Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’avortement et la justice, une répression illusoire ?

 | 
Stéphanie Villers

La justice dinantaise face à l'avortement durant l'entre-deux-guerres

Présumés d’avortement, qui êtes-vous1 ?

Texte intégral

  • 1 Après l’avoir progressivement restreint au cours de l’analyse de la procédure judiciaire, le cadre (...)
  • 2 Idéalement, dans les dossiers instruits, les réponses à ces questions se trouvent consignées dans (...)

1Les personnes soupçonnées d’avortement présentent-elles un profil type ? La statistique judiciaire a déjà montré que les femmes condamnées pour avoir avorté étaient généralement jeunes et mariées. Mais ces dernières sont-elles pour autant les plus dénoncées ? Sur quelle catégorie de femmes se penche le regard du village : les jeunes filles célibataires, les épouses et/ou les mères de familles ? Du côté des faiseuses d’anges et avorteurs, y-a-t-il une profession particulièrement visée ? Les sages-femmes sont-elles vraiment stigmatisées ? Combien d’auteurs supposés sont-ils dits professionnels ? Combien ont déjà eu affaire à la justice2 ?

1. Les dites avortées

  • 3 Ces dix sont réparties comme suit : une dans les sans-suites, quatre dans les jugements correction (...)

2Quelques 171 femmes sont présentées aux autorités judiciaires comme des avortées. Parmi celles-ci, cinq ont déjà eu affaire à la justice pour avortement. Et dix seraient mortes des suites de l’avortement3. Ces avortées présumées présentent-elles des similitudes entre elles ?

1.1 L'âge

  • 4 Voir annexe M pour une représentation graphique.

3Premier élément fréquemment mentionné dans les dossiers, l’âge de la personne incriminée est connu pour 121 femmes. L’âge calculé ici n’est pas nécessairement celui de la femme au moment où elle se fait avorter. Il s’agit de son âge à l’ouverture de l’enquête. Le décalage susceptible d’exister entre ces deux moments n’est toutefois pas assez considérable que pour modifier les résultats. Les femmes incriminées dans une infraction comme l’avortement sont généralement et logiquement relativement jeunes. Elles sont ainsi en moyenne âgées de vingt-cinq ans et demi La plus jeune a quatorze ans. La plus âgée en a quarante-sept. Peu de femmes dépassent les trente-cinq ans4. Sans surprise, ce laps de temps (14-47 ans) est caractéristique de la période au cours de laquelle une femme est soumise à ses menstruations. Le nombre d’ « avortées » diminue au fur et à mesure que l’âge considéré augmente et ce, corrélativement à la fécondité des femmes. L’avortement porté à la connaissance de la justice n’est que rarement le fait de très jeunes filles. Treize ont moins de dix-huit ans quand elles sont soupçonnées. À en croire les sources, ce serait donc les femmes comprises entre vingt et trente-cinq ans qui seraient les plus suspectées, celles qui précisément sont les plus propices à l’enfantement. Sont-elles mariées ou célibataires ?

1.2 La situation matrimoniale : célibataires ou mariées ?

4Durant l’entre-deux-guerres, la propagande nataliste et les travaux de l’époque perçoivent qu’au tournant du xixe et du xxe siècle, le visage de l’avortée change. Cette dernière ne se réduit plus à l’archétype de la jeune fille séduite et abandonnée. L’avortement devient également populaire chez les femmes mariées, surtout après 1914. Cette évolution est-elle déjà perceptible à Dinant ? L’épouse malthusienne est-elle plus fréquemment présente dans les affaires d’avortement transmises à la justice que la célibataire ? Sur 163 femmes dont l’état civil est connu, septante-trois sont renseignées mariées, soixante-sept célibataires, onze divorcées ou séparées, six fiancées et six veuves. Les femmes mariées ont donc bien pris l’ascendance sur les célibataires dans les rumeurs d’avortement. Les célibataires sont en moyenne âgées de vingt-deux ans, les femmes mariées de trente. Ces épouses sont-elles pour autant plus fréquemment jugées ? Les vingt-deux affaires correctionnalisées à Dinant comptent vingt avortées, dont quatre sont décédées. Dix sont célibataires et dix sont mariées. Une parfaite égalité donc qui tend à prouver que la figure de la fille-mère est encore très présente au début du xxe siècle. L’avortement, loin de changer de catégorie de clientes, s’étend à d’autres et se généralise. Les motifs de l’avortement se diversifient par la même occasion.

