Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du sordide au mythe

 | 
Jean-Michel Chaumont
, 
Christine Machiels

Les suites du scandale

Entre délinquance et immoralité : catégorisation et traitement des filles de justice de l'établissement public de Bruges (Belgique, 1922-1950)

Veerle Massin

Texte intégral

1Le « scandale des petites Anglaises » a été l’occasion de se pencher sur une thématique qui contient deux éléments croisés : les mineures et leur sexualité. Ces deux éléments peuvent être observés à travers différents contextes qui, loin de disperser l’analyse, ne peuvent que la compléter. Un sujet connexe et un saut dans le temps nous permettent ainsi de donner un nouvel éclairage à cette problématique, qui sera cette fois étudiée dans le cadre particulier d’une institution de l’État belge pour jeunes filles délinquantes, après la Première Guerre mondiale et jusqu’aux années 1950.

  • 1 Cf. infra.
  • 2 Margo De Koster, Weerbaar, weerspannig of crimineel ? Meisjes en jonge vrouwen tussen emancipatie (...)

2Le lien établi entre sexualité et délinquance chez les jeunes filles n’est pas neuf, et il a été traité à travers de nombreuses recherches1 au cours du xxe siècle, que ce soit dans les champs de la psychologie, de la sociologie, de la criminologie ou du droit. Plus récemment, des études empiriques en histoire ou en criminologie ont démontré la pertinence de ce lien et la manière dont il se concrétisait dans les pratiques des tribunaux pour enfants, à travers les préventions utilisées lors des poursuites de jeunes filles au sein des juridictions pour mineurs2. Aujourd’hui, l’occasion se présente d’étudier ce lien directement à partir des établissements de prise en charge des filles délinquantes, dont la mission était non seulement de traiter ces jeunes filles, mais également, dans un premier temps, de les catégoriser.

3Quelle place prend la sexualité des filles dans la détermination de comportements délinquants ? Comment cette sexualité est-elle qualifiée et dans quelle mesure celle-ci peut-elle constituer un 'problème' pour la société, qui relègue ces jeunes filles dans des établissements d’enfermement ?

4Cette étude est le fruit d’une recherche doctorale centrée sur un établissement à la fois spécifique et singulier : l’asile-clinique de Bruges, créé en 1922 à l’initiative du ministère de la Justice. Cette recherche tente, à partir d’un champ bien délimité (dans le temps et dans l’espace), de donner un compte-rendu fouillé des pratiques mais aussi des idées qui dominent une époque, en matière de délinquance des jeunes filles, et ce notamment à travers le lien existant entre délinquance et immoralité.

5Après un premier point sur le contexte de création de l’asile-clinique de Bruges, son évolution structurelle et sa destination, nous nous interrogerons sur la manière dont les jeunes filles y sont reçues. Nous pouvons déjà l’affirmer, a priori : elles y sont souvent qualifiées de « délinquantes sexuelles ». S’agit-il d’une réalité, ou d’une étiquette ? Pour répondre à cette question, nous tenterons de comprendre comment s’organise la catégorisation, et en regard de celle-ci, quelles sont les réponses qui y sont données par l’institution, à travers le traitement auquel les filles sont soumises.

1. Une institution destinée aux cas « spécifiques »

  • 3 Gonorrhée, blennorragie, syphilis.
  • 4 À partir des années 1840 pour les garçons, et 1860 pour les filles (Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, D (...)
  • 5 Ibidem.
  • 6 Pasinomie, Collection complète des lois, décrets, arrêtés et règlements qui peuvent être invoqués (...)
  • 7 Les mesures en question pouvant être 1) la réprimande, assortie de la liberté surveillée 2) le pla (...)
  • 8 Cf. Jenneke Christiaens, De geboorte van de jeugddelinquent (België, 1830-1930), Brussel, VUBPress (...)

6La création de l’asile-clinique de Bruges (Rijkskliniek) en 1922, institution publique destinée à accueillir les filles de justice atteintes de maladie vénérienne3, s’inscrit dans un large contexte de réformes judiciaires et institutionnelles à l’égard des enfants de justice, engrangées depuis le xixe siècle. Ces réformes aboutissent tout d’abord à la création d’institutions d’enfermement4 réservées aux mineurs d’âge et qui se spécialisent au fil du temps5, ensuite à l’adoption d’une nouvelle législation6, qui crée les tribunaux pour enfants et soumet les mineurs à des mesures protectionnelles7, et non plus à des peines. Ces deux vagues de réformes sont liées par un objectif commun : dépénaliser le traitement de la délinquance juvénile, en apportant, dans les champs judiciaire et institutionnel, des réponses plus éducatives et préventives que punitives8.

  • 9 Cf. Dumortier, De jeugdrechter in twijfel...

7En instituant le juge des enfants, le législateur a voulu assurer une meilleure intervention de l’État à l’égard des enfants délinquants, indisciplinés ou en danger. Ce juge a à la fois une mission pédagogique, qui répond à un souci de ‘justice sociale’, laissant en principe de côté la répression et l’arbitraire, et à la fois une mission juridique, qui rejoint des objectifs de ‘défense sociale’ et par laquelle il peut plus facilement contrôler les mineurs dont il a la charge, et à travers eux, leur famille9.

  • 10 Cf. Dupont-Bouchat, De la prison à l’école..., p. 76.
  • 11 Recueil des circulaires, instructions et autres actes émanés du Ministère de la Justice, Henri Car (...)
  • 12 Pour la période traitée (1922-1950), institutions publiques pour garçons : Moll observation, Moll (...)
  • 13 Voir note 716.
  • 14 Cf. Dumortier, De jeugdrechter in twijfel...
  • 15 Arrêté royal du 15/03/1921, Moniteur belge, 12/05/1921 ; Recueil des circulaires, instructions et (...)

8Le juge des enfants a la possibilité, lorsqu’il prononce une mesure à l’égard d’un mineur, de placer celui-ci dans une institution, publique comme privée, tout en gardant son autorité sur lui. Les institutions publiques pour les enfants de justice sont les héritières directes des premières prisons pour mineurs d’âge. Leur réseau, qui sort du cadre de l’administration des prisons à partir des années 1890 pour intégrer celui de l’administration de la bienfaisance10, devient à partir de 1912 et de la nouvelle législation une attribution du ministère de la Justice, et du nouvel Office de la Protection de l’enfance11. Ce réseau comprend des institutions destinées aux garçons ou aux filles12, et complète une configuration institutionnelle complexe dans laquelle les établissements relevant d’initiatives privées sont, de loin, majoritaires. La législation de 1912 confie aux institutions publiques les jeunes soumis à la mesure de mise à disposition du gouvernement13. Celles-ci accueillent donc les mineurs les plus difficiles, soumis à la mesure la plus sévère existant dans l’échelle des mesures du juge, et qui ne peuvent rester ni dans leur cercle familial ni dans les institutions privées, notamment pour empêcher tout danger de « contamination morale ». Cette configuration ne perdure pas longtemps, pour deux raisons : les juges des enfants ne prononcent que rarement la mesure de mise à disposition du gouvernement définitive (elle est dans la plupart des cas appliquée de manière provisoire14) et l’Office de la Protection de l’enfance souhaite que « ses » institutions puissent accueillir différents types de mineurs de justice -et pas seulement les plus difficiles -, par le biais d’une meilleure catégorisation des jeunes comme des établissements. Les Écoles de Bienfaisance deviennent donc officiellement, en 1921, des Établissements d’Éducation de l’État15, afin qu’ils puissent s’ouvrir à un public plus large et se spécialiser.

  • 16 Recueil des circulaires, instructions et autres actes émanés du Ministère de la Justice, 13/09/192 (...)
  • 17 Ibidem, 30/06/1920.
  • 18 Ibidem, 05/07/1922.
  • 19 Liesbeth Nys, "De grote school van de natie. Legerartsen over drankmisbruik en geslachtziekten in (...)
  • 20 Constant Loix, "L’organisation des établissements de l’État" dans Revue de Droit pénal et de Crimi (...)

9C’est dans ce but de perfectionnement de son réseau que l’Office de la Protection de l’enfance crée l’asile-clinique de Bruges à cette période. Jusque là, les jeunes filles du réseau public sont placées à l’École de Bienfaisance de l’État à Namur (qui devient Établissement d’Éducation de l’État en 1921), institution qui sera déplacée progressivement vers les nouveaux pavillons de Saint-Servais de 1922 à 192616. La nécessité de la mise en place d’institutions destinées aux « cas particuliers » de la délinquance juvénile féminine se fait sentir. C’est ainsi que sont créés, en 1921 à Uccle, un asile-maternité pour les filles du juge enceintes ou déjà mères17, et en 1922 à Bruges18, un asile-clinique pour jeunes filles atteintes de maladie vénérienne. Cette dernière innovation fait suite aux craintes éveillées par la propagation des maladies sexuellement transmissibles, qui s’accentuerait depuis les années de guerre19, et par la nécessité de consacrer un établissement à ces mineures malades. Celles-ci ne peuvent être placées avec les autres jeunes filles, par risque de contamination -physique mais aussi morale -et ne peuvent pas non plus rester dans des hôpitaux lorsqu’elles sont placées par le juge des enfants. L’asile-clinique de Bruges témoigne donc de la volonté de l’État de s’inscrire activement dans « la croisade entreprise, surtout depuis la guerre, contre les maladies vénériennes20 ».

  • 21 Proposition faite par une commission nommée par le ministre de la Justice Vandervelde le 28/01/191 (...)
  • 22 Maus, "L’office belge de la protection de l’enfance...".
  • 23 Arrêté royal du 15/03/1921, op. cit.
  • 24 A.E. Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge (1922-1975), n°1, PV Studiekring R (...)
  • 25 Simone Huynen, "L’évolution sur le plan pratique : dans les méthodes de traitement en institution" (...)
  • 26 E. Delacollette, Contribution à l’histoire de la protection de l’enfance en Belgique : deuxième pa (...)
  • 27 A.E. Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., n°37, Circulaire du Directeur (...)
  • 28 Instruction du 18/11/1919, Cf. A.E. Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., (...)
  • 29 Recueil des circulaires, instructions et autres actes émanés du Ministère de la Justice, 30/08/192 (...)
  • 30 Cf. les rapports d’observation de l’Établissement d’Observation de l’État à Saint-Servais, section (...)

10Alors que la tendance est à la création d’établissements modernes, disposant d’une architecture adaptée à la rééducation en petit groupes21, les budgets disponibles au ministère de la Justice ne permettent pas la construction d’une série de nouveaux bâtiments destinés aux délinquants juvéniles22. Si l’École de Bienfaisance de Namur est remplacée par un complexe pavillonnaire à Saint-Servais, les autres établissements devront se contenter d’une réadaptation des anciens locaux et d’une nouvelle catégorisation des mineurs en « sections », qui se substituent donc au projet d’institutions multiples qui puissent accueillir tous types de mineurs délinquants, exprimé par la réforme de 192123. Pour ce qui est de l’asile-clinique, l’État met alors à la disposition de l’Office de la Protection de l’enfance les locaux d’un ancien refuge pour vagabonds à Bruges, devenu maison d’arrêt pour femmes24, alors que celles-ci viennent d’être transférées dans des nouveaux bâtiments modernes considérés comme mieux adaptés. La population de chaque établissement de l’État est alors, à partir de 1921, subdivisée en petits groupes, suivant un régime sectionnaire -appelé a posteriori « régime progressif25 » -où chaque section fonctionne suivant des règles de discipline et d’éducation personnalisées. Il s’agit d’un système de catégorisation graduelle, au sein duquel les mineurs sont classés en fonction de leur amendement moral26, et basé sur l’idée que ceux-ci peuvent passer d’une section à une autre, par un jeu de récompenses ou de punitions27. C’est au cours de l’observation, au sein d’un établissement spécialisé, que les mineurs sont sériés une première fois. Le passage par l’observation, rendu possible par la loi du 15 mai 1912, devient obligatoire en 1919 pour tous les mineurs qui sont ensuite placés dans un Établissement d’Éducation de l’État28. L’observation des jeunes filles du réseau public est organisée officieusement à Namur, dès 1915, et est officialisée par l’ouverture d’une nouvelle institution en 192229, conjointe à l’Établissement d’Éducation namurois (elle dispose de la même direction), dénommée « Établissement d’Observation de l’État », et qui se déplacera également à Saint-Servais. Si cette étape oriente la décision du juge des enfants quant à un éventuel placement dans le réseau public, elle sert aussi à donner une première idée du jeune, de sa moralité et de son caractère30 à l’institution d’éducation qui l’accueille ensuite, et l’aide alors à déterminer à quelle section le mineur sera confié.

  • 31 A.E. Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., n°35, Convention entre le dire (...)
  • 32 Et l’École de Bienfaisance de l’État à Namur, une fois complètement féminisée en termes de populat (...)
  • 33 Les raisons de ce changement ne sont pas connues.
  • 34 Moll : institution d’éducation et d’observation pour garçons. L’information est connue par : A.E. (...)

11Le ministère de la Justice choisit de remettre la gestion de l’asile-clinique de Bruges, lors de son ouverture en 1922, à l’Association hospitalière des Sœurs de la Sainte-Famille de Courtrai, qui doit alors prendre en charge la totalité du « service intérieur de l’asile pour syphilitiques31 », tout en restant sous la direction de l’Office de la Protection de l’enfance : gérance de la clinique, de l’instruction intellectuelle, religieuse et professionnelle, de l’alimentation, de l’habillement et enfin surveillance des élèves. Le fait qu’une institution de l’État remette ses pupilles entre les mains d’une congrégation religieuse n’a rien de surprenant : depuis les premières prisons pour femmes au xixe siècle, la surveillance des détenues est toujours confiée à des religieuses32, celles-ci étant considérées, aussi par l’État, comme les mieux disposées pour s’occuper de la rééducation et de la formation des jeunes filles. Après trois ans, la mère supérieure en charge de la direction de l’établissement de Bruges est néanmoins défaite de ses fonctions directrices33, et est remplacée par un laïc, pédagogue, qui a eu une première expérience professionnelle comme chef de groupe à Moll34. Celui-ci reprend la direction générale de l’établissement, tandis que la sœur supérieure reste à la tête des membres de sa congrégation, qui continue à s’occuper de la surveillance, de l’éducation et de la formation des filles. Le directeur, loin de se limiter à des décisions purement administratives, intervient en toutes matières -mais doit toujours obtenir l’accord de l’Office de la Protection de l’enfance -, s’occupe des rapports avec tous les collaborateurs extérieurs à l’établissement (juges des enfants, directions des autres institutions, familles des filles placées, médecins spécialistes,...) et n’hésite pas à proposer de lui-même les modifications d’organisation qu’il estime nécessaires pour son institution.

  • 35 Jean Van de Vliedt de 1925 à 1945.
  • 36 L’institution privée Sainte-Marguerite de Cortone (Kiel-Anvers) et les Établissements d’Observatio (...)
  • 37 A.E. Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge...., n°170, Lettre du directeur de (...)
  • 38 Ibidem, n°170, Proposition du directeur de l’asile-clinique de Bruges au chef de cabinet du minist (...)

12C’est ainsi que, sous l’impulsion du premier directeur laïc de l’asile-clinique de Bruges35, la configuration de l’institution va se modifier sensiblement au cours de ses douze premières années d’existence. Très vite, les principaux établissements pour jeunes filles36 se reposent sur le nouvel asile-clinique pour y envoyer les cas problématiques, non seulement en termes d’affections vénériennes mais aussi du point de vue disciplinaire. C’est du moins l’interprétation de la nouvelle direction qui, se trouvant face à d’importants problèmes comportementaux au sein de l’institution, plaide auprès de l’Office de la Protection de l’enfance pour la création d’un nouvel établissement, qui accueillerait les cas jugés trop difficiles pour tout le réseau public, afin de limiter les transferts de ce genre à la clinique. Le directeur de la clinique se propose d’organiser lui-même cette nouvelle institution, qui accueillerait donc les « filles de justice qui réclament un traitement plus sévère parce que des méthodes à tendance optimistes ne donnèrent aucun résultat et qui, malgré tout, se montrent profondément perverses, vicieusement agressives, et semblent être un danger pour la société et les groupes ordinaires37 ». Il s’agirait d’un établissement d’éducation de l’État à part entière, qui serait organisé dans les mêmes bâtiments que la clinique, qui bénéficierait de la même direction et du même personnel mais qui serait complètement distinct de l’asile-clinique, d’un point de vue légal comme du point de vue du contact entre les mineures qui y sont internées38. La constitution de cette nouvelle section, qui est agréée par le ministère de la Justice, est l’occasion pour la direction d’exprimer son point de vue sur la nature de la délinquance des filles qui y seront accueillies :

  • 39 Ibidem, n° 170, Lettre du directeur de l’Asile-clinique Van de Vliedt au ministre de la Justice Pa (...)

« Nous pouvons présumer que les filles mineures indisciplinées que nous aurons à interner mais surtout à traiter sont des "délinquantes sexuelles". La population des vénériennes à l'Asile-Clinique peut nous faire entrevoir ce que sera la population du quartier disciplinaire. La lutte contre l'indiscipline sera surtout une lutte contre l'immoralité. Le régime de l'internement et de l'isolement forcé, en bien des circonstances, pourrait favoriser celle-ci s'il ne se limitait qu'à cela »39.

  • 40 Ibidem, "Règlement disciplinaire pour l’établissement d’éducation de l’État à Bruges".
  • 41 A.E. Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge...., n°584, Instruction du directe (...)

13Les points distinctifs de ce nouvel établissement disciplinaire seront donc : un règlement plus rigide, des mesures disciplinaires plus strictes, un régime cellulaire et des possibilités d’isolement prolongé, mais aussi un traitement thérapeutique adapté (médication chimique, interventions psychothérapiques, balnéothérapie)40. A contrario, les activités pédagogiques (formation scolaire et professionnelle, loisirs) y sont limitées41. Si la section disciplinaire de l’établissement de Bruges devient rapidement un maillon indispensable à la chaîne du réseau public, les situations problématiques rencontrées par la direction ne changent pas fondamentalement après 1927. Au contraire, la cohabitation des deux institutions au sein du même établissement, à Bruges, donne lieu à une assimilation dans les esprits -des praticiens comme des analystes -entre la clinique et l’établissement disciplinaire. C’est ce que confirme la direction brugeoise dans son courrier à l’inspecteur général de l’Office de la Protection de l’enfance, en 1928 :

  • 42 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge...., n°170, Lettre du directeur des (...)

« ceci prouve abondamment que généralement tout Bruges sert de dépotoir au pays (...) on conserve les maniables mais on décharge sur nous les indésirables, les vicieuses, les agressives, les anormales patentées... Je ne critique guère. Je constate simplement pour que les juges se rendent bien compte eux aussi de la tâche ingrate dévolue à Bruges... »42.

  • 43 A. Mortier (attribué à), Les établissements de l’État, Éducation, Observation, Ministère de la Jus (...)

14Le transfert des mineures malades mais aussi particulièrement difficiles vers l’asile-clinique ne cesse donc pas, alors même que l’organisation de la section disciplinaire est, dès sa création, un succès. Et la réputation de l’établissement de Bruges, qui est celle d’une institution accueillant les mineures difficiles, qu’elles soient vénériennes ou pas, ne se modifiera plus, jusqu’à la fermeture de l’établissement en 197043.

  • 44 Dénomination officieuse de l’établissement par le personnel de l’Office de la Protection de l’enfa (...)

15Les modifications structurelles de l’institution ne se limitent pas à la création de la « Discipline44 », en 1927. Cinq ans plus tard, le directeur Van de Vliedt se lance dans une nouvelle réforme, qui reçoit encore une fois l’assentiment du ministère de la Justice. Face à quelques cas de filles atteintes de maladie vénérienne mais aussi enceintes, il se propose d’organiser, au sein même de la clinique cette fois, une section maternité qui puisse accueillir ces cas particuliers avec leurs bébés. Cette section voit le jour en 1933. Alors qu’officiellement il s’agit bien d’une section de l’asile-clinique destinée à accueillir les mères vénériennes, cette maternité va presqu’immédiatement le devenir pour tout le réseau public, n’accueillant que rarement des mères vénériennes, évolution sensible qui fait suite à la demande créée par la modification des statuts de l’asile-maternité d’Uccle, qui a cessé d’être un établissement public en 1927. Cette maternité, qui reçoit les mères et leurs bébés jusque l’âge de deux ans, et qui est complètement isolée de la clinique ou de l’établissement disciplinaire, subsiste elle aussi pour toute la durée d’existence des établissements brugeois. La maternité va rapidement devenir, elle aussi, dans la configuration des établissements de prise en charge pour jeunes délinquantes, une institution réputée comme accueillant des cas difficiles du point de vue disciplinaire, les filles plus maniables étant placées dans des établissements du réseau privé.

16Cette triple configuration -clinique, maternité, quartier disciplinaire -est donc fixe à partir de 1933. L’évolution rapide de l’établissement, sous l’influence de son premier directeur laïc, démontre que ce sont les pratiques elles-mêmes qui ont donné lieu à une spécialisation plus forte du réseau des établissements publics pour jeunes filles. Cette nouvelle catégorisation qui s’ajoute à la catégorisation morale déjà en place lors de la fondation de l’établissement en 1922 (à travers les sections), témoigne d’un certain regard porté sur la délinquance féminine, délinquance qui s’exprime, pour les praticiens, tout d’abord en termes de sexualité et de troubles du comportement liés à celle-ci :

  • 45 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge...., n°170, rapport du directeur de (...)

« La cause principale, réelle [de l’indiscipline], repose sur la psychologie particulière de notre population, pour la plupart des patientes, atteintes par les mêmes manques héréditaires, qui ont eu de mauvais exemples et une mauvaise éducation, surtout dans la période critique de l'évolution pubère... servie par l'instinct sexuel. Cette excessivité sexuelle dégénère en général chez nos sujets plus ou moins défectifs psychologiquement dans une perversité qui prend les formes de la névrose, l'hystérie, l'érotomanie, et chez certaines les limites paraissent atteindre une sorte d'aliénation érotique... avec tentatives expansives, érotiques, dépressives »45.

17Vingt-cinq ans plus tard, le discours a peu évolué, dans la bouche du nouveau responsable de l’établissement, qui présente ainsi les spécificités de la population dont il a la charge :

  • 46 Ibidem, n°1, PV Studiekring, Présentation de l’établissement de Bruges au personnel de Ruiselede e (...)

« [il s’agit d’] élèves difficiles par comportement ou moralité (...) qui sont généralement des révoltées insupportables, des dépravées, les plus corrompues, dont la plupart sont, par hérédité ou par tempérament, des sexuelles provocantes, des prostituées précoces, des érotomaniaques, des hystériques, des névropathes, des psychopathes et surtout des abouliques (...) qui prennent les formes les plus variées et les plus inattendues de violence et d'indomptabilité des instincts sexuels malades »46.

  • 47 Suivant les résultats des dépouillements des archives administratives de l’institution et des doss (...)

18Comment expliquer que la nouvelle direction, en 1925, se prête à un discours aussi déterminé sur la nature de la délinquance des mineures, et ce après quelques mois seulement de pratique dans le domaine de la rééducation des filles de justice ? Enfin, comment expliquer que ces propos véhiculés par l’institution se modifient aussi peu, après quelques vingt-sept années d’évolution, pourtant marquées par de nombreux efforts d’amélioration47, en termes de catégorisation et de traitement des mineures difficiles ? Afin de répondre à ces deux questions, nous survolerons la littérature scientifique faisant poids, dans le domaine de la protection de l’enfance et dans le cadre de traitement des mineurs de justice en Belgique.

2. Un discours scientifique construit autour de la délinquance des filles

  • 48 Cf. notamment la Revue de Droit pénal et de Criminologie (1907-aujourd’hui), qui rassemble énormém (...)

19Dès les premières années d’application de la nouvelle loi sur la protection de l’enfance, après 1912, les praticiens consacrent une importante littérature à la jeunesse délinquante, qui est à la fois considérée comme « dangereuse » et « en danger »48. Cette littérature s’attarde abondamment sur l’étiologie de la délinquance juvénile, afin d’améliorer les possibilités d’actions, qu’elles soient préventives ou curatives. Cette production, qui s’inspire aussi bien des discours anthropologiques, sociologiques, criminologiques que des pratiques, reste abondante pour toute la période que nous étudions, et témoigne de l’impact qu’ont pu avoir différentes théories scientifiques sur les acteurs du réseau de la Protection de l’enfance, concernant la délinquance en général et la délinquance des filles en particulier.

  • 49 Paul Wets (1879-1942) est juriste. Avocat, puis juge de paix, il est juge des enfants à Bruxelles (...)
  • 50 Aimée Racine (1902-1980) est juriste. D’abord chercheuse à l’Institut de Sociologie de Solvay, pui (...)
  • 51 Il est à noter aussi qu’Aimée Racine continue à publier près de vingt ans après le décès de Paul W (...)
  • 52 François, "Du chiffre au dossier...", p. 235-252 ; François, Guerres et délinquance juvénile... ; (...)
  • 53 Racine, Les enfants traduits en justice..., p. 35, 56, 67, 78, 104 ; Wets, L’enfant de justice..., (...)
  • 54 Racine, Les enfants traduits en justice..., p. 90-98, 102-103 ; Wets, L’enfant de justice..., p. 9 (...)
  • 55 Ibidem.

20Deux de ces auteurs se distinguent, d’une part par la profusion de leurs écrits, d’autre part par leur autorité au sein du réseau belge et international des praticiens de la protection de l’enfance : Paul Wets49 et Aimée Racine50, l’un juge des enfants, l’autre chercheuse en sociologie à l’Université Libre de Bruxelles, qui tous deux vont faire une place à l’élément féminin dans leur analyse du phénomène de la jeunesse délinquante, en s’appuyant à la fois sur une expérience tirée de la pratique et sur l’évolution des théories scientifiques. Si les discours de ces deux auteurs divergent sur une série de points51, ils se recoupent aussi sur d’autres, notamment en ce qui concerne la délinquance des filles. S’interrogeant sur les causes d’une représentation moindre des filles au sein de la clientèle des juges des enfants52, tous deux sont d’accord pour affirmer que la délinquance des jeunes filles est une délinquance typée, qui se caractérise principalement par l’inconduite sexuelle53. Cette inconduite sexuelle est jugée plus courante chez les jeunes filles délinquantes que chez les garçons, et ses répercussions sont largement présentées comme étant plus graves au féminin qu’au masculin. Une différence de traitement entre filles et garçons, dans le domaine de la protection de l’enfance, est donc explicitement reconnue par ces deux auteurs, qui justifient par ailleurs amplement ce point de vue. Tous deux rattachent les causes de cette délinquance à divers facteurs, qui sont à la fois extérieurs au sujet (relatifs au milieu, à la famille, à la classe sociale) et biologiques (relatifs à l’hérédité ou aux dispositions propres)54. À ce propos, l’anormalité de la fille mineure, son intelligence inférieure, voire sa précocité physiologique, sont des caractéristiques qui peuvent la mener, si elles s’ajoutent à des conditions sociales « favorables », à l’irrégularité sexuelle, définie comme délinquance sexuelle55.

  • 56 Louis Vervaeck (1872-1943) est le fondateur de l’école moderne d’anthropologie criminelle, qui sub (...)
  • 57 Pour Vervaeck, un comportement déviant n’inclut pas automatiquement un comportement criminel. Ce c (...)
  • 58 Cf. De Koster, Weerbaar, weerspannig of crimineel ?...
  • 59 Cf. notamment : Georges Heuyer, "L’évolution sur le plan scientifique : dans les sciences médicale (...)

21Dans ce discours, plusieurs influences sont palpables, même si elles sont tues. La plus évidente est celle de l’école anthropologique belge de Louis Vervaeck56, dont la principale caractéristique est de justifier les comportements déviants57 autant par des facteurs sociaux que par des facteurs biologiques et médicaux. Pour Vervaeck, le délinquant est tout d’abord un anormal, et cette anormalité trouve son origine à la fois dans une hérédité dégénérative et dans un milieu défavorable. De plus en plus de scientifiques (dans des domaines divers tels que la médecine, la psychiatrie, la criminologie, la sociologie) adoptent ce point de vue, et l’appliquent à la question de la sexualité des jeunes filles, qui devient, en ce début de siècle, un problème croissant : l’émancipation des filles des couches populaires interpelle, et inquiète. Les élites lient cette émancipation à une recrudescence d’immoralité, dont les conséquences pourraient être néfastes au développement d’une société saine58. Les théories de Vervaeck sont aussi un premier pas vers la médicalisation croissante de la délinquance, qui se préoccupera de plus en plus des caractéristiques psychologiques du sujet, sans pour autant nier, dans la suite, l’importance des facteurs physiologiques ou externes59.

  • 60 Cf. Cesare Lombroso et Guglielmo Ferrero, La femme criminelle et la prostituée, Paris, F. Alcan, 1 (...)

22Si Aimée Racine et Paul Wets sont d’accord pour considérer le milieu dans lequel évoluent les mineures comme un facteur déterminant dans le développement de l’inconduite sexuelle, ceux-ci restent attachés à une conception de la délinquance déterminée par la 'nature' même de la jeune fille, qui n’est pas sans rappeler les théories lombrosiennes sur la femme criminelle60. Ainsi s’exprime Paul Wets :

  • 61 Wets, L’enfant de justice..., p. 141-142.

« Il y a même très peu d’infractions reprises à charge des filles, qui ne s’accompagnent pas d’actes immoraux. Les causes de ces dérèglements sont notamment : la paresse, la vanité, l’amour inconsidéré de la coquetterie et des friandises, l’exemple pernicieux, le désir de la vie de plaisir, sans effort et sans peine et par-dessus tout, pour presque toutes, une hypertrophie complète de la volonté, une exaltation du sens génésique. Quand la jeune fille s’abandonne au dérèglement des mœurs, elle nous semble beaucoup plus licencieuse que le garçon »61.

23De la même manière, Aimée Racine, tout en reconnaissant l’importance de la multiplicité des facteurs, cherche à rattacher la délinquance des filles à un dérèglement des mœurs qui peut avoir plusieurs causes, sans que celles-ci doivent nécessairement être combinées :

  • 62 Racine, Les enfants traduits en justice..., p. 102-103.

« On conçoit dès lors que le développement physique précoce soit, surtout chez les filles, un facteur puissant de délinquance (...) Certaines mineures présentent une véritable hypertrophie du sens génésique. Ces cas, dont le traitement offre bien des déboires, se rattachent parfois à l’arriération intellectuelle ou à certaines maladies mentales. Parfois aussi, cette hypertrophie de l’instinct sexuel a été héritée de l’un des parents, ou bien elle est due à l’excitation d’un milieu malsain »62.

  • 63 Cyril Burt, The Young Delinquent, London, 1925, p. 227 ; voir De Koster, Weerbaar, weerspannig of (...)

24Intégrant donc plusieurs influences scientifiques, qui loin de s’opposer, se complètent, Aimée Racine met ici en évidence le facteur-clé qu’est la « précocité » dans le développement d’une délinquance féminine majoritairement marquée par l’inconduite sexuelle. En cela, elle rejoint les théories sociologiques défendues par l’américain Cyril Burt, pour qui la combinaison d’un développement physique avancé chez une fille qui reste avant tout une enfant, conduit directement à la délinquance sexuelle63.

  • 64 Aurore François et Veerle Massin, "‘Ces virus ambulants’. Discours et pratiques à l’égard des fill (...)
  • 65 Cf. Liesbeth Nys, "De Ruiters van de Apocalyps. ‘Alcoholisme, tuberculose, syphilis’ en degenerati (...)

25Ainsi, depuis le célèbre ouvrage de Lombroso et Ferrero (La femme criminelle, 1896), sexualité féminine et criminalité restent profondément liées dans les esprits, même si cette criminalité est entre-temps devenue délinquance ou déviance, et qu’elle concerne ici les mineures d’âge. Cette longévité dans l’appréciation peut s’expliquer en partie par les craintes développées par les élites, le monde médical, les familles, etc. à l’égard des conséquences que peuvent avoir des comportements sexuels libres, qu’ils relèvent de la prostitution ou de l’émancipation64 : enfants illégitimes, prostitution, maladies vénériennes. Ces craintes, qui sont portées par la société belge depuis le xixe siècle65, justifient à elles seules, pour le corps médical, pour les politiques, pour les scientifiques, une action directement orientée sur les jeunes filles et leur sexualité. Ce qu’Aimée Racine, encore une fois, a très bien compris :

  • 66 Racine, Les enfants traduits en justice..., p. 107.

« A ceux qui demandent des arguments tangibles, rappelons les dangers que nous avons déjà signalés : traite des blanches, maternités hors-mariage, et enfin maladies vénériennes66 ».

3. Quand l’institution mêle délinquance et sexualité

  • 67 Racine, Les enfants traduits en justice..., p. 35.
  • 68 Cf. A.E. Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., n° 170, Lettre du directeu (...)

26Comment le personnel des Établissements de l’État s’approprie-il cette notion d’« irrégularité sexuelle67 » voire, comme le dit le directeur lui-même, de « délinquance sexuelle68 » ? Cette dernière est-elle clairement définie ? Dans quels cas de figure, et à quelle fin, la sexualité des jeunes filles internées à Bruges va-t-elle être mise en avant par ces acteurs de la protection de l’enfance ?

  • 69 Ces archives administratives sont très variées et ont des orientations réglementaires, disciplinai (...)
  • 70 Cf. aussi François et Massin, "‘Ces virus ambulants’...".

27L’analyse du discours tenu par l’institution, que ce soit dans le cadre de la gestion de l’établissement ou dans celui du traitement des mineures placées, nous permet de déterminer avec plus de précision la nature du lien établi entre délinquance et sexualité, et d’une manière plus générale, entre indiscipline et immoralité. La fréquence des références, dans les dossiers personnels ou dans les archives administratives69, aux notions d’immoralité ou de sexualité, nous oblige à faire le tri dans les questions posées, et c’est pourquoi nous allons nous arrêter sur deux thématiques, qui renvoient, directement ou moins directement, à la sexualité des jeunes filles et à son appropriation par l’établissement70.

3.1. L’immoralité au cœur de la catégorisation

  • 71 Pour l’organisation des quartiers d’observation, cf. supra. Les cas de maladie vénérienne ou de gr (...)
  • 72 Sainte-Marguerite de Cortone (Kiel-Anvers) dès les années 1920, Poste d'observation du Home Saint- (...)
  • 73 Celle-ci peut être : un placement en institution publique ou privée, un placement en service, ou u (...)
  • 74 Le premier rapport d’observation présent dans les dossiers traités et attestant d’un médecin-psych (...)

28Si les filles qui sont envoyées à Bruges sont les plus immorales du réseau, à quel moment cette immoralité a-t-elle été détectée et surtout, comment est-elle qualifiée ? Les filles qui entrent à l’asile-clinique ou au quartier disciplinaire de Bruges sont en principe toutes passées par un institut d’observation médico-pédagogique71, dans la plupart des cas celui de Saint-Servais, plus rarement par celui d’autres grandes institutions privées qui ont elles-mêmes organisé ce type d’activité72. L’observation est l’occasion, pour le personnel des établissements, de qualifier la délinquance des mineures, de faire le point sur leurs antécédents, leur éducabilité, et de conseiller à la fois le juge des enfants dans sa décision73, à la fois le futur établissement de placement dans ses méthodes de traitement. Ce n’est que peu avant les années 1950 que ces instituts ont recours à des spécialistes psychologues, psychiatres ou assistants sociaux : jusque-là, dans les établissements pour filles, ce sont les sœurs (directrice, surveillantes, institutrices) qui réalisent l’observation, qui relève donc fort peu, à l’exception de l’examen physique réalisé par le médecin, de méthodes que l’on pourrait qualifier de scientifiques74. C’est à travers le rapport d’observation que le personnel de Bruges se fait une première idée de ses nouvelles pensionnaires. Celui-ci sert également de référent, tout au long du séjour, pour évaluer les progrès des jeunes filles, ou confirmer leur immoralité.

  • 75 A.E. Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., n°707 à 829, 148 dossiers pers (...)
  • 76 À l’origine d’une confrontation avec le juge des enfants, on retrouve souvent des faits liés à la (...)
  • 77 Certaines jeunes filles se retrouvent devant le juge des enfants pour d’autres préventions, par ex (...)

29Cette « immoralité » est présente dans presque chacun des rapports d’observation étudiés75, et de manière constante sur toute la période. Généralement associée à des faits (antécédents) qui relèvent de la sexualité76, bien que ce ne soit pas toujours le cas77, elle sert à expliquer le comportement délinquant, et à justifier un placement. L’analyse attentive du contenu des rapports démontre que dans l’esprit du personnel des instituts d’observation, l’immoralité se trouve à l’origine de presque tous les problèmes rencontrés par la jeune fille, qu’ils soient familiaux, personnels, scolaires, professionnels,... ou amoureux. Cette immoralité est-elle acquise, ou innée ? Est-elle liée à une « anormalité », comme le suggéraient les discours vus plus haut ? Ces jeunes filles ont-elles été détournées, ou ont-elles choisi la « vie de débauche » qu’elles ont menée ? Les différentes « qualifications » utilisées pour nommer l’immoralité, et la récurrence de celles-ci, montrent à quel point la délinquance de filles est associée, pour les acteurs de la prise en charge, non seulement à un comportement sexuel déviant, mais aussi et avant tout à une « nature » immorale.

  • 78 A.E. Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., dossiers personnels, citations (...)

30Plusieurs filles, entre 1922 et 1950, sont épinglées pour la précocité de leur physionomie, ou de leur comportement (gestes, langage), qui serait à l’origine de leur irrégularité sexuelle : « immorale précoce », « très avancée », qui paraît « plus vieille que son âge », l’ambiguïté semble de mise entre l’âge qu’elles ont, et celui qu’elles veulent donner, ce qui apparaît d’autant plus dans les termes utilisés à leur égard, qui vont d’« enfant précoce » à « femme sans mœurs »78.

  • 79 A.E. Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., dossiers personnels, citations (...)

31Le caractère inné de l’immoralité est lui aussi régulièrement mis en avant, encore une fois sur toute la période, que ce soit en évoquant l’'instinct' : « instinct animal enraciné », « raisonne avec ses instincts », « la volonté ne sait résister aux poussées de l’instinct », « c’est l’instinct qui fait sa loi », « vie instinctive », en (se) référant aux 'perversions' : « tendances perverses héréditaires », « pervertie assimilable aux perverses », « pervertie morale », « persistance des attraits pervers », ou encore en se rapportant aux tendances naturelles ou aux 'penchants' des jeunes filles : « violence des penchants sexuels », « propension à l’immoralité, mal tout intérieur », « fonds léger et sensuel », « nature sensuelle, mœurs légères, mal avéré », « fonds intime vulgaire obéissant à des mobiles sensuels et sexuels »79.

  • 80 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., dossiers personnels, citations (...)

32L’anormalité n’est pas oubliée dans ces qualifications, mais se fait plus discrète, parfois associée à une faible intelligence, ou souvent exprimée à travers le 'vice' : « il y a vice et anomalie », « vicieuse invétérée », « intelligence très ordinaire orientée vers le vice », « conscience morale débordée par le vice ». D’une manière générale, l’immoralité annihilerait les facultés intellectuelles : « la chair l’a emporté sur l’esprit »80.

  • 81 Ibidem, dossiers personnels, citations tirées, dans l’ordre, des nos140 (Marie-Jeanne, 1926), 280 (...)

33Pour rédiger ces commentaires, l’institution se base d’une part sur les récits que font les mineures de leurs expériences et de leurs causes de placement, d’autre part sur leur attitude envers leurs compagnes pendant leur séjour, et singulièrement, sur leur comportement à table : « immoralité fortement enracinée, qui se révèle dans les gestes et dans les mots », « sensualité qui n’est pas dominante mais bien développée : aime à manger à satiété et à se délecter, en petit aparté, dans les souvenirs immoraux », « la sensualité se trahit à table et dans les gestes », « suggestibilité »81.

34De tous ces rapports d’observation, il ressort que l’immoralité dirige à la fois la pensée et l’action de la plupart des jeunes filles placées, du moins pour ceux qui les rédigent. Si cette immoralité est indubitablement liée à un milieu, à un contexte familial, à des faits et à des rencontres, elle est avant tout attachée à un fonds « favorable », à des caractéristiques personnelles ou à une « nature » qui ont été encouragées, souvent par la jeune fille elle-même. Implicitement, ces références renvoient à une responsabilité des mineures quant à leur caractère « délinquant », qui se confond désormais avec leur caractère « moral ». Se basant sur un fonds malsain inné, il n’est pas rare que le personnel d’observation prédise une rééducation impossible, ce qui ne l’empêche pas, comme telle est sa mission, de conseiller au juge un placement en établissement d’enfermement. Ce dernier exemple illustre particulièrement bien l’ensemble de ces conclusions :

  • 82 Document endommagé.
  • 83 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., dossier personnel n°150 (Bertha (...)

« La précocité d'instincts dirigée vers la débauche doit certes avoir subi un rapide développement, car son arrogance annonce non seulement la prédominance de ses mauvais penchants, mais une certaine gloire de la chute accomplie. C'est une de ces natures dépravées pour lesquelles on ne peut invoquer ni l'hérédité, ni le mauvais exemple, ni la misère, mais contre lesquels les moyens de relèvement pourraient bien échouer. Heureusement la bonne éducation familiale lui a donné un certain vernis qui l'aide à atténuer extérieurement ses dispositions immorales (...). On s'efforcera 1) de traiter son affection vénérienne 2) de lui permettre d'apprendre un métier. Il serait extrêmement sage de maintenir Bertha très longtemps sous une surveillance affective et en profiter pour [éveiller82] ses sentiments affectifs et moraux »83.

3.2. Indiscipline et sexualités

  • 84 Cf. supra.

35C’est l’indiscipline qui caractérise la population recluse à Bruges, nous l’avons vu. Que ce soit à la clinique ou au quartier disciplinaire, la plupart des jeunes filles qui y sont placées l’ont été pour des raisons liées à leur comportement, en plus de leur affection vénérienne ou de leur maternité84. Par ailleurs, nous savons désormais qu’il s’agit de jeunes filles fortement stigmatisées pour leur immoralité. Comment ce lien va-t-il se traduire au sein de l’établissement d’enfermement ? Le personnel va-t-il être confronté à des problèmes de gestion disciplinaire dont la source serait à trouver dans l’immoralité ?

  • 85 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., n°170, Rapport du directeur des (...)
  • 86 "Écoles de Bienfaisance de l’État, code disciplinaire", dans Recueil des instructions, circulaires (...)
  • 87 Cf. supra.
  • 88 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., n°170, Rapport du directeur des (...)
  • 89 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., n°33, Courrier du directeur des (...)
  • 90 Par exemple, un transfert depuis l’asile-clinique ou depuis la maternité jusqu’à la section discip (...)

36Même si elles ont pu causer des difficultés lors de leurs précédents placements, toutes les filles de Bruges ne vont pas y manifester de comportement insoumis ou rebelle. Toutefois, les situations de révolte n’y sont pas rares. Ce sont d’ailleurs celles-ci qui ont mené la direction à proposer la création, en ses murs, de l’établissement disciplinaire. Ces situations de crise se rencontrent avec régularité, sur toute la période. Elles représentent des « pics », qui vont donner lieu à une réorganisation des modes de coercition, afin de pouvoir « mâter les récalcitrantes85 ». Le régime des sanctions auxquels peuvent faire appel les établissements de l’État est réglé avec précision par le ministère de la Justice en 1920. Jusqu’à la création de l’établissement disciplinaire, la direction ne peut user que des punitions qui sont prévues par ce code86. Face à son incapacité à résoudre les situations critiques à l’aide des mesures permises par le ministère, le directeur requiert l’autorisation de créer un établissement disciplinaire87, pour lequel il élabore son propre code88 et où l’isolement complet est de mise. Peu à peu, les conditions de l’isolement vont se durcir, et les premières chambrettes vont laisser la place à des cellules capitonnées89. Dans les autres parties de l’établissement (asile-clinique, maternité), le règlement officiel reste d’application. À chacune des étapes d’élaboration d’une nouvelle réglementation interne, ou lorsqu’une mesure exceptionnelle doit être prise à l’égard d’une jeune fille90, la direction doit nécessairement justifier sa requête au ministère de la Justice. Et à cette occasion, elle s’exprime sur la nature de l’indiscipline à laquelle elle est confrontée.

  • 91 Cf. première partie : « la lutte contre l’indiscipline sera surtout une lutte contre l’immoralité  (...)
  • 92 Ibidem.
  • 93 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., dossier personnel n°120 (Justin (...)
  • 94 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., dossier personnel n°1272 (Paula (...)

37Sans surprise, la sexualité est mise en avant pour expliquer les comportements rebelles91. Cette « excessivité sexuelle92 », qui mène à l’agressivité, au vandalisme, à l’indocilité, aux crises de nerfs, et qui est l’occasion pour la direction de s’épancher à plusieurs reprises sur la spécificité de sa population, est aussi mise en avant dans les dossiers personnels des mineures, et donc dans le cadre d’une gestion plus « factuelle » de l’indiscipline. En réaction à une jeune fille qui semble « chercher » les punitions, et qui s’illustre par la méchanceté et les bizarreries, la direction s’exprime comme suit : « la sexualité de cette précoce viveuse doit être à la base de son inconduite et de son excentricité93 ». Régulièrement, les mineures qui sont pointées du doigt pour leurs tentatives d’évasion, leur grossièreté ou le désordre qu’elles installent sont cataloguées comme des immorales incapables de se contrôler et plus précisément de contrôler leurs instincts, ou leurs passions sexuelles : « nature nerveuse, n'ayant aucune maîtrise d'elle-même, et ayant l'esprit sans cesse occupé par des rêveries passionnelles94 ». Encore une fois, il apparaît que toute situation problématique doive s’expliquer -ou ne puisse s’expliquer que -par l’immoralité des mineures, en témoignent les commentaires de cette sœur-institutrice à propos d’une pensionnaire de la maternité qui ne satisfait pas dans son rôle de mère :

  • 95 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., dossier personnel n°611 (Andrée (...)

« Tout travail, même les soins rendus à son enfant, doivent être contrôlés (...) L'emprise d'une vie désordonnée reste trop grande, pour que la jeune fille puisse adhérer à une plus saine compréhension des choses, d'autant plus que l'immoralité ou l'amoralisme la cuirassent fortement contre un amendement suffisant »95.

38La constatation la plus marquante, concernant le lien entre indiscipline et immoralité, reste néanmoins la manière dont la première est liée à des faits d’homosexualité, de manière presque systématique. Et ce, à la fois dans le discours de la direction ou dans la gestion des cas particuliers. Déjà en 1925, le directeur de Bruges associe indiscipline sexuelle et « amitiés particulières » :

  • 96 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., n°170, Rapport du directeur de (...)

« Souvent cette perversité s'exprime dans des relations amicales particulières de nature immorale, souvent nées dans des internats comme le nôtre, parce que des relations sexuelles normales sont impossibles et les tentations sexuelles, sensuelles, sentimentales sont bien là »96.

  • 97 Ibidem, n°33, Courrier du directeur des établissements de Bruges Van de Vliedt au Directeur généra (...)
  • 98 Ibidem, dossier personnel n°230 (Rachelle, 1931).
  • 99 Ibidem, dossier personnel n°1498 (Collette, années 1950). Citation traduite du néerlandais.
  • 100 Ibidem, dossier personnel n°1530 (Germaine, 1954).
  • 101 Ibidem, n°170, Rapport du directeur de l’asile-clinique de Bruges au ministre de la Justice Paul T (...)

39Ce discours se maintient au moins jusqu’aux années 1950, et se présente lors de toutes les crises qui secouent l’établissement. En 1936, suite à deux cas d’indiscipline, la direction demande au ministère l’installation de nouvelles cellules « spéciales », complètement insonorisées. Dans le premier cas, une jeune fille « follement amoureuse de sa compagne », qui ne le lui rend pas, a commencé une grève de la faim mêlée d’atteintes à l’ordre public. Dans le second cas, deux mineures sont amoureuses de la même sœur-surveillante, ce qui donne lieu à des scènes violentes de jalousie et à « des crises de toute nature [qui] rendent l'atmosphère de cette section toujours plus inflammable »97. La direction craint l’escalade, et l’imitation. Régulièrement, des jeunes filles de la clinique, de la maternité ou du quartier disciplinaire sont conduites à l’isolement ou sont privées de visites et de correspondance pendant trois mois, suite à ces « liaisons défendues98 », qui sont le plus souvent découvertes grâce à des billets confisqués ou à de véritables correspondances entreposées sous les matelas99. Pour le directeur, c’est la passion amoureuse qui exacerbe l’indiscipline : une fois sous « tension sexuelle100 », les mineures sont prêtes à tout, d’après elles par amour, d’après lui par déséquilibre moral et psychique. La spécificité de l’homosexualité est double : il s’agit de la seule possibilité, pour la jeune fille, de s’accomplir dans l’inconduite au sein de l’établissement d’enfermement, mais c’est aussi une occasion, pour les mineures découvertes et punies, d’aller au bout de leur indiscipline, sans regret, et en posant un maximum de problèmes disciplinaires : « Aimer c’est souffrir ! Aimer c’est mourir !101 ».

4. Traitement et reclassement

40Les filles placées à Bruges sont les pensionnaires d’un Établissement d’Éducation de l’État. L’objectif de leur internement est non seulement qu’elles y soient protégées (d’elles-mêmes, de la société), éventuellement soignées, mais surtout qu’elles y soient rééduquées, partiellement du moins, avant un éventuel transfert ou une libération. Mais quel type d’éducation mettre en place pour des filles dont une partie du problème se situe au niveau de l’« instinct » ou de l’« hérédité » ? L’Office de la Protection de l’enfance envisage-t-il concrètement un avenir, pour ces cas dits désespérés ?

  • 102 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., n°584, Lettre de la présidente (...)

41En 1934, la commission de moralité du Conseil National des Femmes belges sollicite la direction brugeoise pour connaître l’horaire des cours donnés par l’institution et éventuellement, son règlement d’ordre intérieur. La commission de moralité a pour programme annuel « l’étude des possibilités de relèvement pour les fillettes, enfants de juge »102. La direction en profite pour établir un programme d’enseignement défini, ce qu’elle n’avait jamais eu l’occasion de faire jusque-là. Dans sa réponse, elle précise :

  • 103 Ibidem, n°584, Lettre du directeur de l’Asile-Clinique de Bruges Van de Vliedt à la présidente du (...)

« Nous envisageons pour elles [les jeunes filles] un reclassement dans les meilleures conditions, après guérison et notre but éducatif tend essentiellement à assainir leur psychisme et à les préparer à la lutte pour la vie en dépistant leurs aptitudes professionnelles et en les initiant aux différents travaux domestiques pouvant en faire de bonnes servantes. Des spécialisations sont tentées (...) Tout le travail d'ailleurs est exercé par notre population : cuisine, nettoyage, blanchissage, lessive, jardinage, besognes diverses pouvant canaliser et satisfaire le besoin de mouvement des tempéraments nerveux »103.

  • 104 Cf. supra.
  • 105 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., n°584, Instruction du Directeur (...)
  • 106 Souligné dans le texte original.

42L’établissement présente ainsi l’une des missions qui lui revient : l’éducation des filles du juge, ainsi que le prévoyait l’Office de la Protection de l’enfance lorsque les « Écoles de Bienfaisance » sont devenues des « Établissements d’Éducation de l’État »104. Pourtant, au sein du réseau des institutions publiques pour jeunes délinquants, l’asile-clinique occupe une place quelque peu 'à part'. Ce que confirme le directeur général de l’Office de la Protection de l’enfance en 1923105, qui rappelle à la sœur-supérieure que l’institution qu’elle gère est une « clinique »106, et non un établissement d’éducation, et qu’il n’est dès lors pas nécessaire d’y organiser un enseignement, qui entraînerait des dépenses trop importantes. Il lui conseille d’ailleurs, puisque les filles doivent tout de même s’occuper, de les utiliser à la lessive, ce qui permettra d’économiser l’achat d’une lessiveuse avec essoreuse. Par ces quelques mots, le ton est donné. La situation va rapidement évoluer, et un enseignement scolaire et professionnel va être dispensé. L’intérêt de l’institution va néanmoins continuer, pendant de longues années, à avoir la primauté sur l’intérêt éducatif, ce dont témoignent les nombreux échanges de courrier entre le ministère de la Justice et la direction de Bruges.

  • 107 Ibidem, n°36, Instruction du Directeur général délégué à la Protection de l’enfance Isidore Maus à (...)
  • 108 Ibidem, n°32, Instruction du Directeur général délégué à la Protection de l’enfance C. Loix au dir (...)
  • 109 Ibidem, Réponse du directeur de l’asile-clinique Van de Vliedt à la présidente du Conseil National (...)
  • 110 Ibidem, n°32, Instruction du Directeur général délégué à la Protection de l’enfance C. Loix au dir (...)

43Une formation scolaire est donnée aux filles, par une sœur-institutrice d’abord, par une institutrice indépendante ensuite, dès les premiers mois d’existence de l’établissement, et ce pendant une heure par jour, sauf le dimanche. Les filles suivent la classe par section, en fonction de leur moralité donc, et non pas suivant leur niveau de connaissance. Celui-ci peut aller de l’illettrisme au degré supérieur de l’enseignement primaire. Les premières occupations professionnelles prévues pour les jeunes filles de l’asile-clinique le sont en fonction de l’intérêt du ministère, qui fait alors des économies substantielles. Leur formation ménagère se conjugue avec l’entretien général de l’établissement : confection des premiers trousseaux pour les pensionnaires107, travaux de peinture et badigeon à la chaux, aménagement des jardins108. L’intendance, menée par les filles elles-mêmes, est une occasion de les former « professionnellement », puisqu’on les destine à l’atelier ou au service. La lessive, le repassage, le nettoyage, la cuisine sont aussi considérés comme des exercices qui peuvent « canaliser » leur énergie, voire se substituer aux cours de culture physique109. Les travaux de grand déploiement doivent conduire les filles à avoir des « pensées plus saines110 ». En bref, l’entretien de l’institution par les pensionnaires permet de faire au moins 'd’une pierre quatre coups' : ménage, économie de personnel, formation professionnelle, et enfin épuisement des pensionnaires -et donc limitation des problèmes disciplinaires.

  • 111 Ibidem, n°584, Instruction du Directeur général délégué à la Protection de l’enfance C. Loix à la (...)
  • 112 Ce que confirme une discussion d’ordre pédagogique entre membres du personnel en 1947 (à savoir qu (...)

44Cette organisation ne va néanmoins pas résister à la première inspection de l’établissement, en juillet 1923. Non pas que ce type d’occupations pose un problème de conscience au ministère : celles-ci deviennent simplement insuffisantes pour les jeunes filles placées, une fois les premiers grands travaux terminés. Vu qu’aucun budget ne peut être alloué à l’achat d’étoffes pour varier les travaux de couture et compléter la formation professionnelle, Bruges va se voir confier la réalisation des nouveaux uniformes de l’établissement pour garçons de Ruiselede, institution publique qui dépend du même réseau111. Et c’est ainsi que va commencer une tradition qui perdurera au moins jusqu’aux années 1950, à savoir que les pensionnaires de Bruges vont s’occuper gratuitement, d’abord de la confection des uniformes, ensuite du raccommodage et du tricotage des chaussettes des garçons de Ruiselede. Il s’agira, 35 ans durant, de la base de la formation professionnelle donnée aux filles, qui s’ajoute à la formation ménagère, à savoir l’entretien général des bâtiments112.

  • 113 Cf. dossiers personnels, rapports semestriels, "formation professionnelle".
  • 114 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., n°584, Lettre du directeur géné (...)
  • 115 Ibidem, n°584, Lettre du directeur des établissements de Bruges Van de Vliedt au directeur général (...)
  • 116 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., n°25, Instruction du directeur (...)

45Alors que l’établissement se targue d’une spécialisation en fonction des affinités et des talents rencontrés, l’analyse des sources révèle que celle-ci est toute limitée. Si les premières années, une machine à tricoter113 est disponible pour celles qui montrent une habilité particulière au tricot à la main, il s’agit plus ou moins de la seule spécialité rencontrée, qui tombe rapidement dans l’oubli : en 1947, alors que la direction veut intégrer cette « nouveauté » au programme, aucun membre du personnel ne sait plus comment fonctionne une machine à tricoter. Une nouvelle inspection révèle, en 1945, que la grande majorité des filles ne sont jamais, au cours de leur internement, formées à la cuisine ou au jardinage, contrairement au discours tenu par la direction. Le ministère est d’ailleurs mis dans l’embarras par la plainte d’un employeur, signalant qu’une ancienne de Bruges, en service chez lui, est incapable de préparer « le moindre plat »114. Alors que ce double manque est reproché à la direction, celle-ci s’en défend : d’une part, les occupations en cuisine favorisent les rapprochements, et le risque est trop grand que de nouvelles « amitiés particulières » s’y forment, d’autre part les travaux de jardinage nécessitent un minimum de formation, ce que l’institution n’est pas en mesure de donner115. Il s’avère donc que ce sont toujours les mêmes jeunes filles (au nombre de quatre) qui s’occupent des ces travaux dits « spécialisés », et pour lesquels elles sont, dans la plupart des cas, déjà formées avant leur entrée à Bruges. Cerise sur le gâteau, celles-ci se rendent en cuisine ou au jardin à l’heure de classe quotidienne, et ne bénéficient donc pas de formation scolaire116. Les autres, quant à elles, ne sont formées qu’à la cueillette, au lavage ou à l’épluchage des fruits ou des légumes...

  • 117 Ibidem, n°584, Instruction du directeur général délégué à la Protection de l’enfance Bonnevie au d (...)
  • 118 Ibidem, n°584, Instruction du directeur général délégué à la Protection de l’enfance Bonnevie au d (...)
  • 119 Ibidem.
  • 120 Ibidem, n°155, Règlement des Établissements d’Éducation de l’État (nouvelle version) par l’Office (...)
  • 121 Ibidem, n°584, Instruction du directeur général délégué à la Protection de l’enfance Bonnevie au d (...)
  • 122 Ibidem, n°1, PV Studiekring, 16/12/1947.
  • 123 Ibidem, n°584, Instruction du directeur général délégué à la Protection de l’enfance Bonnevie au d (...)
  • 124 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., n°25, Instruction du directeur (...)
  • 125 Ibidem, n°1, PV Studiekring, 13/12/1949.
  • 126 Ibidem, n°1, PV Studiekring, 21/10/1947.

46Les années 1940 marquent un tournant à de nombreux points de vue. Le ministère de la Justice, qui semble avoir changé d’idée à propos de la mission de l’asile-clinique de Bruges, lance une série de nouvelles inspections qui révèlent d’autres lacunes, en termes de formation. La plus importante est sans doute qu’aucun enseignement ne soit organisé ni au quartier de discipline, depuis sa fondation en 1927117, ni à la section maternité. Les filles placées à la discipline sont soumises au « travail manuel » en cellule durant toute la journée, hormis la pause midi et une heure de « détente », pendant laquelle elles peuvent s’occuper du ménage « si elles le souhaitent »118. Ce travail manuel ne serait autre que la confection ou le raccommodage des chaussettes auxquelles les autres filles sont astreintes pour leur formation professionnelle. En 1945, le ministère impose qu’une classe soit organisée pour les filles de la discipline, qui d’après lui sont justement celles qui « en ont le plus besoin119 ». Par la même occasion, l’horaire des cours, pour toutes les sections, passe de une à deux heures par jour, ce qui correspond enfin à l’obligation officielle à laquelle était en principe soumise l’institution depuis le règlement général des Établissements d’Éducation de l’État de 1932120. La direction s’incline et engage une deuxième institutrice pour son établissement121. Les filles de la maternité, quant à elles, continuent à ne pas recevoir de formation scolaire, car ni la direction, ni le ministère n’en voient l’utilité. À côté de la confection des layettes (vêtements et linge de lit) pour leurs bébés, les jeunes mamans apprennent à s’occuper seules de leur enfant : « But essentiel : apprendre à nos élèves leur métier de maman, leur donner des habitudes d'hygiène et d'asepsie122 ». En 1947, une réorganisation de l’instruction scolaire est mise en place. La direction cherche à approfondir la formation de ses nouvelles institutrices123, tandis que les horaires sont arrangés de manière à permettre aux filles qui sont en cuisine ou au jardin de suivre la classe124. En 1949, une tournante est organisée afin que chacune des internées puisse préparer les repas125. Depuis peu, le personnel réfléchit à des solutions qui permettraient de faire réaliser aux filles des travaux motivants, qui leurs seraient utiles, dont elles puissent être fières, et qui pourraient être exposés. Le raccommodage des bas, qui commence à être vu comme un travail « ennuyeux » et inutile, devient un sujet controversé, mais l’intérêt financier qu’il continue à présenter pour le réseau institutionnel ne permet pas encore d’y échapper126.

47Tous les six mois, depuis la fondation de l’établissement, les juges des enfants reçoivent de Bruges un « rapport semestriel » qui les informe des progrès de leurs pupilles, en termes de santé, de moralité, de formation scolaire ou professionnelle. Au bas de celui-ci, la direction donne un avis sur la décision à prendre : « maintien », « un placement pourrait être envisagé », « sa famille accepterait peut-être de la reprendre », etc. Au-delà des orientations qu’ils donnent, ils sont l’occasion de mesurer les attentes d’une institution à l’égard de ses pensionnaires, et de mieux comprendre quels sont les objectifs de formation et d’éducation.

  • 127 Ibidem, dossiers personnels, citations tirées, dans l’ordre, des nos 60 (Marthe, 1925), 1110 (Clém (...)

48La plupart des filles qui sont placées à Bruges ont connu des histoires qui se ressemblent, et certains parcours se reproduisent. Beaucoup d’entre elles sont passées par d’autres établissements, où elles ont déjà dû suivre une remise à niveau, que ce soit en couture, en calcul mental ou en repassage. Pourtant, si certaines mineures enchantent par leurs progrès (« certaines facilités d'acquisition »), leur résistance (« travaille vite et bien ») ou leur habileté (« elle a des doigts de fée »), d’autres exaspèrent par leur lenteur ou leurs difficultés d’apprentissage (« minus habeus », « abrutissement mental, dynamisme intellectuel englué »). La grande majorité se situe pourtant entre deux eaux : « Sans être une brillante ménagère, Odila est une grande active qui achève constamment et régulièrement les petites et les grandes besognes de chaque jour ». Les points forts ou faibles de chacune sont exploités : si celles qui ne font pas preuve d’un grand sens de la réflexion sont poussées dans leur « intelligence pratique » (couture), d’autres, qui manifestent des problèmes d’agilité, sont dirigées vers les grands travaux (lessive)127.

  • 128 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., dossiers personnels, citations (...)

49L’endurance au travail, la rapidité, le soin, la bonne volonté, la prise d’initiatives sont autant de qualités attendues et saluées dans les évaluations. Leurs contraires attirent les foudres, et trouvent leur origine, encore une fois, dans une immoralité que l’institution détecte, mais ne parvient pas à combattre : « l'intelligence reste dominée par une imagination malsaine », « le caractère volage et enfantin, le manque de virilité, fait du tort au rendement qui est loin d'être régulier »128.

  • 129 Un parmi d’autres : Ibidem, dossier personnel n°520 (Elvire, 1937). Voir également Collard,"La pro (...)
  • 130 Ibidem, dossier personnel n°340 (Louisa, 1935).

50La jeune fille satisfait à partir du moment où l’on estime qu’elle « sera capable de gagner sa vie dans le monde », grâce ses compétences professionnelles acquises dans l’institution, et qui devront la tenir éloignée de la rue ou de l’usine, qui restent les principaux dangers129 une fois la libération prononcée. Le service comme bonne ou servante chez des particuliers, dans des institutions (hôpitaux), voire l’atelier pour celles qui se débrouillent bien en tricot ou en couture sont considérés comme les plus indiqués. La grande question reste celle de la personnalité, qui détermine en fin de compte la capacité de la jeune fille à ne pas succomber, une fois libre, aux tentations qui s’offrent à elle : « la force de caractère pour résister avec succès aux séductions du monde ne nous paraît pas suffisamment grande130 ».

51Les choses vont néanmoins changer peu à peu. En témoigne ce traitement différent de deux cas assez semblables : des filles brillantes, qui présentent des dispositions extraordinaires par rapport à la moyenne habituelle des pensionnaires de Bruges, qui satisfont à tous les niveaux, et donnent de bons espoirs aux institutrices comme à la direction. La première, Carmen, est placée à l’asile-clinique à la fin des années 1920. Son institutrice s’entiche :

« Bagout intarissable, attaque prompte et riposte vive. Rusée et diplomatique dans son genre. Soumise à un sondage intellectuel expérimental, le vernis craque quelque peu car bien des choses ont été acquises d'une façon expéditive et hétéroclite. Il n'en reste pas moins vrai que Carmen est douée ».

  • 131 Pour l’ensemble du dossier, citation comprise : A.E. Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesti (...)
  • 132 Ibidem, dossier personnel n°1132 (Berthe, 1947-1948).

52Rapidement, la mineure passe de la troisième à la sixième primaire. « Les possibilités sont plutôt riches. Les facultés sont éveillées ». Pourtant ni l’institutrice, ni la direction, ni le juge des enfants ne songeront à faire profiter Carmen d’un enseignement plus poussé, car tel n’est pas le destin des filles placées à Bruges : « instruction suffisante pour une fille de la classe ouvrière (...). Carmen sera capable de gagner très bien sa vie soit comme lessiveuse, soit comme bonne à tout faire »131. Autre époque, autre histoire : Berthe séjourne 15 mois à Bruges en 1947-1948. Intelligente, bonne travailleuse, elle évolue aussi bien dans la formation ménagère, qu’en classe ou en couture. Peu avant sa libération, elle confie son rêve au directeur : travailler dans un bureau. Des démarches sont lancées pour permettre à Berthe, qui ferait de toute façon une excellente ménagère, d’entrer dans une institution où elle pourrait suivre des cours de sténodactylo. Le juge des enfants appuie l’initiative, et deux ans après sa libération, il écrit au directeur de Bruges : « Il vous sera agréable d'apprendre que notre protégée Berthe (...) qui fut votre pensionnaire a réussi ses examens de sténodactylo à l'institut Meysman à Bruxelles »132. Cette situation, exceptionnelle à ce moment, ne le restera pas longtemps, et annonce la généralisation des cours spécialisés par correspondance, à Bruges même, qui permettront aux mineures de s’ouvrir à d’autres destinées « saines » que celles de ménagère, servantes, ou mères au foyer...

5. Conclusions

53Nous avons vu que des établissements spécialisés pour jeunes filles -et l’institution publique pour vénériennes de Bruges - étaient apparus, juste après la Grande Guerre, dans un contexte plus général de réformes légales et institutionnelles à l’égard des mineurs délinquants. Les politiques mises en place témoignent alors d’un souci accru pour les traitements individualisés, en même temps qu’elles dénoncent la nécessité d’une meilleure protection de la société, mise en danger à la fois par la maladie et l’indiscipline.

54L’étude des pratiques démontre que le lien entre délinquance et immoralité est persistant : déjà bien installé dans les esprits lors de l’ouverture du nouvel établissement de Bruges, ce lien est toujours prégnant au début des années 1950. Le discours de la direction à ce propos n’a pas pris une ride, illustrant ainsi le côté statique de cette facette de la protection de l’enfance, qui ne semble pas pouvoir -ou vouloir -remettre ses acquis en question, malgré les échecs rencontrés en termes de gestion, de l’indiscipline comme de l’immoralité.

55La prise en charge (que ce soit lors de la phase de catégorisation ou lors du traitement) s’organise autour de ces préconçus. La sexualité se situe, pour les acteurs de ces établissements de l’État, au cœur de la délinquance, elle en est à la fois l’origine, et le résultat. De ce fait, toute l’attention se tourne vers cette immoralité à combattre, éclipsant parfois d’autres éléments pourtant importants du profil de ces jeunes filles qui sont constamment évaluées, étiquetées, cataloguées à travers cette sexualité, leur sexualité. C’est ainsi que l’indiscipline, la rébellion, le mauvais caractère, l’apathie, la gourmandise, la bêtise, etc. s’expliquent toujours, au moins partiellement, pour les acteurs de la prise en charge, par une sexualité déplacée. Celle-ci semble être la seule réponse qu’ils peuvent donner à des problèmes de société qu’ils estiment alors croissants : l’assouplissement des mœurs et le défaut d’éducation. Et à travers l’hérédité et l’atavisme, montrés du doigt comme facteurs de cette délinquance orientée, c’est aussi l’origine sociale des jeunes filles qui est condamnée, dans un monde qui semble se diviser en deux parts : celle des filles chastes et bien élevées, et celle des mineures précoces et indisciplinées.

56En fin de compte, si la sexualité prend toute la place dans la détermination de la délinquance et dans les tentatives d’explication des comportements rebelles, les traitements en semblent bien éloignés. Centrés sur l’éducation ménagère et religieuse, de même que sur la contrainte, dans une tentative de négation d’une réalité pourtant bien déterminée (la maturité sexuelle des filles concernées), les jeunes filles sont invitées à être de bonnes mères et de bonnes épouses, mais avant tout, de bonnes travailleuses. Le travail honnête est ainsi une condition indispensable à une 'réussite' future qui ne devra compter ni sur la facilité, ni sur une improbable élévation sociale. Le but de la formation ménagère est donc non seulement de permettre aux filles de gagner leur croûte, mais aussi de les tenir éloignées de la rue, ou plus exactement du trottoir, dont la menace latente n’est jamais négligée, même à l’égard des filles les plus dociles et les moins « perverses ». Notons tout de même que l’étude réalisée, sur cette période courte, laisse entrevoir des premiers changements encourageants en termes de reclassement, puisque peu à peu les ambitions des jeunes filles, et donc leur individualité, sont effectivement prises en compte par l’institution qui peut, occasionnellement, devenir un soutien face à une société difficile à appréhender pour ces mineures qui en ont déjà été, le plus souvent pour plusieurs années, écartées.

Notes

1 Cf. infra.

2 Margo De Koster, Weerbaar, weerspannig of crimineel ? Meisjes en jonge vrouwen tussen emancipatie en delinquentie tijdens de eerste helft van de twintigste eeuw, Vrije Universiteit Brussel, 2003 (thèse de doctorat en histoire, inédite) ; Els Dumortier, De jeugdrechter in twijfel. Een onderzoek naar het ontstaan en de praktijk van de kinderrechter, (thèse de doctorat en criminologie, inédite), Vrije Universiteit Brussel, 2006 ; François, Guerres et délinquance juvénile...

3 Gonorrhée, blennorragie, syphilis.

4 À partir des années 1840 pour les garçons, et 1860 pour les filles (Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, De la prison à l’école : les pénitenciers pour enfants en Belgique au xixe siècle (1840-1914), Anciens Pays-Bas et Assemblées d’États, n°XCIX, UGA, Kortrijk, 1996).

5 Ibidem.

6 Pasinomie, Collection complète des lois, décrets, arrêtés et règlements qui peuvent être invoqués en Belgique, "Loi sur la Protection de l’enfance", Bruxelles, 15 mai 1912.

7 Les mesures en question pouvant être 1) la réprimande, assortie de la liberté surveillée 2) le placement chez un particulier ou dans un établissement d'éducation ou de charité, privé ou public 3) la mise à disposition du gouvernement jusqu’à la majorité civile (21 ans) dans une institution publique, à savoir dans une École de Bienfaisance de l’État.

8 Cf. Jenneke Christiaens, De geboorte van de jeugddelinquent (België, 1830-1930), Brussel, VUBPress, 1999 ; Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, Éric Pierre (éd.), Enfance et justice au xixe siècle. Essais d’histoire comparée de la protection de l’enfance (1820-1914), Belgique, France, Pays-Bas, Canada, Paris : PUF, 2001 ; Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, Jenneke Christiaens, Charlotte Vanneste, "Jeunesse et Justice (1830-2002)", dans Dirk Heirbaut, Xavier Rousseaux, Karel Velle (éd.), Politieke en sociale geschiedenis van justicie in België (van 1830 tot heden). Histoire politique et sociale de la justice en Belgique (de 1830 à nos jours), Bruges, La Charte-Die Keure, 2004, p. 125-162 ; Dominique De Fraene, Cathy Brolet, "Institutions et pratiques d’enfermement", dans Jenneke Christiaens, Dominique De Fraene, Isabelle Delens-Ravier, Protection de la jeunesse. Formes et Réformes, Bruylant, Bruxelles, 2005.

9 Cf. Dumortier, De jeugdrechter in twijfel...

10 Cf. Dupont-Bouchat, De la prison à l’école..., p. 76.

11 Recueil des circulaires, instructions et autres actes émanés du Ministère de la Justice, Henri Carton de Wiart, "Loi sur la protection de l’enfance : instruction générale", 24/09/1912, p. 252-302. Ces institutions publiques sont donc directement gérées par l’Office de la Protection de l’enfance, qui dépend du ministère de la Justice, qui administre ces établissements, définit leurs objectifs, droits et devoirs, leur attribue des moyens et les inspecte. Les institutions publiques sont tenues de respecter les décisions du ministère, aussi bien pour les questions d’intendance que pour tout ce qui concerne la gestion quotidienne des mineurs qui y sont placés. L’Office de la Protection de l’enfance est donc le principal émetteur de normes de ces institutions publiques.

12 Pour la période traitée (1922-1950), institutions publiques pour garçons : Moll observation, Moll éducation, Ruysselede, Saint-Hubert ; institutions publiques pour filles : Saint-Servais observation, Saint-Servais éducation, Bruges, Uccle (maternité, 1921-1927).

13 Voir note 716.

14 Cf. Dumortier, De jeugdrechter in twijfel...

15 Arrêté royal du 15/03/1921, Moniteur belge, 12/05/1921 ; Recueil des circulaires, instructions et autres actes émanés du Ministère de la Justice : « Il s’en suit que désormais les mineurs confiés directement par les juges des enfants à ces établissements ne devront plus être mis à la disposition du gouvernement, mais simplement placés dans une institution publique de l’État » (Érection des Écoles de Bienfaisance de l’État en institutions publiques, 27/06/1921).

16 Recueil des circulaires, instructions et autres actes émanés du Ministère de la Justice, 13/09/1921.

17 Ibidem, 30/06/1920.

18 Ibidem, 05/07/1922.

19 Liesbeth Nys, "De grote school van de natie. Legerartsen over drankmisbruik en geslachtziekten in het leger, 1850-1950", dans Jo Tollebeek, Geert Vanpaemel, Kaat Wils (éd.), Degeneratie in België, 1860-1940. Een geschiedenis van ideeën en praktijken, Universitaire Pers Leuven, Leuven, 2003, p. 79-118.

20 Constant Loix, "L’organisation des établissements de l’État" dans Revue de Droit pénal et de Criminologie, 1926, p. 113-123.

21 Proposition faite par une commission nommée par le ministre de la Justice Vandervelde le 28/01/1919, voir Maus, "L’office belge de la protection de l’enfance...", p. 19.

22 Maus, "L’office belge de la protection de l’enfance...".

23 Arrêté royal du 15/03/1921, op. cit.

24 A.E. Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge (1922-1975), n°1, PV Studiekring Ruiselede, 15/10/1937.

25 Simone Huynen, "L’évolution sur le plan pratique : dans les méthodes de traitement en institution", dans C.E.D.J., Évolution d’une notion : la délinquance juvénile/de evolutie van een begrip : de jeugdmisdadigheid, Bruxelles, 1958, p. 117.

26 E. Delacollette, Contribution à l’histoire de la protection de l’enfance en Belgique : deuxième partie, Merksplas, Imprimerie administrative, 1947, p. 31.

27 A.E. Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., n°37, Circulaire du Directeur général à la protection de l’enfance C. Loix aux directeurs des établissements de l’État, 02/05/1924.

28 Instruction du 18/11/1919, Cf. A.E. Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., n°584, Courrier du directeur général à la Protection de l’enfance Loix au directeur de l’asile-clinique, 03/01/1923.

29 Recueil des circulaires, instructions et autres actes émanés du Ministère de la Justice, 30/08/1922.

30 Cf. les rapports d’observation de l’Établissement d’Observation de l’État à Saint-Servais, section « moralité et caractère ».

31 A.E. Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., n°35, Convention entre le directeur général de l'Association hospitalière des Sœurs de la Sainte-Famille à Courtrai et le ministre de la Justice, 10/07/1922.

32 Et l’École de Bienfaisance de l’État à Namur, une fois complètement féminisée en termes de population, est également dirigée exclusivement par des religieuses à partir de 1901 : sœurs de la Providence de Champion jusque 1945, Filles de la Croix à Liège ensuite (Dupont-Bouchat, De la prison à l’école..., p. 185-218).

33 Les raisons de ce changement ne sont pas connues.

34 Moll : institution d’éducation et d’observation pour garçons. L’information est connue par : A.E. Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., n°1, PV Studiekring Ruiselede, 15/10/1937, et Constant Loix, "L’organisation des établissements de l’État", dans Revue de Droit pénal et de Criminologie, 1926, p. 120.

35 Jean Van de Vliedt de 1925 à 1945.

36 L’institution privée Sainte-Marguerite de Cortone (Kiel-Anvers) et les Établissements d’Observation et d’Éducation de l’État à Saint-Servais y envoient, dès l’ouverture, un premier contingent.

37 A.E. Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge...., n°170, Lettre du directeur de l’asile-clinique Van de Vliedt au ministre de la Justice Paul Hymans, proposition de règlementation disciplinaire pour l’établissement d’éducation de l’État à Bruges, 15/02/1927.

38 Ibidem, n°170, Proposition du directeur de l’asile-clinique de Bruges au chef de cabinet du ministre de la Justice Paul Hymans, 01/10/1926.

39 Ibidem, n° 170, Lettre du directeur de l’Asile-clinique Van de Vliedt au ministre de la Justice Paul Hymans, proposition de règlementation disciplinaire pour l’établissement d’éducation de l’État à Bruges, 15/02/1927.

40 Ibidem, "Règlement disciplinaire pour l’établissement d’éducation de l’État à Bruges".

41 A.E. Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge...., n°584, Instruction du directeur général délégué à l’Office de la Protection de l’enfance au directeur des établissements de Bruges J. Van Zeir, 03/05/1945.

42 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge...., n°170, Lettre du directeur des établissements de Bruges Van de Vliedt à l’Inspecteur général de l’Office de la Protection de l’enfance E. Wauters, 07/02/1928.

43 A. Mortier (attribué à), Les établissements de l’État, Éducation, Observation, Ministère de la Justice, Office de la Protection de l’enfance, [s.d., années 1960] ; Huynen, "L’évolution sur le plan pratique...".

44 Dénomination officieuse de l’établissement par le personnel de l’Office de la Protection de l’enfance.

45 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge...., n°170, rapport du directeur de l’asile-clinique de Bruges au ministre de la Justice Paul Tschoffen sur la situation disciplinaire de l’institution, 15/09/1925. Citation traduite du néerlandais.

46 Ibidem, n°1, PV Studiekring, Présentation de l’établissement de Bruges au personnel de Ruiselede en visite, 05/03/1952. Citation traduite du néerlandais.

47 Suivant les résultats des dépouillements des archives administratives de l’institution et des dossiers personnels des mineures placées.

48 Cf. notamment la Revue de Droit pénal et de Criminologie (1907-aujourd’hui), qui rassemble énormément d’articles scientifiques sur la question.

49 Paul Wets (1879-1942) est juriste. Avocat, puis juge de paix, il est juge des enfants à Bruxelles de 1912 jusqu’à son décès en 1942. Il est le premier Président de l’Association Internationale des Juges des Enfants, créée en 1930 et basée à Bruxelles (François, Guerres et délinquance juvénile...).

50 Aimée Racine (1902-1980) est juriste. D’abord chercheuse à l’Institut de Sociologie de Solvay, puis à l’U.L.B., elle devient durant l’entre-deux-guerres la référence scientifique belge en matière de délinquance juvénile. Elle fonde en 1957, en collaboration avec le ministère de la Justice, le Centre d’Études de la Délinquance Juvénile (C.E.D.J.).

51 Il est à noter aussi qu’Aimée Racine continue à publier près de vingt ans après le décès de Paul Wets, leurs divergences de vues étant dans certains contextes tout simplement dues au décalage chronologique de leurs discours.

52 François, "Du chiffre au dossier...", p. 235-252 ; François, Guerres et délinquance juvénile... ; De Koster, Weerbaar, weerspannig of crimineel ?....

53 Racine, Les enfants traduits en justice..., p. 35, 56, 67, 78, 104 ; Wets, L’enfant de justice..., p. 141.

54 Racine, Les enfants traduits en justice..., p. 90-98, 102-103 ; Wets, L’enfant de justice..., p. 93, 141-143.

55 Ibidem.

56 Louis Vervaeck (1872-1943) est le fondateur de l’école moderne d’anthropologie criminelle, qui subit directement les influences de l’école positive italienne. Nommé en 1902 comme médecin de la prison des minimes à Bruxelles, Louis Vervaeck y fonde un premier laboratoire d’anthropologie criminelle en 1907, dont l’un des objectifs est la connaissance des causes de la criminalité. En 1911, il fonde un nouveau laboratoire moderne d’anthropologie à la prison de Forest. Après quelques années, soutenu par le ministère de la Justice, il dirige une dizaine de laboratoires de ce type en Belgique (Raf De Bont, "Meten en verzoenen. Louis Vervaeck en de Belgische criminele anthropologie, circa 1900-1940", dans Bijdragen tot de Eigentijdse Geschiedenis, 9, 2002, p. 63-104).

57 Pour Vervaeck, un comportement déviant n’inclut pas automatiquement un comportement criminel. Ce comportement déviant peut alors relever de l’alcoolisme, du vagabondage, de la prostitution, des maladies, etc. (De Bont, "Meten en verzoenen....", p. 63-104).

58 Cf. De Koster, Weerbaar, weerspannig of crimineel ?...

59 Cf. notamment : Georges Heuyer, "L’évolution sur le plan scientifique : dans les sciences médicales et psychologiques", et Aimée Racine, "L’évolution sur le plan scientifique : dans les sciences sociales", dans C.E.D.J., Evolution d’une notion : la délinquance juvénile/de evolutie van een begrip : de jeugdmisdadigheid, Bruxelles, 1958.

60 Cf. Cesare Lombroso et Guglielmo Ferrero, La femme criminelle et la prostituée, Paris, F. Alcan, 1896. Pour Lombroso et Ferrero, la prostitution chez la femme n’est autre que l’expression de sa criminalité et de son caractère dégénéré. Parlant de « prostituée-née », les caractéristiques biologiques de la femme anormale suffisent à expliquer le phénomène de la prostitution, même si les auteurs ne nient pas que d’autres facteurs puissent s’y ajouter. Comme le dit Françoise Digneffe : « Ici, sans doute encore mieux qu’ailleurs, on voit comment certaines productions ‘scientifiques’ de l’école positive italienne apparaissent aujourd’hui plutôt comme la recherche (consciente ou non, peu importe) d’une validation par la science des représentations sociales dominantes d’une époque » (Françoise Digneffe, "L’école positive italienne et le mouvement de défense sociale" dans Christian Debuyst, Françoise Digneffe, Alvaro-P. Pires, Histoire des savoirs sur le crime et la peine, vol. 2, Bruxelles, De Boeck-Université, 1998, p. 235-299).

61 Wets, L’enfant de justice..., p. 141-142.

62 Racine, Les enfants traduits en justice..., p. 102-103.

63 Cyril Burt, The Young Delinquent, London, 1925, p. 227 ; voir De Koster, Weerbaar, weerspannig of crimineel ?..., p. 57.

64 Aurore François et Veerle Massin, "‘Ces virus ambulants’. Discours et pratiques à l’égard des filles de justice atteintes de maladie vénérienne (Belgique, 1912-1950)", dans Revue belge d’Histoire contemporaine, XXXVIII, 2008, 3-4, p. 379-405.

65 Cf. Liesbeth Nys, "De Ruiters van de Apocalyps. ‘Alcoholisme, tuberculose, syphilis’ en degeneratie in medische kringen, 1870-1940", dans Tollebeek, Vanpaemel, Wils (éd.), Degeneratie in België..., p. 11-41 ; De Koster, Weerbaar, weerspannig of crimineel ?..., p. 36-59. Pour l’espace français : Corbin, Les filles de noce....

66 Racine, Les enfants traduits en justice..., p. 107.

67 Racine, Les enfants traduits en justice..., p. 35.

68 Cf. A.E. Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., n° 170, Lettre du directeur de l’Asile-clinique Van de Vliedt au ministre de la Justice Paul Hymans, proposition de règlementation disciplinaire pour l’établissement d’éducation de l’État à Bruges, 15/02/1927, déjà cité.

69 Ces archives administratives sont très variées et ont des orientations réglementaires, disciplinaires, éducatives, médicales, de gestion.

70 Cf. aussi François et Massin, "‘Ces virus ambulants’...".

71 Pour l’organisation des quartiers d’observation, cf. supra. Les cas de maladie vénérienne ou de grossesse peuvent déboucher sur un transfert très rapide, de quelques jours, depuis l’institut d’observation jusqu’à l’asile-clinique de Bruges.

72 Sainte-Marguerite de Cortone (Kiel-Anvers) dès les années 1920, Poste d'observation du Home Saint-Benoît à Wandre (Liège) et Bon Pasteur d’Evere dès les années 1930.

73 Celle-ci peut être : un placement en institution publique ou privée, un placement en service, ou un retour en famille.

74 Le premier rapport d’observation présent dans les dossiers traités et attestant d’un médecin-psychiatre émane de Sainte-Marguerite de Cortone (Kiel-Anvers) en 1947, et non pas de Saint-Servais. Il faut attendre 1950 pour que l’observation à Saint-Servais fasse appel à un spécialiste, qui s’avère être un psychologue et non pas un psychiatre.

75 A.E. Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., n°707 à 829, 148 dossiers personnels de mineures dépouillés (1922-1956).

76 À l’origine d’une confrontation avec le juge des enfants, on retrouve souvent des faits liés à la sexualité, qui peuvent relever de la prostitution (minorité des cas), de la débauche, ou simplement d’une sexualité active (De Koster, Weerbaar, weerspannig of crimineel ?... ; François, Guerres et délinquance juvénile...).

77 Certaines jeunes filles se retrouvent devant le juge des enfants pour d’autres préventions, par exemple, vol ou indiscipline (De Koster, Weerbaar, weerspannig of crimineel ?... ; François, Guerres et délinquance juvénile...) ; quelques filles ont d’ailleurs été placées à l’asile-clinique de Bruges alors qu’elles étaient vierges. Malgré ça, leur « irrégularité sexuelle » est quand même le plus souvent montrée du doigt (A.E. Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge...).

78 A.E. Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., dossiers personnels, citations tirées, dans l’ordre, des nos 60 (Marthe, 1924), 150 (Bertha, 1926), 561 (Rosine, 1938), 1050 (Marie-Jeanne, 1946), 1211 (Odila, 1948).

79 A.E. Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., dossiers personnels, citations tirées, dans l’ordre, pour l’'instinct' : des nos 110 (Marie-Thérèse, 1927), 240 (Pauline, 1928), 390 (Renée, 1933), 480 (Sibille, 1936), 520 (Elvire, 1937), pour les 'perversions' : des nos 210 (Germaine, 1926), 720 (Marie-Josée, 1937), 1031 (Marguerite, 1946), 1070 (Julia, 1946), pour les 'penchants' : des nos 130 (Simone, 1927), 630 (Maria, 1939), 1060 (Ghislaine, 1946), 1191 (Irène, 1947), 1240 (Fernande, 1948).

80 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., dossiers personnels, citations tirées, dans l’ordre, des nos 120 (Justine, 1926), 580 (Florence, 1938), 790 (Jeanne, 1944), 880 (Lucienne, 1942), 650 (Lucie, 1940).

81 Ibidem, dossiers personnels, citations tirées, dans l’ordre, des nos140 (Marie-Jeanne, 1926), 280 (Renelde, 1929), 450 (Louisa, 1932), 400 (Maria, 1932).

82 Document endommagé.

83 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., dossier personnel n°150 (Bertha, 1926).

84 Cf. supra.

85 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., n°170, Rapport du directeur des établissements de Bruges J. Van de Vliedt au ministre de la Justice Paul Hymans sur la section disciplinaire, 09/08/1927. Termes utilisés par la direction quant à son objectif vis-à-vis des révoltées.

86 "Écoles de Bienfaisance de l’État, code disciplinaire", dans Recueil des instructions, circulaires et autres actes émanés du Ministère de la Justice ou relatifs à ce département, 3e série, années 1919-1920-1921, Bruxelles, Imprimerie du Moniteur belge, 21/05/1920, p. 346-347. Punitions prévues : 1) Réprimande 2) privation de faveurs (récréations, promenades) 3) privation des visites et correspondance avec la famille 4) privation des récompenses pécuniaires 5) mise au pain sec et à l’eau 6) chambre d’isolement et la cellule de sûreté, avec ou sans une mise au pain sec et à l’eau (15 jours maximum) 7) envoi au quartier de discipline.

87 Cf. supra.

88 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., n°170, Rapport du directeur des établissements de Bruges J. Van de Vliedt au ministre de la Justice Paul Hymans sur la section disciplinaire 15/02/1927.

89 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., n°33, Courrier du directeur des établissements de Bruges Van de Vliedt au Directeur général à la Protection de l’enfance E. Wauters, 11/12/1936.

90 Par exemple, un transfert depuis l’asile-clinique ou depuis la maternité jusqu’à la section disciplinaire, voire un internement en hôpital psychiatrique.

91 Cf. première partie : « la lutte contre l’indiscipline sera surtout une lutte contre l’immoralité » (A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., Lettre du directeur de l’asile-clinique Van de Vliedt au ministre de la Justice Paul Hymans, proposition de règlementation disciplinaire pour l’établissement d’éducation de l’État à Bruges, 15/02/1927).

92 Ibidem.

93 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., dossier personnel n°120 (Justine, 1927).

94 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., dossier personnel n°1272 (Paula, 1948).

95 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., dossier personnel n°611 (Andrée, 1939).

96 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., n°170, Rapport du directeur de l’asile-clinique de Bruges au ministre de la Justice Paul Tschoffen sur la situation disciplinaire de l’institution, 15/09/1925. Citation traduite du néerlandais.

97 Ibidem, n°33, Courrier du directeur des établissements de Bruges Van de Vliedt au Directeur général à la Protection de l’enfance E. Wauters, 11/12/1936.

98 Ibidem, dossier personnel n°230 (Rachelle, 1931).

99 Ibidem, dossier personnel n°1498 (Collette, années 1950). Citation traduite du néerlandais.

100 Ibidem, dossier personnel n°1530 (Germaine, 1954).

101 Ibidem, n°170, Rapport du directeur de l’asile-clinique de Bruges au ministre de la Justice Paul Tschoffen sur la situation disciplinaire de l’institution, 15/09/1925. Paroles tenues par les jeunes filles punies pour faits d’homosexualité et qui refusent de se soumettre, d’après la direction.

102 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., n°584, Lettre de la présidente du Conseil National des Femmes belges Mme Oedenkoven De Boeck au directeur de l’Asile-Clinique de Bruges Van de Vliedt, 09/11/1934. Sur le travail de la Commission morale du C.N.F.B., Cf. la contribution de Catherine Jacques et Christine Machiels dans ce volume.

103 Ibidem, n°584, Lettre du directeur de l’Asile-Clinique de Bruges Van de Vliedt à la présidente du Conseil National des Femmes belges Mme Oedenkoven De Boeck, 13/12/1934.

104 Cf. supra.

105 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., n°584, Instruction du Directeur général délégué à la Protection de l’enfance Constant Loix à la directrice de l’asile-clinique Ligneel, 09/02/1923.

106 Souligné dans le texte original.

107 Ibidem, n°36, Instruction du Directeur général délégué à la Protection de l’enfance Isidore Maus à la directrice de l’asile-clinique Ligneel, 03/04/1923.

108 Ibidem, n°32, Instruction du Directeur général délégué à la Protection de l’enfance C. Loix au directeur de l’asile-clinique de Bruges Van de Vliedt, 07/05/1925.

109 Ibidem, Réponse du directeur de l’asile-clinique Van de Vliedt à la présidente du Conseil National des Femmes belges (programme d’une journée-type), 13/12/1934.

110 Ibidem, n°32, Instruction du Directeur général délégué à la Protection de l’enfance C. Loix au directeur de l’asile-clinique de Bruges Van de Vliedt, 07/05/1925. Citation traduite du néerlandais.

111 Ibidem, n°584, Instruction du Directeur général délégué à la Protection de l’enfance C. Loix à la directrice de l’asile-clinique de Bruges Ligneel, 04/08/1923.

112 Ce que confirme une discussion d’ordre pédagogique entre membres du personnel en 1947 (à savoir qu’aucun autre type de formation professionnelle n’est donnée aux filles depuis les premières années d’existence de l’établissement) (A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., PV Studiekring, 21/10/1947).

113 Cf. dossiers personnels, rapports semestriels, "formation professionnelle".

114 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., n°584, Lettre du directeur général délégué à la Protection de l’enfance Bonnevie au directeur des établissements de Bruges Van de Vliedt, 09/03/1945.

115 Ibidem, n°584, Lettre du directeur des établissements de Bruges Van de Vliedt au directeur général délégué à la Protection de l’enfance Bonnevie, 11/08/1945.

116 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., n°25, Instruction du directeur général délégué à la Protection de l’enfance Bonnevie au directeur des établissements de Bruges Van Zeir, 24/06/1947. Les faits ont été révélés par une inspection.

117 Ibidem, n°584, Instruction du directeur général délégué à la Protection de l’enfance Bonnevie au directeur des établissements de Bruges Van de Vliedt, 03/05/1945.

118 Ibidem, n°584, Instruction du directeur général délégué à la Protection de l’enfance Bonnevie au directeur des établissements de Bruges Van Zeir, 25/06/1946.

119 Ibidem.

120 Ibidem, n°155, Règlement des Établissements d’Éducation de l’État (nouvelle version) par l’Office de la Protection de l’enfance, 01/11/1932.

121 Ibidem, n°584, Instruction du directeur général délégué à la Protection de l’enfance Bonnevie au directeur des établissements de Bruges Van de Vliedt, 03/05/1945.

122 Ibidem, n°1, PV Studiekring, 16/12/1947.

123 Ibidem, n°584, Instruction du directeur général délégué à la Protection de l’enfance Bonnevie au directeur des établissements de Bruges Van Zeir, 04/02/1947.

124 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., n°25, Instruction du directeur général délégué à la Protection de l’enfance Bonnevie au directeur des établissements de Bruges Van Zeir, 24/06/1947.

125 Ibidem, n°1, PV Studiekring, 13/12/1949.

126 Ibidem, n°1, PV Studiekring, 21/10/1947.

127 Ibidem, dossiers personnels, citations tirées, dans l’ordre, des nos 60 (Marthe, 1925), 1110 (Clémentine, 1946), 890 (Marie-Josée, 1944), 50 (Simone, 1923), 130 (Simone, 1926), 1211 (Odila, 1948).

128 A.E.Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., dossiers personnels, citations tirées, dans l’ordre, des nos 470 (Yvonne, 1935) et 290 (Hélène, 1931).

129 Un parmi d’autres : Ibidem, dossier personnel n°520 (Elvire, 1937). Voir également Collard,"La prostitution des mineures...", p. 22-64.

130 Ibidem, dossier personnel n°340 (Louisa, 1935).

131 Pour l’ensemble du dossier, citation comprise : A.E. Beveren, Rijkskliniek en Rijksopvoedingsgesticht te Brugge..., dossier personnel n°170 (Carmen, 1927-1931)

132 Ibidem, dossier personnel n°1132 (Berthe, 1947-1948).

Auteur

Membre du CHDJ. Doctorante, elle relève du Pôle d'Attraction Interuniversitaire P6/01 "Justice and Society : Sociopolitical History of Justice Administration in Belgium (1795-2005)", financé par la politique scientifique de l’État belge. Dans ce cadre, elle rédige une thèse sur les institutions publiques belges pour jeunes délinquantes, entre les années 1920 et 1970.

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable