Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Violences juvéniles urbaines en Europe

 | 
Xavier De Weirt
, 
Xavier Rousseaux

Deuxième partie. La ville, foyer de violence juvénile ? Études de terrain

Déviances et délinquance d’une jeunesse populaire dans un quartier ouvrier en transformation durant le xxe siècle

De l’Entre-deux-guerres à l’ère postindustrielle

Éric Marlière

Texte intégral

  • 1 Éric Marliere, « Chroniques socio-historiques des pratiques déviantes dans un ancien quartier ouvr (...)

1Cet article porte sur l’évolution des pratiques déviantes de la jeunesse ouvrière dans un quartier de la banlieue nord de Paris. Situé à quelques kilomètres de la porte de Clichy, ce quartier a connu cinq générations de population ouvrière : celle de l’Entre-deux-guerres constituée des premiers ouvriers métallurgistes venant des campagnes de province et peu adaptée à la vie urbaine ; les ouvriers de l’après-guerre qui vont connaître une amélioration sensible de leurs conditions de vie en accédant, après les « autres », à la société de consommation ; puis, la population ouvrière originaire du Maghreb qui s’installe, au milieu des années 1970, dans des logements vétustes délaissés par leurs habitants précédents en occupant des emplois subalternes à l’usine ; la quatrième génération d’enfants d’ouvriers et d’immigrés (pour la plupart) qui, dans les années 1980 et 1990, est confrontée à la désindustrialisation locale, au racisme, au chômage et à la délinquance. Enfin, nous pouvons désormais parler d’une cinquième génération d’enfants d’ouvriers et d’immigrés qui, elle, symbolise en quelque sorte les émeutes urbaines. Au regard de l’histoire de ce quartier ouvrier, il semblerait que les activités « déviantes » et/ou délinquantes aient constitué un élément structurant des modes de vie des classes populaires y résidant entre la période de l’Entre-deux-guerres et les années 20001.

2En quoi une recherche socio-historique sur une période longue peut-elle nous apporter un regard nouveau sur les « déviances » des habitants des quartiers populaires en France ? La question mérite d’être posée à nouveau d’autant que les phénomènes de « déviance » semblent constants dans le quartier populaire étudié. Et surtout, il faut s’interroger également sur la nature des évolutions et des variations cycliques qui ont jalonné les modes de vie des ouvriers du quartier. Afin de mieux appréhender les phénomènes de déviance et de délinquance, nous essaierons de faire un retour en arrière en réalisant l’histoire sociale d’un quartier ouvrier qui est passé d’une ère agricole et maraîchère au début du xxe siècle à celle d’une société post-industrielle avec les problèmes politiques et médiatiques que nous connaissons aujourd’hui en traversant le moment des « banlieues rouges » et l’essor de la classe ouvrière au milieu du siècle précédent.

  • 2 Voir Jean Laffite, Gennevilliers. Evocation historique. De la fin du 19e siècle à 1970, Tome 2, Ge (...)
  • 3 Voir en ce sens notre mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine, Éric Marliere, Les habitants d (...)
  • 4 Voir les recensements de 1931, 1936, 1954, 1962 et 1968 notamment.

3Situé dans la proche banlieue de Paris à quelques kilomètres de la Porte de Clichy, le quartier des Grésillons a connu une métamorphose rapide, passant de l’ère agricole à la fin du xixe siècle à un quartier ouvrier et fortement industrialisé au milieu des années 1930. Ancien hameau maraîcher jusqu’au tout début du 20e siècle, le quartier des Grésillons connaît un développement industriel rapide au lendemain de la première guerre mondiale. À l’image de la ville qui voit l’installation de 44 entreprises entre 1921 et 19272, on enregistre sur le quartier des Grésillons l’installation d’usines importantes comme Chausson, Citroën ou Valentine. On constate également la construction des premiers logements sociaux ou Habitats Bon Marchés qui permet aux ouvriers de s’installer dans le quartier afin de pouvoir travailler dans les usines environnantes3. La période de l’Entre-deux-guerres marque un changement important d’un point de vue démographique (le nombre d’habitants est multiplié par trois) et sociologique (nous passons d’une population à dominante maraîchère et agricole à une population ouvrière). De l’Entre-deux-guerres à la période dite des Trente Glorieuses, nous pouvons affirmer que les Grésillons est un quartier composé de 78 % environ d’ouvriers4 et constitué à sa périphérie d’espaces industriels importants. Dans le courant des années 1960, ce quartier voit la construction de vastes logements sociaux pour permettre aux « classes populaires » de se loger.

  • 5 Consulter le recensement de 1975 concernant les logements sociaux du quartier.
  • 6 Le recensement de 1982 est éloquent sur la question.
  • 7 Éric Marliere, Le 74, une cité ouvrière au cœur du changement, Université Paris 8, 1998.
  • 8 Éric Marliere, « Résistances ouvrières à Gennevilliers », in Agora Débats/jeunesses, n° 23, 2001, (...)

4Ce n’est qu’à partir de 1975 et notamment 1982 que nous notons des mutations progressives avec l’arrivée des populations immigrées dans les logements sociaux (regroupement familial, etc.)5 et assistons à la montée du chômage de masse6. En effet, c’est à partir du début des années 1980 avec la question de la forte désindustrialisation locale et des mutations des modes de production que se pose la question du chômage et de la délinquance des jeunes dans le quartier, même si les périodes précédentes étaient particulièrement agitées. Si le quartier reste profondément ouvrier dans sa composante sociologique, le départ des anciennes familles ouvrières remplacées par les populations immigrées (toujours ouvrières) marquent un changement dans les modes de vie et les représentations sociales du monde ouvrier local7. La fermeture d’usine, la progression du chômage de masse conjuguée au développement des activités tertiaires et le désenclavement progressif de ce quartier sur la capitale avec les incidences que cela peut avoir sur les loyers modérés génère une sorte d’inquiétude collective8. Quartier agricole, au départ, puis ouvrier à partir de l’Entre-deux-guerres, le quartier des Grésillons à la fin des années 2000 apparaît comme un quartier en voie de mixité sociale à dominante certes populaires mais qui assiste à un développement d’activités tertiaires de moins en moins accessibles aux habitants peu diplômés.

  • 9 Isabelle Coutant, Délit de jeunesse. La justice face aux quartiers, Paris, La Découverte, 2005.
  • 10 Laurent Mucchielli, « Une société plus violente ? Une analyse socio-historique des violences inter (...)
  • 11 Hughes Lagrange, Demandes de sécurité, France, Europe, États-Unis, Paris, Le Seuil, 2003.

5Cet article a pour objet de nous interroger également sur la perception de la déviance dans un contexte de criminalisation accrue des actes d’incivilités juvéniles9, le tout dans une conjoncture d’aggravation des faits de violence et de délinquance dans les « quartiers sensibles ». Cette situation semble contraster paradoxalement avec une pacification des mœurs des autres groupes sociaux10 allant de pair avec une demande de sécurité de l’opinion publique11

6C’est pourquoi, après avoir discuté des questions de méthodologie et questionné le concept de déviance dans nos deux premières parties, nous partirons de la période de l’Entre-deux-guerres qui témoigne de la naissance du monde ouvrier et de son système social en passant par la phase économique dite des Trente Glorieuses à l’origine d’un ensemble de transformations sociales et culturelles avec la naissance d’une culture dite « jeune ». Enfin, nous aborderons la période appelée postindustrielle qui voit l’arrivée de la crise et de la désindustrialisation en même temps que s’installe une délinquance d’exclusion et un banditisme « de masse » dans un contexte controversée de crispation identitaire et de phénomènes multiculturelles qui caractérisent les banlieues défavorisées et sa jeunesse d’aujourd’hui.

1. La socio-histoire et l’ethnographie : une alchimie « difficile »

  • 12 Voir Gérard Noiriel, Introduction à la socio-histoire, Paris, La découverte, 2006.
  • 13 Joël Guibert, Guy Jumel, La socio-histoire, Paris, A. Colin, 2002, p. 107.
  • 14 Ibid., p. 104.

7La socio-histoire ne dispose pas véritablement d’un champ propre au sein des disciplines scientifiques. Cette nouvelle discipline en quelque sorte a pour objectif immédiat d’éclairer le présent par le passé récent en conjuguant à la fois des sources antérieures avec les méthodes de la sociologie classique12. Pour cela, il faut donc faire preuve d’une « alchimie singulière »13 dans la mesure où les sources sont inégalement distribuées selon les périodes alors qu’il faut essayer de réunir un maximum de documents écrits et d’entretiens oraux14. Dans notre étude, la difficulté liée à l’inégalité en termes d’accès aux sources administratives et écrites a été omniprésente.

  • 15 Les listes électorales n’étant plus accessibles pour les chercheurs en raison de la proximité temp (...)
  • 16 Les contraintes de la C.N.I.L. pour la protection des informations et des libertés individuelles c (...)
  • 17 Ces personnes sont décédées depuis. Le vieil homme, « supporter » de l’équipe municipale de footba (...)

8Ainsi, pour la période de l’Entre-deux-guerres, nous avons eu accès aux recensements sous formes nominatives de 1926, de 1931, de 1936 ainsi que les listes électorales, les recensements militaires (de 1932 à 1937), les archives nationales de police (plus précisément les mains courantes enregistrées entre 1938 et 1940 pour le quartier) que nous avons complétés par la presse alors que pour la période des Trente Glorieuses nous n’avons eu seulement qu’accès aux recensements (1954, 1962 et 1968)15. En revanche, pour la période suivante, les recensements à l’îlot pour les années 1975, 1982 et 1990 ne sont plus accessibles pour l’ensemble des chercheurs en sciences sociales16. Nous les avons retravaillés avec l’aide des travailleurs sociaux du quartier disposant d’informations plus précises sur les habitants. En revanche, pour réaliser notre enquête ethnographique, la période récente a été plus prolixe pour réaliser à la fois un travail d’observation participante mais aussi des entretiens. Ce travail en immersion a duré près de deux ans auprès de 120 jeunes où nous avons réalisé 25 entretiens directifs. Dans l’optique de réaliser une recherche socio-historique, nous avons également interrogé huit jeunes adultes pour aborder les années 1980 (nous étions à la fin des années 1990 lors de cette enquête) ; pour la période dite des Trente Glorieuses, nous avons rencontré sept quinquagénaires et nous avons eu la chance en 1998 d’avoir pu rencontrer trois veuves âgées entre 80 et 92 ans et un homme de 84 ans pour nous parler de l’époque de l’Entre-deux-guerres17. Afin de croiser les éclairages entre des données statistiques et sources écrites tirées des administrations, dans la presse locale ou encore des archives de police, il nous a semblé également important de pouvoir interroger les habitants de différentes générations de ce quartier.

9Après avoir rassemblé un nombre éparse mais conséquent de matériaux d’enquêtes, il nous semble important de revenir sur deux éléments méthodologiques essentiels à notre démonstration. Tout d’abord, sur le problème lié au découpage chronologique reconstituant des phases et des périodes précises ; puis, nous reviendrons brièvement sur la méthodologie de l’enquête. Nous avons découpé cet article en quatre périodes : la période de l’Entre-deux-guerres qui marque la naissance du quartier (avec l’arrivée massive des ouvriers venus des campagnes françaises), la phase des Trente Glorieuses témoignant d’une amélioration sensible des conditions de vie des « classes populaires », les années 1970 et 1980 qui voient l’aménagement des familles en provenance des pays du Maghreb en même temps qu’émergent les phénomènes de crise et, enfin, la période que nous nommons postindustrielle qui révèle l’accroissement des processus de précarité et de chômage avec ses corollaires pour la jeunesse que sont la délinquance, le trafic de drogue et toutes les nouvelles formes de déviance. Ce découpage subjectif d’un point de vue chronologique est à mettre en relation avec la nature des sources disponibles (les recensements sont accessibles sous formes nominatives jusqu’en 1968, les archives nationales de police ne peuvent être consultées que pour la période de l’Entre-deux-guerres, par exemple), les dynamiques locales du quartier (la construction d’une grande cité de logements sociaux au milieu des années 1920 [cité HBM], la fermeture progressive de l’usine Chausson à partir de 1981 ou encore le développement de la rationalisation du trafic de drogue à partir de 1990, etc.) La division en quatre périodes correspond à des logiques historiques locales (« Entre-deux-guerres », « Trente Glorieuses », « Crise » des années 1970 et 1980 et recomposition vers une société postindustrielle à partir des années 1990 et 2000) et à des enjeux intrinsèques aux disponibilités et accessibilités des ressources politico-administratives. Seule la période postindustrielle a été divisée en deux parties : les années 1980 et 1990 qui voient une atténuation des formes « traditionnelles » de délinquance (vol, braquages, etc.) au profit de la montée d’un trafic « rationnalisé » et hiérarchisé de drogue et de nouvelles formes de pratiques religieuses qui font l’objet de suspicion grandissante par les pouvoirs publics.

2. Le concept de déviance : objectivité, subjectivité et normativité de « classe »

  • 18 Louis Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses, à Paris dans la première moitié du xi (...)
  • 19 Howard S. Becker, Outsiders : Étude de la sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985.
  • 20 Albert Ogien, Sociologie de la déviance, Paris, Armand Colin, 1995.
  • 21 Axel Groenemeyer, « La normalité à l’épreuve. Changement social, transformation institutionnelle e (...)
  • 22 Pierre Bourdieu, « Une classe objet », in Actes de la recherche en sciences sociales, n° 17-18, 19 (...)

10Avant d’entrer plus précisément dans « le vif du sujet », il nous semble essentiel de revenir quelques instants sur la notion de déviance. Couramment utilisée, cette notion s’associe à l’illégalisme, à la délinquance, à la violence mais aussi à la marginalité, ce qui en fait finalement un concept vague et flottant. Nous pourrions de plus affirmer que la déviance s’associe à des styles de vie intrinsèques de groupes marginalisés comme les jeunes de milieu populaire ou les sous-prolétaires par exemple18. Pour autant, les sociologues qui se sont intéressés à cette notion n’hésitent pas à la relativiser car la déviance est utilisée souvent dans le sens commun à des fins de jugements moraux. La déviance ne peut faire l’objet d’un accord unanime en raison de l’existence de plusieurs mondes sociaux qui cohabitent au sein des sociétés industrielles. Certes, il existe toujours des groupes sociaux plus ou moins influents dans les sociétés industrielles à l’image des « entrepreneurs de morale » décrits par H. Becker dans la société américaine protestante19. Le sociologue A. Ogien note, quant à lui, que la notion de déviance interroge celle de normalité, ce qui revient alors à se référer à des critères subjectifs dans l’appréhension de contenus de pratiques de sociabilités20. Autrement dit, le contexte social permet la constitution d’acteurs collectifs et de leurs stratégies et définit la manière de construire les problèmes de l’ordre social et du comportement déviant comme celle par laquelle les problèmes sociaux sont institutionnalisés dans une politique concrète21. Nous pouvons alors sans difficulté associer la notion de déviance aux pratiques culturelles des groupes stigmatisés, marginalisés et surtout dominés : les ouvriers d’antan à l’instar des « jeunes de cité » aujourd’hui apparaissent comme des groupes étiquetés en raison d’une dépossession de parole et de langage22.

11Nous comprenons mieux pourquoi la question de la déviance dans les quartiers appelés « sensibles » s’avère délicate à traiter dans un tel contexte. En partant d’un exemple « local » et socio-historique, et formulant une problématique associant données de terrain et approche globalisante sur les « effets » de la délinquance, nous nous intéresserons au sort des jeunes des milieux populaires de plus en plus stigmatisés puisque dans l’impossibilité d’accéder au monde du travail. C’est pourquoi, nous partirons de la période de l’Entre-deux-guerres qui témoigne de la naissance du monde ouvrier et de son système social en passant par la phase économique dite des Trente Glorieuses à l’origine d’un ensemble de transformations sociales et culturelles avec la naissance d’une culture dite « jeune ». Enfin, nous aborderons la période appelée postindustrielle qui voit l’arrivée de la crise et de la désindustrialisation en même temps que s’installe une délinquance d’exclusion et un banditisme « de masse » dans un contexte controversé de crispation identitaire et de phénomènes multiculturels qui caractérisent les banlieues défavorisées et leur jeunesse d’aujourd’hui.

3. Naissance des « banlieues rouges » : violence et délinquance au quotidien

  • 23 Ce qui représente plus de 10 % des actes recensés comme imprécis et donc inqualifiables.

12La période de l’Entre-deux-guerres qui voit l’arrivée du monde industriel et de l’explosion démographique apparaît rétrospectivement comme une période agitée dans ce quartier. En effet, à l’aide des archives de police – les mains courantes portant sur les années 1938, 1939 et 1940 notamment – et de la presse locale représentée ici par les journaux concurrents, L’Aube Sociale et Banlieue Ouest, nous avons pu reconstituer ce qui pouvait caractériser les déviances populaires locales à l’époque. La grande majorité des personnes reconnues comme coupables aux archives nationales de police sont des ouvriers : les manœuvres arrivent en tête, suivis des magasiniers alors que les ouvriers qualifiés (tourneurs, fraiseurs) sont nettement en retrait. Les situations familiales nous apportent un éclairage supplémentaire : plus de la moitié des actes délictuels recensés dans les mains courantes sont commis par des célibataires ; leur grand nombre correspond, au regard des sources, à la présence importante de migrants dans les hôtels meublés et autres bidonvilles existant sur le quartier. Sur les 578 faits enregistrés par les mains courantes, 302 le sont pour des faits de délits, soit plus de la moitié des actes comptabilisés sur ce quartier (52,7 %). Les vols à l’arraché représentent 17 % pour les années 1938-1939 et les vols de bicyclette environ 15,5 % ; les faits considérés comme du recel ou possession de biens volés constituent environ 13 % des délits recensés ; les délits qualifiés de vols par effraction ou cambriolages s’élèvent à 6,5 % de l’ensemble. Les actes enregistrés sur les mains courantes sous forme de plaintes ou de procédures juridiques sont de l'ordre de 19 % ; 156 plaintes sont déposées par des victimes de violence ou de vol et avoisinent près de 27 %. Pour 63 éléments recensés sur les mains courantes, il est impossible de donner des précisions quant à leur nature puisqu’elles ne sont pas lisibles23. La reconstitution des statistiques des archives de police montre que la plupart des protagonistes est le fait de mineurs ou de jeunes délinquants (moins de trente ans) originaires des familles ouvrières qui viennent de s’installer dans ce quartier.

13L’idée d’une forte présence de faits de déviance par des jeunes hommes issus de la « classe ouvrière » – qui englobent, rappelons-le, des actes de violence, de délinquance et de délits pénaux en tout genre – se voit confirmée par la presse locale.

  • 24 Cette expression apparaît souvent dans les journaux cités supra.
  • 25 Banlieue Ouest du 16 juin 1933, p. 3.
  • 26 L’Aube Sociale du 25 août 1929, p. 2.
  • 27 L’Aube Sociale du 12 septembre 1930, p. 3.
  • 28 L’Aube Sociale du 17 février 1931, p. 2.
  • 29 Banlieue Ouest du 18 juillet 1928, p. 3.
  • 30 Banlieue Ouest du 5 août 1928, p. 3.

14Les journaux de l’époque cités précédemment y notent une sorte de « malaise social »24 dans ce quartier. En effet, un ensemble de faits divers le précise : deux ans après la construction du bureau de poste qui a déjà été « visité » plusieurs fois, le journal Banlieue Ouest – journal parisien situé à droite sur l’échiquier politique – nous informe que des cambrioleurs ont à nouveau cherché à pénétrer dans un kiosque à journaux25. L’évocation de cambriolage dans des bâtiments administratifs, de vol avec violence sur la voie publique ou même de « braquage » des magasins du quartier semble quotidienne ici. Le journal L’Aube Sociale (affilié aux mouvements sociaux de gauche) n’est pas non plus avare de ce type de commentaire à la fin des années 1920. Un article relate l’agression d’une femme par un ouvrier : celui-ci la frappe violemment26. En raison des tendances progressistes qui animent le journal, l’hebdomadaire laisse ainsi mesurer l’atmosphère de racisme qui existait à l’époque : dans la rue après un vol à l’arraché au marché des Grésillons, les soupçons des forces de l’ordre se tournent vers des Maghrébins présents sur les lieux27. L’année suivante, ce même journal, relate une altercation entre un automobiliste et un cycliste qui débouche sur l’hospitalisation du premier28. Le journal Banlieue Ouest commente, pour sa part, une rixe au couteau entre deux individus d’origine marocaine29 et note la même année un règlement de compte au pistolet entre un mari et un amant dans un hôtel situé dans le secteur30. Des travaux d’historiens témoignent aussi que la violence et la délinquance étaient très présentes également dans d’autres quartiers de la banlieue ouvrière à l’époque ; présence de « caïds », prostitution, vol avec violence, règlements de compte, sont les faits quotidiens qui rythment la vie sociale d’un quartier populaire de Levallois au début du siècle, par exemple :

  • 31 Patrick Gervaise, « Les “passages” à Levallois-Perret, Ruelles pauvres en banlieue », in Alain Fau (...)

15Les archives de police 1895-1914 nous montrent une jeunesse turbulente, des récidivistes, et toutes sortes de délits. On va de la contravention à l’homicide […] Une délinquance plus radicale apparaît en filigrane. On joue du couteau, voire du revolver pour dévaliser le passant nocturne …31.

  • 32 Dans le cadre d’un mémoire de DEA (Master 2 recherche), voir Éric Marliere, Le 74, une cité ouvriè (...)
  • 33 Annie Fourcaut, Bobigny, Banlieue rouge, Paris, Les Éditions ouvrières, 1986.
  • 34 Alain Dewerpe, Le monde du travail en France, Paris, Armand Colin, 1986.
  • 35 On note dans l’ouvrage de l’historien local pour cet intermède lié à la guerre et sa dramaturgie : (...)
  • 36 Il s’agit de l’ordonnance de la loi de 1945 qui protège les mineurs des peines lourdes d’emprisonn (...)

16D’après le témoignage d’anciens locataires, notamment des personnes âgées rencontrées dans le courant des années 199032, le quartier ouvrier est aussi un repère de « voyous » et de malfrats. La période de l’Entre-deux-guerres marque la naissance des « banlieues rouges »33 avec ses usines et son rythme de travail34 mais aussi son mode de vie ouvrier rugueux et violent. Le désordre et la violence semblent accompagner le quotidien des habitants de la proche banlieue parisienne en plein essor du monde ouvrier et industriel. Pour la période propre à la guerre et le début des années 1950, nous n’avons pas pu accéder aux recensements, ni aux archives nationales de police ce qui explique l’absence marquée de ce bref intervalle historique où l’occupation allemande était omniprésente dans ce quartier35. À la fin de la guerre, ce qui semble néanmoins marquer la période pour ce qui nous intéresse ici, c’est la présence d’adolescents et de jeunes adultes en possession d’armes laissées par les allemands en fuite. Cette situation inquiétante pour les pouvoirs publics de l’époque va encourager la mise en place d’une ordonnance afin de se prémunir d’une jeunesse livrée à elle-même depuis la guerre36. Dans le contexte du quartier, nous n’avons malheureusement pas de sources plus précises, ce qui nous amène à la période suivante, celle dite des Trente Glorieuses, qui voit une amélioration sensible des conditions de vie de la « classe ouvrière » : qu’en est-il donc des actes de délinquance et des faits considérés comme « déviants » de sa jeunesse dans le quartier observé ?

4. Les banlieues ouvrières, les Trente Glorieuses et les bandes de jeunes

  • 37 Jean-Pierre Terrail, Destins ouvriers. La fin d’une classe ?, Paris, P.U.F., 1991.

17Au début des années 1960, les difficultés économiques se sont nettement atténuées pour les ouvriers : le niveau de vie de la population française augmente rapidement et la « classe ouvrière » accède, certes un peu plus tard que les autres, à la consommation et à la modernité37. Cependant, malgré ces conditions de vie plus favorables, la présence de « bandes de jeunes » est attestée par des témoignages de résidents dans le quartier étudié :

Je me souviens à l’époque y’a au moins trente-cinq/quarante ans, moi-même j’avais une vingtaine d’années, il y avait les potes de mon frangin qui faisaient les cons en bas… Comme quoi c’est pas nouveau mais ça n’avait pas pris la même ampleur qu’aujourd’hui ! Quoique je me rappelle qu’il y avait deux types du quartier qui avaient fait de la prison. Ouais mais eux c’était déjà des petits caïds ! (66 ans, ancien locataire, fils d’immigré algérien né en Algérie, ouvrier à la retraite, vit à Paris aujourd’hui).

  • 38 Philippe Robert, Pierre Lascoumes, Les bandes d’adolescents, une théorie de la ségrégation, Paris, (...)
  • 39 Émile Copferman, Les blousons noirs, Paris, La Découverte, 2003.

18Excepté un petit nombre de « durs », il s’agit plutôt, pour cet interviewé, d’un regroupement de jeunes, signe du passage de l’adolescence à l’âge adulte dans l’attente de trouver du travail dans les usines situées à proximité. Les bandes de jeunes sont alors fréquentes dans les milieux populaires à l’époque38. En effet, il suffit de se référer aux travaux de Copferman sur les « blousons noirs » pour se convaincre de l’existence d’une jeunesse populaire déviante dans les banlieues ouvrières39.

19Toutefois, dans les années 1950 et 1960 le quartier accueille des familles nombreuses qui concentrent beaucoup de problèmes ; ces ménages rencontrent de grandes difficultés pour se loger, sont surreprésentées par des couples mixtes (père d’origine maghrébine le plus souvent) et, surtout, elles n’ont pas bénéficié de la croissance économique qui caractérise pourtant la période des années 1960. Cette concentration de « pauvreté » dans un contexte, rappelons-le, de forte croissance économique et sociale est à l’origine des grands « problèmes » de délinquance que va connaître le quartier ouvrier les décennies suivantes.

Moi je me souviens y’avait rien pour nous. Moi à vingt ans, j’étais le petit bougnoule… alors ça forge un caractère. Mes frères étaient de gros durs, ils se battaient déjà avec la police et ils commençaient dans le bisness des braquages. Moi j’étais aussi à une petite échelle un petit dur […] mais bon y’avait rien pour nous et on s’embrouillait avec les vieux les ouvriers français quoi ! (Interviewé en 1998, 58 ans, employé de mairie, origine marocaine, habite encore le quartier)

J’étais jeune à l’époque. Je devais avoir une dizaine d’années environ mais mon frère Paulo plus vieux de 7 ans était un dur. C’était une petite frappe […] il foutait le bordel. Ma mère avait des problèmes avec lui. On avait des problèmes avec le concierge. Bon y’avait plus dur que lui […] c’est marrant tout ça quand j’y repense ! (Interviewé en 1998, âgé de 42 ans, d’origine portugaise, gardien d’immeuble dans un autre quartier de la ville)

  • 40 Jean-Claude Chamboredon, Madeleine Lemaire, « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands e (...)

20Ces témoignages nous éclairent sur la nature des modes de vie des jeunes appartenant au monde ouvrier. Cette situation rappelle, en réalité, les tensions liées à la cohabitation entre jeunes issus de familles ouvrières et les adultes appartenant aux classes moyennes dans les grands ensembles40. Les jeunes ouvriers ont toujours été appréhendés comme turbulents d’une manière générale. Sauf que dans le quartier étudié, il ne s’agit pas de « classes moyennes » mais de familles populaires stables et laborieuses en mésentente avec des jeunes en difficultés originaires de familles « à problèmes ».

  • 41 François Dubet, Didier Lapeyronnie, Les quartiers d’exil, Le Seuil, 1992, p. 60.

21De plus, à la fin des années 1960 avec l’arrivée d’une sorte de « culture jeune », se creuse un « fossé culturel » entre jeunes et adultes ouvriers témoignant en quelque sorte d’un début d’érosion de classe : « Le monde des vieux paraît vieux et celui des jeunes semble étranger, tant par les goûts musicaux, les modes vestimentaires que par la volonté d’échapper au contrôle serré des familles »41.

22S’il est encore un peu tôt pour parler de fissures au cœur de la reproduction sociale des « classes ouvrières », les rapports tumultueux entre jeunes adultes et ouvriers de la génération précédente révèlent, de manière générale, les mutations de sociabilité que connaissent les enfants d’ouvriers à la fin des Trente Glorieuses et témoignent de l’émergence d’une société postindustrielle à venir.

5. Les années 1970 et 1980 : désindustrialisation, chômage « de masse » et émergence de la question des « jeunes de cité »

23Les recensements de 1968 et de 1975 témoignent de l’arrivée de la population maghrébine dans les cités HLM. Les années 1970 marquent d’une certaine manière la fin progressive de la « banlieue rouge » et du système social qui l’accompagnait.

  • 42 Stéphane Beaud, Michel Pialoux, Retour sur la condition ouvrière. Enquêtes aux usines Peugeot, Par (...)
  • 43 Pour un témoignage local de ces deux auteurs anciens syndicalistes ayant travaillé à Chausson, la (...)
  • 44 François Dubet, La galère : jeunes en survie, Paris, 1987.

24Les populations ouvrières du quartier rencontrent alors de grandes difficultés pour faire face aux menaces de licenciements et aux fermetures en chaîne des usines tant au niveau national42 que local43. Pour les jeunes de la cité, le travail ouvrier du père n’est plus une perspective professionnelle envisageable à long terme. Ces fils d’ouvriers et d’immigrés (pour la plupart) constituent la première génération confrontée au racisme, au chômage de masse, à la précarité et à la ségrégation urbaine. Ils s’apparentent dans une certaine mesure aux jeunes rencontrés par le sociologue François Dubet en pleine période de déstructuration des banlieues ouvrières44. En cette période de décomposition des cadres sociaux industriels et des repères ouvriers, ces jeunes opèrent des choix de carrière entre petite délinquance, premières missions d’intérims et activités tertiaires à faible qualification.

C’était dur déjà à l’époque. À l’usine, il y avait du boulot mais pour un temps limité car ils commençaient déjà à dégraisser. Mon père maghrébin il pouvait difficilement me pistonner à l’usine. C’était d’abord pour les Français. Alors, pour moi, c’était un peu les conneries, les vols… (41 ans, chauffeur-livreur, parents marocains, marié, 4 enfants).

  • 45 Développement Social des Quartiers.
  • 46 Développement Social Urbain.

25Le quartier observé ici est le deuxième de France à passer sous la tutelle de l’intervention publique en 1982 après celui célèbre des Minguettes à Lyon l’année précédente. En 1982, ce quartier est classé DSQ45 puis DSU46 en 1988. Un grand nombre de ces jeunes s’initient aux vols à l’étalage, entrent fréquemment en conflit avec la police et, pour les plus téméraires d’entre eux, s’engagent dans une délinquance plus importante entre braquages de bijouteries et de banques.

On était pas conscient ! On était « ouf » sur les bords [rire] Je sais pas comment dire ça, le quartier c’était un climat, une atmosphère. On était jeune et on avait envie de tout niquer ! On s’en foutait de tout ! (47 ans, mécanicien, ancien braqueur, aujourd’hui musulman pratiquant, marié, 3 enfants, parents algériens)

  • 47 Ce type de scène rocambolesque est fréquent entre 1982 et 1988 notamment.

26Précisons que les « voyous » dont nous avons parlé dans la partie précédente sont toujours présents dans la cité et constituaient des modèles de réussite pour les adolescents de l’époque. Ainsi, dans les années 1980, de très fortes résistances physiques proches de l’insurrection urbaine s’exercent à l’égard des forces de l’ordre notamment lorsqu’elles se déplacent dans les cités du quartier : parpaings et pierres sont lancés des balcons sur les cars de police quand ces derniers viennent perquisitionner dans les appartements et les caves47

  • 48 Michel Kokoreff, « Faire du business dans les quartiers. Éléments sur les transformations socio-hi (...)
  • 49 L’un des principaux ports fluviaux d’Europe avec les trafics que cela peut impliquer.

27Des travaux montrent avec acuité le rôle de cette « génération pivot » – entre la « classe ouvrière » et la jeunesse des cités populaires des années 1990 – dans les années 1970 et 1980 facilitant l’arrivée du trafic de drogue dure dans les cités populaires de banlieue48 : ceci est particulièrement avéré dans notre secteur qui comprend quelques personnes fichées au grand banditisme car, précisons-le, ce quartier se situe au cœur d’une ville où se trouve le port autonome de Paris49. Cette génération connaîtra une phase de décadence physique pour certains jeunes adultes, touchés par les problèmes liés à la toxicomanie et à l’alcool – expliquant en partie les comportements agressifs et instables qui les caractérisent à la fin des années 1980. Un quart de ces jeunes décèdent de morts violentes, de problèmes d’alcoolisme et de toxicomanies, sans compter ceux qui finissent internés dans les hôpitaux psychiatriques.

  • 50 Karima Guenfoud, « L’avenir des morts. Mémoire et réputation », in Ethnologie Française, n° 23/1, (...)

28Les « anciens voyous », les bagarreurs et les grands délinquants « à réputation » disparaissent progressivement de l’espace public avec les souffrances et les souvenirs que cela implique dans la mémoire de la cité50 au profit d’une nouvelle classe d’âge dont les défis sociaux ne sont pourtant guères plus faciles à relever. Ces jeunes sont à mi-chemin entre la quatrième et la cinquième génération d’ouvriers et doivent affronter un marché du travail de plus en plus difficile dans un contexte local où la « classe ouvrière » périclite définitivement avec la disparition de ses supports institutionnels et sociaux. Les ouvriers du quartier se voient progressivement affaiblis dans leur capacité d’organisation et d’action et notamment dans les manières de prendre en charge sa jeunesse.

6. Chômage de masse et rationalisation du trafic de drogue

  • 51 Marie-Hélène Bacque, Sylvie Fol, Le devenir des banlieues rouges, Paris, L’Harmattan, 1997.

29Le début des années 1990 témoigne dans ce quartier d’une restructuration urbaine de grande envergure : nous passons définitivement de l’ère industrielle à l’âge des activités tertiaires et de bureau. La municipalité désire revaloriser un quartier qui souffre d’une « mauvaise réputation ». L’objectif est alors de restructurer un espace ouvrier désuet par de nouvelles constructions – logements de trois étages accessibles à l’achat, développement d’espaces d’activité tertiaire et commerciale, création d’une allée piétonne verdoyante avec restaurants pour cadres d’entreprise et la construction d’un nouveau lycée – afin d’inciter l’installation des classes dites moyennes et revaloriser progressivement l’image du quartier51.

  • 52 Ce dernier préfère garder l’anonymat et ne veut divulguer officiellement les chiffres de la délinq (...)

30Cette période de transition marque une étape importante dans l’histoire locale (restructuration urbanistique, désenclavement physique du quartier et du métro, réhabilitation des grands ensembles et démolition de la cité de transit) à l’image de la délinquance locale qui s’oriente vers un trafic de stupéfiants à la fois plus discret mais aussi plus « rationnel » confirmant ainsi les transformations de l’économie souterraine en milieu populaire amorcé la décennie précédente. D’un contexte de changement social et de transformation urbaine, ce quartier connaît une période d’accalmie : la violence qui régissait les rapports sociaux entre jeunes adultes lors de la décennie précédente (notamment entre « délinquants » et « jeunes de la rue ») est alors à peine perceptible dans l’espace public. Les chiffres du démographe de la ville52 attestent également d’une chute importante dans les années 1990 des problèmes de criminalité dans ce quartier confronté à d’autres banlieues populaires bien que les chiffres restent élevés par rapport à d’autres secteurs urbains.

Du trafic, du business il y en a. Mais c’est plus comme avant. Les mecs ils font leur argent et basta ! (32 ans, petit trafiquant de cannabis, enfants d’immigrés tunisiens, célibataire, vit chez ses parents)

  • 53 Dominique Duprez, Michel Kokoreff, Les mondes de la drogue, Usages et trafics dans les quartiers, (...)

31Pour les jeunes de la nouvelle classe d’âge, les études scolaires se font plus longues et les activités illégales plus discrètes : les vendeurs qui se lancent dans le trafic de drogues dures (l’héroïne notamment) mettent en place une logistique locale plus « professionnelle » avec hiérarchie pyramidale comprenant leaders, soldats et guetteurs53. Ces nouveaux réseaux de trafics contribuent, en même temps que la disparition tragique des « anciens voyous », à l’instauration d’une forme de pacification du territoire : la délinquance que l’on pourrait qualifier de classique disparaît au profit des lucratifs business de drogue.

Les gros trafiquants ici ils ont compris qu’il fallait être discret. La violence elle existe toujours mais elle est moins visible. Par exemple quand il y a un contrat ou un règlement de compte si nous on est pas dans le business alors ça nous concerne pas. La violence on la voit moins, elle est cachée […] Parfois c’est plus malsain mais qui s’en plaint finalement ? (31 ans, ingénieur en informatique, parents marocains, marié).

Ici c’est la Suisse maintenant ! Il ne se passe plus rien. Ça n’a rien à voir avec ce que l’on a connu, c’est sûr ! Pour la violence c’est mieux mais pour l’ambiance c’est zéro ! Le quartier pour moi n’existe plus ! Ce sera jamais plus comme avant ! (40 ans, ancien jeune du quartier dans les années 80, né de parents français, marié, deux enfants, commercial)

  • 54 Nous entendons par cette expression le fait que les trafics de drogues et autres business de diffé (...)

32La rationalisation du trafic de drogues dures et douces avec les revenus substantiels et confortables qu’il procure (enfin pour les jeunes situés en haut de la pyramide) a contribué, en partie, à atténuer fortement la délinquance aux personnes dans ce quartier et à réduire les comportements violents jugés contre-productifs. Mais nous verrons que d’autres phénomènes ont participé à une accalmie « de façade »54 dans ce quartier sans pour autant que la véritable violence et les faits de délinquance y aient véritablement disparu. Mais l’ancrage temporel dans la précarité et l’exclusion sociale (voire ethnique) modifient les modes de vie dans les espaces juvéniles populaires comme nous allons voir dans la dernière partie de cet article.

7. La délinquance d’exclusion comme traduction d’une aggravation des conditions de vie des jeunes

  • 55 Éric Marliere, Jeunes en cité. Diversité des trajectoires ou destins communs ?, Paris, L’Harmattan (...)

33Les formes d’encadrement des classes populaires s’estompent progressivement dans la décennie précédente et les manières de se représenter le monde des enfants d’ouvriers et d’immigrés (de la première et surtout la deuxième génération) changent. Même si les « jeunes de cité » rencontrent des trajectoires multiples et plurielles55 et si ceux qui commettent des actes déviants représentent à peine 15 % des jeunes du quartier évoluant dans les « quartiers populaires » au début des années 2000, la plupart d’entre eux ne se reconnaît plus dans ce que les chercheurs appellent la culture ouvrière. Au sein de ce pôle déviant de la jeunesse populaire, nous pouvons y distinguer une sorte d’élite (« cerveau de la drogue locale, fiché au grand banditisme) qui représente une infime minorité et, à côté, ceux que l’on pourrait classer de petits trafiquants et de « délinquants ordinaires ». Mais si les « délinquants » sont fortement minoritaires parmi les jeunes ici, ils rythment, à eux seuls, le quotidien du quartier.

  • 56 Ils ne sont pas tous délinquants au sens juridique du terme. Seuls sont reconnus comme délinquant (...)
  • 57 Nous n’avons pas vraiment les moyens d’en savoir plus sur ce type de trafic pour des raisons de sé (...)
  • 58 Nasser Tafferant, Le bizness. Une économie souterraine, Paris, P.U.F., 2007.

34Pour le groupe des « délinquants »56, les mutations des « illégalismes » sont très importantes depuis quelques années. Le trafic de drogues dures se fait davantage discret dans les quartiers de la ville57. Les plus jeunes qui pratiquent des activités délictuelles ont étendu leurs compétences en participant aux trafics de cannabis – qui rapporte de moins en moins depuis la fin des années 90 – mais aussi à des activités de recel de produits dits de luxe. Il semblerait que les activités de recel et autre « bizness » peuvent constituer un moyen de ressource non négligeable pour un ensemble de jeunes qui ne veulent pas commettre de violences où se lancer dans un trafic plus « risqué » de drogues dures58.

35Les stratégies d’invisibilité dans l’espace public sont essentielles pour les trafiquants de drogue en raison d’une répression plus dure de la police et de la justice envers les produits stupéfiants :

Avant tu te faisais ton blé. Aujourd’hui y’a la concurrence, la méthadone et la loi qui fait qu’ils te collent au trou pour un bout de temps. T’es perdant. Donc ça sert à rien… Donc les plus jeunes ils cherchent autre chose. (37 ans, travailleur social, ancien dealer, marié, un enfant)

  • 59 Philippe Robert, L’insécurité en France, Paris, La Découverte, 2002.
  • 60 Gérard Mauger, Le milieu, la bande et la bohême populaire. Études de sociologie de la déviance des (...)

36La drogue finalement rapporte des revenus substantiels uniquement à l’élite des trafiquants et ceux qui se sont bien implantés durablement dans ce type de business. Pour les autres, c’est un pari dangereux en raison d’une concurrence impitoyable (violence, règlements de comptes, etc.) et d’une présence policière de plus en plus répressive. Cette mutation dans les actes de délinquance marque le passage d’une délinquance d’acquisition ayant cours dans les années 1960 avec le développement de la société de consommation à une délinquance d’exclusion qui émerge dans les années 1980 en réponse à l’exclusion et au chômage de masse59. L’imbrication de faits sociaux comme la fermeture des usines, la fin d’une société du plein emploi et l’arrivée des drogues dures dans les quartiers populaires sont liées à la dégradation des conditions de vie et des perspectives d’avenir de la jeunesse des « cités ». Les mutations ont pour conséquences les transformations des modes de déviance en l’espace de trente ans dans les « quartiers sensibles » qui voient de plus en plus de jeunes imprégnés par des acticités délinquantes et plus largement déviantes60.

  • 61 Laurent Mucchielli, « L’évolution de la délinquance juvénile en France (1980-2000) », in Sociétés (...)
  • 62 Éric Marliere, « Jeunes des banlieues et émeutes urbaines », in Bernard Roudet (sous la dir.), Les (...)
  • 63 Patrick Haenni, « La France face à ses musulmans : émeutes, jihadisme et dépolitisation », in Espr (...)
  • 64 Stéphane Beaud, Olivier Masclet, « Des “marcheurs” de 1983 aux “émeutiers” de 2005. Deux génératio (...)
  • 65 Saïd Bouamama, Les classes et quartiers populaires. Paupérisation, ethnicisation et discrimination (...)

37Le monde ouvrier n’existant plus comme système d’encadrement populaire et de représentations sociales, ces enfants d’ouvriers et d’immigrés sont, dans une certaine mesure, contraints de s’adapter et de faire preuve de pragmatisme aussi bien sur le marché du travail que dans l’illégalité61. Et surtout, ces jeunes – qui ne pourront devenir ouvriers à leur tour – peinent également à être salariés : ils sont au carrefour des transformations et des crispations de la société française. Certains d’entre eux, qu’ils soient étudiants ou délinquants, musulmans « pratiquants » ou inscrits dans des professions plus libérales, se trouvent désignés par un discours médiatique fédérateur qui les fait passer dans une certaine mesure de « classe objet » à « classe abjecte »62. La situation critique de ces jeunes depuis plus de vingt-cinq ans maintenant perdure durablement – depuis le décès des toxicomanes et l’existence d’une violence interpersonnelle – et ne trouve toujours pas, à l’heure actuelle, un débouché favorable d’un point de vue social et économique sauf, dans des situations extrêmes comme l’émeute ou le jihadisme63. Les quatrièmes et cinquièmes générations du quartier constituent deux générations d’enfants d’immigrés qui ont comme dénominateurs communs galère, exclusion et racisme64. Cela étant dit, la première génération revendiquait des droits avec la « marche pour l’égalité » en 1983 tandis que la seconde, confrontée davantage à la discrimination dans un contexte de « crise », s’illustre dans les émeutes urbaines et s’installe plus durablement dans la marginalité65.

8. Conclusion

  • 66 Michel Kokoreff, Sociologie des émeutes, Paris, Payot, 2008 ; mais aussi Alain Bertho, Le temps de (...)

38Cet article a montré que les pratiques déviantes constituent le quotidien des mondes populaires, de la « classe ouvrière » intégrée dans le schéma des productions de la société industrielle, aux enfants d’ouvriers et d’immigrés (pour la plupart) en rupture avec les processus d’intégration économique et sociale. Les pratiques déviantes semblent constituer une constante dans les modes de vie des jeunes habitants les quartiers ouvriers de la période industrielle aux « quartiers sensibles » de notre ère dite post-industrielle. Cependant, la variation de l’intensité des faits délictuels et de violence paraît coïncider avec les périodes de fluctuation économique : quand un « phénomène » de crise s’accentue, les faits de délinquance sont en augmentation (années 1930 et années 1980, 1990 et 2000) contrairement aux périodes plus stables (années 1950, 1960 et 1970) ou de plein emploi même si on observe des formes de turbulences juvéniles (pendant les « Trente Glorieuse » notamment) autour des « bandes » et des « incivilités » populaires ordinaires. Cependant, les années 1980 marquent un tournant dans les formes de délinquance et de déviance en raison des mutations économiques qui mettent progressivement un terme au monde ouvrier et son système social. La précarité, l’exclusion, le racisme et les nouvelles formes de discrimination ont accentué le problème et les difficultés des classes populaires notamment celles issues de l’immigration accentuant, du même coup, les problématiques liées à la violence, la délinquance et aux émeutes urbaines de plus en plus récurrentes66. Ce croisement de sources et de données selon les époques permet à la fois de relativiser la délinquance qui caractérise les jeunes des milieux populaires aujourd’hui en comparaison des formes de déviances juvéniles des décennies précédentes tout en démontrant que se manifeste des formes de violences juvéniles spécifiques aux quartiers populaires urbains quelles que soient la période observée.

  • 67 Didier Lapeyronnie, Ghetto urbain. Ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd’hui, Paris, R (...)
  • 68 Loïc Wacquant, Parias urbains. Ghetto, banlieue, État, Paris, La découverte, 2006.
  • 69 Éric Marliere, La France nous a lâchés ! Le sentiment d’injustice chez les jeunes de cité, Paris, (...)

39Cette situation est d’autant plus préjudiciable pour une population (notamment les enfants d’immigrés) dont les écarts à la norme sont parfois des manières de survivre alors que les « illégalismes » sont de moins en moins tolérés par la société dominante et ses institutions. Dans un contexte politique qui criminalise davantage les pratiques déviantes juvéniles et qui stigmatise les habitants des « quartiers sensibles », et ce dans une mutation des modes de production qui complexifient le rapport des « classes populaires » au marché du travail, les « jeunes des cités » sont contraints d’adopter des stratégies qui les marginalisent plus que les autres milieux populaires en raison de leur origine sociale et ethnique. Si la problématique des « quartiers sensibles » divise les chercheurs français, entre ceux qui optent pour les processus de ghettoïsation67 et les autres qui avancent plutôt le concept de « marginalité urbaine avancée »68, nul doute que la dégradation des conditions d’espérance de réussite sociale chez les jeunes des quartiers populaires est à son comble69.

40Autrement dit, la perception varie entre les ouvriers de naguère et les jeunes des cités d’aujourd’hui : même à l’encontre de l’ordre social, le métallurgiste des « banlieues rouges » d’avant-guerre représentait, malgré le caractère de dangerosité qu’il inspirait à la bourgeoisie parisienne, l’avenir de la société industrielle alors que les « jeunes de cités » sont perçus comme source de menace pour le devenir d’une société où règne incertitude, concurrence et suspicion. En cela, ces jeunes dits de cité forment la nouvelle « classe dangereuse » ou de « parias urbains » dans la société dite post-industrielle en proie à l’incertitude économique, à la crise sociale et à la crispation identitaire.

Notes

1 Éric Marliere, « Chroniques socio-historiques des pratiques déviantes dans un ancien quartier ouvrier », in Socio-logos, Revue de l’Association Française de Sociologie, n° 2, 2007, p. 1-26 (http ://socio-logos.revues.org.

2 Voir Jean Laffite, Gennevilliers. Evocation historique. De la fin du 19e siècle à 1970, Tome 2, Gennevilliers, Editions de la ville de Gennevilliers, 1970, p. 120.

3 Voir en ce sens notre mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine, Éric Marliere, Les habitants des H.B.M. dans le quartier des Grésillons dans l’entre-deux-guerres, Université Paris Nord, 1997.

4 Voir les recensements de 1931, 1936, 1954, 1962 et 1968 notamment.

5 Consulter le recensement de 1975 concernant les logements sociaux du quartier.

6 Le recensement de 1982 est éloquent sur la question.

7 Éric Marliere, Le 74, une cité ouvrière au cœur du changement, Université Paris 8, 1998.

8 Éric Marliere, « Résistances ouvrières à Gennevilliers », in Agora Débats/jeunesses, n° 23, 2001, p. 85-96.

9 Isabelle Coutant, Délit de jeunesse. La justice face aux quartiers, Paris, La Découverte, 2005.

10 Laurent Mucchielli, « Une société plus violente ? Une analyse socio-historique des violences interpersonnelles en France, des années 1970 à nos jours », in Déviance et Société, 32, n° 2, 2008, p. 115-147.

11 Hughes Lagrange, Demandes de sécurité, France, Europe, États-Unis, Paris, Le Seuil, 2003.

12 Voir Gérard Noiriel, Introduction à la socio-histoire, Paris, La découverte, 2006.

13 Joël Guibert, Guy Jumel, La socio-histoire, Paris, A. Colin, 2002, p. 107.

14 Ibid., p. 104.

15 Les listes électorales n’étant plus accessibles pour les chercheurs en raison de la proximité temporelle avec l’objet de l’enquête.

16 Les contraintes de la C.N.I.L. pour la protection des informations et des libertés individuelles constituent une entrave pour toute recherche sociologique.

17 Ces personnes sont décédées depuis. Le vieil homme, « supporter » de l’équipe municipale de football, est le dernier à avoir succombé à la suite de la « canicule de 2003 ».

18 Louis Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses, à Paris dans la première moitié du xixe siècle, Paris, Éd. L.G.F., 1978.

19 Howard S. Becker, Outsiders : Étude de la sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985.

20 Albert Ogien, Sociologie de la déviance, Paris, Armand Colin, 1995.

21 Axel Groenemeyer, « La normalité à l’épreuve. Changement social, transformation institutionnelle et interrogations sur l’usage du concept de déviance », in Déviance et Société, n° 31/4, 2007, p. 438.

22 Pierre Bourdieu, « Une classe objet », in Actes de la recherche en sciences sociales, n° 17-18, 1977, p. 2-5.

23 Ce qui représente plus de 10 % des actes recensés comme imprécis et donc inqualifiables.

24 Cette expression apparaît souvent dans les journaux cités supra.

25 Banlieue Ouest du 16 juin 1933, p. 3.

26 L’Aube Sociale du 25 août 1929, p. 2.

27 L’Aube Sociale du 12 septembre 1930, p. 3.

28 L’Aube Sociale du 17 février 1931, p. 2.

29 Banlieue Ouest du 18 juillet 1928, p. 3.

30 Banlieue Ouest du 5 août 1928, p. 3.

31 Patrick Gervaise, « Les “passages” à Levallois-Perret, Ruelles pauvres en banlieue », in Alain Faure (ed.), Les premiers banlieusards, aux origines de Paris, Paris, Éd. Créaphis, 1991, p. 121-163.

32 Dans le cadre d’un mémoire de DEA (Master 2 recherche), voir Éric Marliere, Le 74, une cité ouvrière au cœur des transformations, Université Paris VIII, 1998.

33 Annie Fourcaut, Bobigny, Banlieue rouge, Paris, Les Éditions ouvrières, 1986.

34 Alain Dewerpe, Le monde du travail en France, Paris, Armand Colin, 1986.

35 On note dans l’ouvrage de l’historien local pour cet intermède lié à la guerre et sa dramaturgie : l’arrestation de deux familles juives qui seront déportées à Buchenwald et l’emprisonnement de trois jeunes voyous qui sévissaient à la fin de la période de l’Entre-deux-guerres. voir G. QUIQUERE, « Le 74 ». Esquisse d’une histoire du premier HLM de Gennevilliers, Gennevilliers, ARCCAG, 1988.

36 Il s’agit de l’ordonnance de la loi de 1945 qui protège les mineurs des peines lourdes d’emprisonnement même en cas de délit grave. Dans le tournant sécuritaire qui accompagne les années 2000, cette ordonnance est fortement remise en cause aujourd’hui notamment depuis les lois Perben II.

37 Jean-Pierre Terrail, Destins ouvriers. La fin d’une classe ?, Paris, P.U.F., 1991.

38 Philippe Robert, Pierre Lascoumes, Les bandes d’adolescents, une théorie de la ségrégation, Paris, Les éditions ouvrières, 1974.

39 Émile Copferman, Les blousons noirs, Paris, La Découverte, 2003.

40 Jean-Claude Chamboredon, Madeleine Lemaire, « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement », in Revue Française de Sociologie, XI, 1970, p. 3-33.

41 François Dubet, Didier Lapeyronnie, Les quartiers d’exil, Le Seuil, 1992, p. 60.

42 Stéphane Beaud, Michel Pialoux, Retour sur la condition ouvrière. Enquêtes aux usines Peugeot, Paris, Fayard, 1999.

43 Pour un témoignage local de ces deux auteurs anciens syndicalistes ayant travaillé à Chausson, la principale usine du quartier cf. Bernard Massera, Daniel Grason, Chausson : une dignité ouvrière, Paris, Syllepse, 2004.

44 François Dubet, La galère : jeunes en survie, Paris, 1987.

45 Développement Social des Quartiers.

46 Développement Social Urbain.

47 Ce type de scène rocambolesque est fréquent entre 1982 et 1988 notamment.

48 Michel Kokoreff, « Faire du business dans les quartiers. Éléments sur les transformations socio-historiques de l’économie des stupéfiants en milieux populaires. Le cas du département des Hauts-de-Seine », in Déviance et Société, n° 24/4, 2000, p 403-423.

49 L’un des principaux ports fluviaux d’Europe avec les trafics que cela peut impliquer.

50 Karima Guenfoud, « L’avenir des morts. Mémoire et réputation », in Ethnologie Française, n° 23/1, 2002, p. 95-101.

51 Marie-Hélène Bacque, Sylvie Fol, Le devenir des banlieues rouges, Paris, L’Harmattan, 1997.

52 Ce dernier préfère garder l’anonymat et ne veut divulguer officiellement les chiffres de la délinquance sur la commune.

53 Dominique Duprez, Michel Kokoreff, Les mondes de la drogue, Usages et trafics dans les quartiers, Paris, Odile Jacob, 2000.

54 Nous entendons par cette expression le fait que les trafics de drogues et autres business de différentes natures continuent de se développer mais ils occasionnent moins de violences visibles dans l’espace public. Les bagarres et autres règlements de compte ont lieu davantage dans les coulisses ou de façon plus discrète.

55 Éric Marliere, Jeunes en cité. Diversité des trajectoires ou destins communs ?, Paris, L’Harmattan, 2005.

56 Ils ne sont pas tous délinquants au sens juridique du terme. Seuls sont reconnus comme délinquant par la loi ceux qui sont passés devant un tribunal et ont écopé d’une peine de prison. Nous les avons appelés ainsi dans la mesure où ces jeunes participent de près ou de loin à des activités illégales.

57 Nous n’avons pas vraiment les moyens d’en savoir plus sur ce type de trafic pour des raisons de sécurité. Il existe pour toute recherche des obstacles sociaux à l’enquête sociologique pour des raisons que le lecteur ici peut comprendre.

58 Nasser Tafferant, Le bizness. Une économie souterraine, Paris, P.U.F., 2007.

59 Philippe Robert, L’insécurité en France, Paris, La Découverte, 2002.

60 Gérard Mauger, Le milieu, la bande et la bohême populaire. Études de sociologie de la déviance des jeunes des classes populaires (1975-2005), Paris, Belin, 2006.

61 Laurent Mucchielli, « L’évolution de la délinquance juvénile en France (1980-2000) », in Sociétés contemporaines, n° 53, 2004, p. 101-134.

62 Éric Marliere, « Jeunes des banlieues et émeutes urbaines », in Bernard Roudet (sous la dir.), Les jeunes en France, Québec, P.U.L., p. 127-145.

63 Patrick Haenni, « La France face à ses musulmans : émeutes, jihadisme et dépolitisation », in Esprit, n° 10, p. 112-145.

64 Stéphane Beaud, Olivier Masclet, « Des “marcheurs” de 1983 aux “émeutiers” de 2005. Deux générations sociales d’enfants d’immigrés », in Les Annales, HSS, juillet-août, n° 4, 2006, p. 809-843.

65 Saïd Bouamama, Les classes et quartiers populaires. Paupérisation, ethnicisation et discrimination, Paris, Éditions du cygne, 2009.

66 Michel Kokoreff, Sociologie des émeutes, Paris, Payot, 2008 ; mais aussi Alain Bertho, Le temps des émeutes, Paris, Bayard, 2009.

67 Didier Lapeyronnie, Ghetto urbain. Ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd’hui, Paris, Robert Laffont, 2008 ; et plus récemment, Manuel Boucher, Les internés du ghetto. Ethnographie des confrontations violente dans une cité impopulaire, Paris, L’Harmattan, 2010.

68 Loïc Wacquant, Parias urbains. Ghetto, banlieue, État, Paris, La découverte, 2006.

69 Éric Marliere, La France nous a lâchés ! Le sentiment d’injustice chez les jeunes de cité, Paris, Fayard, 2008.

Auteur

(Université de Lille III)

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable