Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Violences juvéniles urbaines en Europe

 | 
Xavier De Weirt
, 
Xavier Rousseaux

Deuxième partie. La ville, foyer de violence juvénile ? Études de terrain

La rébellion à Bruxelles après la Seconde Guerre mondiale (1945-1975)

Un contre-exemple à la construction sociale dominante du phénomène comme action collective et juvénile

Melpomeni Skordou

Texte intégral

1L’examen de la littérature scientifique francophone – surtout belge et française – consacrée aux infractions à l’encontre de l’ordre public révèle un intérêt particulier pour l’étude du phénomène rébellionnaire dans son expression juvénile et collective. Ce sont en effet les émeutes, les violences urbaines et les confrontations entre forces de l’ordre et jeunes en bande lors de manifestations d’ordre politique, qui sont le plus souvent analysées. Par conséquent, les périodes troublées sociopolitiquement (comme par exemple la fin des xixe et xxe siècles pour la Belgique et la France), lors desquelles les manifestations font la une des journaux et les jeunes se mettent au premier rang de la révolte pour revendiquer leurs droits, constituent des moments propices pour l’étude de ces phénomènes.

  • 1 Jean Nicolas, La rébellion française : mouvements populaires et conscience sociale 1661­1789, Seuil (...)
  • 2 Stéphane Beaud Michel Pialoux, « Sur la genèse sociale des “émeutes urbaines” », in Sociétés contem (...)
  • 3 Michel Kokoreff, « Sociologie de l’émeute. Les dimensions de l’action en question », in Déviance et (...)
  • 4 Didier Lapeyronnie, » Révolte primitive dans les banlieues françaises. Essai sur les émeutes de l’a (...)
  • 5 Dominique Duprez, Michel Kokoreff, « Introduction. Les émeutes urbaines : comparaisons internationa (...)
  • 6 Andréa Rea, « Les émeutes urbaines : causes institutionnelles et absence de reconnaissance », in (...)
  • 7 Stephen Humphries, Hooligans or rebels. An oral history of working class childhood and youth, 1889- (...)

2Hormis certaines analyses historiques portant sur l’étude de périodes antérieures sociopolitiquement tourmentées en France et en Belgique1, le phénomène rébellionnaire fait plutôt l’objet d’études socio-criminologiques. Parmi celles-ci, S. Beaud et M. Pialoux s’intéressent à la genèse sociale des émeutes urbaines. Plus particulièrement, ils cherchent à déconstruire et à dénaturaliser l’image des jeunes immigrés appelés casseurs, meneurs ou voyous en axant leurs recherches sur l’histoire sociale plus large (le marché du travail, les modes de scolarisation, les formes de logement, le mode de constitution de la population habitante, les formes locales d’encadrement de la jeunesse, etc.) ayant conduit à l’agressivité de ces jeunes2. D’autres chercheurs se penchent également sur la sociologie des émeutes en insistant cependant moins sur l’âge des acteurs. M. Kokoreff voit dans les émeutes urbaines en France l’expression d’une nouvelle forme de citoyenneté active de la part des minorités ethniques « lumpenisées » et davantage harcelées par la police. L’action collective de ces populations – qui se déclenche souvent suite à une altercation mortelle entre des jeunes et la police – est un phénomène davantage politique mais qui fait l’objet d’une dépolitisation par le haut (de la part des médias et de la gestion politique que l’État leur réserve)3. D. Lapeyronnie relève également une dimension politique dans les émeutes, qui constituent selon lui l’action revendicative de populations que le système institutionnel ne veut pas intégrer. Il perçoit un symbolisme fort dans ces événements, « le sens [desquels] n’(en)appartient pas aux émeutiers, mais à leurs interprètes4 ». Selon l’auteur, ces événements sont des actions éminemment anti-policières. D. Duprez et M. Kokoreff s’interrogent sur la possibilité que les émeutes ayant tourmenté la France en 2005 puissent se reproduire dans d’autres pays ­; ces auteurs répondent plutôt par l’affirmative étant donné le fait qu’il existe dans d’autre pays des processus de polarisation sociale et de discrimination ethnique et territoriale, comparables à ceux rencontrés en France5. A. Rea examine le phénomène des émeutes en Belgique en insistant sur la dimension ethnique des faits. L’auteur affirme que ce sont les interactions entre jeunes immigrés et policiers qui constituent les principaux facteurs de déclenchement des révoltes ­; « l’arbitraire des pratiques policières est perçu comme la plus grande des injustices sociales, bien plus que le chômage par exemple »6. Dans la littérature anglo-saxonne, que nous avons cependant moins étudiée, l’intérêt des chercheurs semble aussi s’être porté sur le phénomène des bandes de jeunes. S. Humphries, dans son œuvre Hooligans or rebels, a opéré une lecture centrée sur la classe sociale des jeunes rebelles. Selon lui, la culture des bandes urbaines « offered working-class youth the opportunity to conquer its feelings of hunger, failure and insignificance and to assert a proud and rebellious identity through which its members could feel masters of their own destiny »7. L’analyse d’A. Davies sur les bandes urbaines de deux villes anglaises de l’Entre-deux-guerres, insiste sur l’âge et le genre des acteurs. Les jeunes mâles étaient plus enclins que les autres à s’impliquer dans des faits de violence, notamment des « street gangs » à travers lesquels ils tentaient d’affirmer leur identité masculine. L’auteur observe que les rapports entre rebelles et représentants de l’ordre étaient ambivalents :

  • 8 Andrew Davies, « Youth gangs, masculinity and violence in late Victorian Manchester and Salford », (...)

Gang members did sometimes fight with police officers in their efforts to evade arrest, and displays of bravado in the dock frequently signaled their defiance of those sitting in judgment upon them. However, under certain circumstances, gang members were willing to use the law themselves and to co-operate with the police in bringing prosecutions against their adversaries.8

3Ce même auteur délivre une étude intéressante portant sur le contrôle policier des classes populaires et leurs loisirs. Davies conclut en soulignant l’échec des stratégies de régulation policières sur les jeux d’argent, lesquels constituaient au sein du prolétariat anglais de 1930 en 1939, un loisir très répandu. Plus spécifiquement,

  • 9 Andrew Davies, « The police and the people : gambling in Salford, 1900-1939 », in The Historical Jo (...)

Whereas police interference was evaded, the use of leisure was effectively constrained by poverty and low wages, and it is in this area that we should locate the real regulation of popular leisure. It was a form of self-discipline, rooted in the economic conditions of working-class life, which set the effective limits to popular gambling, and not regulation from above, enforced by the state through the police.9

4Enfin, des études tant anglo-saxonnes que francophones, attirent l’attention sur les émeutes qui se déclenchent au sein de territoires considérés comme zones de « non-droits ». J. Davis, analysant l’influence de la race et de la pauvreté des habitants londoniens dans les rapports à l’autorité policière, écrit à propos du bidonville « Jennings’ Buildings » :

  • 10 Jennifer Davis, From « Rookeries » to « Communities » : Race, Poverty and Policing in London, 1850- (...)

Frequently, residents would resist arrest often with the aide of their friends. It was also not uncommon throughout this period for groups, sometimes of a hundred or more, to confront the police shouting abuse and occasionally throwing stones and other missiles. (…). In the face of this hostility and with insufficient manpower to overcome it by force alone, the police chose discretion over valour, entering the slum only if there was no alternative, and always in groups. (…). In this sense, and for much of its existence, Jennings’ Buildings was indeed a no-go area for the Kensington police.10

  • 11 Michel Baulaigue, « Compréhension d’un banal désordre urbain », in Sociétés, n° 82, 2003, p. 43-49.

5M. Baulaigue, dans une étude sur l’île de la Réunion à l’époque contemporaine, tente aussi de comprendre les soubresauts collectifs opérés dans un quartier dit de « non-droit », habité par des citoyens rassemblant divers handicaps notamment économiques et culturels. Un banal accident de circulation voyant des gendarmes blesser grièvement une jeune fille sera l’occasion pour qu’un désordre émeutier explose11 (Baulaigue, 2003). Toutes ces recherches sont autant d’exemples témoignant de l’attention particulière portée sur la variante juvénile et collective des événements de type rébellionnaire.

  • 12 Fabien Jobard, Sophie Nevanen, « La couleur du jugement. Discriminations dans les décisions judicia (...)

6F. Jobard, quant à lui, innove en adoptant un autre angle d’observation du phénomène, lequel rejoint notre démarche. Il étudie les infractions contre les personnes dépositaires de l’autorité publique, en tant qu’événements isolés de violence contre les forces de l’ordre. Selon l’auteur, les infractions contre les représentants des forces de police ou contre des matériels et bâtiments policiers, servent à objectiver la notion de « violence urbaine ». De plus, le fait que les victimes de ces infractions soient également celles qui les constatent, témoigne de l’acharnement qu’exerce l’État sur ses clientèles les plus pauvres. Parmi les clientèles policières, Jobard distingue en France les jeunes maghrébins et les noirs qui, à travers leur criminalisation (clientélisation policière et judiciaire), reçoivent un temps et un espace de parole leur permettant de convertir l’espace judiciaire en espace politique12.

  • 13 Melpomeni Skordou, « Les infractions contre l’ordre public en Belgique de 1880 à 1980 : les statist (...)

7Dans le cadre de la Belgique, notre objectif a été d’historiciser la représentation d’un phénomène rébellionnaire considéré comme collectif et juvénile en l’examinant à travers le prisme de sa construction statistique sur une période d’un siècle. Une première démarche a été d’utiliser les statistiques judiciaires belges pour étudier tant l’aspect macro-que microsociologique du phénomène rébellionnaire. Partant de la définition des infractions rébellionnaires inscrites dans le Code pénal de 1867, nous avons étudié l’évolution de leur répression sur la période 1880-1980, en examinant le nombre de condamnés pour des délits contre l’ordre public (rébellions, outrages et violences contre les représentants de l’autorité) pour chaque année. Ensuite, nous avons étudié plus finement les caractéristiques socioprofessionnelles (âge, état civil, profession, instruction) du rebelle condamné. À travers cette étude nous nous sommes concentrées sur trois questions principales : i) les agissements rébellionnaires ont-ils un caractère collectif pendant tout le long du siècle ­? ii) La capitale, Bruxelles, joue-t-elle un rôle central quant à la criminalisation du phénomène étudié ­? Et iii) les jeunes de moins de 25 ans sont-ils surreprésentés au sein de la population condamnée pour des faits rébellionnaires ­? Les résultats sont inattendus13. En ce qui concerne le caractère collectif des faits, nous pouvons constater d’un côté, que la rébellion trouve son expression aussi bien au sein d’événements extraordinaires, telles des émeutes, que dans des altercations plus individuelles. D’un autre côté, les types de peine administrés aux rebelles témoignent du fait que l’infraction n’est pas punie comme étant collective – notamment parce que la circonstance aggravante de la commission du fait à plusieurs n’est pas appliquée. En ce qui concerne le rôle de la capitale, les juridictions de l’arrondissement de Bruxelles ne paraissent pas particulièrement répressives. L’étude des chiffres absolus de la répression dévoile que durant les années de troubles, jusqu’aux années 1930, le nombre de condamnés pour des infractions contre l’ordre public est prépondérant dans l’arrondissement de la capitale. Cependant, lorsque nous pondérons ces chiffres par des données démographiques, ce constat ne semble plus justifié et appelle des recherches supplémentaires. Enfin, au sujet de la juvénilité de la population condamnée, les chiffres ne révèlent pas une attention particulière des polices belges envers les jeunes. Ce ne sont pas les 18 à 24 ans qui sont le plus représentés, mais bien davantage les individus âgés de 25 à 34 ans. Une observation intéressante se dégage de cette lecture des statistiques : ce n’est qu’à l’aube des années 1960 que les forces de l’autorité semblent porter une attention particulière aux jeunes. Alors qu’en 1950, le pourcentage de jeunes est presque le même, au sein de la population recensée et dans le groupe des rebelles jugés, dix ans plus tard, les jeunes représentent seulement 16 % de l’ensemble de la population du pays mais constituent plus d’un quart des condamnés pour rébellion. Néanmoins, pendant toute la période étudiée ce sont les 25 à 34 ans qui sont majoritaires dans la population des condamnés.

8Il y a donc lieu de questionner l’évidence du lien étroit entre la jeunesse, l’action en bande et la rébellion, au niveau national. Ainsi, par le présent travail nous voudrions examiner les questions de l’âge du rebelle et du caractère collectif des agissements rébellionnaires dans un espace géographique et chronologique plus restreint. Nous étudions l’arrondissement judiciaire de Bruxelles pendant la période 1945 à 1975. De plus, nous mobilisons une source qui nous permet de mieux cerner la réalité de notre objet par sa position en amont de la construction statistique et par sa grande richesse qualitative : les dossiers des affaires jugées du tribunal correctionnel de Bruxelles. Avant de passer à la présentation des résultats, examinons en premier lieu la définition de l’objet que nous allons privilégier ainsi que le choix géographique et chronologique de l’étude. En second lieu, nous expliciterons la spécificité de la source étudiée.

1. Objet, période et territoires étudiés

9De quelle rébellion parle-t-on ­? Pour étudier les infractions contre les représentants de l’autorité nous recourons à une source qui – nous le verrons au cours des lignes suivantes – est fondée sur la définition que le code pénal institue pour le rebelle et pour son acte contre l’autorité. Ainsi, cette définition est parfaitement adéquate et nous l’adopterons pour notre analyse. En résumant la définition du code pénal belge de 1867, sont qualifiés de rebelles tous les individus qui ont été condamnés par un tribunal correctionnel pour des faits d’agression physique ou verbale et pour des actes de résistance contre les représentants des forces de l’ordre. Remarquons que cette définition n’insiste ni sur le caractère collectif du comportement ni sur la jeunesse des protagonistes. Il existe néanmoins un type de rébellion qui par ses circonstances aggravantes se transforme de délit en crime passible de la cour d’assises. Il s’agit de la rébellion en bande, avec armes et par suite de concert préalable. Cette rébellion criminelle apparaît au sein des volumes statistiques comme une catégorie d’infraction jugée devant une cour d’assises mais pouvant être correctionnalisée et, dans ce cas, jugée devant un tribunal correctionnel (ces deux catégories présentent des effectifs faibles).

  • 14 Xavier De Weirt, voir infra.
  • 15 Benoit Majerus, Occupations et logiques policières. La police bruxelloise en 1914-1918 et 1940-1945 (...)

10Pourquoi cette période et pourquoi Bruxelles ­? Premièrement, il y a lieu d’analyser le rôle de l’arrondissement de Bruxelles dans la criminalisation secondaire de la rébellion, mission qui n’a pas été possible à travers l’analyse des statistiques judiciaires. De plus, principale ville du pays et capitale politique, Bruxelles s’avère intéressante à étudier en fonction de l’âge de ses acteurs rebelles, du fait des restructurations qui se mettent en place pendant la période analysée et qui concernent tant les classes sociales que les classes d’âge. À ce sujet, l’article de X. De Weirt contribue à mieux circonscrire et comprendre le développement de la ville et sa population pendant les années 1945 à 197514. Deuxièmement, si la période postérieure à 1945 nous intéresse, c’est parce qu’à la sortie de la Seconde Guerre Mondiale, le fonctionnement des forces de l’ordre, soumis pendant l’Occupation à des règlements extraordinaires, entre dans une longue période de stabilisation15. Ce fait devait nous permettre de révéler les banalités du fonctionnement des forces policières et de décoder les habitudes instaurées dans l’interaction de ces forces avec les citoyens. Troisièmement, ces années sont au cœur d’évolutions qui traversent tant la société que le système pénal belge et qui modifient considérablement la politique criminelle belge, notamment envers la jeunesse.

11Examinons à présent la source et les méthodes que nous avons employées pour l’analyser.

2. Source et méthodologie

  • 16 Anderlecht, Archives de l’État (AEA), Fonds du tribunal correctionnel de Bruxelles (TCB), dossiers (...)

12La source principale de cette recherche se compose des dossiers des personnes condamnées par le tribunal correctionnel de Bruxelles pour des faits d’agression (physique ou/et verbale) ou de résistance violente envers les représentants de l’autorité16. Parmi les dossiers des affaires jugées, nous avons choisi de n’étudier que les dossiers des condamnés car ceux-ci concernent les rébellions les plus sévèrement jugées et représentent la source la plus riche, tant par leur nombre que par l’information de type qualitatif qu’ils contiennent. Les vingt affaires comportant au moins un acquitté ne sont pas prises en compte. Par ailleurs, bien des comportements « rebelles » restés au stade du PV policier (classés sans suite) ou ayant fait l’objet d’un non lieu devant la chambre du conseil, n’ont pas non plus pris place dans la présente étude. Enfin, les jeunes de moins de 18 ans, pris en charge par les juridictions pour mineurs (tribunal de la jeunesse) n’apparaissent pas dans les dossiers du tribunal correctionnel. Une exploration succincte des dossiers du tribunal de la jeunesse de Bruxelles a dévoilé l’absence des faits violents contre les représentants de l’autorité de la part des mineurs.

13Un échantillon de la population a été mis en place en suivant la stratégie de collecte aléatoire des dossiers. Cela pour trois raisons. Tout d’abord, la constitution d’un échantillon est une étape indispensable quand le nombre de dossiers (≈12000) ne nous en permet pas une étude exhaustive. Ensuite, l’état de conservation des archives étant fortement défaillant, nous ne pouvons pas repérer les dossiers qui nous intéressent de manière systématique et homogène pour toute la période. Il s’avère difficile de suivre année par année l’évolution de la criminalisation du phénomène. Plus précisément, les dossiers des trente années étudiées ne sont ni conservés de manière uniforme ni ne suivent la même logique et les mêmes règles de conservation. Ainsi, les dossiers de la période 1945-1963 semblent intégralement conservés sans pour autant être inventoriés de manière complète. Ensuite, la période 1964-1970 est plus lacunaire étant donné que seules les affaires d’un mois par année ont été conservées. Enfin, pendant la troisième période, qui s’étend de 1971 à 1975, toutes les affaires semblent avoir été conservées. Cependant, une logique de classement thématique soutient l’archivage de cette dernière sous-période du fonds : nous découvrons des boîtes qui ne concernent que des infractions contre l’ordre public et d’autres qui ne concernent que des vols, etc. L’échantillonnage aléatoire était donc la meilleure solution pour ne pas introduire des biais complémentaires à ceux qui sont déjà imposés par la source archivistique. Enfin, notre question de recherche étant l’étude de la répression ordinaire et quotidienne des infractions contre l’autorité, et non pas des cas exceptionnellement graves (par exemple les rébellions en bande, avec armes et préméditation) qui encourent un traitement pénal draconien, cette méthode répond bien à l’objectif d’étudier de manière indifférenciée la masse des conflits entre citoyens et forces de police. Nous avons ainsi constitué un corpus de 272 dossiers rassemblant un ensemble de 315 condamnés pour la période 1945-1975.

14Le corpus est analysé de deux façons différentes. Dans la première, nous procédons à l’encodage des informations de type quantitatif qui concernent tant le profil du rebelle (profil sociographique et pénal) que les circonstances des infractions (date, lieu et heure des faits, etc.). Ces données sont encodées dans une base de données relationnelle. Son exploitation permet de répondre à la question de la juvénilité du phénomène rébellionnaire ainsi que du profil sociographique des rebelles (à travers l’étude des variables de l’âge, l’état civil, la profession et l’instruction des acteurs). Dans la seconde, nous opérons une lecture détaillée des informations qualitatives des dossiers. Ces données nous permettent de saisir les circonstances dans lesquelles les conflits apparaissent et les rébellions naissent. Les informations se trouvent dispersées dans divers documents du dossier : entre autres, les procès-verbaux de la police ou de la gendarmerie, le plumitif de l’audience publique au tribunal, les dépositions des justiciables et des témoins, le bulletin de renseignements. Notons l’intérêt d’établir également le profil des victimes, ce qui représente une opération difficile via l’exploitation des dossiers. Ces derniers fournissent systématiquement « l’affiliation policière » des victimes mais ne donnent qu’occasionnellement leur âge alors que d’autres données de type sociographique ne sont pas du tout disponibles.

15Dans un premier temps, nous tentons de répondre à la question : « l’individu condamné par le tribunal correctionnel de Bruxelles de 1945 à 1975 pour agissement rebelle est-il jeune ­? ». La démarche s’appuie sur les informations quantitatives tirées du corpus de recherche. Après cela, nous nous interrogeons sur le caractère collectif des faits en nous servant des extraits des procès verbaux du dossier.

3. Les jeunes sont-ils surreprésentés au sein de la population rébellionnaire ­?

16L’étude sur l’âge des individus condamnés par le tribunal correctionnel de Bruxelles révèle deux observations intéressantes. Premièrement, les jeunes de moins de 25 ans ne sont pas majoritaires au sein des 315 condamnés. La figure 1 vient appuyer cette constatation qui concerne l’ensemble de la période étudiée sans encore faire apparaître une évolution de la variable en question. Des 315 individus condamnés pour infractions contre l’ordre public, les 18-24 ans représentent moins d’un cinquième du total, à savoir 19 %. Deuxièmement, le nombre de jeunes condamnés de moins de 25 ans augmente de manière significative entre 1960 et 1975. Plus précisément, c’est à la fin des années 1950 que nous remarquons une attention particulière des tribunaux envers la jeunesse. La lecture de la figure 2 permet d’observer que le nombre de jeunes condamnés pour des faits rébellionnaires a presque doublé entre 1960 et 1975. Ainsi, les 18-24 ans représentent 12 % du total des condamnés entre 1945 et 1959, ensuite, leur part monte à 26 % durant la période 1960-1975.

Figure 1 : Répartition de l’échantillon des 315 condamnés par le tribunal correctionnel de Bruxelles pour des infractions contre l’ordre public en cinq catégories d’âge, 1945-1975

Figure 1 : Répartition de l’échantillon des 315 condamnés par le tribunal correctionnel de Bruxelles pour des infractions contre l’ordre public en cinq catégories d’âge, 1945-1975

Source : Archives de l’État à Anderlecht, tribunal correctionnel de Bruxelles, affaires jugées.

Figure 2 : La part des 18-24 ans dans la population des condamnés par le tribunal correctionnel de Bruxelles pour des infractions contre l’ordre public, pour deux périodes

Figure 2 : La part des 18-24 ans dans la population des condamnés par le tribunal correctionnel de Bruxelles pour des infractions contre l’ordre public, pour deux périodes

Source : Archives de l’État à Anderlecht, tribunal correctionnel de Bruxelles, affaires jugées.

17Ces deux observations sur Bruxelles s’accordent avec les résultats que nous avons obtenus en travaillant sur les statistiques judiciaires au niveau de la Belgique. Durant le xxe siècle, les jeunes ne deviennent jamais la catégorie dominante au sein de la population rébellionnaire. Mais à partir de la fin des années 1950, la jeunesse occupe une place plus significative dans la population pénalisée. Cependant, les variations dans la logique de conservation de la source évoquées plus haut nuisent à son uniformité et imposent une limite à notre étude quantitative. Nous pouvons dès lors choisir d’étudier la représentation globale de la jeunesse dans la population condamnée, ou plus finement, l’intérieur de chaque sous-période (où les règles d’archivage sont identiques), mais il n’est pas possible d’étudier l’âge et la sociographie du rebelle dans son évolution fine. Toutefois, nous avons choisi de présenter la part de la jeunesse au sein de la population rebelle en deux grandes sous-périodes : avant 1960 et après 1960. Nous avons identifié le moment où l’attention se porte davantage sur la jeunesse en croisant les données de deux sources : les statistiques judiciaires publiées pour la Belgique et les statistiques que nous avons créées en analysant les dossiers des affaires de rébellion jugées devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. D’un côté, les deux sources convergent vers cette hypothèse et renforcent la conclusion d’une attention sur la jeunesse plus rigoureuse à l’aube des années 1960. D’un autre côté, les statistiques démographiques pour l’arrondissement de Bruxelles (figure 3) témoignent d’une légère chute démographique de 1947 à 1961 pour les 15 à 24 alors que les 25 à 34 ans sont en légère hausse. Ces données renforcent davantage l’importance d’une surreprésentation des moins de 25 ans dans la population rébellionnaire.

Figure 3 : Évolution démographique de quatre catégories d’âge pour l’arrondissement de Bruxelles, de 1947 à 1961

Figure 3 : Évolution démographique de quatre catégories d’âge pour l’arrondissement de Bruxelles, de 1947 à 1961

Source : Recensement de la Population, Tome V. Répartition de la population par âge, Institut National de Statistique, Bruxelles.

18Examinons maintenant plus en détail la large catégorie d’âge, constamment majoritaire au sein du groupe que nous étudions : les 25 à 44 ans.

4. Les 25-44 ans : les acteurs majeurs des faits rébellionnaires

19À la lecture de la figure 1, nous constatons que l’attention policière à Bruxelles pendant les trente années de l’étude se concentre sur les 25-34 ans, qui représentent 42 % de la population condamnée pour des faits rébellionnaires ; si on y ajoute les 35-44 ans nous arrivons au 61 % du total des rebelles. De surcroît, lorsque nous observons la figure 4, qui compare les contributions respectives des 25 à 34 ans et des 35 à 44 ans en pourcentage pour les deux sous-périodes, nous arrivons à un double constat : d’un côté, la part des 25 à 34 ans diminue légèrement après les années 1960 sans pour autant écorner sérieusement la surreprésentation de la catégorie dans la population rebelle. D’un autre côté, les 35 à 44 ans sont également représentés pendant les deux périodes étudiées.

Figure 4 : La part des 25-34 et de 35-44 ans dans la population des condamnés par le tribunal correctionnel de Bruxelles pour des infractions contre l’ordre public, 1945-1975

Figure 4 : La part des 25-34 et de 35-44 ans dans la population des condamnés par le tribunal correctionnel de Bruxelles pour des infractions contre l’ordre public, 1945-1975

Source : Archives de l’État à Anderlecht, tribunal correctionnel de Bruxelles, affaires jugées.

  • 17 Le bulletin des renseignements est un document qui fait partie du dossier judiciaire de l’inculpé. (...)

20Nous savons alors que, malgré un léger rajeunissement de la population visée par les forces de l’ordre bruxelloises pour la période postérieure aux années 1960, les 25 à 44 ans demeurent la catégorie la plus durablement représentée au sein de la population rebelle. En effet, l’étude qualitative des dossiers permet de constater que les variables concernant le profil sociographique des rebelles s’accordent sur leur âge plus avancé. Premièrement, 165 sur 315 condamnés sont mariés (soit 52 %) et 128 des 315 (soit 40 %) ont au moins un enfant. En tout, 107 condamnés (soit 34 %) sont mariés avec enfant(s). Si on additionne la part des mariés à celle de divorcés on arrive à plus de 60 % de notre population. Deuxièmement, 108 parmi les 315 condamnés sont des ouvriers et 51 % du total exercent une profession de type manuel et mobilisant davantage des efforts physiques. Enfin, en ce qui concerne l’instruction des rebelles, résumée dans les bulletins de renseignements17, 6 sur 10 savent bien lire et écrire alors que seulement 2,5 % parmi eux ont une instruction développée. Ces observations, qui visent à éclairer la question de l’âge, amènent à penser que la population criminalisée est issue principalement des classes économiquement et culturellement défavorisées. Toutefois, il ne s’agit pas de la jeunesse populaire, mais bien davantage des pères de famille intégrés tant socialement que professionnellement. Ceci nous incite à répondre par la négative à la question de la juvénilité de la rébellion sanctionnée par la justice. Examinons à présent les conjonctures qui font émerger les conflits entre citoyens et représentants de l’ordre. Au bout de cet examen et en guise de conclusion nous énoncerons quelques réflexions susceptibles de rendre compte des résultats ainsi qu’une hypothèse qui donnera suite à la présente recherche.

5. Rébellions en bande ou conflits individuels ­?

  • 18 Les résultats de cette étude apparaissent dans, Skordou, « Les infractions contre l’ordre public… »

21À travers l’étude des statistiques judiciaires belges publiées pour la période 1880-1980, l’hypothèse du caractère davantage collectif du phénomène rébellionnaire a été infirmée18. Trois dimensions ont été examinées afin de tester cette supposition : le nombre d’individus condamnés pour avoir participé à une rébellion en bande de caractère criminel, le type de peines administrées aux condamnés et les pics statistiques qui révèlent une surcriminalisation des infractions contre l’ordre public à des moments précis dans l’histoire. En premier lieu, la poursuite des rébellions criminelles – infractions qui combinent l’élément collectif, la préméditation et l’usage d’armes – est véritablement négligeable et ne peut en aucun cas induire des conclusions sur une prégnance de ce type des faits. La catégorie statistique de la rébellion jugée devant la Cour d’assises n’a pas d’effectifs alors que la catégorie de cette infraction correctionnalisée n’a qu’un contenu très mince. Deuxièmement, le type de peines administrées aux auteurs des infractions contre l’autorité nous renseigne sur la gravité des faits ­; la peine est d’autant plus lourde que le nombre de participants aux faits est important. Or, l’étude témoigne d’une absence des peines d’emprisonnement de plus de 6 mois (alors que la peine prévue pour les rébellions commises en bande et sans concert préalable est de 3 mois à 2 ans de prison). Ceci peut être l’indice d’une absence des faits commis en bande. Cela peut aussi signifier que, dans le cas où les faits sont commis par plusieurs, la responsabilité pénale est assumée par une personne et cela entraîne l’absorption (ou la disparition) du caractère collectif des faits. À notre sens, il est difficile de tirer des conclusions assurées quant aux circonstances collectives au sein desquelles les infractions contre l’autorité sont nées. Enfin, l’examen des pics statistiques nous semble intéressant de par sa capacité à illustrer de façon schématique les moments de hausse extraordinaire de la répression du phénomène. De tels événements apparaissent dans l’analyse et ils nous permettent de faire l’hypothèse qu’une action rébellionnaire plutôt générale et collective a effectivement eu lieu. Pourtant, ces occurrences ne sont que très faibles dans l’ensemble de l’étude. Or, le caractère de la source chiffrée ne permettant pas de défricher la question de manière avérée, nous souhaitons vérifier cette hypothèse pour l’arrondissement de Bruxelles à travers les dossiers des affaires jugées devant le tribunal correctionnel de Bruxelles de 1945 à 1975.

22À l’étude des dossiers, deux premiers constats s’imposent. Premièrement, le nombre moyen de condamnés pour chaque affaire tourne autour d’une personne. Dans plus de trois cas sur quatre, seule cette personne est poursuivie par le parquet. Quant aux affaires qui concernent deux prévenus ou plus, ceux-ci sont presque toujours impliqués dans un conflit interpersonnel qui ne concerne la police qu’en dernier lieu. Deuxièmement, en ce qui concerne les données sur les peines, seulement 5 sur 315 condamnés sont punis plus sévèrement – selon l’article 272 du code pénal – pour avoir commis les faits rébellionnaires en bande. Des 473 peines prononcées, seules 10 évoquent l’article 272 du code pénal qui stipule

Si la rébellion a été commise par plusieurs personnes, et par suite d’un concert préalable, les rebelles, porteurs d’armes, seront condamnés à la réclusion, et les autres à un emprisonnement d’un an à cinq ans. Si la rébellion n’a pas été le résultat d’un concert préalable, les coupables armés seront punis d’un emprisonnement d’un an à cinq ans, et les autres, d’un emprisonnement de trois mois à deux ans.

23De ces 10 cas un seul concerne une rébellion commise avec armes.

  • 19 La gendarmerie est une force nationale qui agit dans tout le territoire de la Belgique sous la dire (...)
  • 20 Les situations rencontrées sont les suivantes : infraction au code de la route, accident de roulage (...)
  • 21 Une remarque est ici nécessaire. Nous avons souhaité établir un état des lieux de la question des c (...)

24Ensuite, l’exploitation qualitative des dossiers nous permet d’éclaircir davantage la question du caractère collectif des faits. Gendarmes et policiers19 interviennent à Bruxelles lors d’opérations de nature différente au cours desquelles ils deviennent victimes de violences verbales ou physiques. Dans quels types de situations naissent les rébellions et en quoi celles-ci impliquent des actions de groupe ­? Pour chaque dossier analysé, nous avons retenu le type de situation20 entraînant l’intervention de la police. Ensuite, les conjonctures lors desquelles les infractions apparaissent ont été catégorisées selon deux critères : le nombre de participants et l’existence ou non de la violence. En combinant ces indices, nous avons pu identifier trois types de situations : les violences interpersonnelles ou privées, les violences collectives ou publiques et les situations de contrôle non-violent21.

25Penchons-nous à présent sur des exemples types de chacune des trois catégories proposées. En premier lieu, le contexte de violences interpersonnelles se rapporte à des conflits entre des personnes qui sont liées par des liens familiaux, par des liens d’amitié ou de camaraderie professionnelle et par le fait de pratiquer un même loisir au même endroit et moment. Très souvent, il s’agit de violences qui ne concernent que deux personnes. Plus précisément, les violences conjugales, qui surviennent à huis clos – mais assez bruyamment pour que des voisins avisent la police – ou dans l’espace public, représentent une partie des affaires. Voici un exemple d’un cas de violence conjugale où l’intervention de la police a entraîné une rébellion (déclarations du policier victime) :

Ce jour 4 courant à 1h45 me trouvant en notre division, j’ai accompagné notre car police-secours au carrefour des rues Gustave-Defnet et Crickx, où une bagarre était signalée. J’accompagnais sur place l’inspecteur D.B. et mon collègue A. Nous y avons rencontré les époux M. et S. lesquels se disputaient.

  • 22 AEA, TCB, n° greffe 7272, 1956.

Près d’eux se trouvaient les parents du sieur M., les époux Mi.-D.V. Nous avons essayé de calmer ces personnes et à un momet (sic) donné le nommé M. s’est précipité vers sa femme, la nommée S. et lui a porté une gifle. Je me suis alors adressé en particulier au nommé M. pour le prévenir qu’il ne devait pas s’aviser de frapper sa femme en ma présence. Sans plus, l’intressé (sic) m’a porté un coup de poing qui m’a atteint à la poitrine. J’ai immédiatement riposté en portant un coup de poing au menton de M. et l’intéressé s’est affalé contre le car. Je vous signale que M. saigne légèrement du nez, mais j’ai appris sur place que cette blessure provenait d’un coup de poing donné par la femme de l’intéressé.22

  • 23 La présence des femmes au sein de l’étude n’est pas très importante mais pas infime non plus. La ré (...)

26En outre, les disputes entre amis qui se déroulent dans la rue, et les disputes dans des cafés et des bars entre clients représentent ensemble plus d’un quart des situations dans lesquelles naissent les rébellions. Si on y ajoute les violences conjugales et les rixes, on arrive à plus de la moitié des affaires. L’intervention de la police peut être réussie et non violente mais parfois quelques insultes peuvent dégénérer en coups ­; cela suffit pour dresser un procès verbal pour outrages et coups à la police, comme dans le cas suivant (déposition d’une femme23 victime de violences interpersonnelles) :

  • 24 AEA, TCB, n° greffe 871, 1952.

Je suis entrée dans le café sis au 85 rue Brogniez vers 23hrs. B. s’y trouvait en compagnie de son ami R. Pendant que je buvais un verre, debout près du comptoir, B. prétendit que je voulais prendre la place de serveuse qu’elle occupe au 85 rue Brogniez. Elle ajouta qu’elle « allait me manquer », empoigna un des cendriers qui se trouve sur les tables, et me le lança au visage. Je suis blessée à l’arcade soucilière (sic) droite. Peu après, G. déclara que cela n’était pas beau de frapper sur une dame. Sur ce, R., prenant le parti de son amie, porta un coup à G. Lorsque vous êtes arrivés, tout était calme. Dans la camionnette, lorsque nous fûmes installés, R., B. et moi, B. déclara aux agents « qu’ils se retrouveraient, aujourd’hui ou demain ». À aucun moment, et je suis prête à en jurer, un de vos agent n’a frappé B. ou R. J’ai entendu ensuite que B. injuriait vos agents de saligauds. De plus, elle ajouta qu’elle retenait le n° de votre agent, ajoutant qu’elle l’aurait. R., de son côté, promit aux agents et principalement à l’agent T. qu’il lui règlerait son compte. S’adressant à vous, il vous a traité de salaud, disant que vous le dégoutiez. (…). J’ai vu aussi que B. porta quelques gifles à l’agent T. et fit tomber son casque. B. refusa de descendre dans la permanence et se laissa traîner par terre.24

27Même si la violence exercée envers les policiers est bien intentionnelle, elle n’est pas préméditée et elle n’arrive qu’en second lieu, au moment où la police « se mêle » à des conflits interpersonnels qui ne la « concernent » pas. R. Storch écrit à propos de l’intervention du policier au sein des conflits entre prolétaires habitants des centres urbains au nord de l’Angleterre :

  • 25 Robert D. Storch, « The Policemen as Domestic Missionary : Urban Discipline and Popular Culture in (...)

If there were disputes to be settled within working class communities, the instinctive reaction of the poor was not to call upon a « handyman of the streets » but to settle things among themselves. A mid-century magistrate reported that « great scenes of outrage take place [in pubs] and violent conduct frequently occurs ­; when they come out the police interfere, and endeavor to stop it ­; and then they all set upon the police ­; this frequently occurs »25.

28Il est intéressant de soulever ici la question du lieu des faits ­; on remarque que 50 % des affaires se déroulent dans la rue alors que si on ajoute à cela le nombre de faits qui ont lieu dans des cafés on arrive à 70 % du total des affaires étudiées situées dans des espaces semi-publics ou publics. À propos de l’appropriation de l’espace public par les classes pauvres, C. Emsley en offre une belle description.

  • 26 Clive Emsley, Crime, Police, and Penal Policy European Experiences 1750-1940, Oxford University Pre (...)

If the poor were to be seen in large numbers on the streets, this was often because the street gave some respite from life in a teeming working-class tenement block. The streets and open spaces provided a setting for leisure, meeting and talking, and for buying both cooked and uncooked food. For men especially, the tavern still provided a site of leisure where friends and workmates might be met, entertained, and challenged to various games. The use of drink as a food substitute was unknown to those who were relatively well fed and who did not earn their living by manual labour. But it is important to appreciate that only fats provide more energy more efficiently than alcohol (…).26

29Ceci nous amène au prochain extrait révélateur d’une configuration assez commune dans la source. Il soulève en effet la consommation problématique d’alcool qui a presque toujours lieu dans les rues ou à l’intérieur des cabarets divers. L’alcool est un facteur présent dans plusieurs affaires et semble faciliter les dérapages comportementaux et les conflits interpersonnels. Il constitue parfois un motif de poursuite en tant que tel, dans des cas d’ivresse publique. Ainsi, Commissaire et agents de la 3e division de police déclarent :

  • 27 AEA, TCB, n° greffe 1376, 1948.

Nous sommes avisés téléphoniquement qu’un particulier ivre cause du désordre dans une taverne établie 16 rue Antoine Dansaert. Nous y envoyons immédiatement deux agents. ». L’agent déclare : « J’ai été envoyé par vous à l’établissement précité pour faire cesser le désordre qui s’y commettait. Arrivé sur place, j’ai constaté qu’un individu était en état d’ébriété, prêt à distribuer des coups de poings aux passants. Il était sorti de la taverne ­; Je vous l’amène. À l’intérieur du commissariat, dans le bureau des agents-spéciaux, pris d’une rage subite, il m’a donné un coup de poing à la figure, à la joue droite. Il m’a poussé ensuite dans le carreau de la porte vitrée donnant accès dans le bureau précité. La vitre a volé en éclat. Je n’ai pas riposté. Je me porterai malade. Je me présenterai demain matin à la visite médicale de la police. Je subirai une incapacité de travail. Mon casque a été partiellement écrasé. Je demande formellement des poursuites judiciaires à charge de cet homme. » Un autre agent déclare : « Nous nous rendons au bureau des agents spéciaux. Nous remarquons un homme allongé, sur le ventre. Désirant procéder à un interrogatoire sommaire, l’homme s’est redressé soudain, et sans prononcer une parole, il nous a porté trois violents coups de poing au visage, un sur la joue gauche et deux autres à la tête. Comme il voulait nous lancer un quatrième coup, nous l’avons pu esquiver et son poing a rencontré le grillage, qui sépare le bureau des agents-spéciaux et le genre de couloir où sont surveillés les individus détenus. Ce grillage a été défoncé. Nous n’avons pas répondu à son agression. Nous avons constaté que cet individu était ivre. Nous l’écrouons immédiatement en notre dépôt communal pour y cuver sa boisson. Nous nous portons malade et nous nous rendrons à la visite médicale. Nous ressentons de vives douleurs à la figure et à la tête. Nous subirons une incapacité de travail. Il nous a insulté « de con et de couillon (sic) ». Nous demandons des poursuites judiciaires. L’homme est exalté au plus haut point. Des difficultés inouïes sont rencontrées pour le transporter au dépôt communal. Il distribue aux agents qui l’amènent force (sic) coups de pieds et de poings.27

  • 28 La statistique même explique la valeur différente de deux types d’informations fournies par la prem (...)
  • 29 Clive Emsley, Pierre Gervais, « Police, maintien de l’ordre et espaces urbains : une lecture anglai (...)

30Le rôle de l’alcool est important et mérite une étude supplémentaire pour deux raisons. La première concerne l’étude des dossiers du tribunal correctionnel de Bruxelles après la seconde Guerre mondiale. Elle donne deux résultats probants : (i) 43 % du total des condamnés pour des faits rébellionnaires sont déclarés par la police comme « sous l’influence de l’alcool » sans pourtant faire tous l’objet de poursuites pour la consommation démesurée ou étant la cause d’autres infractions. (ii) 30 % des condamnés pour des infractions contre l’autorité le sont en même temps pour ivresse publique (23 %) ou pour alcool au volant (7 %). Les statistiques judiciaires nationales donnent des résultats proches. Plus précisément, nous avons analysé la manière dont la variable « condamnés qui ont commis leur infraction sous l’influence de la boisson ou qui ont encouru au moins une condamnation pour ivresse publique » de la statistique criminelle se croise avec la catégorie « crimes et délits contre l’ordre public frappés d’une peine correctionnelle » pendant la période d’un siècle. Le choix de cette catégorie28 – qui mêle les rébellions commises sous l’influence de la boisson et les rebelles avec un historique de consommation problématique – est motivé par notre volonté d’évaluer non pas les liens de cause à effet mais l’occurrence de l’usage de l’alcool chez les condamnés rebelles soit au moment des faits soit à un autre moment de leur histoire. Les résultats mettent en exergue le fait que les condamnés pour faits rébellionnaires et pour lésions corporelles volontaires le sont également pour « ivrognerie » (la consommation – criminalisée ou pas – d’alcool est significativement présente seulement chez les condamnés de ces deux catégories infractionnelles de la statistique judiciaire). Même si le couplage de la rébellion et de l’ivrognerie est plus fort en début de période et ne cesse de diminuer au fil des années, il ne s’atrophie jamais pour autant C. Emsley et P. Gervais écrivent au sujet des patrouilles en civil du nouveau gardiennage de la Police Métropolitaine londonienne qui dès 1942 entre en fonction en souhaitant marquer sa distance au modèle de la gendarmerie militarisée française. Ce corps s’est vu vite confronté à des questions d’ordre public, impliquant une consommation démesurée d’alcool, dans les quartiers ouvriers. « Deux semaines après le déploiement des premières patrouilles, un nombre considérable d’entre elles commença à être mis en service les dimanches matins pour mettre fin aux scènes d’ivresse, de désordre et de débauche de toute sorte (…). »29

31À travers les cas précités surgit le caractère interpersonnel et a priori violent des altercations ­; il ne s’agit pas de groupes mais de duels qui sont formés déjà avant l’arrivée de la police. Ce constat oriente une réponse à la question de savoir s’il s’agit de rébellions en bande ou de conflits individuels. Il semble que les conflits soient plutôt d’ordre individuel et c’est leur caractère public qui appelle l’intervention de la police. Cette dernière ne devient cible de violence qu’en second lieu et en raison de son activité de surveillance des espaces fréquentés par une population prolétaire. Comme R. Storch le soulève pour l’activité policière de la fin du xixe siècle en Angleterre mais aussi pour le xxe siècle

  • 30 Storch, « The Policemen as Domestic Missionary… », p. 496.

The free leisure activities of the urban lower classes proved much less amenable to the intervention of both middle-class reform movements and the pressure of the police than had been originally hoped ­; however, the basic technique of daily surveillance of the streets and recreational centers of working-class districts proved a lasting one, and would ultimately be applied not only to nineteenth­century Leeds or Manchester but -in highly sophisticated variants-to twentieth century police work as well.30

32Ces résultats ouvrent d’autres perspectives que celles privilégiées jusqu’ici par les sciences sociales qui ont mis en évidence un type de rébellion collectif, violent et juvénile alors que ce dernier est minoritaire par rapport aux conflits individuels dans les affaires jugées. D’une lecture politique de la rébellion juvénile urbaine avec un mot d’ordre et la préméditation d’agresser la police, nous voyons l’intérêt d’une lecture qui relève de la construction de l’identité ouvrière à travers la violence verbale ou physique et le rapport conflictuel à l’autorité policière. C. Emsley note dans une analyse concernant la construction du « danger urbain » :

  • 31 Emsley, Crime, Police, and Penal Policy…, p. 136.

(…) middle classes also began to contrast their refinement, their rationality, and their self-restraint with what they interpreted as the « uncivilized » behaviour of the working class. This led to the construction of violence as a social problem by the respectable classes who looked with growing disparagement on communities that continued to legitimate traditional forms of physical confrontation both to solve problems and to maintain an individual’s public standing. The argument for this development has been made with particular force for the English experience but it would seem also to have relevance for other national experiences in the early nineteenth century (…)31.

33Examinons maintenant le deuxième type de conjoncture qui nous intéresse.

34Dans la catégorie « violences collectives ou publiques » nous inscrivons tant les violences qui sont nées dans et exercées par des groupes de plusieurs personnes (rixes ou manifestations) que les violences qui nuisent directement à la paix publique (tapage nocturne). Ce type de contexte, qui peut aussi nourrir le déclenchement des violences contre les représentants de l’autorité, ne constitue qu’une partie minoritaire de notre échantillon. On ne compte que deux affaires de rébellion qui sont déclenchées au moment des manifestations. Néanmoins, une seule personne est impliquée dans un conflit avec la police chaque fois. Il y a aussi deux affaires provoquées à l’occasion de rixes impliquant cinq personnes. Voici l’exemple d’une personne incriminée pour avoir outragé des policiers lors d’une manifestation à caractère politique :

35L’agent déclare :

  • 32 AEA, TCB, n° greffe 3923, 1953.

Ce jour, 20 avril 1953, vers 18h50, j’ai constaté qu’il y avait environ 70 à 80 personnes réunies rue des Vers, à hauteur de la rue de la Philanthropie. Ces personnes se trouvaient sur la chaussée et le trottoir, et entravaient la circulation. Elles écoutaient une harangue prononcée par un individu, qui distribuait également des tracts. Je me suis approché de l’orateur et lui ai demandé son autorisation de Mr. Le Bourgmestre, pour prononcer son discours. Il m’a répondu qu’il ne me montrerait rien du tout, que c’était à l’Officier qu’il devait le faire. Je vous amène l’intéressé et vous remets un exemplaire de tract trouvé en sa possession. Un second individu, qui assistait le premier, est parvenu à s’en aller dans un café, pour y mettre à l’abri d’autres imprimés. Ce second individu m’a dit : « Vous êtes un Allemand. Vous avez travaillé pour les Allemands pendant la guerre – vous aurez de mes nouvelles ». Aidé par des collègues de Police Secours, j’ai amené ces deux individus au commissariat. Ils n’ont pas opposé résistance. Je demande des poursuites à charge du second, pour outrages à la police32

  • 33 Les premières manifestations sont apparues avec la publication, en août 1951, dans le National Guar (...)

36Il s’agit d’une manifestation contre l’exécution des époux Rosenberg – américains accusés en 1951 pour espionnage au profit de l’ex-URSS. L’accusation du couple, pour avoir donné à la Russie des informations à caractère scientifique permettant la construction de la bombe atomique, a provoqué de l’indignation et une série des manifestations partout dans le monde ­; même après la condamnation du couple en juin 1951 et jusqu’à leur exécution en juin 1953 (deux mois après la manifestation en question) plusieurs cercles communistes (et d’autres) ont manifesté contre ce jugement33. Lors d’une telle manifestation qui se déroule au quartier des Marolles à Bruxelles (quartier populaire niche et initiateur des luttes sociales et proche du Palais de justice, symbole du pouvoir) a lieu l’affaire d’outrages à la police qui est examinée ici. L’individu distribuant des tracts – qui anathématisent la tournure que l’affaire Rosenberg a prise – est condamnée pour avoir outragé le policier de « collaborateur » alors que son activité de manifestant sans autorisation de la part du bourgmestre ne semble pas directement poser de problème. Ce type de conjoncture est censé occuper une place importante au sein de l’échantillon étudié –si l’on se fie au grand nombre d’études qui l’ont pris comme objet. Or, des contextes semblables ne représentent pas plus de 5 % du total des situations rencontrées dans notre corpus pendant la période de Trente Glorieuses. Ce constat est révélateur du fait que si Bruxelles est le théâtre de turbulences collectives qui confrontent forces de l’ordre et citoyens de manière extraordinaire, ces turbulences ne sont pas judiciarisées. En revanche, même quand les conflits ont lieu au sein de rassemblements collectifs les confrontations qui en découlent restent de l’ordre du tête-à-tête.

37Enfin, il existe des contextes a priori non-violents lors desquels l’intervention de la police provoque des réactions violentes. De telles situations, qui impliquent un contrôle de la part des forces de l’ordre, sont les infractions au code de la route, les accidents de roulage, la circulation routière ainsi que les simples contrôles d’identité d’individus. Voici l’exemple d’un conducteur qui, étant en infraction au code de la route, outrage le policier qui constate l’infraction :

  • 34 AEA, TCB, n° greffe 8679, 1968.

De service en la commune de Auderghem, chaussée de Wavre, avons constaté que le conducteur de la voiture R4, immatriculée N, se trouvait en infraction à l’art.16/2/a de l’A.R. du 08 avril 1954 sur la police de la circulation routière, pour : « étant conducteur d’un véhicule automoteur débouchant d’une voie publique pourvue d’un signal 1A, avoir refusé de céder le passage à un autre conducteur circulant sur une voie prioritaire ». À cette occasion, le nommé T. époux de P., conducteur du véhicule décrit plus haut, s’est rendu coupable à notre égard d’infraction à l’art. 276 du Code Pénal, du chef d’outrages par paroles et menaces. Alors que nous lui demandions de nous exhiber sa carte d’identité, après lui avoir fait placer son véhicule à droite de la chaussée, suite à l’infraction qu’il venait de commettre, le nommé T. nous a interpellé grossièrement en ces termes : « Paysan, on voit bien que vous gagnez facilement votre vie ­; on se reverra ». Il a encore proféré d’autres injures que nous n’avons pu relever.34

38Plus d’un quart des affaires rencontrées sont nées dans un tel concours de circonstances : une infraction routière a priori non-violente est commise, l’infraction contre les agents de l’autorité se produit de manière secondaire lors de l’intervention de l’agent et le conflit de type rébellionnaire (si ce n’est qu’une insulte) concerne seulement le duel policier-citoyen et n’est nullement collectif. Cette observation est encore une fois en contradiction avec la représentation donnée par les recherches en sociologie contemporaine, accentuant le côté collectif et violent au détriment d’une réalité faisant état des faits individuels et banals.

39Nous voyons ainsi que les conjonctures à l’occasion desquelles les infractions contre l’ordre public naissent sont souvent préalablement violentes (violentes avant l’immixtion de la police) mais concernent rarement des groupes de plus de deux personnes. En outre, alors que la moitié des affaires sont introduites à l’initiative de la police et pour l’autre moitié ce sont les citoyens qui demandent l’intervention des forces de l’ordre, dans la grande majorité des cas ces représentants ne sont pas la première cible de l’agression.

6. Conclusions et déplacement de la question de recherche

40Cette plongée dans les archives judiciaires du tribunal correctionnel de Bruxelles durant les Trente Glorieuses, mérite toute sa place dans une entreprise d’historicisation d’un phénomène qui n’est sûrement pas neuf mais qui semble avoir attiré l’attention des chercheurs d’une manière monotone et qui ne correspond ni à la réalité historique de l’objet ni à la complexité de son évolution.

41L’étude vient compléter et approfondir les résultats précédemment obtenus par l’analyse des statistiques judiciaires nationales. Les hypothèses soutenues pour le niveau national sur l’âge des rebelles et le caractère collectif des rébellions restent valables pour l’arrondissement judiciaire de Bruxelles. Deux questions méritent d’être soulevées à la lumière des présents résultats.

42À quoi attribuer l’attention particulière que les polices bruxelloises portent à la jeunesse à partir des années 1960 ?

  • 35 Jacques Goguen, « Ascension et déclin des mouvements de jeunes », in Le Débat, 2004, Vol. 132, p. 4 (...)
  • 36 Ludivine Bantigny, Le plus bel âge ­? Jeunes et jeunesse en France de l’aube des « Trente Glorieuse (...)

43En premier lieu, cela pourrait être le résultat du fait qu’à ce moment, les jeunes commencent à revendiquer une identité à part et à se rendre plus visibles. Selon J. Goguen, nous assistons dans les sociétés occidentales de l’après-guerre au retour de la jeunesse. Alors que jusqu’à cette époque la valeur de la jeunesse était perçue par les adultes comme un potentiel à exploiter dans le futur et non à faire valoir au présent, à partir des années 1960 la jeunesse exprime un discours qui lui est propre ­; des cultures vestimentaires et musicales ainsi que des contre-cultures idéologiques et politiques sont nées par l’action de ces jeunes qui cherchent à se définir et qui deviennent aussi progressivement objet des discours publics, politiques et médiatiques35. L. Bantigny observe qu’en France des années 1960 la jeunesse devient un problème de société du fait de la projection par les médias d’une délinquance juvénile non pas de nécessité (comme pendant la Guerre) mais de « jouissance », gratuite. L’auteur écrit : « les “rebelles sans cause”, les “actes gratuits” et l’inquiétant phénomène des bandes ont amené l’intérêt de la société sur les deux “objets” qui s’entrecroisent : la jeunesse qui incarne le futur et la délinquance qui incarne le danger. »36. L. Mucchielli analyse bien le type de délinquance (surtout des vols) que les jeunes commettent dans un esprit d’usage immédiat et « ludique ».

  • 37 Laurent Mucchielli, « Regard sur la délinquance juvénile au temps des “Blousons noirs” (années 1960 (...)

C’est essentiellement un vol d’usage. Dans l’immense majorité des cas, le véhicule est immédiatement utilisé : pour effectuer une promenade, pour réaliser une fugue (…). Le besoin satisfait, la voiture ou le cyclomoteur sont abandonnés dans les trois quarts des cas, parfois ramenés à l’endroit où ils avaient été pris. (…). (…) des vols liés fondamentalement au surgissement de consommation et de son premier objet culte : la voiture37.

  • 38 Bantigny, Le plus bel âge ?... p. 197.

44Devant une jeunesse qui prend place dans la scène et le discours public, « l’État se montre soucieux38 » et mobilise les acteurs judiciaires et policiers afin de juguler la croissance des indisciplines juvéniles.

45En second lieu, cette période est caractérisée par ce que François Dubet appelle une dégradation des liens sociaux qui amène des phénomènes de délinquance et de peur. Selon l’auteur, la société avait auparavant la capacité, par la densité des interactions entre ses membres, de réguler et de régler toute une série de problèmes sans que ça soit nécessaire de mobiliser l’intervention des agents de l’État. Malheureusement, l’absence de cette capacité du groupe de régler ses petits problèmes en interne

  • 39 François Dubet, La galère : jeunes en survie. Enquête, Fayard, 1987, p. 306.

« (…) est à l’origine de la peur et de l’exaspération. Les policiers sont les premiers à dénoncer l’intolérance de ceux qui ne supportent plus rien, pas le moindre enfant et pas le moindre bruit, et qui téléphonent au commissariat parce que des gosses jouent au ballon dans la cité. « On ne sais plus quoi faire, on ne peut pas intervenir parce que les gens ne se sentent pas appartenir à une collectivité et voient le danger partout »39.

  • 40 Dubet, La galère : jeunes…, Fayard, 1987, p. 309.

46Ceci résulte à une intolérance de la société face à des activités des jeunes qui faisaient dans le temps partie des dérapages considérés normaux et pas intimidants mais pour lesquels l’intervention des agents de l’État semble aujourd’hui nécessaire. François Dubet ajoute à ce propos : « Les conduites “turbulentes” des jeunes ne sont guère perçues comme le privilège des chahuts de la jeunesse. Les capacités de régulation du groupe sont trop faibles pour produire ces formes de déviance tolérées par la communauté »40.

  • 41 Freddy Ruggiero., Marie Veniieuwenhoven, Regards sur la politique criminelle, Défense sociale nouve (...)

47En troisième lieu, la politique criminelle belge à la sortie immédiate de la seconde Guerre est en train de changer. Avant la guerre, la pénalité était imprégnée par la doctrine de la défense sociale, formulée par Adolphe Prins dans un livre de 1910 intitulé La Défense sociale et les transformations du Droit Pénal. L’objectif du système pénal était la protection de la société face aux individus dangereux qu’il fallait neutraliser. Toutefois, la montée – avant et pendant la guerre – des régimes totalitaires et le durcissement de ceux qui sont restés démocratiques ont eu comme effet le recul de la défense sociale au profit des peines purement répressives. C’est seulement après la guerre qu’un grand mouvement de réaction contre le totalitarisme se dessine, accompagné d’un « retour en force de l’humanisme (…). Synthèse de l’humanisme et de la défense sociale : la défense sociale nouvelle41 ».

  • 42 Marc Ancel, La défense sociale nouvelle, Un mouvement de Politique criminelle humaniste, 3e édition (...)

48La politique criminelle qui découle de la défense sociale nouvelle consiste, selon Ancel, à ne pas limiter la réaction pénale à la rétribution mais, au contraire, à mobiliser les sciences sociales et la criminologie afin de comprendre les causes sociales des faits infractionnels et d’établir la bonne attitude à prendre à l’égard de l’auteur42. Cette conception moderne de politique criminelle a trouvé son expression dans des reformes pénales de divers pays. La loi belge du 8 avril de 1965 sur la protection de la jeunesse, qui cherche non seulement à protéger la société des jeunes criminels mais aussi à prendre en charge leur rééducation et réinsertion, reflète l’évolution de la politique criminelle belge ­; un des effets de cette loi sera la quasi disparition des moins de 18 ans des poursuites pour rébellion devant les tribunaux correctionnels. La combinaison de l’émancipation progressive des jeunes avec la volonté de la société d’encadrer cette population – en commençant par le traitement spécifique destiné aux jeunes criminels – peut contribuer à cette attention spéciale qui est portée aux jeunes rebelles. Toutefois, même si pendant les années 1960 et 1970 la part des jeunes dans la population condamnée est doublée par rapport à celle de la période juste après-guerre – de 18 % passe à 36 % – la catégorie d’âge 18-24 ans ne devient jamais majoritaire. En revanche, plus de 6 rebelles sur 10 sont âgés de 25 à 44 ans dont plus de 4 sur 10 appartiennent à la catégorie 25 à 34 ans.

49Seconde question : si le phénomène rébellionnaire n’est pas un fait de bande quel caractère a-t-il ­? Les rébellions naissent au sein de conflits qui n’ont en principe –et dans la majorité des cas – rien à voir aves les forces de l’ordre. Dans presque 95 % des affaires, les forces de l’ordre ne sont prises comme cibles de violences verbales ou physiques qu’indirectement. Presque 6 affaires sur 10 relèvent de l’intervention de la police au sein de situations déjà conflictuelles ou violentes ­; des conflits conjugaux, des bagarres dans des bars ou des piétons ivres qui provoquent du tapage nocturne sont des occasions à faire surgir des violences à l’autorité. Le reste des cas sont initiés lors des occasions où la police exerce un contrôle : contrôle des papiers de voiture, contrôle d’un conducteur en infraction de roulage ou un simple contrôle d’identité. Le petit nombre d’acteurs qui y participent est le commun dénominateur de toutes ces conjonctures. Il s’agit très souvent de duels auxquels s’ajoute l’action d’un ou de plusieurs policiers ou gendarmes ainsi que de tête-à-tête entre un citoyen et un policier qui tournent mal. Par conséquence, il semble que les affaires de rébellion jugées devant le tribunal correctionnel de Bruxelles après 1945 soient le résultat de l’intervention des forces de l’ordre suite à des infractions qui n’ont a priori rien à voir avec les agents de l’autorité. Donc, si le phénomène rébellionnaire n’exprime pas une quelconque propension des citoyens à la révolte, qu’exprime-t-il quant à la stratégie et l’activité policières ­? Un premier profil sociographique des rebelles peut être dressé afin d’esquisser un début de réponse à la question. Ils sont âgés d’une trentaine d’années, ils sont mariés (52 %), ont plus d’un enfant et ils sont intégrés dans le marché du travail ouvrier. Les informations sur leur instruction témoignent qu’ils ont tous les connaissances nécessaires (lire et écrire) pour pouvoir mener à bien leurs projets professionnels ou personnels sans pourtant que leur éducation soit étendue (seulement 8 sur 315 condamnés possèdent une instruction étendue : un avocat, un docteur en médecine, deux chimistes, un comptable, un délégué de bourse, une couturière et une exploitante de brasserie). Ces données en combinaison avec les types de conjonctures qui favorisent l’éclatement des rébellions nous amènent à poser une nouvelle hypothèse. La répression de la rébellion à Bruxelles après 1945 n’est-elle pas un outil de régulation de l’espace public ­? D’un côté, les caractéristiques du rebelle sont « prolétaires » : il est intégré socialement et professionnellement mais faible économiquement et culturellement. D’un autre côté, les circonstances d’éclatement des rébellions impliquent le contrôle policier des activités extra professionnelles (loisirs), à des temps extra professionnels (soir) et à des lieux surtout publics (cafés, bars, rue) mais qui font partie des lieux de loisirs des classes populaires. L’attention policière ne se concentre-t-elle pas davantage sur des lieux et des pratiques d’une classe sociale que d’une classe d’âge ­? C. Emsley et P. Gervais ajoutent pour le déploiement des forces de la police londonienne :

  • 43 Clive Emsley, Pierre Gervais, « Police, maintien de l’ordre et espaces urbains : une lecture anglai (...)

Très tôt, les chefs de la police métropolitaine admirent qu’ils mettaient en service beaucoup moins d’hommes dans « les quartiers les plus riches » de Londres que dans « les quartiers les plus densément peuplés et les plus pauvres ». (…). Tout membre de la classe ouvrière présent dans la rue après la tombée de la nuit, était un suspect en puissance (…). Les femmes de la classe ouvrière, circulant seules dans la rue la nuit, étaient également suspectes43.

  • 44 Aurélien Lignereux, « 1800-1859. Comment naissent les rébellions », in Revue d'histoire du xixe siè (...)

50Comme le constate A. Lignereux, à propos des résistances aux gendarmes français dans la première moitié du xixesiècle, les rébellions ne peuvent avoir lieu que là où les brigades sont implantées (Lignereux, 2007). Si « le phénomène rébellionnaire dépend de la pression de l’appareil de l’État, et non d’une quelconque propension à la révolte44 », nous aurions tendance à suggérer qu’à Bruxelles entre 1945 et 1975, la pression de l’appareil du maintien de l’ordre s’exerce plutôt sur une classe sociale que sur une classe d’âge.

Notes

1 Jean Nicolas, La rébellion française : mouvements populaires et conscience sociale 1661­1789, Seuil, 2002 ­; Aurélien Lignereux, La France rébellionnaire. Les résistances à la gendarmerie (1800-1859), Presses universitaires de Rennes, 2008 ­; Luc Keunings, « Ordre public et peur du rouge au xixe siècle. La police, les socialistes et les anarchistes à Bruxelles (1886-1914) », in Revue belge d’histoire contemporaine, XXV, 1994-1995, p. 3-4.

2 Stéphane Beaud Michel Pialoux, « Sur la genèse sociale des “émeutes urbaines” », in Sociétés contemporaines, vol. 1, no 45-46, 2002, p. 215-243.

3 Michel Kokoreff, « Sociologie de l’émeute. Les dimensions de l’action en question », in Déviance et Société, vol. 30, n° 4, 2006, p. 521-533.

4 Didier Lapeyronnie, » Révolte primitive dans les banlieues françaises. Essai sur les émeutes de l’automne 2005 », in Déviance et Société, vol. 30, n° 4, 2006, p. 434.

5 Dominique Duprez, Michel Kokoreff, « Introduction. Les émeutes urbaines : comparaisons internationales », in Déviance et Société, vol. 30, n° 4, 2006, p. 429-430.

6 Andréa Rea, « Les émeutes urbaines : causes institutionnelles et absence de reconnaissance », in Déviance et Société, vol. 30, n° 4, 2006, p. 463-475.

7 Stephen Humphries, Hooligans or rebels. An oral history of working class childhood and youth, 1889-1939, Willey-Blackwell, 1995, p. 179.

8 Andrew Davies, « Youth gangs, masculinity and violence in late Victorian Manchester and Salford », in Journal of Social History, vol. 32, n° 2, 1998, p.363.

9 Andrew Davies, « The police and the people : gambling in Salford, 1900-1939 », in The Historical Journal, vol. 34, n° 1, 1991, p. 115.

10 Jennifer Davis, From « Rookeries » to « Communities » : Race, Poverty and Policing in London, 1850-1985, History workshop, n° 27, 1989, p. 71.

11 Michel Baulaigue, « Compréhension d’un banal désordre urbain », in Sociétés, n° 82, 2003, p. 43-49.

12 Fabien Jobard, Sophie Nevanen, « La couleur du jugement. Discriminations dans les décisions judiciaires en matière d’infractions à agents de la force publique (1965-2005) », in Revue française de sociologie, vol. 48, n° 2, 2007, p. 243-272 ­; Fabien Jobard, « La racaille en politique, Enquêtes sur les jeunes “connus des services de police” », in Vacarme, 2006, Vol. 35, http://www.vacarme.org/article512.html.

13 Melpomeni Skordou, « Les infractions contre l’ordre public en Belgique de 1880 à 1980 : les statistiques judiciaires au service de la déconstruction d’un objet d’étude », in Revue de droit pénal et de criminologie, n° 11, 2010, p. 1117-1150. Dans ce travail, les problèmes potentiels résultant de l’usage des statistiques judiciaires comme source d’analyse historique sont aussi discutés.

14 Xavier De Weirt, voir infra.

15 Benoit Majerus, Occupations et logiques policières. La police bruxelloise en 1914-1918 et 1940-1945, Académie royale de Belgique, 2007.

16 Anderlecht, Archives de l’État (AEA), Fonds du tribunal correctionnel de Bruxelles (TCB), dossiers des affaires jugées, 1945-1975.

17 Le bulletin des renseignements est un document qui fait partie du dossier judiciaire de l’inculpé. Y figurent le lieu et la date de naissance ainsi que des informations concernant la situation familiale (état civil, nombre d’enfants) et professionnelle (type de profession, situation financière) de l’individu. Parmi ces données apparaît une rubrique qui concerne l’instruction de l’individu et qui offre un choix multiple de quatre réponses (illettré, sachant imparfaitement lire et écrire, sachant bien lire et écrire, c’est-à-dire pouvant tirer parti de ses connaissances, possède une instruction plus développée) parmi lesquelles une doit être cochée. Les quatre catégories sont déjà assez grossières mais le choix de la catégorie à cocher pour chaque personne n’est pas non plus le résultat d’un examen approfondi de l’instruction de l’individu, ce qui limite la valeur de l’information.

18 Les résultats de cette étude apparaissent dans, Skordou, « Les infractions contre l’ordre public… »

19 La gendarmerie est une force nationale qui agit dans tout le territoire de la Belgique sous la direction du ministre de l’Intérieur. Force assez militarisée depuis la période des troubles au début du xxe siècle, elle est destinée au maintien de l’ordre pendant des agitations populaires et est employée à la place de l’armée pour éviter la montée des violences (Pascale Delfosse, Ordre public et conflits sociaux dans la société belge (1830-1914), Louvain-la-Neuve, 1982).
La police est une force communale dirigée par le bourgmestre. Les deux forces interviennent pour le règlement du maintien de l’ordre.

20 Les situations rencontrées sont les suivantes : infraction au code de la route, accident de roulage, gestion du trafic, violence conjugale, dispute (dans la rue ou dans les bars), règlement de course de taxi, tapage nocturne, rixe, manifestation, transfert des justiciables entre le Palais de justice et la maison d’arrêt, contrôle d’identité.

21 Une remarque est ici nécessaire. Nous avons souhaité établir un état des lieux de la question des conjonctures mais il est probable que, à travers l’opérationnalisation que nous avons privilégiée pour l’analyse, d’autres éléments intéressants apparaissent qui ne sont pas strictement liés à notre question de recherche. Il a semblé opportun de faire ici l’impasse sur certains résultats et de laisser des questions ouvertes pour y revenir de manière plus circonstanciée ultérieurement. Le lecteur remarquera, par exemple, que les dépositions des représentants de l’ordre suivent un canevas d’enregistrement des faits rébellionnaires assez stéréotypé. Des phrases comme « j’ai été victime des coups mais je n’ai pas riposté » et « je me porterai malade », sont presque toujours présentes dans les procès-verbaux.

22 AEA, TCB, n° greffe 7272, 1956.

23 La présence des femmes au sein de l’étude n’est pas très importante mais pas infime non plus. La résistance à l’autorité semble une affaire masculine mais lorsque des violences conjugales s’exposent à l’œil du voisinage et la police est appelée, des femmes se trouvent aussi incriminées pour outrage ou rébellion. Dans une étude ultérieure la question du genre sera traitée plus longuement.

24 AEA, TCB, n° greffe 871, 1952.

25 Robert D. Storch, « The Policemen as Domestic Missionary : Urban Discipline and Popular Culture in Northern England, 1850-1880 », in Journal of Social History, vol. 9, n° 4, 1976, p. 494.

26 Clive Emsley, Crime, Police, and Penal Policy European Experiences 1750-1940, Oxford University Press, 2007, p. 154.

27 AEA, TCB, n° greffe 1376, 1948.

28 La statistique même explique la valeur différente de deux types d’informations fournies par la première catégorie d’ivrognerie : la condamnation pour ivresse publique et l’influence de la boisson. Comme le fait remarquer la statistique de 1898, « ces deux ordres de renseignements sont évidemment de valeur statistique inégale : les premiers sont des faits constatés par un jugement, les seconds une simple appréciation émise par les personnes, chargées de rédiger les bulletins transmis au casier judiciaire. Mais cette appréciation, venant des gens sérieux qui l’ont formulée en ayant le dossier du condamné sous les yeux, constitue pour le moins une indication dont on aurait tort de ne pas tenir compte ».

29 Clive Emsley, Pierre Gervais, « Police, maintien de l’ordre et espaces urbains : une lecture anglaise », in Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2003, p. 9.

30 Storch, « The Policemen as Domestic Missionary… », p. 496.

31 Emsley, Crime, Police, and Penal Policy…, p. 136.

32 AEA, TCB, n° greffe 3923, 1953.

33 Les premières manifestations sont apparues avec la publication, en août 1951, dans le National Guardian, d’une série d’articles sur les Rosenberg, lançant l’hypothèse d’un « coup monté ». Ce sont les communistes qui créent, en janvier 1952, le premier comité, dont le siège national est à New York. « Les Rosenberg étaient-ils innocents ­? », in Les grands événements du 20e siècle et les journaux de l’époque, 1981, Atlas.

34 AEA, TCB, n° greffe 8679, 1968.

35 Jacques Goguen, « Ascension et déclin des mouvements de jeunes », in Le Débat, 2004, Vol. 132, p. 45-59.

36 Ludivine Bantigny, Le plus bel âge ­? Jeunes et jeunesse en France de l’aube des « Trente Glorieuses » à la guerre d’Algérie, Fayard, 2007, p. 145.

37 Laurent Mucchielli, « Regard sur la délinquance juvénile au temps des “Blousons noirs” (années 1960) », in Enfances & Psy, vol. 41, n° 4, 2008, p. 133.

38 Bantigny, Le plus bel âge ?... p. 197.

39 François Dubet, La galère : jeunes en survie. Enquête, Fayard, 1987, p. 306.

40 Dubet, La galère : jeunes…, Fayard, 1987, p. 309.

41 Freddy Ruggiero., Marie Veniieuwenhoven, Regards sur la politique criminelle, Défense sociale nouvelle et politique criminelle en Belgique, mémoire présenté en vue de l’obtention du grade de licencié en criminologie, promoteur : Françoise Tulkens, 1985, p. 88.

42 Marc Ancel, La défense sociale nouvelle, Un mouvement de Politique criminelle humaniste, 3e édition, Paris, Cujas, 1981.

43 Clive Emsley, Pierre Gervais, « Police, maintien de l’ordre et espaces urbains : une lecture anglaise », in Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2003, p. 10.

44 Aurélien Lignereux, « 1800-1859. Comment naissent les rébellions », in Revue d'histoire du xixe siècle, n° 35, 2007, p. 83.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Répartition de l’échantillon des 315 condamnés par le tribunal correctionnel de Bruxelles pour des infractions contre l’ordre public en cinq catégories d’âge, 1945-1975
Légende Source : Archives de l’État à Anderlecht, tribunal correctionnel de Bruxelles, affaires jugées.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/934/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 2 : La part des 18-24 ans dans la population des condamnés par le tribunal correctionnel de Bruxelles pour des infractions contre l’ordre public, pour deux périodes
Légende Source : Archives de l’État à Anderlecht, tribunal correctionnel de Bruxelles, affaires jugées.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/934/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 3 : Évolution démographique de quatre catégories d’âge pour l’arrondissement de Bruxelles, de 1947 à 1961
Légende Source : Recensement de la Population, Tome V. Répartition de la population par âge, Institut National de Statistique, Bruxelles.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/934/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 4 : La part des 25-34 et de 35-44 ans dans la population des condamnés par le tribunal correctionnel de Bruxelles pour des infractions contre l’ordre public, 1945-1975
Légende Source : Archives de l’État à Anderlecht, tribunal correctionnel de Bruxelles, affaires jugées.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/934/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

Auteur

(Université catholique de Louvain)

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540