salaires (entre 1000 et 4000FB selon les cas) leur permettent en théorie de se loger et se nourrir décemment. Il leur est possible de payer un loyer en garni, par exemple dans les environs de la place Flagey à Ixelles, entre 400 à 550FB par mois en vivant seul. Cependant, ces emplois, souvent instables, ne leur permettent pas toujours d’économiser suffisamment. L’important taux d’emplois disponibles à cette période ne garantit pas leur stabilité sur le long terme, et les détenteurs d’emplois précaires doivent régulièrement vivre des périodes de chômage.

80La décennie voit l’apparition de ressortissants espagnols, marocains, turcs et grecs en tant que prévenus de violence dans les archives.

  • 90 Burniat-Herscovici, « La délinquance des étrangers… », p. 38.

81Les dossiers impliquant des immigrés ne se démarquent pas radicalement dans la nature des faits réprimés. Par contre les difficultés que ceux-ci rencontrent tant face à la police que devant le juge, entraînent d’après certains une répression plus sévère à leur égard90. On remarque en effet que plusieurs de ces étrangers sont condamnés à des peines de prison fermes, ce qui est extrêmement rares pour des délits de coups et blessures à l’époque.

6. Conclusion

82À première vue, les statistiques donnent l’image d’un arrondissement judiciaire de Bruxelles peu impliqué dans la violence, si ce n’est avant la Première Guerre mondiale où le nombre de condamnés est plus élevé. Une lecture plus fine des chiffres indique que Bruxelles prend une part plus active dans les jugements des coups et blessures au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. L’analyse des registres aux notices met en évidence l’important pouvoir de sélection des affaires par le parquet. La part des condamnés de 16 à 25 ans évolue progressivement à la hausse.

83L’analyse qualitative des affaires de coups et blessures poursuivies indique clairement les lieux et les profils qui caractérisent certains aspects d’une violence juvénile de l’époque. Les bagarres de bar, liées à la présence de nombreux cafés dans l’espace public, assurent une certaine visibilité à la violence d’une jeunesse majoritairement ouvrière. L’honneur à maintenir devant la gent féminine associé à une consommation importante de bière sont la cause d’une part importante des violences poursuivies dans les bars et sur la voie publique. L’usage du couteau et l’agression en bande donnent une dimension plus culturelle à l’interaction juvénile. En contrepartie, le contrôle de l’armement se matérialise par la mise en application de la loi de 1933 qui punit le port de certaines armes.

84Les petites violences en groupe, spécifiques au monde des jeunes, tendent à évoluer dans leurs formes. L’« autre » que l’on cherche à intimider, tend à se rajeunir. La justice cible par ailleurs de nouveaux quartiers périphériques à forte concentration en logements sociaux au sein desquels émerge une jeunesse issue du baby-boom, instable socio-économiquement.

85Enfin, la part des étrangers dans les dossiers pose également la question du lien entre urbanisation, recours à la violence et poursuite pénale. Que des réfugiés hongrois, très minoritaires dans la population, soient présents en nombre suffisant de prévenus, pour des actes sans réelle gravité, laisse supposer un contrôle social envers la population immigrée, ce que confirme dans les années 1960, l’apparition d’autres minorités dans les archives (marocaine, espagnole, turque).

86L’attrait des jeunes et des étrangers pour la ville, leur concentration dans une « inner-city » délaissée suite au départ des classes aisées ainsi que l’éclatement de la population sur le territoire bruxellois caractérisent les « Trente Glorieuses » à Bruxelles. Nous pouvons légitimement nous demander si ces évolutions ne constituent pas les prémisses d’une réaction sociale grandissante à l’égard de la violence des jeunes en milieu urbain.

Notes

1 Charlotte Vanneste, Eef Goedseels, Isabelle Detry, La statistique nouvelle des parquets de la jeunesse : regards croisés autour d’une première analyse, Gand, Academia Press, 2008, p. 67 ; Carla Nagels, Jeunes et violence. Une rencontre programmée par la crise de solidarité. Analyse du discours de la Chambre des représentants de Belgique (1981-1999), École des sciences criminologiques Léon Cornil, Bruxelles, Bruylant, 2005 ; Véronique Le Goaziou, Laurent Mucchielli, La violence des jeunes en question, Nîmes, Champ Social, 2009.

2 « On est aujourd’hui dans la société d’Orange mécanique », in La Libre Belgique, 10 mars 2010 ; « Angstcultuur in Kuregem. We zijn bang van onze eigen kinderen », in De Standaard, 7 février 2010, p. 12 ; « Bruxelles, le sale air de la peur », in Le Soir, 3 février 2010 ; pour une vision internationale du phénomène, lire « Jeunes. Un monde de gangs (et de violence) », in Courrier International, n° 918, juin 2008, p. 38-51.

3 David F. Greenberg, « Delinquency and age structure of society », in Contemporary Crises, n° 1, 1977, p. 190 ; Jean-Claude Farcy, « Essai de mesure de la délinquance juvénile dans la Paris du xixe siècle », in Jean-Claude Caron, Annie Stora-Lamarre, Jean-Jacques Yvorel, Les âmes mal nées. Jeunesse et délinquance urbaine en France et en Europe (xixe-xxie siècles), Presses universitaires de Franche-Comté, Besançon, 2009, p. 41 ; Laurent Mucchielli, « L’évolution de la délinquance juvénile en France (1980-2000) », in Sociétés Contemporaines, n° 53, 2004, p. 113 ; Laurent Mucchielli, « Aspects de la violence dans les relations sociales. Les coups et blessures volontaires suivis d’ITT jugés par un tribunal correctionnel de la région parisienne en l’an 2000 », in Questions Pénales, n° 19, janvier 2006, p. 2.

4 Manuel Eisner, « Modernity strikes back ? A historical perspective on the latest increase in interpersonal violence (1960-1990) », in International Journal of Conflict and Violence, v.2, n° 2, 2008, p. 295.

5 Gérard Noiriel, Introduction à la socio-histoire, Paris, La Découverte, 2006, p. 54.

6 Vincent E. Mc Hale, Éric A. Johnson, « Urbanization, industrialization and crime in Imperial Germany : part 1 », in Social Science History, v.1, n° 1, 1976, p. 49.

7 Xavier Rousseaux, Bernard Dauven, Aude Musin, « Civilisation des moeurs et/ou disciplinarisation sociale ? Les sociétés urbaines face à la violence en Europe », in Laurent Mucchielli, Pieter Spierenburg (ed.), Histoire de l’homicide en Europe. De la fin du Moyen Âge à nos jours, Paris, La Découverte, 2009, p. 275.

8 Axel Tixhon, « La poursuite et la répression de la “violence” en Belgique (1830-1900). Le discours de la statistique criminelle », in Ginette Kurgan Van Hentenryk (ed.), Un pays si tranquille. La violence en Belgique au xixe siècle, Bruxelles, Édition de l’ULB, 1999.

9 Philippe Chassaigne, Ville et Violence. Tensions et conflits dans la Grande-Bretagne victorienne, Paris, Presses Universitaires Paris-Sorbonne, 2005, 369 p.

10 Céline Regnard-Drouot, Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société (1851-1914), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009, 361p.

11 Benjamin B. Roberts, Leendert F. Groenendijk, « Moral Panic and Holland’s Libertine Youth of the 1650’s and 1660’s », in Journal of Family History, v.30, n° 4, oct. 2005.

12 Axel Schildt, Detlef Siegfried (ed.), European Cities, Youth and the Public Sphere in the Twentieth Century, Ashgate, Aldershot, 2005.

13 Caron, Stora-Lamarre, Yvorel, (ed.), Les âmes mal nées…, p. 13.

14 Pour reprendre l’expression du célèbre historien britannique, qui démarre son histoire mondiale contemporaine au lendemain de la Première Guerre mondiale, Éric, J. Hobsbawm, L’Âge des extrêmes. Histoire du Court xxe siècle, Bruxelles, Complexe, 1999, 810 p.

15 Notons, Hanns Von Hofer, « Criminal violence and youth in Sweden : a long term perspective », in Journal of Scandinavian Studies in Criminology and Crime Prevention, v. 1, 2000, p. 56-72.

16 David Niget (ed.) « Violence et jeunesse », in Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », n° 9, 2007.

17 Pour la France, voir, Ludivine Bantigny, Le plus bel âge ? De l’aube des Trente Glorieuses à la guerre d’Algérie, Paris, Fayard, 2007.

18 Sur l’usage de l’archive judiciaire dans la recherche historique de la violence, voir Jean-Claude Farcy, « La violence et les historiens (France, période contemporaine) », in Xavier Rousseaux, Aude Musin, Frédéric Vesentini, Violence, conciliation et répression. Recherches sur l’histoire du crime, de l’Antiquité au xxe siècle, Louvain-La-Neuve, Presses Universitaires de Louvain, 2008.

19 Pour un bilan multidisciplinaire, voir, Marwan Mohammed, Laurent Mucchielli, Les bandes de jeunes. Des « blousons noirs » à nos jours, Paris, La Découverte, 2007 ; voir également, Philippe Robert, Pierre Lascoumes, Les bandes d’adolescents. Une théorie de la ségrégation, Paris, éditions Ouvrières, 1974, p. 37 ; Gérard Mauger, La sociologie de la délinquance juvénile, Paris, La Découverte, 2009, p. 59 ; pour la Belgique, voir, Aimée Racine, Colette Somerhausen, Christian Debuyst, Gita De Bock, Les blousons noirs : un phénomène socioculturel de notre temps, Paris, Cujas, 1966 ; Aimée Racine, La délinquance juvénile en Belgique en 1960, 1961 et 1962, Centre d’études de la délinquance juvénile, Bruxelles, 1966, p. 30.

20 Laurent Mucchielli, « Regards sur la délinquance juvénile au temps des “blousons noirs” », in Enfance et Psy, v.4, n° 41, 2008, p. 132-139.

21 Racine, La délinquance juvénile…, p. 30.

22 Jean-Marie Fecteau, « La violence et ses histoires », in Frédéric Chauvaud (ed.), La dynamique de la violence. Une approche pluridisciplinaire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, p. 140.

23 Farcy, « La violence et les historiens… », p. 318.

24 Sur la doctrine pénale à l’égard des coups et blessures, consulter par exemple, Jos Goedseels, Commentaire du Code pénal, Hauchamps, Bruxelles, 1928, p. 554-566.

25 Tixhon, « La poursuite et la répression… », p. 69.

26 Jaak Van Kerckvoorde, « Toenemend geweld in Belgïe : geteld of verondersteld ? De ontwikkeling van een aantal sinds 1955 in Belgïe geregistreerde vormen van geweld », in Panopticon, 1985, p. 240.

27 Sur ce débat, voir Pieter Spierenburg, « Violence and the civilizing process : does it work ? », in Crime, Histoire et Sociétés, 2001, v.5, n° 2, p. 87-105 ; Gerd Schwerhof, « Criminalized violence and the process of civilization : a reappraisal », in Crime, Histoire et Sociétés, v.6, n° 2, 2002. Sur l’analyse des coups et blessures volontaires à partir de statistiques criminelles, voir Von Hofer, « Criminal violence and youth in Sweden… », p. 56-72.

28 Mark Mazower, Le continent des ténèbres. Une histoire de l’Europe au xxe siècle, Bruxelles, Complexe, 1998, p. 293.

29 Antoine Prost, « Jeunesse et société dans la France de l’entre-deux-guerres », in Vingtième Siècle, n° 13, 1987, p. 37.

30 « Rapports belges au 6ème Congrès de Défense Sociale (22-28 mai 1961) », in Revue de droit pénal et de criminologie, n° 5, février 1961, p. 453.

31 Vincent Ciccelli, « Les jeunes adultes comme objet théorique », in Recherches et Prévisions, n° 65, septembre 2001, p. 5-18.

32 Aimée Racine, Christian Debuyst, « Aspects sociologiques », in « Rapport belge… », p. 470-471.

33 Robert, Lascoumes, Les bandes d’adolescents…, p. 36.

34 Robert Volcher, « Aspects psychologiques », in « Rapport belge… », p. 454.

35 Willy Hanssens, « Un Avant-projet belge de loi relative à l’adolescence coupable », in Revue de droit pénal et de criminologie, 1951-1952, p. 799.

36 Jean Dupréel, alors directeur général de l’administration pénitentiaire précisera que ces institutions sont réservées aux jeunes adultes de moins de 30 ans, ayant encore 9 mois de détention à subir au moment de leur transfèrement et dont la peine n’excède pas 5 ans, voir, Circulaire du ministère de la Justice, du 3 juin 1966, p. 58.

37 Walter De Lannoy, Christian Kesteloot, « Les divisions sociales et spatiales de la ville », in Mort-Subite (ed.), « Les fractionnements sociaux de l’espace belge : une géographie de la société belge », in Contradictions, n° 58-59, Bruxelles, 1990, p. 171.

38 Els Deslé, « Bouwen en wonen te Brussel (1945-1958). De moeizame uitbouw van de keynesiaanse welvaartstaat en de rol van de mediterrane gastarbeiders », in Revue Belge d’Histoire Contemporaine, v°3-4, n° 21, 1990, p. 416.

39 Christian Vandermotten, Els Leclercq, Tim Cassiers, Benjamin Wayens, « États généraux de Bruxelles. L’économie bruxelloise », in Brussels Studies, note de synthèse n° 7, 26 janvier 2009, p. 3.

40 C’est la Flandre et l’extrême sud de la Belgique qui contribuent le plus à cette vague de naissances (source Institut National de Statistiques, dorénavant INS).

41 La part des moins de 25 ans est : en 1947, de 27 % pour l’agglomération bruxelloise, 37 % pour l’arrondissement Halle-Vilvorde et 36 % pour la Belgique ; en 1961, respectivement 28 %, 38 % et 36 % ; en 1970, 32 %, 38 % et 38 % (source INS). Actuellement, Bruxelles est la ville présentant la population la plus jeune de Belgique avec 30 % de moins de 25 ans.

42 Andréa Rea, Carla Nagels, Jenneke Christiaens, « Les jeunesses bruxelloises : inégalité sociale et diversité culturelle », in Brusselsstudies, note de synthèse n° 9, 2 février 2009, p. 1.

43 Anne Burniat-Herscovoci, « La délinquance des étrangers résidant à Bruxelles. Approche phénoménologique et étiologique », in Revue de droit pénal et de criminologie, 1971, p. 3.

44 Jean-Pierre Grimmeau, « Les composantes principales des mouvements migratoires par âge en Belgique, 1962-1970 », in Acta Geographica Lovaniensia, n° 26, p. 129.

45 Christian Kesteloot, « Bon marché et faciles à l’emploi : le rôle économique des quartiers immigrés », in Mort-subite (ed.), « Les fractionnements sociaux… », p. 191.

46 Bulletin Communal de la ville de Bruxelles, 1976, p. 62-63.

47 Van Kerckvoorde, « Toenemend geweld… », p. 247.

48 Le montant des amendes est toujours le même aujourd’hui. Des lois viennent régulièrement indexer les montants, les rendant proportionnels au coût de la vie. La loi du 27 décembre 1928 majore par exemple de 60 décimes les amendes et celle du 14 août 1947 majore de 90 décimes les amendes (X10).

49 Jaak Van Kerckvoorde, « Van telling tot kwelling. De ontwikkeling sinds 1900 van geregistreerde lichamelijk geweld », in Panopticon, 1987, p. 242.

50 Christine Janssen, John Vervaele, La politique de classement sans suite du ministère public, publication n° 14 du Centre National de Criminologie, Bruxelles, Bruylant, 1990, p. 88.

51 Ibidem, p. 245.

52 Comme toujours, l’historien fait avec le matériau disponible. Une grande partie des registres du parquet ont disparu, notamment ceux relatifs à la première moitié du xxe siècle.

53 Pour une étude détaillée du classement sans suite des coups et blessures pour une année plus récente (1985), nous renvoyons à l’étude de Janssen, Vervaele, Le Ministère public…

54 L’arrondissement judiciaire compte en 1899, 871039 habitants ; en 1950, 1323394 hab. ; en 1958, 1398326 hab. ; en 1964, 1496234 hab.

55 Xavier De Weirt, « Violence des jeunes et traitement pénal en Belgique. Un bilan historique chiffré (1900-1980) », à paraître.

56 Jean-Claude Chesnais, Histoire de la violence en Occident de 1800 à nos jours, Paris, Laffont, 1981.

57 Eisner, « Modernity strikes back... », p. 299.

58 Pour une explication détaillée de la méthode d’échantillonnage, voir l’article de Melpomeni Skordou précédent ce texte.

59 Une étude similaire pour le début du xixe siècle propose de semblables proportions, voir Stephane Vautier, « Les juges et la violence quotidienne (Blois, 1815-1848) », in Antoine Follain, Bruno Lemesle, Michel Nassiet, Éric Pierre, Pascale Quincy-Lefebvre (ed.), La violence et le judiciaire. Discours, pratiques, perceptions, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007, p. 137-147.

60 Donald Fyson, « Blow, scratches, swords and guns : violence between men as material reality and lived experience in early Nineteenth-Century Lower Canada », www.hst.ulaval.ca/profs/dfyson/violence.htm ; Antoon Vrints, « All honorable men ? Violence and manliness in twentieth century Antwerp », in Sextant, v.27, 2009, p. 89.

61 Concernant Bruxelles, l’origine ethnique possède un double sens. Il s’agit autant de la nationalité d’immigrés non belge, mais également de l’origine flamande ou wallonne de la population qui caractérise l’espace belge. Sur un territoire essentiellement de culture flamande à l’Indépendance, Bruxelles est petit à petit peuplée par une majorité de francophones, signe évident de la culture dominante d’un état bourgeois (voir Henri Joly, La Belgique criminelle, 1901).

62 Conrad Van Der Bruggen, « La prolongation de la scolarité et la fonction sociale de l’école », in Bulletin de l’Institut de Recherches Économiques et Sociales, XXVI, 1960, p. 683.

63 Debuyst, Racine, « Aspects sociologiques… », p. 471.

64 Aurore François, Guerre et délinquance juvénile (1912-1950). Un demi-siècle de pratiques judiciaires et institutionnelles envers des mineurs en difficulté, Thèse de doctorat en histoire, UCL, 2008, p. 62.

65 Greenberg, « Delinquency… », p. 190. Pour une analyse récente adaptée à la Belgique, lire, Annick HOVINE, « Violents les jeunes, mais moins que leurs ainés », in La Libre Belgique, 5 mai 2010 ; pour la France, Laurent Mucchielli, « Aspects de la violence dans les relations sociales. Les coups et blessures suivis d’ITT jugés par un tribunal correctionnel de la région parisienne en l’an 2000 », in Questions Pénales, vol. 19, n° 1, 2006, p. 2.

66 L’activité de l’administration des établissements pénitentiaires. Rapport décennal, 1945-1955, p. 29.

67 La convention collective du 16 mai 1956 a fixé les salaires ouvriers de 21 à 30 francs de l’heure, en fonction de la qualification. Les salaires mensuels peuvent donc être évalués entre 4000 et 5800 francs belges par mois, selon que l’on soit manœuvre ou ouvrier qualifié (Gaston De Greef et al., Étude sur le chômage. Bruxelles et son agglomération, Institut de Sociologie Solvay, Bruxelles, 1958).

68 Pour une méthode similaire, voir, Le Goaziou, Mucchielli, La violence des jeunes…, p. 65-89 ; Vautier, « Les juges et la violence quotidienne… », p. 98.

69 Les violences privées (conjugales, envers le père ou la mère) sont moins fréquentes dans les archives, mais ont tendance à évoluer à la hausse sur la période. Nous remarquons, dans ces cas, que le parquet compile souvent différents dossiers avant d’inculper un individu. Il attendra un fait jugé plus grave pour renvoyer le suspect devant le juge.

70 Antoon Vrints, « De codes van de kroeg. Het openbaar lokaal tussen orde en wanorde in Antwerpen (1910-1950) », in Volkskunde, n° 1, 2008, p. 53 ; Susan Rau, « Public order in public space : tavern conflict in early modern Lyon », in Urban History, v.34, n° 1, 2007, p.102.

71 Une cartographie du phénomène est disponible dans, « Un demi-siècle d’évolution du commerce de détail à Bruxelles », in Observatoire du commerce, rapport 2007, Région de Bruxelles-capitale, p. 29.

72 Debuyst, Racine, « Rapport belge… », p. 471.

73 Notons que la préservation de la moralité à une longue histoire et que cette loi ne fait que renforcer une logique démarrée notamment par la loi Vandervelde de 1921. Cette loi qui interdit la vente d’alcool de distillation dans les cafés, sera renforcée en 1939 par une loi condamnant l’état d’ivresse dans les lieux publics, ce qui, en quelque sorte vise également la préservation de la moralité des citoyens. Cette loi interdisait déjà de vendre de l’alcool aux mineurs de moins de 16 ans.

74 Anderlecht, Archives de l’État (AEA), Fonds du tribunal correctionnel de Bruxelles, affaires jugées, n° de greffe 3624, jugement du 11 mai 1959.

75 « Les armes prohibées sont indiquées non limitativement à l’article 3 ; ce sont notamment : les poignards et couteaux en forme de poignards, à l’exclusion des couteaux de chasse ; les cannes à épée et cannes fusils ; les fusils pliants d’un calibre supérieur à un calibre 20, les fusils dont le canon ou la crosse se démontent en plusieurs tronçons et toutes armes offensives cachées ou secrètes qui ne sont pas réputées armes de défense ou armes de guerre. Sont réputées armes de défense, les pistolets, les revolvers et pistolets automatiques. ». En 1961, les couteaux à lancer entreront également dans la catégorie des armes prohibées.

76 Cette bière de type « spéciale belge », sans réel caractère, fut créée en 1928 par le groupe brassicole Van Ginderachter. Contrairement aux autres groupes en baisse par rapport à l’avant guerre, celui-ci a pu, grâce à la « Ginder Ale », augmenter sa production de 470 % depuis 1938. Conrad Reuss, « L’évolution de la consommation de boissons alcoolisées en Belgique 1900-1958 », in Bulletin de l’Institut de Recherches Économiques et Sociales, n° 26, 1960, p. 100.

77 AEA, (…), n° 698, jugement du 29 janvier 1953.

78 Ibid.

79 Andrew Davies, « Street gangs, crime and policing in Glasgow in the 1930s : the case of the Beehive Boys », in Social History, vol. 23, issue 3, p. 251-268.

80 AEA, TCB, n° 4019, jugement du 27 juin 1949.

81 AEA, (…), n° 5725, jugement du 2 septembre 1959.

82 Émile Copferman, La génération des blousons noirs. Problèmes de la jeunesse française, Paris, La Découverte, 2003.

83 Le Goaziou, Mucchielli, La violence des jeunes…, p. 27.

84 Chloé Deligne, Koessan Gabiam, Matthieu Van Criekingen, Jean-Michel Decroly, « Les territoires de l’homosexualité à Bruxelles : visibles et invisibles », in Cahiers de géographie du Quebec, v.50, n° 140, 2006, p. 139.

85 AEA, (…), n° 8464, jugement du 26 octobre 1964.

86 AEA, (…), n° 7996, jugement, du 26 septembre 1967.

87 AEA, (…), n° 448, jugement du 18 janvier 1971.

88 AEA, (…), n° 7702, jugement du 18 septembre 1967.

89 AEA, (…), n° 4513, jugement du 6 mars 1961.

90 Burniat-Herscovici, « La délinquance des étrangers… », p. 38.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Prévenus jugés devant le tribunal correctionnel de Bruxelles pour coups et blessures (1900-1980)
Légende Source : Statistique judiciaire de la Belgique (1900-1980)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/936/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 2 : Aperçu du travail du parquet de Bruxelles dans les affaires de coups et blessures (1892, 1950, 1958, 1959, 1964)
Légende Notes 53 : L’année 1892 comprend un mois entier. Les autres coups de sondes sont établis sur des périodes de trois semaines.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/936/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 3 : Part des prévenus de coups et blessures sur le total des prévenus jugés devant le tribunal correctionnel. Bruxelles -Belgique (1900-1980)
Légende Source : Statistique judiciaire de la Belgique (1900-1980)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/936/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 4 : Jeunes prévenus de coups et blessures volontaires répartis par âge (1945-1975)
Légende Sources : Archives de l’État à Anderlecht, tribunal correctionnel de Bruxelles : affaires jugées
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/936/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 5 : Distribution des âges : comparaison entre victimes et prévenus (1946-1975)
Légende Sources : Archives de l’État à Anderlecht, tribunal correctionnel de Bruxelles, dossiers d’affaires jugées
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/936/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 172k

Auteur

(Université catholique de Louvain)

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540