  • 5 Raiter, Avortement criminel..., p. 54.
  • 6 Kniebiehler, "Le pouvoir des mères…", p. 47.
  • 7 Le naour et Valenti, Histoire de l’avortement..., p. 88.
  • 8 T. P. I. de Dinant, registre des minutes correctionnelles, 26 avril 1922, Olivia P., n° 328.
  • 9 Ibidem, NL, 1931, boîte 525, Eva L., n° 2821.

5La logique qui guide les célibataires et les femmes mariées à avorter est généralement différente. Les premières sont mues par l’honneur et la « correction de leur faute ». Pour ces jeunes filles, si un mariage réparateur ne vient pas corriger leur état, l’avortement est souvent la seule solution pour éviter l’opprobre social dont elles sont victimes. En effet, comme le souligne un sociologue français, en 1925, « la malheureuse qui a eu un enfant en dehors du mariage se trouve dans une position sociale particulièrement pénible au milieu d’une société fondée sur la famille »5.Parce qu’elle fait vaciller la logique patriarcale, la fille-mère est dissonante dans l’ordre communautaire6. Conduits par une logique nataliste plus que « familialiste », quelques médecins et juristes dénoncent, dès la fin du xixe siècle, ce déshonneur qui frappe les filles-mères. Leurs attaques se concentrent dès lors sur les amants, séducteurs indignes qui, après avoir fait des promesses de mariage pour obtenir les faveurs des jeunes femmes, les abandonnent7. Les dossiers dinantais étudiés ont montré trois cas d’abandon de ce genre où les fiancées lésées utilisaient l’arme de l’avortement pour saisir la justice de leur histoire et contraindre leur séducteur à officialiser leur relation. De la sorte, elles témoignaient également de leur rejet de l’avortement. Plusieurs affaires ont aussi révélé la crainte de confesser à ses parents sa grossesse. C’est d’ailleurs le premier motif qui aurait poussé Olivia P. à recourir à l’avortement8. Pour Eva L, ses parents n’apprennent sa grossesse que par la rumeur villageoise. Son père la renie immédiatement : « Sans demander à celle-ci d’explication, je lui ai dit que je ne voulais plus la voir. Je ne lui ai plus parlé. Je ne l’ai même plus vue, elle est restée dans sa chambre »9. C’est là qu’elle décédera, victime d’une fausse couche reconnue accidentelle par l’expertise. Mais provoquer cette fausse couche n’était-ce pas le dernier moyen qui restait à la jeune femme pour retrouver sa famille ?

6Hormis quelques exceptions, les motifs du supposé avortement ne sont naturellement pas connus. Si quelques lettres de dénonciation évoquent bien la honte d’être fille-mère ou épouse infidèle, les personnes suspectées se gardent de répandre les secrets de leur vie amoureuse aux enquêteurs afin d’éviter d’éveiller des soupçons. Pour la femme mariée, il n’y a d’ailleurs souvent pas de mystère à préserver de ce côté. En avortant, elle cherche généralement à limiter la taille de sa famille pour vivre décemment ou échapper à la misère. Mais si son enfant est le fruit d’une relation adultérine, alors célibataire et épouse se rejoignent dans une volonté commune de supprimer un enfant illégitime. Elles se rejoignent aussi par leur profession.

1.3 Leur profession

  • 10 Anne-Marie Sohn, "Entre-deux-guerres. Les rôles féminins en France et en Angleterre", dans Thebaud(...)
  • 11 Christine Bard, Les femmes dans la société française au 20ème siècle, Paris, 2001 (Coll. « U. Hist (...)
  • 12 Denise De Weerdt, "Zoé, Isabelle, Louise et les autres...", dans Vies de femmes..., p. 34.
  • 13 Tillier, Des criminelles au village...., p. 203.
  • 14 Sohn, Chrysalides…, t. I, p. 143.
  • 15 Ibidem, t. II, p. 592.
  • 16 Valérie Piette, Domestiques et servantes. Des vies sous condition. Essai sur le travail domestique (...)

7La profession permet de situer l’environnement social dans lequel vit la présumée avortée. Les années vingt présentent certes quelques signes d’émancipation féminine, il n’empêche que la vie quotidienne des femmes évolue peu10. Elles restent cantonnées dans la sphère privée, surtout en milieu rural, comme à Dinant. C’est ainsi que sur les 142 femmes dont la profession est connue, nonante et une sont présentées comme des ménagères, soit près de 65 %. Le ménage est la tâche qui incombe aux femmes de la famille, mariées ou non. Être ménagère est un devoir avant d’être une profession ou un statut. Pour la rhétorique nataliste, il s’agit d’un idéal, d’une fonction naturelle qui doit accentuer le devoir de maternité de la femme. Au lendemain de la guerre, les femmes sont renvoyées au foyer pour faire des enfants. Le rôle de ménagère est glorifié comme un pouvoir11. Le modèle féminin se résume à une triple dévotion : amour pour l’enfant, amour pour le mari et attachement au foyer12. C’est ainsi que rester célibataire à la campagne est une anomalie. Quel que soit leur âge, les célibataires n’accèdent jamais à la dignité de femmes, elles demeurent des filles13. L’idéal promu par les discours natalistes ne s’applique par toujours dans la pratique. Il se heurte principalement aux difficultés économiques. À la campagne, les femmes des milieux modestes sacrifient « le dedans » pour participer aux travaux agricoles. À la ville, elles deviennent ouvrières pour la survie de leur famille14. Enfin, lorsque la femme mariée atteint un certain âge, elle se fait aider par d’autres femmes : ses filles surtout et, si elle en a les moyens, des servantes et des journalières. Dix-neuf de nos accusées sont des servantes et cinq des journalières. Des études ont montré que les servantes constituent la catégorie sociale qui totalise le plus grand nombre de crimes contre l’enfant parce que ce groupe de femmes est frappé par des ruptures sentimentales plus fréquentes15. Célibataires, vivant chez leur patron, elles sont souvent des proies « faciles » pour les hommes de la maison, familiers ou journaliers, lesquels fantasment sur le corps de ces domestiques16. Quelques-unes de « nos » servantes avouent avoir eu à subir des relations contre leur gré. Mais les hommes en cause ne sont jamais inquiétés. Enfin, huit femmes sont renseignées « sans profession ». Quatre sont couturières, quatre cabaretières, quatre ouvrières. Les autres sont apprentie, négociante, tisseuse, coiffeuse, etc.

  • 17 Lévy, Du suspect au coupable..., p. 17.
  • 18 Karen Celis, "Socialisme en seksuele....", p. 185.

8Bref, les avortées présumées appartiennent aux classes populaires. Or, la pratique de l’avortement touche sans distinction les classes inférieures comme les couches sociales les plus élevées. Disposant davantage de moyens, les femmes mieux nanties ont un meilleur accès aux contraceptifs. Surtout, moins soumises au regard des voisins, elles semblent mieux protégées de la justice. La faculté de s’abriter des regards indiscrets n’est donc pas la même pour tous et est en partie liée à la position sociale occupée17. Chez le peuple, les avortements sont plus fréquemment dénoncés en raison des commères bavardes et des jaloux. Cette constatation confirme l’idée que la loi réprimant l’avortement est une loi de classe et ce, d’abord par son mode de saisine privilégié18. Le voisinage scrute la femme en âge de procréer. Au-delà de son état civil ou de sa profession, c’est davantage la réputation de la femme qui est en jeu dans la rumeur. Il n’y a pas ou plus de profil unique d’avortée depuis la banalisation de l’acte.

2. Les présumés faiseuses d’anges et avorteurs19

  • 19 Septante-quatre personnes sont présentées comme telles à la justice dans 169 dossiers. Dix-huit se (...)

9Réputée active et puissante durant l’entre-deux-guerres, l’industrie des avorteurs reste à bien des égards mystérieuse, toujours soupçonnée mais rarement découverte. C’est que le monde des faiseuses d’anges est beaucoup plus hétérogène que celui des avortées notamment parce qu’il s’ouvre aux hommes.

2.1 Quelques récurrents et/ou réputés professionnels

  • 20 Douze des septante-quatre individus apparaissent dans des dossiers différents. Quatre de ceux-ci s (...)
  • 21 Ibidem, NL, 1933, boîte 532, Simone B. et Cécile F., n° 1738.
  • 22 Ibidem, registre de minutes de jugements correctionnels, Sylvie H. et Marie G., 13 décembre 1921, (...)
  • 23 Ibidem, NL, 1932, boîte 531, Régina L., n° 3868.

10Des présumés avorteurs ont affaire à la justice dinantaise plusieurs fois durant l’entre-deux-guerres20. Certains de ces « récidivistes » sont considérés comme des spécialistes en la matière. De Cécile F., la dénonciation anonyme dit « qu’elle fait ce métier depuis des années »21. La minute de jugement correctionnel de Sylvie H. précise qu’elle doit être considérée comme une véritable professionnelle22. Mais les « avorteurs » peuvent avoir cette réputation sans pour autant avoir déjà été inquiétés par la justice. Est-on en mesure, sur cette base, de déceler d’éventuels réseaux ou associations d’avorteurs ? Régina L. et Thérèse V., deux professionnelles qui apparaissent dans des dossiers distincts, auraient été amenées à pratiquer des avortements ensemble en 1933. Il est dit également que Thérèse se servirait d’un colporteur pour racoler ses clientes23. Mis à part ce semblant d’organisation, les « avorteurs » semblent être des solitaires. Les éventuels complices sont des familiers de l’avortée, rarement de l’avorteur. Malheureusement, aucun renseignement n’est fourni sur les tarifs demandés par ces professionnels. Est-il possible de tirer l’essentiel, voire la totalité de ses revenus de cette pratique ? La recherche du lucre est-elle la motivation première des avorteurs ?

2.2 L’âge des présumés avorteurs

11L’âge des femmes avortées correspond naturellement à la période de fécondité féminine. Pour les avorteurs, il n’y a plus de fraction d’âge possible. Calculé sur base des quarante-quatre cas qui sont connus, leur âge moyen s’élève à trente-sept ans et demi. Il dépasse d’une dizaine d’années l’âge moyen des avortées. Y-a-t-il des éléments d’explications à cette différence ? Certainement que non. Le milieu des avorteurs est beaucoup plus hétérogène que celui des avortées. L’âge n’est pas une condition préalable à l’accomplissement de l’infraction. L’écart remarqué entre les deux moyennes pourrait refléter le temps de l’expérience à acquérir, c’est-à-dire le temps de l’apprentissage de la pratique et de la formation d’une réputation. Dans cette logique, sages-femmes et médecins doivent terminer leur instruction avant de pouvoir « secourir » les futures mères en détresse. Mais y-a-t-il tant de sages-femmes faiseuses d’anges et de médecins avorteurs dans les affaires d’avortement portées à la connaissance de la justice ?

2.3 Le sexe et la profession des dits avorteurs

  • 24 T. P. I. de Dinant, registre des minutes correctionnelles, Juliette M., 10 juillet 1924, n° 277 et (...)
  • 25 Ibidem, Irène M., 19 juin 1933, n° 346.

12Délit spécifique de la criminalité féminine, l’avortement n’est pas totalement étranger aux hommes. Sur les septante-quatre auteurs suspectés, vingt sont de sexe masculin. Mettons de côté immédiatement le pharmacien suspecté de colporter des anticonceptionnels et les deux médecins qui pratiquent un avortement thérapeutique. Qui sont les hommes soupçonnés ? Qui est généralement désigné comme avorteur par une dénonciation ou la rumeur ? Pas moins de onze d’entre eux sont les amants, les maris, les fiancés ou les abuseurs de la femme que l’on dit avortée. Ils ont donc une responsabilité dans la grossesse de celle-ci. Deux de ces conjoints sont jugés. Ils écopent de un et deux ans de prison24. Le complice d’un des deux en prend pour six mois. Un père est également condamné à sept mois de prison pour avoir fait avorter sa fille avec l’aide d’une infirmière25. Ces hommes ne seraient donc 'que' des amateurs qui ont un enjeu personnel dans l’avortement. Il s’agirait d’'avorteurs de circonstance'. D’ailleurs, la majorité n’exerce pas de profession en corrélation avec l’avortement.

  • 26 Ibidem, NL, 1929, boîte 519, Honoré T., n° 372.
  • 27 Ibidem, 1925, boîte 510, Marguerite H., n° 2200 et A. E. N., SS, 1930, épouse L-R, n° 589.
  • 28 Karen Celis, "Abortus in België...", p. 203.
  • 29 Masuy-Stroobant, Les déterminants individuels...., p. 16.

13Seul un homme a une réputation d’avorteur, Honoré T. Cependant, dans le dossier qui le concerne, il serait intervenu pour faire avorter sa sœur, avec laquelle, selon la rumeur publique, il entretiendrait des relations sexuelles26. Deux individus ne sont pas clairement identifiés : un « criminel de Marche » et un « homme inconnu de Couillet » auraient respectivement avorté Marguerite H. et l’épouse R.27 Enfin, deux médecins sont mis en cause. L’un deux, Omer J., est condamné à trois ans en 1919. Le second ne reste qu’un nom. Il n’est pas inquiété. Le docteur G. de Bruxelles aurait fait avorter Carmen F. en 1933. La jeune femme aurait trouvé ce médecin via une petite annonce, mais est incapable de fournir son adresse exacte au juge d’instruction. Très peu de médecins sont donc soupçonnés de prêter main forte aux femmes dans ce genre d’entreprise. Qu’en est-il dans la réalité ? Combien de médecins font passer la santé de la patiente avant la loi pénale et les sanctionspossibles ? À partir de l’entre-deux-guerres, les médecins offriraient un appui plus large dans l’exécution des pratiques abortives28. En même temps, ils étendent leur surveillance à la période prénatale. Il faut toutefois attendre la seconde moitié du xxe siècle pour que le médecin supplante la sage-femme dans la tâche d’assister les accouchements29.

  • 30 Stengers, "Les pratiques anticonceptionnelles...", p. 1124.

14Les professionnels de l’avortement sont des femmes. Les « avortées » se font aider par des consœurs. Parmi les professions typiquement féminines, il y en a une qui semble tout particulièrement prompte à pratiquer des avortements, celle qu’exercent les sages-femmes et les accoucheuses. Les discours natalistes en font d’ailleurs les premières suspectes. Peu avant 1914, les repopulateurs notent que c’est dans les régions où il y a le plus de sages-femmes qu’il y a aussi, paradoxalement, le moins de naissances30. La multiplication dans la presse d’annonces douteuses pour des maisons d’accouchement « discrètes » conforte la présomption qui pèse sur ce corps professionnel. Toutefois, peu d’accoucheuses sont explicitement dénoncées comme avorteuses dans l’échantillon de dossiers analysés. Neuf sont présentées comme telles. Parmi celles-ci, quatre sont condamnées, dont une à deux reprises. Les peines prononcées à leur égard vont de huit mois à trois ans. Rappelons que pour les membres du corps médical, le Code pénal – art. 353 – prévoit au minimum la réclusion.

  • 31 Agnès Fine, Savoirs sur le corps et procédés abortifs au xixème, dans Communications, 1986, 1944, (...)
  • 32 Sohn, Chrysalides..., t. II, p. 866

15Surtout, le recours à une avorteuse n’est plus toujours nécessaire : l’auto-avortement par injection est pratiqué par de nombreuses femmes. Fin du xixe siècle, l’avortement se médicalise par la diffusion dans les campagnes de procédés techniques nouveaux. La pratique de l’avortement devient accessible à des tiers non-qualifiés médicalement31. Les matrones font de plus en plus concurrence aux sages-femmes. Nombreuses sont ces femmes qui sans diplôme d’accoucheuse et donc sans compétences préalables se mêlent d’avortement. Si l’on en croit les rumeurs et les déclarations, l’avorteuse est une familière. Elle appartient à la même catégorie professionnelle que les avortées : la majeure partie d’entre elles sont des ménagères. Beaucoup, toutefois, semblent être des avorteuses occasionnelles. Il s’agit souvent d’un proche qui vient en aide à une amie, une voisine ou à un membre de sa famille : mères, tantes, cousines et patronnes sont sur la sellette. Dans sa thèse sur les femmes et la vie privée, Anne-Marie Sohn affirme pourtant le contraire. Selon elle, les proches sont moins sollicités que le clame la vox populi32. Or, les sources judiciaires dinantaises font essentiellement écho à cette vox populi via la rumeur publique. D’ailleurs sans elle, comment connaître la pratique de l’avortement ?

Le Détective n° 299, publié en France le 19/07/1934 L’article abordait plusieurs affaires d’infanticide.

Notes

1 Après l’avoir progressivement restreint au cours de l’analyse de la procédure judiciaire, le cadre d’étude s’étend de nouveau, pour cette partie, aux sans suites, aux non-lieux mais également aux affaires jugées connues par le biais du registre d’audiences, soit à 169 affaires, pour l’arrondissement judiciaire de Dinant et la période 1919-1940.

2 Idéalement, dans les dossiers instruits, les réponses à ces questions se trouvent consignées dans le bulletin de renseignements. Ce document comprend l’identité complète des prévenus – noms, prénoms, état civil, profession, lieu de naissance, domicile –, leur degré d’instruction, leurs éventuelles condamnations antérieures et les peines encourues. Toutefois, de tels bulletins ne sont présents que dans une vingtaine d’affaires. Pour les autres et pour les affaires de sans suites, les renseignements sociologiques proviennent essentiellement des documents ouvrant le dossier, des procès-verbaux, dépositions et interrogatoires.

3 Ces dix sont réparties comme suit : une dans les sans-suites, quatre dans les jugements correctionnels, cinq dans les non-lieux.

4 Voir annexe M pour une représentation graphique.

5 Raiter, Avortement criminel..., p. 54.

6 Kniebiehler, "Le pouvoir des mères…", p. 47.

7 Le naour et Valenti, Histoire de l’avortement..., p. 88.

8 T. P. I. de Dinant, registre des minutes correctionnelles, 26 avril 1922, Olivia P., n° 328.

9 Ibidem, NL, 1931, boîte 525, Eva L., n° 2821.

10 Anne-Marie Sohn, "Entre-deux-guerres. Les rôles féminins en France et en Angleterre", dans Thebaud (dir.), Histoire des femmes..., p. 91.

11 Christine Bard, Les femmes dans la société française au 20ème siècle, Paris, 2001 (Coll. « U. Histoire »), p. 34.

12 Denise De Weerdt, "Zoé, Isabelle, Louise et les autres...", dans Vies de femmes..., p. 34.

13 Tillier, Des criminelles au village...., p. 203.

14 Sohn, Chrysalides…, t. I, p. 143.

15 Ibidem, t. II, p. 592.

16 Valérie Piette, Domestiques et servantes. Des vies sous condition. Essai sur le travail domestique en Belgique au 19ème, Bruxelles, 2000, p. 273.

17 Lévy, Du suspect au coupable..., p. 17.

18 Karen Celis, "Socialisme en seksuele....", p. 185.

19 Septante-quatre personnes sont présentées comme telles à la justice dans 169 dossiers. Dix-huit seront condamnées.

20 Douze des septante-quatre individus apparaissent dans des dossiers différents. Quatre de ceux-ci sont jugés. Mais seule Alice K. passe plus d’une fois en correctionnelle : cette garde couche est condamnée à quinze mois de prison en 1921 et à six mois en 1933. Les trois autres bénéficieront, après leur condamnation, d’abandons de poursuites. T. P. I de Dinant, registre d’audiences, Alice K., 9 février 192I, n° 9044 et Irène M., 19 juin 1933, n° 346.

21 Ibidem, NL, 1933, boîte 532, Simone B. et Cécile F., n° 1738.

22 Ibidem, registre de minutes de jugements correctionnels, Sylvie H. et Marie G., 13 décembre 1921, n° 3357.

23 Ibidem, NL, 1932, boîte 531, Régina L., n° 3868.

24 T. P. I. de Dinant, registre des minutes correctionnelles, Juliette M., 10 juillet 1924, n° 277 et George L., 11 octobre 1930, n° 3686.

25 Ibidem, Irène M., 19 juin 1933, n° 346.

26 Ibidem, NL, 1929, boîte 519, Honoré T., n° 372.

27 Ibidem, 1925, boîte 510, Marguerite H., n° 2200 et A. E. N., SS, 1930, épouse L-R, n° 589.

28 Karen Celis, "Abortus in België...", p. 203.

29 Masuy-Stroobant, Les déterminants individuels...., p. 16.

30 Stengers, "Les pratiques anticonceptionnelles...", p. 1124.

31 Agnès Fine, Savoirs sur le corps et procédés abortifs au xixème, dans Communications, 1986, 1944, p. 132

32 Sohn, Chrysalides..., t. II, p. 866

Table des illustrations

Légende Le Détective n° 299, publié en France le 19/07/1934 L’article abordait plusieurs affaires d’infanticide.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/785/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable