Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du droit et de la justice / Justitie - en rechts - geschiedenis

 | 
Dirk Heirbaut
, 
Xavier Rousseaux
, 
Alain Wijffels

Histoire de la justice du Moyen-Âge au XVIIe siècle - Justitiegeschiedenis van Middeleeuwen tot 17de eeuw

Introduction

Philippe Godding

Texte intégral

1Entre les sept communications figurant au programme de cette section plusieurs liens existent :

  • Toutes, à une exception près, concernent l’histoire de la justice ; et encore, l’exception étant l’intervention de Dave De ruyscher sur le droit commercial, elle aussi concerne indirectement l’évolution de la justice, puisque le cours de celle-ci a été influencé à Amsterdam par un apport extérieur, celui dû aux immigrés des Pays-Bas méridionaux.
  • -Trois communications au moins comportent l’examen d’une évolution du bas Moyen-Âge à l’époque moderne. Peut-on dénier ce caractère à l’exposé d’Emmanuel Falzone ? Sans doute est-il limité au xve siècle, mais les traits essentiels qu’il a pu dégager ne subiront guère de modifications importantes durant la période qui suit.
  • Enfin, les exposés de Marie-Amélie Bourguignon, d’Emmanuel Falzone et de Klaas Van Gelder concernent surtout le droit pénal

2Marie-Amélie Bourguignon s’attache au rôle créateur de droit des échevins de Mons, dès la fin du xiiie siècle. Présidés par le maire, officier comme ailleurs du seigneur, le comte en l’occurrence, ils s’émanciperont petit à petit de la tutelle de celui-ci, lequel conserve toutefois les pouvoirs qu’exercent ses officiers, parmi lesquels la perception des amendes seigneuriales relevant de l’application par les échevins de la justice pénale ordinaire, tandis que les amendes communes prévues par les bans de police sont partagées entre le comte et la ville.

3Dès la fin du xiiie siècle, les échevins exercent une compétence législative : ordonnances ou « bans », réglementant tous les aspects de l’activité économique et de l’ordre public, les bans de police émanant, comme dans bien d’autres villes à l’époque, des échevins et du représentant du seigneur. Ces bans ont trait au couvre-feu, au port d’armes, aux jeux de hasard, aux étuves et à la prostitution.

4Dans ses conclusions, Melle Bourguignon souligne que du xve au xvie siècle, la législation princière s’impose de plus en plus dans le maintien de l’ordre public mais aussi, d’après elle, comme gardien de la morale.

5Emmanuel Falzone utilise les registres des officialités de Cambrai et de Bruxelles, mais aussi les comptes du scelleur de l’official de Tournai, pour cerner l’usage de la prison dans le système pénal de l’Église. Selon les registres d’officialité, la procédure criminelle conduit à la majorité des sanctions physiques : emprisonnement, pèlerinages, bannissement. L’emprisonnement s’applique à ceux qui ont l’ordre de la société par des crimes graves, qui sont aussi des péchés graves : crimes contre nature, homicide, incendie volontaire, ainsi que vols, rixes, inceste, sorcellerie et vagabondage.

6Les peines, surtout la prison, sont motivées par le risque de récidive mais ont aussi un but éducatif ou pénitentiel, déjà souligné par saint Jérôme. Nos officialités assignent un triple rôle à la prison : garder les inculpés le temps de leur procès, les en menacer au cas où ils ne se soumettraient pas à l’exécution de la sentence, ou les châtier. La fonction de garder paraît prédominante mais l’aspect châtiment est aussi présent, que ce soit quant au choix du type de prison allant jusqu’à la formule « au pain de douleur et à l’eau de tristesse », le tout en fonction du degré de douleur que l’official juge devoir infliger au coupable, pour l’induire à faire pénitence et à changer de comportement. En outre, de même que les pèlerinages et le bannissement, la prison permet d’isoler les criminels de la société.

7Klaas Van Gelder heeft het over het Soeverein-Baljuwschap van Vlaanderen. Dat ambt, opgericht in 1372, had tot doel een einde te maken aan de grote onveiligheid in het graafschap: door zijn mobiliteit kon de soeverein baljuw, voortdurend onderweg met zijn troepen, zwervende misdadigers, landlopers, struikrovers en andere delinquenten in het hele graafschap vervolgen. Zijn functie vulde aldus die van de locale baljuwschappen aan. Daarnaast trad hij ook op als rechter voor de delikten in kwestie, hetgeen onvermijdelijk aanleiding kon geven tot misbruiken, onder meer naar aanleiding van het systeem van composities of schikkingen. Het ambt van de soeverein baljuw was een uitdrukking van de groeiende centralisatie in het graafschap.

8De bevoegdheden van de almachtige functionaris werden geleidelijk steeds meer beperkt. In 1386 was de Raad van Vlaanderen opgericht en in de loop van de 15de eeuw werd het ‘openbaar ministerie’ van die Raad een gevaarlijke concurrent voor de soeverein baljuw, wiens beslissingen voortaan vóór de Raad konden worden aangevochten. In de 16de eeuw, toen bedelaars en vagebonden nog 60 % van het “klienteel” van de soeverein baljuw uitmaakten, werd het ambt ingeschakeld in de vervolging van ketterij en inbreuken op de godsdienstplakkaten. Die institutionele concurrentie en de vijandige houding van locale en regionale magistraten brachten mettertijd nog meer veranderingen teweeg in de bevoegdheden van de soeverein baljuw. Zo werden ook delinquenten met een vaste woonplaats met die ambtenaar geconfronteerd, doordat zijn competentie werd uitgebreid tot verjaarde misdrijven, hetgeen tot gevolg had dat hij meer vermogende burgers kon vervolgen, maar ook dat de procedure omslachtiger werd.

9De misbruiken die met de uitoefening van het ambt gepaard gingen, lokten meer en meer protest uit, maar tegelijk kon het optreden van de soeverein baljuw moeilijk gecontroleerd worden. In de 17de eeuw groeide de oppositie vooral vanuit de Raad van Vlaanderen : de klachten tegen misbruiken (waarvan de heer Van Gelder in zijn bijdrage meerdere voorbeelden geeft) kwamen niet alleen van particulieren, maar ook van locale overheden. Naast de Raad hebben ook de Staten van Vlaanderen een rol gespeeld in de pogingen het ambt af te schaffen. Die pogingen bereikten enigszins hun doel in 1733, toen het ambt alleen nog maar voor minder ernstige misdrijven competent bleef.

10Tot slot biedt de bijdrage een passende vergelijking met enkele gelijkaardige ambten, zoals die van de drossaard van Brabant en de provoost-generaal van het Hof en van de Nederlanden, die tot het einde van het Ancien Régime bleven bestaan.

11S’inscrivent encore dans l’évolution de la façon dont la justice est rendue, les communications présentées par Fanny Souilliart et Paul Nève.

12La première nous introduit dans le système français de vénalité des offices appliqué par le pouvoir royal à la désignation des magistrats siégeant dans les parlements, plus spécialement au Parlement de Flandre, créé après la conquête française, d’abord sous le nom de Conseil souverain de Tournai. En 1693, Louis XIV étend la vénalité des charges à tous les offices de judicature en Flandre et crée de nouvelles charges de magistrats au parlement, ce qui entraîna une réaction des parlementaires. Si ceux en place étaient dispensés de paiement pour se voir reconnaître l’hérédité de leurs charges, les nouveaux devaient payer l’équivalent d’une année de gages ; mais en 1694 il leur fut accordé, parmi d’autres avantages, de payer par tiers de la somme globale. Mme Souilliart nous montre comment les parlementaires de Flandre, devant les exigences toujours croissantes du pouvoir royal, ont toujours fait preuve d’une volonté de négocier en obtenant des concessions, même si elles n’étaient pas toujours respectées. Et si l’hérédité des offices ne supposait pas la vérification de la compétence des nouveaux magistrats, cette exigence semble s’être maintenue en fait au Parlement de Flandre. Dans la version finale du texte de sa communication, l’auteur en a très heureusement synthétisé le contenu, tout en en soignant le détail, par exemple en tenant compte de la difficulté pour ceux qui n’ont pas une connaissance approfondie du mécanisme de l’hérédité des offices en France, pour expliquer comment une augmentation des gages pouvait constituer une charge pour les bénéficiaires ou ce que signifiait rendre une cour « semestre ». Rappelons que dans les Pays-Bas méridionaux ce système a été partout interdit en théorie et si les exceptions ont été nombreuses, elles l’ont été selon des modalités différentes, telles que l’engagère et la médianate, celle-ci étant soi-disant un prêt au souverain, en fait une somme acquise au fisc ; mais elle ne conférait pas au pourvu de disposer de sa charge.

13Prof.em. mr. P.L. Nève is zoals bekend één van de beste kenners van het Rijkskamergerecht in Nederland. Zijn bijdrage voor deze bundel handelt evenwel niet over het Rijkskamergerecht zelf, maar over het archief van dat justitiehof met betrekking tot de territoria van de huidige Beneluxlanden die in de Nieuwe Tijd deel uimaakten van het Heilige Roomse Rijk van de Duitse Natie. Nu het Belgisch-Nederlands rechtshistorisch congres in (Franstalig) België plaatsvond, heeft hij terecht de aandacht gevestigd op het bestaan van een archieffonds van het Rijkskamergerecht op het Rijksarchief te Luik. Dat fonds bestaat er uit ca. 900 nauwelijks beschreven dossiers, alsook uit 50 strekkende meter niet-geordende losse stukken, waarvoor de “nieuwe onderzoeksgeneratie” blijkbaar geen belangstelling vertoont, al gaat het hoofdzakelijk om archivalia die vooral het Prinsbisdom Luik betreffen. Een groot deel van de dossiers heeft betrekking op de regio Eupen-Malmédy. De “nood-kreet” van Nève is duidelijk : tot dusver is dat archieffonds nauwelijks geïnventariseerd en benut. Zijn bijdrage wordt aangevuld door bijlagen die een beknopt overzicht geven van hetgeen men in het Luikse archieffonds van het Rijkskamergerecht kan vinden, maar ook op het Bundesarchiv te Koblenz en op het Rijksarchief Limburg te Maastricht.

14Le texte initialement présenté par Dave De ruysscher était en anglais, la version définitive est rédigée en néerlandais. Aussi me paraît-il plus utile de continuer mon rapport en français, en ce qui le concerne. Il ne s’agit pas ici de l’exercice de la justice, mais du droit qu’elle applique. L’intervenant est connu pour ses recherches concernant le droit commercial, tel qu’il s’est développé à Anvers au xvie siècle. Il examine l’influence dans ce domaine sur la pratique telle qu’elle s’est développée à Amsterdam au siècle suivant, influence favorisée par l’exode de commerçants anversois à la suite des événements militaires qui aboutirent à la chute d’Anvers en 1585.

15Le titre anglais de son intervention annonce déjà l’essentiel de sa problématique : cette influence s’est-elle traduite par l’emprunt de la coutume anversoise telle qu’elle fut rédigée successivement en 1582 et 1607, ou par des emprunts sélectifs ? Au xviie siècle, la place commerçante d’Amsterdam est en plein développement. En 1590 déjà, près de 200 marchands originaires du Brabant et de Flandre s’y sont réfugiés. Après la trêve de 1609 entre l’Espagne et les Provinces-Unies, ce nombre va plus que doubler et ces immigrés amplement qualifiés joueront un rôle essentiel dans la formation du droit commercial à Amsterdam, tout comme la diffusion d’exemplaires de la coutume d’Anvers imprimés soi-disant à Cologne, mais en réalité à Amsterdam. Toutefois, il s’agira, non pas d’une « réception » de la coutume anversoise en matière commerciale, telle quelle, mais surtout d’une référence comme à un « droit commun » en un domaine qui, sur place, est relativement neuf. Malgré la création par le magistrat en 1609 d’une Wisselbank (Banque de change), ce n’est que dans la seconde moitié du xviie siècle que des ordonnances sont prises en ce domaine ou que des enquêtes par turbe consignent les règles coutumières admises. L’influence des règles développées à Anvers jouera non seulement dans la réglementation du contrat de change, mais aussi dans l’assurance maritime et des usages apparurent à Amsterdam qui étaient contraires aux règles anversoises. Finalement ce fut la législation promulguée par le Conseil de la ville en différents domaines, tels que la faillite, qui constitua un ensemble rendant caduc au xviiie siècle le recours à la coutume anversoise, bien que des juristes des Pays-Bas septentrionaux comme Grotius continuent à s’y référer.

16De zevende lezing op het programma was deze van Maarten Van Dijck, die de titel droeg: «Tussen droom en daad. De beperkte invloed van de centrale overheid op de rechtspraktijk in de Brabantse steden gedurende de 15de en 16de eeuw». Aansluitend bij de commentaren op zijn tekst, wijzigde de auteur inmiddels de titel, in overeenstemming met zijn keuze om voornamelijk de steden Mechelen (die strikt beschouwd geen deel uitmaakte van het hertogdom Brabant) en Antwerpen te behandelen. Dat weerhoudt de auteur er evenwel niet van om zijn vaststellingen met betrekking tot Antwerpen en Mechelen herhaaldelijk een gemeenschappelijk karakter toe te meten voor de Brabantse steden in het algemeen.

Auteur

Université catholique de Louvain

© Presses universitaires de Louvain, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540