Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’avortement et la justice, une répression illusoire ?

 | 
Stéphanie Villers

Préface

Xavier Rousseaux

Texte intégral

  • 1 Voir à ce propos René Leboutte, ’’L’infanticide dans l’est de la Belgique au xviiie-xixe siècle ; (...)

1Si l’infanticide apparaît comme le « crime féminin » par excellence du xixe siècle1, les luttes autour de l’avortement font partie de l’histoire du xxe siècle. En particulier, dans les années 1920, un raidissement pénal s’observe chez les élites. L’obsession d’une dépopulation massive de l’Occident suite aux saignées de jeunes hommes durant la Grande Guerre accentue les craintes des sciences criminelles de la fin du xixe siècle envers la dégénérescence de la « race » occidentale. Renaissent les velléités du renforcement des poursuites judiciaires contre les femmes qui se font avorter, mais aussi contre leurs complices avérés. Sages-femmes et « faiseuses d’anges », apothicaires et médecins peu scrupuleux, amants et maris complaisants sont ainsi dans le collimateur d’un parquet pris d’une « frénésie » répressive, alimentée par une presse nataliste et patriotique. L’ouvrage de Stéphanie Villers illustre un épisode de cette lutte illusoire menée par la justice belge pour réprimer un comportement qui se généralise et se modernise, en même temps que les moyens contraceptifs, répandus dans les populations européennes par les troupes combattantes durant la Première Guerre mondiale.

2A travers une étude de terrain minutieuse et précise, l’auteure montre toute la richesse des archives judiciaires, suggestives « sur la manière avec laquelle les normes sont appliquées, mais […] aussi […] documents remarquables pour l’histoire de la famille et de la vie privée ». A travers ces poursuites judiciaires souvent inabouties, l’ambition de l’auteure est de « percer quelques-uns des mystères de l’avortement ». Il en ressort un ensemble de décalages entre les conceptions des élites politiques, sociales et scientifiques et les pratiques des populations, même dans un arrondissement rural comme Dinant de 1918 à 1940. Décalage entre le discours nataliste et patriotique de la haute magistrature et l’abandon massif des poursuites entamées sur les injonctions des parquets. Décalage entre les hommes, maîtres des techniques législatives et médicales, et les femmes maîtresses des pratiques de la vie. Les médecins appelés comme experts hésitent, volontairement ou non, à détecter un avortement ; les accusées se défendent en niant l’accusation ou en justifiant d’une fausse couche. Au fil des dossiers judiciaires, se dévoilent les expressions multiples des relations sociales autour de l’interruption de grossesse : suspicion et mauvaise réputation qui frappent encore les accidents de grossesse, déshonneur de celles issues de relations avec l’occupant allemand, réseaux informels et pratiques de régulation des naissances, poids de la domination masculine et des clivages socio-économiques dans la focalisation de la suspicion. L’Entre-deux-guerres témoigne également des mutations des comportements et de leurs représentations : autonomie revendiquée du couple sur sa vie privée, et de la femme sur son corps. L’échec de la répression éclaire d’un jour nouveau les efforts des élites intellectuelles et sociales pour développer des politiques familiales étatiques (l’ONE est née de la guerre, de même que la Ligue des familles nombreuses), qui font progressivement entrer les populations rurales dans le modèle démographique de l’enfant choisi et accueilli. Issu d’un mémoire de licence en histoire, réalisé à l’Université catholique de Louvain en 2004, le travail de Stéphanie Villers apporte une contribution novatrice à cette histoire de l’avortement en Belgique qu’elle appelle de ses vœux. Pour ses qualités, ce travail a obtenu le premier Prix d’Histoire des femmes de l’Université des Femmes en 2005. Il s’intègre avec bonheur dans la collection Histoire, Justice et sociétés, éditée par le Centre d’histoire du droit et de la justice.

Notes

1 Voir à ce propos René Leboutte, ’’L’infanticide dans l’est de la Belgique au xviiie-xixe siècle ; une réalité’’, in Annales de démographie historique, 1983, p. 187-209. Annick Tillier, Des criminelles au village. Femmes infanticides en Bretagne 1825-1865, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2001.

Auteur

Chercheur qualifié du FRS-FNRS
Professeur à l’UCL
Directeur du CHDJ

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable