Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du sordide au mythe

 | 
Jean-Michel Chaumont
, 
Christine Machiels

Anatomie du scandale

Pour « l’affranchissement des blanches », contre la prostitution réglementée : la Société de moralité publique de Belgique (1875-1908)

Christine Machiels

Texte intégral

  • 1 Londres, London Metropolitan University, The Women’s Library, Letter Josephine Butler to Mr Wilson (...)
  • 2 Fin 1876, O. Hoek, élève ingénieur de l’Université de Liège, envoie une lettre à la F.A.P.R., la p (...)
  • 3 Quelques mois plus tôt, Émile de Laveleye devenait membre du Conseil général de la F.A.P.R. ("Asse (...)
  • 4 Sur Rosa Behrends - Wirth, voir l’article de Catherine Jacques et Christine Machiels dans ce volum (...)
  • 5 M. Cor van der Maaren, juge du tribunal de Bruxelles, l’introduit auprès de M. Couvreu, membre du (...)

1En avril 1875, à l’heure où la campagne contre les Contagious Disease Acts (CDActs) bat son plein en Angleterre, Josephine Butler confiait à l’un de ses compagnons de lutte, Henri J.Wilson, sa préoccupation de nourrir le dossier à charge de la prostitution réglementée par une enquête sérieuse sur la Belgique, considérée comme le « paradis de la réglementation »1. Josephine Butler ne s’y rend qu’à l’automne 1876 à l’occasion de sa tournée en Europe. En revenant d’Elberfeld, elle passe par Liège où quelques universitaires2 (dont Émile de Laveleye, professeur d’économie sociale3) et pasteurs protestants (Nicolet et Durand) manifestent de la sympathie à l’égard de la cause abolitionniste. À Bruxelles, elle prend contact avec Rosa Behrends-Wirth4, M. Cor van der Maaren, président de la Société d’économie politique5, et le pasteur Léonard Anet. À propos de cette visite - éclair, Josephine Butler écrira rétrospectivement :

  • 6 Butler, Souvenirs personnels d’une grande croisade..., p. 210 - 211.

« C’est de ce voyage en Belgique que date pour moi la révélation des crimes et des cruautés engendrés dans ce pays par une longue pratique de la Réglementation et qui furent, à quelques années de là, publiquement divulgués par l’enquête du Comité abolitionniste de la Cité de Londres, et par les investigations personnelles auxquelles se livrèrent si courageusement MM. George Gillett et Alfred Dyer »6.

  • 7 Ibidem.
  • 8 Anne Summers, "Which Women ? What Europe ? Josephine Butler and the International Abolitionist Fed (...)

2Pourtant la célèbre affaire de la « traite des blanches », dont Bruxelles est le théâtre, n’éclatera que trois ans plus tard. Pour l’heure, Josephine Butler tente d’exporter les idées abolitionnistes, défendues dans la lutte contre les CDActs, en dehors de l’Angleterre. Lors de son premier voyage sur le continent, à l’hiver 18741875, elle visitait tour à tour la France, la Suisse et l’Italie, pour y poser les premiers jalons de sa « croisade morale »7. Depuis lors, elle multiplie les rencontres, les initiatives et les conférences dans les grandes villes européennes. Cette dimension internationale de la campagne abolitionniste de Josephine Butler a fait l’objet de recherches récentes8. Dans la lignée de celles-ci, cette contribution porte spécialement sur l’impact du scandale de Bruxelles sur l’émergence et l’évolution du premier mouvement abolitionniste belge, incarné par la Société de moralité publique (S.M.P.B.).

1. La croisade abolitionniste de Josephine Butler en Belgique (1875-1879)

  • 9 Jean Meyhoffer, "Jean Nicolet", Biographie nationale, t.32, Bruxelles, 1963 - 1964, col. 541 - 544
  • 10 Léon Richer, "La croisade morale", L’Avenir des femmes, 4 février 1877.
  • 11 "Belgique", Bulletin continental, 15 août 1877.
  • 12 Le siège de la F.A.P.R. est initialement installé à Neuchâtel. En 1896, l’association change de no (...)
  • 13 En 1878, le comité compterait, selon Jean Nicolet, une centaine d’adhésions dans quelques grandes (...)

3À la fin des années 1870, le mouvement abolitionniste n’a pas encore fait beaucoup d’émules en Belgique. On note bien l’intérêt de Jean Nicolet, pasteur à Grivegnée-Chênée (près de Liège), pour la cause de Josephine Butler. Né dans le canton de Neuchâtel, et pasteur en France pendant près de dix-neuf ans, celui-ci a probablement entendu parler de la lutte contre la prostitution réglementée par ses amis protestants suisses et français9. Jean Nicolet séjourne à Paris en janvier 1877 pour assister à un meeting de Josephine Butler10. À son retour, il forme un comité d’initiative avec son fils, le publiciste Théophile Nicolet, et quatre étudiants11. Mais l’action abolitionniste, se limitant à Liège, paraît très timide. Certes le comité adresse, au lendemain de sa formation, une lettre aux principaux journaux belges pour faire connaître l’existence de la F.A.P.R., créée par Josephine Butler après sa tournée européenne12, mais peu d’entre eux relaieront l’information13.

  • 14 Bruxelles, A.V.B., Règlement sur la prostitution (voté en séance du 13 août 1877), B.C.B., 1877, p (...)
  • 15 Berlière, La police des mœurs...
  • 16 "Le nouveau règlement de Bruxelles, appréciation", Bulletin continental, 15 février 1878, p. 10.
  • 17 Genève, B.G.E., Papiers de la famille de Morsier - Droin, Ms.fr 6934/5 - 6, Premier rapport de l’A (...)
  • 18 Genève, B.G.E., Papiers de la famille de Morsier - Droin, Ms.fr.6931, Lettre de Josephine Butler à (...)

4Cette année-là, un nouveau règlement visant à endiguer la prostitution clandestine est adopté à Bruxelles : il prévoit la formation d’une brigade spécialisée de la police des mœurs14. Cette institution ne fait alors l’objet d’aucun débat public en Belgique, alors qu’au même moment, dans la capitale française, elle est âprement critiquée par l’extrême gauche parisienne15. Seuls les abolitionnistes des pays voisins s’interrogent. La comtesse Catherine de Gasparin écrit dans le Bulletin continental : « Et les braves gens écoutent cela sans rougir ! Et les nations tout entières ne se soulèvent pas ! Et un tollé général ne fait pas crouler la sainte institution ! »16. Josephine Butler aimerait pourtant susciter un engouement en Belgique à la mesure du dynamisme des pays voisins. En mai 1879, elle décide de lancer un appel de la F.A.P.R. aux bourgmestres de Belgique, comme cela a été fait pour la France deux mois plus tôt17. Profitant du dynamisme du comité abolitionniste français, l’Association pour l’abolition de la prostitution réglementée, elle récolte les signatures de personnalités influentes en France (Victor Schoelcher, Frédéric Passy, Gustave Monod et Maria Deraismes) mais le projet n’aboutit pas18.

  • 19 "Belgique. Conférences de Liège", Bulletin continental, septembre 1879 ; Emilie De Morsier, Souven (...)
  • 20 Londres, London Metropolitan University, The Women’s Library, Lettre de Josephine Butler à Stanley (...)

5À l’été 1879, la F.A.P.R. tient pour la première fois une conférence en Belgique : elle réunit aux côtés de Josephine Butler des abolitionnistes de différents pays, dont l’Angleterre (James Stuart, Benjamin Scott, Alfred Dyer), la Suisse (Aimé Humbert, Henri Minod) et la France (Yves Guyot, Emilie et Gustave de Morsier). La question de la « traite des blanches » est soulevée à deux reprises, d’abord par Benjamin Scott, chamberlain de la Cité de Londres et puis par Alfred Dyer, délégué de la Société des Amis (quakers) de Londres engagé dans la lutte contre les CDActs. Ce dernier, assurant l’appui de son association à la Fédération, déclare : « lorsque nous songeons à la part que nous avons prise à l’abolition de l’esclavage des noirs, nous estimons que nous devons prendre une part encore plus active à l’abolition de la traite des blanches »19. La réunion enchante Josephine Butler : elle se termine par une protestation publique à l’égard des règlements sur la prostitution des villes de Bruxelles et Liège20.

2. Les premiers abolitionnistes belges et l’affaire de la « traite des blanches » (1880)

  • 21 The Deposition on Oath of Josephine E. Butler, Made before Mr T. Stamford Raffles, Stipendiary Mag (...)

6Quelques mois plus tard, la « traite des blanches », évoquée dans cette réunion abolitionniste, prend soudain des allures concrètes, nourrie par les récits et scandales qui secouent la capitale belge. Un certain flou demeure cependant sur les prospections en maisons closes qui ont conduit aux premières révélations, notamment concernant la jeune anglaise Ellen Newland, se prostituant dans l'une des maisons bruxelloises. Ainsi le rôle, pourtant capital, joué par Alexis Splingard au tout début de l’affaire ne fait pas réellement partie du souvenir abolitionniste. Dans le récit de Josephine Butler, ce jeune avocat bruxellois, âgé d’une trentaine d’années lorsqu’éclate le scandale, n’entre explicitement en scène qu’au début de l’année 1880. Josephine Butler évoque alors de manière assez vague l’origine de l'intérêt d'Alexis Splingard pour la cause abolitionniste : selon elle, il aurait, avant l’enquête proprement dite, sollicité le commissaire en chef Lenaers afin de démontrer l’illégalité qui entoure la tolérance de mineures dans les maisons closes de Bruxelles. Son récit ne nous en dit pas plus sur l’élément déclencheur qui aurait exigé pareilles démarches21. Du reste, les audiences du procès qui allait suivre révèlent une image d’Alexis Splingard bien différente de celle du « justicier » affichée dans la littérature abolitionniste. Les voies qui le conduisent sur ce terrain semblent en effet plus fortuites. À la barre, le témoin Alexis Splingard, raconte sa rencontre avec Ellen Newland :

  • 22 Bruxelles, A.V.B., Prostitution. Mineures anglaises : dossier judiciaire, Pol. 133, audience du pr (...)

« Vers le 15 septembre 1879, je me trouvais avec des entrepreneurs anglais, nous avions dîné au Grand Hôtel et ces messieurs m’ont dit qu’ils désiraient voir les maisons publiques de Bruxelles. Nous nous sommes rendus dans plusieurs maisons, entre autres, rue Saint Laurent, n°22. Après être resté là une heure ou une heure et demie environ, j’aperçus une jeune fille qui me parut si excessivement jeune que je lui en fis l’observation. Cette jeune fille qui était admirablement belle à cette époque était dans une demi-ivresse et elle finit par m’avouer qu’elle n’avait pas l’âge »22.

  • 23 A.V.B., Prostitution. Mineures anglaises : dossier administratif, Pol. 132, traduction de l’extrai (...)

7La découverte d’Ellen Newland semble bien résulter d’une virée de hasard, plutôt que d’une vertueuse prospection. Le récit d’Alexis Splingard, tendant sa carte à la jeune prostituée et lui suggérant de réveiller ses deux amis pour la sortir de la maison, fait sourire l’audience au procès de décembre 1880. Certaines pièces jointes au dossier administratif laissent penser qu’Alexis Splingard, fils d’un ingénieur reconnu et frère d’un avocat et homme politique brillant, aurait eu un passé de noceur : les documents relatifs à son divorce suggérant qu’Alexis Splingard, ivrogne, violent, infidèle, aurait abandonné son épouse anglaise, Jessy Wheaton, pour cohabiter avec des « femmes de mauvaise réputation » dans une maison de prostitution à Londres, constituaient à tout le moins une aubaine pour ses éventuels détracteurs23.

  • 24 Ellen Newland, lors du procès, dément ce refus (Bruxelles, A.V.B., (…), Pol. 133, audience du proc (...)
  • 25 Léonard Anet (1812 - 1884), secrétaire de l’Église chrétienne missionnaire belge (E.C.M.B.), aurai (...)
  • 26 A.V.B., (…), Pol. 133, audience du procès. Affaire Geaux et Parent (13 décembre 1880).
  • 27 Cf. la contribution de Cathy Kohler dans ce volume. En dehors de son propre témoignage, assez vagu (...)
  • 28 Alfred S. Dyer, The European Slave Trade in English girls, London, Dyer Brothers, 1880, édité dans (...)

8Toujours est-il qu’Alexis Splingard est bien décidé à sortir Ellen Newland de la maison close où elle se trouve. Il y retourne plusieurs fois et apprend finalement que la jeune anglaise, malade, est hospitalisée. Il va la voir à l’hôpital, mais celle-ci, selon lui, aurait refusé son aide24. Au mois de décembre, l’avocat bruxellois rencontre le pasteur Léonard Anet25, un voisin rue Belliard, qui a lui aussi fait la connaissance d’Ellen Newland lors d’une visite à l’hôpital Saint Pierre. Celui-ci lui assure que si la jeune anglaise a refusé de lui parler c’est parce qu’elle pensait qu’il était policier26. Avec l’aide du pasteur Anet, Ellen Newland retourne à Londres où elle rencontre le journaliste Alfred Dyer, qui, quelques mois plus tôt, avait eu vent de son histoire par un ami anglais27. Le 3 janvier 1880, il publie un article à ce sujet dans The Standard. Une semaine plus tard, la réponse du commissaire en chef bruxellois, Lenaers, niant les faits, est publiée. Alfred Dyer, accompagné d’un ami anglais, Georges Millett, décide de poursuivre l’enquête à Bruxelles28.

  • 29 Dyer, The European Slave Trade....
  • 30 Alexis Splingard multiplie les démarches auprès du procureur du roi Willemaers et du juge d’instru (...)

9Sur les lieux, c’est Alexis Splingard qui lui sert de guide. Avec le pasteur Léonard Anet, il invite Alfred Dyer à se rendre à l’hôpital Saint Pierre à la rencontre d’une jeune anglaise29. Ensemble, ils arpentent également les rues de Bruxelles à la recherche de jeunes anglaises séquestrées dans des maisons closes30. Ils sollicitent le procureur du roi Willemaers à l’attention de l’une d’entre elles. La démarche se révèle cependant infructueuse. Deux mois plus tard, Alexis Splingard revient sur cette entrevue, dans une lettre publiée par Le National. Pour lui, la contrainte qui pèse sur les prostituées mineures, victimes de leurres, ne fait pas l’ombre d’un doute :

  • 31 Réponse d’Alexis Splingard à M. Willemaers publiée dans Le National (2 avril 1880) éditée dans Mon (...)

« J’ai eu l’occasion de m’occuper de trois filles mineures anglaises et je suis persuadé que pour toutes les trois on a usé d’indignes artifices pour les amener à prendre de faux noms. Le véritable coupable, au point de vue moral, c’est l’agent prostitutionnaire qui, en Angleterre surtout, se livre à ces infâmes pratiques. Règle générale : la jeune fille anglaise ne sait pas ce que c’est qu’une maison de tolérance »31.

  • 32 "La traite des blanches en Belgique", Bulletin continental, 15 juin 1880.
  • 33 Yves Guyot, Études de physiologie sociale. La prostitution, Paris, G. Charpentier (E. Fasquelle), (...)
  • 34 Josephine Butler, "The Modern Slave Trade", The Shield, 1er mai 1880, édité dans Jordan, Sharp, Jo (...)
  • 35 A.E.Anderlecht, (…), Lettre d’Alexis Splingard à Schröder (27 juillet 1880).
  • 36 A.E.Anderlecht, (…), Lettre d’Alexis Splingard à Josephine Butler (28 juillet 1880).

10Les dénonciations d’Alexis Splingard dans la presse suscitent de vives réactions. En Angleterre, ces propos nourrissent généreusement la campagne abolitionniste. En mai 1880, il est invité à Londres par un comité spécialement dédié à la lutte contre la traite pour raconter l’histoire d’Ellen Newland, Ada Higgleton et Adeline Tanner32. Il conclut en proposant de défendre leur cause, en qualité d’avocat, devant les tribunaux belges, aux côtés de son frère, Pierre Splingard33. Josephine Butler, vraisemblablement inspirée par les révélations de l’avocat belge, publiait au même moment un article dans The Shield attestant la présence d’enfants dans les maisons closes de Bruxelles. Celle-ci mesure alors toute l’opportunité de médiatiser les récits sur la traite des jeunes Anglaises à Bruxelles dans son combat contre les CDActs34. Mais l’audace de Josephine Butler agace les autorités belges : elle est priée de fournir les preuves de ses allégations. En juillet 1880, le Journal de Charleroi publie un article sur Josephine Butler, affirmant que les sources qui ont alimenté ses propos proviennent des enquêtes d’Alexis Splingard. Celui-ci s’empresse de démentir auprès du chef de la police des mœurs, Schröder35. Le lendemain, il écrit également à Josephine Butler que, s’il est probable que des enfants de douze ans soient enfermés dans les maisons closes de Bruxelles, il est incapable de le démontrer36.

  • 37 A.E.Anderlecht, (…), Déposition du témoin Alexis Splingard (3 août 1880).
  • 38 A.E.Anderlecht, (…), Conclusions de l’enquête menée par Alexis Splingard au sujet « des filles min (...)
  • 39 A.E.Anderlecht, (…), Déposition du témoin Alexis Splingard (3 août 1880).
  • 40 Membre du Consistoire de l’Église de l’Observatoire, membre du Synode, fondateur de l’Union chréti (...)

11Début août, le juge d’instruction Levy auditionne Alexis Splingard à la demande du procureur du roi. En évoquant Josephine Butler, celui-ci précise que personnellement « il ne partage pas complètement la manière de voir de cette dame »37. Il rend compte précisément des conclusions de son enquête dans lesquelles il expose les cas de Marie-Josephine Vandenhouten, inscrite malgré sa minorité d’âge avérée (18 ans) sur les registres de la prostitution en novembre 1877, et de Julie Voiturier, admise en maison de prostitution à 19 ans avec l’accord de la police. Il note cependant que, depuis le 29 février 1880, suite à la descente du procureur du roi dans une maison de Bruxelles, plus aucune fille de moins de 21 ans (à moins qu’elle ne soit munie de faux papiers) n’est reçue en maison de prostitution38. Dans sa déposition du 3 août, il fait également allusion à quelques faits de débauche de toutes jeunes filles, dont il a indirectement pris connaissance, signalant que Jules Pagny, industriel à Zaventem, connaît aussi des cas de ce genre39. Il est probable que ce dernier ait entendu parler du mouvement abolitionniste de Josephine Butler par le biais de la communauté protestante de Bruxelles dont il fait partie40. Il semble que Jules Pagny ait aussi aidé Alexis Splingard dans ses investigations au cours de l’année 1880. Entendu comme témoin deux mois plus tard, Jules Pagny confirme les propos de son ami concernant le cas de Julie Voiturier. Quant aux révélations de Josephine Butler, il répond avec une certaine légèreté :

  • 41 A.E.Anderlecht, (…), Déposition du témoin Jules Pagny (1er octobre 1880).

« Je ne connais rien de source personnelle des faits monstrueux de séquestration de toutes jeunes filles signalées par Mme Butler dans The Shield. Je ne puis que vous soumettre de pures suppositions que m’a suggérées la vue de la maison rue du Persil et de celle de la rue du [illisible] 109. Il y a dans cette dernière une chambre matelassée que je n’ai vue, il est vrai, que le soir, et qui a, à ce moment-là, l’aspect le plus sinistre. D’autre part, toutes les filles que j’ai vues dans cette maison étaient tellement laides que je me suis dit que pour attirer les clients les tenanciers devaient avoir d’autres filles qu’ils ne montraient pas au premier venu (…) »41.

  • 42 De l’organisation de la traite et de l’esclavage des blanches à Bruxelles, Bruxelles, s.n., 1880.

12En septembre 1880, Alexis Splingard et Jules Pagny forment ensemble la Société pour l’affranchissement des blanches. Ce dernier publie, vraisemblablement avec l’aide d’Alexis Splingard, un manifeste abolitionniste intitulé De l’organisation de la traite et de l’esclavage des blanches à Bruxelles dans lequel il critique les grands principes réglementaristes : l’inscription sur les registres de la prostitution, la visite sanitaire, les maisons de tolérance. Rejetant la théorie du « mal nécessaire », Jules Pagny se représente la prostituée, mineure et étrangère, comme « l’instrument des plus abjectes passions », contrainte « par misère, ruse ou violence », et jugée « sans appel » par une police arbitraire et omnipotente. Jules Pagny place tout spécialement dans sa ligne de mire le règlement de 1877 dont le scandale de Bruxelles est, selon lui, l’affreuse conséquence, la traite alimentant les maisons closes de la capitale42.

3. La Société de moralité publique (1881-1908)

  • 43 Sur Émile de Laveleye, M. Dumoulin, C. Coppens, "Émile de Laveleye", Nationaal Biografisch Woorden (...)
  • 44 « Lettre de M. de Laveleye à la Flandre libérale », B.S.M.P.B., n°1, janvier 1882. Cette lettre pr (...)
  • 45 Sur la participation des femmes belges à la lutte abolitionniste, lire la contribution de Catherin (...)
  • 46 "Congrès de Genève", Bulletin continental, septembre 1877.
  • 47 Gand, Bibliothèque universitaire, correspondance d'Émile de Laveleye, hs.3640, Lettre d’Aimé Humbe (...)

13Alexis Splingard et Jules Pagny ne tardent pas à rentrer en contact avec les membres belges de la Fédération abolitionniste. Consterné à la lecture de leur manifeste, Émile de Laveleye43 publie une lettre dans La Flandre libérale (15 février 1881), dans laquelle il appelle à la suppression de la prostitution réglementée et à la répression de la débauche44. Cinq jours plus tard, ils se réunissent dans la capitale belge et fondent ensemble la S.M.P.B. Un comité composé exclusivement d’hommes (juristes, médecins, pasteurs, politiques, philanthropes, professeurs et étudiants), recrutés dans l’entourage des pionniers de la lutte abolitionniste à Liège (Émile de Laveleye, Jean Nicolet, Marcel de Puydt) et à Bruxelles (Léonard Anet, Alexis et Pierre Splingard, Jules Pagny) est constitué45. La S.M.P.B. entend s’associer aux autres comités du continent et obtenir le soutien d’abolitionnistes étrangers. Ainsi, le suisse Aimé Humbert, secrétaire de la F.A.P.R., assiste à cette réunion inaugurale. Celui-ci était déjà venu en Belgique à plusieurs reprises, notamment en 1876 pour présenter la question de la prostitution au Congrès international d’hygiène et de sauvetage de Bruxelles46. Lors de la fondation de la S.M.P.B., il confiera à Émile de Laveleye, son président, que l’essentiel pour faire aboutir la cause abolitionniste est de « former une bonne élite dans chaque pays »47.

  • 48 Il ne s’agit que de la première série de procès. Au même moment, le parquet prenait connaissance d (...)

14Entre-temps, douze proxénètes et tenanciers comparaissaient devant le tribunal correctionnel de Bruxelles48. Dans l’affaire Roger, Adeline Tanner est représentée par les avocats Alexis et Pierre Splingard. Les conclusions de ce dernier prennent les allures d’un véritable plaidoyer politique, révélant les préoccupations de son temps :

  • 49 A.V.B., (…) Pol. 133, Audience de l’affaire Roger (15 décembre 1880).

« Il est tellement clair que nous nous trouvons ici en présence de machinations odieuses que si je parle en ce moment, si je ne me borne pas à déposer purement et simplement mes conclusions c’est qu’il est des circonstances dans lesquelles il n’est pas permis de garder le silence. (…) Je dois parler parce qu’il s’est fait autour de cette affaire un immense mouvement de l’opinion publique, parce que la sécurité sociale, parce que les rapports internationaux, parce que tout ce qu’il y a de plus sacré au monde, c’est-à-dire la protection de l’enfance, s’est trouvé en cause dans ce procès Tanner. (…) Notre jugement doit balayer de notre cité tous ces immenses exploiteurs »49.

  • 50 Voir la contribution de Luc Keunings dans ce volume.
  • 51 Sténographie du procès Lenaers contre Boland, édité dans Monroe, La Clarisse du xixème siècle..., (...)

15Les procès ne marquent pas la fin du scandale. Ultime rebondissement, et non des moindres : Henri Boland, rédacteur du National, dénonce, devant la commission d’enquête instituée en janvier 1881, les collusions entre police et milieux interlopes à Bruxelles. Il publie sa déposition dans son journal. Jugée calomnieuse par le commissaire en chef Lenaers, elle vaut à son auteur d'être poursuivi en justice pour diffamation quelques mois plus tard50. Les relations entre Henri Boland et les abolitionnistes belges ne sont pas très claires : alors que les policiers semblent convaincus que le rédacteur du National a agi sous l’impulsion d’Alexis Splingard, ce dernier affirme le contraire. Lors du procès Boland, Alexis Splingard, accusé d’être « l’agent salarié d’une société de chantage » par l’avocat de Lenaers, dément cette assertion, indiquant qu’il s’est engagé généreusement dans la campagne abolitionniste. Il affirme également que la publication de Boland, inspirée du rapport de Josephine Butler au Home Secretary, est une erreur, préjudiciable à la campagne abolitionniste en Belgique51.

  • 52 Paris, archives départementales et municipales (A.D.M.), Fonds Yves Guyot, D21J26, Lettre de Jules (...)
  • 53 Genève, B.G.E., (…), Ms.fr. 6932, Lettre d’Yves Guyot à Emilie de Morsier, s.d.
  • 54 Guyot, Études de physiologie sociale..., p.116 ; Louis Fiaux, La police des moeurs en France et da (...)
  • 55 Guyot, Études de physiologie sociale..., p. 320 - 321.
  • 56 A.V.B., (…) Pol. 133, Audience de l’affaire Roger (15 décembre 1880).

16Le publiciste français Yves Guyot, instigateur au même moment de grandes offensives contre la police des mœurs parisienne, assiste aux audiences du tribunal correctionnel. Celui-ci a déjà séjourné en Belgique à l’été 1879 pour la conférence de la Fédération. Sollicité par Jules Pagny pour aider à la formation du comité abolitionniste belge52, Yves Guyot accepte, mais sans grande conviction53, de se rendre en Belgique pour le procès Boland54. À cette occasion, Alexis Splingard l’accompagne à l’hôpital Saint Pierre : si le Dr Thiry lui refuse la visite, Yves Guyot peut cependant admirer le « service des syphilitiques libres » dirigé par le Dr. Guillery55. Celui-ci est un allié fidèle et important des abolitionnistes : il est sollicité à plusieurs reprises par Alexis et Pierre Splingard, notamment pour donner son avis d’expert dans l’affaire Tanner56.

  • 57 Genève, B.G.E., (…), Ms.fr.6931, Lettre de Josephine Butler à Emilie de Morsier (4 mars [1881]).
  • 58 Lettre de Josephine Butler à sa sœur, Harriet Jane Meuricoffre, à Naples (fin 1881), cité dans But (...)
  • 59 Genève, B.G.E., (…), Ms.fr.6931, Lettre de Josephine Butler à Emilie de Morsier (1881).
  • 60 Genève, B.G.E., (…), Ms.fr.6932, Lettre d’Yves Guyot à Emilie de Morsier (7 janvier 1881).
  • 61 Genève, B.G.E., (…), Ms.fr. 6932, Lettre d’Yves Guyot à Emilie de Morsier (21 août 1880).
  • 62 Genève, B.G.E., (…), Ms.fr. 6932, Lettre d’Yves Guyot à Emilie de Morsier (septembre 1881).

17Josephine Butler, tout en refusant elle-même de se rendre en Belgique (elle confiera à plusieurs reprises à une proche collaboratrice, Emilie de Morsier, qu’elle trouve les belges terriblement radins…), se félicite du séjour d’Yves Guyot à Bruxelles : « We are all so grateful to him for going to Brussels. I want so much to hear his impressions. (…) He seems to have convinced the Splingard and others of his great ability, and that he knows our question much better than they do »57. Tantôt elle se dit fâchée personnellement par l’initiative d’Henri Boland58, tantôt, croyant soulever un mouvement populaire pareil qu’en France, elle compare le rôle joué par Le National à la campagne de la Lanterne, menée par Yves Guyot contre la police des mœurs59. Mais si dans l’un et l’autre journal c’est cette institution qui est précisément visée, la comparaison s’arrête là. Les convictions qui inspirent la campagne abolitionniste belge et française sont en réalité nettement dissemblables, le sentiment moral animant la première, la défense de la liberté individuelle faisant vibrer la seconde. Ces sensibilités différentes amènent forcément des divergences de vue : Yves Guyot, s’il se rend en Belgique en février 1881, n’approuve pas, loin de là, toutes les initiatives de la S.M.P.B.60. Fervent adepte de l’individualisme (« les gouvernants ne doivent point substituer leur action à celle des individus », 61écrira-t-il), il reproche au président du comité belge, Émile de Laveleye, d’être partisan d’une intervention de plus en plus grande de l’État dans une foule de rapports sociaux. L’un et l’autre ne partagent visiblement pas la même conception du libéralisme. Surtout, Yves Guyot pense qu’Émile de Laveleye n’a pas une idée très nette sur la question épineuse de la prostitution-délit (liberté ? répression ?), qui constitue la véritable pierre d’achoppement de l’abolitionnisme en Europe62.

  • 63 Cf. la contribution de Luc Keunings dans ce volume.
  • 64 Monroe, La Clarisse du xixème siècle…

18Avec fracas, l’affaire Boland aboutit, de fil en aiguille, à la compromission du commissaire en chef bruxellois Lenaers et du responsable de la police des mœurs Schröder63. Au terme des procès, Alexis Splingard écrit, sous le pseudonyme de Lord Monroe, un roman intitulé La Clarisse du xixe siècle, qu’il dédie à Josephine Butler, « la noble protectrice des jeunes filles trompées »64. Il relate, avec force d’imagination (et une pléthore d’allusions aux protagonistes du scandale - victimes, médecins, proxénètes, etc. -) l’affaire de la « traite des blanches » qui a secoué la capitale belge : Clarisse, jeune anglaise orpheline de père, croyant trouver une place respectable dans une famille du continent, est trompée par un certain Sullecartes et envoyée dans une maison de prostitution à Bruxelles. Alexis Splingard raconte alors son périple : l’enfer des maisons closes ; l’hospitalisation de Clarisse à Saint Pierre ; l’enquête menée par son fiancé William (alias Lord Monroe !), aidé par Josephine Butler ; les retrouvailles et le décès de la jeune femme.

  • 65 Rien que pour l’Allemagne, on note les rééditions suivantes de Clarissa. Aus dunkeln Häusern Belgi (...)
  • 66 Lettre d’Émile de Laveleye à la Flandre libérale (22 septembre 1881), publié dans B.S.M.P.B., janv (...)
  • 67 « Fondation de la Société de Moralité publique », B.S.M.P.B., n°1, janvier 1882.

19Le roman est notamment traduit en allemand et en anglais sous le titre Clarissa from the Dark Houses of Belgium et réédité plusieurs fois65. Ces rééditions participent de la réputation de la Belgique sur la scène internationale, consacrant l’équivalence entre « Belgian Traffic », et son désormais synonyme « White Slave Trade »66 Ce scandale est maintenant profondément lié à la cause abolitionniste en Belgique : ainsi la série des Bulletins de la S.M.P.B. s’ouvre, en janvier 1882, par le récit de la fugue d’Ada Higgleton, un soir d’octobre 187967. Les abolitionnistes auront cependant le souci de montrer que l’affaire belge de la traite des blanches n’est pas un cas isolé, mais plutôt la partie visible de l’iceberg, c’est-à-dire d’un réseau international de traite :

  • 68 « Extrait du journal anglais La Tablette », B.S.M.P.B., n°4, 1883.

« Si horribles et si révoltants que fussent les faits révélés il y a deux ans au sujet de la traite des blanches à Bruxelles et Paris, ils sont encore surpassés par le système qui existe en Allemagne, en Autriche et en Roumanie pour la vente et l’expédition de jeunes filles dans le monde entier. Le marchand d’esclaves européennes a ses agents et ses voyageurs qui, sous le nom d’agents dramatiques, livrent des femmes aux maisons de tolérance du monde entier, depuis Hong-Kong jusqu’à Buenos-Ayres »68.

  • 69 "Discours d’Émile de Laveleye à la Conférence de la Fédération pour l’abolition de la prostitution (...)
  • 70 "Discours de Jules Pagny à l’assemblée générale de la S.M.P.B. du 27 décembre 1884", dans B.S.M.P. (...)

20L’expression « traite des blanches » est, à l’instar des discours d’Alfred Dyer et Benjamin Scott de l’été 1879, toujours associée, par analogie, à « l’esclavage des noirs » : si l’un et l’autre sont vivement dénoncés et combattus, les discours sous-entendent cependant une hiérarchisation de valeurs, les « nègres » étant « vendus pour travailler et produire des choses utiles, tandis que les blanches sont recrutées pour se livrer au vice qui les dégrade et qui peut infecter leurs complices »69. De plus, la « traite des blanches » se double désormais d’enjeux bien concrets, soulevés par le scandale de Bruxelles : connivence entre policiers et milieux interlopes, inscription des filles mineures, présence et/ou séquestration d’étrangères dans les maisons de Bruxelles, etc. sont présentés par les abolitionnistes comme autant de failles du système de réglementation de la prostitution70.

  • 71 Face à cette indifférence, la S.M.P.B. envoie un rappel. Deux ans après le premier envoi, elle com (...)
  • 72 « Extrait de la Presse médicale (5 mars 1882) publié par L’Étoile belge, L’Écho du Parlement et L’ (...)
  • 73 "Attaques dirigées par divers journaux contre la Fédération et la S.M.P.B.", B.S.M.P.B., n°3, 1882

21En effet, l’affaire de la « traite des blanches » a levé le voile sur la question de la prostitution, autrefois peu débattue en Belgique. L’une des premières initiatives de la S.M.P.B., qui compte alors une centaine de membres, est d’envoyer, en décembre 1881, une pétition adressée aux principales villes belges qui réglementent la prostitution. Mais sur 107 lettres envoyées, seuls quatre conseils communaux répondent !71 La campagne abolitionniste n’est pas très populaire en Belgique. Condamnant les « théories dont certains moralistes à courte vue poursuivent le triomphe », la presse belge s’empresse de railler et discréditer la F.A.P.R., particulièrement à l’occasion de l’ultime enquête de la Chambre des Lords sur la traite des blanches, qualifiée de vaste « comédie »72. Par journaux interposés, une polémique est engagée sur le projet abolitionniste. Coupant court aux critiques de la Presse médicale, Alfred Dyer lui-même répond « ce n’est pas la liberté, c’est la répression du vice que la Fédération réclame »73. Répression, le mot est lâché. Mais, contrairement à ce qu’affirme Alfred Dyer, cette question ne fait pas du tout l’unanimité au sein de la Fédération. Entre moralité et liberté, les abolitionnistes désormais se déchirent.

  • 74 Cette question est mise à l’ordre du jour du parlement par Magis à la Chambre des représentants (2 (...)
  • 75 Du reste, dès les débuts de la S.M.P.B., plusieurs de ses membres sont très clairs sur leurs inten (...)
  • 76 "Conseil communal de Bruxelles. Les effets du règlement des mœurs", B.S.M.P.B., n°3, 1885.
  • 77 « L’hôpital - prison » est vivement dénoncé par les abolitionnistes à l’occasion d’une révolte de (...)
  • 78 "Des amendes infligées aux filles publiques", B.S.M.P.B., n°10, 1883.

22Lorsque la S.M.P.B. sollicite en 1883 la Chambre des représentants, en exigeant la mise en place d’une Commission parlementaire chargée d’examiner l’opportunité d’une loi sur la prostitution et le proxénétisme74, elle réaffirme son programme abolitionniste en quatre points : interdiction du trafic de la débauche d’autrui, protection des mineur(e)s en dessous de 21 ans, punition de l’excitation à la débauche des majeures et mineures pour les passions d’autrui, et répression de la prostitution dans « la limite de la liberté individuelle ». Légèrement ambigüe, cette dernière proposition se précise au cours du temps75. On peut ainsi lire dans le Bulletin du groupe abolitionniste, deux ans plus tard : « Le mal n’a jamais fait que grandir, il grandira encore, et toujours, aussi longtemps qu’on ne se décidera pas à le trancher, autant que possible, dans sa racine, en faisant de la prostitution publique, avérée, notoire, non pas une institution qu’on protège mais un délit qu’on châtie »76. Désormais, chez les abolitionnistes belges, la lutte contre l’immoralité prévaut. Avec des confusions quelquefois : tout en condamnant vivement le principe de détention consacré par le système réglementariste (de la séquestration des filles en maisons à leur hospitalisation en « hôpital-prison »77), ils ne penseront leurs revendications abolitionnistes qu’au sein d’un projet d’enfermement. Ainsi Jules Pagny discutant les mesures à prendre à l’égard des prostituées, affirmait : « je ne comprends pas l’amende ; je comprends la prison »78.

  • 79 Cf. la contribution de Cathy Kohler dans ce volume.

23L’article de W. Stead « The Maiden Tribute of Modern Babylon » publié dans la Pall Mall Gazette en juillet 1885 réactive le souvenir de l’affaire de la « traite des blanches »79. Pour répondre aux journaux belges, parmi lesquels La Chronique, qui, selon Jules Pagny, sous-entendent que les crimes de Londres excuseraient et légitimeraient ceux de Bruxelles, le secrétaire de la S.M.P.B. fait aussitôt le lien suivant entre les révélations de Stead et les procès de 1880 :

  • 80 "Les crimes de Londres et la réglementation des mœurs. Lettre de Jules Pagny à l’avocat X. (14 jui (...)

« Si vous avez lu les deux brochures qui ont été publiées en 1880 sur la traite des blanches, n’avez-vous pas été frappé des nombreuses ressemblances qu’elles offrent avec les articles de la Pall Mall Gazette ? Séquestrations, ruses de tout espèce, violences corporelles, le croquis de Bruxelles à cette époque-croquis fidèle, on a bien dû le reconnaître - présente comme une ébauche du sinistre tableau de Londres qu’on nous offre aujourd’hui. Nous avons dénoncé, à cette époque, la traite des Anglaises en Belgique. Que nous dit aujourd’hui la Pall Mall Gazette ? Que cette traite alimente principalement les marchés publics, autorisés, de la Belgique et du reste du continent ! »80.

  • 81 Ibidem.

24Alors qu’en Angleterre, les révélations de Stead, même douteuses, servent surtout la lutte contre la prostitution des mineures - la bataille contre les CDActs étant déjà gagnée -, en Belgique, les abolitionnistes y voient une nouvelle occasion de réclamer l’interdiction des prostituées étrangères dans les maisons, et surtout l’abolition du système réglementariste qui, selon eux, motive insidieusement la traite de jeunes Anglaises vers le continent81.

  • 82 W. Stead, pour démontrer que la traite des enfants existait, aurait fait acheter par l’intermédiai (...)
  • 83 Fiaux, La police des mœurs en France..., p. 430.
  • 84 Un règlement municipal décide que toute prostituée arrêtée sera envoyée devant un tribunal et, rec (...)
  • 85 Yves Guyot, Traite des vierges à Londres, Paris, 1885 ; Fiaux, La police des mœurs en France..., p (...)
  • 86 "Coup d’œil sur la 10e session annuelle de la Fédération", Bulletin continental, 10, octobre 1885.
  • 87 Genève, B.G.E., (…), Ms.fr. 6931, Lettre de Josephine Butler à Emilie de Morsier (25 juillet 1886) (...)

25Deux mois plus tard, une conférence de la F.A.P.R., désormais présidée par le belge Émile de Laveleye, est organisée à Anvers. Celui-ci, sans se prononcer sur les « incidents du scandale »82, se félicite du mouvement moral que les révélations de William Stead ont engendré. A posteriori, les commentateurs de la conférence diront que le journaliste anglais, qui, à la tribune, affirme assumer seul la responsabilité de ses actes, a été ce jour-là présenté et reçu par les abolitionnistes comme un héros83. Pourtant, ces révélations, et le mouvement populaire qu’elles provoquent en Angleterre, en ont fâché plus d’un, parmi lesquels Yves Guyot. Deux ans plus tôt, celui-ci dénonçait déjà les desseins coercitifs de certains abolitionnistes qui encourageaient l’initiative du maire de Colmar, visant à substituer à la réglementation de la prostitution sa criminalisation84. Mais cette fois, la Fédération, en agissant de concert avec les associations puritaines britanniques et en cautionnant leurs projets répressifs, est allée trop loin : Yves Guyot démissionne avec fracas85. L’importance de cette défection est minimisée par le secrétaire de la Fédération, Aimé Humbert, qui interprète ce geste comme une marque de « chauvinisme » (vraisemblablement en relation avec la ville-symbole de Colmar, qui fait partie de l’Alsace Lorraine annexée à l’Allemagne depuis 1871) et « d’intransigeance » (par rapport aux mouvements moralistes et populaires qui s’expriment en Angleterre)86. Mais celle-ci n’est pas aussi accessoire qu’on veut le faire croire. Elle est le symptôme même des dissensions que couve, depuis quelques années déjà, la Fédération. En juillet 1886, Josephine Butler, désemparée entre autres par l’attitude du groupe belge jugée ambigüe à l’égard des principes de la Fédération, confiera même à l’une de ses fidèles collaboratrices qu’elle songe parfois à la dissolution de l’organisation internationale87.

  • 88 "Deux regrettables démissions", B.S.M.P.B., n°2, 1901.
  • 89 Émile de Laveleye, président de la S.M.P.B., décède en 1891. Ce sont Edouard Mussche (1892 - 1906) (...)
  • 90 Le dernier B.S.M.P.B. paraît en juin 1908. En septembre, aucune délégation belge (de la Fédération (...)
  • 91 La lutte contre la traite est interrompue par la Première Guerre mondiale. Elle reprend de plus be (...)

26Pour l’heure, l’opinion prohibitionniste de la S.M.P.B. s’affirme, si bien qu’elle aboutit, en 1901, à la démission du libéral Paul Janson et du socialiste Émile Vandervelde88. La S.M.P.B., par ailleurs privée de ses membres fondateurs89, souffre alors d’une certaine apathie. Elle trouve cependant un second souffle dans la lutte internationale contre la traite des blanches, lancée par l’anglais William Coote, à la suite des révélations de 1885. Un philanthrope belge et défenseur zélé de la moralité qui a passé une grande partie de sa vie en Angleterre, Edouard Belleroche, prête son concours à la S.M.P.B. Il forme un Comité national belge pour la répression de la traite des blanches, affilié au bureau central de Londres. Celui-ci fusionne naturellement avec la S.M.P.B. Son existence est cependant éphémère : la S.M.P.B., sous cette forme, disparaît en 190890. Elle n’en porte pas moins en son sein l’embryon d’un second Comité contre la traite formé en 1909 et affilié au bureau central de Londres. Présidé par le catholique Auguste Beernaert, ancien vice-président de la S.M.P.B., ce nouveau comité organise une conférence internationale pour la répression de la traite des blanches à Bruxelles en octobre 191291.

4. Conclusion

  • 92 Cette observation vaut aussi pour d’autres situations nationales voisines. Par exemple, la société (...)

27Le scandale de Bruxelles comporte encore bien des zones d’ombre, d’autant plus difficiles à éclaircir aujourd’hui que la mémoire abolitionniste, pendant près d’un demi-siècle d’histoire, s’en est littéralement emparé, présentant à l’envi l’affaire de la « traite des blanches » comme l’un des moments-clés de son combat. S’il est malaisé de démêler souvenirs et réalités des faits, il n’en reste pas moins instructif de se pencher sur le sens donné à cet épisode par les abolitionnistes eux-mêmes. On mesure d’emblée la formidable opportunité que pouvait représenter, sur le plan stratégique, le scandale de Bruxelles pour Josephine Butler. Sa correspondance, antérieure aux événements, comme ses mémoires, rédigés a posteriori, révèlent son profond désir de faire de la Belgique l’un des champs privilégiés de la bataille abolitionniste. Mais jusqu’alors, au « paradis de la réglementation », la campagne contre la prostitution réglementée, faute semble-t-il de relais suffisants, a eu du mal à décoller. C’est l’affaire de la « traite des blanches », largement médiatisée, qui ouvre le débat public en Belgique : cette incidence-là illustre à merveille le rôle essentiel, voire fondateur, du scandale dans l’émergence du mouvement social92.

  • 93 Petra De Vries, "Josephine Butler and the Making of Feminism: International Abolitionism in the Ne (...)
  • 94 En 1906, Edouard Belleroche, secrétaire de la S.M.P.B. et du Comité contre la traite, en dépit de (...)

28Grisées par le colossal défi que représente la formation des États démocratiques modernes en Europe, les élites masculines de la S.M.P.B., donnent aux doléances abolitionnistes une dimension politique. En deça du débat sur la prostitution, l’abolitionnisme suscite d’entrée de jeu des discussions sur l’intervention de l’État dans le domaine moral93. Mais, mise à l’épreuve par l’internationalisme, cette question ne se négocie pas sans heurts : les vues répressives des abolitionnistes belges, exigeant entre autres des garanties légales contre la débauche, froissent à souhait les plus individualistes de la Fédération qui, brassant bien souvent d’autres traditions politiques, militent pour la sauvegarde des droits et des libertés. Sur la scène internationale, la réputation prohibitionniste du groupe belge est connue : lorsqu’éclate le scandale de la Pall Mall Gazette en juillet 1885, naturellement affilié à l’affaire de la « traite des blanches » de Bruxelles dans les esprits abolitionnistes, la S.M.P.B. s’engage plus avant encore, et sans étonner personne, dans la lutte contre l’immoralité. Quitte à prêter le flan à la critique, marginaliser son action au profit de la diplomatie, et subir des défections dans ses propres rangs, le groupe belge préfère à la Fédération abolitionniste internationale (F.A.I.), les moralistes de la National Vigilance Association, aux côtés desquels ils s’enrôlent dans une lutte acharnée contre la traite des blanches94.

29C’est sur ce terrain, moins miné que celui de la réglementation de la prostitution (sacro-sainte prérogative communale), que les moralistes belges obtiennent un résultat : l’adoption du projet de loi sur la répression de la traite des blanches (26 mai 1914), déposé par le ministre de la Justice, Henri Carton de Wiart. Deux ans plus tôt, celui-ci ouvrait la Conférence internationale de Bruxelles en rappelant :

  • 95 Rapport de la Conférence internationale pour la répression de la traite des blanches, Bruxelles, 2 (...)

« Il y a quelques années, l’odieux trafic et son caractère international restaient ignorés. Lorsque les premiers cris d’alarme furent poussés, le monde eut peine à croire d’abord aux révélations qui les provoquaient ! Depuis lors, quel chemin parcouru ! »95.

30Impossible de savoir si, près de trente ans après les faits, le scandale de Bruxelles surgissait alors naturellement dans les esprits ? Assurément, souvent évoquée, mais pas toujours avec force de détails, l’affaire de la « traite des blanches » conserve bien quelques énigmes…

Notes

1 Londres, London Metropolitan University, The Women’s Library, Letter Josephine Butler to Mr Wilson (12 avril 1875), 3 JBL/10/54.

2 Fin 1876, O. Hoek, élève ingénieur de l’Université de Liège, envoie une lettre à la F.A.P.R., la priant d’envoyer son bulletin à la Société des étudiants libéraux (Liège) ("Correspondance", Bulletin continental, 15 novembre 1876).

3 Quelques mois plus tôt, Émile de Laveleye devenait membre du Conseil général de la F.A.P.R. ("Assemblée générale de la Fédération", Bulletin continental, 15 juin 1876 ; "Administration de la Fédération", Bulletin continental, 15 juillet 1876).

4 Sur Rosa Behrends - Wirth, voir l’article de Catherine Jacques et Christine Machiels dans ce volume.

5 M. Cor van der Maaren, juge du tribunal de Bruxelles, l’introduit auprès de M. Couvreu, membre du parlement belge. (Josephine Butler, Souvenirs personnels d’une grande croisade, Paris, Fischbacher, 1900, p. 211). M. Cor van der Maaren décède en 1878 : il n’a donc pas pu participer à la formation de la Société de moralité publique (Bibliographie nationale, dictionnaire des écrivains belges et catalogue de leurs publications, 1830 - 1880, t.1, Bruxelles, 1897, p. 296).

6 Butler, Souvenirs personnels d’une grande croisade..., p. 210 - 211.

7 Ibidem.

8 Anne Summers, "Which Women ? What Europe ? Josephine Butler and the International Abolitionist Federation", History Workshop Journal, 62, p. 214 - 231 ; Anne Summers (coord.), Special issue "Gender, Religion and Politics: Josephine Butler’s Campaigns in International Perspective (1875 - 1959)", Women’s History Review, vol.17/n°2, avril 2008.

9 Jean Meyhoffer, "Jean Nicolet", Biographie nationale, t.32, Bruxelles, 1963 - 1964, col. 541 - 544.

10 Léon Richer, "La croisade morale", L’Avenir des femmes, 4 février 1877.

11 "Belgique", Bulletin continental, 15 août 1877.

12 Le siège de la F.A.P.R. est initialement installé à Neuchâtel. En 1896, l’association change de nom et devient la Fédération abolitionniste internationale.

13 En 1878, le comité compterait, selon Jean Nicolet, une centaine d’adhésions dans quelques grandes villes francophones (Liège, Namur, Verviers, Bruxelles et Charleroi) ("Conférence internationale de Paris", Journal du bien public, septembre 1878).

14 Bruxelles, A.V.B., Règlement sur la prostitution (voté en séance du 13 août 1877), B.C.B., 1877, p. 206 - 216.

15 Berlière, La police des mœurs...

16 "Le nouveau règlement de Bruxelles, appréciation", Bulletin continental, 15 février 1878, p. 10.

17 Genève, B.G.E., Papiers de la famille de Morsier - Droin, Ms.fr 6934/5 - 6, Premier rapport de l’Association pour l’abolition de la prostitution réglementée (28 juin 1879) ; "Appel aux maires des principales villes de France", Bulletin continental, avril 1879.

18 Genève, B.G.E., Papiers de la famille de Morsier - Droin, Ms.fr.6931, Lettre de Josephine Butler à Emilie de Morsier (Liverpool, 3 juin 1879).

19 "Belgique. Conférences de Liège", Bulletin continental, septembre 1879 ; Emilie De Morsier, Souvenir de la conférence de Liège, 20 - 27 août 1879, Rochefort, Imp.Triaud et Guy, 1879.

20 Londres, London Metropolitan University, The Women’s Library, Lettre de Josephine Butler à Stanley Butler (c.11 Aug 1879), 3 JBL/18/11.

21 The Deposition on Oath of Josephine E. Butler, Made before Mr T. Stamford Raffles, Stipendiary Magistrate of the City of Liverpool (8 novembre 1880), édité dans Jane Jordan, Ingrid Sharp, Josephine Butler and the Prostitution Campaigns, vol. 4 Child Prostitution and Age of Consent, Routledge, 2003.

22 Bruxelles, A.V.B., Prostitution. Mineures anglaises : dossier judiciaire, Pol. 133, audience du procès. Affaire Geaux et Parent (13 décembre 1880).

23 A.V.B., Prostitution. Mineures anglaises : dossier administratif, Pol. 132, traduction de l’extrait du registre principal de la division du probate divorce et amirauté de la Haute Cour de Justice et de journaux anglais (circa février 1878). Après son divorce, il quitte l’Angleterre et revient en Belgique.

24 Ellen Newland, lors du procès, dément ce refus (Bruxelles, A.V.B., (…), Pol. 133, audience du procès. Affaire Geaux et Parent (13 décembre 1880)).

25 Léonard Anet (1812 - 1884), secrétaire de l’Église chrétienne missionnaire belge (E.C.M.B.), aurait déjà été, selon les premiers récits de la S.M.P.B., sur les traces de jeunes anglaises disparues. Nous n’avons aucun élément qui corroborerait cette information. Tout au plus, nous savons qu’il connaissait, depuis 1876, le mouvement abolitionniste de Josephine Butler ("Fondation de la Société de Moralité publique", Bulletin de la Société de moralité publique (B.S.M.P.B.), janvier 1882, p. 3). Sur Léonard Anet : Hugh Robert Boudin, De Léopold Ier à Jean Rey : les protestants en Belgique de 1839 à 1989, Bruxelles, Faculté de théologie protestante, 1990, p. 20.

26 A.V.B., (…), Pol. 133, audience du procès. Affaire Geaux et Parent (13 décembre 1880).

27 Cf. la contribution de Cathy Kohler dans ce volume. En dehors de son propre témoignage, assez vague, nous ignorons les circonstances précises qui conduisent Alfred Dyer à s’intéresser au sort d’Ellen Newland.

28 Alfred S. Dyer, The European Slave Trade in English girls, London, Dyer Brothers, 1880, édité dans Jordan, Sharp, Josephine Butler and the Prostitution Campaigns...

29 Dyer, The European Slave Trade....

30 Alexis Splingard multiplie les démarches auprès du procureur du roi Willemaers et du juge d’instruction Lévy au cours du mois de février 1880. Il contacte ce dernier à propos d’un soupçon de séquestration d’une jeune anglaise dans la maison de prostitution 42 rue Saint Jean Népomucène. (A.E.Anderlecht, Cour d’appel de Bruxelles série II n°2921, Copie d’une lettre d’Alexis Splingard au juge d’instruction Lévy (18 février 1880)). Lors de la commission d’enquête de janvier 1881, Alexis Splingard dira avoir demandé à un certain M. Kampf, visiblement ancien informateur de Lenaers et Willemaers, de réaliser une enquête sur le service des mœurs mais, six mois plus tard, celui - ci est forcé de quitter le pays (Bruxelles, A.V.B., (…) Pol. 132, Rapport de la commission d’enquête, audition d’Alexis Splingard (20 janvier 1881)).

31 Réponse d’Alexis Splingard à M. Willemaers publiée dans Le National (2 avril 1880) éditée dans Monroe, La Clarisse du xixème siècle..., p. 330.

32 "La traite des blanches en Belgique", Bulletin continental, 15 juin 1880.

33 Yves Guyot, Études de physiologie sociale. La prostitution, Paris, G. Charpentier (E. Fasquelle), 1882, p. 175.

34 Josephine Butler, "The Modern Slave Trade", The Shield, 1er mai 1880, édité dans Jordan, Sharp, Josephine Butler and the Prostitution Campaigns... Cf. la contribution de Cathy Kohler dans ce volume.

35 A.E.Anderlecht, (…), Lettre d’Alexis Splingard à Schröder (27 juillet 1880).

36 A.E.Anderlecht, (…), Lettre d’Alexis Splingard à Josephine Butler (28 juillet 1880).

37 A.E.Anderlecht, (…), Déposition du témoin Alexis Splingard (3 août 1880).

38 A.E.Anderlecht, (…), Conclusions de l’enquête menée par Alexis Splingard au sujet « des filles mineures placées dans les maisons de prostitution à Bruxelles avec le consentement du commissaire en chef de cette ville » (pièce remise au juge d’instruction Lévy le 5 août 1880).

39 A.E.Anderlecht, (…), Déposition du témoin Alexis Splingard (3 août 1880).

40 Membre du Consistoire de l’Église de l’Observatoire, membre du Synode, fondateur de l’Union chrétienne des jeunes gens de Bruxelles, Jules Pagny (1835 - 1901) est membre du Comité administrateur de l’E.C.M.B. dont le pasteur Léonard Anet est secrétaire (Émile M. Braekman, « Le Refuge Foyer "Lilla Monod" », Bulletin de la Société d’histoire du protestantisme belge, IX/3, 1982, p. 49 - 72).

41 A.E.Anderlecht, (…), Déposition du témoin Jules Pagny (1er octobre 1880).

42 De l’organisation de la traite et de l’esclavage des blanches à Bruxelles, Bruxelles, s.n., 1880.

43 Sur Émile de Laveleye, M. Dumoulin, C. Coppens, "Émile de Laveleye", Nationaal Biografisch Woordenboek, Bruxelles, 1981, dl.9, col. 452 - 464.

44 « Lettre de M. de Laveleye à la Flandre libérale », B.S.M.P.B., n°1, janvier 1882. Cette lettre provoque la réaction de l’hyperréglementariste, le Dr. Thiry, président de l’Académie royale de Médecine et directeur du département des vénériens à l’hôpital Saint Pierre. Une correspondance s’engage entre les deux hommes, publiée dans la Flandre libérale durant les mois de février et mars 1881. Ce débat se prolonge dans la revue L’Art médical au mois de janvier 1882.

45 Sur la participation des femmes belges à la lutte abolitionniste, lire la contribution de Catherine Jacques et Christine Machiels dans ce volume. Le comité se compose de MM. P. Splingard, Dr. Guillery, L. Aubanel, baron de Haulleville, comte de Bylandt, A. Splingard, E. Mussche, L. Anet, L. Momm, C. Graffe, J. Pagny, E. de Laveleye, E. Dupont, J. Nicolet, Dr. Liebrecht, M. de Puydt, Des Essarts, Dr. H. Boens, Schreurs, Houzeau de Lehaie, le baron Prisse.

46 "Congrès de Genève", Bulletin continental, septembre 1877.

47 Gand, Bibliothèque universitaire, correspondance d'Émile de Laveleye, hs.3640, Lettre d’Aimé Humbert (25 janvier 1882).

48 Il ne s’agit que de la première série de procès. Au même moment, le parquet prenait connaissance de la déposition de Louise Hennessey. L’instruction de cette nouvelle affaire aboutit à la condamnation des époux Paradis en avril 1881. Alexis Splingard ne témoigne pas lors de ce procès - là. Cf. la contribution de Jean - Michel Chaumont et Frédéric Michel dans ce volume.

49 A.V.B., (…) Pol. 133, Audience de l’affaire Roger (15 décembre 1880).

50 Voir la contribution de Luc Keunings dans ce volume.

51 Sténographie du procès Lenaers contre Boland, édité dans Monroe, La Clarisse du xixème siècle..., p. 359.

52 Paris, archives départementales et municipales (A.D.M.), Fonds Yves Guyot, D21J26, Lettre de Jules Pagny à Yves Guyot (Zaventhem, 29 janvier 1881).

53 Genève, B.G.E., (…), Ms.fr. 6932, Lettre d’Yves Guyot à Emilie de Morsier, s.d.

54 Guyot, Études de physiologie sociale..., p.116 ; Louis Fiaux, La police des moeurs en France et dans les principaux pays d’Europe, Paris, E. Dentu, 1888.

55 Guyot, Études de physiologie sociale..., p. 320 - 321.

56 A.V.B., (…) Pol. 133, Audience de l’affaire Roger (15 décembre 1880).

57 Genève, B.G.E., (…), Ms.fr.6931, Lettre de Josephine Butler à Emilie de Morsier (4 mars [1881]).

58 Lettre de Josephine Butler à sa sœur, Harriet Jane Meuricoffre, à Naples (fin 1881), cité dans Butler, Souvenirs personnels…, p. 350 - 354.

59 Genève, B.G.E., (…), Ms.fr.6931, Lettre de Josephine Butler à Emilie de Morsier (1881).

60 Genève, B.G.E., (…), Ms.fr.6932, Lettre d’Yves Guyot à Emilie de Morsier (7 janvier 1881).

61 Genève, B.G.E., (…), Ms.fr. 6932, Lettre d’Yves Guyot à Emilie de Morsier (21 août 1880).

62 Genève, B.G.E., (…), Ms.fr. 6932, Lettre d’Yves Guyot à Emilie de Morsier (septembre 1881).

63 Cf. la contribution de Luc Keunings dans ce volume.

64 Monroe, La Clarisse du xixème siècle…

65 Rien que pour l’Allemagne, on note les rééditions suivantes de Clarissa. Aus dunkeln Häusern Belgiens: 1897, 1910, 1914, 1916, 1928. Dans le contexte de l’occupation, ces nouvelles impressions sont peut - être significatives… Ne sont - elles pas l’occasion de rappeler le « milieu des crimes, des hontes et des monstruosités qu’un peuple dégénéré conserve en son sein », comme l’écrivait plus de trente ans plus tôt Alexis Splingard, et de justifier par là même une réglementation de la prostitution « à l’allemande » dans la capitale belge ?

66 Lettre d’Émile de Laveleye à la Flandre libérale (22 septembre 1881), publié dans B.S.M.P.B., janvier 1882.

67 « Fondation de la Société de Moralité publique », B.S.M.P.B., n°1, janvier 1882.

68 « Extrait du journal anglais La Tablette », B.S.M.P.B., n°4, 1883.

69 "Discours d’Émile de Laveleye à la Conférence de la Fédération pour l’abolition de la prostitution réglementée à Neuchâtel" dans B.S.M.P.B., n°3, 1883.

70 "Discours de Jules Pagny à l’assemblée générale de la S.M.P.B. du 27 décembre 1884", dans B.S.M.P.B., n°1, 1885.

71 Face à cette indifférence, la S.M.P.B. envoie un rappel. Deux ans après le premier envoi, elle comptabilise 52 réponses - pas même la moitié du nombre de lettres envoyées… (« Rapport présenté à la Commission exécutive de la S.M.P.B. », B.S.M.P.B., n°10, 1883).

72 « Extrait de la Presse médicale (5 mars 1882) publié par L’Étoile belge, L’Écho du Parlement et L’Écho de Bruxelles », B.S.M.P.B., n°2, mars 1882.

73 "Attaques dirigées par divers journaux contre la Fédération et la S.M.P.B.", B.S.M.P.B., n°3, 1882.

74 Cette question est mise à l’ordre du jour du parlement par Magis à la Chambre des représentants (22 février 1884), ainsi qu’à l’occasion du projet de loi Bara (17 mai 1884).

75 Du reste, dès les débuts de la S.M.P.B., plusieurs de ses membres sont très clairs sur leurs intentions : certains se disent ouvertement favorables à la répression de la prostitution. C’est l’idée défendue par Joseph Hoyois dans son essai intitulé Études juridiques et morales. Liberté, tolérance et répression en matière de moeurs, Bruxelles, 1883. Cet essai est vivement salué par Jules Pagny. (Gand, Correspondance Émile de Laveleye, Lettre de Jules Pagny du 21 décembre 1882).

76 "Conseil communal de Bruxelles. Les effets du règlement des mœurs", B.S.M.P.B., n°3, 1885.

77 « L’hôpital - prison » est vivement dénoncé par les abolitionnistes à l’occasion d’une révolte de filles malades à l’hôpital Saint - Pierre. Quatre d’entre elles sont alors inculpées et défendues par Alexis Splingard et Jules Lejeune devant le tribunal de simple police de Bruxelles (juin 1885). Notons qu’après le scandale de Bruxelles, Alexis Splingard ne joue un rôle que très effacé au sein de la S.M.P.B., hormis quelques brèves interventions, semble - t - il, au tribunal en qualité d’avocat. ("La réglementation des mœurs à Bruxelles. Détention illégale. Tribunal de simple police", B.S.M.P.B., n°4, 1885).

78 "Des amendes infligées aux filles publiques", B.S.M.P.B., n°10, 1883.

79 Cf. la contribution de Cathy Kohler dans ce volume.

80 "Les crimes de Londres et la réglementation des mœurs. Lettre de Jules Pagny à l’avocat X. (14 juillet 1885)", B.S.M.P.B., n°4, 1885.

81 Ibidem.

82 W. Stead, pour démontrer que la traite des enfants existait, aurait fait acheter par l’intermédiaire d’une ancienne tenancière, une jeune anglaise, Eliza Armstrong, vendue par sa mère. ("Angleterre : l’affaire Armstrong", B.S.M.P.B., n°6, novembre - décembre 1885).

83 Fiaux, La police des mœurs en France..., p. 430.

84 Un règlement municipal décide que toute prostituée arrêtée sera envoyée devant un tribunal et, reconnue coupable, elle sera placée en maison de correction ("Comité exécutif de la Fédération", Bulletin continental, décembre 1884).

85 Yves Guyot, Traite des vierges à Londres, Paris, 1885 ; Fiaux, La police des mœurs en France..., p. 422.

86 "Coup d’œil sur la 10e session annuelle de la Fédération", Bulletin continental, 10, octobre 1885.

87 Genève, B.G.E., (…), Ms.fr. 6931, Lettre de Josephine Butler à Emilie de Morsier (25 juillet 1886). Le découragement de Josephine Butler, soudain enthousiasmée par les résultats de la conférence de la Fédération à Lausanne (1887), est toutefois de courte durée.

88 "Deux regrettables démissions", B.S.M.P.B., n°2, 1901.

89 Émile de Laveleye, président de la S.M.P.B., décède en 1891. Ce sont Edouard Mussche (1892 - 1906), avocat à la cour d’appel de Bruxelles, puis l’homme politique catholique Jules Lejeune (1907 - 1908) qui lui succèdent à la présidence de la S.M.P.B. ; Jules Pagny, souffrant, démissionne en 1898 : il est remplacé par Edouard Belleroche.

90 Le dernier B.S.M.P.B. paraît en juin 1908. En septembre, aucune délégation belge (de la Fédération ou du bureau central contre la traite) n’est présente au congrès de la Fédération, organisé à Genève et consacré à « la traite des blanches dans ses rapports avec la police des mœurs » (Bulletin abolitionniste, août 1908).

91 La lutte contre la traite est interrompue par la Première Guerre mondiale. Elle reprend de plus belle pendant l’entre - deux - guerres.

92 Cette observation vaut aussi pour d’autres situations nationales voisines. Par exemple, la société française s’émeut à partir de 1876, alors qu’éclatent plusieurs scandales liés aux agissements de la police des mœurs dans les grandes villes du pays (suicide de deux prostituées lyonnaises, agression d’une jeune actrice par un pseudo « agent des mœurs » à Paris, etc.). Ceux - ci sont dénoncés dans la presse par Yves Guyot (Berlière, La police des mœurs..., p. 131 - 165).

93 Petra De Vries, "Josephine Butler and the Making of Feminism: International Abolitionism in the Netherlands (1870 - 1914)", Women’s History Review, vol.17/2, avril 2008, p. 260.

94 En 1906, Edouard Belleroche, secrétaire de la S.M.P.B. et du Comité contre la traite, en dépit de l’avis de la Fédération, soutient l’idée d’étudier séparément la question de l’abolition de la prostitution réglementée et de la traite. ("Rapport trimestriel", B.S.M.P.B., n°1, 1906).

95 Rapport de la Conférence internationale pour la répression de la traite des blanches, Bruxelles, 21 - 24 octobre 1912, p. 23.

Auteur

Aspirante du F.R.S. - F.N.R.S. au CHDJ. Elle prépare actuellement une thèse de doctorat en Histoire, en cotutelle entre l'UCL (dir. Xavier Rousseaux) et l'Université d'Angers (dir. Christine Bard) sur Les féminismes face à la prostitution en Belgique, France et Suisse (1870-1980).

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable