Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Violences juvéniles urbaines en Europe

 | 
Xavier De Weirt
, 
Xavier Rousseaux

Deuxième partie. La ville, foyer de violence juvénile ? Études de terrain

Violence juvénile à Paris au temps des Apaches

Fin XIXe siècle – début du XXe siècle

Jean-Claude Farcy

Texte intégral

1Que la violence soit associée aux classes d’âge jeunes est un constat que l’on rencontre aussi bien dans les représentations des contemporains – quels que soit l’époque considérée -que dans les études criminologiques et historiques. Pendant longtemps, dans le cadre des communautés villageoises, la violence symbolique et physique exercée par les jeunes était intégrée dans un processus de socialisation et de contrôle des normes et valeurs sociales. Le refoulement de cette violence par l’État et sa justice s’est réalisé, avec des succès inégaux, sur la longue durée. Il a été plus rapide et plus efficace dans les villes, particulièrement dans les capitales.

  • 1 Voir la synthèse proposée par Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, Éric Pierre (ed.), Enfance et justice au (...)

2Pourtant, périodiquement, la délinquance juvénile est posée comme problème social important, particulièrement quand les autorités paraissent impuissantes face aux débordements de violence d’une partie de la jeunesse. On sait que c’est dans un tel contexte que naissent à la fin du xixe siècle et au début du siècle suivant, dans de nombreux pays, de nouvelles modalités de traitement de la délinquance juvénile1. C’est le cas également en France, puisque c’est à l’issue du « moment Apache » que naissent les tribunaux pour enfants (1912). En effet, à la Belle Époque, les médias stigmatisent la violence meurtrière de bandes de « jeunes vauriens » au point que le lecteur de la grande presse a alors l’impression que la société tout entière est en guerre contre ces rebelles qualifiés d’Apaches, de hors-la-loi.

3Nous voudrions reprendre cette question en tentant d’approcher, autant que cela est possible avec les sources disponibles, la réalité de cette violence juvénile dans le cadre de la capitale parisienne, là où elle est considérée comme la plus inquiétante pour les contemporains, en la situant, au préalable, dans l’évolution des représentations de l’enfance et de la jeunesse parisienne tout au long du xixe siècle.

1. L’évolution des représentations : de l’enfance errante à une délinquance juvénile violente

  • 2 Michelle Perrot, « Dans la France de la Belle Époque, les "Apaches", premières bandes de jeunes », (...)
  • 3 Frédéric Chauvaud, « Gavroche et ses pairs. Aspects de la violence politique du groupe enfantin en (...)
  • 4 Jean-Jacques Yvorel, « De Delacroix à Poulbot, l'image du gamin de Paris », in Le Temps de l'Histoi (...)
  • 5 Voir l’essai, ancien et resté bien isolé, pour l’enfance, de Alain Faure, « Enfance ouvrière, enfan (...)

4En matière de représentations le terrain est déjà fortement balisé par nombre de travaux historiques, relativement anciens comme l’analyse de Michelle Perrot sur les bandes de jeunes de la Belle Époque2, ou plus récents sur l’enfant rebelle, Gavroche et le gamin de Paris, dont les figures ont été étudiées par Frédéric Chauvaud3 et Jean-Jacques Yvorel4. On les rappellera à grands traits, avec quelques emprunts tirés des témoignages de policiers, magistrats et d’observateurs divers, pour esquisser une évolution des regards portés sur les mineurs délinquants, tout en relevant d’emblée que l’étude reste à faire, en confrontant témoignages des élites, représentations médiatiques et, ce qui est souvent oublié et difficile à reconstituer, perceptions des classes populaires5.

5À proposer une vue d’ensemble, il semble bien que des premières décennies du xixe siècle aux années précédant le premier conflit mondial les représentations évoluent sensiblement, les angoisses relatives à l’enfance errante laissant progressivement la place, à partir des années 1870, au danger social que représente la délinquance juvénile, celle des adolescents et jeunes adultes. Ce changement est attendu : il recoupe les politiques d’encadrement des jeunes – progrès de la scolarisation de l’enfance – et les discours, de plus en plus nombreux dans les dernières décennies du xixe siècle, sur l’âge inquiétant de l’adolescence dont le côté rebelle se forge justement à partir des violences et délits commis dans les grandes villes.

1.1. L’enfance errante et le gamin de Paris

  • 6 Catherine Duprat, Usage et pratiques de la philanthropie. Pauvreté, action sociale et lien social à (...)

6À suivre Catherine Duprat6, les inquiétudes relatives à l’enfance vagabonde naîtraient au milieu des années 1830, quand les gouvernants de la monarchie de Juillet commencent à oublier les journées révolutionnaires de 1830 qui les ont portés au pouvoir. La loi du 28 avril 1832 modifiant l’article 271 du Code pénal dans le sens d’une sanction effective du vagabondage des mineurs, la construction de prisons pour jeunes détenus (Madelonnettes, puis la Roquette), comme les nombreux récits de correctionnelle donnés par la Gazette des tribunaux constituent autant de témoins d’une plus grande sensibilité à la délinquance des mineurs. La crainte des journées populaires, alimentée par quelques émeutes et attentats, conduit à assimiler classes laborieuses et classes dangereuses, thème, souvent repris, de l’ouvrage publié par Frégier en 1840. Or au sein de ce peuple suspect dont il s’efforce de décrire et mesurer la partie « vicieuse », Frégier fait un large part à l’errance des enfants livrés à la rue. Son chapitre sur les vagabonds est presque entièrement consacré à l’errance des enfants qui, refusant la discipline de l’école, échappant à la surveillance des parents, sont livrés à eux-mêmes. Les réprimandes et corrections des parents, du maître d’atelier achèvent de les intégrer dans une société enfantine marginalisée, « une espèce de corps dont les membres doivent se soutenir mutuellement pour échapper aux recherches des parents et des maîtres d’apprentissage ». Le tableau de leurs activités et conditions de vie sera repris tout au long du siècle. Attirés par le jeu et les spectacles, ils trouvent à s’employer en faisant des corvées aux Halles et sur les marchés, mendient ou vivent de maraude (commettant de petits vols à l’étalage), et logent dans quelque garni (quand ils ont gagné de quoi le payer) ou sous les ponts, dans les bateaux, sous les voitures ou dans les maisons en construction, carrières et fours à plâtre.

7Présentés parfois comme victimes de mauvais traitements (des parents ou des maîtres) ou du sort (les orphelins) mais aussi comme portés par leur infirmité de caractère (« indolent et paresseux »), ces enfants sont aussi fortement attirés par « le bruit, le tumulte, la sédition ». Frégier fait écho à une autre inquiétude des contemporains : le gamin de Paris, qui échappe à la discipline de la famille ou de l’atelier, est aussi le premier à participer aux échauffourées avec les forces de l’ordre, voire à faire le coup de feu lors des émeutes, comme lors des obsèques du général Lamarque en 1832, à lire les Mémoires de l’ancien chef de la sûreté Canler. Immortalisé par Gavroche, il symbolise le danger révolutionnaire sans cesse renaissant, de par sa jeunesse même. Thème appelé à une certaine postérité, quand on sait qu’au lendemain de la Commune, le comte d’Haussonville ne se fait pas faute, en évoquant le vagabondage des enfants, de rappeler que plusieurs centaines d’entre eux ont participé, les armes à la main, à l’insurrection.

  • 7 Gazette des tribunaux, 11 octobre 1837.
  • 8 Ibidem, 27 février 1828.

8Maraudeur, vagabond, se heurtant souvent aux représentants de l’autorité, ce portrait du gamin de Paris se retrouve dans les chroniques de la Gazette des tribunaux qui met naturellement l’accent sur la face sombre du personnage, même si le journal rapporte, en écho au vaudeville de Bayard, une « bonne action » de deux gamins sauvant un enfant tombé à la Seine l’été 1837 et récompensés par le Préfet de police sous la forme de livrets de Caisse d’épargne. Mais la tonalité générale est donnée, la même année, par une chronique qui, à partir du récit d’un enfant de dix ans trouvé dans la rue et refusant de rentrer chez ses parents, invente toute une série d’histoires et de fausses adresses (dix-sept au total), parce « qu’il aime à être promené en voiture, et à prendre pour dupes les beaux Messieurs ». Pour le journal judiciaire, l’enfant des rues de la capitale « présente trop souvent un assemblage de dépravation, de vivaces et de coupables dispositions… quel déplorable tableau ne présentent pas chaque jour ces audiences, où, sur l’ignoble banc correctionnel, viennent se succéder des troupeaux d’enfants, tous coupables de délits, souvent de crimes, devant les combinaisons desquels il semblerait que leur imagination eût dû faiblir et demeurer impuissante »7. Nombreux sont en effet les comptes-rendus d’audience correctionnelle à mettre en scène ses exploits en matière de délinquance, et cela dès la fin de la Restauration. Le journal met en particulier l’accent sur les bandes d’enfants, pillant les épiceries puis commettant parfois des vols plus élaborés, et organisées sur le modèle des bandes criminelles adultes que la politique répressive des années 1830-1840 conduit par fournées de dizaines de membres devant les assises. Se présente ainsi à l’audience correctionnelle du 26 février 1828 « Une bande de petits voleurs, composée d’un capitaine âgé de dix ans, qui se faisait nommer Cartouche, d’un lieutenant âgé de treize ans, et de cinq brigands âgés de neuf à onze ans »8. La représentation est la même à la fin de la monarchie de Juillet, une chronique du 16 février 1846 décrivant le banc des prévenus comme

[…] littéralement encombré par une bande au grand complet, de sept maraudeurs déterminés, dont le capitaine, Clément Boulanger dit Pépère, compte 15 ans à peine, et Gendron dit Domino, la dernière recrue, 8 ans au plus. Ces mauvais petits sujets s’étaient organisés avec un concert désespérant pour déclarer la guerre aux devantures de boutiques du quartier du Pont-aux-Choux, dont ils étaient véritablement devenus la terreur. Tous les jours de la semaine, ils vaquaient un peu forcément à leurs travaux divers d’atelier. Mais le dimanche, jour de repos pour tant d’autres, devenait pour eux, au contraire, un jour d’occupations très actives ; ils se réunissaient dans une certaine impasse qui leur servait de quartier-général.

  • 9 Ibid., 17 février 1846.

Le capitaine y recevait les rapports de ses lieutenans et simples soldats, qui lui soumettaient le résultat de leurs observations de toute la semaine : le plan d’attaque était proposé, débattu, voté, le mot d’ordre donné, les rôles distribués, et le lieu de ralliement indiqué pour opérer une sûre retraite en cas de disgrâce, ou pour se partager loyalement le butin. Les sept polissons s’éparpillaient dans les rues adjacentes et faisaient main basse sur toutes les poires, les pommes, les oranges, les fruits secs de toute nature et les bouteilles de ratafia qui avaient le tort de se confier à la bonne foi publique9.

9Forçant le trait (« escouade », « bande terrible »), interprétant la sociabilité enfantine et ses pratiques ludiques (les enfants jouent aux militaires) comme autant de signes d’une association de malfaiteurs sur le modèle des bandes adultes, le journal semble hésiter entre le désir d’amuser ses lecteurs (en empruntant beaucoup à la mode des physiologies) et celui de mettre en garde contre le vagabondage des enfants susceptible de déboucher, au-delà d’une maraude plus ou moins tolérée, sur l’entrée dans le monde des voleurs professionnels.

  • 10 Ibid., 2-3 janvier 1868 : « Le voleur est comme la valeur, souvent il n’attend pas le nombre des an (...)

10On retrouve encore la même présentation sous le Second Empire10, mais à la fin du xixe siècle les bandes criminelles dont la Gazette des tribunaux évoque les exploits sont essentiellement composées de jeunes et non d’enfants.

1.2. Une jeunesse rebelle et violente ? Les Apaches

11Si les enfants sont toujours présents, c’est surtout pour souligner la « précocité » dans le crime, car désormais la vision des jeunes est entièrement négative comme le symbolise bien la figure de l’Apache à la Belle Époque. De plus en plus nombreux et violents, les jeunes sont à l’avant-garde de l’armée du crime.

  • 11 Henri Joly, L’Enfance coupable, Paris, V. Lecoffre, 1904, p. 1-2, 5 et 18.
  • 12 Alfred Fouillee, « Les jeunes criminels, l'École et la Presse », in Revue des Deux Mondes, 139e vol (...)
  • 13 Max Cacaud, L’Enfance coupable, thèse de doctorat, Droit, Poitiers, La Roche-sur-Yon, Ivonnet, 1910 (...)
  • 14 Louis Albanel, Le crime dans la famille, Paris, J. Rueff, 1900, p. 224.

12Tous ceux qui se penchent alors sur « l’enfance coupable », criminologues, auteurs de thèses de droit ou magistrats lors des discours de rentrée se disent effrayés par la forte croissance de la criminalité juvénile, en tirant argument des chiffres donnés par la statistique criminelle. Henri Joly, dans l’Enfance coupable, note que le nombre des prévenus s’est considérablement accru de 1869 à 1895, chez les mineurs de 16 ans et plus encore chez ceux de 16 à 21 ans, et s’il y a une baisse depuis 1895 c’est surtout dû « à une diminution systématique des poursuites », donc à un artifice administratif11. Les plus conservateurs n’hésitent pas à manipuler les chiffres. Alfred Fouillée dénonçant le rôle de l’école et de la presse dans la progression du crime, n’hésite pas écrire que « le progrès de la criminalité juvénile s’est accéléré pendant la période même où l’instruction devenue obligatoire se répandait dans le peuple », en citant le quadruplement de la criminalité des jeunes de 16 à 21 ans de 1826 à 1880, ajoutant qu’aujourd’hui – 1897 – « la criminalité de l’enfance dépasse presque du double celle des adultes » et qu’à Paris « plus de la moitié des individus arrêtés ont moins de vingt et un ans et presque tous ont commis des fautes graves », alors que les chiffres publiés par la Préfecture de police lui apportent un démenti formel12. Pour Max Cacaud, auteur d’une thèse de droit, « La criminalité juvénile augmente de jour en jour. L’armée du crime qui, autrefois, se composait d’adultes, d’hommes faits, tend, de plus en plus, à se recruter parmi des enfants. Les faits divers des journaux suffisent à nous en convaincre ; leurs colonnes enregistrent journellement des vols, des attaques à main armée exécutés par des bandits de quatorze à dix-huit ans »13. Même Louis Albanel, magistrat qui porte un regard lucide sur les mineurs sur lesquels il informe, parle de « la marée montante de la criminalité juvénile »14

  • 15 Henri Joly, « Jeunes criminels parisiens », in Archives de l'anthropologie criminelle, tome V, 1890 (...)

13De plus en plus nombreux sur les bancs de la correctionnelle comme sur ceux des assises, et plus encore dans les faits-divers de la grande presse, ces jeunes délinquants sont décrits comme de plus en plus violents. Il ne s’agit plus alors, en cette fin de siècle, d’évoquer les bagarres traditionnelles entre jeunes de métiers différents ou de « quartiers » voisins, dont on retrouve de nombreux échos dans la Gazette des tribunaux jusqu’au Second Empire. On met désormais en avant les assassinats commis par les mineurs, comme le fait Henri Joly dans son article sur les « jeunes criminels parisiens »15, évoquant ceux qui ont comparu aux assises en 1889. L’analyse insiste sur une violence froide, presque calculée, en tout cas intégrée dans la pratique du vol, alors que les auteurs de ces crimes sont loin d’être des marginaux. Il associe cette violence au milieu des souteneurs :

  • 16 Ibid., p. 166.

Les plus jeunes, à peine entrés dans la corporation, y prennent tout aussitôt ce caractère bestial qui ne les fait reculer devant rien ; ils sont en disposition permanente de commettre un meurtre pour un mot, pour une fantaisie, pour une gageure, à plus forte raison pour un vol, pour un vol de quelques francs. D’où cela vient-il ? De ce que le mépris de la personne humaine tue tout espèce de pitié ?… est-ce aussi parce que les souteneurs, ne cherchant que l’oisiveté, l’argent et l’ivresse grossière, mélangent indifféremment les deux modes de prostitution et qu’ils acquièrent alors très vite cette irritabilité liée à toute habitude contre nature ?…16

14La stigmatisation de ce milieu emprunte beaucoup aux mémoires et témoignages des policiers qui voient dans les souteneurs, particulièrement les plus jeunes, la pépinière du crime.

  • 17 Nathalie Brissard, Presse judiciaire et bandes délinquantes urbaines : le regard de la Gazette des (...)
  • 18 Cf. les textes souvent cités du Dr Lejeune (Faut-il fouetter les "apaches" ? La criminalité dans le (...)

15On retrouve cette violence dans les bandes délinquantes et dans la figure de l’Apache qui tendent à se confondre dans les représentations données par la presse. Les premières, telles qu’elles sont décrites par la Gazette des tribunaux17, réunissent surtout des jeunes sans travail, vivant de vol et de prostitution, et sont loin des vastes associations de voleurs que le même journal décrivait dans le premier xixe siècle. Composées de 3 à 5 membres, non permanentes, constituées pour « faire un coup », elles ne participent guère d’une forme de sociabilité juvénile, mais plutôt d’une volonté d’enrichissement individuel, en n’hésitant pas à faire usage des armes (couteau, revolver) pour garantir la sécurité de ses membres lors du vol. Les querelles à l’occasion du partage du butin ou du contrôle des filles, pour le contrôle de territoires (le quartier) alimentent la chronique des journaux en bagarres et meurtres, et dessinent la représentation bien connue de l’Apache : au-delà de la vogue du terme qui finit par désigner presque tous les délinquants dans les premières années du xxe siècle, particulièrement dans les grandes villes dont d’abord la capitale, les contemporains perçoivent surtout, via les médias, le danger d’une jeunesse rebelle, violente, criminalisée18

1.3. Perception des facteurs de la délinquance

  • 19 Cat. Nilan, « Hapless innocence and precocius perversity in the courtoom melodrama : representation (...)

16Toutefois, si l’on passe ainsi de l’enfant vagabond et maraudeur, gardant encore une part d’innocence19, autant victime que coupable, à l’Apache, jeune voyou « lâche et cruel » pour reprendre le stéréotype connu, les observateurs contemporains qui s’efforcent de comprendre la dérive des mineurs vers la délinquance, énumèrent des facteurs qui ne se modifient guère au cours de la période considérée.

  • 20 H.-A. Fregier, Des classes dangereuses de la population dans les grandes villes et des moyens de le (...)

17Au premier rang, surtout pour les plus jeunes mineurs, ce sont les dangers de la rue. De ce point de vue, rien ne semble avoir changé depuis Frégier évoquant « l’enfant livré à lui-même sur le pavé de Paris »20. À la fin du siècle, dans un rapport du Comité de défense des enfants traduits en justice, Vincent, sous-directeur honoraire au ministère de l’Intérieur, reprend le thème et file la métaphore de la ville pathologique :

  • 21 Archives de la Préfecture de police de Paris, DB/76.

Un très grand nombre d’enfants, dans toute la France et notamment à Paris, ne reçoivent d’autre éducation que celle de la rue. Ils s’y trouvent exposés à tous les dangers de la contamination ; car les germes de corruption morale pullulent dans ce milieu et s’y propagent aussi activement que les microbes des maladies contagieuses dans nos égouts…21.

  • 22 Marie-François Goron, Les mémoires de M. Goron, ancien chef de la Sûreté, Paris, Flammarion, 1897, (...)
  • 23 Dr. Lejeune, Faut-il fouetter les "apaches"…, p. 18.

18Dans ses Mémoires, Goron, décrivant une bande de jeunes voyous assassins retrouve le stéréotype du « gamin vicieux qui pousse comme un champignon empoisonné sur l’asphalte parisien », ajoutant que « parmi cette foule de jeunes criminels qui semblent aujourd'hui le plus grand danger pour la société, il en est certains qui ont grandi sur le pavé des vieilles rues comme des louveteaux auxquels leurs parents n'ont appris que la chasse »22. Pour le Dr Lejeune fustigeant les Apaches, « le tableau a été fait cent fois de la déchéance inévitable qui guette les enfants dont le trottoir est l’école et le ruisseau le lieu d’amusement »23, poursuivant en montrant comment avec l’âge, l’enfant s’initie – via la sociabilité juvénile et la contamination des plus âgés – au crime, les « bandits en herbe » faisant de la rue leur quartier général.

  • 24 Joly, L’Enfance coupable…, p. 42.
  • 25 Albanel, Le crime dans la famille…, p. 27 et 35.

19Si les enfants sont ainsi laissés à la séduction et aux dangers de la rue, l’explication est simple : ils ne sont pas surveillés par leurs parents et la grande responsable de la délinquance juvénile est la désorganisation des familles populaires, continuellement dénoncée. Entendons par là les ruptures de familles (décès, divorces), les remariages, le concubinage, les naissances illégitimes, que les enquêteurs mettent en chiffres pour atteindre la racine du mal. Henri Joly en présente la synthèse dans l’Enfance coupable, en prenant les études réalisées sur les dossiers de pupilles des patronages parisiens ou les jeunes placés en maison de correction, ce qui, laissant de côté tous les enfants remis aux parents après une arrestation, permet à bon compte d’affirmer que « c’est bien la défaillance de la famille qui est la cause de la criminalité chez la plupart des enfants »24. Louis Albanel analyse longuement ces dossiers de mineurs de ce point de vue, en consacrant toute sa première partie aux familles pour constater que « plus de la moitié, avaient donc été désorganisées par la mort, le divorce, l’abandon ou n’avaient pas été constituées », ce qui pour lui, même s’il est plus nuancé par ailleurs, est un « facteur certain de la criminalité de l’enfance »25

  • 26 Adolphe Guillot, Observations pratiques au sujet des enfants traduits en justice, Paris, Alcan, Lév (...)
  • 27 Goron, Les mémoires de M. Goron…, p. 404-427 [affaire Berland et Doré].
  • 28 René Faralicq, Le mineur abandonné, vicieux ou coupable, thèse de doctorat, Droit, Paris, Impr. Mau (...)

20Ces désordres familiaux sont, tous les témoignages convergents, le fait des classes populaires. La misère est alors, directement ou non, estimée responsable, au moins pour une part, de la délinquance des jeunes. Adolphe Guillot constate que les enfants que la police lui amène « sont souvent presque nus, sans chemise, sans chaussure ; on voit apparaître, à travers les vastes déchirures de la veste et du pantalon la peau gercée de tous ces enfants »26. Effet du vagabondage ? Pas seulement. Car les policiers pénétrant dans les logements de jeunes criminels pour les arrêter, pourtant habitués à la condition populaire, sont parfois horrifiés par l’exiguïté, la précarité et l’insalubrité des logements27. Il est significatif que presque tous les ouvrages sur la délinquance des mineurs que nous avons évoqués, de Frégier à l’article de Paul Matter sur les Apaches, fassent l’énumération des quartiers les plus miséreux, en particulier, à la fin du xixe siècle, les cités où même les policiers craignent de s’aventurer. C’est le cas, par exemple, de la thèse de droit de René Faralicq sur le « mineur abandonné vicieux ou coupable » dont le chapitre sur l’insalubrité fait le tour des arrondissements périphériques (qui « renferment des voies lépreuses, des cités cachées où le vice se conserve et se perpétue, comme dans les trous des vieux murs, les nids de vipères »), de la Cité Jeanne d’Arc dans le 13e arrondissement, de celle des Bleuets dans le 11e et des rues voisines des Halles, où les garnis mal famés sont les repaires du crime : « Tous nos jeunes malfaiteurs, auteurs de vols qualifiés, de vols à l’étalage, avec la complicité des filles de mauvaise vie, demeurent dans des hôtels semblables. C’est partout la même chambre sale, triste et insalubre. »28.

  • 29 Henri Joly, La France criminelle, Paris, Cerf et fils, 1889, p. 218.

21Louis Albanel, grâce aux informations recueillies sur la condition des mineurs dont il instruit le dossier montre bien également, qu’hors les cas de misère, la plupart des parents concernés sont de condition modeste, ne pouvant faire face aux charges qu’à condition de travailler tous les deux. C’est une autre source de délinquance qui est ici avancée tout au long du siècle : contraints de laisser leurs enfants sans surveillance, ces derniers sont alors laissés à la rue, et perdent l’habitude de la discipline. De même le déclin de l’apprentissage, le développement du travail en atelier et usine dont la discipline est mal supportée par les plus jeunes, sont perçus comme une autre cause du vagabondage des mineurs. Pour Henri Joly, il en résulte l’instabilité dans le travail débouchant au final sur l’oisiveté et le crime : « Ainsi cet oubli de l’apprentissage dans les grandes villes multiplie le nombre des adolescents destinés à être tour à tour des artisans de petits métiers faciles et intermittents, puis des camelots, puis des vagabonds, puis des souteneurs, puis des habitués de police correctionnelle »29. Plus généralement, les élites conservatrices mettent confusément en accusation le développement d’une société industrielle, de consommation, avec de nouvelles valeurs reposant sur la mobilité sociale et géographique des populations, facteur d’instabilité et de déviance. Les valeurs traditionnelles fondées sur l’autorité sont battues en brèche par le progrès des idées démocratiques issues de la Révolution et de l’évolution sociale. Henri Joly comme Alfred Fouillée ne sont pas loin de voir dans le progrès de la délinquance des mineurs le résultat de la « chimère de l’égalité » répandue dans les classes populaires et d’une éducation sans morale. Adolphe Guillot relie le déclin de l’autorité paternelle à cette évolution :

  • 30 Adolphe Guillot, Paris qui souffre. Les prisons de Paris et les prisonniers, Paris, E. Dentu, 1889, (...)

C’est par milliers que se comptent dans Paris les familles, si l’on peut les appeler ainsi, où l’autorité paternelle s’est frappée elle-même de déchéance : dans ces foyers pestilentiels se développent les instincts mauvais, la farouche envie de ce qui est en bas contre ce qui est en haut, l’esprit de révolte, les haines antisociales, le mépris de toute loi, de toute règle, de toute morale, les appétits féroces, les ambitions avides, et c’est de là, qu’à une époque où on a renversé ce qui pouvait fortifier la moralité avec la misère, partent chaque jour pour les luttes de l’existence, ces légions qui vont grossir l’armée du crime, et remplir jusqu’aux combles nos prisons trop étroites30.

  • 31 Sondage à partir de notre Bibliographie de l’histoire de la justice française (1789-2008), http :// (...)

22Ce type de discours montre que les révolutions du xixe siècle – de 1830 à la Commune -sont pour beaucoup dans la peur qu’inspire la déviance des mineurs, par-delà le changement de classe d’âge suscitant l’inquiétude. Plus généralement, il faudrait suivre dans une chronologie fine ces représentations de l’enfance coupable du premier xixe siècle, puis de la délinquance juvénile qui en prend la suite à partir des années 1880. Les périodes d’insécurité, où le crime fait peur, sont aussi révélatrices d’angoisses plus profondes. À cet égard, la défaite de 1870 et la Commune, comme la crise économique de la fin du xixe siècle et le déclin relatif de la France en Europe ont pu renforcer la sensibilité à l’égard du problème de la jeunesse et de sa délinquance, alors que jusqu’à la fin du Second Empire d’autres phénomènes de société (comme l’arrivée massive de provinciaux dans la capitale) étaient davantage associés aux désordres urbains et au crime. Il est significatif de constater que les ouvrages et articles31 consacrés spécifiquement à la délinquance des mineurs n’apparaissent qu’à partir du milieu des années 1870. Quoi qu’il en soit de ces hypothèses qui demandent à être vérifiées, il est certain que les représentations dont on vient de retracer l’évolution sommaire ont suscité l’intérêt pour les chiffres de la délinquance des mineurs – on a vu qu’ils étaient souvent cités – tout en contribuant fortement à leur construction, ce qui n’est pas sans créer beaucoup de difficultés à l’historien qui cherche à prendre la mesure de cette délinquance.

2. Violence, jeunesse et migrations à La Belle Époque

23Ce n’est pas un hasard si les études sur la criminalité parisienne font cruellement défaut au regard des travaux majeurs consacrés aux représentations de celle-ci, analysées au travers du prisme des médias (presse et littérature). Lacunes et discontinuités des sources découragent le chercheur, en particulier pour ce qui est de la source majeure des archives judiciaires : jugements et dossiers de procédure du tribunal de la Seine ont été perdus pour la période antérieure à 1870 et même après cette date, la conservation des procédures criminelles et correctionnelles a souffert de tris drastiques qui ne donnent pas une garantie de représentativité à la documentation conservée. Il est ainsi pratiquement impossible d’approcher les carrières criminelles ou le milieu social des Apaches condamnés dans la capitale dans les années 1900 faute de conservation de leurs dossiers judiciaires. Les dossiers de police correspondant sont également très rares et insuffisants pour une telle étude. Force est de se contenter, si l’on ne veut pas en rester à quelques mémoires ou aux portraits à charge dressés dans les chroniques de faits divers de la grande presse, d’une documentation statistique d’origine policière (la statistique des arrestations élaborée dans les bureaux de la Préfecture de police de Paris) ou de sondages dans les jugements correctionnels ou les registres de récidives, relativement pauvres en informations concrètes sur le parcours de ces jeunes.

  • 32 Les jeunes filles sont exclues de cette étude portant sur la violence : leur nombre dans les statis (...)

24De plus, ces statistiques ne sont évidemment pas neutres et leurs cadres et contenus traduisent des politiques et des pratiques policières et pénales qui ont évolué au cours du xixe siècle. Ainsi l’intérêt porté à une enfance estimée victime autant que coupable a conduit, à partir des années 1880, une partie des magistrats parisiens à éviter la sanction de la maison de correction dont on a pris conscience qu’elle est plus une école du crime qu’un instrument de réinsertion sociale. Ces magistrats, actifs au sein de Comités de défense des enfants traduits en justice, ont privilégié la remise aux parents du mineur arrêté ou un placement en assistance. Cette politique explique la forte diminution des mineurs de 16 ans condamnés et les commissaires de police, anticipant la pratique des magistrats, font de même en évitant d’incarcérer au Dépôt les enfants arrêtés lors des rafles. C’est pourquoi, dans l’analyse qui suit, on écartera les données relatives à l’enfance pour se limiter à celles portant sur la jeunesse, en considérant donc les jeunes hommes32 mineurs âgés de 16 à 21 ans. Il s’agit donc d’une « catégorie pénale » (mineurs de 21 ans moins ceux n’ayant pas atteint 16 ans) dont on peut discuter les limites pour ce qui est d’une définition de la « jeunesse », qui reste assez floue aux yeux des contemporains, si l’on considère que les « jeunes vauriens » stigmatisés dans Le Matin ou le Petit Journal de cette époque ont parfois dépassé 21 ans et vivent en ménage. Mais pour nous il importe avant tout de pouvoir utiliser les données statistiques telles qu’elles se présentent dans les archives.

  • 33 Archives de la préfecture de police de Paris, DB/473. Ces tableaux sont partiellement publiés dans (...)
  • 34 Ces tableaux statistiques indiquent bien le nombre d’individus conduits au Dépôt et non le chiffre (...)

25Or il se trouve que cette catégorie des 16-21 ans permet de distinguer ces jeunes dans la source policière des arrestations que nous allons utiliser maintenant. De 1894 à 1919, des tableaux des arrestations33 opérées dans la Seine relèvent le nombre d’individus arrêtés par motifs (proches de la qualification pénale mais pas tout à fait) et pour chaque motif les individus arrêtés sont ventilés par catégorie d’âges (au-dessous de 16 ans, de 16 ans à 21 ans, de 21 à 30 ans, de 31 à 40 ans, de 41 à 50 ans, de 51 à 60 ans, de 61 à 80 ans et de 81 ans et au-dessus), et à l’intérieur de chaque catégorie par sexe, et pour les hommes comme pour les femmes, la répartition ultime est faite selon le lieu de naissance (Seine, Province, Étranger). On sait donc ainsi qu’au cours de l’année 1901 les jeunes hommes âgés de 16 à 21 ans arrêtés comme auteurs de « coups et blessures » sont au nombre de 371, dont 185 nés à Paris, 174 en province et 12 originaires de l’étranger. Cette même année, 1215 hommes ont été arrêtés pour ce même motif sur un nombre total de 25127 conduits au Dépôt34 de la Préfecture de police de Paris.

26Au vu des chiffres cités on peut essayer de prendre la mesure de la violence juvénile verbalisée par la police parisienne, même si, bien sûr, cette violence constatée ne reflète qu’une partie des comportements répréhensibles en la matière : les gardiens de la paix viennent après le début des rixes, appréhendent sur plaintes des victimes et peuvent être instrumentalisés dans ces conflits interindividuels par l’une ou l’autre des parties qui le plus souvent préfèrent d’ailleurs régler leurs comptes en dehors de la police ! En gardant à l’esprit ces biais, l’indice de l’arrestation dont nous disposons permet cependant de nuancer les réponses que les contemporains donnent aux questions posées à longueur de colonnes de la grande presse sur une jeunesse parisienne de plus en plus violente, tant par le nombre que par la gravité des agressions commises. Au fil des articles et ouvrages publiés, trois constats finissent par se confondre : la violence est le fait des jeunes, les jeunes sont de plus en plus violents, et leur violence débouche de plus en plus sur l’homicide, prémédité voire même gratuit. Plus discrètement, on ajoute parfois que cette violence est renouvelée périodiquement par l’arrivée dans la grande cité de jeunes ruraux ou étrangers, conservant les habitudes « brutales » de leur région d’origine.

2.1. La violence, un comportement de jeunes ?

27Constat d’évidence pour les contemporains, comme pour les criminologues qui ont depuis longtemps mis en valeur le fait que la majorité des crimes et délits sont commis par des jeunes et jeunes adultes. De fait, à considérer l’ensemble de la période 1894-1914, les arrestations pour coups et blessures, attaques nocturnes, meurtres et assassinats, viols et attentats à la pudeur concernent au premier chef la tranche d’âge 16-20 ans qui vient au second rang, précédée par celle des 21-30 ans.

Figure 1 : Répartition par âge des hommes arrêtés dans la Seine pendant la période 1894-1914 (en %)

Figure 1 : Répartition par âge des hommes arrêtés dans la Seine pendant la période 1894-1914 (en %)

Source : Paris, Archives de la préfecture de police, DB/473

28La différence d’étendue entre les deux classes d’âge (5 ans dans un cas, 10 dans l’autre) suffit à indiquer que c’est bien la jeunesse (les mineurs de justice) qui se place en tête dans le palmarès des arrestations pour violence. D’ailleurs si l’on prend comme exemple l’année 1901, pour comparer avec les données par âge du recensement de population de cette même année, le calcul des taux est éloquent pour les 15-20 ans : avec des taux de 5,2 ‰ pour faits de violence (dans son ensemble) et de 1,1 ‰ pour la violence meurtrière ces jeunes sont deux fois plus arrêtés que les 21-30 ans pour lesquels les chiffres sont respectivement de 2,7 ‰ et 0,4 ‰. Toutefois, ces jeunes mineurs restent cependant minoritaires : moins d’un tiers pour l’ensemble de la violence constatée (31,7 %) et 37,3 % parmi les auteurs suspectés de meurtres et assassinats. Le constat témoigne évidemment d’un profil de délinquance différent entre les grandes catégories d’âge, profil qui se retrouve en d’autres lieux et à d’autres époques, du moins dans un contexte économique, social et culturel similaire, à suivre les conclusions des études de criminologie.

29La question est surtout de savoir si cette part importante des jeunes augmente à la Belle Époque.

Figure 2 : Évolution de la place des jeunes mineurs (16-21 ans) parmi les arrestations pour faits de violence (par année, en %)

Figure 2 : Évolution de la place des jeunes mineurs (16-21 ans) parmi les arrestations pour faits de violence (par année, en %)

Source : Paris, Archives de la préfecture de police, DB/473

30En reprenant les chiffres des arrestations par année, il s’avère que si l’impression des contemporains est justifiée pour les dernières années du xixe siècle, elle ne l’est plus vraiment pour le début du xxe siècle, puisque le pourcentage des mineurs tend à diminuer parmi les personnes arrêtées pour faits de violence. Certes la tendance à la baisse est hésitante et limitée, mais elle est assez nette pour ce qui est de la violence meurtrière, celle-là même qui est justement dénoncée par la presse et qui échappe le moins au contrôle policier. En pleine campagne anti-Apache, si violence il y a, les jeunes tendent de moins en moins, semble-t-il, à y prendre part. En fait, ce sont les jeunes adultes – de 21 à 40 ans – qui prennent de plus en plus de place parmi les arrestations pour ce motif.

2.2. Une jeunesse de plus en plus violente ?

31Cela dit, il est possible et ce n’est pas contradictoire, qu’en plaçant l’observation du côté de la jeunesse, le recours à la violence tende à augmenter, même si c’est dans une proportion moindre que pour les adultes. Autrement dit, on peut se demander si, en même temps que la part des jeunes dans la violence diminue, leur délinquance ne devient pas plus violente. C’est sans doute le regard qu’ont les contemporains qui peuvent avoir l’impression, au vu des chroniques judiciaires, que les jeunes sont de plus en plus souvent condamnés pour coups et blessures ou homicides.

32Tout est affaire de regard et aussi de pondération, car la focalisation sur le thème de la violence ne doit pas faire oublier qu’elle est le fait d’une très petite minorité, comme le montre la répartition des motifs d’arrestation pour l’ensemble de la période considérée.

Figure 3 : Principaux motifs d’arrestations pour la période 1894-1914 (en %)

Figure 3 : Principaux motifs d’arrestations pour la période 1894-1914 (en %)

Source : Paris, Archives de la préfecture de police, DB/473

33Certes, les mineurs de 16-21 sont un peu plus fréquemment arrêtés pour coups et blessures, mais ce motif ne compte que pour 5 % des arrestations (4,5 % pour les adultes). De même, meurtres et assassinats motivent moins de 2 % des arrestations (toujours un peu plus que pour les adultes : 1,2 %). Comme pour l’ensemble de la population, les jeunes sont d’abord conduits au Dépôt pour mendicité, vagabondage et vols, témoignant plus d’une certaine marginalisation sociale, de la misère des couches populaires que d’une « agressivité » contre la société, et même les rébellions sont bien davantage le fait des adultes que des jeunes.

Figure 4 : Part des arrestations pour motifs de violence chez les jeunes parisiens arrêtés (16-21 ans)

Figure 4 : Part des arrestations pour motifs de violence chez les jeunes parisiens arrêtés (16-21 ans)

Source : Paris, Archives de la préfecture de police, DB/473

  • 35 Archives de la préfecture de police de Paris, « Répertoires des assassinats ».

34Mais, pour les mineurs conduits au poste, il est clair que de plus en plus fréquemment le motif relève de comportements violents. Par-delà les variations annuelles, l’accroissement des arrestations pour ce motif se poursuit jusqu’à la fin des années 1900, et paraît plus régulier et continu pour ce qui est de la violence aggravée. Le mouvement s’inverse autour de 1909-1910 et amorce ensuite une tendance à la baisse. Il est difficile d’interpréter ce constat qui peut être lié en partie au reflux relatif des arrestations pour d’autres motifs, bien qu’en chiffres absolus les évolutions recoupent celles des pourcentages indiqués par le graphique. Il témoigne à coup sûr qu’une frange plus importante de jeunes commence à s’intégrer à un milieu délinquant, à ces « chevaliers du surin et du revolver » stigmatisés par la grande presse. Mais ce milieu, au vu de la diminution de la part des jeunes parmi les arrestations pour homicides, semble se recruter davantage, et de plus en plus, parmi les jeunes adultes. Les mémoires de Casque d’Or sont éloquents sur ce point : son premier amant, Le Matelot, est un ouvrier serrurier de 15 ans et ne vole, occasionnellement, que pour combler de cadeaux sa compagne. On ne connaît pas l’âge du second, Bouchon, souteneur qui a cependant trois ans de prison à son actif. Le troisième, Manda, est un « jeune homme » de 23 ans, et le quatrième, Leca, ancien des Bat-d’Af, n’est plus un mineur. Bouchon, probablement mineur quand il a tenté d’assassiner sa « maîtresse » et « marmite », est sans doute représentatif de cette petite frange de jeunes en voie de marginalisation, plus ou moins entrés dans la délinquance et n’hésitant pas à user du couteau ou du revolver pour régler leurs comptes. En ce sens seulement la perception des médias sur une jeunesse plus violente correspond en partie à la réalité. Sans doute est-il possible également que la campagne de presse anti-apache ait incité les autorités et la police parisienne à surveiller davantage ces jeunes marginalisés, d’autant mieux connus des agents qu’ils ont déjà un casier. Cela ne pourrait cependant suffire à expliquer la progression légère des arrestations de jeunes pour homicides dans les statistiques publiées. Il semble même que cette progression se soit amorcée bien avant la fin du xixe siècle si l’on en juge par les registres d’assassinats commis dans le département de la Seine35 qui donnent, pour une partie seulement des auteurs suspectés des informations sur l’âge, la profession et le lieu de naissance. Bien qu’incomplets (lacune des années 1907-1909) ils témoignent d’une forte croissance de la part des mineurs parmi les suspects arrêtés par la police : de 1870 à la première décennie du xxe siècle, la progression est continue et aboutit à un triplement de la part des jeunes (de 13 % dans les années 1870 à 40 % dans les années 1900), constituant avec les jeunes âgés de 21 ans, la moitié des personnes arrêtées pour ce motif. Mais là encore, la suspicion policière a orienté les recherches et, par définition, on ignore si le profil d’âge des auteurs inconnus est le même que celui des présumés assassins arrêtés. Parmi ces derniers, on notera également la part de plus en plus importante des natifs de la Seine, devenus très majoritaires au début du xxe siècle (58 %).

Figure 5 : Profil des suspects d’assassinats commis dans la Seine (en %)

Figure 5 : Profil des suspects d’assassinats commis dans la Seine (en %)

Source : Paris, Archives de la préfecture de police, « Répertoires des assasinats »

2.3. Une violence importée ?

  • 36 Henri Joly, « L’émigration provinciale et les arrestations à Paris », in Revue Encyclopédique, 1898 (...)
  • 37 Gabriel Desert, « Aspects de la criminalité en France et en Normandie, Marginalité, Déviance, Pauvr (...)
  • 38 Céline Regnard-Drouot, Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société (1851-1914)(...)

35Cette forte progression des parisiens d’origine parmi les auteurs suspectés d’assassinat (même si elle est sans doute artificiellement renforcée par la suspicion policière) nuance fortement l’idée, parfois avancée, que les migrants venus de province ou de l’étranger seraient parmi les principaux fauteurs de violence dans la capitale. On aurait ainsi une violence « importée » : alors que la ville civilisée bannit la violence, elle remettrait constamment sur le métier son œuvre de normalisation et de pacification des comportements à la mesure des vagues migratoires qui renouvellent sa population. Il est vrai que les migrations sont souvent mises en avant pour expliquer les chiffres élevés de la délinquance dans la capitale. Dans le débat sur les récidivistes des années 1880, prélude à la mise en place de la relégation devant permettre de les expulser de la métropole (loi de 1885), le séjour de ces « malfaiteurs de profession » venus, au mieux, se faire oublier, le plus souvent exercer leurs activités criminelles dans la foule anonyme et protectrice de la grande ville, sert d’argument majeur. Le criminologue Henri Joly reprend cette idée de la capitale refuge des récidivistes de tout le pays tout en déplorant, comme tous les conservateurs de son époque, les migrations, facteurs de dépeuplement rural et de corruption urbaine. Pour lui, la migration est assimilée à un déracinement : le migrant qui ne réussit pas à s’intégrer, ayant perdu ses repères habituels est en situation d’anomie. Faute de ressources, il glisse inévitablement sur la pente de la délinquance : « …pour un homme sorti de son foyer habituel, il n’y a rien de pire que l’isolement : il abat le courage et il suggère des actes ou d’égoïsme ou de sensualité ou d’abandon, contre la tentation desquels rien ne suffit plus à le prémunir »36. Cette théorie du déracinement, reprise par quelques historiens37, est contestée par d’autres qui font remarquer que, au contraire, les migrants sont susceptibles de conserver en ville pendant un temps plus ou moins long leurs normes d’origine : issus souvent de communautés rurales pauvres où la violence est une norme usuelle de règlement des conflits individuels, ils conservent des habitudes de violence dans leur milieu d’accueil, particulièrement quand ils y constituent des communautés importantes comme à Marseille38.

36Dans les représentations du jeune apache parisien, ce thème de l’influence des migrations est peu repris et, quand il est évoqué, il est très secondaire pour ce qui est de la délinquance juvénile et encore plus en matière de violence. Sans doute trouve-t-on quelques développements parmi ceux qui se préoccupent de la criminalité chez les jeunes. Le Dr J. Grosmolard, étudiant un corpus de jeunes relégués, estime que

  • 39 J. Grosmolard, « Jeunes détenus passibles de la relégation », in Archives de l’anthropologie crimin (...)

L’enfant campagnard semble difficilement se résigner à vivre enfermé dans un appartement étroit, lui habitué à la vie au grand air, à la liberté et au mouvement. Il descend dans la rue, sollicité par la curiosité, poussé par un besoin de mouvement et d’espace. Toutes les séductions l’y attendent. Il s’adapte à merveille au vagabondage urbain ; le voilà gamin parisien, voyou, puis incorporé dans une bande, et enrôlé dans l’armée du crime39.

37De même, lors du débat parlementaire sur l’abolition de la peine de mort en 1908, plusieurs députés font le lien entre l’exode rural et la délinquance. Mais, dans la grande presse, cette relation n’est guère mise en avant. Le journal Le Matin, qui veut se placer à la tête du combat contre « l’armée du crime » se fait fort de proposer une analyse des troupes de l’ennemi. Dans un article de septembre 1907 il distingue ainsi au sein de « la redoutable armée des bandits parisiens » (estimée à 30 000 individus), les uns « autochtones » et les autres « importés » de province ou de l’étranger. Le journal illustre son développement par deux portraits symbolisant à ses yeux les deux éléments :

Figure 6 : Les deux figures du bandit parisien

Figure 6 : Les deux figures du bandit parisien

Source : Le Matin, 22 septembre 1907

38La comparaison est éloquente. L’autochtone, né sur « le pavé de Paris », est jeune et le journal retrace son parcours attendu : vagabondage dans la rue à la prime enfance quand les parents journaliers sont au travail, école communale, école buissonnière, sociabilité des bandes de « moucherons » abonnés au maraudage, apprentissage de la virilité à l’adolescence en rêvant d’imiter les « Terreurs », chefs des bandes apaches. Ces 15 000 apaches sont les maîtres du pavé parisien :

au vu et au su de la police, [ils] vont viennent, insultent les passants, outragent les femmes, déambulent impunément, facilement, reconnaissable, tous, à la tenue presque uniforme qu’ils ont adoptée. Les plus âgés d’entre eux ont de vingt à vingt-deux ans. Passé cet âge, ils disparaissent généralement de la circulation pour des raisons diverses.

39Tout dans ce portrait et l’évocation de la « carrière » de l’apache illustre la stigmatisation des formes de la sociabilité juvénile des quartiers populaires de la capitale via les faits divers criminels.

40À l’évidence, les jeunes sont absents parmi les « importés ». Traits du visage et habits (chapeau, cravate, etc.) désignent des adultes : Correctement vêtus, d’une éducation sociale sensiblement plus élevée que celle de l’apache autochtone, plus âgés aussi, ils ont acquis, au cours de multiples voyages, une expérience dans le crime, qui fait d’eux des êtres particulièrement redoutables. Chassés tour à tour des grandes villes de province, ils sont venus échouer à Paris, où ils savent trouver, en même temps que des compagnons sûrs, une sécurité presque absolue. À cette heure, l’élément marseillais, corse et algérien domine parmi eux. Ce sont pour la plupart de fameux bandits. Souteneurs, cambrioleurs, traitants de chair humaine, ils sont prêts à tous les crimes. Ils ont établi leurs quartiers généraux dans le neuvième arrondissement…

41Si l’on retrouve bien le topo de la ville refuge des récidivistes, le terme d’apache cesse d’être pertinent, du fait que l’on a désormais des adultes, ce qui est d’ailleurs cohérent avec la composition par âges des courants migratoires. S’il est vrai que la capitale accueille depuis longtemps des jeunes provinciaux venus y faire en quelque sorte leur apprentissage (notamment dans le commerce alimentaire), l’émigration de province vers la capitale se fait surtout au lendemain du service militaire et concerne donc non pas tant des mineurs que de jeunes adultes.

42C’est pourquoi la question de l’impact des migrations sur la violence juvénile est difficile à aborder et plus encore à mesurer. Reprenons l’exemple des individus arrêtés pour coups et blessures en 1901 que nous citions pour présenter la source utilisée. Pour savoir si l’immigration est facteur de violence, du moins d’une violence repérée par la police, il faut naturellement comparer avec la population de référence de même âge et sexe, selon les mêmes zones de naissance. Un calcul grossier d’un taux pour les parisiens natifs de la Seine ou les natifs de province par rapport à l’ensemble de la population n’aurait pas de sens, car la composition par âge des Parisiens de naissance est très différente de celle des provinciaux, la place des catégories les plus jeunes étant très représentée parmi les premiers et d’une grande rareté parmi les seconds. Pour le dire autrement, en nous reportant au recensement de population de 1901, la classe d’âge des 15-19 ans compte pour 11,5 % parmi les Parisiens de naissance, mais seulement pour 6,1 % parmi ceux nés en province. Il faut donc faire la comparaison à âge égal, en acceptant ici un décalage d’un an entre la source des recensements de population (15-19 ans) et celle de la Préfecture de police de Paris (15 à 20 ans, 20 ans inclus). Pour cette année 1901, le taux de « coups et blessures » serait donc supérieur pour les jeunes migrants provinciaux (3,2 ‰) à celui des jeunes nés à Paris (2,4 ‰).

43En tenant compte de cette règle de méthode, on peut tenter une analyse plus large en écartant l’anomalie éventuelle de l’année 1901 prise comme exemple et en considérant les cinq années avoisinant ce recensement (1899-1903). Pour l’ensemble des faits de violence, le taux des provinciaux reste supérieur (6 ‰) à celui des natifs de la Seine (4 ‰), le chiffre le plus élevé concernant les jeunes venus de l’étranger (13,7 ‰). Les différences sont plus atténuées et s’inversent même si l’on isole les seuls homicides (1,2 et 1,1‰ respectivement pour les parisiens et les provinciaux d’origine), hormis les natifs de l’étranger qui gardent un taux plus élevé (4 ‰). Fait remarquable, pour la classe d’âge suivante (de 21 à 30 ans), toujours avec l’exception des étrangers qui gardent des taux plus élevés (8,3 et 1,7 ‰ pour l’ensemble de la violence et les seuls homicides), les migrants ont, que la violence soit légère ou aggravée, des taux inférieurs à ces natifs de la capitale (0,3 pour 0,6 ‰ pour les meurtres et assassinats par exemple). En outre, si l’on fait la mesure, dix ans après – sur la période 1909-1913 avec la population de 1911 comme référence-, alors que la violence est en recul, le taux des migrants venus de province est inférieur à celui des Parisiens de naissance qu’il s’agisse de l’ensemble des faits de violence (2, 6‰ contre 2,8 ‰) ou des seuls homicides (0,7 et 0,9 ‰). Compte tenu de la surveillance dont sont l’objet ces migrants, de la facilité qu’ils ont d’être repérés par la police en raison de leur connaissance encore incomplète des lieux et usages de la capitale, on peut conclure à certes une propension plus grande à l’échange de coups parmi les plus jeunes (habitudes « rurales » conservées de régler ainsi les conflits ?), mais il apparaît bien, comme l’indiquait la lecture des registres d’assassinat, que la violence meurtrière est bien moins de leur fait que de celui des jeunes nés dans la Seine.

Figure 7 : Évolution de la part des natifs de province et de l’étranger parmi les arrestations de jeunes (16-21 ans) dans la capitale pour faits de violence (en %)

Figure 7 : Évolution de la part des natifs de province et de l’étranger parmi les arrestations de jeunes (16-21 ans) dans la capitale pour faits de violence (en %)

Source : Paris, Archives de la préfecture de police, DB/473

44En outre, la part des migrants provinciaux parmi les mineurs arrêtés pour faits de violence, stable jusqu’aux années 1900 tend ensuite à reculer sensiblement. Pour écarter le soupçon d’une fluctuation en rapport étroit avec les mouvements migratoires, on peut, à défaut d’un suivi des taux, placer l’observation en considérant l’ensemble des jeunes originaires selon leur zone de naissance, et pour chacune, suivre la part de ceux qui sont arrêtés pour faits de violence.

Figure 8 : Évolution de la part des mineurs (16-21 ans) pour faits de violence dans la capitale selon la zone de naissance des personnes arrêtées pour ce motif (en %)

Figure 8 : Évolution de la part des mineurs (16-21 ans) pour faits de violence dans la capitale selon la zone de naissance des personnes arrêtées pour ce motif (en %)

Source : Paris, Archives de la préfecture de police, DB/473

45Il est clair que, constamment, les jeunes parisiens d’origine ont toujours une propension à la violence plus grande, même si se dessine une faible tendance au recul de cette infraction parmi les arrestations au début du xxe siècle. Les migrants venus de province sont manifestement arrêtés pour d’autres motifs, car leur violence occupe nettement moins de place dans les motifs de leur incarcération au Dépôt. De plus, ce motif décline nettement dans la dernière décennie observée. La tendance est en partie la même pour les jeunes étrangers, dont le profil d’arrestation est toutefois original (importance des infractions liées à leur situation comme celle à arrêté d’expulsion).

  • 40 Cf. la présentation et utilisation de cette source dans notre contribution : « Qui sont les récidiv (...)

46Au total, donc, comme la grande presse le souligne abondamment, le « danger » pour ce qui est de la violence meurtrière, n’est pas tant le migrant que le « jeune voyou » né sur le pavé de la capitale, comme le confirment les sources judiciaires. Ainsi l’analyse du registre des récidivistes de la Seine40 pour l’année 1897 montre qu’en cette fin du xixe siècle, la part des mineurs parmi l’ensemble des condamnés correctionnels pour coups et blessures volontaires est deux fois plus importante chez les natifs de la Seine (29,8 %) que pour les natifs de province et de l’étranger réunis (14,5 %).

47Le profil relativement jeune des auteurs d’actes de violence, constaté dans la plupart des études criminologiques, laissait attendre une telle conclusion. Certes les migrations – de la province vers la capitale – se font également à un âge relativement jeune, mais la part des mineurs de 21 ans, non négligeable, y est toutefois minoritaire par rapport à celle des jeunes adultes qui partent surtout une fois le service militaire effectué. C’est pourquoi les contemporains perçoivent davantage l’impact de « l’exode rural » sur la délinquance en général que sur celle des mineurs et l’envisagent plus en termes de délits de marginalisation sociale (mendicité, vagabondage, larcins) qu’en termes de violence. Par contre, pour cette dernière, ils sont unanimes pour en rendre la jeunesse responsable, particulièrement pour ce qui est de la violence meurtrière. Les jeunes sont à ce point stigmatisés dans la grande presse que le terme Apache finit par s’étendre à l’ensemble des crimes et délits commis dans la capitale et les autres grandes villes. La réalité, telle qu’on peut l’approcher, avec une certaine incertitude, à partir de la source des arrestations, ne recoupe que partiellement ces représentations. Sans doute, parmi les auteurs de faits de violence conduits au Dépôt de la préfecture de police de Paris, les jeunes sont-ils très nombreux, particulièrement ceux natifs de la Seine qui commettent, à proportion, plus de meurtres et assassinats que les jeunes parisiens nés en province. Cependant, au sein de la délinquance juvénile, ceux qui sont arrêtés pour ce motif, sont une très petite minorité. En outre cette minorité, qui tend à s’étoffer depuis les années 1890, s’intègre dans un mouvement général d’augmentation de la violence affectant les classes plus âgées, puisqu’au sein de l’ensemble des incarcérés au Dépôt pour cette raison, la part des mineurs se réduit. Ajoutons qu’à la fin des années 1900, un mouvement sensible de baisse de cette violence constatée par la police s’amorce.

  • 41 Cette hypothèse nuancerait partiellement l’interprétation culturelle classique associant violence e (...)

48Ces constats posent deux questions. La croissance de la violence meurtrière, perceptible surtout parmi les jeunes nés dans la capitale, témoigne sans doute d’une réalité criminelle : celle du développement d’un « milieu » criminel vivant de la prostitution41. Des études sur le proxénétisme seraient nécessaires pour vérifier la place prise par les jeunes souteneurs associés par les médias de l’époque aux « chevaliers du surin et du revolver », notamment à l’occasion des rixes entre bandes rivales. En même temps, les médias étendent cette image à une bonne partie de la jeunesse ouvrière présentée comme hostile à la société, refusant le travail. Et il est vrai également, qu’une partie des jeunes reprend à son compte le modèle apache, comme le note bien le député socialiste Marcel Sembat :

  • 42 Marcel Sembat, Débat parlementaire sur la peine de mort, 1908 (texte téléchargeable, //http://www.c (...)

Il y a un moment dans l'existence du jeune homme, vers seize, dix-sept, dix-huit ans, où il est surtout soucieux de crâner, et de crâner devant les femmes. Instinctivement, il se préoccupe de choisir devant elles le beau rôle. À l’heure actuelle, ce qui résulte de la lecture des feuilletons, c'est que le beau rôle à prendre, c'est le rôle du cambrioleur, le rôle de l'apache, le rôle de l'homme qui n'a pas peur, qui échappe à la police, le rôle de l'outlaw qui est en guerre avec la société ; dans les bouges, on admire celui qui tire son couteau et qui dit : « J'en démolirai bien un ». Le résultat, le voici : un individu passe sur le boulevard, les jeunes polissons se disent entre eux : « Tu ne démoliras pas celui-là », et le lendemain vous lisez dans les journaux : « M. X... a été blessé d'un coup de couteau, sans aucune espèce de raison, par un individu qui en avait fait le pari ou qui avait été défié par ses camarades »42.

  • 43 Robert Muchembled, Une histoire de la violence. De la fin du Moyen Âge à nos jours, Paris, Seuil, 2 (...)

49À travers les représentations invoquant tantôt, chez les conservateurs en particulier, la perte des valeurs morales, la désorganisation des familles au sein de milieux sociaux défavorisés, tantôt la crise de l’adolescence découverte récemment, on sent chez les élites une peur de la jeunesse perçue comme rebelle. Cette représentation revient périodiquement au cours de l’histoire. Robert Muchembled en a retracé récemment43 les étapes sur le long terme en développant la thèse de poussées de violence juvénile étroitement associées aux périodes dans lesquelles les adultes rechignent à faire toute leur place (et à céder leur place !) aux jeunes générations impatientes. La thèse est séduisante et demanderait à être testée pour le moment Apache de la capitale parisienne qu’il conviendrait de replacer alors dans le contexte économique (évolution de la conjoncture), démographique (évolution différentielle des classes d’âge et de la structure de l’emploi), social et culturel.

Notes

1 Voir la synthèse proposée par Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, Éric Pierre (ed.), Enfance et justice au xixe siècle, Paris, P. U. F., 2001. Pour une réflexion sur l’approche historique des rapports jeunesse et violence, sur la longue durée et dans un cadre comparatiste, on se reportera à l’article de Xavier Rousseaux, « Jeunes et violences : pour une histoire de rapports de force... », in Revue d'histoire de l'enfance « irrégulière », n° 9, novembre 2007, p. 127-140.

2 Michelle Perrot, « Dans la France de la Belle Époque, les "Apaches", premières bandes de jeunes », in Les Marginaux et les exclus dans l'histoire, Cahiers Jussieu n° 5, Paris, UGE, 1979, p. 389-407.

3 Frédéric Chauvaud, « Gavroche et ses pairs. Aspects de la violence politique du groupe enfantin en France au xixe siècle », in Cultures et Conflits, n° 4, 1995, p. 21-33.

4 Jean-Jacques Yvorel, « De Delacroix à Poulbot, l'image du gamin de Paris », in Le Temps de l'Histoire, n° 4, 2002, p. 39-72.

5 Voir l’essai, ancien et resté bien isolé, pour l’enfance, de Alain Faure, « Enfance ouvrière, enfance coupable », in Les Révoltes logiques, 1980-1981, n° 13, p. 13-21.

6 Catherine Duprat, Usage et pratiques de la philanthropie. Pauvreté, action sociale et lien social à Paris au cours du premier xixe siècle, Paris, Comité d'histoire de la Sécurité Sociale, 1997, tome II, p. 686-695.

7 Gazette des tribunaux, 11 octobre 1837.

8 Ibidem, 27 février 1828.

9 Ibid., 17 février 1846.

10 Ibid., 2-3 janvier 1868 : « Le voleur est comme la valeur, souvent il n’attend pas le nombre des années. Voici un tout petit bout d’homme, haut comme la botte d’un gendarme, Arthur Voisset ; il n’a que dix ans et demi, et déjà il est le chef d’une bande de maraudeurs, parmi lesquels ont compte un grenadier de 22 ans, Jules Châle et des voltigeurs de 16, 15, 14, 12, 10 et 9 ans. Arthur Voisset, aussi bon administrateur qu’homme d’action, avait compris que, pour faire vivre sa troupe, il fallait trois choses : des vivres, des vêtements et de l’argent de poche ; en conséquence, après avoir étudié les aptitudes de chacun, il avait divisé sa troupe en trois escouades, chacune répondant aux trois nécessités par lui si bien prévues ». Le récit continue en décrivant dans le détail les méthodes d’opérer dans le vol qui témoigneraient également du « génie » organisateur du jeune chef de bande.

11 Henri Joly, L’Enfance coupable, Paris, V. Lecoffre, 1904, p. 1-2, 5 et 18.

12 Alfred Fouillee, « Les jeunes criminels, l'École et la Presse », in Revue des Deux Mondes, 139e vol., LXVIIe année, 4e période, 15 janvier 1897, p. 418.

13 Max Cacaud, L’Enfance coupable, thèse de doctorat, Droit, Poitiers, La Roche-sur-Yon, Ivonnet, 1910, p. 14.

14 Louis Albanel, Le crime dans la famille, Paris, J. Rueff, 1900, p. 224.

15 Henri Joly, « Jeunes criminels parisiens », in Archives de l'anthropologie criminelle, tome V, 1890, p. 117-174, 393-406. Cet article est souvent repris ensuite, notamment par Rollet.

16 Ibid., p. 166.

17 Nathalie Brissard, Presse judiciaire et bandes délinquantes urbaines : le regard de la Gazette des tribunaux (1894-1914), mémoire de maîtrise d’histoire, Paris VII, 1997.

18 Cf. les textes souvent cités du Dr Lejeune (Faut-il fouetter les "apaches" ? La criminalité dans les grandes villes : psycho-physiologie de l'apache ; la pénalité applicable aux apaches, son insuffisance ; les châtiments corporels : avantages et inconvénients ; esquisse de la flagellation pénale dans l'histoire et en législation comparée : les apaches et le fouet, Paris, Libr. du Temple, 1910, 117 p) et de Paul Matter (« Chez les Apaches », in Revue politique et littéraire, série 5, tome 8, n° 1, octobre 1907, p. 626-630). Voir Perrot, « Dans la France de la Belle Époque… », Dominique Kalifa, L'encre et le sang. Récits de crime dans la France de la Belle Époque de 1894 à 1914, Paris, Fayard, 1995, p. 152-161 ; « Les Apaches sont dans la ville », in L'Histoire, n° 168, juillet-août 1993, p. 108-111. L’étude historique la plus complète est celle de C. Bettina Schmidt. Jugendkriminalität und Gesellschaftskrisen. Umbrüche, Denkmodelle und Lösungsstrategien im Frankreich der Dritten Republik (1900-1914), Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2005.

19 Cat. Nilan, « Hapless innocence and precocius perversity in the courtoom melodrama : representations of the child criminal in a Paris legal journal [La Gazette des tribunaux], 1830-1848 », in Journal of family history, 1997, volume 22, n° 3, p. 251-285.

20 H.-A. Fregier, Des classes dangereuses de la population dans les grandes villes et des moyens de les rendre meilleures, Paris, J.-B. Baillière, 1838, tome I, p. 195.

21 Archives de la Préfecture de police de Paris, DB/76.

22 Marie-François Goron, Les mémoires de M. Goron, ancien chef de la Sûreté, Paris, Flammarion, 1897, tome 2, p. 394 et 404.

23 Dr. Lejeune, Faut-il fouetter les "apaches"…, p. 18.

24 Joly, L’Enfance coupable…, p. 42.

25 Albanel, Le crime dans la famille…, p. 27 et 35.

26 Adolphe Guillot, Observations pratiques au sujet des enfants traduits en justice, Paris, Alcan, Lévy, 1890, p. 33.

27 Goron, Les mémoires de M. Goron…, p. 404-427 [affaire Berland et Doré].

28 René Faralicq, Le mineur abandonné, vicieux ou coupable, thèse de doctorat, Droit, Paris, Impr. Maulde, Doumenc et Cie, 1905, p. 90.

29 Henri Joly, La France criminelle, Paris, Cerf et fils, 1889, p. 218.

30 Adolphe Guillot, Paris qui souffre. Les prisons de Paris et les prisonniers, Paris, E. Dentu, 1889, p. 113.

31 Sondage à partir de notre Bibliographie de l’histoire de la justice française (1789-2008), http ://www.criminocorpus.cnrs.fr/.

32 Les jeunes filles sont exclues de cette étude portant sur la violence : leur nombre dans les statistiques est trop faible pour une infraction qu’elles ne commettent que par exception.

33 Archives de la préfecture de police de Paris, DB/473. Ces tableaux sont partiellement publiés dans l’Annuaire statistique de la ville de Paris. C. Bettina Schmidt a utilisé cet Annuaire pour apporter quelques éléments statistiques à son chapitre consacré à la sociologie et au mode de vie des Apaches, mais en privilégiant les données relatives aux atteintes aux biens et, en matière de violence, aux outrages, rébellions et voies de fait à l’encontre des agents (C. Bettina Schmidt. Jugendkriminalität und Gesellschaftskrisen…, p. 299, 307, 331 et 339).

34 Ces tableaux statistiques indiquent bien le nombre d’individus conduits au Dépôt et non le chiffre total des arrestations opérées par les policiers : des mineurs de 16 ans, mais aussi d’autres individus sont par « faveur » (ou à la suite d’erreur constatée) relâchés à l’arrivée au poste ou après décision du commissaire de police.

35 Archives de la préfecture de police de Paris, « Répertoires des assassinats ».

36 Henri Joly, « L’émigration provinciale et les arrestations à Paris », in Revue Encyclopédique, 1898, p. 798.

37 Gabriel Desert, « Aspects de la criminalité en France et en Normandie, Marginalité, Déviance, Pauvreté en France, xive-xixe siècles », in Cahier des Annales de Normandie, n° 13, 1981, p. 221-316.

38 Céline Regnard-Drouot, Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société (1851-1914), Rennes, PUR, 2009, p. 177-207.

39 J. Grosmolard, « Jeunes détenus passibles de la relégation », in Archives de l’anthropologie criminelle, 1900, p. 577.

40 Cf. la présentation et utilisation de cette source dans notre contribution : « Qui sont les récidivistes parisiens au xixe siècle ? », in Françoise Briegel, Michel Porret (ed.), Le criminel endurci. Récidive et récidivistes du Moyen Âge au xxe siècle, Genève, Droz, 2006, p. 187-234

41 Cette hypothèse nuancerait partiellement l’interprétation culturelle classique associant violence et sociabilité juvénile de quartiers (avec ses bandes, ses codes vestimentaires, ses rivalités sanglantes, etc.) telle que la développe pour la Grande-Bretagne Philippe Chassaigne dans sa contribution, en particulier pour la période victorienne finissante, qui recouvre le « moment Apache » parisien. Parler d’économie parallèle, dans ses dimensions présentes dans les grandes cités des deux pays depuis les années 1970 serait sans doute anachronique pour le Paris d’avant 1914 : il n’en reste pas moins que, comme à Marseille, on perçoit assez bien la naissance d’un « milieu criminel » vivant de la prostitution et recrutant en partie parmi les jeunes qualifiés d’Apaches.

42 Marcel Sembat, Débat parlementaire sur la peine de mort, 1908 (texte téléchargeable, //http://www.criminocorpus.cnrs.fr/article108.html)

43 Robert Muchembled, Une histoire de la violence. De la fin du Moyen Âge à nos jours, Paris, Seuil, 2008, 498 p.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Répartition par âge des hommes arrêtés dans la Seine pendant la période 1894-1914 (en %)
Légende Source : Paris, Archives de la préfecture de police, DB/473
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/927/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 2 : Évolution de la place des jeunes mineurs (16-21 ans) parmi les arrestations pour faits de violence (par année, en %)
Légende Source : Paris, Archives de la préfecture de police, DB/473
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/927/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 3 : Principaux motifs d’arrestations pour la période 1894-1914 (en %)
Légende Source : Paris, Archives de la préfecture de police, DB/473
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/927/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 4 : Part des arrestations pour motifs de violence chez les jeunes parisiens arrêtés (16-21 ans)
Légende Source : Paris, Archives de la préfecture de police, DB/473
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/927/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 5 : Profil des suspects d’assassinats commis dans la Seine (en %)
Légende Source : Paris, Archives de la préfecture de police, « Répertoires des assasinats »
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/927/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 6 : Les deux figures du bandit parisien
Légende Source : Le Matin, 22 septembre 1907
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/927/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 7 : Évolution de la part des natifs de province et de l’étranger parmi les arrestations de jeunes (16-21 ans) dans la capitale pour faits de violence (en %)
Légende Source : Paris, Archives de la préfecture de police, DB/473
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/927/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 8 : Évolution de la part des mineurs (16-21 ans) pour faits de violence dans la capitale selon la zone de naissance des personnes arrêtées pour ce motif (en %)
Légende Source : Paris, Archives de la préfecture de police, DB/473
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/927/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 185k

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540