Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du sordide au mythe

 | 
Jean-Michel Chaumont
, 
Christine Machiels

Les suites du scandale

Féminisme et abolitionnisme aux xixe et xxe siècles en Belgique

Catherine Jacques et Christine Machiels

Texte intégral

1. Introduction

1Le 19 janvier 1881, Constance Delvaux et Catherine Reniers comparaissaient devant le tribunal correctionnel de Bruxelles pour avoir détourné une mineure du chemin de l’école afin de la livrer à la débauche. Les deux femmes auraient conduit la jeune fille au Café des Riches où le baron de Mesnil, qui l’avait trouvée fort à son goût, attendait. Celle-ci aurait ensuite été expédiée à Aix-la-Chapelle, puis retrouvée à Paris. Ce jour-là, la justice belge condamne les deux accusées à sept mois de prison. L’histoire ne dit pas ce qu’il advint du baron de Mesnil. Un scandale à Bruxelles parmi tant d’autres. C’est pourtant celui-ci que Josephine Butler choisit de raconter aux mères anglaises pour les sensibiliser à la cause abolitionniste. Au récit du procès, elle ajoute :

  • 1 Butler, Souvenirs personnels d’une grande croisade..., p. 343.

« Réfléchissez à ce que vous éprouveriez si votre enfant, le pur et le bien-aimé trésor de votre cœur, vous revenait ainsi, après avoir été contrainte d’être témoin et acteur dans ces saturnales sans nom, ruinée de corps et d’âme (…). En lisant ces choses, vous ne vous rangerez pas parmi ceux qui m’accusent de "manquer aux égards" dus à des personnages haut placés : ces juges corrompus, ces viveurs, ces libertins, qui ferment les yeux ou se font eux-mêmes les complices de pareilles infamies. Si nous, mères, nous nous taisions, les pierres mêmes crieraient »1.

  • 2 Josephine Butler, Une voix dans le désert, nouvelle édition, Genève, Secrétariat général de la Féd (...)
  • 3 Summers, "Which Women ? What Europe ? Josephine Butler...", p. 214-231 ; Summers (coord.), "Gender (...)
  • 4 Christine Bard (coord.), Un siècle d’antiféminisme, Paris, Fayard, 1999.

2En Angleterre, la lutte contre la prostitution réglementée prend résolument les allures d’une « révolte féminine »2. Quelques années après la parution de l’essai de John Stuart Mill The Subjection of Women, il n’est pas rare que les protestations des mères à l’égard de la débauche patentée se doublent de revendications féministes. La prostitution est perçue comme le résultat des inégalités entre les sexes au point de vue de la morale, des droits civils, économiques et politiques. Nul doute que Josephine Butler nourrisse l’espoir de donner à ce mouvement une dimension universelle, ou, à tout prendre, de l’exporter sur le continent3. La tâche n’est cependant pas si facile : bien évidemment, libertés, rapports sociaux, cultures politiques diffèrent d’un côté à l’autre de la Manche. Quelles stratégies adopter pour mobiliser les femmes sur le front abolitionniste ? Bousculer les évidences d’abord : alors que les femmes sont habituellement les grandes absentes du débat public, la personnalité de Josephine Butler, haranguant les foules sur un sujet aussi tabou que la prostitution, étonne. Josephine Butler fera-t-elle des émules ? Associer les féministes à la cause abolitionniste, ensuite : comment concilier les mobiles des moralistes, parfois très antiféministes4, à ceux des chantres des droits des femmes ?

3Cet article propose d’interroger l’articulation entre « scandale » et « mouvement social » à partir d’une étude spécifique de l’attitude des féministes belges à l’égard de la prostitution aux xixe et xxe siècles. Celle-ci débute par la revendication abolitionniste, née dans le climat émotionnel fort de l’affaire des petites Anglaises dont les retombées, alors insoupçonnées, stimulent pendant près d’un siècle les discours, les mobilisations, les imaginaires même, de tout qui s’engage sur la voie tracée par Josephine Butler. L’événement dont Bruxelles est le théâtre rend indissociables « prostitution » et « traite ». Par la suite, cet amalgame nourrira souvent les discours abolitionnistes et féministes. Engagé(e)s dans la mêlée de leur temps, les un(e)s et les autres prennent part aux débats qui font l’actualité : prostitution réglementée, traite, lutte contre les maladies vénériennes, morale sociale, etc. Avec plus ou moins d’autonomie, les féministes, tantôt revendicatives, tantôt timides, sont sur tous les fronts, donnant à voir, en filigrane, l’idée qu’elles se font de la sexualité, et, in fine, des rapports sociaux entre les sexes.

2. Les premières féministes belges à l’épreuve de la prostitution (1880-1918)

  • 5 Sur le retard du mouvement féministe belge par rapport au féminisme anglo-saxon ou français : Elia (...)
  • 6 De Morsier, Souvenir de la conférence de Liège..., p. 11.
  • 7 "Union nationale des dames belges", Journal du Bien public, février 1878.
  • 8 Allemande, Rosa Behrends-Wirth travaille comme infirmière, à l’intérieur des lignes françaises, pe (...)

4Dès 1875, sur la scène continentale, quelques pionnières du féminisme (la française Maria Deraismes, la suissesse Marie Goegg, etc.), inspirées par Josephine Butler, s’associent aux moralistes, réformateurs, défenseurs des droits de l’Homme, et experts pour combattre la prostitution réglementée. Mais, lorsqu’éclate l’affaire de la « traite des blanches » à Bruxelles, qui lance véritablement le mouvement abolitionniste belge, il n’existe pas à proprement parler d’association féministe en Belgique pour prendre part aux débats5. Sur la scène internationale, les femmes belges sont mêmes réputées « fort timides sur cette question »6. Avant les années 1890, celles qui s’intéressent à la question de la prostitution placent leur engagement abolitionniste sous le signe de la philanthropie. Ainsi, en février 1878, Rosa Behrends-Wirth, qui a assisté au premier Congrès de la F.A.P.R. à Genève, formait l’Union nationale des Dames belges, organisée en comités de quartiers dont l’objectif est de fonder, comme il en existe déjà à Liège, des centres destinés à accueillir des jeunes filles pauvres7. Si ces initiatives sont clairement inspirées des Rest House et Industrial House fondées par Josephine Butler à Liverpool, aucune velléité d’émancipation ou d’aspiration égalitaire, pourtant chères au cœur de la féministe anglaise, ne les accompagne8.

  • 9 Sur le Refuge de la rue Vleurgat : Christine Machiels, notice "Refuge Rue de Vleurgat" dans Encycl (...)

5En 1881, une visite de Josephine Butler provoque la formation, à Bruxelles, d’un comité composé de cinq femmes. Celles-ci décident la création d’un foyer pour « jeunes filles tombées ». Cette initiative reçoit le soutien de la S.M.P.B. L’établissement, situé chaussée Vleurgat à Bruxelles, ouvre ses portes en avril 18829. Les fondatrices du Refuge (Adelheid Momm, Mme la comtesse de Bylandt-de Lynden, Mme Byse-Lee, la baronne Sophie de Perponcher et Augusta Erskine) appartiennent à la communauté protestante de Bruxelles. Leur engagement abolitionniste est largement subordonné à une vision très traditionnelle des rôles masculins et féminins dans l’action sociale.

6Ce n’est qu’à l’aube du xxe siècle que les premières militantes pour les droits des femmes donneront aux initiatives philanthropiques, fondées à l’origine sur un sentiment charitable (laïc ou catholique), un sens profondément féministe.

2.1. Isala Van Diest, première féministe abolitionniste belge

7Si quelques féministes de la première heure, notamment dans la France voisine, s’allient aux abolitionnistes au nom de l’égalité morale entre les sexes, à l’inverse, et particulièrement en Belgique, l’engagement des femmes dans les questions sociales, comme celle de la prostitution, s’avère, pour certaines d’entre elles, déterminant dans le processus de ralliement au féminisme. Il semble en effet qu’une réflexion sur l’infériorité de la condition des femmes ait progressivement accompagné les initiatives humanistes des bourgeoises à l’égard des jeunes prostituées. À partir des années 1890, les rapports du Refuge de la rue Vleurgat laissent deviner entre les lignes une timide prise de conscience des conséquences des inégalités sexuées contenues dans le Code civil de 1804. L’interdiction de la recherche en paternité y est tout particulièrement pointée du doigt :

  • 10 "Rapport de l’œuvre du Refuge", Bulletin de la Société de moralité publique de Belgique, 47, 1890, (...)

« Plusieurs de ces pauvres filles viennent d’être mères (…) Et à ce propos, nous ne saurions nous empêcher de signaler l’émouvant contraste entre le courage de la femme (…) et la lâcheté de l’homme qui se dérobe à sa responsabilité »10.

  • 11 Isala Van Diest, diplômée des Universités de Berne et de Bruxelles, est la première femme belge au (...)
  • 12 Summers, "Which Women ? What Europe ? Josephine Butler...", p. 219.
  • 13 Selon le témoignage de Cécile Dangotte, "La première femme médecin belge", Annales de la Société b (...)

8Isala Van Diest, première femme médecin belge11, soigne bénévolement les jeunes prostituées au Refuge de la rue Vleurgat dès 1882. Quelques années plus tôt, ayant obtenu son diplôme de Docteur en médecine et accouchement, elle partait à Londres pour travailler au New Hospital for Women, fondé par Elisabeth Garrett12. Forte de ses rencontres en Angleterre et de son expertise médicale (elle était indignée par le mauvais traitement réservé aux femmes syphilitiques13), elle se préoccupe, à son retour en Belgique, du sort des prostituées, au sein du mouvement abolitionniste belge et international.

  • 14 Le débat sur la « femme médecin » est lancé pour la première fois devant la Chambre des représenta (...)

9Dans les années 1880, elle devient la première femme belge « membre active » de la S.M.P.B., et du comité exécutif de la F.A.P.R., sa formation professionnelle ­remarquable et très inhabituelle en Belgique -donnant toute légitimité à son investissement, y compris dans les débats d’idées traditionnellement réservés aux hommes. Prenant pour exemple le parcours exceptionnel de leur nouvelle collaboratrice Isala Van Diest, certains abolitionnistes prennent position, à titre individuel, dans le débat sur l’accès des femmes aux carrières libérales qui agite le monde politique depuis « l’affaire Popelin »14. Ainsi le libéral Jean-Charles Houzeau de Lehaie, contrecarrant devant la Chambre des représentants les conceptions rétrogrades du catholique Charles Woeste, lie-t-il d’un seul coup son combat contre la prostitution à celui pour l’accès des femmes aux professions dont elles sont exclues :

  • 15 Annales Parlementaires, Chambre des représentants, séance du 29 janvier 1890, p. 491. J.C. Houzeau (...)

« Je m’étonne que l’honorable M. Woeste refuse d’ouvrir aux femmes des carrières où elles puissent exercer leurs facultés et gagner leur vie. Il est, comme moi, d’une commission qui cherche à diminuer le mal si profond de la prostitution. Une des causes qui amène l’état de choses actuel est certainement la difficulté pour la femme de trouver un emploi honnête qui lui donne de quoi vivre. Et, notez-le bien, cette situation est peut-être plus terrible encore pour celles qui, ayant de l’instruction et appartenant aux classes moyennes de la société, se trouvent du jour au lendemain dans l’obligation de gagner leur vie »15.

2.2. Prostitution et revendications féministes

  • 16 Nous n’avons pas retrouvé de traces de discours, de correspondance, etc. relatifs à la prostitutio (...)
  • 17 Françoise Van Lierde, "La Ligue belge du droit des femmes", Sextant, 1, hiver 1993, p. 11-22.

10Quelques abolitionnistes belges commencent à manifester de l’intérêt pour la question des droits des femmes, de plus en plus discutée sur la scène internationale. Malgré ses réticences à prendre la parole en public16, Isala Van Diest s’engage, quant à elle, dans la voie du féminisme. En 1890, elle crée, avec Jules Pagny et Albert du Chastain, deux abolitionnistes convaincus, une première association dédiée aux droits des femmes à Bruxelles17. Les pionnières et pionniers du mouvement féministe belge manifestent rapidement de la sympathie à l’égard de la cause abolitionniste. Ainsi, Louis Frank, fondateur avec Marie Popelin, Isala Van Diest, Henri et Léonie La Fontaine, de la Ligue belge du droit des femmes (L.B.D.F.), envoie en septembre 1893 une lettre d’encouragement à la F.A.P.R., dans laquelle il promeut le rapprochement des deux associations :

  • 18 Lettre de la L.B.D.F., signée par Louis Frank (Bruxelles, le 19 septembre 1893) cité dans "Compte- (...)

« Votre œuvre tend à supprimer une institution immorale et odieuse, qui asservit une catégorie de femmes pour la satisfaction des plaisirs des débauchés de l’autre sexe. Notre œuvre tend au relèvement de la femme. Nous demandons pour nos compagnes plus de droits, une amélioration de leur sort et en même temps, chez la femme elle-même une dignité plus grande, et de la pleine conscience de ses devoirs. Nos deux sociétés, bien qu’ayant un but différent, ont cependant entre elles de nombreux points de contact »18.

  • 19 Depuis son adhésion à la F.A.I., il échange quelques lettres avec le secrétaire de la F.A.I., Henr (...)

11Louis Frank entre en contact à plusieurs reprises avec les féministes et les abolitionnistes suisses, très actifs au sein de la F.A.P.R. Délégué en 1896 au Congrès des intérêts féminins organisé à Genève, il est sollicité trois ans plus tard, avec Guillaume de Greef et Marie Popelin, pour faire partie du groupe d’initiative de la Revue de morale sociale, fondée notamment par le suisse Louis Bridel. La même année, il participe à la conférence de Genève organisée par la F.A.I. : il devient membre du comité exécutif de la Fédération en 190119.

  • 20 Pierre Van Den Dungen, "Les divisions du féminisme belge avant 1914", Sextant, 1, 1993, p. 24.
  • 21 Françoise Van Lierde, La Ligue belge du droit des femmes (1892-1897), mémoire de licence en Histoi (...)
  • 22 Lire : Eliane Gubin, "La recherche de la paternité. La loi d’avril 1908 : victoire ou défaite fémi (...)
  • 23 À ce sujet, notons le dynamisme du Dr Boens de Charleroi. En 1888, il donnait un exposé devant la (...)
  • 24 Marie Popelin, "Notre AG annuelle", La Ligue, VI, 1, janvier 1898, p. 5 et suivantes.

12Concrètement, en Belgique, la L.B.D.F. collabore avec la section abolitionniste belge. Construites sur des bases apolitiques, l’association féministe et la S.M.P.B. (du moins, à ses débuts) comptent dans leurs rangs respectifs un certain nombre de libéraux progressistes et de socialistes20. Plusieurs souscripteurs ou épouses de souscripteurs de la S.M.P.B. assurent un mandat au sein de la L.B.D.F. entre 1892 et 1897 : Mme E. Cauderlier, Mme H. Denis, Mme C. Graffe, Mme Houzeau de Lehaie, Mme Liebrecht, Mme Nicolet et M. E. Koettlitz21. Les deux groupes s’associent dans la lutte pour la libre recherche de la paternité22 et l’amélioration des conditions de travail des femmes23. En 1897, lors du Congrès féministe international organisé à Bruxelles, Marie Popelin désigne la lutte contre la prostitution, au même titre que celle contre l’alcool, la guerre, l’exploitation et l’abandon des enfants, comme l’une des « guerres saintes » du féminisme24.

13Les premières féministes belges, comme leurs consoeurs européennes quelques années plus tôt, s’engagent dans la croisade abolitionniste au nom de l’égalité morale entre les sexes. Avec austérité, la plupart, catholiques ou libre-penseuses, vantent les vertus d’une morale supérieure : la chasteté, habituellement considérée comme l’apanage des femmes, étant à leurs yeux l’idéal rêvé de la sexualité féminine et masculine. Par corollaire, avec les moralistes, elles partagent la conviction que la débauche est souillure. La prostituée, en menant une vie immorale, constitue une menace pour la société. Dans la sphère du privé, elle est un péril pour la famille ; dans l’espace public, marginal et interlope, s’affichant aux bras des criminels et des voleurs, elle épouvante. L’inconduite du client des prostituées, désigné comme « prostitué » (ou « débauché ») dans les discours abolitionnistes, est également incriminée : pour les féministes et les moralistes, les responsabilités sont partagées.

  • 25 Jules Pagny, "La prostitution inscrite et la prostitution clandestine au point de vue social et mo (...)
  • 26 Dès 1884, Jules Pagny écrivait à Émile de Laveleye : « Les enfants naturels (…) sont en général un (...)

14Complices du « relâchement des mœurs », dont la prostitution et les rapports illégitimes sont les principaux symptômes, les pouvoirs publics sont priés par le mouvement féministe et la ligue de moralité de revoir leur législation, ceux-ci devant, aux yeux des réformateurs, se porter garants de la paix dans le foyer (le « privé »), lui-même étant le fondement de l’ordre social (le « public »). Il faut par exemple entendre dans les revendications en faveur de la recherche de la paternité à la fois « le besoin de faire sentir à l’homme qu’il n’a pas le droit, au sein d’une société policée, de créer une famille de hasard »25 et la volonté de protéger l’enfant abandonné, voire même de s’en protéger, celui-ci étant perçu comme un petit criminel « en devenir »26. Dès la fin du xixe siècle, le sort des enfants « en danger moral », vivant sur les lieux de débauche, préoccupe. À ce sujet, la féministe et socialiste belge Isabelle Gatti de Gamond écrit dans La Ligue :

  • 27 Isabelle Gatti de Gamond, "Les causes et les effets", La Ligue, II, 1, janvier 1894.

« Faut-il montrer maintenant ces "infortunées" qui n’ont rien de la femme, en qui les mœurs et les règlements administratifs, (…) éteignent les dernières étincelles de la dignité humaine ? Elles se mêlent dans nos rues aux voleurs et aux assassins ; et au milieu de ces bandes grandissent de nombreux enfants, car les enfants suivent la fortune des mères. Là écloront ces criminels précoces, privés de sens moral, qui sont à la fois l’objet de notre épouvante, une menace et une accusation de notre ordre social. Ici, nous nous arrêtons, car nous ne pouvons plus compter les victimes de l’assujettissement de la femme »27.

  • 28 Ibidem.
  • 29 La Revendication des droits féminins, association plus radicale que la L.B.D.F., est fondée autour (...)
  • 30 "Beginselverklaring", De Vrouw, 1, 15 juillet 1893. En 1893, le député Auguste Bebel faisait un di (...)

15Il n’empêche qu’une fois la responsabilité collective révélée, dans le rapport illégitime ou la prostitution, un flou demeure quant à déterminer si la « débauchée », plus tout-à-fait femme, est victime (de l’état des mœurs, des règlements, etc.) ou coupable (de vivre et propager l’immoralité). Si la licence sexuelle blesse l’éthique bourgeoise et féministe des premières militantes, celles-ci se font néanmoins un point d’honneur à énumérer les circonstances atténuantes accompagnant la chute de ces « infortunées »28. Parmi celles-ci, les conditions misérables du travail des femmes sont vivement dénoncées, particulièrement par les associations féministes, proches du socialisme, militant pour l’égalité économique entre les sexes. Ainsi le journal La Revendication des droits féminins revendique dans son programme le droit pour toute femme de vivre du produit de son travail, sans être obligée de recourir à la prostitution29. Comme La Revendication des droits féminins, le journal De Vrouw du groupe d’Emilie Claeys, inspiré par Auguste Bebel, inscrit dans ses principes la lutte contre la prostitution30.

16C’est précisément au sujet des droits sociaux et économiques des femmes qu’Isabelle Gatti de Gamond, rédactrice en chef des Cahiers féministes, le périodique du Cercle d’études des femmes socialistes, compare le marché du travail à celui de la débauche, poussant l’analogie jusqu’à emprunter au second registre l’expression suggestive de « traite des blanches » :

  • 31 Isabelle Gatti de Gamond, "Conditions de la femme belge au xixe siècle", Cahiers féministes, 4e an (...)

« À la traite des blanches sur le marché de la débauche, s’est ajoutée la traite des blanches sur le marché du travail. D’un côté, les industriels demandent à exploiter le travail des femmes, ce qu’ils appellent la liberté du travail ; d’un autre, les ouvriers essayent de se débarrasser de cette concurrence qui menace leur salaire ; c’est ce qu’ils appellent la protection du travail. La seule intéressée ne peut dire quand et comment elle veut être protégée ou libre, ni au Conseil des prud’hommes, ni dans les conseils de l’industrie et du travail, ni au Parlement. C’est le sceau de sa servitude »31.

2.3. Liberté versus répression ?

  • 32 The White Slave Trade : transactions of the International Congress on the White Slave Trade, held (...)

17Pour l’heure, la question de la traite des blanches a fait l’objet d’une conférence internationale à Londres32. En Belgique, un Comité national belge pour la répression de la traite des blanches est créé par le secrétaire de la S.M.P.B., Edouard Belleroche. Le Comité fusionne avec la S.M.P.B. : à l’instar du mouvement international contre la traite qui se dessine, l’esprit moraliste domine dans le groupe belge, tant et si bien qu’on assiste progressivement à l’effritement du mouvement abolitionniste. Indépendamment des activités de la ligue de la moralité, jugée de plus en plus puritaine, des initiatives voient le jour du côté des socialistes.

  • 33 "Conférence d’Avril de Sainte-Croix à Bruxelles", Le Peuple, 26 février 1900 ; "Belgique", Bulleti (...)
  • 34 Annales Parlementaires, Sénat, séance du 6 février 1900, p. 204.
  • 35 Isabelle Gatti De Gamond, "La question des mœurs", Cahiers féministes, 5e année, 25, 1 mars 1900. (...)

18Le 1er mars 1900, une conférence abolitionniste est organisée à Bruxelles par des étudiants affiliés au Parti ouvrier belge. À la Maison du Peuple, des militantes de la Société pour l’amélioration du sort de la femme et de la L.B.D.F. y rencontrent la féministe française Guénia Avril de Sainte-Croix33 qui marque son désaccord avec le récent projet de loi du ministre catholique Jules Lejeune. La prostitution y est assimilée au vagabondage et sanctionnée par un internement dans un dépôt de mendicité allant de trois à sept ans pour les plus de dix-huit ans, ou, pour celles qui n’ont pas atteint cet âge, au quartier de discipline des écoles de bienfaisance de l’État jusqu’à leur majorité34. Rejointe dans ses critiques par certains députés socialistes, Guénia Avril de Saint Croix peut aussi compter sur l’appui des féministes belges dont Isabelle Gatti de Gamond qui avoue être parcourue d’un « frisson » à la lecture de « projets de loi qui doivent porter remède à ce qui existe » et critique vertement cette criminalisation de la prostitution35.

  • 36 J.P.V. Lippevelde, "Chronique médicale. La prostitution", Le Peuple, 28 avril 1907 ; Marius Renard(...)
  • 37 Kathlijn Pittomvils, "Tussen repressie en permissiviteit. Socialisme, socialisten, prostitutie en (...)

19Dans le débat sur la traite des blanches, socialistes et féministes semblent d’accord pour condamner les desseins coercitifs des moralistes à l’égard des femmes, présentés sous couvert de protection : pour eux, en théorie, « morale » n’est pas incompatible avec « liberté »36. Avec quelques nuances (et ambiguïtés) toutefois : en Belgique, à la fin du xixe siècle et tout au long du xxe siècle, certains plaidoyers socialistes ou féministes, inscrits dans l’air du temps, flirtent avec une vision très répressive de la gestion de la prostitution37.

  • 38 Louise Van den Plas, Féminisme. Souvenirs de 20 ans d’efforts, Bruxelles, Librairie Albert Dewit, (...)
  • 39 Cette enquête est intitulée "Les victimes des ‘avariés' " en référence à la célèbre pièce de théât (...)
  • 40 Ibidem, p. 47. À l’heure où les débats sur le suffrage universel vont bon train en Belgique, le Fé (...)
  • 41 Louise Van den Plas, "Le congrès national des œuvres catholiques", Le féminisme

20Du côté des militant(e)s catholiques, le problème des mœurs devient, à l’aube du xxe siècle, le nœud de la question féministe. Inspirée par la française Marie Duclos, qu’elle rencontre à l’occasion d’une réunion de la L.B.D.F., la jeune féministe Louise Van den Plas fonde en 1902 le Féminisme chrétien avec l’aide de René Henry, rédacteur du Journal de Bruxelles38. Dans une enquête dédiée au problème de la syphilis39, celui-ci, soutenant la thèse selon laquelle la débauche est « un produit de l’infériorisation de la femme dans la société », observe que les remèdes préventifs contre la prostitution se trouvent précisément dans les réformes féministes (recherche de la paternité, lutte contre l’alcoolisme et le militarisme, augmentation des salaires féminins, patronage des jeunes filles, éducation de la jeunesse, etc.), celles-ci n’étant réalisables que si l’on accorde le droit de vote aux femmes40. À défaut d’un horizon favorable pour la cause suffragiste en Belgique, Louise Van den Plas, convaincue du poids politique de l’action sociale, encourage diverses initiatives, particulièrement les Œuvres catholiques de protection de la jeune fille chargées de conseiller et préserver les voyageuses du danger de la traite des blanches41.

  • 42 Le C.I.F. est la plus ancienne fédération d’associations féminines et féministes, fondée à Washing (...)

21Mais, si les femmes engagées dans la lutte contre la traite déploient principalement leur énergie à la prévention et la protection des jeunes migrantes, les féministes, quant à elles, ressentent bientôt le besoin de coordonner leur action au niveau international. Elles aspirent à devenir des interlocutrices privilégiées au sein de la négociation politique des conditions de répression de la traite, discutées par les hommes (moralistes et diplomates) lors des conférences internationales. En 1905, le Conseil international des femmes (C.I.F.) crée une commission spécifique « pour l’unité de la morale et contre la traite des blanches »42. Celle-ci entend collaborer avec la F.A.I. et le bureau international contre la traite des blanches. Elle est présidée par Guénia Avril de Sainte-Croix.

  • 43 Marie Parent, "La conférence de Mme Avril de Sainte Croix au C.N.F.B.", La Ligue, XVII, 2, 1909, p (...)
  • 44 Paris, Bibliothèque Marguerite-Durand (B.M.D.), Correspondance Guénia Avril de Sainte-Croix, Lettr (...)

22Invitée à Bruxelles par le Conseil national des femmes belges (C.N.F.B.) en janvier 1909, Guénia Avril de Sainte-Croix encourage les féministes belges à former une section nouvelle consacrée spécialement à l’égalité morale entre les sexes et au problème de la traite qui serait affiliée à la commission morale du C.I.F.43. Mariette Houyoux-Richald, présentée par Marie Popelin à Guénia Avril de Sainte Croix un an plus tôt à Paris44, en accepte la présidence. Une conférence de la F.A.I. à Bruxelles est même planifiée : mais, faute de dynamisme, le projet tombe à l’eau, au désespoir de Marie Popelin, présidente du C.N.F.B.

  • 45 Actes du Congrès féministe international de Bruxelles, Bruxelles, 1912, publiés par les soins de M (...)
  • 46 N., "La traite des blanches", Le Soir, 26 octobre 1912.
  • 47 Rapport de la Conférence internationale pour la répression de la traite des blanches, Bruxelles, 2 (...)

23En avril 1912, lors du Congrès féministe international de Bruxelles, Agnès Lebeau, présidente du comité verviétois des Amies de la jeune fille, reproche aux féministes leur « indifférence » à l’égard de la prostitution et de la traite des femmes. Mariette Houyoux-Richald s’empresse de récuser l’accusation, en annonçant la prochaine collaboration du C.N.F.B. avec le Comité belge pour la répression de la traite des blanches45. Six mois plus tard, celui-ci organise une conférence internationale à Bruxelles. Parmi les participants, qualifiés par la presse belge d’ » enfants terribles »46, on note la présence de Louise Van den Plas, du Féminisme chrétien, seule féministe membre formellement du Comité belge contre la traite, Léonie La Fontaine, du C.N.F.B., et Marie-Elisabeth Belpaire, militante flamande, fondatrice d’une Ligue contre l’immoralité publique à Anvers47.

  • 48 Mons, Mundaneum, coupures de presse 354, Pétition de la Ligue contre l'immoralité publique envoyée (...)
  • 49 Louise Van den Plas, "Une seule morale", Féminisme chrétien de Belgique, VIII, 8, mai-juin 1913, p (...)

24Enfin, les initiatives abolitionnistes des belges demeurent assez isolées. Parmi celles-ci, en 1913, le groupe catholique de Marie-Elisabeth Belpaire adresse une pétition à la Chambre des représentants, exigeant de compléter le projet de loi sur la répression des outrages publics aux bonnes mœurs, à l’exemple de la législation néerlandaise, par l’abolition de la prostitution officielle. Cette revendication est présentée comme faisant partie intégrante de la lutte contre le néo-malthusianisme48. Inspirée par la féministe Louise Van den Plas, invitée à Anvers pour parler du rôle des mères dans le préjugé de la double morale, la Ligue contre l’immoralité publique défend l’adoption d’une seule morale, catholique, pour les deux sexes49.

2.4. Guerre et lutte contre la prostitution

  • 50 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, Papiers Léonie La Fontaine, LLF 67, Rapport de la section de mor (...)
  • 51 Moniteur belge, 10 juin 1914, p. 3669. Jane Brigode, "Un chapitre du code pénal heureusement révis (...)
  • 52 "Compte-rendu du Congrès de Budapest", Jus Suffragii, 25 juillet 1913. L’A.I.S.F., fondée en 1904, (...)

25À la veille de la Première Guerre mondiale, le bilan des victoires féministes en matière de moralité, présenté par Mariette Houyoux-Richald lors du Congrès du C.I.F. à Rome, ne pèse pas bien lourd. Certes le C.N.F.B. s’est préoccupé des dangers des bureaux de placement, de la protection des voyageuses, et, comme en France, d’un projet de meeting à destination de la jeunesse universitaire. Mais, si les maisons closes se font de plus en plus rares à Bruxelles, la Belgique n’en reste pas moins la « citadelle de la réglementation », celle-ci alimentant précisément, aux yeux des féministes abolitionnistes, la traite des blanches50. À ce sujet, elles enregistrent un résultat : l’adoption de la loi sur la répression de la traite des blanches (26 mai 1914), saluée par Jane Brigode dans La Ligue et Louise Van den Plas dans Le Féminisme chrétien comme une victoire. L’une et l’autre applaudissent au renforcement de la législation, conforme à la Convention internationale de 1910, concernant les délits d’excitation à la débauche des mineures (même avec leur consentement), de majeures (s’il y a eu fraude, violence ou contrainte)51. Ces deux féministes sont alors déléguées pour la Belgique à l’Association internationale pour le suffrage des femmes (A.I.S.F.), qui, un an plus tôt, affichait elle aussi son intérêt pour la question de la traite des femmes et la prostitution52.

  • 53 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, Papiers Léonie La Fontaine, LLF 67, Rapport de la section de mor (...)
  • 54 Lettre de Léonie La Fontaine, présidence du C.N.F.B., à Guénia Avril de Sainte Croix (30 octobre 1 (...)
  • 55 Louise Van Den Plas, "l'Union patriotique des femmes belges". Extrait de La femme belge, janvier 1 (...)

26Sur le terrain, l’attention des féministes se focalise sur Anvers, considérée comme « la ville la plus immorale de l’univers »53. Mais en octobre 1914, la présidente ad interim du C.N.F.B., Léonie La Fontaine, réfugiée à Lausanne, confie à Guénia Avril de Sainte Croix que toutes les tentatives de protection à l’égard des jeunes migrantes transitant par la ville portuaire ont été stoppées par le déclenchement du conflit mondial54. De facto, en période de guerre, les revendications féministes sont gelées. Le sens que prennent les efforts des femmes pendant la guerre est résolument patriotique. Dès le lendemain de l’ultimatum de l’Allemagne à la Belgique, Louise Van den Plas et Jane Brigode forment ensemble l’Union patriotique des femmes belges, chargée de coordonner des œuvres d’assistance55. À la sortie du conflit, celle-ci réoriente son action vers la propagande antivénérienne. L’Union patriotique des femmes belges engage une lutte contre la dépopulation et la débauche en organisant des conférences avec la collaboration du Dr Adrien Bayet, fondateur de la Ligue nationale belge contre le péril vénérien (1922).

3. D’une guerre à l’autre : lutter contre la double morale et la prostitution réglementée56

  • 56 L’ensemble des informations de cette partie sont issues de : Catherine Jacques, Les féministes et (...)
  • 57 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, Papiers Léonie La Fontaine, LLF 53, PV de la commission pour l’u (...)
  • 58 Louise Van den Plas, "Une conférence de Mme Avril de Sainte-Croix. Le mal vénérien", Le Féminisme (...)

27L’action abolitionniste se déroule en parallèle à l’action de la Ligue belge contre le péril vénérien, créée au lendemain de la Première Guerre mondiale. En Belgique, de nombreuses féministes ont associé le combat pour les droits des femmes à celui de l’éradication du fait prostitutionnel et des maladies vénériennes. Ce combat de par sa nature, se situe tant au niveau international que sur le plan national. Le C.I.F. agit comme une sorte de coupole qui assure à son tour un lobby féministe auprès des instances internationales telles que la S.D.N., le B.I.T. ou l’O.I.T. durant l’entre-deux-guerres, après la Seconde Guerre mondiale auprès de l’O.N.U. et de ses agences spécialisées. Grâce à ses relations avec le C.I.F., le C.N.F.B. se positionne très nettement en faveur du combat abolitionniste. Il agit toujours de concert avec le C.I.F., conscient qu’une telle lutte ne prend toute son ampleur que dans une action internationale. Déjà en 1914, lors d’une réunion de la Commission internationale pour l’Unité de la morale et contre la traite des femmes, Léonie La Fontaine propose, au nom du C.N.F.B., l’adoption d’une loi internationale « réglementant l’existence des bureaux de placement et (…) la fermeture des maisons de tolérance »57. La guerre interrompt la mobilisation abolitionniste mais le combat, mené au sein du C.I.F. par la Française Guénia Avril de Sainte-Croix, est repris par elle avec vigueur auprès de la S.D.N. Elle entretient par l’entremise de Léonie La Fontaine des liens forts avec les féministes belges et dans une conférence donnée à Bruxelles en 1921, sous les auspices de la L.B.D.F., elle fait clairement le parallélisme entre les situations belge et française -pratiquement les seuls pays européens où la réglementation de la prostitution est encore appliquée -elle y voit surtout « le dernier chaînon… de l’antique servitude féminine »58.

  • 59 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 06, Notes de la présidente de la VIIe assemblée quinqu (...)
  • 60 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 09 et 011, Rapport de la section de l’unité de la mora (...)

28Afin de répondre au mieux à une enquête menée par le C.I.F. aux débuts des années 1920 sur l’état de la lutte contre la prostitution dans les différents pays, Marie Derscheid-Delcourt, présidente de la commission pour l’unité de la morale du C.N.F.B., s’adresse en août 1923 au Comité national belge de défense contre la traite des femmes et des enfants, animé par Isidore Maus, et amorce ainsi une collaboration qui se poursuit au cours de l’entre-deux-guerres. L’année suivante, en 1924, Marie Derscheid-Delcourt occupe la vice-présidence de la Commission de l’unité de la morale du C.I.F., présidée par Mme Avril de Sainte-Croix59. Dans ses rapports d’activités triennaux transmis au C.I.F., le C.N.F.B. y réaffirme sans ambiguïté sa position abolitionniste60.

  • 61 La Ligue Constance Teichman est créée à Anvers en 1910 à l’initiative de Marie-Elisabeth Belpaire (...)
  • 62 Ilse Gesquiere, Catherine Jacques, Claudine Marissal, Dix femmes en politiques. Les élections comm (...)
  • 63 "Une branche belge de la Fédération abolitionniste", Le Féminisme chrétien de Belgique, mars-avril (...)

29À la même époque, le secrétaire du bureau international de Genève de la F.A.I. effectue un voyage de propagande en Belgique. Sous son impulsion, la Ligue anversoise Constance Teichmann61 réorganise en 1923 une branche belge. Réunie pour la première fois le 9 avril 1923 dans la salle des mariages de l’hôtel de ville d’Anvers, la section belge accueille Maria Gheys, conseillère communale catholique62 et Louise Van den Plas, qui y prennent la parole63. La toute jeune association belge sera la cheville ouvrière du congrès de la F.A.I., organisé quatre ans plus tard en 1927 à Anvers. Malgré ce succès, les oppositions sont multiples et la Ligue décide de mettre en veille ses activités.

  • 64 "Contre la traite", Le Féminisme chrétien de Belgique, mai 1924, 69-74 ; Louise Van Den Plas, "Par (...)
  • 65 Louise Van Den Plas, "Pudeur et… nudisme", Le Féminisme chrétien de Belgique, août/septembre 1933, (...)
  • 66 Louise Van Den Plas, "Décadence et régénération", Le Féminisme chrétien de Belgique, janvier-févri (...)

30C’est essentiellement la frange chrétienne du mouvement féministe qui se mobilise. Le Féminisme chrétien de Belgique s’engage sans réserve dans la croisade abolitionniste et apporte son soutien au Comité de défense contre la traite des femmes et des enfants d’Isidore Maus à qui il ouvre les colonnes de sa revue64. Pour Le Féminisme chrétien, la suppression de la double morale est considérée comme la « meilleure sauvegarde de l’ensemble » des victoires féminines « si chèrement acquises »65 : « Pour le bonheur de la femme, comme pour son honneur, il faut qu’elle soit respectée, qu’elle se respecte et, qu’elle relève, partout où elle pénètre, le niveau de la moralité (...) »66. La femme ne peut jamais être rabaissée à l’état d’objet.

3.1. L’action parlementaire

  • 67 Emmanuel De Winde, "Développements de la proposition de loi supprimant la réglementation officiell (...)
  • 68 De Winde, "Développements de la proposition de loi...", p. 33-57 ; International féminin, mars/avr (...)

31De son côté, le Comité national belge de défense contre la traite des femmes et des enfants initie en 1930 un petit groupe chargé d’accélérer le dépôt d’une proposition de loi supprimant la réglementation officielle de la prostitution. Plusieurs personnalités féminines de premier plan y sont actives : les catholiques Maria Baers et Gabrielle Lutens-Woeste67, la socialiste Isabelle Blume, la libérale féministe Marthe Boël. S’appuyant sur un texte visant à abolir la réglementation de la prostitution, déposé en 1909 par l’ancien ministre de la Justice Jules Le Jeune, ce comité tente d’obtenir le dépôt d’un projet similaire. Le 25 février 1932, le député catholique Emmanuel De Winde dépose une proposition à la Chambre68. Les féministes sont pleines d’espoir car la proposition a recueilli l’appui de catholiques notoires comme Edmond Rubbens, président du Mouvement ouvrier chrétien, mais elle est aussi soutenue par des socialistes (Willem Eekelers et Émile Vandervelde) et des libéraux (Fulgence Masson, Paul-Émile Janson). Elles se mobilisent avec force et épaulent les démarches entreprises par le comité d’Isidore Maus. La revue Le Féminisme chrétien se met véritablement au service de cette campagne et s’en prend avec hargne à ses détracteurs :

  • 69 Louise Van Den Plas, "La réglementation de la prostitution et la police féminine", Le Féminisme ch (...)

« Elle trouvera des adversaires au parlement. Elle en trouvera surtout dans une partie du public parce qu’elle dérangera les intérêts -ou les habitudes ! -d’un certain nombre de messieurs, et plus encore parce qu’elle heurtera les préjugés tenaces de beaucoup d’honnêtes gens qui ignorent complètement la question »69.

  • 70 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 011, Rapport de la section de l’unité de la morale exe (...)
  • 71 Bruxelles, Centre d’archives pour l’Histoire des femmes (Carhif), Fonds Y.W.C.A., Procès-verbaux d (...)
  • 72 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 01, Compte-rendu d’un entretien avec Marie Mulle du 8 (...)
  • 73 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 011, Rapport de la commission pour l’unité de la moral (...)
  • 74 D. Hoorickx, "Prostitution et lutte anti-vénérienne", Femmes dans l’action mondiale, n°15, mars 19 (...)

32De son côté le C.N.F.B. adresse une lettre de soutien au président de la Chambre en 193470. La baronne Boël, alors présidente du C.N.F.B., enjoint la Young Women’s Christian Association à appuyer les démarches d’Isidore Maus71. Persuadé que la proposition aboutira dans les plus brefs délais, dès 1932, le C.N.F.B. fait campagne pour la fermeture des maisons de tolérance, tandis que les membres de la Commission pour l’Unité de la morale se lancent dans une vaste enquête sur les mesures à prendre pour « l’avenir des femmes qui seraient éventuellement libérées ». Elles s’adressent « aux écoles de service social pour leur demander d’assurer la formation des personnes destinées à faire la rééducation de ces malheureuses »72. Elles mettent ainsi en œuvre le deuxième volet de la lutte abolitionniste, le « relèvement » des filles « tombées » dans la prostitution. D’autres initiatives voient également le jour, qui visent à protéger les mineur(e)s de la prostitution et qui reçoivent notamment l’appui de l’O.N.E.73. En 1937, le Comité mondial des femmes (C.M.F.) soutient également la proposition de loi, même si elle la juge insuffisante pour éradiquer la prostitution74.

  • 75 Bruxelles, A.V.B., Fonds Nyssens, 40, Union belge contre l’exploitation de la débauche. Assemblée (...)

33En dépit de ces multiples efforts et après avoir été redéposée à deux reprises, le 5 novembre 1936 et le 3 mai 1939, la loi sera pourtant votée bien plus tard, en 194875.

  • 76 Catherine Jacques et Claudine Marissal, "Suzanne Lippens-Orban", dans Gesquiere, Jacques, Marissal(...)
  • 77 Comité national belge de défense contre la traite des femmes et des enfants, Une proposition de lo (...)

34Au cours des années 1930, les idées abolitionnistes suscitent un certain intérêt et une certaine sympathie en Belgique dans des milieux extrêmement divers. Déjà au milieu des années 1920, certaines villes comme Anvers et Bruxelles, sous l’influence de conseillères communales, assouplissaient momentanément leur réglementation76. Dans les rangs catholiques, les Œuvres sociales féminines chrétiennes, qui demandent la suppression de la réglementation depuis leur congrès national de 1924, entraînent dans leur combat en novembre 1931 la Ligue des Travailleurs chrétiens et en décembre elles suscitent l’adhésion du comité directeur de la Fédération des associations catholiques. Du côté socialiste, en avril 1931 le Congrès annuel du conseil général du Parti ouvrier belge se prononce pour la suppression de la réglementation. Le bureau de la Fédération nationale des femmes libérales prend une position identique en décembre 193177.

  • 78 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 08, Correspondance de la commission pour l’unité de la (...)
  • 79 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 011, Rapport de la commission pour l’unité de la moral (...)

35Il faut lire les efforts des féministes dans ce climat propice. En toute logique, à la fin des années 1930, elles sont convaincues que la proposition de loi supprimant la réglementation de la prostitution, pour laquelle Isabelle Blume a fait rapport à la Chambre, sera adoptée incessamment. Des articles parus dans la presse en 1937, révélant la présence d’enfants au sein de maisons de tolérance, viennent encore renforcer leurs convictions abolitionnistes et accroître leur mobilisation78. Mais devant les atermoiements des législateurs, le C.N.F.B. met en doute leur volonté de voir aboutir cette réforme et stigmatise leur indifférence à l’égard des problèmes moraux, au bénéfice d’une politique opportuniste79.

3.2. L’action internationale

  • 80 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 011, Lettre de Renée Fontainas à la présidente de comm (...)
  • 81 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B. 01, Communication faite au Congrès d’Edimbourg. Deux tr (...)
  • 82 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 011, International Council of Women. Equal Moral Stand (...)
  • 83 Nelly Verbeek, "La psychologie des prostituées", Bulletin du CNFB, janvier/février 1960, p. 10-11.
  • 84 Renée Fontainas, "Réunion d’information organisée par l’Union belge contre l’exploitation de la dé (...)

36En contrepoint de cette évolution nationale se développe à la même époque, au plan international, l’idée que les prostituées doivent être non seulement réadaptées socialement mais aussi traitées d’un point de vue psychiatrique. Cette assimilation entre prostitution et déficience mentale fournit en quelque sorte une excuse à la prostituée et explique sa déchéance. En réalité, les milieux abolitionnistes diabolisent tellement la prostitution qu’il devient incongru qu’elle puisse être exercée par des êtres en pleine possession de leurs facultés mentales. De victimes à la fin du xixe siècle, les prostituées se muent en irresponsables dans les années 1930. Au sein du C.I.F., ce glissement s’observe surtout dans les Conseils nationaux de Grande-Bretagne et du Danemark ; mais le C.N. belge est nettement plus réservé face à un tel amalgame80. Toutefois les conseils nationaux, à l’instigation du C.I.F., enquêtent sur les traitements psychiatriques prévus pour les prostituées. La Belgique fait office de pionnière dans ce type de traitement pour les prostituées mineures, dispensé dans deux établissements officiels, à Bruges et à Saint-Servais, mais aussi dans des institutions privées81. Dans la synthèse qu’il publie en 1938, le C.I.F. appuie cette approche psychologique et psychiatrique de la prostitution82. Cette analyse du fait prostitutionnel se poursuit après la Seconde Guerre et se renforce même dans les années 1950. La prostitution se transforme alors pour les abolitionnistes en « un problème de psychologie individuelle dont le point de départ se situe dans le milieu familial »83. Leur programme de prévention s’organise autour de ce constat84.

  • 85 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 011, Lettre d’Alison Neilans aux membres de la commiss (...)
  • 86 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 011, Rapport de Lady Nunburnholme 1938.

37Vigilant au plan national, le C.N.F.B. suit également les directives du C.I.F., dont la commission de l’Unité de la morale entretient des liens étroits avec la F.A.I. depuis les années 1930. Cette commission se compose de personnalités bien connues du mouvement abolitionniste, telles que Lady Nunburnholme, Wanda Grabinska, Marcelle Legrand-Falco, ou Alison Neilans qui succède à Lady Nunburnholme à la présidence en 1938. Elle décide d’envoyer aux membres la revue abolitionniste The Shield trois fois par an85. L’action menée dans ce domaine par le C.I.F. se traduit pour l’essentiel par un lobbying serré auprès de la commission de la S.D.N. contre la traite des femmes et des enfants. Mais il incrimine également les clients des prostituées qui participent « au même degré qu’elles à leur dégradation morale »86. En collaboration avec l’Alliance Internationale pour le Suffrage des Femmes (A.I.S.F.) et l’Alliance Jeanne d’Arc, le C.I.F. envoie en 1937 une résolution qui les condamne et incite ses conseils nationaux à faire pression sur leurs gouvernements respectifs pour qu’ils adhèrent aux différentes conventions internationales relatives à la traite des femmes et des enfants.

3.3. L’impact de la guerre 40-45

  • 87 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., Programme de travail de la commission pour l’unité de (...)
  • 88 "Une requête du comité de défense contre la traite des femmes et des enfants", Le Féminisme chréti (...)

38À l’aube de la Seconde Guerre, le C.N.F.B. redoute que la mobilisation des troupes ne s’accompagne d’un laxisme moral. Il diffuse des messages moralisateurs qui dénoncent « toute mesure hygiénique ou administrative qui pourrait être interprétée comme un encouragement au relâchement moral »87. Parallèlement, le comité de défense contre la traite des femmes et des enfants s’adresse au gouvernement en février 1940, afin qu’il prenne les mesures nécessaires pour empêcher la prolifération des bordels clandestins aux abords des cantonnements militaires : « Les exploitants de la débauche » ayant « transporté à la campagne leur industrie corruptrice »88.

  • 89 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 010, Lettre de Marjorie Nunburnholme à Renée Fontainas (...)

39Les années de guerre et d’immédiat après-guerre sont cruciales pour les avancées du mouvement abolitionniste. Durant le second conflit mondial, le C.I.F. poursuivit sa collaboration avec la Ligue abolitionniste internationale. À Londres, la commission pour l’Unité de la morale, présidée depuis la mort d’Alison Neilans en 1942 par la Polonaise Wanda Grabinska, organise des séances publiques avec la branche anglaise et le bureau international de la F.A.I., dans le but de maintenir la pression sur les gouvernements pour que la future Organisation des Nations Unies reprenne les travaux menés par la commission des questions sociales de la S.D.N. sur la traite des femmes et la prostitution89.

40En Belgique, les années d’occupation suscitent une forte hausse de la prostitution. Tous les observateurs sociaux dénoncent la dégradation du sens moral parmi la jeunesse. Après 1945, les rapports sont alarmistes, voire catastrophistes : habitués à voler, à piller pour se nourrir, n’attribuant que peu de valeur à une vie humaine, quelquefois même encouragés par leurs familles aux rapines et à la prostitution pour subvenir aux besoins quotidiens, les enfants et surtout les adolescent(e)s ne distingueraient plus guère le bien du mal.

  • 90 "Discipline", Bulletin des Ligues pour le relèvement de la moralité Publique, n°4, 1946.

« Les procureurs du Roi poussent un cri d’alarme : la moralité des jeunes filles, des fillettes sombre lamentablement. Des enfants de douze ans se prostituent sous la surveillance de proxénètes de 17 ans, moyennant quelques morceaux de chocolat ou une boîte de conserve que l’on mange en famille »90.

  • 91 La Commission de l’Unité de la morale qui par la suite prend d’autres noms traite de l’ensemble de (...)
  • 92 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 10, Rapport d’activités du CNFB 1945-1946. Commission (...)
  • 93 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 10, Réponse au questionnaire de la commission pour l’U (...)

41Ces constats alarmants rejoignent le bilan de l’état moral de la population dressé au lendemain de la guerre par la commission de l’Unité de la morale du C.N.F.B.91. Son rapport confirme que la faim a poussé de nombreuses « femmes et jeunes filles à se prostituer au cours des années d’occupation »92. À de rares occasions sont également évoqués les cas de femmes belges déportées dans le cadre du travail obligatoire ou de l’extermination des juifs, qui ont été contraintes à se prostituer dans des maisons de tolérance. « Mais il est très difficile », selon le C.N.F.B., « de se faire une idée même approximative quant à leur nombre ; les victimes étant très discrètes à ce sujet et le public disposé dans leur intérêt à jeter le voile sur ce triste épisode de la guerre »93.

  • 94 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 09, P.V. du Congrès de la FAI du 6 au 9 septembre 1947 (...)
  • 95 M. Oedenkoven-De Boeck, "Un bref aperçu des séances du congrès abolitionniste international", Bull (...)

42Poursuivant son combat international, la F.A.I. décide de s’attaquer à l’un des derniers bastions réglementaristes, la Belgique. Par conséquent, elle choisit Bruxelles comme lieu de son premier congrès d’après-guerre en 1947. Sur les conseils de la présidente fondatrice du Féminisme chrétien de Belgique, Louise Van den Plas, la F.A.I. charge Magdeleine Leroy-Boy, alors membre du bureau du C.N.F.B., d’organiser cette première rencontre internationale abolitionniste de l’après-guerre. Le Comité belge de défense contre la traite et la Ligue de moralité publique apportent également leur soutien. Le congrès réunit de nombreuses personnalités belges et étrangères et réactualise les questions abolitionnistes dans le pays94. Les féministes, Jane Brigode et Louise Van den Plas, y côtoient des femmes politiques, Isabelle Blume, Marguerite De Riemaecker, Suzanne Grégoire ou la Française Marcelle Legrand-Falco, etc.95

  • 96 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 011, Séance de 29 mars 1946 de la commission Morale : (...)
  • 97 Bruxelles, Carhif, Fonds C.N.F.B., 24, PV de la première séance de la branche belge de la FAI, 13/ (...)
  • 98 Bruxelles, Carhif, Fonds A. Hauwel, Lettre de Th. De Felice au GBPO, 11 octobre 1946.
  • 99 Bruxelles, Carhif, Fonds Groupe Belge Porte Ouverte (GBPO), Tract de la Ligue abolitionniste belge (...)

43L’idée de la F.A.I. est de créer une section belge afin de poursuivre l’action du Comité de défense contre la traite, dont l’activité s’était étiolée depuis le décès de son président Isidore Maus, durant la guerre96. À l’issue du congrès, une branche belge de la Fédération, dénommée Ligue abolitionniste belge, est mise sur pied sous la présidence dynamique de Magdeleine Leroy-Boy97. Outre Magdeleine Leroy-Boy, le bureau réunit la socialiste Françoise Fuss, docteure en médecine, le docteur Arthur Thulliez, bien connu pour son action anti-vénérienne, Louise Van den Plas et la libérale Odette De Wynter-Prayé, dirigeante de Solidarité. Le conseil d’administration comprend notamment Renée Fontainas, présidente de la commission de l’Unité de la morale du C.N.F.B., Josette Klees-Guillissen, également membre du bureau du C.N.F.B., Mlle M. Lecart, et Dora Wiener, membre à la fois du bureau du C.N.F.B. et du C.I.F. Les liens avec les associations féministes sont clairs98, d’autant plus que la Ligue peut également compter sur des membres associées à titre individuel comme les féministes Marcelle Renson, Adèle Hauwel, Marguerite Leblanc ou encore Alice Pels. La Ligue entretient également des relations étroites avec les milieux catholiques par le biais de Magdeleine Leroy-Boy, Marguerite Leblanc, Louise Van den Plas, Renée Fontainas, professeure à l’école catholique de service social, ou encore du chanoine P. Gillet99.

  • 100 Gubin et al., Dictionnaire des femmes belges..., p. 76-77.
  • 101 "Les conclusions du congrès abolitionniste", Le Féminisme chrétien de Belgique, mai-juin 1937, p. (...)
  • 102 Magdeleine Leroy-Boy, "Contre la traite…", Le Féminisme chrétien de Belgique, novembre-décembre 19 (...)

44Dès cette époque, Magdeleine Leroy-Boy devient l’une des figures phares du mouvement abolitionniste et féministe en Belgique. D’origine française, juriste de formation, elle a rédigé un travail de fin d’étude sur les associations féminines internationales, ce qui l’a mise en contact avec Marie Lenoël, une des animatrices de la branche française de l’Alliance internationale Jeanne d’Arc. Cette association allie féminisme et catholicisme et milite pour une égalité complète entre hommes et femmes, dans la sphère publique et privée mais aussi au sein de l’Église catholique. Épouse d’un avocat bruxellois, Jean Leroy, futur diplomate, Magdeleine Leroy-Boy s’est réfugiée durant la guerre en Angleterre où elle a noué des contacts avec la branche britannique de l’Alliance et le Comité de liaison des femmes100. Il est vraisemblable que ses travaux ainsi que les rencontres « féministes » faites durant la guerre, lui assurent des entrées dans les milieux féministes et abolitionnistes internationaux. En 1937, elle a d’ailleurs assisté avec assiduité au congrès de la F.A.I. à Paris101 dont elle dresse un compte-rendu pour la revue le Féminisme chrétien de Belgique, association à laquelle elle adhère en 1937102.

  • 103 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, Fonds Léonie Lafontaine, LLF 055, Magdeleine Leroy-Boy, "La pros (...)
  • 104 Leroy-Boy, "La prostitution et l’émancipation...", p. 48-49.

45Mais Magdeleine Leroy-Boy est également bien introduite dans les milieux catholiques et familialistes, où elle devient la porte-parole des idées abolitionnistes et des critiques sur la double morale sexuelle. En 1946, au Congrès international de la famille et de la population, elle dénonce « la théorie du vice nécessaire à l’homme (…), la théorie de la double morale ». Elle assimile la prostitution à « l’esclavage officiel des femmes » et constate que ces fléaux « n’ont pu être introduits que parce qu’ils correspondaient au comportement général d’une société »103. Elle s’en prend dès lors à la réglementation, « système officiel qui incite l’homme à croire que la débauche est une nécessité, et qui lui procure l’irresponsabilité et la sécurité dans la mauvaise conduite ». Elle dénonce la prostitution comme une atteinte à la « dignité de toutes les femmes » et « une invitation à l’homme de faire de la femme un objet de plaisir ». En matière de prostitution, la suppression de la réglementation et la poursuite des proxénètes s’imposent, mais ces mesures doivent aussi être couplées à « des réformes des conditions sociales qui entraînent trop de femmes vers la prostitution » et à un programme de « prophylaxie sanitaire et surtout morale au sein de l’opinion publique ». In fine, Magdeleine Leroy-Boy réclame que la lutte contre les partisans du réglementarisme, semblable à un véritable gang maffieux, soit menée par les instances internationales104.

  • 105 "Témoignage sur le problème de la prostitution. Exposé de Mlle N. Verbeek à la réunion d’informati (...)
  • 106 N. Verbeek, "Rééducation des prostituées", Bulletin du CNFB, mars/avril 1953, p. 8-1.

46La Ligue reçoit l’appui de sympathisantes, comme Nelly Verbeek, qui vient y donner régulièrement des conférences. Assistante sociale et ancienne propagandiste jociste, Nelly Verbeek prend conscience du problème de la prostitution durant la guerre, en 1941, tandis qu’elle effectue un stage à l’hôpital de Bruxelles où sont soignées les prostituées. Abolitionniste convaincue, elle milite et travaille en faveur de la réinsertion sociale des prostituées qu’elle considère comme des victimes de la société105. Elle consacre sa vie à leur réhabilitation, écrivant fréquemment des articles sur le foyer d’accueil qu’elle dirige à la rue Van den Driessche à Bruxelles. C'est une oratrice appréciée des conférences organisées par le C.N.F.B., sous les auspices de la Ligue abolitionniste belge106.

  • 107 Bruxelles, Carhif, Fonds C.N.F.B., 24, PV de la réunion du 23 janvier 1947 de la branche belge de (...)
  • 108 Isabelle Blume. Entretiens recueillis et présentés par José Gotovitch, Bruxelles, Fondation J. Jac (...)
  • 109 Bruxelles, Institut Émile Vandervelde (I.E.V.), Fonds Isabelle Blume, dossier n°55, Correspondance (...)
  • 110 Isabelle Blume. Entretiens.., p. 142.

47Peu après sa fondation, la Ligue belge soutient la proposition abolitionniste déposée à nouveau à la Chambre en octobre 1946 par la socialiste Isabelle Blume, cosignée par la catholique Marguerite De Riemaecker-Legot et la communiste Suzanne Grégoire107. Selon Isabelle Blume, Georgette Ciselet souhaitait également déposer une proposition semblable108. Au parlement, Isabelle Blume se fait le chantre de l’abolitionnisme au nom de l’égalité des sexes et inscrit résolument ce combat sous la bannière féministe. Présente aux premières réunions de la Ligue abolitionniste, elle entretient une correspondance avec Magdeleine Leroy-Boy et Louise Van den Plas, de même qu’avec Valentin Brifaut, du comité belge contre la traite des femmes et des enfants109. La loi est adoptée sans difficulté à la Chambre. Ensuite, la Ligue transfère l’ensemble de sa documentation à Marie Spaak, chargée du rapport au Sénat. Deux autres sénatrices, Georgette Ciselet et Maria Baers lui apportent leur soutien. Cette proposition, qui rencontre apparemment l’unanimité, met néanmoins deux ans pour être adoptée dans le climat houleux de l’après-guerre. Pour sa part, Isabelle Blume confie qu’elle a fait l’objet de tentatives d’intimidation allant jusqu’à des menaces de mort de la part de certains proxénètes110.

  • 111 Annales parlementaires, Sénat, séance du 15 juillet 1948, p. 1710-1711.
  • 112 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 011, Séance de la commission Morale, mai 1952, carnet (...)

48Votée le 21 août 1948, la loi met fin au système de la réglementation de la prostitution, mais ne clôture pas le combat abolitionniste qui se poursuit afin que soit créée une police féminine et des institutions chargées de réhabiliter les prostituées111. Le tout doit être couplé à une politique de soin face aux maladies vénériennes menée dans la plus grande discrétion. Grâce à l’action conjointe du C.N.F.B. et de la Ligue belge abolitionniste, un arrêté royal du 10 avril 1952 définit les règles de création de maisons d’accueil pour « femmes moralement abandonnées »112. En revanche, la police féminine, pourtant prévue dans la loi, tarde à voir le jour : l’arrêté royal qui en fixe les conditions d’accès n’est pris que le 28 janvier 1953.

  • 113 Par exemple : L. Frankignoul, "Procès moral de la prostitution et de sa réglementation", Cahiers F (...)
  • 114 Sur les positions du mouvement féministe belge à l’égard de la situation des femmes européennes et (...)

49Après le vote de la loi de 1948 et la mise sur pied d’une police féminine en 1953, la Ligue continue à propager ses idées113, en apportant maintes informations aux milieux politiques et administratifs, notamment lors des discussions sur la Convention internationale pour la répression de la traite des êtres humains et l’exploitation de la prostitution d’autrui votée à l’ONU le 2 décembre 1949. Cette résolution consacre le point de vue abolitionniste au plan international. Il s’ensuit une campagne menée par la F.A.I. et ses branches nationales afin que les États ratifient la convention. La Belgique y adhère en 1955 mais ne la ratifie que dix ans plus tard, en 1965, sous prétexte que cette convention est inadéquate à la situation congolaise114.

  • 115 Renée Fontainas, "La Traite des femmes", Bulletin du CNFB, n°65, mai/juin 1957, p. 32.

50De la fin des années 1950 aux années 1960, la commission de l’Unité de la morale (devenue entre-temps commission de la Morale puis de la Morale sociale) poursuit inlassablement son action sous la présidence de Renée Fontainas : elle appuie l’ensemble des démarches pour créer une police féminine et suit avec attention son développement. Elle reste attentive à l’actualité de la prostitution et de la traite des femmes. Le ton qu’elle utilise demeure très moral, voire austère, et peu à peu elle se trouve en complet décalage avec l’évolution des mœurs des années 1960115.

  • 116 "Activités du C.N.F.B. Nos déléguées à la réunion du comité exécutif du C.I.F. à Venise", Bulletin (...)
  • 117 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 04, Rapport d’activité présenté par Mlle L. Van den Pl (...)
  • 118 Renée Fontainas, "La conscience moderne devant la prostitution : nos responsabilités", Bulletin du (...)

51Au plan international, dès le milieu des années 1950, Magdeleine Leroy-Boy accède à la présidence de la commission de la Morale sociale du C.I.F.116 Les liens entre abolitionnisme et féminisme demeurent donc étroits. Ils se renforcent encore grâce à l’appui de la sénatrice Georgette Ciselet et du socialiste Pierre Vermeylen117, tous deux féministes de la première heure. Dès 1954, Georgette Ciselet réclame la révision de la loi de 1948 dans un sens plus répressif à l’égard des proxénètes et assortie de mesures de réinsertion pour les prostituées118

  • 119 Annexe au moniteur belge du 27 janvier 1951, n°124.
  • 120 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 04, Rapport d’activité présenté par Mlle L. Van den Pl (...)
  • 121 Bulletin du CNFB, juillet/août 1952.
  • 122 Bruxelles, A.V.B., Fonds Nyssens, 40, Union belge contre l’exploitation de la débauche. Assemblée (...)

52La Ligue belge abolitionniste se transforme en a.s.b.l. le 22 décembre 1950119 ce qui lui permet de recevoir le legs prévu lors de sa dissolution par le Comité belge contre la traite en 1951120. Ce legs entérine en quelque sorte de longues années de collaboration et officialise la filiation entre les deux associations dont les buts furent toujours très similaires. L’année suivante, en 1952, Magdeleine Leroy-Boy démissionne pour suivre son époux, nommé délégué permanent de la Belgique à Genève auprès de l’Office européen de l’O.N.U. ; le juge Frankignoul lui succède121. Sous son impulsion, la Ligue change à nouveau de nom et prend celui d’Union belge contre l’exploitation de la débauche (U.B.E.D.) en 1954122. De son côté, Magdeleine Leroy-Boy profite de son séjour genevois pour intensifier le travail de lobbying en faveur de ses idées féministes et abolitionnistes auprès de l’O.N.U. et parmi les milieux diplomatiques.

  • 123 U.B.E.D., A.G. 24 mars 1960 ; "L’action de la police de Bruxelles (conférence de M. De Gryse)", Bu (...)

53En 1960, l’U.B.E.D. regroupe toujours des partisanes de la première heure : Louise Van den Plas est secrétaire générale, Odette De Wynter trésorière et Renée Fontainas collaboratrice123.

4. Conclusions

  • 124 Bruxelles, A.V.B., Fonds Nyssens, n°40, UBED : AG statutaire du 28 mars 1955.

54Pendant près 70 ans, le discours des féministes marque la prostitution du sceau de l’immoralité, comme le rappelle Louise Van den Plas en 1955 lors de l’Assemblée générale de l’U.B.E.D. : « Nous ne pouvons prétendre imposer à chaque individu, homme ou femme, d’avoir conscience de la dignité humaine et de respecter la propreté morale ». Seul le trafic « du corps d’autrui » et l’exploitation de « la débauche du prochain pour en tirer profit. (…) » sont des délits. « Or, le véritable crime moral de tous ces misérables devrait être (…) réprimé avec une vigilance sans répit. Et cela tous les honnêtes gens seront d’accord avec nous, et personne ne pourra nous accuser de "vertuisme" ou d’utopie »124.

  • 125 Ibidem.

55Le lien entre « prostitution » et « immoralité » n’a jamais fait l’ombre d’un doute, par contre trouver des remèdes fut nettement moins aisé. Pour les féministes belges, engagées dans la croisade abolitionniste, le dilemme est immense : si l’existence même des prostituées, images inversées de leur idéal féminin, blesse de facto leur conception d’une société morale et/donc égalitaire, la pensée que les femmes, fussent-elles « débauchées », soient à nouveau les cibles de politiques répressives et sexuées, les insupportent. Avec tâtonnements, elles tentent de marier l’eau et le feu, en dissociant le « trafic de son propre corps » et « l’exploitation de la débauche »125, le premier n’étant condamnable qu’au point de vue de la morale (privé), la seconde en revanche justifiant une intervention de l’État (public). Ensuite, elles affirment que le vécu de la majorité des femmes doit se lire comme celui d’ » innocentes », « précarisées » ou « irresponsables », donc comme celui de victimes. La peur de la « traite des blanches », dont le scandale de Bruxelles constitue l’un des socles, renforce naturellement cette conviction. Lutter contre la prostitution, « immorale », revient donc pour les féministes à demander en priorité et dans un premier temps une répression plus grande des agissements des souteneurs et proxénètes.

56In fine, le but, souvent inavoué, des féministes et des abolitionnistes belges semble être la moralisation de la société dont l’éradication de la prostitution est l’une des étapes. La prostitution leur apparaît en réalité comme une anomalie dans une société harmonieuse basée sur l’égalité entre hommes et femmes. Mais coincées par le respect des libertés individuelles, elles ne peuvent préconiser des mesures répressives à l’égard des prostituées qu’elles perçoivent comme des victimes. Elles optent dès lors pour une stratégie qui allie sur le long terme la lutte contre la traite des blanches, la réglementation et les maladies vénériennes.

  • 126 Ulrich Beck, La société du risque : sur la voie d’une autre modernité, Paris, Flammarion, 2003.

57À mesure que les distances se raccourcissent, que les moyens de transport et de communication se développent, la traite, puis le péril vénérien, qui font l’objet d’âpres débats au cours des xixe et xxe siècles, prennent dans les imaginaires l’ampleur des « risques universels »126. L’idée que personne n’est à l’abri de ce nouveau « fléau social » aide à l’internationalisation du débat.

58Décloisonnant les propos et faisant fi des particularismes, les abolitionnistes belges, au regard de la France, peuvent désormais jouer de l’argument du « palmarès » pour réclamer des autorités publiques qu’elles ne soient pas les dernières à abolir la réglementation de la prostitution. Plus le nombre de maisons closes s’amenuise à Bruxelles, plus cette revendication devient symbolique.

  • 127 Mons, Mundaneum, Fonds féminisme, archives C.N.F.B., Généralités, C.N.F.B. 01, Magdeleine Leroy-Bo (...)
  • 128 Bruxelles, A.V.B., Fonds Nyssens, n°40, UBED : AG statutaire du 28 mars 1955.

59Initié à l’origine par la communauté protestante de Liège et Bruxelles, le mouvement abolitionniste réunit peu à peu durant l’entre-deux guerres des féministes de tout horizon idéologique autour de la personne d’Isidore Maus. Parallèlement, usant d’arguments et de thématiques auxquelles sont sensibles ses propres réseaux, chacune mobilise des franges spécifiques de la société dans la lutte contre la prostitution. Tant et si bien qu’en apparence, elles inspirent, au-delà des clivages politiques, les initiatrices de la loi de 1948. Perçue d’abord comme une « victoire féministe » par Magdeleine Leroy-Boy, celle-ci apparaît, au vu du demi-siècle de batailles menées par les abolitionnistes, assez tardive et, au regard des doléances féministes, plutôt décevante127. Au final, le bilan est mitigé ; l’engagement de quelques-unes, taxées « d’utopistes »128 et confrontées aux difficultés d’appréhender, en raison des dilemmes théoriques et des tabous, la prostitution d’un point de vue féministe, camoufle la timidité et l’indifférence des autres.

Notes

1 Butler, Souvenirs personnels d’une grande croisade..., p. 343.

2 Josephine Butler, Une voix dans le désert, nouvelle édition, Genève, Secrétariat général de la Fédération, 1905 (1e édition, Neuchâtel et Paris, 1875 ; 2e édition, 1876), p. 9.

3 Summers, "Which Women ? What Europe ? Josephine Butler...", p. 214-231 ; Summers (coord.), "Gender, Religion and Politics...".

4 Christine Bard (coord.), Un siècle d’antiféminisme, Paris, Fayard, 1999.

5 Sur le retard du mouvement féministe belge par rapport au féminisme anglo-saxon ou français : Eliane Gubin, Valérie Piette, Catherine Jacques, "Les féminismes belges et français de 1830 à 1914. Une approche comparée", Le Mouvement social, n°178, janvier-mars 1997, p. 36-65 ; Eliane Gubin, "Du politique au politique. Parcours du féminisme belge (1830-1914)", Revue belge de philologie et d’histoire, 77/2, 1999, p. 370-382.

6 De Morsier, Souvenir de la conférence de Liège..., p. 11.

7 "Union nationale des dames belges", Journal du Bien public, février 1878.

8 Allemande, Rosa Behrends-Wirth travaille comme infirmière, à l’intérieur des lignes françaises, pendant la guerre franco-prussienne. Après le conflit, elle s’installe à Bruxelles où elle consigne les souvenirs de son expérience de guerre. Sa philanthropie apparaît comme davantage dictée par le sentiment maternel que par un souci d’améliorer la condition des femmes. (Sophie Pataky, Lexikon deutscher Frauen der Feder Bd.1., Berlin, 1898, s.48 ; Jean Helen Quataert, Staging Philanthropy : Patriotic Women and the National Imagination in Dynastic Germany (1813-1916), University of Michigan Press, 2001, p. 81 ; Jean Helen Quataert, "German Patriotic Women’s Work in War and Peace Time (1864-1890)", dans On the Road to Total War. The American Civil War and the German War of Unification 1861-1871, New-York, Cambridge, University Press, 2001, p. 459).

9 Sur le Refuge de la rue Vleurgat : Christine Machiels, notice "Refuge Rue de Vleurgat" dans Encyclopédie d’histoire des femmes en Belgique, à paraître.

10 "Rapport de l’œuvre du Refuge", Bulletin de la Société de moralité publique de Belgique, 47, 1890, p. 36-38.

11 Isala Van Diest, diplômée des Universités de Berne et de Bruxelles, est la première femme belge autorisée à exercer la médecine en Belgique (arrêté royal du 24 novembre 1884) (Valérie Piette, "Isala Van Diest", dans Eliane Gubin et AL., Dictionnaire des femmes belges, Bruxelles, Racine, 2006, p. 556-557).

12 Summers, "Which Women ? What Europe ? Josephine Butler...", p. 219.

13 Selon le témoignage de Cécile Dangotte, "La première femme médecin belge", Annales de la Société belge d’histoire des hôpitaux, 5, 1967, p. 84.

14 Le débat sur la « femme médecin » est lancé pour la première fois devant la Chambre des représentants par le libéral Eudore Pirmez en 1875. À noter que lors de cette discussion, Charles Rogier, de manière allusive, défend l’accès des femmes à toutes les professions comme moyen de limiter le recours à la débauche : « Multiplions donc pour la femme les moyens d’existence honnête en les admettant à exercer diverses fonctions d’où elles sont aujourd’hui exclues. Ce n’est que de cette façon que nous parviendrons à corriger ce vice énorme des sociétés modernes » (Annales Parlementaires, Chambre des représentants, séance du 19 février 1875, p. 432). Comme le souligne Denise Keymolen, le débat a une portée très morale, partisans et adversaires se défendant de protéger les bonnes mœurs (Denise Keymolen, "Les premières femmes médecins en Belgique 1873-1914", Cahiers marxistes, 191, août-septembre 1993, p. 129).

15 Annales Parlementaires, Chambre des représentants, séance du 29 janvier 1890, p. 491. J.C. Houzeau de Lehaie fait allusion à la Commission pour l’élaboration d’un projet de loi sur la police des mœurs constituée par arrêté royal du 13 octobre 1887.

16 Nous n’avons pas retrouvé de traces de discours, de correspondance, etc. relatifs à la prostitution, issus de sa plume.

17 Françoise Van Lierde, "La Ligue belge du droit des femmes", Sextant, 1, hiver 1993, p. 11-22.

18 Lettre de la L.B.D.F., signée par Louis Frank (Bruxelles, le 19 septembre 1893) cité dans "Compte-rendu de la conférence de La Haye", Bulletin continental, 11, novembre 1893.

19 Depuis son adhésion à la F.A.I., il échange quelques lettres avec le secrétaire de la F.A.I., Henri Minod (Bruxelles, K.B.R., Papiers Louis Frank).

20 Pierre Van Den Dungen, "Les divisions du féminisme belge avant 1914", Sextant, 1, 1993, p. 24.

21 Françoise Van Lierde, La Ligue belge du droit des femmes (1892-1897), mémoire de licence en Histoire, UCL, 1971 (inédit).

22 Lire : Eliane Gubin, "La recherche de la paternité. La loi d’avril 1908 : victoire ou défaite féministe", dans Marie-Thérèse Coenen (éd.), Corps de femmes. Sexualité et contrôle social, Bruxelles, De Boeck, 2002, p. 97-113. Cette question est mise à l’ordre du jour d’un congrès de la F.A.I. organisé à Bruxelles en juillet 1897.

23 À ce sujet, notons le dynamisme du Dr Boens de Charleroi. En 1888, il donnait un exposé devant la S.M.P.B. sur le travail des femmes dans les mines de la province du Hainaut. Il semble qu’il ait d’ailleurs correspondu avec Josephine Butler. (Londres, London Metropolitan University, The Women’s Library, Letter Josephine Butler to Miss Forsaith (18 mars 1898), 3 JBL/40/27).

24 Marie Popelin, "Notre AG annuelle", La Ligue, VI, 1, janvier 1898, p. 5 et suivantes.

25 Jules Pagny, "La prostitution inscrite et la prostitution clandestine au point de vue social et moral", Revue de morale progressive, n°11 et 12, décembre 1889.

26 Dès 1884, Jules Pagny écrivait à Émile de Laveleye : « Les enfants naturels (…) sont en général un danger pour la société : c’est parmi eux qu’on trouve, proportion gardée, le plus grand nombre de criminels et cela se comprend facilement » (Gand, Bibliothèque universitaire, correspondance d’Émile de Laveleye, Lettre de Jules Pagny (13 avril 1884), hs.3640).

27 Isabelle Gatti de Gamond, "Les causes et les effets", La Ligue, II, 1, janvier 1894.

28 Ibidem.

29 La Revendication des droits féminins, association plus radicale que la L.B.D.F., est fondée autour de mesdemoiselles La Nauze et de Lummen (La Revendication des droits féminins, n°1, septembre 1892).

30 "Beginselverklaring", De Vrouw, 1, 15 juillet 1893. En 1893, le député Auguste Bebel faisait un discours devant le Reichstag Allemand intitulé "Le socialisme et la réglementation" (Genève, Imp. P. Dubois, 23 p.). À propos de l’influence d’Auguste Bebel sur le féminisme d’Emilie Claeys, lire : Julie Carlier, "Emilie Claeys : Putting Bebel into Practice ?", communication présentée à "The Political Thought and Private Life", Session of the Socialism & Marriage Conference (École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, October 5-7, 2006) (texte disponible sur le site http://www.iisg.nl).

31 Isabelle Gatti de Gamond, "Conditions de la femme belge au xixe siècle", Cahiers féministes, 4e année, 21/22, 1er au 15 janvier 1900.

32 The White Slave Trade : transactions of the International Congress on the White Slave Trade, held in London, on the 21st, 22nd, and 23rd of June 1899, London, Office of the National Vigilance Association, 1899.

33 "Conférence d’Avril de Sainte-Croix à Bruxelles", Le Peuple, 26 février 1900 ; "Belgique", Bulletin continental, n°3, mars 1900. Sur Guénia Avril de Sainte Croix : Karen Offen, "‘La plus grande féministe de France’ : Mais qui donc est Mme Avril de Sainte Croix", Archives du féminisme, 9, décembre 2005, p. 46-54 ; Karen Offen, "Intrepid Crusader : Ghénia Avril de Sainte-Croix Takes on the Prostitution Issue", Proceedings of the Western Society for French History (2005 conference volume, Colorado Springs), ed. Carol E. Harrison & Kathryn A. Edwards, Vol. 33, 2006, p. 357-374.

34 Annales Parlementaires, Sénat, séance du 6 février 1900, p. 204.

35 Isabelle Gatti De Gamond, "La question des mœurs", Cahiers féministes, 5e année, 25, 1 mars 1900. Par la suite, plusieurs de ses allusions sur la traite des blanches mettent directement en cause le gouvernement catholique au pouvoir (dénonciation de l’indifférence du ministre des Affaires étrangères, de Favereau, par rapport à une affaire de traite de jeunes filles en Afrique (1903) ou accusation des missionnaires en Chine, propriétaires de maisons de tolérance (1904)). ("La traite des blanches", Cahiers féministes, 1er janvier 1903 ; "La traite des femmes jaunes dans les missions", Cahiers féministes, 15 décembre 1904).

36 J.P.V. Lippevelde, "Chronique médicale. La prostitution", Le Peuple, 28 avril 1907 ; Marius Renard, "La traite des blanches", Le Peuple, 24 juillet 1910.

37 Kathlijn Pittomvils, "Tussen repressie en permissiviteit. Socialisme, socialisten, prostitutie en geslachtsziekten (einde 19de eeuw-1997)", dans Denise De Weerdt (dir)., Begeerte heeft ons aangeraakt : socialisten, sekse en seksualiteit, Provinciebestuur van Oost-Vlaanderen, Gent, 1999, p. 220.

38 Louise Van den Plas, Féminisme. Souvenirs de 20 ans d’efforts, Bruxelles, Librairie Albert Dewit, 1922, p. 6.

39 Cette enquête est intitulée "Les victimes des ‘avariés' " en référence à la célèbre pièce de théâtre d’Eugène Brieux qui a largement popularisé l’angoisse liée au péril vénérien (René Henry, Les victimes des ‘avariés’, Bruxelles, Éditions de l’idée libre, 1902).

40 Ibidem, p. 47. À l’heure où les débats sur le suffrage universel vont bon train en Belgique, le Féminisme chrétien inscrit d’emblée les droits politiques des femmes dans son programme, se ralliant ainsi aux aspirations d’une démocratie égalitaire portée par d’autres groupes sociaux. Denise Keymolen, "Van den Plas, Louise, Marie, Josephine", Nouvelle biographie nationale, 1, 1988, p. 339-343.

41 Louise Van den Plas, "Le congrès national des œuvres catholiques", Le féminisme

chrétien de Belgique, V, 1, octobre 1909, p. 1-4.

42 Le C.I.F. est la plus ancienne fédération d’associations féminines et féministes, fondée à Washington en 1888. (Catherine Jacques, Sylvie Lefebvre, "De la philanthropie à l’engagement social", dans Eliane Gubin, Leen Van Molle (éd.), Des femmes qui changent le monde. Histoire du Conseil international des femmes, Bruxelles, Editions Racine, 2005, p. 149-170).

43 Marie Parent, "La conférence de Mme Avril de Sainte Croix au C.N.F.B.", La Ligue, XVII, 2, 1909, p. 81-83.

44 Paris, Bibliothèque Marguerite-Durand (B.M.D.), Correspondance Guénia Avril de Sainte-Croix, Lettre de Marie Popelin à Guénia Avril de Sainte Croix (25 février 1910).

45 Actes du Congrès féministe international de Bruxelles, Bruxelles, 1912, publiés par les soins de Mlle Marie Popelin.

46 N., "La traite des blanches", Le Soir, 26 octobre 1912.

47 Rapport de la Conférence internationale pour la répression de la traite des blanches, Bruxelles, 21-24 octobre 1912.

48 Mons, Mundaneum, coupures de presse 354, Pétition de la Ligue contre l'immoralité publique envoyée à Messieurs les présidents et membres des chambres législatives (1913). Ce projet de loi, déposé par Henri Carton de Wiart, est adopté avec modifications le 20 juin 1923, sans allusion à l’abolition de la prostitution réglementée (Moniteur belge, 25 juin 1923, p. 3146).

49 Louise Van den Plas, "Une seule morale", Féminisme chrétien de Belgique, VIII, 8, mai-juin 1913, p. 4.

50 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, Papiers Léonie La Fontaine, LLF 67, Rapport de la section de moralité (notes manuscrites) [sd. Mariette Houyoux, avant le Congrès de Rome de 1914].

51 Moniteur belge, 10 juin 1914, p. 3669. Jane Brigode, "Un chapitre du code pénal heureusement révisé. Les chambres ont voté une loi réprimant la corruption de la jeunesse et la prostitution", La Ligue, XXII, 1, 1914, p. 118-122 ; Louise Van Den Plas, "La loi sur la répression de la traite des blanches", Le Féminisme chrétien, IX, 9, juin 1914, p. 3-5.

52 "Compte-rendu du Congrès de Budapest", Jus Suffragii, 25 juillet 1913. L’A.I.S.F., fondée en 1904, se dote, après la Première Guerre, d’un comité spécialement dédié à ces questions (Leila Rupp, Worlds of Women. The Making of an International Women’s Movement, Princeton, 1997).

53 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, Papiers Léonie La Fontaine, LLF 67, Rapport de la section de moralité (notes manuscrites) [sd. Mariette Houyoux, avant le Congrès de Rome de 1914].

54 Lettre de Léonie La Fontaine, présidence du C.N.F.B., à Guénia Avril de Sainte Croix (30 octobre 1914) citée dans Action féminine, n°36, décembre 1914.

55 Louise Van Den Plas, "l'Union patriotique des femmes belges". Extrait de La femme belge, janvier 1915, Bruxelles, Goemaere, imprimeur du roi, 1915, p. 940-954.

56 L’ensemble des informations de cette partie sont issues de : Catherine Jacques, Les féministes et le changement social en Belgique (1918-1968). Programmes, stratégies et réseaux, vol. 1 et 2, Thèse de doctorat en Histoire ULB/Univ. Angers, 2007-2008, dont la parution est prévue dans les Mémoires de l’Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique.

57 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, Papiers Léonie La Fontaine, LLF 53, PV de la commission pour l’unité de la morale et contre la traite des femmes.

58 Louise Van den Plas, "Une conférence de Mme Avril de Sainte-Croix. Le mal vénérien", Le Féminisme chrétien de Belgique, avril 1921, p. 74.

59 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 06, Notes de la présidente de la VIIe assemblée quinquennale du C.I.F. tenue à Washington du 4 au 14 ami 1925, p. 11.

60 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 09 et 011, Rapport de la section de l’unité de la morale au C.I.F. depuis 1923.

61 La Ligue Constance Teichman est créée à Anvers en 1910 à l’initiative de Marie-Elisabeth Belpaire qui s’inspire des Ligues de femmes catholiques allemandes et veut en faire l’organisation faîtière des femmes catholiques en Flandre. Après 1914, la ligue s’investit dans le combat suffragiste aux côtés des associations féministes. Son activité décline à la fin des années 1920 : Leen Van Molle, "La Ligue Constance Teichman", Encyclopédie d’histoire des femmes en Belgique, (à paraître).

62 Ilse Gesquiere, Catherine Jacques, Claudine Marissal, Dix femmes en politiques. Les élections communales de 1921, (éd.) Eliane Gubin et Leen Van Molle, Inbel, Bruxelles, 1994, p. 191.

63 "Une branche belge de la Fédération abolitionniste", Le Féminisme chrétien de Belgique, mars-avril 1923, p. 54-55.

64 "Contre la traite", Le Féminisme chrétien de Belgique, mai 1924, 69-74 ; Louise Van Den Plas, "Par quoi remplacer le système réglementariste", Le Féminisme chrétien de Belgique, juin 1925, p. 81-89. ; "La défense contre la traite", Le Féminisme chrétien de Belgique, janvier/février 1936, p. 27-29.

65 Louise Van Den Plas, "Pudeur et… nudisme", Le Féminisme chrétien de Belgique, août/septembre 1933, n°7, p. 110.

66 Louise Van Den Plas, "Décadence et régénération", Le Féminisme chrétien de Belgique, janvier-février, 1937, p. 14. "L’année qui finit", Le Féminisme chrétien de Belgique, décembre 1926, p. 147.

67 Emmanuel De Winde, "Développements de la proposition de loi supprimant la réglementation officielle de la prostitution", Comité National belge de défense contre la traite des femmes et des enfants, Une proposition de Loi supprimant la réglementation supprimant la réglementation officielle de la prostitution, Bruxelles, s.d., p. 4.

68 De Winde, "Développements de la proposition de loi...", p. 33-57 ; International féminin, mars/avril 1932, p. 2.

69 Louise Van Den Plas, "La réglementation de la prostitution et la police féminine", Le Féminisme chrétien de Belgique, juillet/août/septembre 1936, p. 88-101. ; Louise Van Den Plas, "Le rapport de M. Sinzot concernant la suppression de la réglementation officielle de la prostitution", Le Féminisme chrétien de Belgique, mars 1935, p. 33-39. ; "Trois rapports féminins présentés le 12 septembre 1936 au VIè congrès catholique de Malines", Le Féminisme chrétien de Belgique, juillet/août/septembre 1936, p. 96.

70 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 011, Rapport de la section de l’unité de la morale exercice 1933-1934. ; PV de la commission pour l’unité de la morale du C.N.F.B., séance du 10 octobre 1934.

71 Bruxelles, Centre d’archives pour l’Histoire des femmes (Carhif), Fonds Y.W.C.A., Procès-verbaux du comité exécutif de l’Y.W.C.A. du 31 janvier 1934 et de l’A.G. du 21 mars 1934.

72 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 01, Compte-rendu d’un entretien avec Marie Mulle du 8 janvier 1932 ; Lettre de Marie Mulle à Marthe Boël, 14 janvier 1932 ; Lettre de Ch. Bauss, directrice de l’école de service social d’Anvers à Marthe Boël, 3 février 1932, Lettre du CNFB adressée aux directrices d’écoles de service social, 3 février 1932.

73 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 011, Rapport de la commission pour l’unité de la morale, 1936-1937 ; Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 09, Lettre de B. Crutzen à Renée Fontainas, 23 avril 1937 et lettre de Marcelle Renson du 26 avril 1937.

74 D. Hoorickx, "Prostitution et lutte anti-vénérienne", Femmes dans l’action mondiale, n°15, mars 1937.

75 Bruxelles, A.V.B., Fonds Nyssens, 40, Union belge contre l’exploitation de la débauche. Assemblée générale statutaire 24 mars 1960. Rapport moral de la secrétaire générale ; "Une proposition de loi abolitionniste", Le Féminisme chrétien de Belgique, avril 1932, p. 51-61.

76 Catherine Jacques et Claudine Marissal, "Suzanne Lippens-Orban", dans Gesquiere, Jacques, Marissal, Dix femmes en politiques.., p. 120 ; Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 09, Rapport de 1935 du Comité national belge de défense contre la traite des femmes et des enfants, Bruxelles.

77 Comité national belge de défense contre la traite des femmes et des enfants, Une proposition de loi supprimant la réglementation officielle de la prostitution, Bruxelles, s.d., p. 3-7.

78 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 08, Correspondance de la commission pour l’unité de la morale, décembre-janvier 1937.

79 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 011, Rapport de la commission pour l’unité de la morale, 1938-1939.

80 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 011, Lettre de Renée Fontainas à la présidente de commission internationale de la morale, 8 juin 1938.

81 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B. 01, Communication faite au Congrès d’Edimbourg. Deux traitements psychologiques et psychiatriques appliqués en Belgique aux prostituées mineures, juillet 1938 ; Bruxelles, Carhif, Fonds C.N.F.B., 24, Réponse au projet d’enquête au sujet des mesures de prévention et de rééducation dans la lutte contre la débauche et la prostitution des mineurs par la commission pour l’unité de la morale du Comité national des femmes belges. 20 janvier 1938 (23p.).

82 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 011, International Council of Women. Equal Moral Standard Committee, Summary of Replies received to Questionnaire on Preventive Measures and Methods of Education employed in the Campaign against the Demoralisation and Prostitution of Minors, Edinburgh, july, 1938.

83 Nelly Verbeek, "La psychologie des prostituées", Bulletin du CNFB, janvier/février 1960, p. 10-11.

84 Renée Fontainas, "Réunion d’information organisée par l’Union belge contre l’exploitation de la débauche, le 12 mars 1955, à la maison des médecins sous la présidence du Dr. Thulliez", Bulletin du CNFB, mai/juillet 1955, p. 18-19.

85 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 011, Lettre d’Alison Neilans aux membres de la commission internationale de l’unité de la morale, décembre 1938.

86 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 011, Rapport de Lady Nunburnholme 1938.

87 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., Programme de travail de la commission pour l’unité de la morale 1939-1940.

88 "Une requête du comité de défense contre la traite des femmes et des enfants", Le Féminisme chrétien de Belgique, vol relié 1939, [janvier 1940], p. 11-13.

89 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 010, Lettre de Marjorie Nunburnholme à Renée Fontainas, janvier 1946.

90 "Discipline", Bulletin des Ligues pour le relèvement de la moralité Publique, n°4, 1946.

91 La Commission de l’Unité de la morale qui par la suite prend d’autres noms traite de l’ensemble des questions relatives aux mœurs et plus spécifiquement de la prostitution et de la natalité.

92 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 10, Rapport d’activités du CNFB 1945-1946. Commission pour l’Unité de la morale.

93 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 10, Réponse au questionnaire de la commission pour l’Unité de la Morale du C.I.F., [1946-1947].

94 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 09, P.V. du Congrès de la FAI du 6 au 9 septembre 1947 et liste des congressistes ; "Résolutions du XVIIe congrès abolitionniste international", Bulletin du CNFB, n°7, octobre 1947, 9-10 ; F.A.I., Aspects actuels de la réglementation de la prostitution, Congrès de Bruxelles 6-9 septembre 1947, Genève ; Magdeleine Leroy-Boy, "Aspects actuels de la prostitution", Bulletin du CNFB, août 1947, p. 7-8.

95 M. Oedenkoven-De Boeck, "Un bref aperçu des séances du congrès abolitionniste international", Bulletin du CNFB, octobre 1947, p. 8-9.

96 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 011, Séance de 29 mars 1946 de la commission Morale : carnet manuscrit.

97 Bruxelles, Carhif, Fonds C.N.F.B., 24, PV de la première séance de la branche belge de la FAI, 13/01/1947 ; Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 11, Comité du congrès international de la FAI, P.V. de la séance de clôture suivie de la séance constitutive de la Ligue abolitionniste belge, 27 novembre 1947 ; "Ligue abolitionniste belge", Bulletin du CNFB, avril 1948, p. 16.

98 Bruxelles, Carhif, Fonds A. Hauwel, Lettre de Th. De Felice au GBPO, 11 octobre 1946.

99 Bruxelles, Carhif, Fonds Groupe Belge Porte Ouverte (GBPO), Tract de la Ligue abolitionniste belge, s.d.

100 Gubin et al., Dictionnaire des femmes belges..., p. 76-77.

101 "Les conclusions du congrès abolitionniste", Le Féminisme chrétien de Belgique, mai-juin 1937, p. 85.

102 Magdeleine Leroy-Boy, "Contre la traite…", Le Féminisme chrétien de Belgique, novembre-décembre 1937, p. 158-163.

103 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, Fonds Léonie Lafontaine, LLF 055, Magdeleine Leroy-Boy, "La prostitution et l’émancipation de la femme", Rapports du Congrès international de la famille et de la population, IV. Questions sociale, Familia, Bruxelles, [1946], p. 49-50.

104 Leroy-Boy, "La prostitution et l’émancipation...", p. 48-49.

105 "Témoignage sur le problème de la prostitution. Exposé de Mlle N. Verbeek à la réunion d’information de la Ligue abolitionniste belge, 1er décembre 1951", Bulletin de la Ligue nationale de moralité publique, n°1, 1952, p. 2-9. ; Bruxelles, Carhif, Fonds GBPO, 186, Détresse des 'filles de joie'. Témoignage sur le problème de la prostitution par N. Verbeek, [1952].

106 N. Verbeek, "Rééducation des prostituées", Bulletin du CNFB, mars/avril 1953, p. 8-1.

107 Bruxelles, Carhif, Fonds C.N.F.B., 24, PV de la réunion du 23 janvier 1947 de la branche belge de la F.A.I.

108 Isabelle Blume. Entretiens recueillis et présentés par José Gotovitch, Bruxelles, Fondation J. Jacquemotte, 1976, p. 142.

109 Bruxelles, Institut Émile Vandervelde (I.E.V.), Fonds Isabelle Blume, dossier n°55, Correspondance avec Magdeleine Leroy-Boy et PV des réunions de la Ligue abolitionniste 1947.

110 Isabelle Blume. Entretiens.., p. 142.

111 Annales parlementaires, Sénat, séance du 15 juillet 1948, p. 1710-1711.

112 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 011, Séance de la commission Morale, mai 1952, carnet ; T. F., "En Belgique. Organisation du reclassement professionnel des femmes adonnées à la prostitution", Revue abolitionniste, n°135, 3e série, juillet/août 1952, p. 55-58.

113 Par exemple : L. Frankignoul, "Procès moral de la prostitution et de sa réglementation", Cahiers Famille, janvier 1952.

114 Sur les positions du mouvement féministe belge à l’égard de la situation des femmes européennes et congolaises voir : Catherine Jacques et Valérie Piette, "La femme européenne au Congo belge : un rouage méconnu de l’entreprise coloniale. Discours et pratiques (1908-1940)", Bulletin de l’Académie Royale des Sciences d’Outre-Mer, 49 (2003-3), p. 261-293 ; Catherine Jacques, Valérie Piette, "Féminisme et société au Congo belge (1918-1960)" dans Philippe Denis, Caroline Sappia (éd.), Femmes d’Afrique dans un continent en mutation, Actes de la chaire d’Etude africaine de l’UCL mars 2003, Académia-Bruylant, Bruxelles, 2004 ; Catherine Jacques, Valérie Piette, "L’Union des femmes coloniales (1923-1940). Une association féminine au service de la colonisation" dans Anne Hugon (éd.), Histoire des femmes en situation coloniale. Afrique et Asie, xxe siècle, éd. Karthala, Paris, 2004, p. 95-118.

115 Renée Fontainas, "La Traite des femmes", Bulletin du CNFB, n°65, mai/juin 1957, p. 32.

116 "Activités du C.N.F.B. Nos déléguées à la réunion du comité exécutif du C.I.F. à Venise", Bulletin du CNFB, mars/avril, 1956, p. 20.

117 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 04, Rapport d’activité présenté par Mlle L. Van den Plas, secrétaire générale, à l’AG statutaire de la Ligue abolitionniste belge, 24 mars 1952 ; Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 26, Réunion de la Ligue abolitionniste belge, 28 novembre 1953.

118 Renée Fontainas, "La conscience moderne devant la prostitution : nos responsabilités", Bulletin du CNFB, n°45, janvier/février 1954, p. 8-10.

119 Annexe au moniteur belge du 27 janvier 1951, n°124.

120 Mons, Mundaneum, Fonds Féminisme, C.N.F.B., 04, Rapport d’activité présenté par Mlle L. Van den Plas, secrétaire générale à l’Assemblée générale statutaire de la Ligue abolitionniste belge, 24 mars 1952.

121 Bulletin du CNFB, juillet/août 1952.

122 Bruxelles, A.V.B., Fonds Nyssens, 40, Union belge contre l’exploitation de la débauche. Assemblée générale statutaire, 24 mars 1960. Rapport moral de la secrétaire générale.

123 U.B.E.D., A.G. 24 mars 1960 ; "L’action de la police de Bruxelles (conférence de M. De Gryse)", Bulletin du CNFB, mars/avril 1959, p. 4-6. ; "Congrès et réunions. Délinquance juvénile", Bulletin du CNFB, janvier/février 1960, p. 8-10.

124 Bruxelles, A.V.B., Fonds Nyssens, n°40, UBED : AG statutaire du 28 mars 1955.

125 Ibidem.

126 Ulrich Beck, La société du risque : sur la voie d’une autre modernité, Paris, Flammarion, 2003.

127 Mons, Mundaneum, Fonds féminisme, archives C.N.F.B., Généralités, C.N.F.B. 01, Magdeleine Leroy-Boy, La femme belge et la vie publique (s.d.) ; Bruxelles, A.V.B., Fonds Nyssens, n°40, La conscience moderne devant la prostitution : nos responsabilités (extrait du C.N.F.B., N°45, janvier-février 1954).

128 Bruxelles, A.V.B., Fonds Nyssens, n°40, UBED : AG statutaire du 28 mars 1955.

Auteurs

Docteure en histoire (ULB/U.Angers), chercheure associée au Centre de recherches en histoire du droit et des institutions (FUSL), auteure d’une thèse intitulée Les féministes et le changement social en Belgique (1918-1968). Programmes, stratégies et réseaux à paraître en 2010 à l’Académie Royale de Belgique.

Aspirante du F.R.S.-F.N.R.S. au CHDJ. Elle prépare actuellement une thèse de doctorat en Histoire, en cotutelle entre l'UCL (dir. Xavier Rousseaux) et l'Université d'Angers (dir. Christine Bard)

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable