Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Violences juvéniles urbaines en Europe

 | 
Xavier De Weirt
, 
Xavier Rousseaux

Introduction

Violences juvéniles urbaines : entre masculinités, mobilités et médiatisations

Xavier De Weirt et Xavier Rousseaux

Texte intégral

1Depuis une dizaine d’années, la question de la « jeunesse violente » mobilise une littérature savante importante, particulièrement nord-américaine. Celle-ci correspond à une demande croissante de l’opinion publique, particulièrement sensible à certains évènements par ailleurs très médiatisés.

  • 1 James Gabarino, Lost Boys : Why Our Sons Turn Violent and How We Can Save Them, Bantam Doubleday, (...)
  • 2 Bernard Schissel, Blaming Children : Youth Crime, Moral Panics and the Politics of Hate, Fernwood, (...)
  • 3 Sur la question des conditions d’émergence des paniques morales, en particulier la délinquance juv (...)

2Si des titres au programme « pragmatique » comme « Lost Boys : Why Our Sons Turn Violent and How We Can Save Them »1 évoquent immédiatement une dimension émotionnelle et morale du phénomène, d’autres prennent cependant une position très critique en évoquant le processus de stigmatisation de la délinquance juvénile, comme par exemple « Blaming Children : Youth Crime, Moral Panics and the Politics of Hate »2. En d’autres mots, si certains essayent de comprendre pourquoi les jeunes d’aujourd’hui se rendent coupables d’actes extrêmement violents, d’autres tirent la sonnette d’alarme face à une lecture trop sensationnaliste des évènements et mettent en avant leurs logiques de diffusion, lesquelles passeraient nécessairement par une collusion entre mondes politique et médiatique. Ces titres illustrent les deux principales perceptions du phénomène généralement défendues par le monde académique3.

3De nos jours, dans un souci de réponse sociale rapide et efficiente, pédagogues, psychologues, sociologues, anthropologues, criminologues proposent leurs idées face à un phénomène ici aussi présenté comme unifié, universel, mais une lecture attentive des débats oblige à constater immédiatement combien les analyses et les stratégies de réaction proposées reposent sur des « comportements factuels ». Quelques phénomènes, médiatiquement présentés comme « nouveaux » et menaçants, soutiennent l’investigation scientifique : les fusillades dans les établissements scolaires et universitaires et l’expansion du « gun crime » ; la violence scolaire (harcèlement, bullying, racket) ; la violence familiale ; les enfants « indisciplinés » ; la violence collective des gangs et, dans une moindre mesure, le suicide juvénile.

  • 4 Gérard Mauger, La sociologie de la délinquance juvénile, Paris, La Découverte, 2009.
  • 5 Jean-Claude Chamboredon, « La délinquance juvénile, essai de construction d’objet », in Revue fran (...)

4Or, d’une part ces actes sont localisés dans certaines sociétés spécifiques par leur rapport à la violence (les États-Unis par exemple), d’autre part, de nombreux chercheurs de terrain (anthropologues et sociologues dans la rue, les banlieues, les quartiers, criminologues dans les dossiers policiers et judiciaires) constatent la discordance entre l’évaluation quantitative des situations et les figures exceptionnelles médiatisées4. Ceci ne veut pas dire que l’exceptionnalité des comportements détectés ne soit pas centrale pour la compréhension de l’évolution sociale de la jeunesse, mais nombreux sont ceux qui confondent exceptionnalité et prévalence, ce qui incite à développer des stratégies d’action, publiques ou privées, démesurées par rapport à l’ampleur réelle de la situation, souvent au détriment du traitement de masse de ceux-ci5.

  • 6 Laurent Muchielli, « Une sociologie militante du contrôle social. Naissance du projet et formation (...)

5Un courant nommé criminologie radicale ou « néo-marxiste », né dans les années 1970, s’est posé en réaction face à une criminologie du passage à l’acte jugée trop soumise au pouvoir et ne considérant que l’étiologie criminelle, non les processus sociaux inhérents aux comportements condamnés. Ce revirement critique considère que la déviance ou la violence naît avant tout des représentations rendues possibles par la mise en application de normes, de sanctions et donc de discours sur une certaine délinquance. Sans évacuer les changements de comportements comme peut le faire à l’excès une certaine criminologie critique mâtinée de tournant linguistique considérant que tout geste violent est une construction sociale (il n’y a pas de violence, que des discours sur la violence), cette criminologie a mis en évidence le rôle des formations discursives savantes ou généralistes, dans la perception, l’analyse et la réponse aux phénomènes6.

1. Ville, jeunesse, violence : une dérive médiatique à déconstruire

  • 7 Annie Collovald, « Des désordres sociaux à la violence urbaine », in Actes de la recherche en scie (...)

6Ville, jeunesse, violence sont trois notions conceptuelles, abstraites et généralisantes dont les relations n’ont guère été étudiées dans la même foulée mais qui sous-tendent les représentations collectives de la délinquance juvénile, à l’occasion de chaque résurgence médiatique7.

7Souvent présentés de manière émotionnelle et morale, les débats contemporains embrayent sans mesure sur des stéréotypes concernant la liaison univoque entre ces trois notions. La simplification de celles-ci et leur association provient largement du rôle principal de la médiatisation quasi immédiate de certaines affaires locales. Il en résulte une représentation émotionnelle et non critique que l’on peut schématiser dans le slogan suivant : « La violence augmente dans les villes, les jeunes deviennent de plus en plus violents, donc la ville augmente la violence juvénile ».

  • 8 Sophie Body Gendrot et al., Ville et violence. L’irruption de nouveaux acteurs, Paris, La Document (...)
  • 9 John Pitts, Reluctant Gangsters. The Changing Face of Youth Crime, Devon, Willan, 2008, p. 55.
  • 10 Xavier Rousseaux, « Jeunes et violences : pour une histoire des rapports de force », in Revue d’hi (...)

8La préoccupation actuelle envers les violences urbaines est depuis plusieurs années largement débattue par les scientifiques européens8. Si l’évolution sociale et ethnique est différente d’un continent à l’autre, l’Europe occidentale a connu au xxe siècle de nombreux changements sociaux et urbanistiques ayant en quelque sorte permis de différer le phénomène9. Le passage après la seconde guerre à une politique d’État Social (Welfare State) est souvent perçu comme l’ère d’une atténuation des conflits sociaux rendue possible par un interventionnisme croissant des gouvernements et la mise en place d’une politique de plein emploi. Le choc pétrolier des années 1970, va ensuite renverser cette stabilité et replacer le « péril jeune » et sa violence supposée sur le devant de la scène médiatique10

  • 11 Voir « Bruxelles, le sale air de la peur », Le Soir, 3 février 2010.
  • 12 Si l’on parle de jeunes de manière générale, il est difficile de connaître précisément les cohorte (...)
  • 13 Andréa Rea, Jeunes immigrés dans la cité, Bruxelles, Labor, 2001, p. 9.

9Bruxelles a connu en 2010 une vague de violences abondement relayée dans la presse et mettant en cause des jeunes. À cette occasion, le Syndicat libre de la fonction publique-police décrivait la ville en termes de « région où le gangstérisme, la violence et le non-droit semblent l’emporter sur l’ordre public », dénonçant du même coup une atteinte grave à la souveraineté de l’État11. En Belgique, l’ère de ce que nous nommons communément aujourd’hui « violences urbaines » remonte au tout début des années 1990, lorsque l’opinion publique et le monde politique furent surpris par l’éclatement d’émeutes opposant bandes de « jeunes immigrés »12 et forces de police dans différents quartiers de la capitale (Anderlecht, Molenbeek, Forest, Saint-Gilles). Ces émeutes traduisaient une réalité historique récente : l’exclusion ressentie par la seconde génération issue de l’immigration, frappée de plein fouet par la crise économique de la seconde moitié des années 1970. Dans une société rendue amère par un taux de chômage croissant et la fin de la politique sociale d’un État gangrené par l’extrémisme politique, cette jeune génération s’est sentie exclue.13

  • 14 « Joe : Adam et la violence urbaine aux assises », Le Soir, 13 septembre 2008 ; lire également l’i (...)

10À côté des violences collectives, la violence interpersonnelle est de nos jours en grande partie attribuée aux jeunes. Meurtres, coups et blessures, viols collectifs commis par des mineurs ou de jeunes adultes sont souvent présentés comme une réalité en grande partie attribuable à la société actuelle. Le meurtre de Joe Van Holsbeeck à la gare centrale de Bruxelles en 2006 est devenu un fait de société qui, s’il reste un évènement tragique, symbolise parfaitement les dérives discursives entre violence exceptionnelle et violence quotidienne. Il a notamment permis de remettre en avant la question de la violence juvénile en milieu urbain tout en posant de nouvelles questions au monde politique (réforme de la loi de protection de la jeunesse, loi sur les armes, discussions politiques autour du service militaire obligatoire, etc.)14.

2. Les violences juvéniles sous le prisme de la socio-histoire

  • 15 Manuel Eisner, « Modernity Strikes Back ? The Latest Increase of Interpersonal Violence (1960-1990 (...)
  • 16 Pieter Spierenburg, « Violence : Reflections About a Word », in Sophie Body-Gendrot, Pieter Spiere (...)
  • 17 Jean-Claude Farcy, « La violence et les historiens (France-période contemporaine) », in Aude Musin(...)

11Cet ouvrage se propose de recourir à la perspective historique, dont la spécificité diachronique sert à élargir un champ souvent dévolu à la criminologie et à la sociologie15. Mais si la perspective d’une évolution globale sur une longue période est intéressante, encore faut-il se mettre d’accord sur une définition de la violence16, ainsi que sur la manière de faire l’histoire de la violence17.

  • 18 Gérard Noiriel, Introduction à la socio-histoire, Paris, La Découverte, 2006, p. 3-4.
  • 19 Clifford Geertz, « La description dense. Vers une théorie interprétative de la culture », in Enquê (...)
  • 20 Gerhard Schormann, Der Krieg gegen die Hexen : Das Ausrottungsprogram der Kurfürsten von Köln, Van (...)

12Dans le cadre d’une recherche collective et multidisciplinaire sur la construction sociale de la violence juvénile en Belgique (1880-1980), nous avons opté pour une démarche sociohistorique. La socio-histoire recouvre une variété de pratiques, de méthodes. Elle peut se caractériser par deux intuitions fondamentales. La première est la nécessité de croiser les pratiques et les méthodes des différentes sciences sociales avec celles des historiens ou, pour le dire de manière moins dogmatique, de réintégrer l’histoire dans la dynamique des sciences sociales18 Cette recherche concertée est de ce fait pratiquée par des criminologues, des sociologues et des historiens. Par ailleurs, la seconde intuition est de raisonner sur l’évolution des comportements, des pratiques et des représentations. La socio-histoire part d’une problématique actuelle (le chômage, la xénophobie, le tourisme, la corrida, la prostitution, le banditisme, le crime organisé) et remonte le temps pour en faire l’archéologie. La méthode se veut donc attentive à la polysémie des « données » sur un « phénomène » qu’il s’agit de replacer dans son épaisseur historique19. L’objectif est de relativiser l’effet de nouveauté, « le jamais-vu » d’un phénomène contemporain (telles les tournantes sexuelles ou les attaques en bande), d’en réintégrer la part du passé dans le présent, mais aussi de réinterroger la part du présent dans les relectures du passé (comme par exemple l’influence de l’expérience de la Shoah sur l’historiographie récente de la répression de la sorcellerie au xviie siècle)20

  • 21 Ce troisième axe fait l’objet d’un ouvrage collectif en parallèle. Aurore François, Veerle Massin, (...)

13Quatre axes ont été privilégiés. L’un se focalise sur les figures de la rébellion des jeunes contre l’autorité dans la Belgique d’après-guerre. Un deuxième aborde la question des paniques morales suscitées par les médias et influençant les jeunes (cinéma, jeux vidéos). Un troisième axe explore les discours savants sur les jeunes déviants, notamment les expertises dans le cadre de la justice des mineurs21. Enfin un quatrième axe aborde la construction sociale des violences juvéniles, entre discours, comportements et pratiques judiciaires.

14Cet ouvrage, qui se penche sur les racines de ces représentations collectives reliant jeunesse, violence et ville, se situe dans le dernier axe.

3. Une archéologie des violences juvéniles urbaines

15L’objectif de cet ouvrage est d’interroger la fabrique de ces catégories (violence juvénile et violence urbaine) largement diffusées mais peu questionnées, en les positionnant face aux réalités qu’elles prétendent recouvrir dans un contexte historique spécifique. Qui sont les jeunes violents ? Par quels types de comportements entrent-ils dans les rouages de la justice pénale ? Quels terrains la ville offre-t-elle aux jeunes pour la pratique de comportements violents ? Quels sont les facteurs explicatifs de ces interactions violentes ? Quels sont les discours caractérisant la violence juvénile à chaque époque ?

16Une socio-histoire des peurs vis-à-vis de la jeunesse doit nous permettre de décrypter comment des phénomènes réels (des « faits » pour parler comme les historiens positivistes), nourrissent et donnent forme, souvent de manière irraisonnée, aux positions médiatiques vis-à-vis de la jeunesse. D’où viennent ces liaisons, comment se sont-elles construites ? Quels éléments ont été mis en exergue, quels autres ont été laissés dans l’ombre ?

  • 22 Philippe Robert, « Des blousons noirs au sentiment d’insécurité : un demi-siècle de mutations », i (...)
  • 23 Au début des années 1970, alors qu’il vient de constituer le Groupe d’Information sur les Prisons (...)

17Le recours à l’histoire a plusieurs fonctions. Une première, soulignée par le sociologue, est de prendre distance avec des représentations immédiates22 Une deuxième est de rappeler que le présent n’est pas indépendant du passé. L’histoire offre au spécialiste du présent de mesurer la part du passé inscrite – et parfois oubliée – dans les comportements, les pratiques administratives, et les représentations collectives d’aujourd’hui, ce qui correspond à la méthode archéologique chère à Michel Foucault23.

18Du point de vue de l’historien, les questionnements sociétaux d’aujourd’hui nourrissent une exploration des traces du passé. L’objectif est alors de voir ce qui structure une société passée (similarités, dissemblances) et de proposer une mise en perspective du changement et des permanences. Ainsi, ce qu’il nous est donné de constater à l’horizon des sources judiciaires et policières doit encore faire l’objet d’une analyse en profondeur et permettre, par le jeu de la déconstruction des récits, d’établir les logiques de construction des différents types de discours liés aux violences juvéniles urbaines, aux moments clés de l’histoire.

  • 24 Cette métaphore est exposée dans la préface de son œuvre majeure (Fernand Braudel, La Méditerranée (...)
  • 25 Gérard Mauger, Les bandes, le milieu et la bohème populaire. Études de sociologie de la déviance d (...)

19La métaphore braudélienne24 peut ici éclairer notre démarche. L’écume, qui représente le moment du politique avec son temps accéléré, masque des courants structurels économiques et sociaux construits à l’échelle générationnelle, tandis que dans les profondeurs, les structures mentales sont « quasi immobiles ». Appliquée à notre objet, l’écume représente les multiples prises de position, débats, analyses, enquêtes sur la violence juvénile urbaine. Le temps médian est celui des transformations des sociétés industrielles, depuis l’après seconde guerre : des Trente Glorieuses, aux Trente Douloureuses marquées par la crise qui dure et qui conditionne les générations actuelles de jeunes25 Le temps long est celui de la formation de la société occidentale depuis la fin du Moyen Âge, qui structure les représentations mentales des rapports entre générations, comme les fonctions de la violence dans les rapports sociaux.

  • 26 Manuel Eisner, « Long-Term Historical trends in Violent Crime », in Crime and Justice : A Review o (...)

20Suivant ce modèle, il y a également un intérêt à nous interroger sur l’ampleur des débats actuels face au déclin multiséculaire des formes les plus graves de la violence (comme l’homicide dans les sociétés occidentales depuis le xvie siècle) et à la rehausse de la violence interpersonnelle, sensible depuis les années 196026. L’étude de la littérature produite sur la question, et les travaux d’historiens sur les villes occidentales nous serviront de fil conducteur pour cette archéologie de la violence juvénile urbaine.

4. Violences juvéniles urbaines : essai de définition

21La méthodologie mise en place par les auteurs combine plusieurs types de précautions, notamment, une attention particulière aux définitions des phénomènes examinés : Jeunesse, Violence, Ville.

  • 27 Les débats récents sur l’adulescence ou la préadolescence en témoignent…

22Sous le label « jeunesse » se cachent tout d’abord des « jeunes » qui, tant individuellement qu’au sein des groupes primaires, vivent une socialisation variable. Les contributions montrent combien il est difficile de périodiser – donc de quantifier – la jeunesse. À partir de 11-12 ans, jusqu’à 18-19 ans, puis 15 ou 18 ans jusqu’à 24 ans, voire 35 ans, à la jeunesse correspond bien une longue période de socialisation27. Sur le plan individuel, chaque jeune peut définir sa jeunesse en fonction de son parcours personnel (scolarité plus ou moins longue, entrée sur le marché du travail plus ou moins rapide, mariage ou paternité plus ou moins précoce). Au niveau des groupes primaires, il existe des associations de jeunesse dans chaque société. À titre d’exemples transhistoriques, soulignons les célibataires non mariés du xve siècle, les écoliers du xixe siècle puis plus tard les étudiants, les apprentis et ouvriers débutants, les membres de mouvements de jeunesse et les conscrits, au xxe siècle. Au niveau macrohistorique cependant, la tendance longue en Occident a été de considérer la « jeunesse » comme une catégorie entre l’enfance et l’âge adulte. Cette tendance majeure de la société bureaucratique qui institutionnalise la jeunesse comme classe d’âge, se superpose aux deux autres niveaux, celui des groupes de vie, et des trajectoires individuelles.

23En ce qui concerne la violence, deux conceptions s’affrontent. L’une plus culturaliste, qui considère toute prédation (le vol, la domination) comme une violence sociale (Chassaigne, Mucchielli), voire étend la violence à la déviance (Marlière), l’autre plus descriptive, qui limite la définition de la violence à l’exercice de la force physique (Vrints, Regnard, Farcy, Skordou, De Weirt, Musin-Rousseaux). Dans la première approche, le comportement des jeunes est interprété en termes de sous-culture, de distinction par rapport au monde adulte, et de contestation rampante du modèle de socialisation imposé par la collectivité. Dans la seconde, l’assignation de la force physique à la jeunesse interroge moins les agressions elles-mêmes que la manière dont la société canalise la violence juvénile.

24Quant à la variable urbaine, elle reste peu définie et posée comme une évidence. Métropoles et villes moyennes, centres « historiques» et quartiers périphériques, lieux du pouvoir, des médias et des plaisirs, la ville fonctionne comme une représentation mentale plus que comme une réalité de contraintes. Ports aux quartiers éclatés comme Liverpool, Marseille et Anvers, villes capitales, centre des différents pouvoirs (politique, économique, culturel) comme Londres, Paris et Bruxelles, conurbations industrielles comme Birmingham ou Manchester agissent comme réceptacles de ces représentations.

  • 28 Peter Berger, Thomas Luckman, La construction sociale de la réalité, Paris, Librairie des Méridien (...)
  • 29 Dominique Kalifa, L’encre et le sang. Récits de crime et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, (...)
  • 30 Ludivine Bantigny, Le plus bel âge. Jeunes et jeunesse en France de l’aube des « Trente Glorieuses (...)

25Enfin, sans pour autant le mentionner ouvertement, les différents auteurs soutiennent une perception aiguë des conditions de production d’une « construction sociale » de la réalité. En suivant Berger et Luckman, nous acceptons l’idée que les réalités de la vie quotidienne que sont les violences juvéniles urbaines sont le produit de représentations partagées entre les personnes sur base d’une pluralité de discours véhiculés28. Les violences juvéniles urbaines sont construites par l’activité policière, les opérations statistiques, la monographie ethnographique, les dossiers judiciaires, mais surtout dès les années 1860, par le développement de la presse de masse 29(d’abord écrite puis radiophonique et télévisuelle et enfin, informatique). Dans les années 1950-1960, les « sciences sociales et humaines » s’emparent du phénomène « jeunes » et les travaux des criminologues contribuent à nuancer voire à renforcer la perception de la jeunesse comme « problématique »30. Les différentes contributions ne prennent plus pour argent comptant l’existence d’une réalité attestée par une source de « données », mais mettent à jour les éléments de représentations collectives d’un phénomène, toujours appréhendé par des discours sur les faits. Le croisement des sources consacre l’entrechoquement des discours, où derrière des idées simples et consensuelles se cachent des conflits d’intérêts et des visions contradictoires de la société. Car comme le rappelle Jean-Claude Farcy, si les perceptions des élites et les représentations médiatiques sont bien cernées, les perceptions des classes populaires sont très souvent « oubliées et difficiles à reconstituer ».

5. Deux approches des violences juvéniles urbaines

26Cet ouvrage est divisé en deux parties qui présentent l’état des connaissances en matière de comportements violents attribués aux jeunes dans certains milieux urbains européens. Il est le fruit d’une combinaison de travaux émanant de chercheurs confirmés belges et français spécialisés dans l’histoire de la violence, la déviance et le milieu urbain et de recherches doctorales en cours portant sur la violence juvénile à Bruxelles entre 1945 et 1975.

5.1. Représentations collectives : socio-histoire d’une anxiété

27La première partie synthétise les mécanismes de peurs occasionnés par la jeunesse violente depuis la fin du Moyen Âge jusqu’à nos jours. Aux racines de longue durée, sur base des travaux évoquant la place des jeunes dans les sociétés préindustrielles européennes se superposent des études plus particulières sur les représentations populaires et savantes de la jeunesse dans un contexte d’industrialisation (cas de la Grande-Bretagne), puis de désindustrialisation (cas français).

28Le texte d’Aude Musin et Xavier Rousseaux introduit bien la complexité méthodologique du débat. Tout d’abord, s’il existe bien une association posée entre jeunesse et force physique, celle-ci ne date pas d’hier. Dès le Moyen Âge, les regards des adultes sur la jeunesse (masculine) sont déjà moralisateurs et inquiets des excès propres à cette période de l’existence qu’il s’agit de canaliser.

29Les choses se compliquent lorsqu’il s’agit de préciser ce que représentent les notions de « jeunesse » et de « violence », deux véritables construits historiques. La première est difficilement décelable en termes d’âge, il s’agit plutôt d’une période floue entre l’enfance et la pleine maturité, perçue dans le mariage, la parentalité ou encore l’accès à l’héritage. Quant à la violence, essentiellement physique et sexuelle sous l’Ancien Régime, elle ne peut se comprendre qu’en termes de seuil de tolérance dépassé.

30Jusqu’au xixe siècle, l’espace urbain, au-delà des difficultés à le définir par des critères univoques, joue plutôt le rôle en Occident de laboratoire de pacification et de disciplinarisation des jeunes par les adultes. La ville est le lieu de l’école, de l’Université, des milices urbaines, puis de l’armée. Loin d’opposer, sur le mode d’une panique morale, les jeunes comme menace pour le monde des adultes, les mécanismes de sociabilisation dans les sociétés préindustrielles, rurales comme urbaines, intègrent les jeunes dans la reproduction de l’ordre social, en leur assignant la « gestion du désordre » dans des cadres ritualisés (fêtes et charivaris).

31Le changement dans les villes occidentales est bien analysé à partir du modèle anglais, précurseur par son industrialisation et son urbanisation au xixe siècle. Montrant combien la place des jeunes reste minoritaire dans le système pénal anglais, Philippe Chassaigne retrace la généalogie des perceptions de la délinquance juvénile. Observée plus particulièrement dans les villes, cette délinquance est lue par les contemporains en termes de « cultures » juvéniles. Cette culture est caractérisée par divers traits, mais principalement une distinction vestimentaire par rapports aux adultes (et aux jeunes conformes), ainsi que la brutalité comme manifestation de masculinité et l’organisation en « bandes » ou gangs à base territoriale. Cette culture juvénile n’est pas une invention des jeunes, elle est largement contrôlée et tolérée par les adultes.

32Pour la France, Laurent Mucchielli se sert du détour historique pour interroger la construction de la délinquance juvénile des années 1960 et comparer le phénomène aux discours actuels. À partir de la presse, qui rapporte les incidents, notamment la fameuse vague de « blousons noirs », les premiers travaux de type scientifique sur la délinquance juvénile, et le travail collectif de la première unité de recherche sur le sujet, le Centre de Vaucresson, il souligne le décalage entre la perception d’une jeunesse menaçant les adultes (spécificité vestimentaire, brutalité masculine, organisation en « bandes »), et une stagnation de la violence physique accompagnée de l’augmentation importante du vol de véhicules à moteur durant les années 1960, ce que révèlent les travaux réalisés à partir des statistiques françaises.

33Ce que mettent en évidence les contributions sur la France et l’Angleterre est le développement de politiques publiques envers les jeunesses délinquantes urbaines. Si le Tackling Gangs Action Programme s’adresse aux bastions de l’urbanisation industrielle de l’Angleterre (Londres, Manchester, Birmingham, Liverpool) la France concentre l’action sur ses « grands ensembles » périurbains.

34Ces trois textes balisent bien la perspective sociohistorique, la méthode et les matériaux mis en œuvre.

35Le détour par l’histoire est, pour le sociologue, « un préalable sine qua non à une réflexion de type scientifique sur l’évolution des phénomènes de délinquance juvénile » (Mucchielli). L’histoire permet de prendre la distance d’analyse nécessaire face aux catégories dans lesquelles sont posés a priori les débats contemporains et n’a pas d’autre objectif. Pour d’autres, la démarche se veut davantage socio-historique, comme le propose Éric Marlière dans son analyse de la délinquance du quartier des Grésillons. La prise en compte d’une chronologie longue met en question la « constance apparente » des faits de déviance et introduit dans l’explication du présent les mutations importantes rencontrées dans un espace de vie et ses populations, en l’occurrence un quartier périurbain maraîcher, devenu industriel, puis postindustriel.

36L’approche socio-historique n’est pas qu’un simple détour. Elle permet à l’historien, d’effectuer une généalogie des constructions sociales de la délinquance juvénile et des rôles respectifs des médias, des chercheurs et des politiques dans cette formation. « Blousons noirs » « révélés » par Émile Copfermann (1962), « Mods » et « Rockers » par Stanley Cohen (1972) ou le concept même de « panique morale » met en évidence combien un événement particulier peut fonder une représentation collective durable, indépendamment de l’ampleur du phénomène originel.

37Ce paradigme sociohistorique conditionne la méthodologie permettant d’aborder le problème.

5.2. Pratiques sociales : aux prismes du terrain

38La seconde partie de cet ouvrage se place au niveau de l’observation locale ou micro-historique. L’espace urbain ou périurbain est considéré comme terrain d’observation à partir de quatre villes d’Europe occidentale. Deux capitales (Paris et Bruxelles) et deux ports de taille internationale (Marseille et Anvers) constituent le fil conducteur des études. À travers une confrontation systématique des sources répressives (statistiques criminelles, dossiers judiciaires, procès-verbaux de police) et discursives (presse, littérature, enquêtes orales), les chercheurs tentent d’évaluer l’écart existant entre réalité et perception des comportements violents en milieu urbain, afin de comprendre si les jeunes font l’objet d’une préoccupation particulière aux xixe et xxe siècles.

  • 31 Jacques Revel (ed.), Jeux d’échelles. La micro-analyse de l’expérience, Paris, Seuil, 1998.

39Cette variation de perspectives permet de nourrir de manière riche la perception actuelle du phénomène en confrontant à l’histoire longue des peurs occasionnées par les jeunes en ville, la nature des interactions violentes (mobile, lieux, interconnaissance, etc.) commises dans un espace géographique et socioéconomique précis31

40Les matériaux par lesquels s’est construite cette représentation collective simplifiée (de sens commun) retiennent toute l’attention des chercheurs. C’est pourquoi, il n’est pas question d’opposer mais d’accumuler et de comparer des récits de violence tirés de procès-verbaux de police, de photographies, de témoignages en justice, de comptages statistiques, d’articles de presse, d’enquêtes de terrain et d’entrevues.

41L’article de Jean-Claude Farcy, portant sur l’émergence de la figure « Apache » dans le Paris de la Belle Époque, introduit la méthodologie visée en confrontant représentations de la jeunesse délinquante à la fin du XIXe (témoignages et analyse de la presse) et réalité sociale du phénomène au moyen des données policières (statistiques des arrestations). Il montre alors la concomitance des études sur la délinquance des mineurs, le recours aux chiffres et leur construction émanant des pouvoirs policiers et judiciaire. Au terme de cette démonstration, l’auteur conclut que la hausse manifestement constatée des comportements violents chez les jeunes parisiens ne semble pas liée aux migrations rurales mais plus probablement au développement d’un « milieu criminel » vivant de la prostitution.

42Analysant la situation à Marseille, Céline Regnard nous offre pour la même période un point de comparaison avec l’exemple parisien. Par les données des registres et les récits des dossiers correctionnels et d’assises, confrontées à une analyse de la presse locale, l’auteure explique les variations de diffusion de l’image du jeune violent puis replace les comportements dans leur contexte socio-économique et culturel pour tenter d’en définir les « logiques » significatives au sein d’un milieu urbain géographiquement très sectorisé et précocement associé à la violence. Entre masculinité, culture de l’honneur et immigration, les violences juvéniles marseillaises, cristallisées autour de la figure du « Nervi », demeurent par leurs formes et leurs motivations proches des rituels belliqueux d’Ancien Régime. Affrontements de jeunes mâles sous forme de « bataillons », inscriptions des « bandes » dans des quartiers issus des anciens villages ou des paroisses de la ville médiévale et rixes ethniques caractérisent les inquiétudes de l’époque. Néanmoins, vers les années 1880, la figure du « Nervi » se transforme et la délinquance juvénile se trouve arrimée aux trafics (de femmes) et au « milieu ».

43Dans la continuité chronologique, l’étude sociohistorique d’Éric Marlière sur une cité périphérique parisienne tente de saisir les transformations des « modes de vie » dans un quartier périurbain des années 1920 aux années 2000. À partir d’entrevues rétrospectives, de mains courantes de police et de données de population, il remet au cœur de l’évolution, la question du travail et de l’économie. À l’économie rurale maraichère (nourrir Paris), se substitue la production de biens industriels (moderniser la France). Le village rural devient une banlieue rouge. La désindustrialisation s’accompagne d’une profonde transformation de l’économie, où les biens de consommation font l’objet d’une économie souterraine (alimenter les consommateurs). À chacune de ces étapes, des migrations de populations sont au cœur des transformations périurbaines. Migrations des ruraux vers l’industrie, migrations extra-européennes produites par la décolonisation, migrations de classes moyennes voulues par les politiques publiques.

44L’analyse du phénomène en Belgique autorise une seconde comparaison. Étudiant le cas d’Anvers à partir des procès-verbaux de police, Antoon Vrints relativise la transformation de la violence par l’action de la force publique. Jusqu’aux années 1950, la violence des quartiers populaires reste une violence d’Ancien Régime. Elle est essentiellement répertoriée par la plainte des habitants à la police. Exercée par les mâles adultes, elle exprime le conflit et marche à l’honneur. Le duel à main nues y est fréquent. La place des jeunes y est traditionnelle : bagarres, punitions populaires et rixes entre quartiers comme pour les villes anglaises ou pour Marseille. Les gangs y sont peu présents, hormis quelques fortes têtes. La place des jeunes dans les manifestations politiques apparaît être une des transformations de l’expression sociale en milieu urbain au xxe siècle.

45L’analyse des poursuites pour rébellions à Bruxelles par Melpomeni Skordou et permet l’entrée dans les transformations des sociétés occidentales d’après-guerre. De 1945 à la fin des années 1950, le quotidien des rébellions jugées demeure des frictions interpersonnelles ou des contrôles qui dégénèrent en injures et coups souvent portés sous l’influence de l’alcool. Elles concernent du reste une population en grande partie sortie de la prime jeunesse. Les choses semblent changer dans les années 1960. Conséquence d’un contrôle social accru et de l’envolée démographique à partir de la fin des années 1950, un plus grand nombre de jeunes seront jugés pour rébellion devant les tribunaux, même si les autorités semblent lier ce délit à une classe sociale plus qu’à une classe d’âge.

46L’analyse de Xavier De Weirt sur l’incrimination de jeunes adultes à Bruxelles à partir des sources judiciaires des années 1950 à 1970, traduit les changements de forme et de régulation en milieu urbain. À partir de violences moins dramatiques mais plus fréquentes que l’homicide, l’analyse d’affaires de coups et blessures volontaires donne l’accès aux réalités brutales par leur traitement judiciaire, même si l’image donnée à l’issue de processus pénal (affaires jugées) présente un profil bien différent de celui que la presse populaire tend à accréditer. Une fois de plus la jeunesse violente urbaine apparaît davantage sur le papier des quotidiens que dans les jugements des cours et tribunaux. Cependant, le lien entre la violence et l’urbanité n’est pas absent à une époque de révolution culturelle et juvénile affectant l’usage de la ville et où les flux de population (immigration-émigration) tendent à modifier les perceptions et appropriations des centres urbains.

6. Les concepts interprétatifs : de la communication agonale à la panique morale

47Les différentes contributions à l’ouvrage permettent de dresser un premier « état des savoirs sur les violences juvéniles urbaines ». Celui-ci est fondé sur des études croisant pour la plupart analyses empiriques de données du contrôle social (police, justice, entrevues) et représentations issus des médias discursifs (presse périodique, expertises savantes).

48L’accumulation de celles-ci sur un terrain limité, en gros Angleterre, France, Belgique aux xixe et xxe siècles, offre progressivement aux chercheurs de solides matériaux pour bâtir une interprétation d’ensemble du phénomène. En revanche les études sont encore trop peu nombreuses pour permettre une discussion des variations temporelles et spatio-culturelles de la question de la violence juvénile urbaine

49Il nous reste à évoquer ici quelques pistes conceptuelles, « boîte à outils » pour interpréter ces évolutions.

  • 32 Pieter Spierenburg, « Faces of Violence : Homicide Trends and Cultural Meanings : Amsterdam, 1431- (...)

50Parmi les nombreux concepts forgés pour interpréter, comprendre et agir contre la violence juvénile urbaine, les historiens de la longue durée ont mis en avant plusieurs « modèles ». Sur base de recherches sur les homicides, Pieter Spierenburg tout d’abord, a évoqué la modernisation de la violence entre le xve et le xviiie siècle comme une transition sur deux axes : d’une part sur le passage d’une violence impulsive à une violence planifiée, de l’autre une transformation d’une violence rituelle en une violence instrumentale32

  • 33 Eva Lacour, « Faces of violence revisited. A typology of violence in early modern rural Germany », (...)
  • 34 Pieter Spierenburg, « Violence and the civilizing process. Does it work ? », in Crime, history and (...)

51Etudiant des sociétés villageoises d’Ancien Régime, Eva Lacour critique ce modèle et propose un modèle ternaire. Elle introduit un axe de la motivation : une violence peut être l’expression de la colère ou d’un intérêt propre (instrumental), un axe sur la forme de la violence (rituelle, c’est-à-dire contrôlée par la culture du groupe, volontaire ou incontrôlée (perte de contrôle), un axe sur la planification : la violence peut être préméditée (guet-apens planifié) ou spontanée, impulsive, réactive. Dans ce modèle plus complexe, elle intègre notamment les travaux allemands sur la violence comme « communication agonale », culture de l’affirmation de soi ou du groupe33 Dans la discussion qui oppose ensuite Pieter Spierenburg et Gerd Schwerhoff sur le caractère de la violence dans la longue durée, c’est autour de la question de l’évolution possible des ressorts fondamentaux de la violence que tourne le débat. Transformation des usages ou maintien des fonctions sociales de la violence : communiquer en situation de conflit d’honneur et de respect34.

  • 35 Jean Delumeau, Le Péché et la peur : La culpabilisation en Occident (xiiie-xviiie siècles), Paris, (...)
  • 36 Robert Moore, La Persécution. Sa formation en Europe (xe-xiiie siècle), Paris, Les Belles-Lettres, (...)
  • 37 Henri Joly, La France criminelle, Paris, Léopold Cerf, 1889, p. 22.

52Dans ce contexte, la violence des conflits reste intimement liée à la société locale dans laquelle ils se produisent. Jusqu’à l’apparition d’un véritable « espace politique » public au xviiie siècle, il est difficile de prendre la mesure de « paniques morales » autour de la violence, de la ville ou de la jeunesse. Certes, il existe des peurs collectives comme celles que Jean Delumeau analyse, que l’on trouve dans les écrits des intellectuels (moines et clercs). Ces peurs s’appuient sur des figures différentes et plutôt rurales : la peur de la peste, celle de la guerre civile ou celle du diable, ou du brigand35. En raison du caractère cloisonné des sociétés préindustrielles, il est malaisé d’en mesurer la prégnance sur les pratiques de violence et de régulation de la violence. Les éruptions de violence contre les minorités (juifs, « hérétiques » ou lépreux) sont probablement le fruit de « paniques morales » au plan local36. Mais la place des représentations collectives dans le regard social sur la violence change pour l’essentiel à partir des années 1850. La médiatisation des sociétés occidentales s’effectue alors dans un contexte d’urbanisation croissante. Il apparaît alors nécessaire de traiter comme une construction sociale spécifique à des groupes sociaux particuliers les discours sur la violence urbaine et sur la délinquance juvénile qui fleurissent en milieu urbain. Ainsi quand en 1889, le « philosophe/sociologue/criminologue » Henri Joly écrivait à propos de Paris « Comme les vieux libertins épuisés s’attaquent aux petites filles, les jeunes assassins de 18 et 19 ans tombent sur les vieilles femmes »37, il couvre d’une autorité « scientifique » une analogie démentie par l’analyse des faits. Il est alors possible de comparer, contraster et mesurer les relations entre les comportements rapportés aux autorités et les images construites dans les sources littéraires.

53Formes, fonctions et stratégies de violence et discours alarmistes se combinent pour complexifier les sens savants donnés aux usages de la violence. Manifestation d’un défaut de socialisation ou forme culturelle de communication, sous-culture de groupe social ou d’âge en relation avec une représentation globale de la société, entreprise de masquage de rapports d’exploitation sur d’autres terrain, la violence attribuée aux jeunes en ville reste une énigme pour les sciences sociales. Une énigme que les contributions qui suivent tentent de percer.

Notes

1 James Gabarino, Lost Boys : Why Our Sons Turn Violent and How We Can Save Them, Bantam Doubleday, 1998.

2 Bernard Schissel, Blaming Children : Youth Crime, Moral Panics and the Politics of Hate, Fernwood, 1997 ; Jock Young, « Moral Panic : its Origins in Resistance, Ressentiment and the Translation of Fantasy into Reality », in British Journal of Criminology, vol. 49, n° 1, 2009, p. 13.

3 Sur la question des conditions d’émergence des paniques morales, en particulier la délinquance juvénile, on consultera le classique de Stanley Cohen, Folk Devils and Moral Panics : the Creation of the Mods and Rockers, Oxon, Routledge, 2002 (third edition). Pour la France, voir par exemple, Ludivine Bantigny, « De l’usage du blouson noir. Invention médiatique et utilisation politique du phénomène “blousons noirs” (1959-1962) », in Marwan Mohammed, Laurent Muchielli, Les bandes de jeunes. Des « blousons noirs » à nos jours, Paris, La Découverte, 2009.

4 Gérard Mauger, La sociologie de la délinquance juvénile, Paris, La Découverte, 2009.

5 Jean-Claude Chamboredon, « La délinquance juvénile, essai de construction d’objet », in Revue française de Sociologie, n° 12, 1971, p. 335.

6 Laurent Muchielli, « Une sociologie militante du contrôle social. Naissance du projet et formation de l’équipe francophone “Déviance et Société”, des origines au milieu des années quatre-vingts, in Déviance et Société, vol. 21, n° 1, 1997, p. 9-10 ; pour un exemple appliqué à notre sujet Dric Martin, Raymond Fichelet, Dominique Fichelet, « Si la violence existe, discours du violent » in Déviance et Société, vol.1, n° 3, 1977, p. 291-308.

7 Annie Collovald, « Des désordres sociaux à la violence urbaine », in Actes de la recherche en sciences sociales, n° 1, 2001, p. 104-113.

8 Sophie Body Gendrot et al., Ville et violence. L’irruption de nouveaux acteurs, Paris, La Documention Française, 1993.

9 John Pitts, Reluctant Gangsters. The Changing Face of Youth Crime, Devon, Willan, 2008, p. 55.

10 Xavier Rousseaux, « Jeunes et violences : pour une histoire des rapports de force », in Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », n° 9, 2007, p. 138 ; pour une analyse du discours des autorités politiques, voir Carla Nagels, Jeune et violence : une rencontre programmée par la crise de solidarité. Analyse du discours de la Chambre des Représentants de Belgique (1981-1999), Bruxelles, Bruylant, 2005.

11 Voir « Bruxelles, le sale air de la peur », Le Soir, 3 février 2010.

12 Si l’on parle de jeunes de manière générale, il est difficile de connaître précisément les cohortes d’âges réellement impliquées. S’agit-il uniquement de mineurs ? De jeunes adultes ?

13 Andréa Rea, Jeunes immigrés dans la cité, Bruxelles, Labor, 2001, p. 9.

14 « Joe : Adam et la violence urbaine aux assises », Le Soir, 13 septembre 2008 ; lire également l’interview de Paule Goldfischer, la responsable de la section jeunesse du parquet de Bruxelles, dans La Libre Belgique du 5 mai 2010.

15 Manuel Eisner, « Modernity Strikes Back ? The Latest Increase of Interpersonal Violence (1960-1990) in a Historical Perspective », in International Journal on Conflict and Violence, n° 2(2), 2007, p. 288-316 ; Manuel Eisner, Das Ende der zivilisierten Stadt ? Die Auswirkungen von Modernisierung und städtischem Strukturwandel auf Gewaltdelinquenz, Frankfurt am Main : Campus, 1997 ; Hanns Von Hofer, « Criminal Violence and Youth in Sweden : a Long-term Perspective », in Journal of Scandinavian Studies in Criminology and Crime Prevention, n° 1, 2000, p. 56-72.

16 Pieter Spierenburg, « Violence : Reflections About a Word », in Sophie Body-Gendrot, Pieter Spierenburg (ed.), Violence in Europe : Historical and Contemporary Perspectives, New York, Springer, 2007, p. 13-26.

17 Jean-Claude Farcy, « La violence et les historiens (France-période contemporaine) », in Aude Musin, Xavier Rousseaux, Frédéric Vesentini, Violence, conciliation et répression : recherches sur l’histoire du crime, de l’antiquité au xxie siècle, Louvain-la-Neuve, Presses Universitaires de Louvain, 2008, p. 299-318.

18 Gérard Noiriel, Introduction à la socio-histoire, Paris, La Découverte, 2006, p. 3-4.

19 Clifford Geertz, « La description dense. Vers une théorie interprétative de la culture », in Enquête, n° 6, 1998, p. 73-105.

20 Gerhard Schormann, Der Krieg gegen die Hexen : Das Ausrottungsprogram der Kurfürsten von Köln, Vandenhoek und Ruprecht, Göttingen, 1991.

21 Ce troisième axe fait l’objet d’un ouvrage collectif en parallèle. Aurore François, Veerle Massin, David Niget (ed.), Violences juvéniles sous expertise(s), xixe-xxie siècles. Expertise and Juvenile Violence, 19th-21st Century, Louvain-la-Neuve, Presses Universitaires de Louvain, 2011.

22 Philippe Robert, « Des blousons noirs au sentiment d’insécurité : un demi-siècle de mutations », in René Levy, Laurent Mucchielli, Renée Zauberman (ed.), Crime et insécurité : un demi-siècle de bouleversements, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 17.

23 Au début des années 1970, alors qu’il vient de constituer le Groupe d’Information sur les Prisons (GIP), Michel Foucault commence à écrire Surveiller et Punir, dans lequel il remonte jusqu’au xvie siècle pour expliquer la passage d’un modèle punitif fondé sur la peine corporelle (supplice) au modèle carcéral actuel, généralisé au xixe siècle, visant le dressage des individus par une stratégie de diffusion capillaire du pouvoir de contrôle (Michel Foucault, Surveiller et Punir, Paris, Gallimard, 1975).

24 Cette métaphore est exposée dans la préface de son œuvre majeure (Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l'époque de Philippe II, Paris, Armand Colin, 1949).

25 Gérard Mauger, Les bandes, le milieu et la bohème populaire. Études de sociologie de la déviance des jeunes des classes populaires (1975-2005), Paris, Belin, 2006.

26 Manuel Eisner, « Long-Term Historical trends in Violent Crime », in Crime and Justice : A Review of Research, vol. 30, 2003, p. 83-142.

27 Les débats récents sur l’adulescence ou la préadolescence en témoignent…

28 Peter Berger, Thomas Luckman, La construction sociale de la réalité, Paris, Librairie des Méridiens, 1986.

29 Dominique Kalifa, L’encre et le sang. Récits de crime et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995.

30 Ludivine Bantigny, Le plus bel âge. Jeunes et jeunesse en France de l’aube des « Trente Glorieuses » à la guerre d’Algérie, Paris, Fayard, 2007.

31 Jacques Revel (ed.), Jeux d’échelles. La micro-analyse de l’expérience, Paris, Seuil, 1998.

32 Pieter Spierenburg, « Faces of Violence : Homicide Trends and Cultural Meanings : Amsterdam, 1431-1816 », in Journal of Social History, n° 27, 1994, p. 701-716.

33 Eva Lacour, « Faces of violence revisited. A typology of violence in early modern rural Germany », in Journal of Social History, n° 35, 2001, p. 649-668.

34 Pieter Spierenburg, « Violence and the civilizing process. Does it work ? », in Crime, history and societies, n° 5-2, 2001, p. 87-105 ; Gerd Schwerhoff, « Criminalized violence and the process of civilisation – a reappraisal », in Crime, history and societies, n° 6-2,2002, p. 103-126 ; Pieter Spierenburg, « Theorizing in Jurassic Park », in Crime, history and societies, n° 6-2, 2002, p. 127-128.

35 Jean Delumeau, Le Péché et la peur : La culpabilisation en Occident (xiiie-xviiie siècles), Paris, Fayard, 1983 ; Jean Delumeau, Rassurer et protéger. Le sentiment de sécurité dans l’Occident d’autrefois, Paris, Fayard, 1989.

36 Robert Moore, La Persécution. Sa formation en Europe (xe-xiiie siècle), Paris, Les Belles-Lettres, 1997 ; David Nirenberg, Violence et minorités au Moyen Âge, Paris, PUF, 2001.

37 Henri Joly, La France criminelle, Paris, Léopold Cerf, 1889, p. 22.

Auteurs

(Université catholique de Louvain)

(FNRS, Université catholique de Louvain)

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540